Autres hérésies de François – Plus sur l’apostasie de François

Sommaire

  • L’ombre de François avec des cornes
  • Armoiries de François, pentagramme
  • Croix recurve utilisée par les antipapes vatican 2
  • Croix pectorale gnostique de François
  • Poignée maçonnique
  • Jorge Bergoglio, pro sport
  • Jorge Bergoglio et pratique taoiste
  • Est-ce que vatican 2 invoque Lucifer ?
  • Selon l’antipape François, Allah est le nom de Dieu
  • Apostasie de François dans une mosquée centrafricaine
  • Déclaration commune hérétique de l’apostat François avec le schismatique Bartholomée 1er
  • Apostasie de François – réunion de prière inter-religieuse à New-York
  • L’«échec de la croix» – Apostasie de plus de François
  • La fausse église vatican 2 et la fausse église schismatique orientale en « communion » de « foi »
  • François reçoit le Prix Charlemagne
  • Apostasie : L’antipape François à la synagogue de Rome
  • Apostasie complète : L’antipape François commémorera le 500ème anniversaire de l’hérésie protestante
  • Hérésies de l’antipape François, Amoris Laetitia : les divorcés-remariés sont dans l’Église
  • Apostasie – l’Antipape François compare l’Islam à l’Évangile
  • Hérésie totale : L’antipape François dit que le péché mortel du concubinage est un mariage catholique
  • Apostasie : François prône le bouddhisme
  • L’antipape François, un apostat et un antichrist qui défend les musulmans en accusant les catholiques
  • L’antipape François rend un culte à Luther, l’initiateur de l’hérésie du protestantisme

  • Apostasie de François avec l’alliance des juifs « qui nous rapproche et ouvre des voies de bien à parcourir ensemble »
  • Chrislam, apostasie de François avec l’Islam
  • François est encore votre chef ? Vous êtes apostat
  • Conclusion
    • La secte Vatican 2 est tout le contraire de l’Église catholique
    • Sorcellerie employée par François – Rituel occulte du Vatican (Vidéo VO Angl. 7 minutes)
  •  Hérésies récentes de François
  • Hérésies de François, l’Apocalypse et la fin du monde

 

« Adhérer à un faux évêque de Rome, c’est être en dehors de la communion de l’Église » – Saint Cyprien de Carthage

 

Plus sur l’apostasie de François

Un hérétique nous a insulté disant que nos photos sont truquées. Les photographies sont réelles. Les hérétiques sont des menteurs.

L’ombre de François avec des cornes

diable françois

diable françois 2

Ci-dessus, véritable image officielle de l’élection de l’antipape François : L’ombre de l’apostat Jorge Bergoglio a des cornes de diable – dans cette vidéo : Bel, François et faux-tradis

Dieu permet ces signes manifestes pour ceux qui veulent voir la vérité.

Voir aussi à la fin de la conclusion (bas de page) : Sorcellerie employée par François – Rituel occulte du Vatican (Vidéo VO Angl. 7 minutes).

Armoiries de François, un pentagramme

armoiries pentagramme antipape François

Ci-dessus, armoiries de l’antipape François avec pentagramme « pointe en haut ».

pentagramme2

Ci-dessus, le pentagramme « pointe en bas » symbolise Satan.

baphomet2

baphomet chèvre sabbatique

Ci-dessus, le Baphomet représentant Satan avec pentagramme « pointe en haut ».

Le pentagramme « pointe en haut » est aussi satanique que « pointe en bas » et symbolise le naturalisme (nature sans Dieu).

Croix recurve utilisée par les antipapes vatican 2

antipape francois et croix recurve

croix sorcier bergoglio

François porte la croix recurve utilisée par des sorciers du VIème siècle comme ses prédécesseurs, les apostats et antipapes Benoit 16, Jean-Paul. 2, Jean-Paul 1er, et Paul 6.

Le fait que des apostats et des hérétiques utilisant ce crucifix ne le réprouve pas en soi pour autant. Le crucifix «recurve» n’est pas un crucifix «mauvais» en soi, l’Église n’enseigne rien à ce sujet, et tout chrétien pourrait aussi bien prier avec, car un crucifix est un crucifix et représente toujours Jésus-Christ. Les sorciers du VIème siècle se servaient de cette croix recurve pour se moquer de Jésus-Christ. Dans ce contexte de la secte apostate vatican 2, c’est bien évidemment le signe antichrist des antipapes de vatican 2, la contre-église de l’Antéchrist, et le signe de la moquerie dont Jésus-Christ est l’objet de la part de la haine de Satan qui lui vole les âmes par sa grande apostasie et sa grande tromperie vatican 2 en cette fin des temps.

 

Croix pectorale gnostique de François

croix ésotérique bergoglio

web_pa11

croix bergoglio

Ci-dessus, Croix gnostique rosicrucienne (c’-à-d. maçonnique) de François qu’il a tenu à conserver contrairement à tous ses prédécesseurs antipapes qui portaient une croix pectorale « papale » après leur « élection » ; il y a aussi des moutons sur sa croix selon la prophétie de saint Malachie  : « il nourrira le mouton » (La prophétie de saint Malachie ne fait pas de distinction entre papes et antipapes, mais ne tient compte que des attributs du prétendant du saint siège).

                        osiris     Aleister Crowley en Osiris

Pour comprendre la croix gnostique de François :

Ci-dessus, à Gauche : Statue d’Osiris (culte répandu des francs-maçons auto-nommés «fils de la veuve», qui est Isis veuve d’Osiris) – À Droite : Aleister Crowley en Osiris (occultiste influent du 20ème siècle, fondateur de l’Ordre du Temple Oriental OTO), auto-proclamé «La Bête 666», surnommé «l’homme le plus diabolique de l’histoire») .

Ci-dessus, faux esprit-saint, tête en bas, de l’Ordre du Temple Oriental 

Voici des exemples de représentations catholiques du Saint-Esprit (tête en haut) :

   

   

Ci-dessus de G. à D. : Saint-Esprit de la Pentecôte, Monte San Angelo, Gargano ; Les sept dons du St-Esprit ; Feu du St-Esprit ; Sainte Trinité.

Poignée maçonnique

Antipape Benoit 16 - poignée de main maçonnique

poignée maçonnique

Poignée de main maçonnique – Antipape Benoit 16 et Jorge Bergoglio futur antipape François.

Jorge Bergoglio, pro sport

Bergoglio promeut le sport de lucifer, le football

Ci-dessus, l' »évêque » hérétique Jorge Bergoglio prône le foot pro.

Le sport pro (foot pro, etc.) fait pécher mortellement, comme, par exemple, ne pas faire d’activités serviles le dimanche, etc., et le prôner publiquement est non-catholique. Voir sport pro

En outre, François revendique faussement être un « évêque » catholique, alors qu’il est un laïc non-ordonné prêtre, une tromperie.

Jorge Bergoglio et pratique taoiste

bev160-Perfil-1

« Le médecin oriental [taoiste] du pape [antipape] François »

Les pratiques taoistes sont païennes. Voir Taoisme

Est-ce que vatican 2 invoque Lucifer ?

« Messe » novus ordo de vigile pascale, 27 avril 2014, veille des anti-canonisations des antipapes Jean 23 et Jean-Paul 2 : «… ille, inquam, lucifer, qui nescit occásum [cette étoile qui ne connait pas de couchant]».

Lucifer en latin peut se traduire par étoile, mais c’est aussi le nom de l’ange déchu, le diable ou Satan comme le prouve Isaïe 14 ci-dessous.

Fin de l’Exultet vatican 2 (missel romain 1970 sous l’antipape Paul 6), vigile pascale – latin : Flammas eius lúcifer matutínus invéniat : ille, inquam, lúcifer, qui nescit occásum. Christus Fílius tuus, qui, regréssus ab ínferis, humáno géneri serénus illúxit, et vivit et regnat in sæcula sæculórum. R. Amen.

Fin de l’Exultet vatican 2 (missel romain 1970), vigile pascale – français : Que l’étoile du matin le trouve [le cierge pascal] encore allumé ; cette étoile qui ne connait pas de couchant. Le Christ ton Fils, qui se levant des lieux sombres, a répandu sur le genre humain une lumière sereine, vit et règne dans les siècles des siècles. R. Amen.

Vatican 2 a ajouté à la liturgie traditionnelle de l’Eglise : « Le Christ ton Fils, » et « , vit et règne dans les siècles des siècles. R. Amen. »

Exultet, vigile pascale – Missel 1957 : Que l’étoile du matin le trouve [le cierge pascal] encore allumé ; cette étoile qui ne connait pas de couchant ; qui se levant des lieux sombres, a répandu sur le genre humain une lumière sereine.

L’étoile du matin est Jésus-Christ conformément à Apocalypse 2, 28 et Apocalypse 22, 16.

Lucifer est Satan, l’ange déchu comme le confirme Isaïe 14 :

Isaïah 14, 12-15, Vulgate latine : «12. quomodo cecidisti de caelo lucifer qui mane oriebaris corruisti in terram qui vulnerabas gentes 13. qui dicebas in corde tuo in caelum conscendam super astra Dei exaltabo solium meum sedebo in monte testamenti in lateribus aquilonis 14. ascendam super altitudinem nubium ero similis Altissimo 15. verumtamen ad infernum detraheris in profundum laci»

Isaïe 14, 12-15, Vulgate : «12. Comment es-tu tombé du ciel, lucifer qui dès le matin te levais ? Comment as-tu été renversé sur la terre, toi qui faisais des blessures aux nations ? 13. Qui disais dans ton coeur : je monterai au ciel, sur les astres de Dieu j’élèverai mon trône ; je m’assierai sur la montagne du Testament, aux côtés de l’aquilon 14. Je monterai sur la hauteur des nues, je serai semblable au Très-Haut. 15. Mais cependant tu seras traîné dans l’enfer, au profond de la fosse ;»

Le nom Lucifer (Hébreu helel ; Septante heosphoros ; Vulgate lucifer) dénote à l’origine la planète Vénus, à cause de sa  brillance. La Vulgate emploie le mot aussi pour « la lumière du matin » (Job 11, 17), « les signes du zodiaque » (Job 38, 32), et « l’aurore » (Psaume 109, 3). Métaphoriquement, le mot est appliqué au roi de Babylone (Isaiah 14, 12) comme prééminent parmi les princes de son temps ; au grand prêtre Simon fils d’Onias (Ecclesiastique 50, 6), pour sa vertu sans pareil, à la gloire du ciel (Apocalypse 2, 28), en raison de son Excellence ; finalement à Jésus-Christ lui-même (2 Pierre 1, 19 ; Apocalypse 22, 16 ; Exultet du samedi saint ; Litanies de la sainte Vierge : Étoile du matin, ppn), la vraie lumière de notre vie spirituelle.

La version Syriaque et la version d’Aquila le tirent [le nom Lucifer] de l’hébreu noun Helel du verbe Yalal, «se lamenter» ; St Jérôme est d’accord avec elles (In Isaiah 1, 14), et fait de Lucifer le nom du principal ange déchu qui doit déplorer la perte de sa gloire originale brillante comme l’étoile du matin. Dans la tradition chrétienne ce sens de Lucifer a prévalu ; les Pères soutiennent que Lucifer n’est pas le nom propre du diable, mais désigne seulement l’état à partir duquel il est tombé (Petavius, De Angelis, III, III, 4). (Encyclopédie catholique, « Lucifer », 1907-1913)

Conclusion : On ne peut pas dire que vatican 2 invoque formellement Lucifer. Cependant chanter « lucifer » pourrait être une évocation (et non pas une invocation) dans le contexte des anti-canonisations des apostats Jean-Paul 2 et Jean 23, par François, l’antipape lui-même totalement apostat, chef de la contre-église vatican 2. Nous pensons qu’il s’agit plutôt d’une évocation involontaire (le diable manipule ces hommes apostats).

 

Selon l’antipape François, Allah est le nom de Dieu

Antipape François, Angélus 15 nov. 2015, condoléances au « président de la République française et à tous les citoyens » sur les attaques terroristes islamiques « qui ont ensanglanté la France » : «… utiliser le nom de Dieu pour justifier cette voie [de la violence et de la haine] est un blasphème!».

Jorge Bergoglio dit juste ici que les islamistes terroristes qui tuent au nom d’Allah «utilisent le nom de Dieu», il dit qu’Allah est le nom de Dieu : c’est une abomination. L’Église catholique considère l’islam comme une fausse religion «sacrilège» et une secte «abominable» et «diabolique» :

Pape Clément V, Concile de Vienne, 1311-1312 :  » C’est une insulte au saint nom et une honte pour la foi chrétienne que dans certaines régions du monde soumises à des princes chrétiens où les sarrasins [les adeptes de l’islam, aussi appelés les musulmans] en direct, parfois en dehors, parfois mêlés à des chrétiens, les prêtres sarrasins, communément appelés Zabazala, dans leurs temples ou les mosquées, où les Sarrasins se réunissent pour adorer l’infidèle Mahomet, font invoquer et exalter son nom tous les jours à certaines heures d’un haut lieu … Il y a un endroit, d’ailleurs, où jadis fut enterré un certain sarrasin que d’autres Sarrasins vénèrent comme un saint. Cela jette le discrédit sur notre foi et donne un grand scandale pour les fidèles. Ces pratiques ne peuvent être tolérées sans déplaire à la majesté divine. Nous avons donc désormais, avec l’approbation du conseil sacré, défendu aussi strictement ces pratiques dans les terres chrétiennes. Nous enjoignons tous et chacun des princes catholiques, … à ainsi retirer cette infraction de leurs territoires et de veiller à ce que leurs sujets la retirent, afin qu’ils puissent ainsi jouir de la récompense de la béatitude éternelle. Ils doivent interdire expressément l’invocation publique du nom sacrilège de Mahomet … Ceux qui prétendent agir autrement doivent être ainsi châtiés par les princes pour leur irrévérence, d’autres peuvent être dissuadés d’une telle audace ».

Pape Eugène IV, Concile de Bâle, Session 19, 7 septembre 1434 : «… il y a de l’espoir qu’un très grand nombre de la secte abominable de Mahomet seront convertis à la foi catholique. «

Note : Le Concile de Bâle est seulement œcuménique jusqu’à la fin de la vingt-cinquième session et pour ses décrets qu’Eugène IV a approuvé seulement comme traitant de l’extirpation de l’hérésie, la paix de la Chrétienté et la réforme de l’Église et qui n’ont pas en même temps diminué les droits du Saint-Siège. L’Encyclopédie catholique, Vol. 4, «Councils», p. 425-426.

Pape Calixte III, 1455 : «Je m’engage à … exalter la vraie foi, et à extirper la secte diabolique des réprouvés et infidèles de Mahomet [l’Islam] dans l’Est».

Voir : Islam : Les chrétiens et les musulmans adorent le même Dieu ?

Apostasie de François dans une mosquée centraficaine

françois mosquée centraficaine

Ci-dessus, antipape François dans une mosquée centraficaine le 30 novembre 2015, un acte public d’apostasie

La loi divine interdit déjà aux catholiques d’aller aux lieux de réunions des hérétiques, alors encore plus aux lieux de culte de fausses religions. Aucun vrai pape dans l’histoire de l’Église catholique n’est jamais allé dans une mosquée ou a participé à une cérémonie religieuse fausse ; ils savaient tous que seulement y aller signifierait l’acceptation de la fausse religion.

Pape saint Grégoire le Grand, 590-604 : «La sainte Église universelle enseigne qu’il n’est pas possible d’adorer Dieu selon la vérité sauf en elle et affirme que tous ceux qui sont en dehors de son sein ne seront pas sauvés». (Les encycliques papales, vol. 1 (1740-1878), p. 230)

Pape Grégoire XVI, Mirari vos, 15 août 1832 : « … Les méchants pensent que “la Foi quelle qu’elle soit” conduit au ciel».

Pape Pie XI, Mortalium Animos (n° 2), 6 janvier 1928 : « … cette fausse opinion qui considère que toutes les religions soient plus ou moins bonnes et louables … Non seulement ceux qui soutiennent cette opinion sont dans l’erreur et trompés, mais aussi déforment l’idée de la vraie religion, ils la rejettent, et peu à peu, se tournent vers le naturalisme et l’athéisme, comme on l’appelle ; d’où il suit clairement que celui qui soutient ceux qui tiennent ces théories et tentent de les réaliser, abandonne tout à fait la religion divinement révélée».

Ci-dessus, apostasie de l’antipape François proclamant : «la « foi » des musulmans avec le Coran fait avancer spirituellement»

L’Église Catholique enseigne que l’islam est une secte «abominable» et «diabolique» (Papes Eugène IV, Concile de Bâle ; Pape Calixte III), et que c’est «une insulte, une honte et une offense, l’invocation publique du nom sacrilège de l’infidèle Mahomet» (Pape Clément V, concile de Vienne). Voir : Hérésies de François sur l’Islam

 

Déclaration commune hérétique de l’apostat François avec le schismatique Bartholomée 1er

Extraits de la déclaration totalement hérétique commune signée entre le patriarche schismatique Bartholomée 1er de Constantinople et l’antipape pape François, 30 novembre 2014 :

«Nous exprimons notre sincère et ferme intention, dans l’obéissance à la volonté de Notre Seigneur Jésus-Christ, d’intensifier nos efforts pour la promotion de la pleine unité entre tous les chrétiens et surtout entre catholiques et orthodoxes. … Dans ce but, nous assurons de notre prière fervente comme pasteurs de l’Eglise, demandant aux fidèles de s’unir à nous dans l’invocation commune que « tous soient un … afin que le monde croie » (Jn 17, 21).

«Nous reconnaissons donc aussi l’importance de la promotion d’un dialogue constructif avec l’islam, basé sur le respect mutuel et sur l’amitié. Inspirés par des valeurs communes et affermis par un authentique sentiment fraternel, musulmans et chrétiens sont appelés à travailler ensemble par amour de la justice, de la paix et du respect de la dignité et des droits de chaque personne. … De plus, comme leaders chrétiens, nous exhortons tous les leaders religieux à poursuivre et à renforcer le dialogue interreligieux …»

François est un antipape et un apostat total, et Bartholomée 1er est un hérétique et un schismatique : Tous les deux ne sont pas catholiques du tout et sont complètement étrangers à l’Église catholique. Ceux qui les suivent ou les approuvent, en connaissance, sont des hérétiques. (Voir ci-dessus, hérésies de François avec les non-catholiques et hérésies de François avec l’Islam).

Les hérétiques et schismatiques « orthodoxes » orientaux rejettent les treize derniers conciles, ils sont hors de l’Église et doivent sortir de leurs hérésies et de leur schisme et obéir à la foi catholique pour pouvoir être ré-agrégés à l’Église pour l’unité de l’Église et le salut : ils doivent abjurer leurs hérésies et obéir à la seule foi catholique pour réintégrer le sein de l’Église catholique (non pas la fausse église vatican 2)  :

Pape Boniface VIII, Unam Sanctam, 18 novembre 1302, ex cathedra : «… cette Église en dehors de laquelle il n’y a pas de salut ni rémission des péchés … En outre, nous déclarons, disons, définissons et proclamons à toute créature humaine qu’ils ont la nécessité absolue pour le salut d’être entièrement soumis au Pontife romain ».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Cantate Domino, 1441, ex cathedra : «… aucun de ceux qui se trouvent en dehors de l’Église catholique, non seulement païens, mais encore juifs ou hérétiques et schismatiques ne peuvent devenir participants à la vie éternelle, mais iront « dans le feu éternel qui est préparé pour le diable et ses anges » Mt 25, 41, à moins qu’avant la fin de leur vie ils ne lui aient été agrégés ; elle professe aussi que l’unité du corps de l’Église a un tel pouvoir que les sacrements de l’Église n’ont d’utilité en vue du salut que pour ceux qui demeurent en elle, pour eux seuls jeûnes, aumônes et tous les autres devoirs de la piété et exercices de la milice chrétienne enfantent les récompenses éternelles, et que personne ne peut être sauvé, si grandes que soient ses aumônes, même s’il verse son sang pour le nom du Christ, s’il n’est pas demeuré dans le sein et dans l’unité de l’Église catholique».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Le symbole d’Athanase, Sess. 8, 22 novembre 1439, ex cathedra : « Celui qui veut être sauvé, doit avant tout tenir la foi catholique, à moins que chacun la conserve intègre et inviolée, il périra sans aucun doute pour l’éternité».

Les hérétiques sont hors de l’Église :

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441, ex cathedra (déclaration infaillible) : « … la sainte Église romaine condamne, réprouve, anathématise et déclare être en dehors du Corps du Christ qui est l’Église, celui qui tient des points de vue opposés ou contraires ».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum, 29 juin 1896 (Magistère) : «L’Église a toujours considéré comme des rebelles et expulsé des rangs de ses enfants tous ceux qui avaient de fortes croyances sur n’importe quel point de la doctrine différente de la sienne. … St Augustin note que «d’autres hérésies peuvent surgir, et si à une seule, l’un donne son assentiment, il est par le fait même coupé de l’unité catholique … si quelqu’un tient une seule de ces [hérésies] il n’est pas catholique » (S. Augustin, De Haeresibus, n. 88)».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 (Magistère) :  » La pratique de l’Eglise a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient coutume de tenir HORS de la communion catholique, ET ÉTRANGER À L’ÉGLISE, celui qui s’écarterait le moins du monde à partir de n’importe quel point de la doctrine proposée par l’autorité de son Magistère».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9),  29 juin 1896 (Magistère) : «… peut-il être légitime pour quiconque de rejeter l’une de ces vérités sans par le fait même tomber dans l’hérésie ? – Sans se séparer de l’Église ? – Sans renier par un balayage l’ensemble de la doctrine chrétienne ? Car telle est la nature de la foi que rien ne peut être plus absurde que d’accepter certaines choses et de rejeter les autres … Mais le dissident, même sur un point de vérité divinement révélée, rejette absolument toute foi, puisqu’il refuse ainsi d’honorer Dieu comme la vérité suprême et le motif formel de la foi».

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi, 29 juin 1943 (Magistère) : « … celui qui refuse d’écouter l’Église doit être considéré, d’après l’ordre du Seigneur, comme un païen et un publicain (Matt. XVIII, 17). Et ceux qui sont divisés pour des raisons de foi [comme les hérétiques] ou de gouvernement [comme les schismatiques] ne peuvent vivre dans ce même Corps ni par conséquent de ce même Esprit divin ».

Apostasie de François – réunion de prière inter-religieuse à New-York

Comme ses prédécesseurs antipapes et apostats Jean-Paul 2 et Benoit 16, l’antipape François a réuni les fausses religions du diable pour « prier pour la paix ». C’est la continuation de l’apostasie vatican 2.

Comme à Assise et Rome en 1986, 1988, 2002, avec l’antipape Jean-Paul 2, et en 2005 avec l’antipape Benoit 16, hérétiques protestants, schismatiques orientaux, juifs, musulmans, bouddhistes, et autres païens ont chacun fait un discours et prié selon leur rite leur faux dieux et rendu un culte public au diable.

Maintenant, il ne s’agit plus seulement d’apostasie, mais d’une nouvelle fausse religion mondiale antichrist qui s’instaure pour servir le diable. Et la plupart – ceux en accord de près ou de loin, de quelque façon que ce soit – reçoivent la marque de la bête.

Matthieu 24, 15, 21 : «Quand donc vous verrez l’abomination [péchés des prêtres, hérésies, sacrilèges, etc.] de la désolation [déshonneur du ministère apostat sacerdotal], prédite par le prophète Daniel, régnant dans le lieu saint [Saint siège occupé par la secte vatican 2] … Car alors la tribulation sera grande, telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura point».

1 Timothée 4, 1-2 : «Or l’Esprit dit manifestement que, dans les derniers temps, quelques-uns [la plupart] abandonneront la foi [apostasie], s’attachant à des esprits d’erreur [hérésies], et à des doctrines de démons [fausses religions et religions de l’homme], parlant le mensonge avec hypocrisie, et ayant la conscience cautérisée [fausse conscience]».

2 Thessaloniciens 2, 3 : «Il [le jour du Seigneur] ne viendra point, qu’auparavant ne soit venue l’apostasie».

2 Thess. 2, 10-11 : « Et avec toute séduction d’iniquité pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu [voulu] l’amour de la vérité afin d’être sauvés. C’est pourquoi Dieu leur enverra une opération d’erreur, de manière qu’ils croiront au mensonge ; en sorte que soient condamnés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais ont acquiescé à l’iniquité» .

2 Timothée 3, 1-2, 5 : «Or sache qu’à la fin des jours, viendront des temps périlleux. Il y aura des hommes … Ayant toutefois une apparence de piété, mais en repoussant la réalité. Évite encore ceux-là [apostats, hérétiques, schismatiques] ».

2 Timothée 4, 3 : «Car viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine…»

II Jean 1, 10-11 : «Si quelqu’un vient à vous et n’apporte point cette doctrine [Tradition de l’Église], ne le recevez pas dans votre maison, ne lui dites pas même SALUT [comme l’hérétique, le schismatique, ou l’apostat]. Car celui qui lui dit SALUT [Dieu vous bénisse] communique à ses œuvres mauvaises».

La véritable Église catholique condamne infailliblement les hérésies du libéralisme (hérésie de la liberté religieuse), du relativisme (hérésie de la vérité relative non-absolue), de l’indifférentisme (hérésie que toutes religions sont « bonnes ») et du modernisme religieux (hérésie de l’évolution des dogmes). Toutes ces hérésies de vatican 2 sont des perversions de la vraie religion, l’apostasie et la mort de l’âme, et la ruine de la société.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Le symbole d’Athanase, Sess. 8, 22 novembre 1439, ex cathedra (Magistère infaillible solennel) : «Celui qui veut être sauvé, doit avant tout tenir la foi catholique, à moins que chacun la conserve intègre et inviolée, il périra sans aucun doute pour l’éternité».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441 (Décret. 571) ex cathedra (Magistère infaillible solennel) : «… tous ceux qui pensent des choses opposés et contraires, l’Église les condamne, les réprouve, les anathématise, et les dénonce comme étrangers au corps du Christ qui est l’Église».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Cantate Domino, 1441, ex cathedra (Magistère infaillible solennel) : ««La sainte Église romaine croit fermement, professe et prêche qu’aucun de ceux qui se trouvent en dehors de l’Église catholique, non seulement païens, mais encore juifs ou hérétiques et schismatiques ne peuvent devenir participants à la vie éternelle, mais iront « dans le feu éternel qui est préparé par le diable et ses anges » [Mt 25, 41], à moins qu’avant la fin de leur vie ils ne lui aient été agrégés ; … et que personne ne peut être sauvé, si grandes que soient ses aumônes, même s’il verse son sang pour le nom du Christ, s’il n’est pas demeuré dans le sein et dans l’unité de l’Église catholique».

Pape Pie VII, Post tam diuturnas, 29 avril 1814 (Magistère ordinaire de l’Église) : «Par cela même qu’on établit la liberté de tous les cultes sans distinction, on confond la vérité avec l’erreur et l’on  met au rang des sectes hérétiques et même de la perfidie judaïque, l’épouse sainte et immaculée du Christ, l’Église hors de laquelle il n’y a pas de salut».

Pape Grégoire XVI, Mirari vos (Magistère ordinaire de l’Église) : «L’Apôtre nous en avertit : « Il n’y a qu’un Dieu, qu’une foi, qu’un baptême » (Ad Ephes. IV, 5) ; qu’ils tremblent donc ceux qui s’imaginent que toute religion conduit au port du salut ; qu’ils réfléchissent sérieusement sur le témoignage du Sauveur lui-même : « qu’ils sont contre le Christ dès lors qu’ils ne sont pas avec le Christ » (Lc XI, 23) ; qu’ils dissipent misérablement par là même qu’ils n’amassent point avec lui, et que par conséquent, « ils périront éternellement, sans aucun doute, s’ils ne gardent pas la foi catholique et s’ils ne la conservent entière et sans altération » (Symb. S. Athanas.)».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 [Magistère] : «La pratique de l’Église a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient l’habitude de tenir en dehors de la communion catholique et étranger à l’Église, celui qui s’éloignerait le moins du monde d’un point quelconque de la doctrine proposée par l’autorité de son magistère».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9) [Magistère] : «Celui qui ne croit pas seulement en tout ne peut pour cette raison se considérer ou s’appeler catholique. Car il peut se poser d’autres hérésies, qui ne figurent pas dans ce travail qui est le nôtre, et, si quelqu’un tient à une seule hérésie, il est pas catholique».

Pape Pie XI, Mortalium Animos, n° 2 (Magistère) : «… la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louablesEn vérité, les partisans de cette théorie s’égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient [hérétiques], et ils versent par étapes dans le naturalisme et l’athéisme [apostasie] [voir Naturalisme et Athéisme]. La conclusion est claire : se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c’est s’éloigner complètement de la religion divinement révélée».

Pape Pie XI, Mortalium animos, 1er juin 1928 (Magistère ordinaire infaillible) : «Donc, Vénérables Frères, il est clair que ce Siège apostolique n’a jamais permis à ses sujets de prendre part aux assemblées des non-catholiques».

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 23), 29 juin 1943 [Magistère] : « Ce n’est pas tout péché, si grave soit-il, qui est tel que de sa propre nature fait rompre un homme du Corps de l’Église, comme le fait le schisme, l’hérésie ou l’apostasie ».

Voici un résumé ci-dessous des condamnations de l’œcuménisme et de l’indifférentisme religieux par le Magistère de l’Église catholique :

Pape Célestin Ier (422-432) :

  • Les idolâtres sont sans Dieu, « victimes de toutes sortes d’erreurs », «vases de colère» qui doivent être «arrachés à la puissance des ténèbres» – Indiculus (Ench. Symb. 139 246)
  • Les infidèles doivent recevoir la foi, « victimes de toutes sortes d’erreurs », des «vases de colère» qui doivent être «arrachés à la puissance des ténèbres» – Indiculus (Ench. Symb. 139 246)
  • Les juifs ne luisent pas de la lumière de la vérité, doivent faire disparaître le voile couvrant leur cœur, « victimes de toutes sortes d’erreurs », des «vases de colère» qui doivent être «arrachés à la puissance des ténèbres» – Indiculus (Ench. Symb. 139 246)
  • Les hérétiques doivent se repentir et accepter la foi catholique, « victimes de toutes sortes d’erreurs », des «vases de colère» qui doivent être «arrachés à la puissance des ténèbres» – Indiculus (Ench. Symb. 139 246)
  • Les schismatiques doivent faire pénitence, « victimes de toutes sortes d’erreurs », des «vases de colère» qui doivent être «arrachés à la puissance des ténèbres» – Indiculus (Ench. Symb. 139 246)
  • Les catéchumènes « victimes de toutes sortes d’erreurs », «vases de colère» qui doivent être «arrachés à la puissance des ténèbres», doivent être conduits au sacrement de la régénération (baptême d’eau) pour le salut – Indiculus (Ench. Symb. 139 246)
  • Les hérétiques corrompent la véritable manifestation du Saint Esprit  – Ephèse Décrets (ou décrétales) 74

Pape Vigile (537-555) :

  • Ceux qui rejettent la Foi sont “étrangers à l’Église Catholique” – Constantinople II Décrets 113

Pape St Martin Ier (649-655) :

  • Les Catholiques doivent anathématiser tous les hérétiques – Latran (Ench. Symb. 271-272 518 520)

Pape Hadrien Ier (772-795) : 

  • L’Église est pure de toute tâche et de toute offense –  Nicée II Décrets 133
  • Les Juifs sont anathèmes, totalement coupés de la Communion et de l’éclat divins – Nicée II Décrets 145

Pape Grégoire X (1271-1276) :

  • Les Musulmans sont blasphémateurs et sans Foi – Lyon II Décrets 309
  • Toute expression corporelle à la Messe est condamnée – Lyon II Décrets 328

Pape Boniface VIII (1294-1303) :

  • L’autorité civile doit être soumise à l’autorité de l’Église – Unam Sanctam (Ench. Symb. 469 873-875)
  • La tunique du Seigneur [l’Église] est sans coutures et ne peut être coupée – Unam Sanctam (Ench. Symb. 468 871)

Pape Clément V (1305 – 1314) :

  • C’est une grave offense de ne pas exterminer l’hérésie – Vienne Décrets 382
  • Les fausses religions sont sacrilèges et implantées par le diable – Vienne Décrets 383
  • La vraie liberté ne peut être trouvée que dans l’Église Catholique – Vienne Décrets 383
  • Seul le Pape peut définir le Magistère – Vienne Décrets 360
  • La conduite des Musulmans est obscène et détestable – Vienne Décrets 350
  • La musique païenne est une honte pour les églises – Vienne Décrets 378

Pape Clément VI (1342-1352) :

  • Seule l’Église Romaine est Catholique – Super Quibusdam (Ench. Symb. 570 a 1050)
  • Celui qui rejette la Papauté est en dehors de l’Église – Super Quibusdam (Ench. Symb. 570 b 1051)

Pape Eugène IV (1431-1447) : 

  • L’Islam est une secte abominable – Bâle Décrets 479
  • Les Juifs qui observent la Loi seront damnés – Florence, Cantate Domino (Ench. Symb. 712 1348)
  • Les hérétiques, schismatiques, juifs, païens (idolâtres, musulmans, hindous, taoïstes, bouddhistes, etc.) qui ne se convertissent pas vont en Enfer – Florence, Cantate Domino (Ench. Symb. 714 1351)
  • L’Église Catholique condamne toutes les opinions contraires – Florence Cantate Domino (Ench. Symb. 705 1332)

Pape Jules II (1503-1513) :

  • Les schismatiques sont les fils de la damnation – Latran V Décrets 597

Pape Léon X (1513-1521) : 

  • Il n’y a absolument aucun Salut en dehors de l’Église – Latran V Décrets 646
  • Les Musulmans attaquent la Croix symbole de Vie – Latran V Décrets 651
  • Les infidèles de l’orient (Turcs, musulmans, hindouistes, etc.) traitent avec un mépris complet le chemin qui mène à la véritable Lumière et au Salut – Latran V Décrets 651
  • Les Infidèles sont les ennemis haïssables de Dieu – Latran V Décrets 651
  • Les schismatiques sont privés des prières habituelles de l’Église – Exsurge Domine (Ench. Symb. 763 1473)

Pape Léon XII (1823-1829) :

  • N’est pas notre frère quiconque est hors de l’Église Catholique – Encycliques Papales (Vol. I) 202
  • Un évangile du Démon existe en dehors de l’Église – Encycliques Papales (Vol. I) 202

Pape Paul III (1534 – 1549) :

  • Personne ne peut changer les rituels approuvés par l’Église – Trente (Ench. Symb. 856 1613)
  • L’Église est attachée à la coutume des Sacrements – Trente (Ench. Symb. 856 1613)
  • C’est hérésie de dédaigner les rituels approuvés par l’Église – Trente (Ench. Symb. 856 1613)
  • Quiconque change le Sacrement de Confirmation, qu’il soit anathème – Trente (Ench. Symb. 856 1613)
  • Quiconque change le Sacrement de Baptême, qu’il soit anathème – Trente (Ench. Symb. 856 1613)
  • Quiconque change le sacrement de Mariage, qu’il soit anathème – Trente (Ench. Symb. 856 1613)
  • Sans la Foi Catholique, personne n’est jamais justifié – Trente (Ench. Symb. 787. 8011510. 1532)
  • Quiconque rejette la lecture traditionnelle des Écritures, qu’il soit anathème – Trente (Ench. Symb. 784 1504)

Pape Jules III (1550-1555) :

  • L’Extrême-onction ne peut être changée sans péché – Trente (Ench. Symb. 928 1718)

Pape St Pie V (1566 – 1572) :

  • Nous interdisons à perpétuité tout nouveau rituel à la Messe – Quo Primum
  • Quiconque change la Messe encourt la colère Divine – Quo Primum
  • Aucun nouveau rituel ne peut être ajouté à la liturgie – Quo Primum
  • Les adaptations radicales de la liturgie sont condamnées – Quo Primum

Pape Benoit XIV (1740-1748) :

  • Nous prions pour les Juifs sans Foi afin qu’ils sortent de leurs ténèbres – Encycliques Papales (Vol. I) 42

Pape Pie VI  (1775 – 1799) : 

  • Hérésie : La langue vernaculaire devrait être utilisée dans la liturgie.
  • Introduire à la Messe le langage populaire est démoniaque – Auctorem Fidei (Ench. Symb. 15331566. 2633 2666)
  • Le rituel de la Messe devrait être simplifié : condamné – Auctorem fidei (Ench. Symb. 1533 2633) 
  • Cette licence de penser, de dire, d’écrire et même de faire imprimer impunément en matière de religion : droit monstrueux – Quod aliquantum, 10 mars 1791
  • Les droits de l’homme, contraires à la religion et à la société – Adeo Nota, 23 avril 1791
  • Seuls les Catholiques sont Chrétiens – Super soliditate (Ench. Symb. 1500 2593)

Pape Pie VII (1800 – 1823) :

  • La liberté de tous les cultes sans distinction confond la vérité avec l’erreur et met au rang des sectes hérétiques l’épouse sainte et immaculée du Christ, l’Église hors de laquelle il n’y a pas de salut – Post tam diuturnas, 29 avril 1814

Pape Pie VIII (1829-1830) :

  • La seule véritable religion, c’est l’Église Catholique – Encycliques Papales (Vol. I) 222

Pape Grégoire XVI (1831 – 1846) : 

  • La liberté religieuse traite la révélation avec mépris – Mirari Vos 15
  • Il est absurde et outrageant de dire que l’Église a besoin de renouveau – Mirari Vos 11
  • La liberté de la presse est fatale, monstrueuse et horrible – Mirari Vos 16
  • Seuls les Catholiques adorent Dieu – Summo Iugiter 6
  • Les hérétiques rejettent la tradition du Verbe Divin – Inter praecipuas (Ench. Symb. 1630 2771)
  • L’indifférentisme, ce délire … la liberté de conscience … mort funeste pour les âmes – Mirari vos (Ench. Symb. 1613 2730)
  • Les méchants pensent que ‘la Foi quelle qu’elle soit’ conduit au ciel. Mirari vos (Ench. Symb. 1613 2730)
  • Qu’ils tremblent ceux qui s’imaginent que toute religion conduit au salut – Mirari vos
  • Ils périront éternellement, sans aucun doute, s’ils ne gardent pas la foi catholique et s’ils ne la conservent entière et sans altération. Mirari Vos n ° 13
  • La révélation de Dieu à l’homme n’est donnée que par le Christ – Mirari vos 28
  • Les schismatiques ne sont pas régénérés par le baptême – Mirari Vos 14

Pape Pie IX (1846 – 1878) : 

  • Les Protestants pervertissent l’Écriture Sainte – Qui Pluribus 14
  • Le pluralisme s’oppose à la raison humaine – Qui Pluribus 15
  • Grégoire XVI rejette les bibles protestantes, nous les condamnons de même – Qui Pluribus 14
  • Il faut tenir de foi que personne ne peut être sauvé hors de l’Église catholique apostolique et romaine ; il n’y a qu’un Dieu, qu’une Foi, qu’un Baptême – Singulari Quidem, 9 décembre 1854
  • Nos mêmes Prédécesseurs ont constamment opposé la fermeté Apostolique aux machinations criminelles d’hommes iniques, qui … promettent la liberté, eux, les esclaves de la corruption : ébranler les fondements de la religion catholique et de la société civile – Quanta Cura 2
  • Notre prédécesseur Grégoire XVI qualifiait de délire : « La liberté de conscience et des cultes est un droit propre à chaque homme » – Quanta Cura 5
  • L’enseignement de l’Église est le dépôt de la Foi – Vatican I, Dei Filius (Ench. Symb. 1800 3020)
  • La Doctrine n’a pas été donnée pour être perfectionnée – Vatican I Dei Filius (Ench. Symb. 1800 3020)
  • Le sens des dogmes doit être conservé à perpétuité comme l’Église l’a présenté une fois pour toutes et il n’est jamais loisible de s’en écarter au nom d’une compréhension plus poussée – Vatican I, sess. 3, chap. 4
  • Je n’interpréterai jamais l’Écriture que selon le consentement unanime des pères – Vatican I s. 2
  • La révélation est contenue dans les livres écrits et dans les traditions non écrites reçues par les apôtres – Vatican I s. 3, c. 2
  • On doit croire de foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans la Parole de Dieu, écrite ou transmise par la Tradition, et que l’Église propose à croire comme divinement révélé – Vatican I s. 3, c. 3
  • La liberté de religion n’est pas sacrée – Enchiridion Symbolorum 1932
  • Ce qu’exprime l’Église doit être tenu éternellement pour la Vérité – Vatican I Dei Filius (Ench. Symb. 1800 3020)
  • Aucun homme n’est libre d’embrasser et de professer la religion qu’il aura réputée vraie d’après la lumière de la raison – Syllabus, 8 déc. 1864, n° 15 (Denz. 1715 2915)
  • Les hommes ne peuvent pas trouver le salut éternel dans n’importe quelle religion – Syllabus, n° 16
  • Pas de salut éternel pour tous ceux qui ne vivent pas dans le sein de la véritable Église du Christ – Syllabus, n° 17
  • Le protestantisme est une fausse religion chrétienne, désagréable à Dieu – Syllabus, n° 18
  • Seuls les Catholiques ont droit à la liberté religieuse – Syllabus n° 77 (Denz. 1777 2977)
  • L’État doit interdire les religions non Catholiques – Syllabus n° 78 (Denz. 1778 2978)
  • La liberté civile de tous les cultes conduit à la corruption des mœurs et des esprits, et propage la peste de l’indifférentisme – Syllabus n° 79 (Denz. 1779 2979)

Pape Léon XIII (1878 – 1903) : 

  • Quand le Magistère déclare que telle ou telle vérité fait partie de l’ensemble de la doctrine révélée, chacun doit croire avec certitude que cela est vrai – Satis Cognitum
  • Tous les hérétiques sont hors de la Communion Catholique et hostiles à l’Église – Satis Cognitum 9
  • Quiconque est séparé de l’Église commet un adultère – Satis Cognitum 5
  • Quiconque est séparé de l’Église “ne peut jouir de la Foi du Père et du Fils – Satis Cognitum 5
  • Seul le Pape possède l’autorité suprême – Satis cognitum (Ench. Symb. 1961 3309)
  • Les traditions païennes sont stériles et sans valeur – Satis Cognitum 9
  • Le Magistère ne peut commettre d’erreur – Satis Cognitum 9
  • Le dissident, même sur un point de vérité divinement révélée, rejette absolument toute foi – Satis Cognitum n° 9
  • Si quelqu’un en tient une seule [de ces hérésies] il n’est pas catholique – Satis Cognitum n° 9
  • L’enseignement unanime des Pères avaient coutume de tenir hors de la communion catholique et étranger à l’Église, celui qui s’écarterait le moins du monde de n’importe quel point de la doctrine du Magistère – Satis Cognitum n° 9
  • Ceux qui ne prennent de la doctrine chrétienne que ce qu’ils veulent obéissent à eux-mêmes plutôt qu’à Dieu – Satis Cognitum n° 9
  • C’est une erreur gravissime de considérer l’Église comme une institution humaine – Satis Cognitum 3
  • Penser qu’il est indifférent qu’elle [religion] ait des formes  disparates et contraires équivaut à n’en vouloir ni choisir, ni suivre aucune. C’est l’athéisme moins le nom – Immortale Dei
  • Nier cette souveraineté de Dieu ou refuser de s’y soumettre, ce n’est pas la liberté, c’est le vice capital du Libéralisme».  Libertas, 20 juin 1888
  • La liberté des cultes est si contraire à la vertu de religion, qu’il est loisible à chacun de professer telle religion qui lui plaît ou même de n’en professer aucune – Libertas, 20 juin 1888
  • La liberté s’arrogeant le droit de tout enseigner à sa guise, est en contradiction flagrante avec la raison pour produire un renversement complet dans les esprits – Libertas, 20 juin 1888
  • Accordez à chacun la liberté illimitée de parler et d’écrire, rien ne demeure sacré et inviolable, rien ne sera épargné, pas même ces vérités premières, ces grands prin­cipes naturels – Libertas, 20 juin 1888
  • Cette liberté veut que l’État ne rende aucun culte à Dieu ou n’autorise aucun culte public, que nulle religion soit préférée à l’autre, que toutes soient considérées comme ayant les mêmes droits – Libertas, 20 juin 1888
  • Puisqu’il est donc nécessaire de professer une religion dans la société, il faut professer celle qui est la seule vraie – Libertas, 20 juin 1888

Pape St Pie X (1903 – 1914) :

  • Les Modernistes soutiennent que tout en religion évolue – Pascendi 26
  • L’Évolution est la doctrine des modernistes
  • L’Évolution des Dogmes est une erreur des modernistes
  • L’Église ne peut toucher à la substance des sacrements – Ex quo nono (Ench. Symb. 2147 a 3556)
  • La Révélation n’a pu être autre chose que la conscience acquise par l’homme des rapports existants entre Dieu et lui : Condamné – Lamentabili, n°20
  • La Révélation qui constitue l’objet de la foi catholique n’a pas été complète avec les Apôtres : Condamné – Lamentabili, n°21
  • Les dogmes que l’Église déclare révélés ne sont pas des vérités descendues du ciel, mais une certaine interprétation de faits religieux que l’esprit humain s’est formée : Condamné – Lamentabili, n°22
  • La vérité n’est pas plus immuable que l’homme lui-même, car elle évolue avec lui : Condamné – Lamentabili, n°58
  • Le Christ n’a pas enseigné un corps déterminé de doctrine, applicable à tous les temps et à tous les hommes, mais un certain mouvement religieux adapté à la diversité des temps et des lieux : Condamné – Lamentabili, n°59
  • La doctrine chrétienne fut, en ses origines, judaïque, mais elle est devenue, par évolutions successives, d’abord paulinienne, puis johannique, enfin hellénique et universelle : Condamné – Lamentabili, n°60
  • Les principaux articles du Symbole des Apôtres n’avaient pas pour les chrétiens des premiers siècles la même signification qu’ils ont pour ceux de notre temps : Condamné – Lamentabili, n° 62
  • L’Église se montre incapable de défendre efficacement la morale évangélique, parce qu’elle se tient obstinément attachée à des doctrines immuables qui ne peuvent se concilier avec les progrès actuels : Condamné – Lamentabili, n° 63
  • Le progrès des sciences exige que l’on réforme les concepts de la doctrine chrétienne sur Dieu, sur la Création, sur la Révélation, sur la Personne du Verbe Incarné, sur la Rédemption : Condamné – Lamentabili, n° 64
  • Le catholicisme d’aujourd’hui ne peut se concilier avec la vraie science à moins de se transformer en un certain christianisme non dogmatique, c’est-à-dire en un protestantisme large et libéral : Condamné – Lamentabili, n° 65
  • L’athéisme est stupide – Pascendi (Ench. Symb. 2073 3476)
  • Vouloir concilier la foi avec l’esprit moderne mène à la perte totale de la foi – Pascendi
  • Les Modernistes maintiennent : Toutes les religions ont le sentiment religieux – Pascendi 14
  • Les Modernistes soutiennent que chacun a la secrète intuition de Dieu – Pascendi 14
  • Les Modernistes appliquent l’expérience à la Tradition et ainsi la détruisent – Pascendi 15
  • Les modernistes tiennent pour vraies toutes les religions – Pascendi 16
  • La Conscience est l’autorité chez les Modernistes – Pascendi 23
  • L’Église est une conscience collective : condamné – Pascendi 23
  • L’adoration des Modernistes consiste surtout à s’adapter aux coutumes du monde – Pascendi 26
  • Les modernistes posent tout d’abord ce principe général que, dans une religion vivante, il n’est rien qui ne soit variable, rien qui ne doive varier. … le point capital de leur système, l’évolution. – Pascendi 32
  • La doctrine des modernistes : rien de stable, rien d’immuable dans l’Église, le progrès humain dans la religion catholique, comme si cette religion n’était pas l’œuvre de Dieu, mais l’œuvre des hommes, susceptible de perfectionnements humains – Pascendi 38
  • Le modernisme, rendez-vous de toutes les hérésies, de toutes les erreurs qui furent jamais contre la foi – Pascendi 53
  • Seul le Catholicisme permet d’accéder à une famille universelle – Notre Mandat Apostolique 24
  • Les faux espoirs concernant la dignité humaine sont la racine de bien des erreurs – Notre Mandat Apostolique 25

Pape Pie XI (1922 – 1939) : 

  •  Ceux qui soutiennent que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables pervertissent la notion de la vraie religion, la rejettent et versent dans le naturalisme et l’athéisme [apostasie]» – Mortalium Animos, n° 2
  • L’œcuménisme abandonne la religion divinement révélée – Mortalium Animos 2
  • Encourager l’œcuménisme, c’est rejeter la vraie religion – Mortalium Animos 2
  • L’œcuménisme ne peut en aucune façon être approuvé par les Catholiques – Mortalium Animos 2
  • L’œcuménisme déforme la véritable idée de la religion et de ce fait la rejette – Mortalium Animos 2
  • L’Église Catholique est l’union de tous les Chrétiens – Mortalium Animos 3
  • L’Église Catholique a un seul troupeau et un seul berger – Mortalium Animos 7
  • Les modernistes disent : L’Église s’est trompée – Mortalium Animos 8
  • Toute collaboration avec des non-catholiques est interdite –  (Ench. Symb. 2199 – )
  • Les hérétiques soutiennent : l’Évangile peut être modifié pour répondre aux besoins de la vie humaine – Mortalium Animos 12
  • S’ils “rêvent d’unité” qu’ils rentrent dans l’Église – Mortalium Animos 16
  • Dieu nous appelle tous à l’unité Catholique – Mortalium Animos 17
  • L’éducation sexuelle est répugnante – Casti connubii (Ench. Symb. 2214 3697)
  • Il n’est permis en aucun cas aux couples de limiter les naissances – Casti Connubii 28
  • Le contrôle des naissances est un péché grave – Casti Connubii 28-29

Pape Pie XII (1939 – 1958) :

  • Les Chrétiens sont un dans la Foi et le Gouvernement – Mystici corporis (Ench. Symb. 2286 3802)
  • Le schisme, l’hérésie ou l’apostasie, fait rompre un homme du Corps de l’Église – Mystici Corporis Christi (n° 23)
  • Seuls font partie des membres de l’Église, ceux qui ont reçu le baptême de régénération et professent la vraie foi – Mystici corporis Christi 
  • Seule l’Église Catholique est le Corps du Christ – Mystici Corporis 17-18
  • Celui qui refuse d’écouter l’Église doit être considéré, d’après l’ordre du Seigneur, comme un païen et un publicain – Mystici corporis Christi
  • Les hérétiques pensent que la liturgie est une concélébration de la communauté – Mediator Dei 83
  • La révélation de Dieu à l’homme n’est donnée que par le Christ – Mediator Dei 83
  • L’humanisme est dangereux et détourne les esprits – Mediator Dei 203

L’«échec de la croix» – Apostasie de plus de François

L’antipape François dit que la croix est un «échec». Dire que la Croix du Christ est un échec est une apostasie. La Croix et la mort de Jésus-Christ – le Verbe de Dieu fait chair, vrai Dieu et vrai homme – est la victoire sur le monde, la victoire sur le péché, la victoire sur la mort et la victoire sur le diable et c’est l’accomplissement de la Rédemption qui est plus grande et qui inclut la création. Ceux qui pensent que la «croix est un échec» suivant l’apostat Jorge Bergoglio (ou Imbroglio) parlent comme le diable et nient le Verbe venu dans la chair : ce sont des antéchrists qui disent que Jésus est un échec, car Jésus-Christ et sa Croix ne font qu’un. Mais comme d’habitudes, ces apostats diront : « Ce n’est pas cela qu’il a dis et ce n’est pas cela qu’il a voulu dire ». Pourtant c’est tout à fait cela qu’il dit et c’est tout à fait cela qu’il a voulu dire, et il détruit Jésus mot pour mot comme tous les hérétiques. Cela montre à quel point les non-catholiques qui n’ont pas la vraie foi confondent et inversent l’hérésie avec la vérité.

I Jean 4, 3 : «tout esprit qui détruit Jésus n’est pas de Dieu, et celui-là est l’antéchrist».

Le pape Pie VI enseigne que la méthode frauduleuse utilisée pour établir l’erreur est celle qui permet à la fois la possibilité de promouvoir l’erreur :

Pape Pie VI, Bulle Auctorem fidei, 28 août 1794 : « [Les anciens docteurs] connaissaient la capacité des innovateurs dans l’art de la tromperie. Afin de ne pas choquer les oreilles des catholiques, ils ont cherché à cacher les subtilités … par l’utilisation de mots apparemment inoffensifs qui leur permettrait d’insinuer l’erreur dans les âmes de la manière la plus douce. … telle a toujours été la méthode frauduleuse et l’audace utilisée par les innovateurs [dans l’art de la tromperie] pour établir l’erreur, qui permet à la fois la possibilité de promouvoir l’erreur et de l’excuser… dès qu’il devient nécessaire d’exposer des états qui déguisent une erreur ou un danger suspect sous le voile de l’ambiguïté, nous devons dénoncer le sens pervers dans lesquels l’erreur se rapportant aux vérités catholiques est camouflée ».

Ci-dessus, l’apostat antipape François nie l’Écriture et la foi catholique par la tromperie de l’erreur avec subtilité et ambiguïté, comme tous les hérétiques

Isaïe 5, 20 : « Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui font des ténèbres la lumière et de la lumière les ténèbres… »

1 Jean 4, 3 : « Et tout esprit qui détruit [dissout, divise] Jésus n’est point de Dieu, et celui-là est l’Antéchrist…»

2 Jean 1, 7 : « Car beaucoup d’imposteurs se sont introduits dans le monde, lesquels ne confessent pas que Jésus-Christ soit venu dans la chair ; ceux-là sont les imposteurs et les Antéchrists ».

Luc 12, 8-9 : Je vous le dis : Quiconque m’aura confessé devant les hommes, le Fils de l’homme aussi le confessera devant les anges de Dieu. Mais qui m’aura renié [rougira de moi] devant les hommes, sera renié devant les anges de Dieu [devant mon Père qui est aux cieux]».

Pape saint Léon le grand, (r. 440-461), père et docteur de l’Église, 5ème sermon du grand carême  : « Il [le démon] sent que le jour de la Passion approche et que son empire va être détruit par la puissance de la croix, de cette croix divine, qui, loin d’être un instrument de supplice pour notre Seigneur Jésus-Christ qui n’était point soumis à la mort, fut l’instrument dont Il se servit pour racheter le monde ».

Saint Hilaire de Poitiers (v. 315-367), père de l’Église, La Trinité T. III, livre 10, § 48 : «L’Apôtre qui parle parce que le Christ parle en lui [ce qui n’est pas le cas des hérétiques] et qui rappelle l’œuvre de notre salut accomplie par le Seigneur, décrit la mort du Christ en disant que celui-ci se dépouille de la chair, déshonore hardiment les Puissances et triomphe d’elles en sa personne. … Si dans sa mort il y a une violence de la mort et non pas le dépouillement de la chair en vertu de la puissance de Dieu… Mais si c’est le contraire de cela qu’on prêche dans les mystères de la Passion, quelle est, je te prie, cette démence que de rejeter la foi en la doctrine apostolique et de changer par là le sens de la religion en s’emparant, pour en faire l’opprobre d’un être débile, de tout ce qui est volontaire et mystérieux, de ce qui est puissance, hardiesse et triomphe

 

La fausse église vatican 2 et la fausse église schismatique orientale en « communion » de « foi »

Message de l’antipape François au patriarche Bartholomeos à l’occasion de la fête de saint André, le 30 novembre 2015 : « Même si toutes les différences entre les Églises catholique et orthodoxe n’ont pas été dépassées, les conditions sont maintenant rassemblées pour rétablir la pleine communion de foi, de concorde fraternelle et de vie sacramentelle qui exista entre elles au cours de premier millénaire de la vie de l’Église ».

C’est juste la secte apostate vatican 2 et la secte schismatique de l’ »orthodoxie »orientale qui prétendent être chrétiens.

Voir Hérésies des documents de vatican 2 ; 202 hérésies de vatican 2 ; Apostasie sur la liberté religieuse de vatican 2« Orthodoxes » schismatiques orientaux

Seuls les (vrais) catholiques sont chrétiens, non pas les apostats, les hérétiques et les schismatiques qui doivent se convertir et revenir dans le sein de l’Église catholique pour le salut :

Pape Grégoire XVI, Summo Iugiter studio (n° 6), 27 mai 1832 : « Par conséquent, ils doivent les instruire dans la vraie adoration de Dieu, qui est uniquement la religion catholique ».

Pape saint Grégoire le Grand : « La sainte Église universelle enseigne qu’il n’est pas possible d’adorer Dieu selon la vérité, sauf en Elle … »

L’Église interdit la prière et la communion avec les hérétiques et schismatiques :

Concile de Constantinople III, ex cathedra [Déclaration infaillible] : «Si un ecclésiastique ou laïc doit aller dans la synagogue des Juifs ou des lieux de réunions des hérétiques pour se joindre à la prière avec eux, qu’ils soient déposés et privés de communion [excommuniés] … »

Pape Vigile, deuxième concile de Constantinople, 553, (décrét. 110) ex cathedra [Déclaration infaillible] : «Même si un impie n’avait pas reçu l’anathème d’un autre sous forme verbale, il le porte cependant de fait contre lui en se séparant lui-même de la vraie vie par son impiété. Que répondent-ils à l’Apôtre qui répète encore : Pour ce qui est de l’hérétique, après un ou deux avertissements, romps avec lui, sachant qu’un tel homme est dévoyé, qu’il pèche et se condamne lui-même (Tite 3, 10)».

Pape Innocent III, quatrième concile du Latran, const. 3 ex cathedra [Déclaration infaillible] :  «Nous excommunions et anathématisons toute hérésie se dressant contre la foi sainte, catholique et orthodoxe, … Nous condamnons tous les hérétiques, quelque nom qu’ils portent, présentant des visages différents, mais étant liés ensemble par la queue, parce que la vanité les rassemble ».

Pape Léon X, cinquième concile de Latran, Session 8 et 9, Condamnation de toute assertion contraire à la vérité de la foi, ex cathedra [Déclaration infaillible] : « [Pour mémoire perpétuelle…] Puisque la vérité ne peut nullement être contraire à la vérité, Nous définissons donc comme étant complètement fausse toute assertion contraire à la vérité de la foi éclairée, et Nous interdisons avec la plus grande rigueur de permettre que soit enseignée une position différente. Et Nous décidons que tous ceux qui adhèrent à l’affirmation d’une telle erreur [toute assertion contraire à la vérité de la foi éclairée], en disséminant de la sorte les hérésies les plus condamnables, doivent être totalement évités et punis, comme étant de détestables et abominables hérétiques et infidèles qui ébranlent la foi catholique. […] Et pour que les faux chrétiens, de même que ceux qui ne pensent pas correctement en matière de foi, quelque soit leur Etat ou Nation, de même que les hérétiques ou ceux qui sont entachés de la souillure d’hérésie, ou encore les judaïsants, soient complètement éliminés du troupeau des fidèles du Christ, pour qu’ils soient chassés de partout, en particulier de la curie romaine, et soient punis d’une juste remontrance. Si quelqu’un… qu’il soit… [condamnation]»

Pape Paul V, Bref Romani Pontificis, contra Fidelitatis juramentum (Le Pontife romain, contre l’Allégeance), réitération de l’interdiction du pape Paul IV et de ses prédécesseurs, 22 sept. 1606 : «Grande est la douleur de notre esprit pour les tribulations et les calamités vous avez constamment subi pour votre adhésion à la foi de l’Église catholique ; et nous comprenons que ces tentatives sont devenus plus sévères à l’heure actuelle, notre affliction augmente excessivement. Car nous sommes informés que vous êtes forcés, sous les peines les plus graves, d’aller dans les églises des hérétiques, de fréquenter leurs réunions, et d’assister à leurs sermons. En effet, nous sommes pleinement convaincus que vous qui, avec tant de courage et de constance, avez ici à subi des misères presque infinies, afin de marcher sans tache dans la loi du Seigneur, ne consentirez jamais à être souillés par la communication avec ceux qui ont abandonné la loi divine. Néanmoins, poussé par le zèle de notre devoir pastoral, et la sollicitude paternelle avec laquelle nous travaillons tous les jours pour le salut de vos âmes, nous sommes obligés d’avertir et de vous en conjurer, qu’en aucun cas vous alliez dans les églises des hérétiques, ou entendiez leurs sermons, ou participiez à leurs rites, de peur que vous encouriez la colère de Dieu ; Car il n’est pas licite pour vous faire de telles choses, sans déshonorer Dieu, et nuire à votre propre âme».

Pape Pie VI, Caritas Quae (# 29-31), 13 avril 1791 : « Gardez aussi loin de vous que possible toute intrusion et schisme … Surtout, évitez et condamnez les intrus sacrilèges … Tenez-vous à l’écart de tous les intrus, appelés archevêques, évêques ou curés ; ne tenez pas la communion avec eux en particulier dans le culte divin » .

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 10) [Magistère] : « … l’unité de la foi est nécessairement requise pour l’unité de l’Église, dans la mesure où c’est le corps des fidèles, de même pour cette même unité, dans la mesure où l’Eglise est une société divinement constituée, dont les effets sont l’unité de gouvernement et implique l’unité de la communion, est nécessaire jure divino (par la loi divine)».

Pape Pie XI, Mortalium animos, 1er juin 1928 [Magistère] : « Donc, Vénérables Frères, il est clair que ce Siège apostolique n’a jamais permis à ses sujets de prendre part aux assemblées des non-catholiques».

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n ° 22) [Magistère] : «… comme dans la vraie communauté chrétienne il n’y a qu’un seul corps, un seul Esprit, un seul Seigneur, un seul baptême, il ne peut y avoir qu’une seule foi. Et par conséquent, si un homme refuse d’entendre l’Église qu’il soit considéré – ainsi le Seigneur commande – comme un païen et un publicain. Il s’ensuit que ceux qui sont divisés dans la foi [hérétiques] ou de gouvernement [schismatiques] ne peuvent être vivants dans l’unité d’un tel organisme, ils ne peuvent pas vivre la vie de son seul Esprit Divin ».

 

L’antipape François reçoit le Prix Charlemagne

Le prix Charlemagne décerné depuis 1950 par la ville d’Aix-La-Chapelle est un prix de l’oligarchie mondialiste maçonnique : Voir Déchristianisation, franc-maçonnerie-église de Satan et «nouvel ordre mondial».

Ce prix récompense la promotion des valeurs européennes et sa réception par François confirme que l’état du Vatican est sous la tutelle temporelle d’Europa : Voir Europa, la bête – Le Monde arrive-t-il à sa Fin ? L’Apocalypse expliquée ?

L’antipape antéchrist Jean-Paul 2 avait reçu le prix Charlemagne en 2004. Pour l’année 2016, ce prix est attribué à l’antipape et laïc François pour «son discours historique» au Parlement européen en novembre 2014 où il appelé l’Europe à reprendre le leadership mondial après des années de crise et pour son discours appelant les législateurs à placer «la dignité des êtres humains et les idéaux des pères fondateurs de l’Europe au cœur de leur travail». Selon le comité de sélection, le pape signifie «la paix et la compréhension, de la miséricorde, la tolérance, la solidarité et la conservation de la création» et «À une époque où de nombreux citoyens d’Europe sont à la recherche d’orientation, François envoie un message d’espoir et d’encouragement».

François acceptera cette récompense démoniaque.

 

Apostasie : L’antipape François à la synagogue de Rome

François synagogue rome 17 janv 2016

Ci-dessus, l’antipape François à la synagogue de Rome le 17 janvier 2016, comme ses prédécesseur les antipapes Jean-Paul 2 et Benoit 16 : une chose totalement condamnée par l’Église catholique.

Aucun pape catholique n’a jamais mis les pieds dans une synagogue car tous savaient que c’était un acte public d’apostasie, mais pas pour la secte vatican 2 et un non-catholique comme François.

Antipape François à la synagogue de Rome, 17 janvier 2016 : « La violence de l’homme contre l’homme est en contradiction avec toute religion digne de ce nom, et en particulier avec les trois grandes religions monothéistes »

Contrairement à l’apostasie de François, l’Église catholique interdit aux catholiques d’entrer dans les synagogues ou les lieux de réunions des hérétiques «pour se joindre à la prière avec eux».

Troisième Concile de Constantinople, 680-681 ex cathedra : « Si un ecclésiastique ou laïque doit aller dans la synagogue des Juifs ou les lieux de réunions des hérétiques pour se joindre à la prière avec eux, qu’ils soit destitué et privé de la communion [excommunié]. Si un évêque ou un prêtre ou le diacre doit s’unir dans la prière avec les hérétiques, qu’il soit suspendu de la communion ».

Concile de Carthage : « Il ne faut ni prier, ni chanter des psaumes avec les hérétiques, et celui qui doit communiquer avec ceux qui sont coupés de la communion de l’Église, [c’est-à-dire les hérétiques et les schismatiques tels que juifs, musulmans, protestants, etc.] clerc ou laïque : qu’il soit excommunié ».

L’apostat complet Jorge Bergoglio dit qu’il y a d’autres « religions dignes de ce nom », c’est-à-dire d’autres religions vraies venant du vrai Dieu. C’est l’apostasie, le sacrilège, le blasphème et la négation de l’enseignement du Christ par le Magistère de Son l’Eglise catholique, sa véritable épouse. Selon la secte vatican 2, les juifs qui rejettent le Christ et sa divinité (comme les musulmans et les autres idolâtres) n’ont même plus besoin de se convertir au Christ pour être sauvés, ce qui est l’exact contraire du Magistère de l’Église catholique. L’Église catholique enseigne infailliblement qu’on doit croire en Jésus-Christ et avoir la foi catholique pour le salut :

Eugène IV, Concile de Florence, Le symbole d’Athanase, Sess. 8, 22 novembre 1439, ex-cathedra : « Celui qui veut être sauvé, doit avant tout tenir la foi catholique, car si quelqu’un ne la garde pas entière et inviolée, sans nul doute il périra pour l’éternité ».

Pape Grégoire XVI, Mirari Vos (n ° 13), 15 août 1832 : L’Apôtre nous en avertit :  » Il n’y a qu’un Dieu, qu’une foi, qu’un baptême  » (Ephes. IV, 5) ; qu’ils tremblent donc ceux qui s’imaginent que toute religion conduit par une voie facile au port de la félicité ; qu’ils réfléchissent sérieusement sur le témoignage du Sauveur lui-même :  » qu’ils sont contre le Christ dès lors qu’ils ne sont pas avec le Christ  » (Luc XI, 23) ; qu’ils dissipent misérablement par là même qu’ils n’amassent point avec lui, et que par conséquent,  » ils périront éternellement, sans aucun doute, s’ils ne gardent pas la foi catholique et s’ils ne la conservent entière [l’ensemble de la foi] et sans altération [inviolable] (Symb. St Athanase) ».

Pape Boniface VIII, Unam Sanctam, 18 novembre 1302, ex cathedra : «… cette Église en dehors de laquelle il n’y a pas de salut ni rémission des péchés … En outre, nous déclarons, disons, définissons et proclamons à toute créature humaine qu’ils ont la nécessité absolue pour le salut d’être entièrement soumis au Pontife romain ».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Cantate Domino, 1441, ex cathedra : «… aucun de ceux qui se trouvent en dehors de l’Église catholique, non seulement païens, mais encore juifs ou hérétiques et schismatiques ne peuvent devenir participants à la vie éternelle, mais iront « dans le feu éternel qui est préparé pour le diable et ses anges » Mt 25, 41, à moins qu’avant la fin de leur vie ils ne lui aient été agrégés ; elle professe aussi que l’unité du corps de l’Église a un tel pouvoir que les sacrements de l’Église n’ont d’utilité en vue du salut que pour ceux qui demeurent en elle, pour eux seuls jeûnes, aumônes et tous les autres devoirs de la piété et exercices de la milice chrétienne enfantent les récompenses éternelles, et que personne ne peut être sauvé, si grandes que soient ses aumônes, même s’il verse son sang pour le nom du Christ, s’il n’est pas demeuré dans le sein et dans l’unité de l’Église catholique».

L’Église enseigne aussi que c’est un péché mortel d’observer ou de pratiquer le judaïsme. Les juifs pratiquent l’ancienne loi et rejettent la Trinité et la divinité du Christ en plus d’appeler le Christ un menteur ou un mythe inventé par les chrétiens – Pourtant, malgré cela, beaucoup de soi-disant chrétiens affirment effectivement que les Juifs sont «bons», ou qu’ils peuvent être sauvés ou qu’ils restent les personnes « élues de Dieu ».

L’Église catholique enseigne ce qui suit à propos de la cessation de l’ancienne loi et de tous ceux qui continuent de l’observer :

Pape Eugène IV, Concile de Florence, 1441, ex cathedra : « Elle [la sainte Église romaine] croit fermement, professe et enseigne que les prescriptions légales de l’Ancien Testament [la loi mosaïque], qui se divisent en cérémonies, [rites sacrés] saints sacrifices, sacrements … une fois venu notre Seigneur Jésus-Christ … ont pris fin, et qu’ont commencé les sacrements du Nouveau Testament. Quiconque encore après la passion, met son espoir dans les prescriptions légales et se soumet à elles en les croyant nécessaires au salut, comme si la foi dans le Christ ne pouvait sauver sans elles, a péché mortellement. … Tous ceux, donc, qui, après ce moment-là (la promulgation de l’Evangile) observent la circoncision et le sabbat (à ne pas confondre avec le sabbat chrétien) et les autres exigences de la loi [que sont les juifs pratiquants], la sainte Église romaine les déclare étrangers à la foi chrétienne et pas le moins aptes à participer au salut éternel ».

Pape Léon X, cinquième concile de Latran, Session 8 et 9 ex cathedra : «[Pour mémoire perpétuelle…] Puisque la vérité ne peut nullement être contraire à la vérité, Nous définissons donc comme étant complètement fausse toute assertion contraire à la vérité de la foi éclairée, et Nous interdisons avec la plus grande rigueur de permettre que soit enseignée une position différente. Et Nous décidons que tous ceux qui adhèrent à l’affirmation d’une telle erreur, en disséminant de la sorte les hérésies les plus condamnables, doivent être totalement évités et punis, comme étant de détestables et abominables hérétiques et infidèles qui ébranlent la foi catholique. […] Et pour que les faux chrétiens, de même que ceux qui ne pensent pas correctement en matière de foi, quelque soit leur État ou Nation, de même que les hérétiques ou ceux qui sont entachés de la souillure d’hérésie, OU ENCORE LES Judaïsants, soient complètement éliminés du troupeau des fidèles du Christ, pour qu’ils soient chassés de partout, en particulier de la curie romaine, et soient punis d’une juste remontrance. Si quelqu’un … qu’il soit… [condamnation]»

Dire que les juifs n’ont plus besoin de se convertir pour le salut, c’est l’apostasie ; aller participer aux prières dans une synagogue est un acte d’apostasie et un déni du Christ. François n’est pas pape et n’est pas catholique du tout : il rejette et il crache sur les Conciles de l’Église catholique – l’enseignement infaillible du Christ – comme ses prédécesseurs.

Apostasie complète : L’antipape François commémorera le 500ème anniversaire de l’hérésie protestante

Le 31 octobre 2016, le chef de la secte vatican 2 commémorera l’anniversaire de l’hérésie protestante – une des plus célèbre hérésie contre la foi divine et l’Église catholique.

luther

Martin Luther, peut-être l’hérétique le plus célèbre dans l’histoire de l’Église, a enseigné l’hérésie de la justification par la foi seule, parmi beaucoup d’autres.

Le pape Léon X condamna les thèses de Martin Luther dans la bulle Exsurge Domine, le 15 juin 1520. Luther déchira la bulle, et l’Église, par le pape Léon X et sa bulle Decet Romanum Pontificem du 3 janvier 1521, déclara Luther comme hérétique (ou hérétique de fait ainsi hérétique déclaré).

L’Eglise catholique enseigne que les personnes baptisées qui embrassent les sectes hérétiques perdront leurs âmes. Jésus a fondé son Eglise sur Saint Pierre, et a déclaré que celui qui n’écoute pas l’Église soit considéré comme un païen et un publicain (Matthieu 18, 17). Il a également commandé à ses disciples d’observer «toutes les choses qu’Il a prescrites» (Matthieu 28, 20). Les sectes protestantes sont des mouvements qui se sont coupés de l’Église catholique. En se séparant de l’unique Église du Christ, ils quittent la voie du salut et entrent dans le chemin de la perdition.

Ces sectes (entre 25000 et 30000 sectes protestantes) refusent obstinément et opiniâtrement une ou plusieurs des vérités que le Christ a clairement enseignées, telles que la papauté (Matthieu 16 ; Jean 21, etc.), la confession (Jean 20, 23), l’Eucharistie (Jean 6, 54), et de nombreux autres dogmes de la foi catholique. Pour être sauvé il faut l’assentiment de toutes les choses que l’Eglise catholique, fondée sur l’Écriture et la Tradition, a infailliblement définies comme des dogmes de la foi.

Voici, ci-dessous, quelques dogmes infaillibles de la foi catholique qui sont rejetés par les protestants. L’Église anathématise (une forme grave d’excommunication) tous ceux qui affirment obstinément le contraire de ses définitions dogmatiques.

Pour comprendre le mot anathème … nous devons d’abord revenir à la vraie signification de herem dont il est l’équivalent. Herem vient du mot haram, pour couper, pour se séparer, pour maudire, et indique ce qui est maudit et condamné à être coupé ou exterminé, une personne ou une chose, en conséquence, dont l’homme a interdiction de faire usage, c’est le sens du mot anathème dans le passage suivant :

Deut. 7, 26 (Vulgate) : «Tu ne porteras rien de l’idole dans ta maison, afin que tu ne deviennes pas anathème comme elle-même l’est. Tu la détesteras comme de la fange, et tu l’auras en abomination comme de la souillure et des ordures, parce que c’est un anathème».

Un protestant qui rejette obstinément ces enseignements dogmatiques est frappé d’anathème et est séparé de l’Église, en dehors de laquelle il n’y a pas de salut. L’Église dit : «Si quelqu’un dit … Qu’il soit anathème [sit anathèma]» par opposition à «Si quelqu’un dit … il est anathème [anathèma EST]». Cette qualification «Qu’il soit» laisse une marge aux catholiques qui ignorent peut-être un dogme particulier, et cela serait conforme à l’enseignement du canon disant «dès qu’il lui a été présenté». La personne qui est obstinée, cependant, et qui contredit délibérément l’enseignement dogmatique de l’Église, reçoit de plein fouet la condamnation automatique (De fait).

Si on était autorisé à rejeter ces dogmes en étant encore sauvé, alors ces définitions infaillibles et leurs anathèmes d’accompagnement n’auraient pas de sens, pas de valeur ou de force. Mais elles ont une signification, une valeur et une force – ce sont des enseignements infaillibles protégés par Jésus-Christ. Ainsi, tous ceux qui rejettent ces dogmes sont anathèmes et sont sur le chemin de la damnation.

Pape Jules III, Concile de Trente, Session 13, Can. 1 sur l’Eucharistie, ex cathedra : « Si quelqu’un nie que dans le sacrement de la très sainte Eucharistie, il y a vraiment, réellement et substantiellement de contenu le Corps et le Sang conjointement avec l’âme et la divinité de notre Seigneur Jésus-Christ, et par conséquent l’ensemble du Christ, mais qu’il dit qu’il est en elle comme par signe ou figure, ou de force, qu’il soit anathème ».

Pape Jules III, Concile de Trente, Session 14, Canon 3 sur le sacrement de la Pénitence ex cathedra : « Si quelqu’un dit que les paroles du Seigneur Sauveur : « Recevez le Saint-Esprit, ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront pardonnés, et ceux dont vous retiendrez les péchés, ils leur seront retenus » [Jean 20, 22 f], ne doivent pas être compris du pouvoir de remettre et de retenir les péchés dans le sacrement de pénitence … qu’il soit anathème».

Pape Jules III, Concile de Trente, Session 14, sur l’extrême-onction et de la Pénitence : « Tel est donc ce que ce saint concile œcuménique professe et enseigne sur les sacrements de pénitence et d’extrême-onction, et qu’il propose de croire et de tenir à tous les chrétiens. Il donne les canons suivants pour qu’ils soient inviolablement observés ; il condamne et anathématise à jamais ceux qui affirment le contraire».

Pape Paul III, Concile de Trente, Session 6, Chap. 16, ex cathedra : « Après cette doctrine catholique de la justification – pour laquelle nul, à moins qu’il l’accepte fidèlement et fermement, ne peut être justifié – il a paru bon au Saint-Synode d’ajouter ces chanoines, que tous puissent la connaître, non seulement ce qu’ils doivent tenir et suivre, mais aussi ce qu’ils doivent fuir et éviter ».

François commémorera l’hérésiarque Luther ; il commémorera la secte protestante. Cet apostat et ses adeptes commémoreront l’hérésie la plus meurtrière. Ils commémoreront la séparation des âmes d’avec Dieu. Ils commémoreront la damnation des âmes.

Pape Grégoire XVI, Mirari vos, 1832 : « … les extravagances coupables et les désirs criminels des Vaudois, des Béguards, des Wicléfistes et d’autres semblables enfants de Bélial, la honte et l’opprobre du genre humain, et pour ce motif il furent, tant de fois et avec raison, frappés d’anathème par le Siège Apostolique. Si ces fourbes achevés réunissent toutes leurs forces, c’est sûrement et uniquement afin de pouvoir dans leur triomphe se féliciter, avec Luther, d’être libres de tout ; … »

Pape Pie XI, encyclique Rerum omnium perturbationem, n° 4, 26 janvier 1923 : «Le saint qui ne fut pas moins la personne de François de Sales … Il semblait avoir été envoyé par Dieu en particulier pour lutter contre les hérésies engendrées par la Réforme [protestante]. C’est dans ces hérésies que l’on découvre les débuts de l’apostasie de l’Église de l’humanité, et les tristes effets désastreux qui sont déplorés, même à l’heure présente, par tout esprit juste».

Ceux qui continueront à rester, de près ou de loin, dans la secte vatican 2, malgré ces faits, fêteront l’hérésie comme des non-catholiques, des antichrists, des ennemis de Dieu qui rejoindront le diable et ses anges dans le feu éternel de l’enfer.

Hérésies de l’antipape François, Amoris Laetitia : les divorcés-remariés sont dans l’Église

Première hérésie :

Antipape François, Amoris Laetitia, sur l’amour dans la famille, n° 80 , 19 mars 2016 : «la sexualité « est ordonnée à l’amour conjugal de l’homme et de la femme »».

C’est l’hérésie : la sexualité n’est pas « ordonnée à l’amour conjugal de l’homme et de la femme », car l’Eglise catholique enseigne infailliblement tout le contraire : la fin première du mariage est la procréation et l’éducation des enfants, l’amour une des fins secondaires, la fin secondaire est subordonnée à la fin première, comme le prouvent les enseignements suivants (Voir Mariage) :

Pape Pie XI, Casti Connubii (n° 17), 31 déc. 1930, ex cathedra : « La fin principale du mariage est la procréation et l’éducation des enfants. … Pour les liens du mariage, ainsi que dans l’utilisation du droit matrimonial il y a aussi des fins secondaires, telles que l’entraide, la culture de l’amour mutuel et l’apaisement de la concupiscence que le mari et la femme ne sont pas interdits de considérer tant qu’ils sont subordonnés à la fin première et aussi longtemps que la nature intrinsèque de l’acte est préservée « .

Pape Pie XI, Casti Connubii (# s 53-56), 31 décembre 1930 ex cathedra :  «Les rapports sexuels, même avec l’épouse légitime sont illégaux et méchants où la conception de la progéniture est empêchée».

Décret du Saint-Office, Les fins du mariage, 29 mars-1er avril 1944 : «Exposé : Dans certains écrits il est affirmé que la fin primaire du mariage n’est pas de procréer des enfants, ou que les fins secondaires ne sont pas subordonnées à la fin primaire mais en sont indépendantes. Dans ces élucubrations la fin primaire est désignée diversement par les divers auteurs, par exemple l’accomplissement et la perfection personnelle des époux par une communauté complète de vie et d’action ; l’amour mutuel des conjoints à favoriser et à accomplir par le don psychique et corporel de sa propre personne, et d’autres semblables.
Dans ces mêmes écrits on donne parfois aux mots employés dans les documents de l’Église (comme fin primaire ou secondaire) un sens qui ne correspond pas à celui qu’ont ces concepts selon l’usage universel des théologiens. Question : Peut-on admettre l’opinion de certains modernes qui soit nient que la fin primaire du mariage est de procréer et d’éduquer des enfants, soit enseignent que les fins secondaires ne sont pas essentiellement subordonnées à la fin primaire, mais sont également principales et indépendantes ? Réponse (confirmée par le souverain pontife [Pie XII] le 30 mars) : Non».

Deuxième hérésie :

Antipape François, Amoris Laetitia, sur l’amour dans la famille, n° 297, 19 mars 2016 : «Il s’agit d’intégrer tout le monde, on doit aider chacun à trouver sa propre manière de faire partie de la communauté ecclésiale… Je ne me réfère pas seulement aux divorcés engagés dans une nouvelle union, mais à tous, en quelque situation qu’ils se trouvent… Dans l’optique d’une approche pastorale envers les personnes qui ont contracté un mariage civil, qui sont divorcées et remariées, ou qui vivent simplement en concubinage, il revient à l’Église de leur révéler la divine pédagogie de la grâce dans leurs vies et de les aider à parvenir à la plénitude du plan de Dieu sur eux » , toujours possible avec la force de l’Esprit Saint … il est important de faire en sorte que les personnes divorcées engagées dans une nouvelle union sentent qu’elles font partie de l’Église… elles sont inclues dans la communion ecclésiale…».

C’est l’hérésie : L’Église enseigne infailliblement tout le contraire : les divorcés qui sont remariés sont excommuniés d’office et ne peuvent donc pas « parvenir à la plénitude du plan de Dieu sur eux, toujours possible avec la force de l’Esprit Saint », comme le prouvent les enseignements suivants (voir Mariage) :

Pape Pie XI, Casti connubii, 31 déc. 1930 ex cathedra : «… Par la foi conjugale, on a en vue cette obligation qu’ont les époux de s’abstenir de tout rapport sexuel en dehors du lien conjugal ; dans les enfants, on a en vue le devoir, pour les époux, de les accueillir avec amour, de les nourrir avec sollicitude, de les élever religieusement dans le sacrement, enfin, on a en vue le devoir, qui s’impose aux époux, de ne pas rompre la vie commune, et l’interdiction, pour celui ou celle qui se sépare, de s’engager dans une autre union, fût-ce à raison des enfants. Telle est la loi du mariage où la fécondité de la nature trouve sa gloire, et le dévergondage de l’incontinence, son frein.» (S. August., De Gen. ad litt., I. IX, ch. VII, N. 12)

Troisième hérésie :

Antipape François, Amoris Laetitia, sur l’amour dans la famille, n° 298, 19 mars 2016 : «Les divorcés engagés dans une nouvelle union, par exemple, peuvent se retrouver dans des situations très différentes, qui ne doivent pas être cataloguées ou enfermées dans des affirmations trop rigides sans laisser de place à un discernement personnel et pastoral approprié. Une chose est une seconde union consolidée dans le temps, avec de nouveaux enfants, avec une fidélité prouvée, un don de soi généreux, un engagement chrétien, la conscience de l’irrégularité de sa propre situation et une grande difficulté à faire marche arrière sans sentir en conscience qu’on commet de nouvelles fautes».

Il dit : « Les divorcés engagés dans une nouvelle union… ne doivent pas être cataloguées ou enfermées dans des affirmations trop rigides … une seconde union consolidée dans le temps … un engagement chrétien… conscience de l’irrégularité de sa propre situation … sans sentir en conscience qu’on commet de nouvelles fautes »

C’est l’hérésie : L’Église catholique enseigne infailliblement tout le contraire : Les divorcés-remariés sont catalogués parce qu’ils sont excommuniés (et en état de péché mortel) tant qu’ils perdurent dans leur situation et que le mariage est indissoluble de loi divine comme le prouvent les enseignements suivants (voir Mariage) :

Pape Pie IX, Syllabus, proposition n° 73 : «Par la force du contrat purement civil, un vrai mariage peut exister entre chrétiens ; et il est faux, ou que le contrat de mariage entre chrétiens soit toujours un sacrement, ou que ce contrat soit nul en dehors du sacrement (9, 11, 12, 23)». – Condamné

Pape Léon XIII, Arcanum, 1880 : «Tout le monde doit savoir aussi que chez les chrétiens l’union de l’homme et de la femme, contractée en dehors du sacrement, n’a ni la validité, ni la nature d’un vrai mariage. Fût-elle conforme aux lois civiles, elle n’a cependant d’autre valeur que celle d’une formalité ou d’un usage introduit par le droit civil».

Pape Pie XI, Casti connubii, 31 déc. 1930 ex cathedra : «[le mariage] contracté sans ce lien perpétuel [lien perpétuel inhérent, de droit divin, à tout vrai mariage], … alors ce n’est pas un mariage, mais une union illicite incompatible comme telle avec la loi divine : union dans laquelle, en conséquence, on ne peut ni s’engager ni demeurer» (Pie VI, Rescript. ad Episc. Agriens., 11 juillet 1789).

Quatrième hérésie :

Antipape François, Amoris Laetitia, sur l’amour dans la famille, n° 298, 19 mars 2016 : «Il y aussi le cas de ceux qui ont consenti d’importants efforts pour sauver le premier mariage et ont subi un abandon injuste, ou celui de «ceux qui ont contracté une seconde union en vue de l’éducation de leurs enfants, et qui ont parfois, en conscience, la certitude subjective que le mariage précédent, irrémédiablement détruit, n’avait jamais été valide».

Il dit : « ceux qui ont contracté une seconde union … ont en conscience la certitude que le mariage précédent, irrémédiablement détruit, n’avait jamais été valide »

C’est l’hérésie : L’Église catholique enseigne infailliblement tout le contraire : Le mariage ratifié et consommé est indissoluble de droit divin (voir Mariage) :

Pape Pie XI, Casti connubii, 31 décembre 1930 ex cathedra : «si cette indissolubilité semble être soumise à une exception, très rare d’ailleurs comme dans les mariages naturels contractés entre seuls infidèles, ou si cette exception se vérifie en des mariages consentis entre chrétiens – ces derniers mariages consentis sans doute, mais non encore consommés, – cette exception ne dépend pas de la volonté des hommes ni d’aucun pouvoir purement humain, mais du droit divin, dont seule l’Église du Christ est la gardienne et l’interprète. Aucune faculté de ce genre, toutefois, pour aucun motif, ne pourra jamais s’appliquer à un mariage chrétien contracté et consommé. Dans un mariage pareil, le pacte matrimonial a reçu son plein achèvement, et du même coup, de par la volonté de Dieu, la plus grande stabilité et la plus grande indissolubilité y resplendissent et aucune autorité des hommes ne pourra y porter atteinte».

Pape Pie XI, Casti connubii, 31 décembre 1930 ex cathedra : «soit le mariage que l’on dit contracté, ou bien ce mariage est contracté en effet de façon à être effectivement un mariage véritable, et alors il comportera ce lien perpétuel inhérent, de droit divin, à tout vrai mariage ; ou bien on le suppose contracté sans ce lien perpétuel, et alors ce n’est pas un mariage, mais une union illicite incompatible comme telle avec la loi divine : union dans laquelle, en conséquence, on ne peut ni s’engager ni demeurer» (Pie VI, Rescript. ad Episc. Agriens., 11 juillet 1789).

Conclusion : Amoris Laetitia de l’antipape François est totalement hérétique et détruit le mariage chrétien et la famille. Bien sûr parce que la secte vatican 2 n’est pas l’Église catholique et que François n’est pas un pape, mais un antipape, un hérétique et un apostat public et manifeste.

 

Apostasie – l’Antipape François compare l’Islam à l’Évangile

Antipape François, entrevue « La Croix » sur les migrants, Rome, 16 mai 2016 : «L’idée de conquête est inhérente à l’âme de l’islam, il est vrai. Mais on pourrait interpréter, avec la même idée de conquête, la fin de l’Évangile de Matthieu, où Jésus envoie ses disciples dans toutes les nations».

L’apostat François compare l’Islam à l’Évangile. C’est l’apostasie totale.

L’Eglise catholique enseigne sur l’Islam :

Pape Eugène IV, Concile de Bâle, Session 19, 7 sept. 1434 (Décrét. 479) : «… il y a de l’espoir qu’un très grand nombre de la secte abominable de Mahomet seront convertis à la foi catholique».

Pape Calixte III, 1455 : «Je m’engage à … exalter la vraie foi, et à extirper la secte diabolique des réprouvés et infidèles de Mahomet [l’Islam] en orient». (Von Pastor, Histoire des papes, II, 346 ; Warren H. Carroll, Histoire de la chrétienté, Vol. 3, p. 571)

L’Eglise catholique considère l’islam comme une secte «abominable» et «diabolique». [Note : le concile de Bâle est seulement considéré comme œcuménique / approuvé dans les 25 premières sessions, comme L’Encyclopédie catholique le souligne dans Vol. 4, «Conseils», p. 425-426]

Une «abomination» est quelque chose qui est odieux aux yeux de Dieu, c’est quelque chose pour laquelle Il n’a pas d’estime et aucun respect. Quelque chose de «diabolique» est en quelque sorte le diable. L’Islam rejette, parmi beaucoup d’autres dogmes, la divinité de Jésus-Christ et la Trinité. Ses adeptes sont en dehors du giron du salut tant qu’ils restent musulmans.

Pape Clément V, Concile de Vienne, n° 5, 1311-1312 (Décrét. 350) : «Mais il faut malheureusement et amèrement déplorer que l’héritage aussi glorieux de notre Rédempteur soit tombé aux mains d’étrangers …, qu’il soit misérablement occupé par les immondes sarrasins, perfides ennemis du nom chrétien, souillé par leurs manipulations méprisables, et … par suite du meurtre monstrueux du peuple chrétien, le nom du Christ y soit horriblement blasphémé par l’abominable comportement de ces mêmes ennemis… ».

Pape Clément V, Concile de Vienne, Décrets n° 25, 1311-1312 (Décrét. 380) : « C’est une insulte au saint nom et une honte pour la foi chrétienne que dans certaines régions du monde soumises à des princes chrétiens où les sarrasins [les adeptes de l’islam, aussi appelés les musulmans] en direct, parfois en dehors, parfois mêlés à des chrétiens, les prêtres sarrasins, communément appelés Zabazala, dans leurs temples ou les mosquées, où les sarrasins se réunissent pour adorer l’infidèle Mahomet, font invoquer et exalter son nom tous les jours à certaines heures d’un haut lieu … Il y a un endroit, d’ailleurs, où jadis fut enterré un certain sarrasin que d’autres sarrasins vénèrent comme un saint. Cela jette le discrédit sur notre foi et donne un grand scandale pour les fidèles. Ces pratiques ne peuvent être tolérées sans déplaire à la majesté divine. Nous avons donc désormais, avec l’approbation du concile sacré, défendu aussi strictement ces pratiques dans les terres chrétiennes. Nous enjoignons tous et chacun des princes catholiques, … à ainsi retirer cette infraction de leurs territoires et de veiller à ce que leurs sujets la retirent, afin qu’ils puissent ainsi jouir de la récompense de la béatitude éternelle. Ils doivent interdire expressément l’invocation publique du nom sacrilège de Mahomet … Ceux qui prétendent agir autrement doivent être ainsi châtiés par les princes pour leur irrévérence, d’autres peuvent être dissuadés d’une telle audace ».

Alors que l’Église enseigne que tous ceux qui meurent non-catholiques sont perdus, elle enseigne également que nul ne doit être contraint à embrasser le baptême, car la croyance est un acte libre de la volonté.

Pape Léon XIII, Immortale Dei, n° 36, 1er novembre 1885 : «Et, en effet, l’Eglise a coutume de prendre sérieusement garde que nul ne puisse être contraint à embrasser la foi catholique contre sa volonté, car, comme saint Augustin nous le rappelle à bon escient, « L’homme ne peut pas penser autrement que de sa propre volonté ».»

L’enseignement du Concile de Vienne selon lequel les princes chrétiens doivent faire respecter leur autorité civile pour interdire l’expression publique de la fausse religion de l’Islam montre encore une fois que l’Islam est une fausse religion qui conduit les âmes en enfer (pas au ciel) et déplaît à Dieu.

Voir Islam

Hérésie totale : L’antipape François dit que le péché mortel du concubinage est un mariage catholique

Antipape François, discours au « collège universitaire romain Villa Nazareth », 18 juin 2016 : « A Buenos-Aires … les curés, la première question qu’ils posaient : Combien de vous vivent en concubinage ? La majeur partie levait la main. Ils préfèrent cohabiter, et cela est un défi, demande du travail. Il ne faut pas dire tout de suite : Pourquoi tu ne te maries pas à l’Église ? Non. Il faut les accompagner, attendre et faire mûrir. Faire mûrir la fidélité. Dans les campagnes argentines, il y a une superstition : quand les fiancés ont un fils, ils cohabitent. Puis quand le fils doit aller à l’école, ils se marient civilement. Et puis quand ils sont grands-parents, ils se marient religieusement. C’est une superstition, parce qu’il disent que de se marier religieusement épouvante le mari. Il faut lutter contre ces superstitions. Cependant, vraiment, je vous le dis, j’ai vu tellement de fidélité dans ces concubinages, tant de fidélité; et je suis sûr que ce sont  des mariages vrais, qu’ils ont la grâce du sacrement, parce qu’ils sont fidèles».

Cet hérétique total dit que le concubinage est un mariage chrétien ! En plus d’une hérésie, c’est un acte d’apostasie et un péché de scandale. C’est cela un hérétique, un obstiné contre la foi divine et catholique qui entraîne les autres en enfer. Un hérétique confond le bien avec le mal et entraîne les autres au péché mortel sous le faux aspect de faire le bien. Cet hérétique est un apostat et antichrist : il dissout le Christ et Son Eglise en dissolvant le mariage.

Éphésiens 5, 32 : « Ce sacrement [mariage] est grand, je dis dans le Christ et dans l’Église ».

Tous les hérétiques, en plus de pécher contre la foi, sont aussi coupables du péché de scandale pour en entraîner d’autres hors de la foi et du salut. Le scandale est un mot ou un acte qui donne lieu à la ruine de son prochain ; c’est un mot ou acte par lequel vous êtes pour votre prochain la cause ou l’occasion de perdre son âme.

Le péché de scandale implique soi-même et en plus les autres dans sa coulpe ou culpabilité.

Ceux qui sont aux autres une cause de scandale, sauf s’ils arrêtent, s’en repentent et réparent, seront tourmentés éternellement, en plus des autres tourments de l’enfer, par tous ceux pour lesquels ils ont été la cause directe ou indirecte d’avoir péché et de s’être damnés.

Saint Alphonse de Liguori, Docteur de la morale de l’Eglise, œuvres ascétiques, sur le péché de scandale :  «Les loups les capturent et les dispersent» (Jean 10, 12). Les loups qui capturent et dispersent le troupeau de Jésus-Christ sont les auteurs de scandale, qui, non contents de leur propre destruction, travaillent à détruire les autres. Mais le Seigneur dit : «Malheur à l’homme par qui le scandale arrive». (Matthieu 18, 7) Malheur à celui qui donne scandale, et provoque d’autres à perdre la grâce de Dieu. Origène dit qu’ «une personne qui pousse un autre au péché, pèche plus gravement que l’autre». Frères, s’il y en avait parmi vous qui ait donné scandale, je tâcherai cette journée de le convaincre du mal qu’il a fait, pour qu’il puisse le pleurer et s’en garde à l’avenir. Je vais vous montrer, dans le premier point , le grand dam que le péché de scandale donne à Dieu ; et, dans le second, le grand châtiment que Dieu menace d’infliger aux auteurs de scandale.

Suite, voir Les hérétiques sont coupables du péché de scandale

L’Eglise catholique, de laquelle ne font partie les hérétiques, enseigne infailliblement que le mariage est de droit divin. Le concubinage est un péché mortel.

Pape Pie XI, Casti connubii, 31 décembre 1930 ex cathedra : «Et parce que le Christ a choisi pour signe de cette grâce le consentement conjugal lui-même validement échangé entre les fidèles, le sacrement est si intimement uni avec le mariage chrétien qu’aucun vrai mariage ne peut exister entre des baptisés «sans être, du même coup, un sacrement» (Cod., iur. can., C. 1012). Par le fait même, par conséquent, que les fidèles donnent ce consentement d’un cœur sincère ils s’ouvrent à eux-mêmes le trésor de la grâce sacramentelle, où ils pourront puiser des forces surnaturelles pour remplir leurs devoirs et leurs tâches …»

Pape Pie XI, Casti connubii, 31 décembre 1930 ex cathedra : «soit le mariage que l’on dit contracté, ou bien ce mariage est contracté en effet de façon à être effectivement un mariage véritable, et alors il comportera ce lien perpétuel inhérent, de droit divin, à tout vrai mariage ; ou bien on le suppose contracté sans ce lien perpétuel, et alors ce n’est pas un mariage, mais une union illicite incompatible comme telle avec la loi divine : union dans laquelle, en conséquence, on ne peut ni s’engager ni demeurer» (Pie VI, Rescript. ad Episc. Agriens., 11 juillet 1789).

Pape Pie IX, Syllabus des erreurs, 8 déc. 1864, erreur condamnée n° 73 : «Par la force du contrat purement civil, un vrai mariage peut exister entre chrétiens ; et il est faux, ou que le contrat de mariage entre chrétiens soit toujours un sacrement, ou que ce contrat soit nul en dehors du sacrement (9, 11, 12, 23)». – Condamné

L’antipape Jorge Bergoglio alias François est un apostat, un fils du premier apostat Satan, comme ses prédécesseurs antipapes apostats de vatican 2.

Un seul péché mortel suffit pour entraîner l’âme en enfer.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Letentur cœli, Sess. 6, 6 juil. 1439, ex cathedra (Déclaration solennelle infaillible) : «Nous définissons également que … les âmes de ceux qui partent de cette vie dans le péché mortel réel, ou le seul péché originel, vont tout de suite en enfer, mais subissent des peines de différents types».

Pour connaître le véritable enseignement de l’Eglise catholique sur le mariage voir : Mariage

Apostasie : François promeut le bouddhisme

francois-promeut-bouddha

Apostasie : l’antipape François promeut le bouddhisme

L’antipape François, un apostat et un antichrist qui défend les musulmans en accusant les catholiques

Antipape François, « JMJ » de Pologne, juill. 2016 : «Avez-vous la force de vous opposer à ceux qui ne veulent pas que les choses changent ? … Avez-vous la capacité de rêver ? Quand un cœur est capable de rêver, il est capable de miséricorde».

Non, un cœur n’est pas capable de miséricorde parce qu’il est capable de rêver, cela c’est l’hérésie et l’apostasie du naturalisme. La vérité de foi est qu’un cœur est capable de miséricorde en état de grâce, quand il vit de la charité, et il n’y a pas de charité sans la vraie foi.

Antipape François, voyage de retour des « JMJ » de Pologne, sur les attentats perpétrés au nom de l’islam, 31 juill. 2016 : «Je n’aime pas parler de violence islamique, parce qu’en feuilletant les journaux je vois tous les jours que des violences, même en Italie : celui-là qui tue sa fiancée, tel autre qui tue sa belle-mère, et un autre… et ce sont des catholiques baptisés ! Ce sont des catholiques violents. Si je parle de violence islamique, je dois parler de violence catholique. Non, les musulmans ne sont pas tous violents, les catholiques ne sont pas tous violents. C’est comme dans la macédoine, il y a de tout… Il y a des violents de cette religion… Une chose est vraie : je crois qu’il y a presque toujours dans toutes les religions un petit groupe de fondamentalistes. Nous en avons. Quand le fondamentalisme arrive à tuer… mais on peut tuer avec la langue comme le dit l’apôtre Jacques, ce n’est pas moi qui le dit. On peut aussi tuer avec le couteau, non ?»

Cet antichrist défend les musulmans par accusation des catholiques.

2 Jean 1, 9-11 : « Quiconque se retire et ne demeure point dans la doctrine du Christ ne possède point Dieu  ; quiconque demeure dans sa doctrine, celui-là possède le Père et le Fils. Si quelqu’un vient à vous et n’apporte point cette doctrine [comme l’hérétique, le schismatique, ou l’apostat], ne le recevez pas dans votre maison, ne lui dites pas même SALUT. Car celui qui lui dit SALUT communique à ses œuvres mauvaises».

Jorje Bergoglio, ou François, est un loup méchant déguisé en agneau qui tue les âmes « avec la langue ». Il tue les âmes des musulmans en ne les exhortant pas à se convertir nécessairement à la foi catholique pour leur salut, et il tue les âmes des catholiques en les éloignant de la vraie foi et de leur salut.

Pape Boniface VIII, Unam Sanctam, 18 novembre 1302, ex cathedra [déclaration infaillible] : «… cette Église en dehors de laquelle il n’y a pas de salut ni rémission des péchés…»

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Cantate Domino, 1441, ex cathedra [déclaration infaillible] : «… aucun de ceux qui se trouvent en dehors de l’Église catholique, non seulement païens, mais encore juifs ou hérétiques et schismatiques ne peuvent devenir participants à la vie éternelle, mais iront «dans le feu éternel qui est préparé pour le diable et ses anges» Mt 25, 41, à moins qu’avant la fin de leur vie ils ne lui aient été agrégés ; elle professe aussi que l’unité du corps de l’Église a un tel pouvoir que les sacrements de l’Église n’ont d’utilité en vue du salut que pour ceux qui demeurent en elle, pour eux seuls jeûnes, aumônes et tous les autres devoirs de la piété et exercices de la milice chrétienne enfantent les récompenses éternelles, et que personne ne peut être sauvé, si grandes que soient ses aumônes, même s’il verse son sang pour le nom du Christ, s’il n’est pas demeuré dans le sein et dans l’unité de l’Église catholique».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Le symbole d’Athanase, Sess. 8, 22 novembre 1439, ex cathedra [déclaration infaillible] : «Celui qui veut être sauvé, doit avant tout tenir la foi catholique, à moins que chacun la conserve intègre et inviolée, il périra sans aucun doute pour l’éternité».

L’Église catholique enseigne infailliblement que l’islam une secte «abominable» et «diabolique». Une abomination est une chose qui est odieuse aux yeux de Dieu, c’est une chose pour laquelle Il n’a pas d’estime et aucun respect. Quelque chose de «diabolique» est en quelque sorte le diable. L’Islam rejette, parmi beaucoup d’autres dogmes, la divinité de Jésus-Christ et la Trinité. Ses adeptes sont en dehors du giron du salut tant qu’ils restent musulmans.

Pape Eugène IV, Concile de Bâle, Session 19, 7 sept. 1434 (Décrét. 479) : «… il y a de l’espoir qu’un très grand nombre de la secte abominable de Mahomet seront convertis à la foi catholique».

Pape Calixte III, 1455 : «Je m’engage à … exalter la vraie foi, et à extirper la secte diabolique des réprouvés et infidèles de Mahomet [l’Islam] en orient». (Von Pastor, Histoire des papes, II, 346 ; Warren H. Carroll, Histoire de la chrétienté, Vol. 3, p. 571)

Pape Clément V, Concile de Vienne, n° 5, 1311-1312 (Décrét. 350) : «Mais il faut malheureusement et amèrement déplorer que l’héritage aussi glorieux de notre Rédempteur soit tombé aux mains d’étrangers …, qu’il soit misérablement occupé par les immondes sarrasins, perfides ennemis du nom chrétien, souillé par leurs manipulations méprisables, et … par suite du meurtre monstrueux du peuple chrétien, le nom du Christ y soit horriblement blasphémé par l’abominable comportement de ces mêmes ennemis… ».

Pape Clément V, Concile de Vienne, Décrets n° 25, 1311-1312 (Décrét. 380) : « C’est une insulte au saint nom et une honte pour la foi chrétienne que dans certaines régions du monde soumises à des princes chrétiens où les sarrasins [les adeptes de l’islam, aussi appelés les musulmans] en direct, parfois en dehors, parfois mêlés à des chrétiens, les prêtres sarrasins, communément appelés Zabazala, dans leurs temples ou les mosquées, où les sarrasins se réunissent pour adorer l’infidèle Mahomet, font invoquer et exalter son nom tous les jours à certaines heures d’un haut lieu … Il y a un endroit, d’ailleurs, où jadis fut enterré un certain sarrasin que d’autres sarrasins vénèrent comme un saint. Cela jette le discrédit sur notre foi et donne un grand scandale pour les fidèles. Ces pratiques ne peuvent être tolérées sans déplaire à la majesté divine. Nous avons donc désormais, avec l’approbation du concile sacré, défendu aussi strictement ces pratiques dans les terres chrétiennes. Nous enjoignons tous et chacun des princes catholiques, … à ainsi retirer cette infraction de leurs territoires et de veiller à ce que leurs sujets la retirent, afin qu’ils puissent ainsi jouir de la récompense de la béatitude éternelle. Ils doivent interdire expressément l’invocation publique du nom sacrilège de Mahomet … Ceux qui prétendent agir autrement doivent être ainsi châtiés par les princes pour leur irrévérence, d’autres peuvent être dissuadés d’une telle audace ».

L’antipape François rend un culte à Luther, l’initiateur de l’hérésie du protestantisme

 

Pope Francis arrives for an audience with Lutheran pilgrims in the Paul VI Hall at the Vatican, Thursday, Oct. 13, 2016. (AP Photo/Alessandra Tarantino)

L’antipape et apostat François fête le 500ème anniversaire du protestantisme

Antipape François, salle Paul VI du Vatican, jeudi 13 octobre 2016 : «L’intention de Martin Luther, il y a 500 ans, était celle de réformer l’Église, et non de la diviser».

L’apostat François dit que le révolutionnaire Luther avait l’intention de réformer l’Église : c’est l’hérésie, l’Église catholique est pure de toute erreur et de toute tache.

1 Timothée 3, 15 : «Mais si je tarde, saches comment tu dois te conduire dans la maison de Dieu, qui est l’Église du Dieu vivant, la colonne et l’appui de la vérité.

Pape Pie IX, Concile Vatican I de 1870, ex-cathedra : «…le Siège de Saint-Pierre reste toujours intact de toute erreur, selon la promesse divine de notre Seigneur que le Sauveur a fait le chef de ses disciples : « J’ai prié pour toi [Pierre], afin que ta foi ne défaille pas…».

Pape saint Gélase I, lettre 42, ou décrétale de recipiendis et non recipiendis libris, 495 : «En conséquence, le Siège de Pierre, l’apôtre de l’Eglise de Rome, est le premier, n’ayant ni tache, ni ride, ni rien de ce genre (Eph. 5, 27)».

L’apostat François dit que Luther n’avait pas l’intention de diviser l’Église : c’est l’hérésie, l’hérétique Luther a nié obstinément la vérité de la foi catholique et s’est COUPÉ ipso facto par la loi divine du corps du Christ qui est l’Église, comme l’Église l’enseigne infailliblement :
Pape Vigile, deuxième concile de Constantinople, 553, (décrétales 110) ex cathedra(déclaration solennelle infaillible) : «Même si l’hérétique n’a pas reçu l’anathème d’un autre sous forme verbale, il le porte cependant de fait contre lui en se séparant lui-même de la vraie vie par son impiété. Que répondent-ils à l’Apôtre qui répète encore : Pour ce qui est de l’hérétique, après un ou deux avertissements, romps avec lui, sachant qu’un tel homme est dévoyé, qu’il pèche et se condamne lui-même (Tite 3, 10)».
Puis l’Église a confirmé l’excommunucation ipso facto de Luther en le déclarant hérétique.
Pape Léon X, Bulle Exsurge Domine condamnant les erreurs de Luther, 15 juin 1520 : «… Tous et chacun des articles ou des erreurs précités, nous les condamnons, les réprouvons et les rejetons totalement, selon le cas, comme hérétiques, ou scandaleux, ou faux, ou comme offensant les oreilles pieuses, ou comme induisant en erreur les esprits simples, et comme opposés à la vérité catholique».
Pape Léon X, Bulle Decet Romanum Pontificem excommuniant Luther,  3 jan. 1521 : «Léon, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, pour mémoire perpétuelle de la chose. Levez-vous, Seigneur, et jugez votre cause ; souvenez-vous des insultes qu’on vous fait, de celles que vous font les insensés tous les jours ; inclinez votre oreille à nos prières, car des renards ont surgi qui cherchent à dévaster votre vigne, celle dont vous avez foulé le pressoir et dont, en remontant à votre Père, vous avez commis le soin, le gouvernement, l’administration à Pierre, comme au chef et à votre Vicaire, ainsi qu’à ses successeurs, à l’instar de l’Eglise triomphante. Le sanglier de la forêt s’efforce de l’exterminer, et une bête singulièrement farouche la ravage.  … après de longs, de mûrs, de soigneux examens, discussions et délibérations avec nos frères les cardinaux, des prieurs ou des généraux d’Ordres, des professeurs ou docteurs en théologie, ainsi que dans l’un ou l’autre droit, nous avons trouvé lesdites propositions respectivement hérétiques ou scandaleuses, ou non catholiques, mais contraires à la tradition et à la doctrine de l’Eglise, à l’interprétation vraie ou commune des divines Ecritures. En conséquence, de l’avis et de l’assentiment des cardinaux, après mûre délibération sur chacun desdits articles, par l’autorité du Dieu tout-puissant ainsi que des bienheureux apôtres Pierre et Paul et par la sienne,  …condamnons ces propositions comme respectivement hérétiques, ou scandaleuses, ou fausses, ou choquant les oreilles pieuses, ou capables de séduire l’esprit des simples, et contraires à la vérité catholique ; fait inhibition, sous peine d’excommunication et de privation de toutes dignités, châtiments encourus par le seul fait de croire ces propositions; il fait défense de les soutenir, et même de les, favoriser, de les prêcher et de souffrir que d’autres les enseignent directement ou indirectement, tacitement ou en termes exprès, en public ou en particulier, ordonnant aux ordinaires et autres de faire une exacte perquisition des écrits qui contiennent ces propositions et de les faire brûler solennellement en présence du clergé et devant tout le peuple, sous les mêmes peines. …».

Pape Pie IX, Syllabus, erreur condamnée n° 18 : «Le protestantisme n’est pas autre chose qu’une forme diverse de la même vraie religion chrétienne, forme dans laquelle on peut être agréable à Dieu aussi bien que dans l’Église catholique» – Condamnée.

Luther a créé sa secte protestante hérétique et perdu des millions et millions d’âmes en enfer.

Il n’est pas surprenant que les ennemis s’unissent contre leur ennemi commun. Hérode et Pilate, d’ennemis devinrent amis contre le Christ. Quoi de surprenant qu’un chef de secte apostate vénère un chef d’une secte hérétique ? Quoi de surprenant qu’un apostat ennemi du Christ et de Son Église tel que François soit un défenseur de l’archi-hérésiarque en chef Luther, un autre ennemi en chef de Dieu ? Tous savent que vatican 2 n’est pas l’Église, mais la prostituée de la fin des temps.

Pape Innocent III, quatrième concile du Latran, const. 3 ex cathedra (déclaration solennelle infaillible) : «Nous excommunions et anathématisons toute hérésie se dressant contre la foi sainte, catholique et orthodoxe, … Nous condamnons tous les hérétiques, quelque nom qu’ils portent, présentant des visages différents, mais étant liés ensemble par la queue, parce que la vanité les rassemble».

L’apostat François fait un acte d’apostasie, un de plus, en vénérant un archi-hérésiarque assassin de millions et de millions d’âmes et tous ceux qui le suivent encore après avoir pris connaissance de tous ces faits sont des apostats formels qui ont abandonné la foi catholique pour une religion étrangère.

Pape Pie XII, Mystici Corporis, n° 22, 29 juin 1943 : « Seuls doivent être comptés parmi les membres de l’Église ceux qui ont reçu le bain de régénération et professent la vraie foi ».

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi, n° 23, 29 juin 1943 (Magistère) : «Ce n’est pas tout péché, si grave soit-il, qui, comme de sa propre nature, entraine un homme à rompre du corps de l’Église, comme le fait le schisme, l’hérésie ou l’apostasie».

L’apostat François a continué dans son apostasie une fois de plus, en disant que la réforme protestante doit être appréciée pour ses dons spirituels ! Et que la communion avec ces hérétiques est bénie et fraternelle !  Comme on le voit plus haut c’est tout le contraire de l’enseignement du Magistère de l’Église.

Pape Innocent III, Eius exemplo, 18 décembre 1208 ex cathedra : «Nous croyons de cœur et nous confessons de bouche l’unique Églisepas des hérétiques, mais la Sainte, romaine, catholique et apostolique en dehors de laquelle nous croyons qu’aucun n’est sauvé».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441 ex cathedra : « Par conséquent, la sainte Église romaine condamne, réprouve, anathématise et déclare être en dehors du Corps du Christ, qui est l’Église, celui qui tient des opinions opposées ou contraires ».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441, ex cathedra : «La sainte Église romaine croit fermement, professe et prêche quaucun de ceux qui sont en dehors de l’Église catholique, non seulement païens, mais aussi juifs ou hérétiques et schismatiques, ne peut pas partager la vie éternelle et iront dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges, sauf s’ils sont agrégés à l’Église avant la fin de leur vie …»

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 [Magistère] : «La pratique de l’Église a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient l’habitude de tenir en dehors de la communion catholique et étranger à l’Église, celui qui s’éloignerait le moins du monde d’un point quelconque de la doctrine proposée par l’autorité de son magistère».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9) [Magistère] : «Celui qui ne croit pas seulement en tout ne peut pour cette raison se considérer ou s’appeler catholique. Car il peut se poser d’autres hérésies, qui ne figurent pas dans ce travail qui est le nôtre, et, si quelqu’un tient à une seule hérésie, il est pas catholique».

Antipape François, Discours à la délégation œcuménique de l’église évangélique en Allemagne, lundì 6 février 2017 : « Sachons, dans une commune écoute de l’Esprit, dans une diversité désormais réconciliée, apprécier les dons spirituels et théologiques que nous avons reçus de la Réforme … Nous avons le même baptême, nous devons cheminer ensemble, sans nous fatiguer… sur la route bénie de la communion fraternelle, en progressant avec courage et décision vers une unité toujours plus pleine».

L’arch-apostat François dit que la «passion profonde» de Martin Luther était la quête d’un «Dieu miséricordieux» et que les réformateurs protestants voulaient stimuler la miséricorde de Dieu.

Antipape François, Discours à la délégation œcuménique de l’église évangélique en Allemagne, lundì 6 février 2017 : «… la miséricorde sans limite de Dieu : justement ce que les Réformateurs en leur temps voulaient stimuler».

Ce type dit que l’hérésiarque Luther a stimulé la miséricorde de Dieu, c’est-à-dire qu’un hérétique apporte quelque chose à l’Église ! C’est une apostasie de la pire espèce. Est-ce que ce gars est votre chef ? Parce que si tel est le cas, vous êtes un apostat.

Apostasie de François avec l’alliance des juifs « qui nous rapproche et ouvre des voies de bien à parcourir ensemble »

francois-heresie-avec-les-juifs

Antipape François, 23 février 2017, réception d’une délégation internationale d’intellectuels juifs menée par son « frère et ami » le rabbin argentin Abraham Skorka : «[La Torah] manifeste l’amour paternel et viscéral de Dieu, un amour fait de paroles et de gestes concrets, un amour qui devient alliance. Et justement cette parole d’alliance est riche de résonances qui nous rapprochent… Dieu, le plus grand et fidèle Allié … a appelé Abraham pour former à partir de lui un peuple qui devienne une bénédiction pour tous les peuples de la terre, et rêve d’un monde dans lequel les hommes et les femmes soient alliés avec Lui et donc vivent en harmonie entre eux et avec la Création. … Au milieu de tant de paroles humaines qui poussent malheureusement à la division et à la compétition, ces paroles divines d’alliance nous ouvrent des voies de bien à parcourir ensemble».

Ceci est l’apostasie. L’antipape François ne dit pas aux juifs qu’ils doivent se convertir pour le salut – ce qu’exige la foi catholique et la charité – mais de rester dans leur état d’apostasie du Christ. L’ancienne alliance était la figure de la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ. L’ancienne alliance a pris fin avec la nouvelle qui est son accomplissement. Quiconque poursuit l’ancienne Alliance a péché mortellement, et est hors du salut.

Dieu enseigne par le prophète Isaïe qu’une loi sortira de Lui avec son jugement, ce qui ne peut pas être la loi ancienne de Moïse, sinon Dieu se contredirait, ce qui ne serait pas Dieu.

Isaïe 51, 4-5 : «Écoutez-moi, écoutez-moi, ô mon peuple ; rois, prêtez l’oreille, car une loi sortira de moi avec mon jugement, pour la lumière des nations. Ma justice s’approche rapidement, mon salut sortira, et les nations espèreront en mon bras».

Dieu, toujours par Isaïe, enseigne infailliblement qu’il fera un pacte éternel pour son peuple, ce qui ne peut pas être non plus la loi ancienne de Moïse.

Isaïe 53, 3-5 : «Écoutez, et votre âme vivra, et je ferai avec vous un pacte éternel qui montrera véritables les miséricordes promises à David».

À travers le prophète Jérémie, Dieu enseigne infailliblement qu’Il conclura avec la maison d’Israël et la maison de Juda, une nouvelle Alliance, qui n’est donc pas la loi de Moïse. Dieu, par Jérémie, précise même que cette alliance ne sera pas la même que celle de leurs pères, qui est celle de Moïse.

Jérémie 31, 31-32 : «Voici, des jours viennent, dit le Seigneur, et je conclurai avec la maison d’Israël et la maison de Juda, une nouvelle Alliance, et ce ne sera pas la même que celle de leurs pères, le jour où j’ai pris leurs mains pour les faire sortir du pays d’Égypte».

Voici l’enseignement infaillible (dogmatique) de la véritable Église catholique :

Pape Eugène IV, Cantate Domino, Concile de Florence, 4 février 1442, ex cathedra [déclaration infaillible solennelle] : «Elle [La sainte Église] croit fermement, professe et enseigne que les prescriptions légales de l’Ancien Testament qui se divisent en cérémonies, saints sacrifices, sacrements, parce qu’ils avaient été institués pour signifier quelque chose de futur, bien qu’en ce temps-là, ils aient été adaptés au culte divin, une fois venu notre Seigneur Jésus Christ qui était signifié par eux, ont pris fin et qu’ont commencé les sacrements du Nouveau Testament.

«Quiconque encore après la Passion met son espoir dans les prescriptions légales et se soumet à elles en les croyant nécessaires au salut, comme si la foi dans le Christ ne pouvait sauver sans elles, a péché mortellement.

«Quiconque encore après la Passion met son espoir dans les prescriptions légales…après la promulgation de l’Évangile, l’Église affirme qu’elles ne peuvent être respectées sans l’anéantissement du salut éternel.

«Quiconque encore après la Passion met son espoir dans les prescriptions légales. Donc elle dénonce comme étrangers à la foi du Christ tous ceux qui depuis ce temps-là observent la circoncision, le sabbat et les autres prescriptions légales, et affirme qu’ils ne peuvent pas du tout avoir part au salut éternel, sauf si un jour ils reviennent de ces erreurs».

Mais face à ces preuves, les hérétiques continueront (c’est ce qui en fait des hérétiques) quand même à nier le Magistère de Dieu dans Son Église.

Chrislam, apostasie de François avec l’Islam

L’antipape et chef apostat François ne visite pas les païens musulmans pour leur prêcher la Rédemption, ni pour les exhorter à se convertir à Jésus-Christ, ni pour abandonner leur idolâtrie. Non. Il les visite pour leur dire qu’ils sont frères.

Pape Célestin Ier (422-432), Indiculus (Ench. Symb. 139 246) : «Les idolâtres sont sans Dieu… « victimes de toutes sortes d’erreurs »… «vases de colère» qui doivent être «arrachés à la puissance des ténèbres».

Pape Célestin Ier (422-432), Indiculus (Ench. Symb. 139 246) : «Les infidèles doivent recevoir la foi… « victimes de toutes sortes d’erreurs »… des «vases de colère» qui doivent être «arrachés à la puissance des ténèbres».

Pape Grégoire X (1271-1276) : Les Musulmans sont blasphémateurs et sans Foi – Concile de Lyon II – Décrets 309.

Pape Clément V (1305–1314) : Les fausses religions sont sacrilèges et implantées par le diable – Concile de Vienne – Décrets 383.

Pape Clément V (1305–1314) : La conduite des Musulmans est obscène et détestable –  Concile de Vienne – Décrets 350.

Pape Eugène IV (1431-1447) : L’Islam est une secte abominable – Concile de Bâle – Décrets 479.

Pape Léon X (1513-1521) : Les infidèles de l’orient [Turcs, musulmans, hindouistes…] traitent avec un mépris complet le chemin qui mène à la véritable Lumière et au Salut – Concile de Latran V – Décrets 651.

Pape Léon XII (1823-1829) : N’est pas notre frère quiconque est hors de l’Église Catholique – Encycliques Papales (Vol. I) 202.

C’est la plus grande méchanceté qui puisse exister de mentir sur le salut des gens qui se damnent dans leur fausse religion et qui bruleront éternellement dans le feu de l’enfer. C’est la plus grande charité d’amener les autres à la vérité de la foi pour leur salut éternel.

Pape Boniface VIII, Unam Sanctam, 18 novembre 1302, ex cathedra (Magistère infaillible solennel) : «… cette Église en dehors de laquelle il n’y a PAS de salut ni rémission des péchés …»

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Cantate Domino, 1441, ex cathedra (Magistère infaillible solennel) : «… aucun de ceux qui se trouvent en dehors de l’Église catholique, non seulement païens, mais encore juifs ou hérétiques et schismatiques ne peuvent devenir participants à la vie éternelle, mais iront « dans le feu éternel qui est préparé pour le diable et ses anges » (Mt 25, 41), à moins qu’il lui aient été agrégés…».

intentions-prieres-antipape-francois-fausses-religions

Ci-dessus fin de la vidéo officielle des intentions de prières de François : Les fausses religions du bouddhisme, de l’islam, du judaïsme et de vatican 2 unies. C’est la nouvelle religion de la secte apostate vatican 2 qui est la contre-Église. Liberté religieuse, indifférentisme religieux, relativisme religieux, modernisme et prière inter-religieuse condamnés comme apostasie par la véritable Église catholique.

2 Jean 1, 9 : « Quiconque se retire et ne demeure point dans la doctrine du Christ ne possède point Dieu  ; quiconque demeure dans sa doctrine, celui-là possède le Père et le Fils ».

2 Jean 1, 10-11 : «Si quelqu’un vient à vous et n’apporte point cette doctrine [Tradition de l’Église], ne le recevez pas dans votre maison, ne lui dites pas même SALUT [religieusement comme « Dieu vous bénisse »]. Car celui qui lui dit SALUT communique à ses œuvres mauvaises».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Cantate Domino, 1441 (Décret. 571) ex cathedra (Magistère infaillible solennel) : «… tous ceux qui PENSENT des choses OPPOSÉES ET CONTRAIRES, l’Église les condamne, les réprouve, les anathématise, et les dénonce comme ÉTRANGERS au corps du Christ qui est l’Église».

L’Église condamne l’œcuménisme

L’Église condamne l’œcuménisme ou dialogue inter-religieux soit avec des religions païennes, ou soit avec des apostats, des hérétiques ou des schismatiques : Le seul dialogue est l’exhortation à la conversion.

Pape Pie VIII (1829-1830) : La seule véritable religion, c’est l’Église Catholique – Encycliques Papales (Vol. I) 222 (Magistère)

Pape Grégoire XVI (1831-1846) : Seuls les Catholiques adorent Dieu – Summo Iugiter n° 6 (Magistère)

Pape Pie IX (1846-1878) : Il faut tenir de foi que personne ne peut être sauvé hors de l’Église catholique apostolique et romaine ; il n’y a qu’un Dieu, qu’une Foi, qu’un Baptême – Singulari Quidem, 9 déc. 1854 (Magistère)

Pape Pie IX : Pas de salut éternel pour tous ceux qui ne vivent pas dans le sein de la véritable Église du Christ – Syllabus, n° 17 (Magistère)

Pape Léon XIII (1878-1903) : Les traditions païennes sont stériles et sans valeur – Satis Cognitum n° 9 (Magistère)

Pape Léon XIII : Puisqu’il est donc nécessaire de professer une religion dans la société, il faut professer celle qui est la seule vraie – Libertas, 20 juin 1888 (Magistère)

Pape Pie XI (1922-1939) : L’œcuménisme abandonne la religion divinement révélée – Mortalium Animos n° 2 (Magistère)

Pape Pie XI : Encourager l’œcuménisme, c’est rejeter la vraie religion – Mortalium Animos n° 2 (Magistère)

Pape Pie XI : L’œcuménisme ne peut en aucune façon être approuvé par les Catholiques – Mortalium Animos n° 2 (Magistère)

Pape Pie XI : L’œcuménisme déforme la véritable idée de la religion et de ce fait la rejette – Mortalium Animos n° 2 (Magistère)

Pape Pie XII (1939-1958) : La révélation de Dieu à l’homme n’est donnée que par le Christ – Mediator Dei n° 83 (Magistère)

La secte vatican 2 se sert faussement de saint François d’Assise pour faire valoir son faux œcuménisme hérétique

Contrairement à l’antipape et apostat François, saint François a annoncé au chef sarrasin des mahométans que la seule voie de salut est celle du Christ et l’a exhorté à se convertir au Dieu Père, Fils et Saint-Esprit.

Saint Bonaventure, Fioretti (Biographie de saint François d’Assise) : « Une troisième fois, il tenta de passer chez les infidèles pour favoriser, en y répandant son sang, l’expansion de la foi en la sainte Trinité, … , chez le sultan de Babylone en personne. La guerre sévissait alors, implacable entre chrétiens et sarrasins …. Le sultan avait d’ailleurs publié un édit cruel promettant un besant d’or en récompense à quiconque apporterait la tête d’une chrétien. Mais dans l’espoir d’obtenir sans tarder ce qu’il désirait, François, le vaillant chevalier du Christ, résolut de s’y rendre : loin de craindre la mort, il se sentait attiré par elle. …

«… maltraités et meurtris [par les sarrasins] … Le prince leur demanda qui les envoyait, pourquoi et à quel titre, et comment ils avaient fait pour venir ; avec sa belle assurance, le serviteur du Christ François répondit qu’il avait été envoyé d’au-delà des mers non par un homme mais par le Dieu très-haut pour lui indiquer, à lui et à son peuple, la voie du salut et leur annoncer l’Évangile qui est la vérité. Puis il prêcha au sultan Dieu Trinité et Jésus sauveur du monde, avec une telle vigueur de pensée, une telle force d’âme et une telle ferveur d’esprit qu’en lui vraiment se réalisait de façon éclatante ce verset de l’Évangile : « Je mettrai dans votre bouche une sagesse à laquelle tous vos ennemis ne pourront ni résister ni contredire » …

 « Alors le Sultan lui dit : « Frère François, je me convertirai très volontiers à la foi du Christ, mais je crains de le faire maintenant ; car si les gens d’ici l’apprenaient ils me tueraient avec toi et tous tes compagnons ; et comme tu peux faire encore beaucoup de bien et que j’ai à achever certaines affaires de très grande importance, je ne veux pas causer maintenant ta mort et la mienne. Mais apprends-moi comment je pourrai me sauver, je suis prêt faire ce que tu m’imposeras ».

 «[Saint François :] « Seigneur, je vais maintenant vous quitter, mais après que je serai retourné dans mon pays et, par la grâce de Dieu, monté au ciel après ma mort, je t’enverrai, selon qu’il plaira à Dieu, deux de mes frères, de qui tu recevras le baptême du Christ ; et tu seras sauvé, comme me l’a révélé mon Seigneur Jésus-Christ. Et toi, en attendant, dégage-toi de tout empêchement, afin que quand viendra à toi la grâce de Dieu, elle te trouve disposé à la foi et à la dévotion ». Le Sultan promit de le faire et il le fit. … Il reçut donc desdits frères l’enseignement de la foi du Christ et le saint baptême, et ainsi régénéré dans le Christ il mourut de cette maladie ; et son âme fut sauvée par les mérites et l’opération de saint François».

François est encore votre chef ? Vous êtes apostat

Si après ces preuves, François est encore votre pape, vous êtes un apostat, hors de la foi catholique et hors de l’Église et sur le chemin de l’enfer.

francois-proselytisme-apostasie

 

Ironie de l’antipape et archi-apostat François

Antipape François aux « évêques » polonais, « JMJ », 27 juillet 2016 :«Nous vivons un analphabétisme religieux».

Conclusion

Jorje Bergoglio n’est pas catholique, c’est un apostat et un hérésiarque en chef. C’est un antipape – un homme qui prétend être pape mais ne l’est pas, pour trois raisons : 1° Il n’a pas été élu canoniquement – il était hérétique avant son élection et il fut élu par des « cardinaux » invalides et hérétiques ; 2° C’est un apostat et un hérétique manifeste – un non-catholique est hors de l’Église et un non-membre de l’Église ne peut pas en être la tête ; 3° Il n’est pas prêtre – il a reçu le sacrement Novus ordo de l’ordre invalide, et un laïc ne peut absolument pas exercer la fonction papale.

La secte vatican 2 n’est pas l’Église catholique, elle n’est pas catholique, ses chefs Jean 23, Paul 6Jean-Paul 1Jean-Paul 2Benoît 16François, ceux qui ont amené l’apostasie Vatican 2, ont été et sont des antipapes, des hérétiques manifestes, des apostats publics et des non-catholiques ; ce sont des usurpateurs, leur fausse doctrine mène le monde à la perdition, leur nouvelle religion est une religion de l’homme, une foi non-catholique, des sacrements invalides et une nouvelle fausse messe idolâtre.

Cette secte non-catholique est la contre-église mondialiste du Nouvel Ordre Mondial maçonnique et luciférien qui éclipse la véritable Église fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ comme l’avait prophétisé Notre-Dame de La Salette, le 19 septembre 1846 :

«Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist … L’Église sera éclipsée, le monde sera dans la consternation … On croira tout perdu».

Aujourd’hui, la prophétie de La Salette est accomplie. Tous les actes d’apostasie innombrables et répétés de François accélèrent la fin. Pour être sauvé, il est absolument nécessaire de se convertir à la vraie foi et d’entrer dans le véritable Corps du Christ qui est l’Église. Cela ne sera plus possible quand les gens auront atteint le point de non-retour de l’apostasie : l’acceptation coupable (volonté engagée par négligence, omission, etc.) et irréversible du mensonge entraînant la perte du salut (damnation éternelle), avant le retour de Jésus-Christ.

Quiconque, en connaissance, ne se coupe pas totalement de la secte vatican 2 (ou une autre secte hérétique) est perdu.

La secte Vatican 2 est tout le contraire de l’Église catholique : 

Pape Boniface VIII, Unam Sanctam, 18 novembre 1302, ex cathedra (Déclaration solennelle infaillible) : «… cette Église en dehors de laquelle il n’y a pas de salut ni rémission des péchés …»

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Cantate Domino, 1441, ex cathedra (Déclaration solennelle infaillible) : «… aucun de ceux qui se trouvent en dehors de l’Église catholique, non seulement païens, mais encore juifs ou hérétiques et schismatiques ne peuvent devenir participants à la vie éternelle, mais iront « dans le feu éternel qui est préparé pour le diable et ses anges…»
Pape Grégoire XVI, Mirari vos, 15 août 1832 (Magistère infaillible) : «Les méchants pensent que « la Foi quelle qu’elle soit » conduit au ciel».
Pape Pie XI, Mortalium Animos, n° 2, 6 janvier 1928 (Magistère infaillible) : «… cette fausse opinion qui considère que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louablesNon seulement ceux qui soutiennent cette opinion sont dans l’erreur et trompés, mais aussi en pervertissant la notion de la vraie religion, ils la rejettent et versent dans le naturalisme et l’athéisme [Apostasie] [voir Naturalisme et Athéisme]».
Après la réunion de la secte vatican 2 avec les hérétiques et les schismatiques, la prochaine étape est la réunion avec les hérétiques contre la loi naturelle comme la communion des divorcés-remariés, mariage des « prêtres », femmes « prêtres », pro-contraception, etc. Ce sera la base de la nouvelle religion naturelle de l’Antéchrist fondée sur le « sentiment religieux » de tout homme, comme l’avait défini les documents apostats de vatican 2.

L’apostat et laïc (ordination invalide novus ordo) Pietro Parolin choisi par le Groupe Bilderberg 2018, futur antipape successeur de François (lui-même laïc) ?

Après François la grenouille (esprit impur), y aura t-il le pingouin (de l’élite mondialiste) à la tête de la contre-Eglise laïcarde vatican 2 ? 

Quoiqu’il en soit, si Dieu laisse encore du temps avant la destruction de la Rome païenne et de la fin des temps avant le retour de Jésus-Christ, ce sera un temps supplémentaire par la grâce de Dieu afin que les quelques âmes aveugles qui peuvent encore se convertir reviennent à la vraie foi dans la véritable Église, devant la grotesque situation vatican 2.

Sorcellerie employée par François – Rituel occulte du Vatican (VO Angl. 7 minutes)