Chasteté, vertu angélique

Sommaire

CHASTETÉ DANS L’ANCIEN TESTAMENT ET LA LOI ANCIENNE

  • La chasteté est une vertu au-dessus d’autres vertus, selon le Livre de l’Exode
  • Il y a « un temps pour être loin des étreintes » pour ceux qui sont mariés selon la Sainte Parole de Dieu dans le livre de l’Ecclésiaste
  • L’Eucharistie oblige les gens à être chaste pour la recevoir, nous apprenant à être chaste pendant trois jours avant de recevoir l’Eucharistie
  • La vertu de chasteté aide les gens à devenir victorieux dans les combats, selon le Livre de Judith
  • Le Livre de la Sagesse enseigne que la chasteté est très bénéfique pour le salut
  • Le livre de Tobie enseigne aux conjoints de pratiquer la chasteté
  • Le livre du Lévitique commande aux conjoints de pratiquer la chasteté pendant la menstruation de la femme et de la période infertile sous peine de mort, nous montrant ainsi que Dieu veut que les personnes mariées pratiquent la chasteté pendant cette période de temps

CHASTETÉ DANS LE NOUVEAU TESTAMENT ET LA LOI NOUVELLE

  • La Sainte Bible est claire : «Il est bon pour l’homme de ne pas toucher une femme», et que les gens mariés devraient s’abstenir de l’acte sexuel, de temps en temps « pour que vous puissiez vaquer à la prière »
  • La chasteté est au-dessus d’autres vertus selon la Sainte Parole de Dieu dans le livre de Jacques
  • Le mariage empêche beaucoup d’être sauvés selon l’Évangile de Luc
  • «Il n’est pas opportun de se marier» pour beaucoup de gens dans ce monde, selon l’Evangile de Matthieu
  • Il n’y a pas de mariage dans le ciel selon l’Evangile de Matthieu
  • Les mauvais parents seront tourmentés dans un bien plus grand feu pour le mauvais exemple que ceux qui sont restés chastes
  • Notre Seigneur Jésus-Christ doit venir avant notre famille et les amis selon l’Evangile de Marc
  • Les serviteurs chastes et mortifiés du Christ sauvent plus d’âmes
  • Le diable et ses serviteurs sur cette terre ainsi que les désirs sensuels d’une personne entravent les âmes sans volonté d’adopter une vie plus vertueuse et chaste
  • Saint Jean l’Apôtre a été aimé par Notre Seigneur d’un amour particulier à cause de son grand amour pour la chasteté et la pureté
  • La Sainte Bible enseigne que ceux qui ne se remarient pas après la mort de leur conjoint seront « plus heureux » par leur chasteté, et que les ministres du Seigneur qui ne peuvent pas se remarier après que leurs femmes soient mortes ainsi que que tous ceux qui doivent être radicalement « chastes »
  • La Sainte Bible et les Papes, les Pères et les Saints de l’Eglise catholique enseignent à l’unanimité que tous les évêques, prêtres et diacres du Seigneur doit être totalement « chastes » et s’abstenir de toutes relations sexuelles avec les femmes en tous temps
  • Les personnes vivant dans la chasteté sont «les prémices pour Dieu et pour l’Agneau», selon le livre de l’Apocalypse ou Révélation
  • Les veuves et tous ceux qui ont juré leur chasteté à Notre Seigneur doivent rester purs et chastes jusqu’à leur mort, ou bien ils obtiendront la « damnation » selon la Bible
  • Les Pères, les papes, les saints et docteurs de l’Église enseignent tous à l’unanimité que la chasteté et de la virginité est au-dessus de la vie conjugale
  • La Bible et les saints enseignent que la plupart des gens seront damnés et brûleront pour l’éternité en enfer, mais la chasteté augmente considérablement les chances qu’une personne atteigne le Ciel
  • Les Saints monastères des serviteurs chastes du Christ sont particulièrement efficaces pour aider l’humanité, selon Notre-Dame et les pères
  • De saintes communautés d’hommes et de femmes qui étaient mariées et célibataires pratiquaient le style de vie évangélique et monastique de chasteté et de pureté à la fois avant et après la promulgation de l’Evangile
  • Dieu pourrait vouloir une manière de vivre plus vertueuse, sainte et pure pour un couple
  • La vie de la Bienheureuse Vierge Marie est le fondement de tous les serviteurs chastes du Christ
  • L’Évangile de Luc nous parle de l’amour de Notre-Dame pour la pureté et la chasteté
  • La mauvaise compagnie est la racine de bien des maux
  • Notre discours affecte notre pureté
  • Le mal de la concupiscence rend aveugle aux choses spirituelles
  • Les péchés sexuels sont moins susceptibles à s’en repentir que beaucoup d’autres péchés
  • Comment vaincre les tentations
  • Le consentement des mauvaises pensées est le début de tous les maux
  • La virginité est supérieure au mariage

 

Pape Pie IV, Concile de Trente, Session, 14, 11 novembre 1563 – sur le mariage : «Si quelqu’un dit que l’état de mariage doit être placé au-dessus de l’état de virginité, ou de célibat, et que ce n’est pas mieux et plus heureux de rester dans la virginité ou le célibat, que d’être unis dans le mariage ; (Matthieu 19, 11 ; 1 Cor 7, 25) qu’il soit anathème». (Denzinger 980).

Saint Jean Chrysostome, 392 : « Que la virginité est bonne je suis d’accord. Mais elle est encore mieux que le mariage, ce que je confesse. Et si vous le souhaitez, je vais ajouter qu’elle est aussi beaucoup mieux que le mariage comme le ciel est mieux que la Terre, comme les anges sont beaucoup mieux que les hommes.  » (La foi des premiers Pères, Vol 2, 1116)

 

CHASTETÉ DANS L’ANCIEN TESTAMENT ET LA LOI ANCIENNE

Aujourd’hui, à cette époque, il y en a très peu qui parlent ou qui écrivent sur la chasteté depuis que le monde est devenu si lubrique et sensuel, mais la chasteté est en fait l’une des vertus qui est la plus enseignée dans les Saintes Ecritures. Alors que la plupart des versets sur la chasteté sont trouvés dans le Nouveau Testament (que nous examinerons après les passages de l’Ancien Testament sur la chasteté), il y en a aussi certains de très remarquables dans l’Ancien Testament qui nous montre que les mariés et les Juifs célibataires de l’ancienne loi ont également reçu le commandement par Dieu d’exercer la vertu de chasteté.

 

La chasteté est une vertu au-dessus d’autres vertus, selon le Livre de l’Exode

Il est décrit dans le livre de l’Exode, que Dieu, quand Il parla à Moïse et lui dit de dire au peuple juif qu’il voulait qu’il «soit pour moi un royaume de prêtres et une nation sainte», Dieu voulait que tous les Juifs (mariés ainsi que célibataires) pratiquent une vertu spécifique pendant trois jours avant qu’ils ne soient en mesure de le rencontrer et d’entrer dans une alliance et union avec Lui et reçoivent les Dix Commandements, et la vertu était la chasteté : « Il [Moïse] leur dit : Soyez prêts pour le troisième jour, et n’approchez pas vos femmes » (Exode 19, 15)

Exode 19, 9-11,14-15 :  » Le Seigneur lui dit [Moïse] : Voici, maintenant je viendrai à toi dans l’obscurité d’un nuage, les gens pourront m’entendre te parler, et pourront te croire à jamais. Et Moïse rapporta les paroles du peuple à l’Éternel. Et il [Dieu] lui dit [Moïse] : Va vers le peuple, et sanctifie-les aujourd’hui et demain, et qu’ils lavent leurs vêtements. Qu’ils soient prêts pour le troisième jour : pour le troisième jour la volonté du Seigneur descendra à la vue de tout le peuple, sur la montagne du Sinaï. … Et Moïse descendit de la montagne vers le peuple, et les sanctifia. Et quand ils eurent lavé leurs vêtements, Il leur dit : Soyez prêts pour le troisième jour, et n’approchez pas vos femmes « .

À moins que les gens n’aient pratiqué la chasteté pendant trois jours, ils n’auraient pas reçu la grâce de paraître devant Dieu et de recevoir ses lois. La chose remarquable à ce sujet est que Dieu choisit d’abord de dire aux gens de pratiquer la chasteté avant qu’Il leur ait donné les Dix Commandements. La raison pour laquelle Notre-Seigneur a fait cela était pour nous montrer combien il apprécie et veut que nous pratiquions la vertu de la chasteté angélique, nous montrant ainsi que nous devons être très purs et saints au moment de servir Dieu.

Le commentaire Haydock de la Bible explique les versets de l’Exode 19 de la façon suivante :  » Ver. 10. [et qu’ils lavent leurs vêtements ], avec leur corps, comme les Juifs entendent par cette expression. Ils devaient également s’abstenir de leurs épouses, etc. Par les pratiques extérieures, leur a été rappelé la pureté intérieure que Dieu exigeait. Tous les pays semblent avoir adopté des observances semblables de continence, se laver, et en mettant sur eux leurs plus beaux atouts, lorsqu’ils comparaissaient devant Dieu. Voir Hérodote, & c. (Calmet) — Ver. 15. [n’approchez pas vos épouses]. Saint Paul recommande la continence quand les gens doivent prier, 1 Corinthiens 7. [Même] Sur le temple païen d’Epidaure, cette inscription a été placé : « Seuls ceux qui sont chastes entrent ici» (saint Clément d’Alexandrie, Strom. 5) « , et donc, il n’est pas étrange que, si même les païens qui ne connaissent pas Dieu observaient la vertu de chasteté à certains moments pour des raisons de service de leur faux dieu ou des dieux, les chrétiens qui renaissent par le sang du Christ doivent adopter un mode de vie encore plus grand, plus vertueux et chaste que les païens ne l’ont fait, en ajoutant beaucoup plus de périodes de chasteté, puisque ce n’est que juste, même par ceux qui sont mariés, comme le suggère saint Paul.

Ce n’est bien sûr pas un hasard si la vertu que Dieu a ordonné aux Juifs de pratiquer pour devenir sanctifiés, être dignes de comparaître devant lui et entrer dans une alliance avec lui, était la chasteté. Ce moment où le peuple juif devait d’abord répondre à Notre Seigneur, conclure une alliance avec lui et recevoir les Dix Commandements a été l’un des plus grands moments de l’histoire du salut de l’humanité et une fois dans l’événement d’une vie. Dieu Lui-même a solennellement lié le peuple juif à travers cet événement spectaculaire, et pourtant, Dieu a seulement demandé que devait être pratiquée une vertu spécifique avant la rencontre avec Lui, qui était la chasteté.

De ce seul exemple biblique, il est facile de voir, pour une personne honnête qui n’aime pas sa chair et la sensualité du monde, combien Dieu aime et apprécie le fait que les hommes et les femmes pratiquent la vertu de chasteté. Cet exemple de la Sainte Ecriture nous montre aussi que Dieu veut que même les personnes mariées pratiquent la chasteté. En vérité, nous voyons que Dieu Lui-même qualifie le fait d’observer la chasteté pendant un certain temps, même pour les mariés, comme une part pour devenir « sanctifié » et digne de comparaître devant lui selon les mots de la Sainte Bible, contrairement à ce que beaucoup de gens lubriques maintenant enseignent. La chasteté est tout simplement dans une classe de son propre rang en rapport de la plupart des autres vertus, mais trop peu de gens dans le monde entier en ont soin ou apprécient les grâces inestimables qui sont reçues par des gens qui pratiquent la chasteté. C’est sans doute ainsi que le refus de pratiquer la chasteté, à l’intérieur ou en dehors du mariage, est l’une des plus grandes causes pour laquelle la plupart des gens sont condamnés à brûler en enfer pour l’éternité. Cette vérité nous a également été révélée par Notre Dame de Fatima, qui a déclaré : « Les péchés qui conduisent la plupart des âmes en enfer sont les péchés de la chair … Beaucoup de mariages ne sont pas bons, ils ne plaisent pas à Notre-Seigneur et ne sont pas de Dieu ! »

L’un des principaux problèmes qui afflige les protestants et les autres hérétiques d’aujourd’hui, c’est qu’ils ont peu ou pas de compréhension de l’ancienne coutume de prendre un vœu permanent ou temporel de chasteté, même dans le mariage. Depuis dans leur courte histoire de 475 ans, ils n’ont pas d’exemples de personnes bonnes et vertueuses qui font de telles choses dans leur religion par nature charnelle, impure et lubrique. Quand un protestant pense au mariage, il pense automatiquement que le sexe doit avoir lieu et qu’il est autorisé à effectuer toutes sortes de choses lascives, d’actes sexuels pervers, non naturels ou lubriques pendant le mariage, mais ce n’est évidemment pas la façon de penser juive ou celle du peuple chrétien même au début de mariage.

Vivre une vie de célibat dans le mariage n’était pas inconnu dans la tradition juive. Il a été dit que Moïse, qui était marié, est resté continent le reste de sa vie après le commandement de s’abstenir de rapports sexuels (Exode 19, 15), en préparation de la reception des Dix Commandements, et que les soixante-dix anciens se sont également abstenus de leur femmes après leur appel, donc Eldad et Medad quand l’esprit de prophétie est venu sur eux. En effet, il a été dit que les prophètes sont devenus célibataires après que la Parole du Seigneur ait communiqué avec eux (Midrash Rabba Exode 19, 3 ; 46, 3 ; Siphré de chiffres . 99 11 secte; Siphré Zutta 81-82, 203-204;Abot Rabbi Nathan 9, 39 ; Tanchuman 111, 46; Tanchumah Zaw 13; 3 Petirot Moshe 72 ; Shabbath 87a ; Pessa’him 87b, Talmud de Babylone).

La tradition juive mentionne que, bien que les gens devaient s’abstenir de relations sexuelles avec leurs épouses pour seulement trois jours avant la révélation au Mont Sinaï (Exode 19, 15), Moïse a choisi de rester continent le reste de sa vie avec la pleine approbation de Dieu. Les rabbins ont expliqué qu’il en était ainsi parce que Moïse savait qu’il avait été appelé à communier avec Dieu personnellement, non seulement au Mont Sinaï, mais en général tout au long des quarante années de séjour dans le désert. Pour cette raison, Moïse se tenait « sans femme », restant dans la sainteté pour être à la botte de Dieu en tout temps, ils ont cité le commandement de Dieu à Moïse dans le Deutéronome 5, 28 (Midrash Rabba Exode 19, 3 et 46, 3).

Moïse a compris comment il a été appelé par Dieu pour un service plus pur et parfait que le reste du peuple juif, et donc a parlé en conséquence, en disant :

« Si les Israélites, à qui la Chekhina a parlé à une seule occasion et il leur assigna un temps [celui-ci], la Torah dit, Soyez prêts pour le troisième jour, n’allez pas près d’une femme : moi, avec qui la Chekhina parle à tout moment et ne me nomme pas un temps [définitif], combien plus ! Et comment savons-nous que le Saint, béni soit-Il, a donné son approbation ? Car il est écrit : Va, dis-leur de retour à vos tentes, ce qui suit. Mais pour toi, reste ici avec moi. (Le Talmud babylonien Seder Mo’ed, Shabbath, Vol. II, tr. Rabbi Dr. H. Freedman, Rebecca Bennet Publications, 1959, p. 411-412)

« Ainsi, Moïse dit : « Si dans le cadre du Mont Sinai, qui a été sanctifié pour l’occasion [de l’Apocalypse-révélation], on nous a dit : N’allez pas près d’une femme (ib. XIX, 15), combien plus dois-je, à qui Il [Dieu] parle en tout temps, me séparer de ma femme. « 

Nous avons également des informations à partir des enseignements de la tradition juive sur Moïse et son mariage chaste et pur après le Sinaï. En vérité,

« c’était Dieu lui-même qui lui a dit [de se séparer de sa femme], car il est dit : «Avec lui que je parle bouche à bouche» (Nombres XII, 8). R. Juda dit aussi qu’il lui a été dit directement par Dieu. Moïse aussi a été inclus dans l’injonction : « N’allez pas près d’une femme », donc tout était interdit, et quand Il dit ensuite : « Revenez à vos tentes » (Deut. 5, 30) Il leur [à leurs maris] a autorisé. Moïse a alors demandé : « Suis-je inclus en eux ? » et Dieu a répondu : « Non, mais toi, arrête-toi ici avec moi » (Deut. 5, 31)  » (Midrash Rabba Exode, XLVI 3, tr Rabbi Dr. SM Lehrman, Soncino Press, NY, 1983, p. 529)

Le Saint-prophètes Elie et Elisée étaient également célibataires toute leur vie (Zohar Hadash 2, 1 ; Midrash Mishlei 30, 105, Pirké Rabbi Eliezer  33). La tradition carmélitaine enseigne qu’une communauté d’ermites juifs avait vécue sur le Mont Carmel à partir du temps d’Elie jusqu’à ce que l’Ordre catholique des Carmes soit fondé il. La Constitution du Carmel de 1281 enseigne que dès le moment où Elie et Elisée avaient habité dévotement sur le mont Carmel, prêtres et prophètes, juifs puis chrétiens, ont vécu des vies louables dans la sainte pénitence et la pureté à côté du site de la fontaine d’Elisée, dans une succession ininterrompue.

Il y a beaucoup sur la chasteté dans la tradition des écrits juifs, mais les Juifs d’aujourd’hui, cependant, ne disent rien ou presque rien à ce sujet. Lorsque pour des raisons d’étude de la Torah (c.-à-dire l’étude intense à l’intérieur), un rabbin s’abstient de relations avec sa femme, il est jugé admissible, car il vivait alors avec la Shekinah (la Présence Divine) dans la Torah (Zohar re Gn 1, 27; 13, 3 et Psaume 85, 14 dans le discours de Rabbi Phineas des rabbins Jose, Juda, et Hiya).

La tradition juive mentionne également les Ẓenu’im célibataires (ceux chastes) à qui le secret du nom de Dieu a été confié, car ils étaient en mesure de préserver le Saint Nom dans la « pureté parfaite » (Kiddushin 71a ; Midrash Ecclésiaste Rabbah 3, 11 ; Yer. Yoma 39a, 40a). Ceux dans l’espoir d’une révélation divine se sont abstenus par conséquent de rapports sexuels et étaient stricts en matière de pureté (Enoch 83, 2 ; Apocalypse 14, 2-5). En effet, Philo (Apol. pro Judaeis 1X, 14-17), Josèphe, (Antiq. XVIII. 21) et Saint-Hippolyte (Philosophumena IX, IV, 28a) ont écrit sur le célibat des juifs Esséniens des centaines d’années avant la découverte de leurs établissements à Qumran de la mer Morte.

Philon le Juif (v. 20-50), un philosophe juif, décrit les femmes juives qui étaient vierges qui avaient gardé leur chasteté, non pas sous la contrainte, comme certaines prêtresses grecques, mais de leur plein gré dans leur ardent désir de la Sagesse : « Désireuses d’avoir la sagesse de leur compagnon de vie, elles ont méprisé les plaisirs du corps et le désir de postérité mortel mais pour les enfants immortels que l’âme qui est cher à Dieu peut enfanter » (Philo, Cont 68 ; voir également Philo, Abr. 100). Car « les chaste sont récompensés en recevant l’illumination de la lumière céleste cachée » (Zohar 11. 229b-230a). Parce que « si la compréhension est sûr et sans entrave, sans l’oppression des iniquités ou des passions … il contemple clairement tout ce qui est digne de la contemplation » (Philon, Sob. 1.5). A l’inverse, « la compréhension de l’homme voluptueux est aveugle et incapable de voir les choses qui valent le détour … la vue de ce qui est merveilleux et souhaitable à voir» (Philo, Q. Gen . IV.245)

Saint Jean Damascène (v. 676-749), un théologien chrétien, decrit Moïse et les Israélites concernant la pureté :

« Dieu n’a t-Il pas souhaité aux Israélites de le voir, et leur a offert depurifier le corps ? [Ex. 19, 15 ; Nom. 6, 2] N »avez-vous pas les prêtres qui se purifient et ainsi approchent le temple du temple pour offrir des victimes ? Et le grand vœu, n’est t-il pas le droit d’appel à la chasteté ? » (Une Exposition de la foi orthodoxe, livre IV, chapitre XXIV. En ce qui concerne la virginité).

La raison pour laquelle si peu de gens aujourd’hui parlent ou écrivent sur la chasteté et la pureté n’est pas difficile à deviner puisque presque tous les hommes et les femmes, mariées ou non, sont remplis d’impureté, pleins de passions de sensualité. C’est aussi la raison pour laquelle Dieu fait moins de miracles et qu’Il se révèle à moins de personnes de nos jours. En effet, la quasi-totalité sont retranchés dans la chair, ce qui entrave considérablement leur spiritualité et leur conversation avec Dieu. Dieu, cependant, n’est jamais loin de ceux qui cherchent l’amour, la pureté et la chasteté.

« Si vous aspirez que Dieu se manifeste à vous, pourquoi n’avez-vous pas entendu Moïse, quand il commande aux gens d’être purs des souillures du mariage, pour qu’ils puissent prendre part à la vision de Dieu [Ex. 19, 15]. » (Saint Grégoire de Nysse, la virginité, chapitre XXIV, ca. 335-395)

 

Il y a « un temps pour être loin des étreintes » pour ceux qui sont mariés selon la Sainte Parole de Dieu dans le livre de l’Ecclésiaste

En vérité, contrairement à ce que beaucoup de gens lubriques enseignent aujourd’hui, Notre Seigneur et Dieu nous enseigne dans le livre de l’Ecclésiaste qu’il y a  » un temps pour embrasser, et un temps pour être loin des étreintes «  (Ecclésiaste3, 5) et cet enseignement de Notre-Seigneur dans la Sainte Écriture s’applique directement à la mariée car Il désire qu’elle pratique la chasteté de temps en temps pour grandir dans la sainteté et la pureté. L’expression « un temps pour embrasser, et un temps pour être loin des étreintes » se réfère à l’acte conjugal.

Le commentaire de la Bible catholique Haydock explique ce verset :

« Le verset 5. Étreintes. La continence est parfois prescrite aux personnes mariées, Lévitique XX, 18, et 1 Corinthiens 7. (Saint-Jérôme) (Saint Augustin, Enchiridion 78) (Calmet). «  Cela nous montre clairement non seulement que Notre Seigneur veut que tout marié s’abstienne parfois de l’acte conjugal, mais aussi que l’acte conjugal parfois doit être abstenu ne tout temps comme il est effectué chaque jour dans le monde et que le prêche la sensualité humaine.

Il y a deux principales raisons pour lesquelles la Bible indique aux conjoints mariés de s’abstenir de l’acte conjugal, en leur apprenant qu’il y a  » un temps pour être loin des étreintes « . La première raison est que les conjoints qui effectuent l’acte conjugal tomberont souvent sera plus facilement dans les péchés sexuels, soit avec leur propre conjoint ou avec eux-mêmes ou avec une autre personne, car celui qui se livre à l chair est souvent beaucoup plus susceptible de tomber dans des péchés sexuels de toutes sortes, tout comme une personne qui boit du vin souvent est beaucoup plus apte à tomber dans le péché de d’ivresse qu’une personne qui boit rarement ou jamais de vin du tout. La deuxième raison est que la chasteté permet la prière pour devenir meilleur et plus fort et « propre à vous attacher au Seigneur, sans obstacle » (1 Cor. 7, 35) selon la Sainte Parole de Dieu dans la Bible.

La majorité des Juifs dans la Religion de l’Ancien Testament attendaient la venue et la naissance du Messie, et à cause de cela, ils vantaient aussi la procréation de la race juive, car ils avaient compris que le Messie naîtrait de leur race. La majorité d’entre eux ne comprenaient pas, cependant, que Dieu enfanterait le Messie d’une vierge pure et sans rapports sexuels. La raison pour laquelle Dieu a choisi de se faire homme par une vierge, et sans relations sexuelles humaines, est parce que Notre Seigneur valorisait la chasteté et la pureté au-dessus de la vie conjugale. Il ne convenait pas que Dieu qui est lui-même la pureté, se fasse homme par un acte qui était devenu blessant et lubrique par la concupiscence après la chute et le péché originel d’Adam et Eve. Ainsi, Notre Seigneur a décrété qu’il se ferait homme à la fois selon sa dignité requise, mais aussi parce qu’il voulait que son peuple comprenne que l’action méritoire d’observer la chasteté est une grande vertu qui déverse sur l’humanité des bénédictions de différents types.

Saint-Méthode, Banquet des dix vierges (c. 311) : «Car envisagez, ô vierges, combien [Saint- Paul, dans la Sainte Écriture] désireux de toutes ses forces que les croyants dans le Christ soient chastes, il s’efforce par de nombreux arguments de leur montrer la dignité de la chasteté, comme quand il dit :  » Maintenant, concernant les choses dont vous m’avez écrit : Il est bon pour l’homme de ne pas toucher une femme « , de là, il montre déjà très clairement qu’il est bon de ne pas toucher une femme, à y être porter, et de le mettre en avant de manière inconditionnelle. Mais ensuite, en étant conscient de la faiblesse des moins continents, et leur passion pour les rapports sexuels, il a permis à ceux qui sont incapables de gouverner la chair d’utiliser leurs propres épouses, plutôt que, transgressant honteusement, de se livrer à la fornication. Puis, après avoir donné cette autorisation, il a immédiatement ajouté ces mots :  » que Satan ne vous tente par votre incontinence « , qui signifie  » si vous, comme vous êtes, ne pouvez pas, en raison de l’incontinence et de la faiblesse de votre corps, être parfaitement continent, je vais plutôt vous permettre d’avoir des rapports avec vos femmes, de peur que, professant la continence parfaite, vous soyez constamment tentés par le diable, et enflammés de luxure après les femmes d’autres hommes « . (Discours III, Chapitre XI)

 

L’Eucharistie oblige les gens à être chaste pour la recevoir, nous apprenant à être chaste pendant trois jours avant de recevoir l’Eucharistie

Un autre exemple de la chasteté dans l’Ancien Testament se trouve dans le premier livre des Rois (également appelé d’abord premier livre de Samuel) où le futur roi David, fuyant le roi Saül, demande au prêtre Achimélech un peu de nourriture pour soulager sa faim et celle de ses amis.

1 Rois 21, 4-6 : « Et David dit à Achimélec le prêtre : « Et maintenant qu’as-tu sous la main ? Donne-moi cinq pains dans la main, ou ce qui se trouvera. Le prêtre répondit à David et dit : « Je n’ai pas sous la main de pain ordinaire, mais il y a du pain consacré ; pourvu que tes gens se soient abstenus de femmes ». David répondit au prêtre et lui dit : «Nous nous sommes abstenus de femmes depuis trois jours que je suis parti, et les vases de mes gens sont chose sainte ; et si le voyage est profane, pourtant il est sanctifié quant au vase ». (Crampon)

Le commentaire Haydock explique des choses très remarquables et intéressantes sur ces versets remarquables :

«  Verset 5. Que les jeunes hommes soient purs etc. Si cette pureté était nécessaire à ceux qui ne mangeaient que du pain, qui était une figure du pain de vie que nous recevons dans le Saint-Sacrement [l’Eucharistie], dans quelle pureté devraient être les chrétiens quand ils s’approchent de nos formidables mystères ? Et quelle raison a l’Église de Dieu d’admettre aucun de ses ministres, de consacrer et recevoir chaque jour ce sacrement le plus pur, comme de se consacrer à une vie de pureté perpétuelle. (Challoner) — Verset 6. vaisseaux [vases], c’est-à-dire corps, étaient chose sainte, c’est-à-dire ont été conservés de l’impureté (Challoner) … Septante, «mes hommes sont tous purifiés» (Calmet) — souillé [profane], est susceptible de nous exposer à des dangers d’impureté, (Challoner) que nous aurons peut-être à combattre. (Haydock) — sanctifié, nous conservons, en dépit de ces circonstances dangereuses, nos vaisseaux saints ; nous gardons notre corps de tout ce qui peut nous souiller. (Challoner)  »

Tout comme dans le cas du livre de l’Exode où Dieu a demandé au peuple d’être chaste pendant trois jours avant de recevoir Sa Sainte Parole, de sorte que le chiffre et le signe de la très sainte Eucharistie au temps de l’Ancien Testament se réfère également aux trois jours de chasteté avant de le recevoir. Nous voyons la norme de pratique de chasteté avant de recevoir la Sainte Eucharistie dans ce terme de trois jours : «Nous nous sommes abstenus de femmes depuis trois jours que je suis parti, et les vases de mes gens sont chose sainte». (1 Rois 21, 6)

De même, l’accueil de la Parole de Dieu par le peuple d’Israël dans le livre de l’Exode, après trois jours de chasteté signifie qu’il y a une nécessité pour tous d’être chaste pendant trois jours afin de recevoir la Parole de Dieu (Notre Seigneur Jésus- Christ) fait chair dans le Sacrement de l’Eucharistie. L’Ancien Testament ne pouvait pas être plus clair sur le caractère bénéfique de la chasteté, et qu’il est nécessaire pour une personne de la pratiquer pendant trois jours avant de recevoir le Saint Corps, le Sang, l’Ame et la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Dans l’ancienne loi et l’Ancien Testament, chaque fois que Dieu a ordonné aux gens de se «sanctifier» eux-mêmes, cela signifiait qu’ils devaient être chastes pour une période de temps comme en témoigne le livre de l’Exode, comme nous l’avons vu ci-dessus. Les commandements à la population de se «sanctifier» eux-mêmes qui ont été donnés par Dieu, Ses prophètes et prêtres de l’Ancien Testament sont très souvent utilisés dans l’Ancien Testament, mais la plupart des gens qui lisent l’Ancien Testament ne comprennent pas que la sanctification juive signifiait réellement exercer la vertu de chasteté pour un certain temps.  » Le Seigneur connaît les jours des hommes sans tâche [jours de souillure], leur héritage sera éternel. «  (Psaume 36, 18 – Vulgate)

Les Juifs de l’époque de l’Ancien Testament comprenaient aussi combien la pratique de la chasteté leur serait bénéfique à la fois spirituellement et physiquement et c’est aussi pourquoi c’était la pratique courante de beaucoup de Juifs qui entraient dans la vie militaire (comme nous l’avons vu dans le cas du roi David et de ses hommes), ils devaient rester chaste et sanctifier leur vie afin de recevoir la grâce de Dieu pour devenir victorieux dans la bataille. En effet, Dieu lui-même a directement ordonné aux Juifs de toujours être purs et chastes quand ils s’engageaient dans une guerre ou une bataille : « Quand tu iras à la guerre contre tes ennemis, tu te garderas de toute chose mauvaise. S’il y a chez toi un homme qui est souillé dans un rêve la nuit, il sortira hors du camp. Et ne reviendra pas, avant de s’être lavé avec de l’eau dans la soirée, et après le coucher du soleil, il doit retourner dans le camp. «  (Deutéronome 23, 9-11)

Quand on se souvient que Dieu a ordonné aux Juifs de toujours pratiquer la chasteté en temps de guerre et en temps de paix, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi, dans les cas où ils ont perdu leurs guerres, leur manque de chasteté en était la raison principale (même si ce n’est pas la plus grande raison) pour laquelle ils ont perdu leurs batailles et leur indépendance.

Les Croisés chrétiens pratiquaient aussi la chasteté comme les Juifs, et firent pénitence pour devenir victorieux dans les batailles contre les païens. Plusieurs fois, Dieu a également révélé par des révélations surnaturelles aux combattants chrétiens tout comme Il l’a fait pour les juifs que s’ils n’étaient pas vertueux et purs, ils perdraient les batailles futures. L’ordre des Templiers a été l’un de ces ordres vertueux qui ont fait solennellement vœux de chasteté et de pureté parfaite, luttant constamment contre le diable, la chair et le monde d’un côté, et les hérétiques, sarrasins, musulmans ou infidèles de l’autre. Ils étaient une sorte de guerriers moines ; une nouvelle race en effet dans le monde chrétien, et en raison de leur pureté spectaculaire, quelques croisés auraient pu miraculeusement vaincre une multitude d’infidèles, qui étaient beaucoup plus nombreux et plus forts qu’ils étaient eux-mêmes. Ces serviteurs purs du Christ portaient aussi une robe blanche qui signifiait leur pureté intérieure. Dans l’histoire des Templiers, par Charles G. Addison, nous lisons les mots suivants : « concernant tous les profès chevaliers, à la fois en hiver et en été, nous donnons, s’ils peuvent être obtenus, des vêtements blancs, afin que ceux qui ont jeté derrière eux une vie sombre puissent savoir qu’ils ont à se féliciter de leur Créateur par une vie pure et blanche. Car ce qui est blanc est la chasteté parfaite, et la chasteté est la sécurité de l’âme et la santé du corps. Et à moins que chaque chevalier continue d’être chaste, il ne doit pas venir au repos perpétuel, ni voir Dieu, comme l’atteste l’apôtre Paul : Suivez la paix avec tous les hommes, et la chasteté, sans laquelle personne ne verra Dieu …  »

En effet, la nécessité pour nous tous de nous «sanctifier» est d’une importance cruciale, et surtout quand nous recevons le saint Corps et le Sang de Notre-Seigneur. Parlant de la réception de la Sainte Eucharistie, Saint-Jérôme s’exprime dans les termes suivants dans son commentaire de l’Evangile de Matthieu : «Si les pains de proposition ne pouvaient pas être mangés par ceux qui avaient connu leurs femmes charnellement, combien moins ce pain [l’Eucharistie] qui est descendu du ciel peut-il être souillé et touché par ceux, qui peu de temps avant ont été dans des étreintes conjugales ? Ce n’est pas que nous condamnons les mariages, mais que, au moment où nous allons manger la chair de l’agneau, on ne doit pas se livrer à des actes charnels ». (Epist. XXVIII, parmi les œuvres de Saint-Jérôme)

Pour la même raison, en l’an 1679, le pape Innocent XI, s’est adressé à tous les prêtres dans une encyclique, leur enseignant comment les gens mariés devront être formés et disposés de manière à être en mesure de recevoir le Saint Corps, le Sang et la Divinité de Jésus-Christ dans l’Eucharistie : «Dans le cas des personnes mariées, cependant, qu’ils considèrent sérieusement cela, ainsi que le bienheureux Apôtre ne les veut pas  » se refuser l’un à l’autre à ce devoir, si ce n’est de concert pour un temps, afin de vaquer à la prière  » [cf. 1 Cor. 7, 5], qu’ils les conseillent sérieusement pour qu’ils doivent se donner plus de continence à cause du respect pour la très sainte Eucharistie, et qu’ils devraient se réunir pour la communion au banquet céleste avec un esprit pur». (Pape Innocent XI, 1676-1689, De l’arrêté CS Conc., 12 février 1679, Denzinger 1147)

Innocent XI a également ajouté des instructions supplémentaires sur la façon dont à la fois la mariée ainsi que tous les autres devront être formés et disposés pour la réception du Corps et du Sang de Notre Seigneur dans les termes suivants :

« Il sera bénéfique, aussi, en plus de la diligence des prêtres et confesseurs, d’utiliser également les services de prédicateurs et d’avoir un accord avec eux, pour que, lorsque les fidèles auront pris l’habitude de fréquenter le sacrement très saint (ce qu’ils doivent faire), ils prêchent un sermon sur la grande préparation à entreprendre, et montrent en général que ceux qui, par zèle pieux sont amenés à des formes de participation plus fréquente ou quotidienne pour la santé qu’apporte la nourriture, qu’ils soient laïcs ou commerçants, les personnes mariées, ou d’autres, doivent comprendre leur propre faiblesse, de sorte qu’en raison de la dignité du sacrement et la crainte du jugement divin, ils puissent apprendre à révérer la table céleste sur laquelle est le Christ, et si, à un moment ils ne se sentent pas préparés, de s’en abstenir et de se ceindre d’une plus grande préparation. … En outre, que les évêques et les prêtres confessent ou réfutent ceux qui soutiennent que la communion quotidienne est de droit divin …  » (Pape Innocent XI, 1676-1689, De l’arrêté CS Conc ., 12 février. 1679, Denzinger 1149 – 1150 )

Alors un bon conseil pour les personnes pieuses est qu’elles restent chastes pendant trois jours avant de recevoir le Corps, le Sang, l’Ame et la Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ dans l’Eucharistie de la même manière que le peuple juif a été commandé par Dieu de pratiquer la chasteté pour trois jours avant de reçevoir la Parole de Dieu dans l’Ancienne Alliance, et tout comme David et ses hommes ont dû être chastes et purs pendant trois jours avant de recevoir la figure et le signe du Corps du Christ dans l’ancienne loi. L’honneur qu’une personne chaste et vertueuse donne au Christ et à la Sainte Eucharistie en pratiquant la vertu de chasteté pendant trois jours avant de recevoir le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie est, simplement dit, inestimable. Le commentaire biblique des premiers Rois nous apprend aussi ce fait, en mentionnant que «Si cette pureté a été exigée d’eux qui ne mangeaient que du pain, qui était une figure du pain de vie que nous recevons dans le Saint-Sacrement [l’Eucharistie], combien les chrétiens devraient se purifier quand ils s’approchent de nos formidables mystères »?

En fait, l’Église catholique a toujours averti et enseigné aux époux la nécessité de s’abstenir de la dette de mariage pour au moins trois jours avant de recevoir la Sainte Eucharistie de la messe afin d’obtenir les bénédictions de Dieu, tout en reconnaissant et exhortant aux conjoints que « La dignité d’un si grand Sacrement [de l’Eucharistie] exige également que les personnes mariées s’abstiennent de la dette de mariage pour quelques jours précédents la communion».

Le Catéchisme du Concile de Trente parle beaucoup de la nécessité de la pureté et de la préparation avant de recevoir la Sainte Eucharistie. Dans la partie «Sur le sacrement du mariage» , il enseigne que la norme de trois jours d’observer la chasteté avant de recevoir la communion a été enseignée par leurs prédécesseurs, ce qui indique que la Tradition de l’Église a toujours enseigné cette vérité :

«Mais comme toute bénédiction est obtenue de Dieu par la sainte prière, il est également enseigné aux fidèles de parfois s’abstenir de la dette de mariage, afin de se consacrer à la prière. Que les fidèles comprennent qu’elle est (cette continence religieuse), selon l’injonction bonne et sainte de nos prédécesseurs, particulièrement à observer pendant au moins trois jours avant la communion , et plus souvent pendant le jeûne solennel du Carême. Ainsi trouveront- ils les bénédictions du mariage tous les jours et augmenteront en abondance de grâce divine, et vivant dans la poursuite de la piété , ils passeront non seulement cette vie dans la paix et la tranquillité, mais aussi dans le repos de l’espérance véritable et ferme, qui ne les confondra pas d’arriver, par la bonté divine, à la possession de cette vie qui est éternelle ».

Dans la section « Sur le sacrement de l’Eucharistie, la préparation du corps », le Catéchisme de Trente corrobore le fait que l’histoire de David dans la Bible nous montre que nous devons à la fois être diligent et chaste avant de recevoir la Sainte Eucharistie :

«Notre préparation ne doit pas, toutefois, être limitée [seulement] à l’âme, elle devrait également s’étendre à l’organisme. Nous approchons de la table Sainte à jeûn, après n’avoir ni mangé ni bu tout au moins de minuit jusqu’au moment de la communion. La dignité d’un si grand Sacrement exige également que les personnes mariées s’abstiennent de la dette de mariage pour quelques jours de la communion. Ce respect est recommandé par l’exemple de David, qui, alors qu’il s’apprêtait à recevoir les pains de proposition des mains du prêtre, a déclaré que lui et ses serviteurs étaient purs des femmes pendant trois jours. Telles sont les principales choses à faire par les fidèles pour se préparer à recevoir les saints mystères avec profit, et à ces principales peuvent être réduites toutes autres choses pouvant sembler souhaitables par voie de préparation ».

En effet, il y a une « grande nécessité de cette préparation précédente » pour tous ceux qui présument de recevoir le Corps Très Saint de Notre-Seigneur : «Nous arrivons maintenant à souligner la manière dont les fidèles doivent être préalablement préparés pour la communion sacramentelle. Pour démontrer la grande nécessité de cette préparation précédente, l’exemple du Sauveur doit être apportée. Avant de donner à ses apôtres le Sacrement de son Corps et de son Sang précieux, même s’ils étaient déjà purs, il lava leurs pieds pour montrer que nous devons avoirr une extrême diligence avant la sainte communion, afin de l’aborder avec la plus grande pureté et l’innocence de l’âme.  » (Catéchisme de Trentesur le sacrement de l’Eucharistie, nécessité d’une préparation précédente pour la communion)

Considérant tout ce qui précède, il est clair que le Catéchisme de Trente, dans le chapitre sur le sacrement de l’Eucharistie, et la nécessité d’une préparation précédente pour la communion, à juste titre, a déclaré que celui qui ose aborder l’Eucharistie «sans cette préparation [de pureté] non seulement en ne tire aucun avantage, mais même encourt le plus grand malheur et perte », ce qui contredit directement le monde lubrique et dépravé qui enseigne que Dieu ne nécessite aucune sorte de pureté spéciale afin de le recevoir :

« En second lieu, les fidèles doivent comprendre que celui qui s’approche ainsi préparé et disposé est orné avec des dons les plus vastes de la grâce céleste, de même, au contraire, celui qui s’approche sans cette préparation non seulement en ne tire aucun avantage, mais même encourt le plus grand malheur et perte. Il est caractéristique des meilleures et plus salutaires choses que si on en a fait usage de saison, elles sont productives au plus grand avantage, mais si on les utilise hors du temps, elles se révèlent plus pernicieuses et destructrices. Cela ne peut pas, par conséquent, exciter à la surprise que les grands et exaltés dons de Dieu, lorsqu’ils sont reçus dans une âme bien disposée, sont de la plus grande assistance pour la réalisation du salut, tandis que pour ceux qui les reçoivent indignement, ils apportent avec eux la mort éternelle. De cela, l’arche du Seigneur donne une illustration convaincante. Le peuple d’Israël ne possédait rien de plus précieux et elle était pour lui la source d’innombrables bénédictions de Dieu, mais quand les Philistins l’emportèrent, elle a apporté un châtiment des plus destructeur sur eux et les calamités les plus lourdes, avec la honte éternelle. Ainsi également la réception de nourriture par la bouche dans un estomac sain nourrit et soutient le corps, mais reçue dans un estomac indisposé, elle provoque des troubles graves » (Catéchisme de Trente, sur le sacrement de l’Eucharistie, et la nécessité d’une préparation précédente pour la communion)

 

A SUIVRE