La chair et l’esprit

Page en cours

Sommaire

  • Dieu donne la vie à l’âme
  • Mortifier les œuvres de la chair
  • Le mystère de l’Incarnation rédemptrice
  • Le salut de la chair

 

Beaucoup ne comprennent plus le sens et la place de la chair dans la vie spirituelle ou chrétienne. Cela est dû soit à leur apostasie de la foi catholique et parce qu’ils sont sorti de la vraie foi divine et catholique et de la doctrine de l’Incarnation rédemptrice, soit parce qu’ils ont adhéré à des erreurs graves et à des mensonges sur l’âme et sur le salut. Certains considèrent même de manière gravement erronée et hérétique que l’esprit et la chair cohabitent chacun selon sa nature, ou que la chair contenant l’esprit est sa prison, ou que le but de l’homme est de libérer son esprit sans sa chair, ou que l’homme est un esprit dans la matière, ou carrément que la matière ou la chair est une forme de cristallisation de l’esprit (comme dans le New-âge), etc. D’autres ont une conception matérialiste et sont égarés croyant que seule la matière existe et que seuls des processus chimiques sont à l’origine de la vie, ou que la seule biochimie du cerveau produit la conscience, etc. Toutes ces conceptions des ténèbres mènent dans l’abîme éternel.

Dieu donne la vie à l’âme

Dieu crée l’âme de l’homme et lui donne la vie, et l’âme (anima) fait vivre et anime le corps. L’âme est la forme du corps. La nature charnelle incline la chair à être insoumise à l’âme, mais l’esprit incline l’âme à s’élever et soumettre la chair.

Saint Irénée, père de l’Église, Contre les hérésies, L. V, Part. 1, 4 : «trois choses … constituent l’homme parfait : la chair, l’âme et l’Esprit. L’une d’elles sauve et forme, à savoir l’Esprit ; une autre est sauvée et formée, à savoir la chair ; une autre enfin se trouve entre celles-ci, à savoir l’âme, qui tantôt suit l’Esprit et prend son envol grâce à lui, tantôt se laisse persuader par la chair et tombe dans des convoitises terrestres.».

La création est incluse dans la Rédemption et non l’inverse. La création fait partie de la Rédemption. La chair est incluse dans le mystère de foi de l’Incarnation rédemptrice du Christ :

Jean 1, 14 : «Et le Verbe a été fait chair, et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire comme la gloire qu’un fils unique reçoit de son père, plein de grâce et de vérité ».

Note Vulgate Jn 1, 14 : «Le Verbe a été fait chair, non que sa substance se soit changée en chair, mais parce que le Verbe, en demeurant ce qu’il était, a pris la forme de serviteur (St Jean Chrysostome)».

Voici ce qu’enseignent les pères de l’Église au sujet du Verbe qui a été fait chair dans Jean 1, 14 :

Saint Irénée, père de l’Église, Contre les hérésies, L. V, Part 2 § 2 : « il [le Verbe] est venu » de façon visible « dans son propre domaine », « s’est fait chair » et a été suspendu au bois, afin de récapituler toutes choses en lui-même [la création, récapitulée dans le Rédempteur, est incluse dans la rédemption].

Saint Jean Chrysostome, père de l’Église, Hom. 11 sur St Jean : « Nous avons donc été faits enfants de Dieu et en vertu du mystère du Verbe fait chair ; l’Évangéliste nous fait connaître un nouveau bienfait de l’incarnation : « Et nous avons vu sa gloire » ; car jamais nous n’aurions pu la voir, si lui-même ne s’était manifesté à nous sous une forme semblable à la nôtre. En effet, si les Hébreux n’ont pu soutenir l’éclat du visage glorifié de Moïse, qu’il fallut couvrir d’un voile, comment, nous, dont l’origine et les instincts sont tout terrestres, pourrions-nous soutenir à découvert la vue de la Divinité, inaccessible même aux vertus supérieures des cieux ». (St Thomas, Catena Aurea, Jn 1, 14)

Saint Jean Chrysostome, père de l’Église, Hom. 12 sur St Jean : « Saint Jean ajoute : « Comme la gloire du Fils unique ». C’est, qu’en effet, un grand nombre de prophètes ont été glorifiés, tels que Moïse, Élie, Élisée, et beaucoup d’autres qui ont opéré de grands miracles. Il en est de même des anges qui, en apparaissant aux hommes, ont fait briller à leurs yeux la gloire qui est propre à leur nature ; c’est ainsi que les chérubins et les séraphins ont été vus par le prophète, environnés d’une gloire éclatante. L’Évangéliste nous élève bien au-dessus de cette gloire, au-dessus de toute nature et de toute gloire créée, et nous conduit jusqu’au faite de tous les biens. Or voici le sens de ses paroles : La gloire que nous avons vue n’est pas la gloire d’un prophète, d’un homme ordinaire, ni même d’un ange, d’un archange, ou de quelqu’une des puissances supérieures, mais c’est comme la gloire du dominateur lui-même, du roi, du Fils unique par nature ». (St Thomas, Catena Aurea, Jn 1, 14)

Saint Augustin, père de l’Église, Traité 2 sur St Jean : « …ces paroles : « Le Verbe s’est fait chair, et il a habité parmi nous », nous apprennent que le Verbe a fait du mystère de sa naissance comme un collyre pour éclaircir les yeux de notre cœur, et nous permettre de voir sa Majesté à travers son humanité : « Et nous avons vu sa gloire ». Personne ne pourrait voir sa gloire, s’il n’était guéri par l’humilité de son incarnation. L’œil de l’homme était comme obscurci par la poussière soulevée de la terre, il avait les yeux malades, et Dieu lui met comme de la terre sur les yeux pour les guérir. La chair vous avait aveuglé, c’est la chair qui vous guérit. L’âme était devenue charnelle en donnant son consentement aux affections de la chair, et c’est ainsi que l’œil du cœur avait été aveuglé. Le médecin vous a fait un collyre en venant revêtu d’une chair mortelle pour réprimer les vices de la chair, car le Verbe s’est fait chair, afin que vous puissiez dire : « Nous avons vu sa gloire« . (St Thomas, Catena Aurea, Jn 1, 14)

Origène, Hom. 2 sur div. sujets : « Les paroles qui suivent : « Plein de grâce et de vérité », peuvent s’entendre de deux manières différentes, c’est-à-dire de l’humanité et de la divinité du Verbe incarné. Ainsi la plénitude de la grâce se rapporterait à l’humanité, par laquelle le Christ est le chef de l’Église et le premier né de toute créature. En effet, c’est en lui que s’est manifesté le plus grand et le plus merveilleux effet de la grâce, en vertu de laquelle l’homme est devenu dieu sans aucun mérite de sa part. La plénitude de la grâce eu Jésus-Christ peut encore s’entendre de l’Esprit Saint, dont les sept dons remplirent l’humanité du Sauveur (Is. 11). La plénitude de la vérité se rapporte à la divinité. Si vous aimez mieux appliquer au Nouveau Testament cette plénitude de grâce et de vérité, vous pourriez dire avec beaucoup de vraisemblance que la plénitude de la grâce du Nouveau Testament nous a été donnée par Jésus-Christ, et que la vérité des symboles figuratifs de la loi s’est accomplie en lui ». (St Thomas, Catena Aurea, Jn 1, 14)

A suivre

Mortifier les œuvres de la chair

La chair ne doit pas être tuée en soi dans ce qu’elle fait ou être considérée séparément, mais ce sont ses œuvres qui sont à tuer. La chair signifie l’homme animal. Mortifier les œuvres de la chair signifie soumettre la chair à l’âme. C’est la chair (qui inclut le psychique) révoltée ou non-soumise à l’âme qui est source du mal et du désordre dans l’homme. Voilà le vrai sens. Mais il est impossible pour l’homme de soumettre sa chair à son âme sans la grâce de Dieu.

C’est par le baptême que l’âme retrouve la vie de la grâce et par la fidélité à son baptême que l’âme peut mortifier les œuvres de la chair. Avant de mortifier les œuvres de la chair, il faut mortifier les œuvres du monde qui consistent à vivre pour les biens terrestres selon le monde et sa sagesse terrestre collée à la terre.

P. Kroust (1694-1772) S. J., Méditations sur les vérités de la foi, jeudi IX ap. la Pent. : « Par le baptême, vous avez juré sur les paroles du sacrement. On vous demanda : renoncez-vous à Satan ? Vous avez répondu : j’y renonce. – Renoncez-vous à toutes ses pompes ? J’y renonce. – À toutes ses œuvres ? J’y renonce ; car les pompes du démon sont les pompes du monde ; les œuvres du démon sont les œuvres de la chair ».

L’Apôtre saint Paul explique parfaitement la mortification des œuvres de la chair :

Romains 8, 12-17 : «Ainsi mes frères nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Car si c’est selon la chair que vous vivez, vous mourrez ; mais si par l’esprit vous mortifiez les œuvres de la chair, vous vivrez».

Romains 6, 12-13 : « Que le péché donc ne règne point dans votre corps mortel, en sorte que vous obéissiez à ses convoitises. Et n’abandonnez point vos membres au péché comme des instruments d’iniquité, mais offrez-vous à Dieu, comme devenus vivants, de morts que vous étiez, et vos membres à Dieu, comme des instruments de justice »

1 Corinthiens 6, 15 : « Ne savez-vous pas que vos corps sont les membres du Christ ? Enlevant donc les membres du Christ, en ferai-je des membres de prostituée ? A Dieu ne plaise ».

Mortifier les œuvres de la chair, c’est le sens des paroles suivantes de Jésus-Christ :

Matthieu 18, 8-9 : «Si donc ta main ou ton pied te scandalise, coupe-le, et jette-le loin de toi ; il vaut mieux pour toi entrer dans la vie privé d’une main ou d’un pied, que d’être jeté ayant deux mains ou deux pieds, dans le feu éternel. Et si ton œil te scandalise, arrache-le et jette-le loin de toi ; il vaut mieux pour toi entrer dans la vie avec un seul œil, que d’être jeté ayant deux yeux dans la géhenne du feu». (aussi Matthieu 5, 29-30 ; Marc 9, 42-47)

Cela ne signifie pas de se mutiler, mais de s’éloigner des objets des sens inclinant à accomplir les œuvres de la chair, afin de faire vivre et croître l’homme intérieur spirituel régénéré par le baptême.

Éphésiens 4, 24 : « Et revêtez-vous de l‘homme nouveau qui a été créé selon Dieu dans la justice et la sainteté de la vérité».

Colossiens 3, 9-10 : «…dépouillez le vieil homme avec ses œuvres, et revêtez le  nouveau, qui se renouvelle à la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé».

La mortification des œuvres de la chair est le moyen de faire croître l’homme nouveau régénéré par le baptême et par la grâce, pour tuer le vieil homme parce que les œuvres de la chair font obstacle à la vie de la grâce. C’est là que l’homme utilise sa liberté : Le Christ a racheté l’homme, mais l’homme doit suivre Jésus-Christ par ses œuvres. Mais c’est l’homme nouveau qui tue le vieil homme (animal et psychique déchu), ce n’est pas le vieil homme qui tue le vieil homme. Comme l’Apôtre saint Paul l’explique, c’est le Christ vivant dans l’homme racheté qui tue le vieil homme.

Galates 2, 20 : «Mais je vis, non plus moi, mais le Christ vit en moi. Car si je vis maintenant dans la chair, j’y vis en la foi du Fils de Dieu, qui m’a aimé et s’est livré lui-même pour moi».

Jean 1, 12-13 : «Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné le pouvoir d’être faits enfants de Dieu à ceux qui croient en son nom. Qui ne sont point nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu».

Note Bible catholique Vulgate v. 13 : « La chair et le sang indiquent dans l’Écriture, la nature humaine qui s’oppose à la grâce ».

Les pères de l’Église enseignent ce qui suit à propos de Jean 1, 12-13 :

Saint Irénée, père de l’Église, Contre les hérésies, L. V, Part 2 § 2 : « Et les siens ne l’ont pas reçu » — les siens, c’est-à-dire les hommes —, ainsi que Moïse l’avait annoncé en disant au peuple : « Ta Vie sera suspendue sous tes yeux, et tu ne croiras pas en ta Vie » [Deut. 28, 66]. Ainsi, ceux qui ne l’ont pas reçu n’ont pas reçu la Vie. « Mais à tous ceux qui l’ont reçu il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu ».

St Jean Chrysostome, père de l’Église, Hom. 9 sur St Jean : «Dieu, plein de bonté et de miséricorde, ne néglige rien de ce qui peut nous élever à une vertu éminente. Aussi ne veut-il s’attacher personne par force ou par nécessité, et ne veut nous attirer à lui que par la persuasion et par les bienfaits. De là vient que les uns le reçurent, et que les autres refusèrent de le recevoir ; car il ne veut pas qu’on soit à son service malgré soi et comme par contrainte ; celui qui le sert forcément et de mauvaise grâce, est à ses yeux comme celui qui refuse complètement de le servir : « Et les siens ne l’ont pas reçu ». (St Thomas, Catena Aurea, Jn 1, 12-13)

St Jean Chrysostome, père de l’Église, Hom. 10 sur St Jean : «Il ne dit pas qu’il les fit enfants de Dieu, mais qu’il leur à donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, nous apprenant ainsi que ce n’est qu’au prix de grands efforts que nous pouvons conserver sans tache ce caractère de l’adoption qui a été imprimé et gravé dans notre âme par le baptême. Il nous enseigne encore que personne ne peut nous ôter ce pouvoir, si nous-mêmes ne consentons à nous en dépouiller. Ceux à qui les hommes délèguent une partie de leur puissance ou de leur autorité, la possèdent presque à l’égal de ceux qui la leur ont donnée ; à plus forte raison en sera-t-il ainsi de nous qui avons reçu cet honneur de Dieu même. Il veut encore nous apprendre que cette grâce n’est donnée qu’à ceux qui la veulent et qui la recherchent ; car c’est le concours du libre arbitre et de l’opération de la grâce, qui nous fait enfants de Dieu. … Comme dans la distribution de ces biens ineffables, il appartient à Dieu de donner la grâce, de même qu’il appartient à l’homme de faire acte de foi, saint Jean ajoute : « À ceux qui croient en son nom ». Pourquoi ne nous dites-vous pas, saint Évangéliste, quel sera le supplice de ceux qui n’ont pas voulu le recevoir ? Mais quel supplice plus grand pour ceux qui ont reçu le pouvoir de devenir enfants de Dieu, que de refuser de le devenir, et de se priver volontairement d’un si grand honneur ? Toutefois ce ne sera pas leur seul supplice, ils seront condamnés à un feu qui ne s’éteindra jamais, comme l’Évangéliste le déclarera plus ouvertement dans la suite (Jn 3). … L’Évangéliste, en parlant ainsi, veut nous faire comprendre d’un côté la bassesse de la première génération qui vient du sang et de la volonté de la chair, et l’élévation de la seconde qui vient de la grâce et ennoblit notre nature, afin que nous ayons une haute idée de la grâce qui nous a engendrés, et que nous ne négligions rien pour la conserver ». (St Thomas, Catena Aurea, Jn 1, 12-13)

Saint Augustin, père de l’Église, Traité 1 sur St Jean : « Mais si personne absolument ne l’a reçu, personne donc n’est sauvé ; car la condition essentielle du salut, c’est de recevoir Jésus-Christ, aussi l’Évangéliste ajoute : « Tous ceux qui l’ont reçu », etc. … Ceux qui croient en son nom deviennent donc enfants de Dieu et frères de Jésus-Christ, et prennent par là même une nouvelle naissance. Comment, en effet, sans cette seconde naissance pourraient-ils devenir enfants de Dieu ? Les enfants des hommes naissent de la chair et du sang, de la volonté de l’homme et de l’union des époux. Mais comment naissent les enfants de Dieu ? Ils ne sont pas nés des sangs, c’est-à-dire, de l’homme et de la femme. … En effet, les enfants naissent du mélange du sang de l’homme et de la femme. … Dans les paroles suivantes : « Ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme » ; la chair est synonyme de la femme, en souvenir de sa création. Lorsque, en effet, elle eut été créée d’une côte du premier homme, Adam lui dit : « Voici l’os de mes os et la chair de ma chair ». Le mot chair signifie donc ici la femme, de même que souvent l’esprit est le symbole du mari, parce que son rôle est de commander, et celui de la femme de servir. Quelle maison plus mal ordonnée, en effet, que celle où la femme commande au mari ? Les enfants de Dieu ne sont donc nés ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu». (St Thomas, Catena Aurea, Jn 1, 12-13)

St Bède, père de l’Église : « La génération charnelle de tous les hommes tire son origine de l’union des époux, tandis que la génération spirituelle a pour principe la grâce de l’Esprit saint ». (St Thomas, Catena Aurea, Jn 1, 12-13)

Mortification tempérante

Que la mortification de la chair est une mortification des œuvres de la chair qui doit être faite pour Dieu, et non pas pour soi, on le voit à travers l’excès désordonné d’ascèse de ceux qui ont manqué de discrétion et d’équilibre avec des mortifications internes et externes excessives (jeûne, etc.) et qui se sont éloignés du salut parce qu’ils se sont écoutés eux-mêmes ou ont fait selon leur idée et non par obéissance à la volonté de Dieu mais à leur propre volonté, et non sur le conseil d’anciens ou de supérieurs représentant Dieu. L’excès dans la mortification est nuisible et est dû à l’amour propre.

La mortification de la chair sans la charité ne sert à rien, et sans la vraie foi il n’y a pas de charité, donc même le sacrifice de sa propre vie n’est rien sans la foi et la charité.

1 Corinthiens 13, 3 : « Et quand … je livrerais mon corps pour être brulé, si ne n’ai point la charité, cela ne me sert de rien ».

Pape Pie XI, Mortalium Animos, n° 9 (Magistère de l’Église) : « Le fondement de la charité est la foi pure et sans tache ».

Le manque ou défaut de mortification est nuisible et mortel :

Matthieu 7, 21 : « Ce ne sont pas tous ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le royaume des cieux ; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là entrera dans le royaume des cieux ».

Luc 13, 5 : « je vous le dis : si vous ne faites pénitence, vous périrez tous ».

Mortifier les œuvres de la chair signifie se renoncer, mortifier les affections propres et l’orgueil de la vie.

Matthieu 10, 37-39 : « Qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. Et qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n’est pas digne de moi. Celui qui sauvera sa vie la perdra ; et celui qui perdra sa vie pour l’amour de moi, la retrouvera ».

Matthieu 16, 24 : « Alors Jésus dit à ses disciples : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il porte sa croix et me suive ». (aussi Marc 8, 34 ; Luc 9, 23)

Luc 14, 27 : « Et qui ne porte point sa croix et ne me suit point, ne peut être mon disciple ».

I Corinthiens 9, 24-27 : « Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans la lice courent tous ; mais qu’un seul remporte le prix ? Courez donc de telle sorte que vous le remportiez. Tous ceux qui combattent dans l’arène s’abstiennent de toutes choses ; eux, pour recevoir une couronne corruptible, nous, une couronne incorruptible. Pour moi, je cours aussi, mais non comme au hasard ; je combats, mais non comme frappant l’air. Mais je châtie mon corps, et le réduis en servitude, de peur qu’après avoir prêché aux autres, je ne sois moi-même réprouvé ».

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi, 29 juin 1943 (Magistère) : « Les bienfaits divins, dit saint Ambroise, ne sont pas pour ceux qui dorment, mais pour ceux qui agissent«  (S. Ambroise, Expos. Evang. sec. Lucam IV, 49. PL 15, 1626). … Quant à l’estime que tous doivent avoir de la méditation des vérités célestes, ce ne sont pas seulement les documents de l’Église qui l’indiquent et la recommandent, mais aussi l’usage et l’exemple de tous les saints ».

Voici ce que dis Jésus-Christ et la sainte Vierge sur la mortification des œuvres de la chair, qui doit être à la fois rigoureuse et équilibrée, dans Les Révélations célestes de sainte Brigitte de Suède :

Révélations célestes de sainte Brigitte, Livre 9, ch. 65, Ici Jésus-Christ enseigne à son épouse une règle et manière de vivre, tant pour elle que pour sa famille : « Jésus-Christ parle : Je vous conseille d’avoir quatre heures pour dormir avant minuit, et quatre heure après, et que celui qui ne peut en ait la volonté, et il lui profitera. Qui peut diminuer quelque peu de son sommeil, de sorte que ses sens et ses forces n’en soient trop languissants, en aura plus grande récompense. Ensuite ayez quatre heures pour dire vos prières et faire autres œuvres dévotes et utiles, afin que vous ne perdiez aucune heure sans faire quelque fruit. Vous resterez une heure à table, lequel temps vous ne devez prolonger sans cause raisonnable ; mais si vous avez plus tôt fait, vous en recevrez la récompense. Vous aurez six heures pour faire les œuvres nécessaires qui vous sont permises et enjointes, après quoi vous prendrez deux heures pour dire vêpres, complies et autres dévotes prières, lesquelles finies, vous emploierez une heure pour le souper avec honnête consolation pour soulager le corps. Vous levant du lit, vous garderez le silence durant quatre heures, lequel vous ne romprez sans licence, et ne répondrez, même aux choses nécessaires, si on vous interroge, que le plus succinctement que vous pourrez. Ce temps écoulé, une honnête et modérée récréation vous sera permise. Vous garderez le silence depuis grâces jusques aux oraisons qui vous seront enjointes. Quant aux six heures, vous les emploierez, selon le commandement de votre directeur, ou à apprendre, ou au travail de quelque chose utile, pendant lequel temps il vous sera loisible de vous entretenir de discours honnêtes et hors d’occasion d’offenser Dieu. Vous garderez le silence à vêpres et à complies, lesquelles finies, vous vous pourrez entretenir de choses honnêtes durant le peu de temps qui reste jusques au souper, et du souper jusques à votre coucher.

« J’ai dit dans l’Évangile que qui donnera un verre d’eau en mon nom, en sera récompensé. Et je vous dis que tous ceux qui, en mon honneur, entreprennent et accomplissent dévotement quelque abstinence, si petite qu’elle soit, méritent récompense. Vous savez les jeûnes que vous êtes tenue de garder en voyage. Si vous  étiez dans le monastère, vous auriez peut-être plus de repos ; prenez donc avec discrétion ce qui vous est nécessaire pour sustenter le corps ; usez du potage, soit de choux, soit de quelque autre espèce, mais pour l’amour de Dieu, n’en ayez pas de plusieurs en même temps. Quant à la chair et au poisson, ne vous en faites servir à table que deux espèces, ou qui plus est, n’en prenez point pour l’amour de moi. Mangez du pain qu’on vous donnera ; que s’il vous en faut plus qu’on ne vous en a servi, demandez-en en mon nom à votre maître. Usez du breuvage de même que du pain. Sachez que le malade ne peut vivre aussi exactement selon la règle que celui qui est robuste et en bonne santé, c’est pourquoi il peut demander et prendre ce qui lui est nécessaire. De plus, attendu que vous avez résolu de ne posséder rien, vous ne devez aussi rien donner ni accepter, s’il vous est offert sans licence. Je vous avertis encore que le diable à toute heure vous dresse des pièges, c’est pourquoi je vous conseille de noter les paroles que vous direz par mégarde au temps du silence, et que, vous en étant confessée, vous en fassiez satisfaction. Que si vous avez proféré des paroles inutiles ou peu discrètes, il faut alors que la satisfaction en soit plus grande. Si quelqu’un, emporté par un premier mouvement, contredit en colère un autre, qu’il cherche le plus tôt qu’il lui sera possible lieu propre à réciter un Ave Maria, et à demander humblement pardon à Dieu. Que chaque vendredi vous veniez au chapitre avec volonté de ne celer pas un de vos défauts ou d’y persévérer, mais de les corriger tous avec humilité, selon qu’il vous est enjoint ».

Révélations célestes de sainte Brigitte, Livre 1, ch. 23 : « L’homme feint et dissimulé paraît devant les hommes à l’extérieur être de bonnes mœurs, orné de sagesse, généreux à la défense de mon honneur ; mais il n’en est pas ainsi, car si on lui ôtait son casque de la tête, c’est-à-dire, si on le montrait aux hommes tel qu’il est en effet, on le verrait le plus vile et le plus poltron de tous. Certes, son cerveau est tout vide ; sa folie et sa légèreté dans ses mœurs montrent assez, par des signes évidents, manifestes, qu’il est indigne d’un tel honneur, car s’il était sage selon ma sagesse divine, il comprendrait qu’il devrait faire une pénitence d’autant plus rude et s’abaisser plus profondément, qu’il est rehaussé en honneur par-dessus les autres.  Il a les oreilles au front, attendu qu’au lieu de l’humilité profonde qu’il devrait avoir, à raison de la dignité à laquelle il est élevé et estimé, et brille au-dessus des autres, il ne veut ouïr que ses propres louanges et ses propres honneurs, s’enorgueillissant de telle sorte qu’il veut que tous l’appellent grand et bon.  Il a les yeux derrière la tête, attendu que sa vue et ses connaissances ne sont inutilement occupées que des choses présentes, et non des choses éternelles. Toute son étude est de chercher comment il plaira aux hommes, comment il contentera sa chair, et non comment il me contentera et profitera aux âmes. Son nez est coupé, car la discrétion lui est ôtée, par laquelle il pouvait discerner le péché de la vertu, l’honneur passager de l’honneur éternel, les richesses temporelles des richesses immortelles, et les délices fades et périssables des douces et permanentes délices.  Ses joues sont creuses, c’est-à-dire, toute l’humilité qu’il devait avoir devant moi, la splendeur et la beauté dont il devait me réjouir, sont éteintes, flétries, attendu qu’il a eu honte de pécher devant les hommes, et non pour ma considération. L’autre partie de la mâchoire et de la lèvre était toute tombée, de sorte, il n’y avait que le gosier, d’autant que l’imitation de mes œuvres, la prédication de mes paroles et la prière fervente, étaient déchues en lui, de sorte qu’il ne restait en lui que le gosier de sa gourmandise ».

Révélations célestes de sainte Brigitte, Livre 9, ch. 60 : « Jésus-Christ apparut un jour à sainte Brigitte comme elle était en oraison, et lui dit : Sachez que ceux qui, en l’ancienne loi, semblaient être personnes spirituelles, étaient appelés pharisiens, lesquels avaient trois choses : ils se lavaient souvent pour sembler être nets ; ils jeûnaient et priaient au su de tous, afin qu’ils fussent appelés saints ; ils enseignaient et commandaient beaucoup de choses, lesquelles ils ne faisaient pas, mais tout cela leur a peu profité devant Dieu, parce que leur intention était corrompue et leur âme souillée. Or, comme le bain et le lavement du corps ne profite pas sans la pureté de la conscience, aussi ne nuit-il pas à une âme nette, s’il est pris avec discrétion pour la santé, non pour la volupté. C’est pourquoi il m’a plu davantage que vous ayez obéi à votre maître contre votre vouloir, que si vous eussiez suivi votre volonté contre son commandement. Plusieurs de mes élus n’ont pris aucune médecine corporelle ou autres soulagements de la chair, et m’ont été agréables ; plusieurs aussi en ont pris selon la diversité des maladies et disposition du temps et du lieu, qui ne m’ont pas déplu, d’autant qu’ils ont fait le tout pour mon service. Ainsi l’obéissance, qui n’a rien de sa propre volonté, me plaît plus qu’un grand sacrifice ».

Révélations célestes de sainte Brigitte, Livre 9, ch. 85 : « [La Sainte Vierge Marie parle, disant :] en premier lieu, le sommeil, les veilles et la réflexion doivent être pris avec tempérance, afin que le corps puisse continuer le service de Dieu ; en deuxième lieu, persister au travail avec discrétion ; en troisième lieu, être joyeux et content dans le service de Dieu, et repousser toutes les volontés dépravées dont l’âme est illuminée ».

La mortification des œuvres de la chair est la mortification de la volonté propre (suivre ses désirs avant Dieu), de l’intelligence propre (penser par soi-même) et de l’amour propre (amour de soi au-dessus de l’amour de Dieu).

Le mystère de l’Incarnation rédemptrice

L’Incarnation est un mystère essentiel de la foi. Tout baptisé est tenu absolument de croire en l’Incarnation pour le salut. C’est parce que la foi n’est pas droite (orthodoxe) sur l’Incarnation rédemptrice (Rédemption par l’Incarnation du Verbe fait chair) que les gens tombent dans l’apostasie et les hérésies sur la nature de Jésus-Christ, sur la nature de l’homme, sur la finalité de l’homme, et sur la chair et l’esprit de l’homme.

Concile de Constantinople, profession de foi, 381 ex cathedra [Magistère solennel] : «Je crois en un seul Dieu Père tout-puissant créateur du ciel et de la terre, de toutes les choses visibles et invisibles. Et en un seul Seigneur Jésus Christ, le Fils unique de Dieu, et né du Père avant tous les siècles, Dieu de Dieu, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré non pas créé, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait ; qui à cause de nous les hommes et à cause de notre salut est descendu des cieux, s’est incarné de l’Esprit Saint de la Vierge Marie et s’est fait homme ; il a même été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, a souffert et a été enseveli, est ressuscité le troisième jour selon les Écritures et est monté au ciel ; il siège à la droite du Père et reviendra en gloire juger les vivants et les morts ; et son Règne n’aura pas de fin. …».

Pape Damase, Concile de Rome, Tomus Damasi, canons dogmatiques, 382 ex cathedra [Magistère solennel] : « Parce que après le concile de Nicée a surgi cette erreur, et que certains osèrent dire d’une bouche sacrilège que l’Esprit Saint a été fait par le Fils :

« 1. Nous anathématisons ceux qui ne proclament pas en toute liberté qu’il possède une seule puissance, une seule substance avec le Père et le Fils.

« 2. Nous anathématisons aussi ceux qui suivent l’erreur de Sabellius, en disant que le Père est le même que le Fils.

« 3. Nous anathématisons Arius et Eunomius qui, égaux en impiété quoique différents dans leurs paroles, affirment que le Fils et le Saint- Esprit sont des créatures.

« 4. Nous anathématisons les macédoniens qui, issus de la racine d’Arius, n’ont pas modifié la perfidie mais seulement le nom.

« 5. Nous anathématisons Photin qui renouvelle l’hérésie d’Ebion et qui professe que le Seigneur Jésus Christ est seulement de Marie.

« 6. Nous anathématisons ceux qui affirment deux Fils, existant l’un avant les siècles, et l’autre après l’assomption de la chair de la Vierge.

« 7. Nous anathématisons ceux qui disent que le Verbe de Dieu a habité dans une chair humaine à la place d’une âme raisonnable spirituelle, parce que le Fils et Verbe de Dieu n’a pas été dans son corps à la place d’une âme raisonnable et spirituelle, mais c’est notre âme (raisonnable et spirituelle) que, sans péché, il a prise et sauvée.

« 8. Nous anathématisons ceux qui affirment que le Verbe, le Fils de Dieu, est une extension ou une contraction, et séparé du Père, sans substance, et qu’il aura une fin.

« 9. Ceux aussi qui sont allés d’Église en Église, nous les tenons pour exclus de la communion avec nous jusqu’à ce qu’ils soient retournés dans les cités où ils ont été établis d’abord. Et si quelqu’un, lorsqu’un autre a émigré, a été ordonné à sa place de son vivant, celui qui a quitté sa cité sera sans dignité sacerdotale jusqu’au moment où son successeur reposera dans le Seigneur.

« 10. Si quelqu’un ne dit pas que le Père est toujours, que le Fils est toujours, que le Saint-Esprit est toujours, il est hérétique.

« 11. Si quelqu’un ne dit pas que le Fils est né du Père, c’est- à-dire de sa substance divine, il est hérétique.

« 12. Si quelqu’un ne dit pas que le Fils de Dieu est vrai Dieu, comme son Père est vrai Dieu, qu’il peut tout, qu’il sait tout et qu’il est égal au Père, il est hérétique.

« 13. Si quelqu’un dit que le Fils, quand il était sur la terre dans la chair, n’était pas avec le Père aux cieux, il est hérétique.

« 14. Si quelqu’un dit que dans la souffrance de la croix c’est Dieu qui ressentait la douleur, et non la chair et l’âme dont le Christ, Fils de Dieu, s’était revêtu – la forme d’esclave qu’il avait prise, comme dit l’Écriture (voir Ph 2,7) il est dans l’erreur.

« 15. Si quelqu’un ne dit pas qu’il siège à la droite du Père dans la chair dans laquelle il viendra juger les vivants et les morts, il est hérétique.

« 16. Si quelqu’un ne dit pas que l’Esprit Saint est vraiment et proprement du Père comme le Fils, qu’il est de la substance divine et qu’il est vrai Dieu, il est hérétique.

« 17. Si quelqu’un ne dit pas que le Saint-Esprit peut tout qu’il sait tout, qu’il est partout, comme le Fils et le Père il est hérétique.

« 18. Si quelqu’un dit que le Saint-Esprit est une créature ou qu’il a été fait par le Fils, il est hérétique.

« 19. Si quelqu’un ne dit pas que le Père a fait toutes choses, c’est-à-dire, les visibles et les invisibles, par le Fils et le Saint-Esprit, il est hérétique.

« 20. Si quelqu’un ne dit pas que le Père, le Fils et le Saint Esprit ont une seule divinité, un seul pouvoir, une seule majesté, une seule puissance, une seule gloire et souveraineté, un seul Royaume, une seule volonté et une seule vérité il est hérétique.

« 21. Si quelqu’un ne dit pas que sont vraies les trois Personnes du Père, du Fils et du Saint-Esprit, qu’elles sont égales, toujours vivantes, contenant toutes les choses visibles et invisibles, puissantes sur tout, jugeant tout, vivifiant tout créant tout, conservant tout, il est hérétique.

« 22. Si quelqu’un ne dit pas que le Saint-Esprit doit être adoré par toute créature, comme le Fils et le Père, il est hérétique.

« 23. Si quelqu’un pense de façon juste à propos du Père et du Fils, mais ne pense pas de façon juste à propos de l’Esprit, il est hérétique, parce que tous les hérétiques qui pensent mal au sujet du Fils de Dieu et de l’Esprit Saint se trouvent dans l’impiété des juifs et des païens.

« 24. Si quelqu’un, en disant que le Père est Dieu, que son Fils est Dieu et que le Saint-Esprit est Dieu, partage, et veut dire ainsi des dieux et non pas Dieu, à cause de l’unique divinité et puissance, que nous croyons et savons appartenir au Père, au Fils et au Saint-Esprit ; s’il excepte le Fils ou l’Esprit Saint, en estimant que seul le Père doit être dit Dieu, et que c’est ainsi qu’il croit en un seul Dieu, il est hérétique en tous ces points ; il est même juif. Car le nom de dieux a été disposé et donné par Dieu à tous les anges et à tous les saints.
Mais pour le Père, le Fils et l’Esprit Saint, leur unique et égale divinité fait que ce n’est pas l’appellation de dieux, mais de Dieu, qui nous est montrée et indiquée pour que nous y croyions. Car nous sommes baptisés uniquement dans le Père, le Fils et l’Esprit Saint et non pas au nom des archanges ou des anges, comme les hérétiques ou les juifs ou même les païens insensés.

« Tel est le salut des chrétiens : croyant à la Trinité, c’est-à- dire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, baptisés en elle, nous devons croire fermement qu’elle est une seule et vraie divinité et puissance, majesté et substance ».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, session 8, 22 nov. 1439 ex cathedra [Magistère solennel] : « Nous présentons … cette règle de foi énoncée par le très bienheureux Athanase [Symbole de saint Athanase] … : «Quiconque veut être sauvé doit, avant tout, tenir la foi catholique : s’il ne la garde pas entière et pure, il périra sans aucun doute pour l’éternité. … Mais il est nécessaire au salut éternel de croire fidèlement aussi en l’incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ. C’est donc la foi droite que de croire et de confesser que notre Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, est Dieu et homme. Il est Dieu, de la substance du Père, engendré avant les siècles, et il est homme, de la substance de sa mère, né dans le temps ; Dieu parfait, homme parfait composé d’une âme raisonnable et de chair humaine, égal au Père selon la divinité, inférieur au Père selon l’humanité. Bien qu’il soit Dieu et homme, il n’y a pas cependant deux Christ, mais un Christ ; un, non parce que la divinité a été transformée en la chair, mais parce que l’humanité a été assumée en Dieu ; un absolument, non par un mélange de substance, mais par l’unité de la personne. Car, de même que l’âme raisonnable et le corps font un homme, de même Dieu et l’homme font un Christ. Il a souffert pour notre salut, il est descendu aux enfers, le troisième jour il est ressuscité des morts, il est monté aux cieux, il siège à la droite du Père, d’où il viendra juger les vivants et les morts. À sa venue, tous les hommes ressusciteront avec leurs corps et rendront compte de leurs propres actes : ceux qui ont bien agi iront dans la vie éternelle, ceux qui ont mal agi, au feu éternel. Telle est la foi catholique : si quelqu’un n’y croit pas fidèlement et fermement, il ne pourra être sauvé ».

Pape Pie IV, Concile de Trente, Iniunctum nobis, profession de foi, 13 nov. 1564 ex cathedra [Magistère solennel] : « Moi, N., je crois et je professe d’une foi ferme tous et chacun des articles contenus dans le symbole de foi [de Constantinople I, Ench. symb. 150] dont se sert l’Église romaine, c’est-à-dire : Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de toutes les choses visibles et invisibles ; et en un seul Seigneur Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, engendré du Père avant tous les siècles, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait qui pour nous, les hommes, et pour notre salut, est descendu des cieux, par le Saint-Esprit s’est incarné de la Vierge Marie, et s’est fait homme ; il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate ; a souffert ; a été enseveli, est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures, est monté aux cieux ; il siège à la droite du Père et il reviendra en gloire juger les vivants et les morts ; son Règne n’aura pas de fin …». (Denz., Ench. symb. 1862 994 – 1870 1000)

Le Verbe fait chair récapitule la création.

Saint Irénée, père de l’Église, Contre les hérésies, L. V, Part 2 § 2 : « il [le Verbe] est venu » de façon visible « dans son propre domaine », « s’est fait chair » et a été suspendu au bois, afin de récapituler toutes choses en lui-même ».

Saint Irénée, père de l’Église, Contre les hérésies, Livre V : « Récapitulant donc en lui-même toutes choses, il a récapitulé aussi la guerre que nous livrons à notre ennemi… « Quand vint la plénitude des temps, Dieu envoya son Fils, né d’une femme » [Galates] ».

Si le Verbe fait homme récapitule la création, alors la création, récapitulée dans le Rédempteur, est incluse dans la rédemption.

Le salut de la chair

Il est évident que le salut de la chair s’inscrit dans le mystère de l’Incarnation.

A suivre