Les 10 commandements

Sommaire

  • Division hérétique juive et protestante des Dix Commandements
    • L’Église catholique numérote les dix Commandements différemment des juifs et des protestants
    • Les 10 commandements : Exode 20, 2-17
    • Les différences
  • Dieu a le droit de nous dire quoi faire et ne pas faire parce qu’Il est notre Créateur
    • Le mensonge protestant de la foi seule sauve sans les œuvres
    • La plupart des dix Commandements sont mis à la trappe
  • Les dix commandements n’appartiennent pas qu’à l’Ancien Testament
    • Jésus-Christ lui-même inclut les dix commandements dans la Loi nouvelle du Nouveau Testament
    • La loi est accomplie par la venue de Jésus-Christ, l’Auteur de la loi de Moïse
    • Ceux qui continuent à suivre les prescriptions légales de la loi mosaïque pèchent mortellement
    • La loi écrite des dix commandements est la loi naturelle et divine écrite
    • Les chrétiens sont tenus de loi divine d’observer les dix commandements
  • Catéchisme des dix commandements
  •  Catéchisme du concile de Trente, Troisième partie – Du Décalogue 272
  •  Grand catéchisme de St Pierre Canisius, T. 2 –  Les commandements de l’Église 

 

Division hérétique juive et protestante des Dix Commandements

Appelés aussi simplement les commandements, commandements de Dieu, ou Décalogue, les Dix Paroles est le dernier nom généralement appliqué par les Pères grecs.

Les Dix Commandements sont les préceptes portant sur ​​les obligations fondamentales de la religion et de la morale et qui incarnent l’expression révélée de la volonté du Créateur par rapport à l’ensemble des devoirs de l’homme de Dieu et pour ses semblables. Ils se retrouvent enregistrés deux fois dans le Pentateuque, dans Exode 20 et dans Deutéronome 5, mais sont donnés sous une forme abrégée dans les catéchismes.Écrits par le doigt de Dieu sur deux tables de pierre, ce code divin a été reçu du Tout-Puissant par Moïse au milieu des tonnerres du mont Sinaï, et par lui s’est accomplit le travail de fond de la loi mosaïque. Le Christ a repris ces commandements dans le double précepte de la charité – l’amour de Dieu et du prochain, il les proclame comme obligatoire en vertu de la nouvelle loi dans Matthieu 19 et dans le Sermon sur la Montagne (Matthieu 5). Il les a également simplifié ou interprété, par exemple en déclarant les serments inutiles aussi illégaux que faux, en condamnant la haine et la calomnie ainsi qu’assassinat, en enjoignant même à l’amour des ennemis, et en condamnant l’indulgence des désirs mauvais comme aussi lourde que la malice de l’adultère (Matthieu 5). L’Église, d’autre part, après avoir changé le jour de repos du sabbat juif, ou le septième jour de la semaine, au premier, a fait se référer le troisième commandement,  au dimanche comme jour devant être sanctifié comme jour du Seigneur. Le Concile de Trente (Sess. VI, can. XIX) condamne ceux qui nient que les Dix Commandements sont contraignants pour les chrétiens.

Il n’y a aucune division numérique des commandements dans les livres de Moïse, mais les injonctions sont nettement décuplées, et on les trouve presque identiques dans les deux sources. L’ordre, aussi, est le même, sauf pour les interdictions définitives prononcées contre la concupiscence, celle de Deutéronome adoptée de préférence à l’Exode . Une confusion existe, toutefois, dans la numérotation, qui est due à une différence d’opinion concernant le précepte initial sur le culte divin.

Les Dix Commandements prononcés par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï étaient le début de la nation d’Israël, quand ils quittèrent l’Égypte comme esclaves, pour la liberté dans la terre promise. Ils ont été considérés comme la loi de Dieu pour son peuple élu.

Il y a une différence dans les Dix Commandements utilisés par l’Église catholique et l’usage qu’en font les églises hérétiques et schismatiques protestantes :

10 Commandements Catholiques 10 Commandements Juifs 10 Commandements Protestants
I. «Moi, le Seigneur, je suis ton Dieu. Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi» 1er : «Je suis l’Éternel, votre Dieu qui vous ai sorti de la terre d’Égypte» 1er : «Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face»
II. «Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain» 2ème : «Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face» 2ème : «Tu ne feras pas d’images taillées»
III. «Souviens-toi le Jour du Seigneur» 3ème : «Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain» 3ème : «Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain»
IV. «Honore ton père et ta mère» 4ème : «Souviens-toi du sabbat pour le sanctifier» 4ème : «Souviens-toi du sabbat pour le sanctifier»
V. «Tu ne tueras pas» 5ème : «Honore ton père et la mère» 5ème : «Honore ton père et la mère»
VI. «Tu ne commettras pas l’adultère» 6ème : «Tu ne tueras point» 6ème : «Tu ne tueras point»
VII. «Tu ne voleras pas» 7ème : «Tu ne commettras pas l’adultère» 7ème : «Tu ne commettras pas l’adultère»
VIII. «Tu ne porteras pas de faux témoignage» 8ème : «Tu ne voleras pas» 8ème : «Tu ne voleras pas»
IX. «Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain» 9ème : «Tu ne porteras pas de faux témoignage» 9ème : «Tu ne porteras pas de faux témoignage»
X. «Tu ne convoiteras pas les biens de ton prochain» 10ème : «Tu ne convoiteras pas quelque chose qui appartienne à ton prochain» 10ème : «Tu ne convoiteras pas quelque chose qui appartienne à ton prochain»

 

L’Église catholique numérote les dix Commandements différemment des juifs et des protestants

Les commandements ne sont pas numérotés dans la Bible. L’Église catholique numérote les dix Commandements différemment des juifs et des protestants parce que les juifs comme les protestants ne sont pas de l’Église ni dans l’Église. Que les juifs et les protestants n’utilise pas les dix commandements comme l’Église catholique vient de ce qu’ils n’obéissent pas l’Église ni à Dieu, et cela se manifeste par cette différence que Dieu a voulu pour marquer et montrer qu’ils sont hors de l’Église et qu’ils doivent se repentir et se convertir à la vraie foi pour être membre de la seule et unique Église qui est l’Église catholique romaine, l’Église une sainte catholique et apostolique.

L’Église est le corps du Christ. Jésus-Christ récapitule tout en Lui et dans son corps qui est l’Église une sainte catholique et apostolique. Toute la création est en Jésus-Christ «par qui tout a été fait» (Colossiens 1, 16 ; Jean 1, 3), car le Père éternel crée dans Son Fils, c’est-à-dire Son Verbe par l’Esprit-Saint. Jésus-Christ récapitule tout (cf Ephésiens 1, 10), c’est pour cela qu’Il dit Lui-même : «Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin» (Apocalypse 22, 13). Il récapitule la création parce qu’Il est Dieu, le Rédempteur et Sauveur, Dieu le Fils, le Fils de Dieu et Fils de l’Homme, c’est-à-dire qu’Il s’est fait homme tout en restant Dieu, «car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu» (Luc 19, 10). (On ne voit pas comment Dieu pourrait cesser d’être Dieu, car si c’était même seulement possible, ce ne serait pas Dieu, parce que Dieu est l’Être par excellence qui donne l’être à tout ce qui est).

Toute la création depuis le début au ciel et sur terre est récapitulée dans le Christ et Son Église, sauf ceux qui l’ont refusée, comme les anges rebelles qui refuser de servir le Fils dans Son Incarnation rédemptrice, les hommes de l’Ancien Testament qui ont refusé la foi du Christ à venir qu’ont annoncé les Prophètes, et les hommes de la loi nouvelle de grâce, après la rédemption accomplie, qui ont refusé et qui refusent la vraie foi catholique. Tous les justes de l’Ancien Testament sont montés au ciel avec le Christ qui les a libéré. Et la loi du baptême est effective après la résurrection de Jésus-Christ et avant Son Ascension.

En effet, les Écritures parlent de Jésus-Christ : «Scrutez les Écritures, puisque vous pensez avoir en elles la vie éternelle, car ce sont elles qui rendent témoignage de moi» (Jean 5, 39), et «Voilà ce que je vous ai dit lorsque j’étais encore avec vous ; qu’il fallait que fût accompli tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes et dans les psaumes» (Luc 24, 44). Car l’Ancien Testament est la prophétie du Nouveau Testament, et la figure de l’Ancien Testament laisse la place à la vérité accomplie. Donc les lois de préceptes qui peuvent changer sont supprimées, mais pas la loi divine qui ne peut pas changer. Les dix commandements sont la loi divine dont la loi naturelle est le reflet (c’est la loi que Dieu a mis dans la nature de l’homme en sa création, appelée conscience morale du bien et du mal) – Loi non-écrite avant Moïse et loi écrite avec les dix commandements. Mais les juifs rejettent le Christ Rédempteur qui seul accomplit la Loi, et donc ils n’obéissent pas aux commandements de Dieu selon la volonté de Dieu, ils n’obéissent pas à Dieu tout simplement, ni les protestants qui sont en dehors de l’Église catholique.

Les 10 commandements – Exode 20, 2-17 :

« Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.

« Tu ne feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont dans les cieux en haut, ou ce qui est dans la terre, et qui sont dans les eaux sous la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, ne les serviras point; car je l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent ; Et qui fais miséricorde jusqu’à mille pour ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements.

« Tu ne prononceras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; car l’Éternel ne laissera pas impuni celui qui prononcera son nom en vain.

« Rappelez-vous le jour du sabbat, pour le sanctifier. Six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage: Mais le septième jour est le sabbat de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes. Car en six jours l’Éternel a fait les cieux et la terre, la mer, et tout ce qui y est, et il s’est reposé le septième jour: C’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du sabbat, et l’a sanctifié.

« Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne.

« Tu ne tueras point.

« Tu ne commettras point d’adultère.

« Tu ne voleras pas.

« Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.

« Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain, tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain ».

Les différences

Les différences viennent du fait que les églises hérétiques protestantes interdisent toutes les images taillées, le mot «tuer» est remplacé par le mot « assassiner », et ils font forfait de toutes les cupidités ensemble, tandis que l’Église catholique ajoute spécifiquement l’interdiction de convoiter la femme de son prochain.

Selon Exode 20, on peut voir que l’une des listes est une version abrégée de ces interdictions. Comment elles sont abrégées est la clé. L’Église catholique a conservé sa liste des 10 commandements environ 2000 ans, alors que les églises protestantes ont fait leur liste il y a près de 500 ans.

La partie du texte de l’Exode ci-dessus indique que la punition pour nos péchés peut être transmise à nos enfants, nos petits-enfants et nos arrières petits-enfants. La bonne nouvelle est qu’il dit aussi que sa miséricorde sera rendu à un millier de générations de nos descendants si nous l’aimons.

La liste des protestants interdit toutes les images taillées quelles qu’elles soient, ce qui est un commandement supplémentaire par rapport à la liste catholique, mais cela n’est pas respecté dans beaucoup d’églises protestantes, qui contiennent des croix et des vitraux d’événements bibliques. Cela n’a pas non plus été respecté par Dieu, qui avait dit aux Israélites de placer des images taillées de deux anges au-dessus de l’arche de l’alliance, qui contenait les Dix Commandements, qui a dit à Salomon de mettre des images taillées de chérubins et des palmiers dans son temple, et qui dit aux Israélites dans le désert de faire une image taillée d’un serpent d’airain, en sorte que les Israélites qui le regardaient (non pas prosternés devant lui) seraient guéris. Le commandement protestant de ne pas faire des images taillées que ce soit ne prend pas en compte l’ensemble du paragraphe, qui comprend l’interdiction d’adoration de l’image taillée (voir La Bible prouve les enseignements de l’Église catholique, Chapitre 6, § La bible sur la vénération des images et des statues). La clé ici est que Dieu ne voulait plus d’incidents comme le veau d’or, où les gens croyaient en fait que l’image taillée du veau d’or (un dieu égyptien) était un dieu lui-même. (Une observation intéressante peut être faite concernant la statue d’un taureau à Wall Street, New York, où beaucoup de gens adorent l’argent et la richesse). Aucun catholique ne croit en fait q’une statue de plâtre et de peinture de Jésus ou de Marie soit un dieu à adorer, mais il croit seulement en ce qu’elle représente, comme lorsque vous regardez une photo de vos enfants. L’image qu’elle met à l’esprit est celle de vos enfants, et elle apporte généralement de bons souvenirs, cela ne signifie pas que vous croyez que la photo dans votre portefeuille soit en fait votre enfant.

Le commandement protestant d’interdiction d’assassiner, plutôt que de tuer, est une distinction mineure. Dans la Bible, Moïse et Josué ont tué de nombreux non-croyants, et il leur a été dit de le faire par Dieu. L’Église catholique dit que l’on est en droit de tuer pour protéger sa patrie contre les envahisseurs, ou se protéger de quelqu’un qui essaie de vous tuer, tant que cela ne se produit pas après que la personne soit déjà affaiblie.

La version protestante du dixième commandement amalgamant toutes les convoitises ensemble est aussi une différence mineure de la version catholique, parce que cela serait également convoiter la femme de quelqu’un, qui est le neuvième commandement catholique. Combien de personnes aujourd’hui convoitent ce qu’a leur voisin, y compris leurs épouses ? Beaucoup. Et combien de personnes ne parviennent pas à confesser ce péché dans le confessionnal ? Beaucoup.

 

Dieu a le droit de nous dire quoi faire et ne pas faire parce qu’Il est notre Créateur

Lorsque vous achetez un gadget électronique, et que le livre d’instruction dit de ne pas le mouiller ou l’utiliser sous la douche, combien serions-nous stupides de faire ce que le livre dit de ne pas faire ? Le créateur du gadget électronique sait beaucoup mieux que nous, et il serait sage pour nous d’écouter le livre de règle mis avec le gadget. C’est la même chose pour nous. Dieu, qui nous a fait, nous connaît mieux que nous-mêmes, et Il ne veut certainement pas nous brûler en enfer pour nos propres actions. Comme un Père aimant, il nous met en garde contre ce qu’il ne faut pas faire dans les Dix Commandements.

Les 10 commandements de Moïse, le législateur de l’Ancien Testament, peuvent être considérés comme des lumières de Dieu pour nous. Si nous ne faisons pas ces choses horribles, alors c’est un excellent point de départ pour une bonne vie chrétienne. Cependant, Jésus, le législateur du Nouveau Testament, nous donne quelques lumières obligatoires à suivre. Il s’agit notamment, de Matthieu 5 (les béatitudes) et 25, nourrir les affamés, visiter les malades et les prisonniers, donner à boire aux assoiffés, accueillir les étrangers, et vêtir les nus. Dans Matthieu 25, les gens qui n’ont pas fait ces choses n’ont pas obtenu le ciel, mais ont été bannis à la place en enfer. Les gens qui ne font pas ces choses ne pénètrent pas dans le ciel, parce que Jésus a dit que le plus souvent s’ils n’ont pas fait ces choses à l’un de leur frère, ils ne l’ont pas fait pour lui.

Le mensonge protestant de la foi seule sauve sans les œuvres

Le grand mensonge auquel croient de nombreux protestants aujourd’hui est l’hérésie protestante de la foi seule sauve sans les œuvres (sola fide : foi seule), c’est-à-dire que professer sa foi en Jésus-Christ comme son Sauveur et Seigneur personnel, suffit pour le salut, ce qui n’est même pas dans la Bible, parce qu’ils interprètent les Écritures en dehors de la Tradition de l’Église et de la foi (Voir La Bible réfute le salut par la foi seule sans les œuvres, et par l’Écriture seule sans la Tradition). Cela peut être vrai pour les conversions sur un lit de mort, mais pas pour les vivants ni malades ni à l’article de la mort qui « croient » en Jésus aujourd’hui en dehors de la vraie foi catholique traditionnelle. Beaucoup de protestants sont confus au sujet de la signification du mot «œuvres». Romains dit qu’il nous sera rendu selon nos œuvres :

Romains 2, 5-6 : «Dieu, qui rendra  à chacun selon ses œuvres».

Remarquez que la Bible ne dit pas que les œuvres effectuées par le gouvernement avec l’argent de nos impôts nous font entrer dans le ciel. Ce que dit la Bible c’est que nous avons personnellement à faire ces bonnes œuvres qui sont des œuvres de la foi

Jacques 2, 26 : «La foi elle-même sans les œuvres est morte».

Comme le dit infailliblement l’apôtre saint Jacques, comme la foi est morte sans les œuvres, il n’y a pas de salut sans les œuvres car il n’y a pas de salut sans la foi vivante. Ces « œuvres » signifient s’impliquer avec le temps, les talents et le trésor dont nous disposons, quelle que soit la capacité d’accomplir la volonté de Dieu. Sur le plan pratique, cela signifie que nous devons éteindre la télévision, et nous sacrifier pour ces œuvres, et rester loin des péchés et des souillures du monde. 

Œuvres de miséricorde spirituelles :

  1. conseiller ceux qui doutent ;
  2. instruire les ignorants ;
  3. reprendre les pécheurs ;
  4. consoler les affligés ;
  5. pardonner les offenses ;
  6. supporter patiemment les personnes importunes ;
  7. prier pour les vivants et les morts.

Œuvres de miséricorde corporelles :

  1. donner à manger aux affamés ;
  2. donner à boire à ceux qui ont soif ;
  3. vêtir ceux qui sont nus ;
  4. accueillir les étrangers ;
  5. assister les malades ;
  6. visiter les prisonniers ;
  7. ensevelir les morts.

 

La plupart des 10 Commandements sont mis à la trappe

Aujourd’hui la plupart des 10 Commandements sont complètement mis à la trappe (comme le Christ qui est aussi mis à la trappe aujourd’hui par la plupart des gens), et le contraire nous est jeté à la figure tous les jours par la loi, les publicités et les médias.

Combien aujourd’hui suivent ou sont d’accord avec des fausses religions idolâtres, violant le premier commandement : « Tu n’auras pas d’autre Dieu devant moi » ? La plupart des hommes vivent dans des fausses religions idolâtres, comme la fausse religion Vatican 2 avec son acceptation des fausses religions et son culte de l’homme, l’Ésotérisme-occultisme ; le New-âge ; FantômesExtra-terrestres-OVNIs ; l’athéisme-agnosticisme ; le Polythéisme et panthéisme ; le Yoga ; le Taoïsme ; le Confucianisme ; le Bouddhisme ; l’Hindouisme ; croyances de Réincarnation ; KarmaIslamEvolutionnismeNaturalismeReikiChi / QiIdolâtrie, superstition et paganisme, etc., etc.

Combien prononcent le nom de Dieu en vain comme en juron contre le 2ème commandement :  » Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain ».

Combien profanent le dimanche sans Dieuen travaillant sans nécessité, en faisant des choses serviles et profanes (commerce, voyages, bricolage, etc.) contre le 3ème commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur ».

L’avortement contre le 5ème commandement : « Tu ne tueras pas », est prendre une vie humaine innocente d’un être humain – qui l’est de plus en plus donc un humain vivant – dans le ventre de la mère ; une prise de vie aujourd’hui considérée comme un droit humain fondamental par tant de mauvais gouvernements. 

Combien d’adultères, de « remariages« , de concubinages, de pornographie et de pratiques sexuelles mortellement péccamineuses (HomosexualitéPréliminaires, masturbation, stimulation orale et anale ; Baisers et touchers sensuels, lascifs, impudiques et libidineux ; Pensées et fantasmes sensuels, lubriques et luxurieux), contre le 6ème commandement : « Tu ne commettras pas l’adultère [d’impureté] ».

Combien ont volé sans restituer, contre le 7ème commandement : « Tu ne voleras pas », méritant l’enfer pour ne pas avoir rendu à autrui ce qui lui est dû contre la justice.

Combien mentent contre le 8ème commandement : « Tu ne mentiras pas ». Combien de politiciens mentent à la vue de tous tous les jours ?

Combien convoitent la femme de leur prochain, et comme cela est montré dans beaucoup de films, quand la beauté féminine est montrée sans cesse et que c’est la motivation principale des hommes pour regarder le film, contre le 9ème commandement : « Tu ne désireras pas la femme de ton prochain ».

Combien succombent à un spot commercial pour acheter des trucs plus inutiles parce que le voisin les a et que nous ne les avons pas, violant le dixième commandement : « Tu ne convoiteras pas le bien de ton prochain ».

En obéissant aux 10 commandements, on pourrait penser être en route vers le ciel automatiquement. Mais ce genre de réflexion ignorerait complètement le Nouveau Testament. La loi de grâce du Nouveau Testament exige la vraie foi catholique et les œuvres de la foi pour le salut. Sans la vraie foi et sans les œuvres, il n’y a absolument aucun salut (Voir Pas de salut sans la vraie foi).

 

Les dix commandements n’appartiennent pas qu’à l’Ancien Testament

Certains pensent que les dix commandements n’appartiennent qu’à l’Ancien Testament et ne sont plus valides avec le Nouveau : c’est une hérésie. Ce n’est pas catholique parce que la foi est divine (c-à-d qu’elle a pour objet la révélation divine en tant que telle et connue comme telle) et catholique (c-à-d qu’elle est définie selon les règles de l’Église : la Tradition et le Magistère, la règle de la foi et la loi divine, et la discipline universelle de l’Église). Les deux sources de la Révélation divine (Vérité de Jésus-Christ) sont les Écritures et la Tradition de l’Église : La Tradition orale de l’Église précède l’Écriture.

Jésus-Christ lui-même inclut les dix commandements dans la Loi nouvelle du Nouveau Testament 

Matthieu 5, 13-19 : «En ce temps, Jésus dit à ses disciples : Vous êtes le sel [la doctrine] de la terre. Que si le sel perd sa vertu avec quoi le salera-t-on ?  Il n’est plus bon qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes. Vous êtes la lumière [l’exemple] du monde. … Qu’ainsi donc luise votre lumière devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes : je ne suis pas venu les abolir, mais les accomplir. Car en vérité je vous le dis, jusqu’à ce que le ciel et la terre passent, un seul iota ou un seul point de la loi ne passera pas que tout ne soit accompli. Celui donc qui violera l’un de ces moindres commandements, et enseignera ainsi aux hommes, sera appelé très petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui fera et enseignera, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux».

Matthieu 28, 19-20 : «…enseignez toutes les nations … leur apprenant à garder tout ce que je vous ai commandé».

Marc 12, 28b-31 : «[Un scribe] lui demanda quel était le premier de tous les commandements. Jésus lui répondit : Le premier de tous les commandements est : Écoute, Israël, le Seigneur ton Dieu est le seul Dieu. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit, et de toute ta force. Voilà le premier commandement. Le second est semblable à celui-là : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Aucun autre commandements n’est plus grand que ceux-là». [Pape Pie XI, Mortalium Animos, n° 9 (Magistère) : « Le fondement de la charité est la foi pure et sans tache ».]

Marc 10, 19 : «Tu connais les commandements : Ne commets point d’adultère, ne tue point, ne dérobe point, ne rends point de faux témoignage, ne fais point de fraude, honore ton père et ta mère».

Jean 13, 34 : «Je vous donne un commandement nouveau : c’est que vous vous aimiez les uns les autres ; mais que vous vous aimiez les uns les autres comme je vous ai aimés».

Jean 14, 21 : «Celui qui a mes commandements et les garde c’est celui-là qui m’aime».

Actes 1, 2 : «… il [Jésus-Christ] fut enlevé au ciel après avoir donné, par l’Esprit-Saint, ses commandements aux apôtres qu’il avait choisi».

Jésus-Christ a accompli la loi. La loi nouvelle évangélique est l’accomplissement de la loi ancienne. Le commandement nouveau que donne le Christ n’annule pas la loi divine des dix commandements mais en est l’accomplissement. La loi des dix commandements ne sauve pas, c’est la foi en Jésus-Christ qui a accompli la loi, qui sauve («Le fondement de la charité est la foi pure et sans tache» – Pape Pie XI, Mortalium Animos, n° 9).

La loi est accomplie par la venue de Jésus-Christ, l’Auteur de la loi de Moïse

La loi de Moïse dans l’Ancien Testament contient de nombreux préceptes ecclésiastiques qui ont été abolis par Jésus-Christ qui accompli l’Ancien Testament et donne le Nouveau.

Jean 5, 31-47 : «Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez moi aussi, car c’est de moi qu’il a écrit ; mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ? [Saint Irénée, Contr. hérés., L. 4, 1 : Il signifie clairement par là que les écrits de Moïse sont ses propres paroles [Lui, La Parole du Père en Personne]]».

Actes des Apôtres 3, 17-21 : «[Pierre dit :] mes frères, je sais que c’est par ignorance que vous avez agis [fait le mal], aussi bien que vos chefs. Mais Dieu qui avait prédit par la bouche de tous les prophètes que son Christ souffrirait, l’a ainsi accompli. Faites donc pénitence et convertissez-vous [entrez dans l’Église par la foi et le baptême] pour que vos péchés soient effacés».

Galates 3, 16-22 : «16. Or les promesses ont été faites à Abraham et celui qui naîtrait de lui. Il ne dit pas à ceux qui naîtront, comme parlant de plusieurs, mais comme d’un seul : Et à celui qui naîtra de toi, c’est-à-dire le Christ. Voici donc ce que je dis : Dieu ayant ratifié une alliance, la loi qui a été faite quatre cent trente ans après ne la rend pas nulle au point de détruire la promesse. Car si c’est par la loi qu’il y a héritage dès lors ce n’est pas en vertu de la promesse. Cependant c’est en vertu de la promesse que Dieu l’a donné à Abraham. Pourquoi donc la loi ? Elle a été établie à cause des transgressions, jusqu’à ce que vint le rejeton pour lequel Dieu avait fait la promesse … La loi est donc contraire aux promesses de Dieu ? Nullement. Car si une loi eut été donnée qui pût vivifier, la justice viendrait vraiment de la loi. Mais l’Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que la promesse fût accomplie par la foi en Jésus-Christ, en faveur des croyants [seuls les vrais catholiques sont Chrétiens]».

Galates 2, 16 : « Sachant que l’homme n’est point justifié [rendu juste devant Dieu] par les œuvres de la Loi [naturelle et mosaïque], mais par la foi en Jésus-Christ, … attendu que par les œuvres de la loi ne sera justifiée nulle chair ».

La foi comprend la loi divine et la loi naturelle non-écrite reflet de la loi divine. Jésus-Christ accomplit la loi divine écrite des dix commandements. La loi ne justifie pas, mais la foi, car Jésus-Christ a accomplit la loi. Les dix commandements sont la loi naturelle et divine écrite accomplie par Jésus-Christ, législateur de la loi de grâce du nouveau Testament qui seule peut sauver.

Ceux qui continuent à suivre les prescriptions légales de la loi mosaïque pèchent mortellement

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Cantate Domino, 4 févr. 1442 ex cathedra : «Elle [La sainte Église] croit fermement, professe et enseigne que les prescriptions légales de l’Ancien Testament qui se divisent en cérémonies, saints sacrifices, sacrements, parce qu’ils avaient été institués pour signifier quelque chose de futur, bien qu’en ce temps-là, ils aient été adaptés au culte divin, une fois venu notre Seigneur Jésus Christ qui était signifié par eux, ont pris fin et qu’ont commencé les sacrements du Nouveau Testament. Quiconque encore après la Passion met son espoir dans les prescriptions légales et se soumet à elles en les croyant nécessaires au salut, comme si la foi dans le Christ ne pouvait sauver sans elles, a péché mortellement. Elle ne nie pas cependant que, depuis la Passion du Christ jusqu’à la promulgation de l’Évangile, elles ont pu être respectées du moins dans la mesure où on les croyait si peu que ce fût nécessaires au salut. Mais, après la promulgation de l’Évangile, l’Église affirme qu’elles ne peuvent être respectées sans l’anéantissement du salut éternel. Donc elle dénonce comme étrangers à la foi du Christ tous ceux qui depuis ce temps-là observent la circoncision, le sabbat et les autres prescriptions légales, et affirme qu’ils ne peuvent pas du tout avoir part au salut éternel, sauf si un jour ils reviennent de ces erreurs. Donc à tous ceux qui se glorifient du nom de chrétiens, elle prescrit de manière absolue qu’à n’importe quel moment soit avant soit après le baptême il faut renoncer à la circoncision, que l’on place en elle ou non son espoir, elle ne peut être respectée sans anéantissement du salut éternel». (Décrets 575-576)

Pape Léon X, cinquième concile de Latran, Session 9 (Décrets 625)  : «  Et pour que les faux chrétiens, de même que ceux qui ne pensent pas correctement en matière de foiquelque soit leur État ou Nation, de même que les hérétiques ou ceux qui sont entachés de la souillure d’hérésie, ou encore les judaïsants, soient complètement éliminés du troupeau des fidèles du Christ, pour qu’ils soient chassés de partout, en particulier de la curie romaine, et soient punis d’une juste remontrance [peine] … les constitutions et les décisions de cette sorte que Nous prenons maintenant concernent … la discipline ecclésiastique [Discipline universelle de l’Église]. … Si quelqu’un y contrevient par une audace téméraire, qu’il encoure par le fait même une peine d’excommunication déjà portée [automatique]. Que personne donc… Si quelqu’un cependant…».

Pape Benoît XIV, Ex Quo Primum, 59 et 61, 1er mars 1756 (Magistère) : « Ils ne tentent pas cependant d’observer les préceptes de l’ancienne loi qui, comme tous le savent, ont été révoqués par la venue du Christ.La première considération est que les cérémonies de la loi mosaïque ont été abrogées par la venue du Christ et qu’elles ne peuvent plus être observées sans péché après la promulgation de l’Évangile ».

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi,  29-30, 29 juin 1943 (Magistère) : «Et tout d’abord, par la mort de notre Rédempteur, le Nouveau Testament a pris la place de l’ancienne loi qui avait été abolie … sur le gibet de sa mort, Jésus a fait l’annulation de la loi avec ses décrets [Eph. 2, 15] … instituant le Nouveau Testament dans son sang versé pour l’humanité tout entière. « À tel point, alors, dit saint Léon le Grand, en parlant de la croix de notre Seigneur, qu’il était opéré un transfert de la Loi à l’Évangile, de la Synagogue à l’Église, de nombreux sacrifices pour une victime, à quand notre Seigneur a expiré, ce voile mystique qui fermait la partie la plus interne du temple et son secret sacré se déchira violemment de haut en bas ». Sur la croix, l’ancienne loi est morte, qui sera bientôt enterrée et sera porteuse de mort …».

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi, 29 juin 1943 (Magistère) : «…l’Apôtre … enseigne aux Éphésiens que le Christ, par son sang, n’a fait qu’un peuple des Juifs et des païens, renversant… par l’immolation de sa chair… le mur mitoyen qui séparait les deux peuples ; qu’il a aussi supprimé la Loi Ancienne afin que des deux il formât en lui un seul homme nouveau, à savoir l’Église, et que fondus en un seul Corps il les réconciliât tous deux avec Dieu par sa Croix [Cf. Eph. II, 14-16]».

Quand le pape Pie XII dit ci-dessus que «le Nouveau Testament a pris la place de l’ancienne loi qui avait été abolie», et que «le Christ … a aussi supprimé la Loi Ancienne», cela concerne les préceptes ou loi ecclésiastique ancienne, pas la loi naturelle et divine des dix commandements qui n’est pas supprimée mais accomplie afin de promulguer la loi nouvelle de la grâce par l’accomplissement de la Rédemption (rachat). La justification ne se fait pas par la loi, mais par son accomplissement en Jésus-Christ et la foi en Lui, 1° à venir, pour la loi ancienne ou Ancien Testament, et 2° venu, pour la loi nouvelle ou Nouveau Testament.

La loi écrite des dix commandements est la loi naturelle et divine écrite

La loi écrite des dix commandements est la loi naturelle et divine écrite. La loi naturelle est non-écrite avant la loi de Moïse, et écrite dans les dix commandements, elle de loi divine pas de précepte ecclésiastique (prescriptions légales ecclésiastiques de la loi de Moïse). La loi naturelle inscrite dans les cœurs de tous les hommes est le reflet de la loi divine. Les dix commandements représentent la loi naturelle et divine écrite de l’Ancien Testament, c’est-à-dire la loi dans la foi du Sauveur à venir. Les païens qui ne connaissent pas la loi naturelle écrite des dix commandements, doivent suivre la loi naturelle non-écrite gravée dans leurs cœurs par Dieu comme l’explique l’apôtre saint Paul dans Romains.

Romains 2, 13-16 : «Car ce ne sont pas ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu ; mais ce sont les observateurs de la loi qui seront justifiés. En effet, lorsque les gentils [païens], qui n’ont pas la loi, font naturellement ce qui est selon la loi ; n’ayant pas la loi, ils sont à eux-mêmes la loi. Montrant ainsi l’œuvre de la loi écrite dans leur cœur, leur conscience leur rendant témoignage, et leur pensées s’accusant et se défendant l’une l’autre [jugement de la conscience morale qui accuse et défend]».

Saint Paul ne justifie pas ici les païens pour leur salut (hérésie du salut pour ignorance invincible) ; mais il dit que les païens qui suivent la loi naturelle recevront d’arriver à la foi catholique (la vraie foi catholique est traditionnelle), la seule vraie foi en Jésus-Christ qui sauve ou justifie. C’est ce que, par exemple, confirme le pape Pie XII :

Pape Pie XII, Mystici corporis Christi, n° 101, 29 juin 1943 : «Pour ceux-là mêmes qui n’appartiennent pas au corps visible de l’Église, vous savez bien, Vénérables Frères, que, dès le début de Notre Pontificat, Nous les avons confiés à la protection et à la conduite du Seigneur, affirmant solennellement qu’à l’exemple du Bon Pasteur Nous n’avions qu’un seul désir : Qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance [Pie XII, Summi Pontificatus, 20 oct. 1939 ; AAS XXXI (1939) 419 ; Jn 10, 10]. Cette assurance solennelle, Nous désirons la renouveler, après avoir imploré les prières de toute l’Église dans cette Lettre encyclique, où Nous avons célébré la louange du « grand et glorieux Corps du Christ » [St Irénée, Adv. Hær., IV, 33, 7 ; PG 7, 1076], les invitant tous et chacun de toute Notre affection à céder librement et de bon cœur aux impulsions de la grâce divine et à s’efforcer de sortir d’un état où nul ne peut être sûr de son salut éternel [Cf. Pie IX, Iam vos omnes – Denz. 2997 – 13 sept. 1868 ; Act. Conc. Vat., CL VII, 10] ; car, même si, par un certain désir et souhait inconscient, ils se trouvent ordonnés au Corps mystique du Rédempteur [ordinentur disposés pour entrer ou revenir dans l’Église], ils sont privés de tant et de si grands secours et faveurs célestes, dont on ne peut jouir que dans l’Église catholique. Qu’ils entrent donc dans l’unité catholique, et que, réunis avec Nous dans le seul corps du Corps de Jésus-Christ, ils accourent tous vers le Chef unique en une très glorieuse société d’amour [Cf. St Gélase Ier, 1er mars 492-21 novembre 496 – Denz. 347 – Epist. XIV. PL 59, 89]. Sans jamais interrompre nos prières à l’Esprit d’amour et de vérité, Nous les attendons les bras grands ouverts, comme des hommes qui se présentent à la porte, non d’une maison étrangère, mais de leur propre maison paternelle».

Le pape Pie XII dit ci-dessus «si, par un certain désir et souhait inconscient, ils se trouvent ordonnés au Corps mystique du Rédempteur», il dit juste que les païens et les membres de sectes non-catholiques peuvent obtenir des grâces, qui sont vraies, puisque aucun ne se convertirait à la foi catholique à moins qu’ils aient obtenu des grâces quand ils étaient des infidèles. Il ne dit pas qu’ils sont sauvés hors de l’Église. Pie XII explique comment l’Esprit-Saint aide les gens à devenir catholiques, bien qu’ils ne pensent pas consciemment devenir catholiques à ce moment. L’Esprit leur indique de suivre la loi naturelle et de faire le bien, et ensuite il les aide à penser pour prendre conscience de la façon dont ils doivent se convertir à la foi catholique.

La loi est accomplie par la venue de Jésus-Christ, l’Auteur de la loi de Moïse, et le législateur de la loi de grâce du Nouveau Testament qui est accomplissement de la loi ancienne et qui justifie par la foi.

Éphésiens 2, 8 : «Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu».

Hébreux 11, 6 : «Or sans la foi il est impossible de plaire à Dieu ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croit que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent ».

Pape Pie IX, Concile du Vatican, 3ème sess. ch. 3, 1870, ex cathedra : «Parce que « sans la foi il est impossible de plaire à Dieu » [He 11, 6] et d’arriver à partager la condition de ses fils, personne jamais ne se trouve justifié sans elle, et personne, à moins qu’il n’ait « persévéré en elle jusqu’à la fin » [Matt. 10, 22 ; 24, 13] n’obtiendra la vie éternelle. Mais pour que nous puissions satisfaire au devoir d’embrasser la vraie foi et de persévérer constamment en elle, Dieu, par son Fils unique, a institué l’Église et l’a pourvue … la gardienne et la maîtresse de la parole révélée. … la condition de ceux qui ont adhéré à la vérité catholique grâce au don céleste de la foi n’est en rien semblable à ceux qui, guidés par des opinions humaines, suivent une fausse religion ; … ceux qui ont reçu cette foi sous le Magistère de l’Église ne peuvent jamais avoir un juste motif de changer ou de remettre en question cette foi [canon 6]».

La loi écrite ne supprime pas la loi naturelle non-écrite elle-même le reflet de la loi divine ; la loi écrite sous forme du décalogue révèle le péché. La loi écrite est accomplie par Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ seul et sa sainte Mère par grâce et en Sa dépendance. L’Ancien Testament est la prophétie du Nouveau Testament (St Irénée, Contr. Haer.). L’Ancien Testament figure la vérité à venir du Nouveau Testament et la figure disparait quand apparait la vérité. La Rédemption – donc le Nouveau Testament – fait passer l’homme sous la loi de la grâce et de la justification par la foi en Jésus-Christ, et non pas par la loi ancienne qui ne sauve pas. Les justes de l’Ancien Testament ont été justifiés (sauvés) par leur foi dans le Sauveur promis à venir.

Actes des Apôtres 16, 41 : «Sachez-le donc, frères : c’est par lui [Jésus-Christ] que la rémission des péchés vous est annoncée, et de tout ce dont vous n’avez pu être justifiés par la loi de Moïse, quiconque croit en lui est justifié par lui».

Saint Paul aux Romains 3, 20-24, 25-28 : «En effet, nul homme ne sera justifié devant lui par les œuvres de la Loi, car une loi ne fait que donner la connaissance du péché. Mais maintenant, sans la Loi, a été manifestée une justice de Dieu à laquelle rendent témoignage la Loi et les Prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux et à tous ceux qui croient…».

Par conséquent, tous les baptisés judaïsants qui suivent les préceptes ecclésiastiques de la loi de Moïse comme «la circoncision, le sabbat et les autres prescriptions légales» – non pas la loi naturelle et divine écrite des dix commandements – sont excommuniés automatiquement de loi divine. 

De même, tous les baptisés judaïsants qui suivent les dix commandements sans la loi nouvelle évangélique ou hors de la justification par la foi en Jésus-Christ qui seul a accompli la loi, sont excommuniés automatiquement de loi divine.

Les chrétiens sont tenus de loi divine d’observer les dix commandements

Les dix commandements sont la loi divine écrite. Les dix commandements ne sauvent pas, c’est la loi nouvelle de la grâce qui sauve par la foi et les bonnes œuvres en Jésus-Christ dans Son unique Église hors de laquelle il n’y a absolument aucun salut pour quiconque. Mais la violation des dix commandements est un péché mortel.

Concile de Trente, session 6, chap. 11, 1547, ex cathedra : « Personne, si justifié soit-il, ne doit penser qu’il est libéré de l’observation des commandements ».

Concile de Trente, session 6, 1547, canons sur la justification ex cathedra : « 18. Si quelqu’un dit que les commandements de Dieu sont impossibles à observer même pour l’homme justifié et établi dans la grâce : qu’il soit anathème ».

Concile de Trente, session 6, 1547, canons sur la justification ex cathedra : « 19. Si quelqu’un dit que rien n’est commandé dans l’Évangile en dehors de la foi, que les autres choses sont indifférentes, ni commandées, ni défendues, mais libres, ou que les dix commandements ne concernent pas les chrétiens : qu’il soit anathème ».

Concile de Trente, session 6, 1547, canons sur la justification ex cathedra : « 20. Si quelqu’un dit que l’homme justifié, aussi parfait qu’il soit, n’est pas tenu d’observer les commandements de Dieu et de l’Église, mais seulement de croire, comme si l’Évangile était une pure et simple promesse de la vie éternelle sans la condition d’observer les commandements : qu’il soit anathème ».

Concile de Trente, session 6, 1547, canons sur la justification ex cathedra : « 21. Si quelqu’un dit que le Christ Jésus a été donné par Dieu aux hommes comme rédempteur, en qui se confier, et non pas aussi comme législateur à qui obéir : qu’il soit anathème.

Ceux qui violent les dix commandements ou qui ne veulent pas éviter l’occasion prochaine de violer les dix commandements pèchent mortellement.

Pape Grégoire XVI, Summo Iugiter studio, n° 6, 27 mai 1832 (Magistère) : «ce précepte bien connu de la loi naturelle et divine, qui nous oblige à éviter non seulement les péchés, mais aussi l’occasion prochaine de péché».

Innocent XI, erreurs diverses sur les questions morales  n° 61, 4 mars 1679 : «Peut parfois être absous celui qui demeure dans une occasion prochaine de pécher qu’il peut et ne veut pas éviter, et même qu’il cherche directement ou délibérément, ou dans laquelle il se jette». – Condamnée (Ench. Symb. Denz. 1211 2161)

Innocent XI, erreurs diverses sur les questions morales,  n° 62, 4 mars 1679 : «Une occasion prochaine de pécher ne doit pas être fuie lorsqu’il y a une raison utile ou honnête de ne pas la fuir». – Condamnée (Ench. Symb. Denz. 1212 2162)

Innocent XI, erreurs diverses sur les questions morales, n° 63, 4 mars 1679 : «Il est permis de chercher directement l’occasion prochaine de pécher pour notre bien spirituel ou temporel, ou pour celui du prochain». Condamnée (Ench. Symb. Denz. 1213 2163)

 

Catéchisme des dix commandements

Catéchisme Penny, chapitre 16 – Les dix Commandements de Dieu

169. Qu’est-ce que la charité ? La charité est un don surnaturel de Dieu qui nous fait aimer Dieu plus que toute chose, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu.

170. Pourquoi devons-nous aimer Dieu ? Nous devons aimer Dieu car Il est infiniment bon en Lui-même et infiniment bon envers nous.

171. Comment montrons-nous que nous aimons Dieu ? Nous montrons que nous aimons Dieu en conservant Ses commandements : car le Christ dit «Si vous m’aimez, gardez mes commandements». (Jean 14, 15)

172. Combien y a-t-il de commandements ? Il y a dix Commandements.

173. Récitez les dix Commandements. Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai tiré de l’Égypte, de la maison de servitude.

  1. Tu n’auras point d’autres dieux devant moi. Tu ne te feras point d’image taillée, ni aucune figure de tout ce qui est en haut dans le Ciel, et en bas sur la terre, ni de tout ce qui est dans les eaux sous la terre. Tu ne les adoreras point et tu ne leur rendras point le souverain culte.
  2. Tu ne prendras point en vain le nom du Seigneur ton Dieu.
  3. Souviens-toi de sanctifier le jour du sabbat.
  4. Honore ton père et ta mère.
  5. Tu ne tueras point.
  6. Tu ne commettras point d’adultère.
  7. Tu ne déroberas point.
  8. Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.
  9. Tu ne désireras point la femme d’autrui.
  10. Tu ne désireras point les choses qui appartiennent à autrui.

174. Qui donna les dix Commandements ? Dieu donna les dix Commandements à Moïse dans l’Ancienne Loi, et le Christ les a confirmés dans la Nouvelle.

175. Quel est le premier Commandement ? Le premier Commandement est : «Tu n’auras point d’autres dieux devant moi. Tu ne te feras point d’image taillée, ni aucune figure de tout ce qui est en haut dans le Ciel, et en bas sur la terre, ni de tout ce qui est dans les eaux sous la terre. Tu ne les adoreras point et tu ne leur rendras point le souverain culte».

176. Que nous est-il commandé de faire par le premier Commandement ? Par le premier Commandement, il nous est commandé d’adorer l’unique et vrai Dieu vivant, par la Foi, l’Espérance, la Charité et la Religion.

177. Quels sont les péchés contre la Foi ? Les péchés contre la Foi sont toutes les fausses religions, les doutes volontaires, l’incrédulité ou le refus du moindre article de Foi et l’ignorance coupable des doctrines de l’Église.

178. Comment nous exposons-nous au danger de perdre notre Foi ? Nous nous exposons au danger de perdre notre Foi en négligeant nos devoirs spirituels, en lisant de mauvais livres, en fréquentant des écoles non-catholiques et en prenant part à des cérémonies ou prières d’une fausse religion.

179. Quels sont les péchés contre l’Espérance ? Les péchés contre l’Espérance sont le désespoir et la présomption.

180. Quels sont les principaux péchés contre la Religion ? Les principaux péchés contre la Religion sont l’adoration de faux dieux ou idoles, et rendre à une quelconque créature l’honneur qui n’appartient qu’à Dieu seul.

181. Le premier Commandement interdit-il de faire des images ? Le premier Commandement n’interdit pas de faire des images, mais de faire des idoles ; c’est-à-dire qu’il interdit de faire des images que l’on adore ou honore comme des dieux.

182. Le premier Commandement interdit-il de traiter avec le démon et les pratiques superstitieuses ? Le premier Commandement interdit tout commerce avec le démon et les pratiques superstitieuses, comme de consulter les spiritualistes et les diseuses de bonne aventure, et se confier à la magie, aux présages, aux rêves et autres pitreries.

183. Tous les péchés de sacrilège et simonie sont-ils également interdits par le premier Commandement ? Tous les péchés de sacrilège et simonie sont également interdits par le premier Commandement.

184. Est-il interdit d’honorer ou adorer divinement les Anges et les Saints ? Il est interdit d’honorer ou adorer divinement les Anges et les Saints, car cela appartient à Dieu seul.

185. Quels genres d’honneur ou adoration devrait-on rendre aux Anges et aux Saints ? Nous devrions rendre aux Anges et aux Saints un honneur, ou adoration, inférieur en tant que servants et amis spéciaux de Dieu.

186. Quel honneur devrions-nous rendre aux reliques, crucifix et saintes images ? Nous devrions rendre aux reliques, crucifix et saintes images un honneur relatif, puisqu’ils se rapportent au Christ et Ses Saints, et sont des mémoriaux de ceux-ci.

187. Prions-nous les reliques ou les images ? Nous ne prions les reliques ou les images, qui ne peuvent ni nous voir, ni nous entendre, ni nous aider.

188. Quel est le second Commandement ? Le second Commandement est : «Tu ne prendras point en vain le nom du Seigneur ton Dieu».

189. Que nous est-il commandé de faire par le second Commandement ? Par le second Commandement, il nous est commandé de parler avec révérence de Dieu et de toutes personnes et choses saintes, et de garder nos serments et nos vœux.

190. Qu’est-ce que le second Commandement interdit ? Le second Commandement interdit tous serments faux, irréfléchis, injustes et non nécessaires ; tout comme les paroles blasphématoires, maudissantes et profanes.

191. Est-il licite de jurer ou de prêter serment ? Il est uniquement licite de jurer ou de prêter serment lorsque l’honneur de Dieu, ou le nôtre, ou le bien du prochain, l’exigent.

192. Quel est le troisième Commandement ? Le troisième Commandement est : «Souviens-toi de sanctifier le jour du Sabbat».

193. Que nous est-il commandé de faire par le troisième Commandement ? Par le troisième Commandement, il nous est commandé de maintenir le Dimanche saint.

194. Comment maintenons-nous le Dimanche saint? Nous maintenons le Dimanche saint en assistant à la messe et en nous abstenant de travaux serviles.

195. Pourquoi nous est-il commandé de nous abstenir de travaux serviles ? Il nous est commandé de nous abstenir de travaux serviles pour que nous puissions avoir le temps et l’opportunité de prier, prendre les sacrements, écouter les sermons et lire de bons livres.

196. Quel est le quatrième Commandement ? Le quatrième Commandement est : «Honore ton père et ta mère».

197. Que nous est-il commandé de faire par le quatrième Commandement ? Par le quatrième Commandement, il nous est commandé d’aimer, faire révérence et obéir à nos parents dans tout ce qui n’est pas péché.

198. Nous est-il commandé d’obéir uniquement à nos parents ? Il nous est commandé d’obéir, non seulement à nos parents, mais aussi à nos évêques et prêtres, à l’autorité civile et à nos supérieurs légaux.

199. Sommes-nous tenus d’assister nos parents dans leurs désirs ? Nous sommes tenus d’assister nos parents dans leurs désirs, qu’ils soient spirituels ou temporels.

200. Sommes-nous tenus de soutenir nos prêtres ? Nous sommes tenus de soutenir nos prêtres ; car saint Paul a dit : «Le Seigneur a aussi ordonné à ceux qui annoncent l’Évangile de vivre de l’Évangile». (1 Cor. 9, 14)

201. Quel est le devoir des parents envers leurs enfants ? Le devoir des parents envers leurs enfants est de pourvoir à leurs besoins, de les instruire et les corriger, et de leur donner une bonne éducation catholique.

202. Quel est le devoir des maîtres, maîtresses et autres supérieurs ? Le devoir des maîtres, maîtresses et autres supérieurs, est de prendre le soin approprié de ceux qu’ils ont à charge, et de leur permettre de pratiquer leurs devoirs religieux.

203. Qu’est-ce que le quatrième Commandement interdit ? Le quatrième Commandement interdit tout mépris, entêtement et désobéissance à nos parents et à nos supérieurs légitimes.

204. Est-ce un péché que d’être membre d’une société secrète ? C’est un péché que d’être membre d’une quelconque société secrète qui complote contre l’Église ou l’État, ou d’être membre de toute société qui, par les raisons de son secret, est condamnée par l’Église ; car saint Paul a dit : «Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures : car il n’y a pas d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent ont été instituées par Dieu. C’est pourquoi celui qui résiste à l’autorité résiste à l’ordre établi par Dieu ; et ceux qui résistent attirent la condamnation sur eux-mêmes». (Rom. 13, 1-2)

205. Quel est le cinquième Commandement ? Le cinquième Commandement est : «Tu ne tueras point».

206. Qu’est-ce que le cinquième Commandement interdit ? Le cinquième Commandement interdit le meurtre volontaire, la bagarre, les querelles et les mots injurieux ; mais aussi le scandale et le mauvais exemple.

207. Le cinquième Commandement interdit-il la colère ? Le cinquième Commandement interdit la colère, mais aussi la haine et la vengeance.

208. Pourquoi le scandale et le mauvais exemple sont-ils interdits par le cinquième Commandement ? Le scandale et le mauvais exemple sont interdits par le cinquième Commandement car ils font préjudice et mènent à la mort spirituelle l’âme de notre prochain.

209. Quel est le sixième Commandement ? Le sixième Commandement est : «Tu ne commettras point d’adultère».

210. Qu’est-ce que le sixième Commandement interdit ? Le sixième Commandement interdit tout péché d’impureté avec la femme ou le mari d’autrui.

211. Le sixième Commandement interdit-il tout ce qui est contraire à la sainte pureté ? Le sixième Commandement interdit tout ce qui est contraire à la sainte pureté dans les regards, les mots ou les actions.

212. Les danses et les jeux immodestes sont-ils interdits par le sixième Commandement ? Les danses et les jeux immodestes sont interdits par le sixième Commandement, et c’est un péché que d’en regarder.

213. Le sixième Commandement interdit-il les musiques, livres et images immodestes ?Le sixième Commandement interdit les musiques, livres et images immodestes, car ils sont très dangereux pour l’âme et mènent au péché mortel.

214. Quel est le septième Commandement ? Le septième Commandement est : «Tu ne déroberas point».

215. Qu’est-ce que le septième Commandement interdit ? Le septième Commandement interdit d’emporter injustement quelque chose ; ou de garder ce qui appartient à autrui.

216. Les tricheries de toutes sortes, dans l’achat et la vente, sont-elles interdites par le septième Commandement ? Les tricheries de toutes sortes dans l’achat et la vente sont interdites par le septième Commandement, mais aussi tous les autres moyens de tromper notre prochain.

217. Sommes-nous tenus de restituer tout bien mal acquis ? Nous sommes tenus de restituer tout bien mal acquis si nous en sommes capables, sinon le péché ne nous sera pas pardonné ; nous devons aussi payer nos dettes.

218. Est-il malhonnête aux serviteurs de gaspiller le temps ou la propriété de leur maître ? Il est malhonnête aux servants de gaspiller le temps ou la propriété de leur maître, car c’est gaspiller ce qui ne leur appartient pas.

219. Quel est le huitième Commandement ? Le huitième Commandement est : «Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain».

220. Qu’est-ce que le huitième Commandement interdit ? Le huitième Commandement interdit tout faux témoignage, jugement irréfléchi et mensonge.

221. Les calomnies et les détractions sont-elles interdites par le huitième Commandement ? Les calomnies et les détractions sont interdites par le huitième Commandement, ainsi que la délation et toute parole qui nuit à la réputation de notre prochain.

222. Si vous avez blessé votre prochain en disant du mal de lui, qu’êtes-vous tenu de faire ? Si j’ai blessé mon prochain en disant du mal de lui, je suis tenu de lui faire satisfaction en restaurant sa réputation, autant que je le peux.

223. Quel est le neuvième Commandement ? Le neuvième Commandement est : «Tu ne désireras point la femme d’autrui».

224. Qu’est-ce que le neuvième Commandement interdit ? Le neuvième Commandement interdit tout consentement volontaire aux pensées et désirs impurs, et tout plaisir consenti aux mouvements irréguliers de la chair.

225. Quels péchés mènent, habituellement, à rompre le sixième et le neuvième Commandement ? Les péchés qui, habituellement, mènent à rompre le sixième et le neuvième Commandement, sont la gourmandise, l’ivrognerie et l’intempérance, mais aussi l’oisiveté, les mauvaises compagnies et la négligence dans la prière.

226. Quel est le dixième Commandement ? Le dixième Commandement est : «Tu ne désireras point les choses qui appartiennent à autrui».

227. Qu’est-ce que le dixième Commandement interdit ? Le dixième Commandement interdit toute pensée envieuse et cupide et les désirs injustes à propos des biens et profits d’autrui.

Pour voir plus en détail les commandements de l’Église