Scandales et hérésies de Jean-Paul Ier

«Adhérer à un faux évêque de Rome, c’est être en dehors de la communion de l’Eglise». Saint Cyprien de Carthage

Sommaire

  • Luciani sur les chrétiens
  • Albino Luciani à propos de la Révolution française
  • Jean-Paul 1er dans son premier discours annonçant le programme de son « pontificat »
  • Jean-Paul 1er a appelé le patriarche schismatique de Moscou, Nikodem, « un vrai saint ».
  • Jean-Paul 1er a « cru à plus de partage du pouvoir avec les évêques du monde entier et prévu de décentraliser la structure du Vatican »
  • Jean-Paul 1er a souvent parlé de Paul VI avec admiration et affection
  • Conclusion
  • Deuxième partie
    • Un hérétique ne peut pas être pape
    • L’antipape Jean-Paul 1er s’affichait avec la croix recurve comme son prédécesseur l’antipape Paul 6, et ses successeurs, les antipapes Jean-Paul 2, Benoit 16 et François.
    • Jean-Paul Ier assassiné à cause de l’I.O.R, la banque de la secte vatican 2 ?

La première partie de cette page a pour auteurs frères Peter et Michael Dimond www.mostholyfamilymonastery.com

Traduction en français personnelle.

 » Il ne pouvait accepter qu’il n’y ait de divorcés. Il en a aussi facilement accepté d’autres qui vivaient dans ce que l’Église appelle «péché». 1 (Père Mario Senigaglia, secrétaire de Jean-Paul Ier quand il était « patriarche » de Venise)

jp1 croix recurve

Jean-Paul Ier (Albino Luciani) l’homme qui prétendait être pape entre Paul VI et Jean Paul II pendant 33 jours en 1978…

Albino Luciani (Jean Paul Ier) est le fils d’un socialiste engagé 1

Jean 23 (antipape) a personnellement consacré Luciani évêque le 27 décembre 1958 2 

Luciani a été nommé « cardinal » par Paul 6 (antipape) 3

Luciani sur les chrétiens

Dans un sermon de Pâques en 1976, Luciani a fait la déclaration suivante :

« Ainsi la morale chrétienne a adopté la théorie de la guerre juste, donc l’Église a permis la légalisation de la prostitution (même dans les États pontificaux), alors que de toute évidence c’est resté interdit sur le plan moral. » 4

C’est un blasphème d’affirmer que l’Église catholique permettrait la légalisation de la prostitution.

 

Comme patriarche de Venise, le 24 Décembre 1977, Albino Luciani a déclaré à propos de la Révolution française ce qui suit :

«… les intentions de ceux qui avaient allumé l’insurrection et la révolution au début étaient très bonnes, et le slogan proclamé était « Liberté, Fraternité, Égalité ». 5

 

Jean-Paul 1er dit ce qui suit dans son premier discours annonçant le programme de son « pontificat » :

1) « L’écho de sa vie quotidienne témoigne que, malgré tous les obstacles, elle (l’Eglise) vit dans le cœur des hommes, même d eceux qui ne partagent pas sa vérité ou n’acceptent pas son message. » 6

2) «… le Concile Vatican II (dont les enseignements que nous souhaitons engager totalement par notre ministère) …  » 7

3) « Nous souhaitons continuer à mettre en œuvre l’héritage du Concile Vatican II. Ses normes sages doivent être suivies et perfectionnées.  » 8

 

S’adressant à un ami du patriarche schismatique de Moscou, Nikodem, Jean-Paul 1er l’a appelé « un vrai saint ». 9

Dans une lettre au nouveau patriarche schismatique de Moscou au sujet de la mort du patriarche schismatique récemment décédé de Moscou, Jean-Paul Ier a dit :

« … Nous exprimons à Votre Sainteté et au Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe nos sentiments de vive douleur. Nous vous assurons de notre prière pour le repos de l’âme de ce serviteur dévoué de son Église et constructeur de l’approfondissement des relations entre nos Églises. Que Dieu le reçoive dans sa joie et sa paix   » 10

Jean-Paul 1er appelle le schismatique russe décédé, qui a rejeté l’infaillibilité papale et les 13 derniers conciles dogmatiques (entre autres de l’enseignement catholique), un « serviteur dévoué de son Église. »

 

Jean-Paul 1er a « cru à plus de partage du pouvoir avec les évêques du monde entier et prévu de décentraliser la structure du Vatican ». 11

 

Jean-Paul 1er a souvent parlé de Paul VI avec admiration et affection :

« C’était un grand pape et il a beaucoup souffert. Il n’a pas été entendu …  » 12

 

Le Vatican a affirmé que Jean-Paul 1er était mort d’une crise cardiaque autour de 23 heures le 28 septembre 1978. 13

 Conclusion

Nous avons prouvé que Jean-Paul 1er était un hérétique manifeste qui, entre autres choses, approuvait entièrement l’indifférentisme religieux et le faux œcuménisme du Concile Vatican 2. Comme il était hérétique, il n’aurait pas pu être un pape validement élu. C’était un antipape non-catholique.

________________

Notes :

David Yallop, au Nom de Dieu , p. 60.

Raymond et Lauretta Seabeck , Le Pape Sourire , Huntington, IN: Our Sunday Visitor Publishing, 2004, p. 27.

Raymond et Lauretta Seabeck, Le Pape Sourire , p. 58.

David Yallop, au Nom de Dieu , p. 60.

Raymond et Lauretta Seabeck, Le Pape Sourire , p. 120.

L ‘Osservatore Romano (le journal du Vatican), le 31 août, 1978, p. 6.

L ‘Osservatore Romano , le 31 août, 1978, p. 6.

L ‘Osservatore Romano , le 31 août, 1978, p. 6.

Raymond et Lauretta Seabeck, Le Pape Sourire , p. 64.

10 L ‘Osservatore Romano , le 14 sept., 1978, p. 2.

11 David Yallop, au Nom de Dieu , p. 189.

12 Raymond et Lauretta Seabeck, Le Pape Sourire , p. 44.

13 Raymond et Lauretta Seabeck, Le Pape Sourire , p. 70.

Deuxième partie

Luciani-Jean-Paul 1er

Un hérétique ne peut pas être pape

Pape Paul IV, Cum Ex Apostolatus, 15 février 1559 ex cathedra : «[par Notre présente Constitution, qui doit rester valide à perpétuité Nous adoptons, déterminons par un décret et définissons que] § 6 De plus, si jamais un jour il apparaissait qu’un évêque, faisant même fonction d’archevêque, de patriarche ou de primat ; qu’un cardinal de l’Église Romaine, même légat ; qu’un SOUVERAIN PONTIFE LUI-MÊME, avant sa promotion et élévation au cardinalat ou au souverain pontificat, déviant de la foi catholique, est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l’assentiment unanime de tous les cardinaux, est NULLE , SANS VALEUR, NON AVENUE. Son entrée en charge, consécration, gouvernement, administration, tout devra être tenu pour ILLÉGITIME.

«S’il s’agit du souverain Pontife, on ne pourra prétendre que son intronisation, adoration (agenouillement devant lui), l’obéissance à lui jurée, le cours d’une durée quelle qu’elle soit (de son règne), que tout cela a convalidé ou peut convalidé son pontificat ; celui-ci ne peut être tenu pour légitime JAMAIS ET EN AUCUN DE SES ACTES.

«De tels hommes, promus évêques, archevêques, patriarches, primats, cardinaux ou SOUVERAIN PONTIFE, ne peuvent être censés avoir reçu ou pouvoir recevoir AUCUN DROIT d’administration, ni dans le domaine spirituel, ni dans le domaine temporel. Tous leurs dits, faits, et gestes, leur administration et tous ses effets, tout est dénué de valeur et ne confère, par conséquent, aucune autorité, aucun droit à personne. Ces hommes ainsi promus seront donc, sans besoin d’aucune déclaration ultérieure, privés de toute dignité, place, honneur, titre, autorité, fonction et pouvoir, même si tous et chacun de ces hommes n’a dévié de la foi catholique, tombant dans le schisme ou l’hérésie, qu’après son élection, soit en suscitant soit en embrassant ces erreurs.

«§ 7 Quand aux personnes assujetties au Pontife, aussi bien clercs séculiers et réguliers que laïcs, cardinaux y compris, qui auraient participé à l’élection du Pontife Romain déjà hors de la foi catholique, par hérésie ou schisme, ou qui y consentiraient de quelque autre manière, qui lui auraient promis obéissance, qui se seraient agenouillées devant lui…etc. de même quiconque se lierait à de telles personnes par hommage, serment ou caution, au lieu de renoncer en tout temps à leur obéir, les servir impunément, de les éviter comme des MAGICIENS, des PAÏENS et des PUBLICAINS et HÉRÉSIARQUES , toutes ses personnes assujetties, si elles prétendent néanmoins rester attachées fidèles et obéissantes… toutes ces personnes seront soumises au châtiment des censures et des peines qui frappent les gens qui déchirent la tunique du Seigneur ».

Jean-Paul 1er était un humaniste moderniste engagé dans l’apostasie vatican 2 et un hérétique qui ne pouvait donc pas être pape, mais un antipape.

Jean-Paul 1er et la croix recurve

jp1 croix recurve

f4f1c-johnpaulone

L’antipape Jean-Paul 1er portait la croix recurve comme son prédécesseur l’antipape Paul 6, et ses successeurs  les antipapes Jean-Paul 2, Benoit 16 et François.

croix tordue croix des satanistes

Croix tordue ou recurve qui, selon une opinion, était utilisé par des sorciers du VIème siècle.

antipape paul 6 croix recurve_

jp2 et croix recurve      benoit16 et croix recurve

antipape francois et croix recurve

Le fait que des hérétiques utilisent ce crucifix ne le réprouve pour autant. Le crucifix « recurve » n’est pas un crucifix « mauvais » en soi, l’Église n’enseigne rien à ce sujet, et tout chrétien pourrait aussi bien prier avec. Cependant, dans le contexte de l’apostasie vatican 2, et à cause de la moquerie dont Jésus-Christ aurait pu l’objet de la part de satanistes, c’est un signe antichrist des antipapes de vatican 2.

 

Jean-Paul 1er assassiné à cause de l’I.O.R, la banque de la secte vatican 2 ?

marcinkus

Paul Marcinkus, le patron de l’I.O.R (la banque de la secte vatican 2), était impliqué avec la mafia italienne et la loge maçonnique P2 .

La mort suspecte de Jean-Paul 1er

Selon une opinion, Jean-Paul 1er aurait été assassiné à cause des implications mafieuses et maçonniques de la banque de la secte vatican 2 (qui sont absolument vraies), cependant il est probable qu’il ait été sacrifié après 33 jours de règne pour accomplir un rite occulte permettant à l’antipape Jean-Paul 2 d’avoir un ministère antichrist plus puissant pour tromper les âmes.