La base biblique de la prière à Marie et de l’enseignement catholique sur Marie

Sommaire

  • Marie est la nouvelle Ève
  • La Bible enseigne que Marie est l’Arche de la Nouvelle Alliance
  • Marie était vierge perpétuelle
  • L’évidence biblique de l’Assomption de Marie au paradis et sa royauté au ciel
  • Les Ave Maria et le Rosaire sont-ils de vaines paroles condamnées par Jésus ?
  • Le Cœur unique et Immaculé de Marie reçoit une attention unique dans l’Écriture
  • Marie est la Mère de Dieu

coeur-immacul---marie

La Bienheureuse Vierge Marie est la mère de Jésus-Christ. Contrairement aux affirmations de certains, l’Église catholique n’enseigne pas et n’a jamais enseigné que Marie est Dieu. Ce serait une hérésie. Maie est juste une créature, mais la plus grande de tous les êtres humains jamais créés par Dieu. Veuillez regarder cette évidence biblique pour l’enseignement catholique sur Marie, et pourquoi il est si nécessaire de comprendre son rôle et son importance.

Pour comprendre la Bible et ce qu’elle enseigne sur Marie (la mère de Jésus-Christ), il faut comprendre les types bibliques.

Un type = un véritable événement, une personne ou une institution dans l’Ancien Testament qui annonce ou préfigure quelque chose dans le Nouveau Testament.

Marie est la nouvelle Ève

La Bible enseigne qu’Adam, le premier homme, était la figure de Jésus-Christ

Jésus-Christ est vrai Dieu et vrai homme. Adam n’était qu’un homme, le premier homme. Cependant, la Bible dit qu’Adam était un type de celui qui devait venir, le Christ Jésus.

Romains 5, 14 : « Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché à la ressemblance de la transgression d’Adam, lequel est la figure [le Type] de celui qui devait venir [Jésus]. « 

Comment Adam était un type de Jésus ? C’est peut-être le mieux résumé dans ce passage.

Romains 5, 19 : « Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes. »

Adam a plongé le monde dans le péché, le Christ est venu pour sauver le monde du péché d’Adam. Adam a péché par sa désobéissance à l’arbre de la connaissance du bien et du mal, le Christ a racheté le monde par son obéissance et sacrifice sur l’arbre de la Croix. C’est pourquoi la Bible dit que le Christ est le nouveau, deuxième ou dernier Adam. Il est venu pour défaire ce qu’a fait Adam. Il est devenu le chef de la nouvelle race et a racheté la race de ceux qui vivent surnaturellement dans le Christ, alors qu’Adam, le premier homme, était la tête de l’humanité qui est tombé dans le péché.

La Bible enseigne que Jésus Christ est le second Adam

1 Corinthiens 15, 45 : «Et il est écrit : Le premier homme, Adam, devint une âme vivante, le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. « 

Il existe plusieurs types bibliques. Gardez à l’esprit que tous ces événements, les personnes et les choses, étaient de vrais événements, les personnes et les choses qui préfiguraient aussi quelque chose qui viendrait plus tard. Voici quelques exemples :

1 Cor. 10, 1-2 : La Bible enseigne que la traversée de la Mer Rouge (Exode 14) a préfiguré le baptême.

1 Pierre 3, 19-21 : La Bible enseigne que l’Arche de Noé et le Déluge préfiguraient d’être sauvé par le baptême et l’Eglise.

1 Cor. 5, 7 : La Bible enseigne que l’Agneau pascal, qui a été sacrifié (Exode 12), préfigurait le Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde (Jean 1, 29).

Heb. 8, 8-9 : La Bible enseigne que le système de l’Ancien Testament était l’ «ombre» ou la figure du Nouveau Testament.

Matthieu 12, 40 – La Bible enseigne que les trois jours et nuits de Jonas dans le ventre de la baleine préfiguraient la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts après trois jours.

Beaucoup d’autres exemples de types bibliques pourraient être donnés. Il est important de comprendre que l’accomplissement d’un type (appelé «antitype») est plus grand que le type. Jésus-Christ est infiniment plus grand que celui d’Adam, le Nouveau Testament est plus grand que l’ancien, la résurrection est plus grande que les déboires de Jonas, etc. Dans cet esprit, nous devons maintenant examiner les types de Marie, la mère de Jésus-Christ. Il existe plusieurs types de Marie. En plus d’autres éléments de preuve biblique, ces types fournissent la preuve biblique indéniable de l’enseignement catholique sur Marie. Les points suivants seront sans doute nouveaux et surprenants pour beaucoup de non-catholiques.

Comme le Christ est le nouvel Adam, Marie est la nouvelle Ève

Comme déjà mentionné, Adam était un type de Jésus-Christ. Il y avait une femme distincte qui a été impliquée avec Adam, le premier homme dans l’effondrement du monde dans le péché. C’était Eve, la première femme. C’était la transgression d’Adam qui constituait le péché originel. Mais Eve a joué un rôle et est inextricablement liée avec les événements qui ont mené au péché originel. La femme (Eve) a péché et a été l’occasion pour Adam de tomber dans le péché.

Genèse 3, 1-6 : « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits. Et il dit à la femme : Oui, Dieu a dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? Et la femme répondit au serpent : Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin : Mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez pas, et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. Et le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point, mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. Et quand la femme vit que l’arbre était bon à manger, et qu’il était agréable à la vue, et un arbre à désirer pour ouvrir l’intelligence, elle prit de son fruit, et en mangea, et en donna aussi à son mari avec elle, et il en mangea ».

Tout comme «la femme» (Eve) a été intimement impliquée dans les événements qui ont conduit au péché originel, il y a une femme distincte qui a été intimement impliquée dans les événements qui ont mené à la Rédemption. C’est Marie, la mère de Jésus-Christ. Elle est la nouvelle Eve.

Il existe de nombreux parallèles évidents dans la Bible entre Eve et Marie. Ceux-ci démontrent que Marie est la nouvelle Eve, comme le Christ est le nouvel Adam.

Ève a communiqué, reconnu et obéi à un ange déchu (Le serpent) – Marie a communiqué, reconnu et obéis à un bon ange (Gabriel)

Genèse 3, 4-6 :  » Et le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point … elle [Eve] prit de son fruit, et en mangea … « 

Luc 1, 26-38 : « … l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée … à une vierge … et le nom de la vierge était Marie. Et l’ange étant entré, lui dit : Je te salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi : tu es bénie entre toutes les femmes … Et l’ange lui dit : Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici, tu concevras dans ton ventre, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus … Et Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. Et l’ange la quitta. « 

Eve a été approchée par le serpent (le diable), un ange déchu. Eve croit ses paroles de mensonge et désobéit à Dieu. Eve a péché et a causé son mari au péché, plongeant le monde dans la mort.

Marie a été approché par Gabriel, un bon ange. Marie crut son message de salut: qu’elle était bénie entre toutes les femmes, pleine de grâce, et enfanterait le Sauveur. Marie a obéi à Dieu. Par son obéissance, elle consentit à la conception de Jésus Christ dans son sein, et lui a permis de venir sauver le monde du péché d’Adam.

Même dans la très ancienne église, ces parallèles bibliques ont été reconnus comme des identifications de Marie, la nouvelle Eve, tout comme le Christ est le nouvel Adam. Saint Irénée était un célèbre père apostolique du deuxième siècle. Il oppose la première avec la seconde Eve (Marie).

Saint Irénée, Contre les Hérésies, Livre III, chap. 22, (185) : « Conformément à cette conception, la Vierge Marie se trouve obéissante, en disant : Voici la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole (Lc 1, 38). Mais Eve a été rebelle, car elle ne pas obéi quand encore elle était vierge … Et donc aussi le nœud de la désobéissance d’Eve a été délié par l’obéissance de Marie. Car ce que la vierge Eve avait lié rapidement, par incrédulité, cela la vierge Marie l’a libéré par la foi. « 

Ève a été la mère de tous les vivants – Marie, Mère de Jésus, est la mère de tous les vivants et même de la vie

Genèse 3, 20 : «Et Adam appela du nom d’Eve sa femme, parce qu’elle était la mère de tous les vivants».

Eve a été appelée la «mère de tous les vivants» parce que tous ceux qui avaient la vie descendaient de son sein. Marie est aussi la mère de tous les vivants, mais bel et bien d’une meilleure façon. Marie est la mère de Jésus-Christ, qui est la vie elle-même et en qui toute vie est trouvée.

Jean 1, 4 : «En lui [Jésus] était la vie. Et la vie était la lumière des hommes».

Matthieu 1, 16 : «Marie, de laquelle est né Jésus …»

Jean 14, 6 : «Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. « 

Jésus est la Vie. Marie est donc littéralement la mère de la vie elle-même. Le parallèle avec Eve, la mère de tous les vivants, est clair. La différence est que Marie est la mère d’une vie qui est infiniment plus grande que l’existence humaine. Ceux qui vivent et meurent dans son Fils ont accès à la vie éternelle en Lui et deviennent de nouvelles créatures.

2 Corinthiens 5, 17 : «Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature».

L’accomplissement (Marie comme mère de tous les vivants) est encore plus grand que le type (Eve comme mère de tous les vivants).

Ève a été créée sans aucun péché – La nouvelle Ève, Marie, a aussi été créée sans aucun péché (immaculée conception)

Nous avons vu que la Bible indique que Marie est la nouvelle Eve. Donc la question est : dans quel état était créée l’âme d’Eve ? Eve a été créée dans Genèse 2 libre de tout péché. La création entière était parfaite jusqu’à ce que chute l’humanité. Adam et Eve ont tous deux été créés dans un état de justice originelle. Ils n’ont pas perdu cet état de perfection originelle, dans laquelle ils étaient libres de tout péché, jusqu’au péché originel dans Genèse 3.

Si Dieu a créé la première femme (la première Eve) sans aucun péché, alors il pourrait certainement créer la deuxième (et plus) Eve (la Vierge Marie) sans aucun péché. C’est exactement ce qu’il a fait. Il a dû le faire aussi pour une question de proportion et de justice parce qu’elle serait le premier membre de l’humanité rachetée.

DÉFINITION DE L’IMMACULÉE CONCEPTION

Le pape Pie IX, Ineffabilis Deus, 8 décembre 1854 : «Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui tient que la bienheureuse Vierge Marie, dans le premier instant de sa conception, par une grâce et un privilège accordé par Dieu Tout-Puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, le Sauveur du genre humain, fut préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée par Dieu et donc doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ».

Certains pensent à tort que l’Immaculée Conception se réfère à la conception miraculeuse de Jésus dans le sein de la Vierge Marie. Ce n’est pas correct. Jésus a en effet été conçu sans péché dans le sein de Marie, mais l’Immaculée Conception se réfère à la conception de Marie dans l’utérus de sa mère. Dès le premier instant de sa création, elle a été préservée de toute souillure du péché originel, dont hérite tout autre membre de la race humaine (à l’exception de Jésus).

Dieu l’a préservé sans péché au regard des mérites salvateurs de Jésus-Christ. Il l’a fait pour Marie parce qu’elle devait être le navire béni et pur qui porterait le Dieu Très Saint. Afin d’amener la sainteté infinie, Marie devait être sacrée dès le premier instant de sa création.

Jésus a sauvé Marie d’une manière privilégiée

Donc, si Marie a été préservée de la tache du péché originel, est-ce que cela signifie qu’elle n’a pas besoin d’un Sauveur ? Non. Marie répond elle-même.

Luc 1, 46-47 : « Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur. « 

Dieu a sauvé Marie en l’empêchant de contracter le péché originel. Supposons qu’un homme tombe dans un trou profond dans la forêt, mais en est sorti par son ami. Il est vrai de dire que l’ami a sauvé l’homme. Supposons maintenant qu’un homme voit une femme marchant vers le trou profond, et la rattrape juste avant qu’elle ne tombe. Il l’empêche de tomber dans le trou, en premier lieu, afin qu’elle ne se blesse ou se salisse du tout. A t-il sauvé la femme ? Certes, il l’a fait. Il l’a sauvée d’une meilleure façon, en l’empêchant de tomber dans le trou et la souffrance de conséquences néfastes.

Voilà comment Dieu a sauvé Marie. Jésus était son Sauveur d’une façon encore plus importante, en l’empêchant de contracter jamais le péché originel, et en la préservant du péché tout au long de sa vie. Il l’a fait pour Marie, en raison de son rôle unique. L’impeccabilité de Marie est signalée par de nombreux types de la Bible.

Certains incrédules penseraient à la notion selon laquelle Dieu créerait quelqu’un de complètement libre du péché. Ils oublient que Dieu a créé le premier homme et la première femme sans péché.

La Bible enseigne que Marie est l’Arche de la Nouvelle Alliance

Nous allons maintenant voir comment la Bible identifie sans aucun doute Marie comme l’Arche du Nouveau Testament. Elle identifie Marie comme la contrepartie du Nouveau Testament à l’Arche de l’Ancien Testament. Marie est le nouveau et plus grand accomplissement de ce qui a été préfiguré par l’Arche de l’Ancien Testament. Cette information est la partie la plus importante et révélatrice sur le rôle profond de Marie.

Depuis qu’a été représentée la présence de Dieu, l’Arche de l’Ancienne Alliance / Testament était la chose la plus sainte et la plus puissante sur Terre en dehors de Dieu Lui-même. L’Arche de l’Alliance est un coffre sacré qui contenait les tables de pierre des Dix Commandements (Deutéronome 10, 5). L’Arche a également réalisé et représenté la présence spirituelle de Dieu sur terre. Quand Dieu parla à Moïse, c’était entre les deux chérubins qui sont sur l’Arche.

Nombres 7, 89 : « Et quand Moïse entrait dans la tente d’assignation pour parler avec le Seigneur, il entendit la voix qui lui parlait de dessus le propitiatoire qui est sur l’arche du témoignage, entre les deux chérubins, et il lui a parlé « .

Exode 25, 21-22 : « Et tu mettras le propitiatoire sur l’arche, et tu mettras dans l’arche le témoignage que je te donnerai. Et là je me rencontrerai avec toi, et je communierai avec toi de dessus le propitiatoire, d’entre les deux chérubins placés sur l’arche du témoignage, de toutes les choses que je te donnerai tous mes ordres pour les enfants d’Israël. « 

Voyons maintenant comment la Bible identifie Marie comme l’Arche de la Nouvelle Alliance.

L’Arche de l’Ancienne Alliance La Vierge Marie
Contenu de la parole écrite de Dieu (Deut. 10, 5) Contenu de la Parole de Dieu faite chair, Jésus (Jn 1, 1)

Jésus-Christ est la Parole de Dieu faite chair (Jean 1, 1). Donc, tout comme l’Arche de l’Ancienne Alliance contenait la parole écrite de Dieu, Marie (qui est l’Arche de la Nouvelle Alliance) contient de la Parole de Dieu faite chair.

Apocalypse (Révélation) 19, 13 : « Et il [Jésus] était vêtu d’un manteau parsemé de sang, et son nom est appelé, la Parole de Dieu.  »

L’Arche de l’Ancienne Alliance La Vierge Marie
A été «occultée» par la puissance et la présence de Dieu (Exode 40, 34-35) A été «occultée» par la puissance et la présence du Très-Haut (Luc 1, 35)

Le tabernacle a été construit pour contenir l’arche sainte (Exode 40, 2-3). Quand Dieu descendrait sur le tabernacle et l’arche pour parler à Moïse, nous lisons dans Exode 40, 34-35 que le nuage de la gloire de Dieu ou de la présence visible (appelé la «Shekinah») «l’éclipsait». Le mot rare qui est utilisé pour décrire la façon dont cette présence unique de Dieu « occulteait » l’Arche est episkiasei dans la traduction grecque de l’Ancien Testament.

Exode 40, 34-35 : « Alors la nuée couvrit la tente d’assignation, et la gloire de l’Éternel remplissait le tabernacle. Et Moïse ne pouvait pas entrer dans la tente d’assignation, car la nuée l’éclipsait, et la gloire de l’Éternel remplissait le tabernacle. « 

Le même mot «episkiasei» est utilisé dans le grec du Nouveau Testament pour décrire comment la présence de Dieu « occultait » la Vierge Marie. La Bible utilise cette langue uniquement sur l’Arche et sur Marie.

Luc 1, 35 : « Et l’ange lui répondit et lui dit : L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut doit t’éclipser : c’est pourquoi aussi la sainte chose qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu ».

Il en ressort clairement que la présence de Dieu éclipse Marie et descend sur elle – car elle est la nouvelle Arche – tout comme elle a éclipsé l’Arche de l’Ancienne Alliance. Cela révèle que Marie, tout juste une créature et infiniment moins que Dieu, est la nouvelle Arche. Elle dispose ainsi d’une connexion unique à Dieu, une sainteté unique, une sanctification et puissance uniques.

La preuve étonnante de 2 Samuel 6 et Luc 1 que Marie est l’Arche de la Nouvelle Alliance

Considérons les parallèles étonnants que l’Ecriture nous donne entre ce qui s’est passé pour l’Arche de l’Ancienne Alliance dans 2 Samuel 6 (2 Rois 6 dans la Bible catholique Douay-Rheims), et ce qui est arrivé à la Bienheureuse Vierge Marie, l’Arche de la Nouvelle Alliance, dans le chapitre 1 de l’évangile de Luc. 2 Samuel 6 est l’histoire la plus complète dans la Bible au sujet de l’Arche de l’Ancienne Alliance. Luc 1 est l’histoire la plus complète dans la Bible concernant la Bienheureuse Vierge Marie.

L’Arche de l’Ancienne Alliance La Vierge Marie
2 Samuel 6, 9 : « David craint le Seigneur ce jour-là et dit : Comment l’arche du Seigneur peut venir à moi ? «  Luc 1, 43 : « [Elizabeth dit]: Et comment est-ce possible pour moi, que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? « 

David dit : «Comment l’arche du Seigneur peut venir à moi », tandis qu’Elizabeth demande : « que la mère de mon Seigneur vienne à moi». Elizabeth dit la même chose à Marie que David dit à propos de l’Arche, parce que Marie est l’Arche de la Nouvelle Alliance. La seule différence entre les deux états est littéralement que «mère» est utilisée lorsque l’Arche a été utilisé. La Bible nous dit que la mère du Seigneur = l’Arche. C’est ce que confirme sans aucun doute l’histoire plus loin.

David a sauté devant l’arche Le nourrisson a sauté en présence de Marie
2 Samuel 6, 16 :  » Comme l’arche de l’Éternel entrait dans la cité de David, Mical, fille de Saül, regardait par la fenêtre et vit le roi David sauter et danser devant l’Eternel … «  Luc 1, 41-44 : «Et il arriva que, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son sein et Elisabeth fut remplie du Saint-Esprit … A l’instant où le son de ta salutation a frappé mon oreilles, l’enfant dans mon ventre a sauté de joie. « 

David a sauté devant l’Arche, tout comme l’enfant dans le sein d’Elisabeth a bondi devant Marie (la nouvelle Arche).

L’Arche est resté pendant trois mois Marie (l’Arche) est resté pendant trois mois
2 Samuel 6, 11 :  » L’arche du Seigneur est resté dans la maison d’Obed-Edom de Gath pendant trois mois, et le Seigneur bénit Obed-Edom et toute sa maison. «  Luc 1, 56-57 :  » Marie demeura avec elle environ trois mois, puis est retournée chez elle. Quand le temps pour Elizabeth fut venu, elle enfanta un fils . « 

Dans 2 Samuel 6, nous lisons que l’Arche est restée avec Obed-Edom de Gath pendant trois mois. De même, dans Luc 1, nous lisons que Marie (l’Arche de la Nouvelle Alliance) est restée avec Elizabeth pendant trois mois.

2 Samuel 6, 11 mentionne également que l’Éternel a béni Obed-Edom et sa maison tandis que l’arche était présente. La «bénédiction» dans l’Écriture indique souvent une progéniture féconde. Dans cet état de fait, nous voyons un autre parallèle avec Luc 1 et Marie. Luc 1, 57 nous dit qu’après que Marie demeura avec Élisabeth, le Seigneur l’a bénie et sa maison avec la naissance d’un enfant, Jean-Baptiste.

David a entrepris de chercher l’Arche de Juda Cela s’est produit lorsque Marie (l’Arche) est allé à Juda
2 Samuel 6, 2 : « Alors David et tous les gens qui étaient avec lui, partit pour Baala de Juda, pour faire monter de là l’arche de Dieu, qui porte le nom de l’Éternel des armées qui trône au-dessus des chérubins. «  Luc 1, 39-40 : « Au cours de ces jours, Marie partit et se rendit à la montagne à la hâte dans une ville de Juda, où elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. « 

Comme nous le lisons ici, ces parallèles incroyables se sont produites lorsque David partit pour la montagne de Juda pour chercher l’Arche (2 Samuel 6, 2), et lorsque Marie, l’Arche de la Nouvelle Alliance, est allé à la montagne de Juda ( Luc 1, 39).

Le livre de l’Apocalypse (Apocalypse) indique aussi que Marie est l’Arche de la Nouvelle Alliance
Apocalypse 11, 19 – 12, 1 : «Et le temple de Dieu fut ouvert dans le ciel, et il apparut dans son temple l’arche de son alliance, et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, et un tremblement de terre, et une forte grêle. [12, 1] Et il eu un grand signe apparut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles ».

La Bible n’a pas été écrite avec des chapitres ou versets indiqués. Il a fallu attendre le 12ème siècle pour que la Bible soit  divisée en chapitres et versets. Par conséquent, l’auteur de l’Apocalypse, saint Jean l’Apôtre, a écrit ce qui commence le chapitre 12 en un flux continu immédiatement après que se termine le chapitre 11. A la fin du chapitre 11, nous lisons que l’Arche d’alliance / l’alliance de Jésus a été vu dans le ciel. Le verset suivant est Apocalypse 12, 1. Par conséquent, les mots qui terminent le chapitre 11 s’écoulent immédiatement dans les mots qui commencent le chapitre 12, sans aucune division.

Cela signifie que l’apparence de l’arche de l’alliance de Jésus à la fin du chapitre 11 – «l’arche de son alliance apparut dans son temple» (Apoc. 11, 19) – est immédiatement expliqué par la vision de «la femme» vêtue du soleil qui commence le chapitre 12, le verset suivant (Rev. 12, 1). Ceci indique que «la femme» revêtue du soleil, qui portait la personne divine dans son ventre (la Vierge Marie), est l’arche du Nouveau Testament.

L’Arche contenait la manne du désert Marie contenait la manne du ciel, Jésus
Hébreux 9, 4 : «… l’arche de l’alliance recouverte tout autour d’or, dans laquelle était la cruche d’or qui contenait manne, la verge d’Aaron, qui avait fleuri, et les tables de l’alliance. «  Jean 6, 48-51 : « Je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et sont morts. C’est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure pas. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel … et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. « 

Il ne fait aucun doute que la manne dans le désert (Exode 16) préfigurait Jésus comme le Pain de Vie. Jésus établit un lien entre les deux dans Jean, chapitre 6. Il fait référence à la manne dans le désert, puis dit que sa chair est la vraie manne du ciel. Eh bien, la manne du désert a été placée à l’intérieur de l’Arche de l’Ancienne Alliance. Cela préfigure Jésus Christ lui-même (la vraie manne du Nouveau Testament) étant contenue en Marie, la Mère de Jésus.

Dans Hébreux 9, 4, nous voyons aussi que la verge d’Aaron a été placée à l’intérieur de l’Arche de l’Ancienne Alliance. Dans Nombres 17, nous lisons que cette tige a bourgeonné pour prouver le véritable grand prêtre. La verge d’Aaron, a ainsi signifié le vrai grand prêtre. Dans le Nouveau Testament, Jésus est décrit comme le véritable grand prêtre.

Hébreux 3, 1 : «C’est pourquoi, frères saints, participants à l’appel céleste, considérez l’apôtre et le Souverain Sacrificateur de notre confession, Jésus-Christ. « 

Voir aussi Hébreux 6, 20, Hébreux 9, 11 et d’autres passages de plus prouvant que Jésus est le véritable grand prêtre. La conclusion inévitable est que la verge d’Aaron étant placée dans l’Arche préfigure Jésus-Christ, le vrai grand prêtre, contenu à l’intérieur de Marie (l’Arche de la Nouvelle Alliance).

Il n’y a absolument aucun doute que le Nouveau Testament indique que Marie est l’Arche de la Nouvelle Alliance. Cette preuve est indéniable.

Marie est l’Arche de la Nouvelle Alliance signifie qu’elle est la chose la plus sacrée sur terre en dehors de Jésus-Christ

L’Arche d’Alliance était la chose la plus sainte sur Terre en dehors de la présence de Dieu Lui-même. L’Arche était contenue dans le tabernacle, dans le saint des saints. La présence de l’arche est ce qui fait le saint des saints si sacré.

2 Chroniques (ou 2 Paralipomenon) 35, 3 :  » Mettez l’arche sainte dans la maison qu’a bâtie Salomon, fils de David, roi d’Israël. « 

L’Arche était si sainte que lorsque le peuple de Dieu la suivirent ils devaient garder une distance respectueuse.

Josué 3, 3-5 :  » Lorsque vous verrez l’arche de l’alliance de l’Éternel, ton Dieu, et les prêtres de la race de Lévi qui la porte, tu te lèveras aussi, et les suivras car ils vont avant : Et vous laisserez entre vous et l’arche un l’espace de deux mille coudées que vous pourrez voir au loin, et savoir dans quelle direction vous devez aller : car vous ne passerez pas de cette façon devant:et prendrez soin de ne pas venir près de l’arche « .

Les personnes qui ont touché illégalement l’Arche ont été tuées.

2 Samuel 6, 6-7 :  » Oza étendit la main vers l’arche de Dieu, et la saisit: parce que les bœufs donnaient des coups de pied et ont l’fait pencher de côté. Et la colère de l’Éternel fut embrasée contre Oza, et il le frappa pour sa témérité et il y mourut devant l’arche de Dieu « .

Les hommes de Bethsamès ont été tués parce qu’ils avaient osé se pencher sur l’Arche.

1 Samuel 6, 19 : « Et il frappa les gens de Beth Schémesch, parce qu’ils avaient regardé dans l’arche du Seigneur, il frappa soixante-dix hommes et du bas peuple cinquante mille  … « 

Nous voyons comment Dieu a considéré comme sacré l’objet qui devait entrer en contact avec sa présence spirituelle.

Marie est la nouvelle Arche, elle a dû être sainte et créée sans péché

Dieu a donné les spécifications les plus précises pour la construction de l’Arche. Il a ordonné qu’elle soit faite avec de l’or le plus pur.

Exode 25, 10-13, 24 :  » Et ils feront une arche de bois d’acacia : deux coudées et demie sa longueur sera de ceux-ci, et une coudée et demie de large, et une coudée et demie de haut. et tu les couvriras d’or pur, intérieurement et extérieurement, et tu feras une bordure d’or tout autour. Et tu fondra quatre anneaux d’or, et les mettras aux quatre coins, deux anneaux doivent être dans l’un des côtés, et deux anneaux de l’autre côté de celui-ci. Et tu feras des barres de bois d’acacia, et tu les couvriras d’or … « 

Il est intéressant de noter que l’Arche ne devait pas seulement être recouverte d’or tout autour, mais il y a une référence spécifique pour une «couronne d’or tout autour».

L’Arche de l’Ancienne Alliance avait une couronne d’or La Vierge Marie (la Nouvelle Arche) a également une couronne
Exode 25, 11 : « Et toi … feras sur elle une couronne d’or tout autour. «  Apocalypse 12, 1 : « et il paru un grand signe dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles. »

L’Arche de l’Ancienne Alliance devait être parfaite et sainte, parce qu’elle était le siège de la présence spirituelle unique de Dieu. La sainteté de Dieu ne pouvait pas être ternie par le contact avec ce qui avait des défauts. De même, et à un degré supérieur, la Vierge Marie, comme la nouvelle Arche et porteuse de Jésus-Christ, a dû être créée sans péché et dans un état de perfection.

Elle ne contient pas seulement la présence spirituelle de Dieu, mais Jésus-Christ (Dieu Lui-même). Elle ne contient pas seulement la parole écrite de Dieu, mais la Parole de Dieu faite chair (Jean 1, 1). Par conséquent, Marie doit être parfaite. Elle doit être exempte de tout péché. Elle doit être toujours vierge et intacte d’homme.

Si l’Arche de l’Ancienne Alliance, qui contenait les tables écrites de la loi et a été éclipsée par la présence spirituelle de Dieu, a dû être recouvert d’or le plus pur et a dû être construite selon les spécifications les plus précises de Dieu, comment beaucoup plus grande est la construction par Dieu de Marie, l’Arche de la Nouvelle Alliance ? La réalisation est plus grande que le type. Marie, l’Arche de la Nouvelle Alliance, doit être et est plus grande que l’Arche de l’Ancienne Alliance.

Tout comme l’Arche de l’Ancienne Alliance, Marie doit également avoir un pouvoir énorme sur le diable et les ennemis de Dieu. Elle doit avoir un pouvoir unique d’intercession auprès de Dieu, en amenant ses bénédictions et en aidant le peuple de Dieu, tout comme l’Arche de l’Ancienne Alliance l’a fait.

Tout comme l’Arche de l’ancienne alliance, Marie a un pouvoir unique d’intercession, elle a une impressionnante puissance contre les ennemis de Dieu, sur le diable et d’aide du peuple de Dieu

L’Arche de l’Ancienne Alliance avait le pouvoir impressionnant frapper. Quand elle fut prise par les Philistins, des choses extraordinaires se sont produites contre eux et leur faux dieu, Dagon.

1 Samuel 5, 1-5 : «Et les Philistins prirent l’arche de Dieu, et la transportèrent à partir de la pierre du Secours à Azot. Et les Philistins prirent l’arche de Dieu, et la firent entrer dans le temple de Dagon et la placèrent à côté de Dagon. Et quand les Azotiens se levèrent tôt le lendemain, voici que Dagon gisait sur son visage sur le sol, devant l’arche de l’Éternel, et ils prirent Dagon, et le mirent de nouveau à sa place. Et le lendemain encore, quand ils se levèrent le matin, ils trouvèrent Dagon couché sur son visage sur la terre devant l’arche de l’Éternel, et la tête de Dagon et les deux paumes de ses mains étaient abattues sur le seuil : seule la souche de Dagon était restée à sa place. Pour cette raison, les prêtres de Dagon, et tous ceux qui entrent dans la bande du temple se tenaient sur le seuil de Dagon dans Azot jusqu’à ce jour. « 

Les Philistins ont commencé à être détruits pour avoir pris l’Arche. Cela les a incité à faire revenir l’Arche à leurs ennemis, les Israélites.

1 Samuel 5, 7 : « Et les hommes d’Azot voyant ce genre de fléau, déclarèrent : L’arche du Dieu d’Israël ne doit pas rester avec nous, car sa main est lourde sur nous et sur Dagon, notre dieu. « 

L’Arche a semé la terreur mortelle sur la face des ennemis de Dieu.

1 Samuel 5, 10 : « Et quand l’arche de Dieu était venue dans Accaron, les Accaronites criaient, disant : Ils ont apporté l’arche du Dieu d’Israël, pour nous, pour nous et tuer notre peuple. « 

Les eaux du Jourdain ont été miraculeusement asséchées par l’Arche.

Josué 3, 13-14 : « [Et l’Éternel dit à Josué:] Et quand les prêtres qui portent l’arche de l’Éternel, le Dieu de toute la terre, fixent la plante de leurs pieds dans les eaux du Jourdain, les eaux qui sont au-dessous sont délabrées et s’éteignent: et celles qui viennent d’en haut, doivent s’unir sur un tas. Ainsi, les gens sont sortis de leurs tentes pour passer le Jourdain, et les sacrificateurs qui portaient l’arche de l’alliance devant eux … « 

Marie, la nouvelle Arche, a ce pouvoir, et même plus, car la réalisation est plus grande que le type et le Nouveau Testament est plus grand que l’ancien. Nous devons maintenant couvrir plus de preuves biblique pour l’enseignement catholique sur Marie.

La terre d’où Adam fut créé est un type de Marie et de sa préservation du péché (Immaculée Conception)

Nous avons établi que Jésus-Christ est le nouvel Adam. Adam a été formé à partir de la terre ou du sol.

Genèse 2, 7 : « Et l’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre [adamah], et souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint une âme vivante. « 

Le mot hébreu pour «terrain» est Adamah. C’est un nom féminin. Adam est ainsi nommé parce qu’il venait de la Adamah, son nom signifie fils de la terre, fils de l’Adamah. (Ce point a été fait par Gerry Matatics, biblique fondation internationale, Dunmore, PA)

Ce point pourrait être développé, mais il est clair que, à un certain niveau, la terre d’où Adam fut créé est un type de Marie. Le premier Adam a été créé par Dieu à partir du sol, et le second Adam (Jésus-Christ) a pris chair de Marie, sa mère. Donc la question es t: quel était l’état de la Terre lors de sa création ?

Genèse 1, 31 : « Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Et le soir et le matin fut le sixième jour. « 

La Terre à partir de laquelle le premier Adam a été formé – et même la totalité de la création de Dieu avant la chute – a été complètement béni, achevé et parfait. Le péché et la malédiction n’avaient pas leur place en elle.

Marie, qui donne naissance au deuxième et plus grand Adam (Jésus-Christ), doit également être complètement bénie, achevée et parfaite. Elle doit être préservée de toute souillure du péché et de la malédiction du péché originel. C’est ce qu’on appelle l’Immaculée Conception.

Seule Marie et son impeccabilité remplit pleinement ce qui est prédit dans Genèse 3, 15 : « Je mettrai une inimitié entre toi [Le serpent] et la Femme … »

Peu de temps après la chute d’Adam et Eve, Dieu fait cette prophétie.

Genèse 3, 14-15 : «Et l’Éternel Dieu dit au serpent : Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs ; tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie : Je mettrai une inimitié entre toi et la femmeentre ta postérité et sa postérité ; elle t’écrasera la tête et tu feras embuscade à son talon « . 2

Dieu dit qu’il y aura inimitié – hostilité, division, opposition – entre le diable et «la femme». Dans le même contexte, nous lisons qu’à la semence de la femme, sera accordée la victoire, par la femme et sa postérité. Dans la Bible, les enfants et les descendants d’un homme sont appelés sa semence. La semence de la femme est donc quelque chose d’unique. Elle se réfère à un enfant qui est produit par une femme seule. Il s’agit évidemment de la conception virginale et la naissance du sein de la Vierge Marie, la mère de Jésus. La «semence» de la femme se réfère à Jésus Christ.

Par conséquent, la femme identifiée ici comme ayant l’opposition ou l’hostilité avec le serpent est clairement Marie, la mère de Jésus-Christ. La femme n’est pas Eve, qui a cédé au serpent. C’est Marie.

Dieu dit qu’Il mettrait un inimitié ou opposition entre le serpent et la femme. En conséquence, Marie doit être totalement préservée du péché. Car quand on pèche, on n’est pas en opposition au diable, mais on se donne plutôt pour le diable.La seule façon dont la femme pourrait avoir opposition complète et définitive au serpent est par la préservation du péché et du péché d’Adam.

Le fait que Marie est cette «femme», et donc totalement libre de la domination du péché et du diable, est la raison pour laquelle Jésus appelle Marie «femme» dans le Nouveau Testament. Jésus n’appelle jamais sa mère, mais beaucoup de non-catholiques pensent que c’était la façon de rabaisser sa mère et minimiser son rôle pour Jésus de l’appeler «femme». Au contraire, Jésus a identifié Marie comme la «femme» de Genèse 3, 15.

Genèse 3, 15 :  » Et je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : elle t’écrasera la tête et tu seras couché en embuscade de son talon. « 

Jean 2, 3-5 : « Et le vin faisant défaut, la mère de Jésus lui dit : Ils n’ont plus de vin. Et Jésus lui dit : Femme, qu’est-ce que cela entre moi et toi ? Mon heure n’est pas encore venue. Sa mère dit aux serviteurs : tout ce qu’il vous dira, faites-le « .

Quelques lectures superficielles de Jean 2, 3-5 ont laissé aux gens l’impression que Jésus réprimandait sa mère aux noces de Cana. Cependant, il révèle en fait la puissance de l’intercession de Marie avec Lui. Jésus a dit que son heure n’était pas encore venue, en d’autres termes, ce n’était pas encore le temps pour lui de révéler ses pouvoirs miraculeux. C’était sa conception d’attendre plus longtemps. Néanmoins, à l’instigation de sa mère, qui avait de la compassion pour le couple nouvellement marié, Jésus a fait le miracle de toute façon. Il a fait ce (son premier) miracle à l’instigation de sa mère, même si son heure « n’était pas encore venue ». C’est un excellent exemple de la façon dont les grâces sont obtenues de Jésus par Marie – grâces qu’il ne pourrait pas autrement être tenté de donner.

Beaucoup de non-catholiques objectent aussi que si Marie est si importante, pourquoi Jésus permet aux écrivains de l’Evangile de peut-être donner l’impression qu’il rabaissait la place de sa mère ? Ils affirment que certains versets donnent cette impression, ou ne font pas beaucoup pour dissiper cette notion. La réponse est que Dieu ne remet pas des perles aux pourceaux (Matthieu 7, 6). Il dissimule souvent légèrement ses vérités, ou les met juste sous la surface, de sorte que les efforts superficiels ou des personnes sincères vont passer sur eux ou être laissés avec une mauvaise impression. Cependant, ceux qui sont plus patients et creusent plus profondément – ou qui, tout simplement font confiance à l’Église que Jésus a établi – trouvent le joyau et le vrai sens.

Luc 8, 8-10 : «Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende. Et ses disciples lui demandèrent ce que cette parabole pouvait être. Il leur dit : A vous il est donné de connaître le mystère du royaume de Dieu ; mais pour les autres c’est en paraboles, afin qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils ne comprennent « .

C’est tellement vrai dans le cas de l’enseignement de la Bible sur le rôle profond de Marie. Les lectures superficielles et les efforts sincères vont garder les gens aveugles sur elle. Mais elle est là dans l’Écriture. Marie est la nouvelle Eve et la femme de Genèse 3, 15, comme nous l’avons vu. Elle est également l’Arche de la Nouvelle Alliance et beaucoup plus, comme nous le verrons. C’est tout ce qu’il y a dans la typologie biblique et dans de nombreux passages plus profondément compris, mais beaucoup restent inconscients de cela. En voyant ils ne voient point, et en entendant ils n’entendent pas. Ayant échoué à faire confiance à l’unique Eglise que le Christ a établi, ils ont malheureusement acquis une compréhension superficielle et erronée de l’enseignement de la Bible.

Jean 19, 26 : « Jésus donc voyant sa mère, et le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. Après cela, il dit au disciple : Voici ta mère. Et dès cette heure, le disciple [Jean] la prit pour sa propre « .

Bien que d’autres femmes étaient au pied de la croix, Jésus distingue sa mère. Jésus l’appelle à nouveau rien d’autre que «femme» car elle est la femme de Genèse 3, 15 : celle en opposition complète avec le serpent. Jésus appelle également Saint-Jean à prendre sa mère pour lui-même.

L’âme de Marie exalte le Seigneur, le Tout-Puissant a fait de grandes choses pour elle

Dans Luc 1, nous voyons un aperçu des privilèges uniques que Dieu a accordé à Marie.

Luc 1, 46-50 : « Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur. Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur. Parce qu’il a regardé l’humilité de sa servante, car voici désormais toutes les générations me diront bienheureuse. Parce que celui qui est puissant, a fait de grandes choses pour moi , et son nom est saint. Et sa miséricorde est de générations en générations, pour ceux qui le craignent ».

La Bible dit que l’âme de Marie exalte le Seigneur, elle ne Le diminue pas. Marie n’enlève rien à Jésus, mais amène les gens à Jésus. L’Arche de l’Ancienne Alliance signifiait la puissance et la présence de Dieu. Quand elle était en leur présence, elle les agitait à la dévotion, à la confiance et à l’amour du Tout-Puissant. De la même façon, mais encore plus de la même manière, Marie, la nouvelle Arche, dirige et nous centre puissamment autour de Jésus Christ. Tout Marie a et tout ce que Marie est vient du fait d’être la mère de Jésus Christ. Il a fait de grandes choses pour elle par sa préservation du péché.

Il faut également faire une mention spéciale de Luc 1, 48, où Marie prophétise que «toutes les générations l’appeleront» « bénie ». C’est une prophétie sur la prière catholique Je vous salue Marie. Depuis des générations, les catholiques ont prié : «Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre les femmes, et béni est le fruit de ton sein, Jésus. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.  »

La Bible dit que Marie est «pleine de grâce», ce qui signifie sans péché

Luc 1, 27-31 : « … et le nom de la vierge était Marie. Et l’ange étant venu, lui dit : Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi: tu es bénie entre toutes les femmes. Après avoir entendu, elle fut troublée à sa parole et pensa en elle-même ce que pouvais signifier cette salutation. Et l’ange lui dit : Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici, tu concevras dans ton ventre, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus « .

Les Bibles protestantes modernes ne traduisent pas Luc 1, 28 comme il devrait «Je vous salue, pleine de grâce» : mais « Réjouis-toi fille fortement favorisée » ou quelque chose de semblable. Les traductions protestantes ont tort. Il ya un certain nombre de moyens simples pour montrer qu’ils ont tort. Le mot dans l’original grec est kecharitomene. Ce mot est directement concernée par l’idée de «grâce». Les savants grecs soulignent que kecharitomene vient de la racine du mot charis, qui a une signification littérale de «grâce». Sur près de 150 apparitions, le roi Jacques (une Bible protestante) traduit charis comme «grâce» 129 fois.

Il est également extrêmement important de noter que les premières traductions protestantes ont Luc 1, 28 comme «pleine de grâce» ou l’équivalent. Le célèbre protestant William Tyndale (1494-1536) est considéré comme un héros chez certains protestants. Sa version de la Bible a été traduite en anglais précoce moderne autour de 1525. Tyndale traduisit Luc 1, 28 comme :  » Salut pleine de grâce Le Seigneur est avec vous : vous êtes béni entre les femmes ». (wesley.nnu.edu/biblical_studies/tyndale/). L’anglais protestant Thomas Cranmer (1489-1556) a également rendu le passage comme «pleine de grâce».

Saint Jérôme (347-420) a été le bibliste de l’Eglise ancienne. Même les traducteurs protestants de la Bible King James 1611 ont appelé Saint-Jérôme « un père plus savant, et le meilleur linguiste sans controverse, de son âge ou de tout ce qui marchait avant lui » (De la préface du traducteur 1611 LSG). Saint-Jérôme traduit «kecharitomene» comme «Gratiae plena», qui signifie «pleine de grâce» dans la Vulgate latine. « Grace » a également été accepté comme la traduction correcte dans le Nouveau Testament dhouai-Reims en 1582.

Les photos de la Parole du Nouveau Testament, par le célèbre savant grec protestant AT Robertson, dit ceci au sujet de Luc 1, 28 :

« Très favorisé (kecaritomene). Participe passé passif de carito et les moyens dotée de grâce (Cariss), enrichi avec la grâce comme dans Ephésiens 1, 6 … La Vulgate Gratiae plena est juste, si elle signifie «pleine de grâce que tu as reçu» ; mauvaise, si cela signifie «pleine de grâce que tu as à donner». (Robertson, images de mot du Nouveau Testament , Luc 1:28).

Marie est «pleine de grâce», ce qui en soi suggère fortement qu’elle est sans péché, car la grâce est en opposition au péché. L’ange ne dit pas que Marie sera pleine de grâce, mais qu’il a rencontré Marie déjà dans cet état. Elle a été conçue dans cet état. En outre, Marie est appelée «bénie entre les femmes» parce que sa position est unique.

Marie était vierge perpétuelle

Nous avons vu que Marie est la nouvelle Eve et l’Arche de la Nouvelle Alliance. Maintenant, nous devons regarder la preuve biblique de la virginité perpétuelle de Marie. La plupart des protestants de nos jours rejettent la virginité perpétuelle de Marie, ils pensent qu’elle contredit la Bible. Beaucoup d’entre eux seront choqués de découvrir que les premiers protestants, dont Martin Luther, Jean Calvin, Ulrich Zwingli et d’autres croyaient tous en la virginité perpétuelle de Marie. L’idée que Marie a cessé d’être une vierge et a eu d’autres enfants en dehors de Jésus a été inventée de nombreuses générations après l’originelle « Réforme » protestante. Ainsi, la position protestante sur cette question est non seulement en contradiction avec l’ancienne tradition catholique et la Bible (comme nous le verrons) , mais aussi avec leur propre «tradition» protestante.

Matthieu 1, 25 ne réfute pas la virginité perpétuelle de Marie

La première chose que les protestants citent généralement contre la virginité perpétuelle de Marie est Matthieu 1, 25.

Matthieu 1, 24-25 : « Puis Joseph s’étant réveillé fit ce que l’ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme : Et il ne la connut pas jusqu’à ce qu’elle eût enfanté son fils premier-né, et il l’appela du nom de Jésus ».

Selon les protestants, c’est ce qui prouve que Marie a cessé d’être une vierge après la naissance de Jésus. C’est tout à fait faux. Le mot grec pour «jusqu’à ce que» ou «jusqu’à» (HEOS) n’implique pas que Joseph avait des relations conjugales avec Marie après la naissance de Jésus Christ. Cela signifie simplement qu’ils n’avaient pas de relations jusque-là, sans rien dire à propos de ce qui s’est passé après ce point. Ceci est prouvé par de nombreux passages ci-dessous. Nous devons également garder à l’esprit que la Bible a été écrite il y a plusieurs milliers d’années. Elle a été écrite à une époque et dans des langues qui n’expriment pas et n’impliquent pas les choses de la même façon qu’elles seraient exprimées et implicites en anglais moderne.

Par exemple, dans 2 Samuel 6, 23 (2 Rois 6, 23 dans la Bible Douay-Rheims catholique ou la Vulgate), nous lisons que Dieu a maudit Mical, femme de David. Il l’a maudit parce qu’elle se moquait de David sur la manière dont il se réjouissait devant l’Arche de l’Alliance. En conséquence, Michal n’avait pas d’enfants « jusqu’au » (jusqu’à ce que) jour de sa mort.

2 Samuel 6, 23 : « C’est pourquoi Michal, fille de Saül n’avaient pas d’enfant jusqu’au jour de sa mort. « 

Est-ce à dire que Michal a commencé à avoir des enfants après sa mort ? Évidemment, cela ne le fait pas. Ce verset démontre que lorsque l’Ecriture décrit quelque chose comme vrai « jusqu’à ce que » ou « avant » un certain point, cela ne signifie pas nécessairement que cela a cessé d’être vrai après ce point. Voici de nombreux autres exemples :

Hébreux 1, 13 : « Mais à qui des anges a t-il jamais dit, assis toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied ? « 

Il s’agit du Fils de Dieu. Est-ce à dire qu’il va cesser de s’asseoir à la droite du Père, après que les ennemis de Dieu sont devenus son marchepied ? Évidemment, cela ne le fait pas. Il restera à la droite de Dieu le Père.

1 Timothée 4, 13 :  » Jusqu’à ce que je vienne, appliques -toi à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement. « 

Cela signifie qu’ils doivent abandonner la lecture et la doctrine après qu’il soit venu ? Évidemment, cela ne le fait pas.

Actes 23, 1 : « Paul, le regards fixé sur le sanhédrin, dit : Hommes frères, j’ai vécu en toute bonne conscience devant Dieu jusqu’à ce jour. « 

Est-ce à dire que Paul a nécessairement cessé d’avoir une bonne conscience après ce jour-là ? Évidemment, cela ne le fait pas.

La préposition «avant» peut être utilisé de la même façon.

Jean 4, 49 : « Descends avant que mon enfant meure. « 

Ici, nous voyons que le mot «avant» peut être utilisé d’une manière similaire au mot « jusqu’à ce que ». Cet enfant n’est pas mort, Jésus l’a guéri (Jean 4, 50). Ainsi, la déclaration dans Matthieu 1, 18, qui est citée ci-dessous, selon laquelle Marie était enceinte « avant » qu’elle et Joseph se soient réunis, ne signifie pas qu’ils se soient réunis ensemble après qu’elle ait été enceinte. Cela signifie simplement qu’elle était enceinte sans aucun contact sexuel.

Matthieu 1,18 : «Maintenant, voici la génération du Christ. Lorsque Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, avant qu’ils eussent habité ensemble, elle se trouva enceinte du Saint-Esprit « .

Il est tout à fait certain, donc, que Matthieu 1, 25 et Matthieu 1, 18 ne contredisent pas la virginité perpétuelle de Marie en aucune façon. Les protestants ne peuvent prétendre légitimement que ces passages constituent la preuve selon laquelle Marie a cessé d’être vierge. Ces passages ne prouvent pas sa virginité perpétuelle, non plus. Sa virginité perpétuelle est prouvée par d’autres choses dans la Bible.

Qu’en est-il du fils «premier-né» – Est-ce que cela implique d’autres enfants ?

Luc 2, 7 : « Et elle mit au monde son fils premier-né, et elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie ».

Matthieu 1, 25 : « Et il ne la connut pas jusqu’à ce qu’elle eût enfanté son fils premier-né, et il l’appela du nom de Jésus. »

«Fils premier-né» est un titre juridique donné à un enfant mâle premier-né dans une famille juive : en d’autres termes, il est donné à un enfant mâle qui est aussi le premier enfant.

Dieu a ordonné spécifiquement aux Israélites de sanctifier (c.-à-d. mis à part) leurs premiers-nés pour une consécration spéciale et le service de Dieu. Le titre de «fils premier-né» a tenu une importance supplémentaire parce que cet enfant a droit à une double portion de l’héritage (Deut. 21, 17). Ce titre de «fils premier-né» était donné à l’enfant indépendamment du fait que la femme eu d’autres enfants après lui. A titre d’exemple : nous pouvons le voir dans une inscription grecque tombe à Tel el Yaoudieh (cf. »Biblica »11, 1930 369-90) pour une mère qui est morte en couches :« Dans la douleur de livrer mon premier enfant, le destin m’a amené à la fin de la vie. »(Cité dans« frères et sœurs de Jésus », par William plus)

Dans Exode 13 et 34, nous lisons au sujet de la prescription de Dieu que le premier-né Lui sera consacré. Il y avait une cérémonie pour la «sanctification du premier-né» (Exode 13 et 34, 20). Ce n’est pas comme s’ils reportaient la cérémonie pour le «fils premier-né» qu’après que la femme a eu un deuxième enfant.

Exode 13, 2,12 : «Consacre-moi tout premier-né, tout premier-né parmi les enfants d’Israël, tant des hommes que des animaux: il m’appartient … Tu mettras à part tout ce qui ouvre la matrice pour le Seigneur, et tous premiers sortsi de tes troupeaux : tout ce que tu auras du sexe masculin, tu le consacreras au Seigneur ».

Ainsi, la déclaration que Jésus était le «fils premier-né» de Marie (Luc 2, 7) ne signifie en aucune façon que la virginité perpétuelle de Marie soit contredite. Cela signifie simplement qu’il était son premier enfant et masculin. Cela ne dit rien quant à savoir tout ce qui est venu plus tard.

Qu’en est-il des «frères» de Jésus ?

Les non-catholiques rapportent souvent les passages qui mentionnent les «frères et sœurs» de Jésus. Tout d’abord, il faut dire que jamais une fois ces «frères» sont décrits comme les enfants de Marie, la mère de Jésus.

Marc 6, 3 : «N’est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joseph, et de Juda, et de Simon ? Et ne sont-ce pas ses sœurs ici parmi nous ? Et ils étaient scandalisés à son sujet. « 

Matthieu 13, 55 : «N’est-ce pas le fils du charpentier ? N’a-il pas pour mère la nommée Marie ? Et ses frères, Jacques, Joseph, et Simon et Jude? « 

Dans l’original grec les mots utilisés sont adelphoi («frères») et Adelphe (« soeurs »). Les mots adelphoi et Adelphe peuvent se référer aux frères et sœurs réels. Cependant, la Bible utilise aussi ces mots pour décrire les personnes qui ne sont pas frères, mais cousins ou parents ou frères d’étape ou de proches voisins.

La Bible dit qu’Abraham était le frère de Lot, mais il ne l’était pas littéralement

Lot était le neveu d’Abraham. Abraham qui était son oncle (voir Genèse 11, 31 ; 14. 12). Pourtant, la Bible décrit comme deux fois Lot « le frère » d’Abraham. C’est parce que le mot «frère» ne signifie pas nécessairement un frère. Comme indiqué plus haut, cela peut signifier un cousin ou un parent ou un beau-frère ou un ami proche de la famille.

Genèse 14, 14 : « Quand Abram avait entendu, à savoir que son frère Lot a été pris … « 

Lot était le neveu d’Abraham La Bible l’appelle également son «frère»
Genèse 11, 27 : «Maintenant, ce sont les générations de Terah : Térah engendra Abram, Nahor, et Haran, et Haran engendra Lot. « Genèse 12, 5 : « Et Abram prit Saraï, sa femme, et Lot, fils de son frère … « Genèse 14, 12 : « Et ils ont pris Lot, fils du frère d’Abram, qui demeurait à Sodome, et ses biens, et partirent. «  Genèse 14, 14 : « Et quand Abram eut appris que son frère [Lot] avait été fait prisonnier … « Genèse 14, 16 : « Et il ramena aussi Lot son frère … « 

Certains protestants tentent de répondre à ce point en affirmant que l’Ancien Testament n’a pas été écrit en grec, mais en hébreu. Par conséquent, disent-ils, le cas de lot ne prouve pas que adelphos puisse se référer à une personne qui n’est pas littéralement un frère. Cela est réfuté en soulignant que tout l’Ancien Testament a été écrit en hébreu, il a été célèbrement traduit en grec par soixante-dix érudits quelques siècles avant la venue du Christ. Cette traduction célèbre est appelée la Septante.

Cette traduction grecque de l’Ancien Testament, la Septante, est cité environ 300 fois par les écrivains inspirés du Nouveau Testament. Cela signifie que les auteurs du Nouveau Testament ont accepté la version des Septante. Dans la Septante, le même mot grec adelphos est utilisé pour décrire Lot comme frère d’AbrahamAdelphos est la forme singulière de adelphoi, le mot utilisé dans le Nouveau Testament pour les «frères» de Jésus. Par conséquent, l’Ancien Testament utilise adelphos pour décrire quelqu’un qui n’est pas littéralement un frère.

Mais le point peut également être prouvé dans le Nouveau Testament. Dans Actes 3, 17 et Romains 9, 3, nous voyons que adelphoi (frères) est utilisé pour décrire les personnes de la même nationalité qui ne sont pas frères et sœurs. Considérez ces versets comme le coup de grâce de l’argument protestant à cet égard.

Par ailleurs, dans Luc 10, 29, Matthieu 5, 22 et Matthieu 7, 3, nous voyons que adelphos («frère») est utilisé pour voisin, pas nécessairement frère.

Mais il y a un mot grec pour cousin, anepsios : si les frères de Jésus étaient cousins, plutôt que frères, pourquoi anepsios n’est pas utilisé ?

L’Eglise catholique enseigne que Marie est toujours vierge et n’avait pas d’autres enfants. L’Eglise catholique n’enseigne pas que tous les «frères» de Jésus étaient forcément ses cousins. Ils ont peut-être été des parents élargis ou des amis proches ou des personnes considérées comme faisant partie de la famille par le mariage ou le droit ou la patrie. Par exemple, dans 2 Samuel 1, 26, le roi David appelle Jonathan, son «frère». Jonathan et David n’étaient pas frères ou cousins. David avait épousé la sœur de Jonathan, Michal, la fille du roi Saül. Alors David l’a épousé dans la famille.

Le nombre de «frères» de Jésus (adelphoi ) mentionnés dans la Bible semble suggérer que certains d’entre eux n’étaient même pas proches, mais considérés comme faisant partie de la famille par d’autres moyens. Si un seul ou quelques-uns n’étaient pas des cousins, mais proches ou des voisins plus proches ou des amis proches de la famille, alors le mot adelphoi aurait été utilisé. Par conséquent, le fait que le mot pour le cousin n’a pas été utilisé ne signifie en aucune façon prouver que Marie a eu d’autres enfants .

Preuve que Matthieu 27, 56 montre que les «frères» de Jésus n’étaient pas ses frères et sœurs

Matthieu 13, 55 : «N’est-ce pas le fils du charpentier ? N’est-ce pas sa mère la nommée Marie, et ses frères, Jacques, Joseph, et Simon et Jude ? « 

Jacques et Joseph sont deux des noms donnés comme des «frères» de Jésus. On peut montrer, par les points suivants, que ceux-ci étaient des enfants d’une autre femme et non frères et sœurs de Jésus. S’il vous plaît suivez attentivement.

Il y avait trois femmes au pied de la Croix : 1) la Bienheureuse Vierge Marie (la mère de Jésus), 2) Marie, femme de Cléophas (qui est dite être la sœur de la Vierge Marie), et 3) Marie-Madeleine.

Jean 19, 25 : « Maintenant, il se tenait près de la croix de Jésus [1] sa mère, et [2] la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et [3] Marie-Madeleine. »

Marie, femme de Cléophas, est aussi décrite comme « l’autre Marie » dans Matthieu 28, 1. La Bible nous dit que Jacques et Joseph sont les enfants de cette Marie :

Matthieu 27, 56 : «Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. « 

Ainsi, Jacques et de Joseph (qui sont appelés les «frères» de Jésus) ne sont pas Ses frères et sœurs, mais au moins ses cousins. Cependant, ils ne sont probablement pas encore cousins germains. C’est parce que Marie de Cléophas (la mère de Jacques et de Joseph), qui est appelée la «sœur» de la mère de Jésus (Jean 19, 25), est aussi nommée Marie. Il est extrêmement peu probable que deux frères et sœurs dans une famille hébraïque aient pu avoir le même nom. Très probablement, elles ne sont pas soeurs, mais les membres d’un même clan duquel elles ont été appelées «sœurs» de la même manière que Jacques, Joseph, Simon et Jude ont été appelés «frères» de Jésus. Tout cela montre qu’aucune des déclarations contenues dans la Bible au sujet des frères et sœurs de Jésus ne réfute, en aucune façon, la virginité perpétuelle de la Bienheureuse Vierge Marie. Maintenant, nous devons regarder la preuve selon laquelle Marie n’avait pas d’autres enfants et qu’elle était perpétuellement vierge.

Jean 19, 26 prouve que Marie n’a pas eu d’enfant en plus de Jésus

En mourant sur la croix, Jésus confie sa mère à la garde de l’apôtre saint Jean.

Jean 19, 26-27 : « Quand Jésus donc vit sa mère, et le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. Après cela, il dit au disciple : Voilà ta mère. Et à partir de cette heure, le disciple [Jean] la prit pour sa propre« .

Les chercheurs soulignent que ce fut un acte officiel de mandatement (Gerry Matatics, op. cit.). Jésus a confié sa mère à Saint-Jean afin qu’il prenne soin d’elle.Si Marie avait d’autres enfants, comme les protestants soutiennent, Jésus n’aurait pas dit à saint Jean de prendre Marie pour sa mère. Elle aurait été mis sous la garde d’un de ses nombreux «frères». Le fait que Jésus ait confié Marie à Saint-Jean prouve qu’elle n’avait pas d’autres enfants.

Les protestants tentent de répondre à ce point en affirmant que les «frères» de Jésus n’étaient pas croyants et c’est pourquoi Jésus l’a confié à saint-Jean. Cependant, cela est réfuté par Actes 1, 14 qui indique que les «frères» de Jésus étaient croyants. Jésus savait certainement qu’ils étaient ou deviendraient croyants et, par conséquent, il n’aurait pas confié sa Mère à saint Jean s’ils étaient ses frères et sœurs.

Il est également très significatif que, lorsque Jésus se trouva dans le temple à 12 ans, il n’y ait aucune indication que Marie et Joseph ont eu d’autres enfants (Luc 2, 41-51). L’indication est qu’il est un enfant unique. Il est aussi appelé «le fils de Marie» (Marc 6, 3), et non comme un fils de Marie. Pas une seule fois Marie est dite avoir eu d’autres enfants.

La réponse de Marie à l’ange dans Luc 1 indique qu’elle avait fait un vœu de virginité perpétuelle

Luc 1, 30-34 : « Et l’ange lui dit : Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Et voici, tu concevras dans ton ventre, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père et il régnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin. Alors Marie dit à l’ange : Comment cela se fera, puisque je ne connais pas d’homme ? « 

L’ange apparaît à Marie et lui dit qu’elle concevra et enfantera un fils. Marie répond en disant : «Comment cela se fera, puisque je ne connais point d’homme ? » La signification réelle est : Comment cela se fera puisque je suis vierge. Comment est-ce possible ? Marie comprend comment les enfants sont conçus. Sa réponse n’a de sens que si elle avait fait vœu de virginité à vie. Elle demandait comment elle pouvait concevoir tout en étant vierge.

Il convient également de souligner que l’engagement de Marie à Joseph ne contredit pas l’idée selon laquelle elle avait fait un tel vœu. Le comportement moral dicté à cette époque était que les femmes commises à la virginité devaient avoir un protecteur masculin qui aurait gardé et respecté le vœu. C’était le rôle de Joseph.

Il est inimaginable que l’Arche de la Nouvelle Alliance puisse avoir des contacts sexuels

Nous avons déjà vu que la Bible enseigne clairement que Marie est l’Arche de la Nouvelle Alliance. Comme la créature la plus sainte sur Terre et le navire du Très-Haut, et ce serait totalement incongru – complètement en désaccord avec la dignité et le rôle de l’Arche – de penser qu’elle aurait pu avoir tout contact sexuel. Pour préparer les gens à la venue de Dieu sur le mont.Sinaï, Moïse a dit :

Exode 19, 14-15 : « Et Moïse descendit de la montagne vers le peuple, et pour les sanctifier. Et quand ils eurent lavé leurs vêtements, il leur dit : soyez prêts pour le troisième jour, et n’approchez vos femmes « .

Quand David était en fuite et avec le pain nécessaire du prêtre, nous lisons :

1 Samuel 21, 4 : « Et le prêtre répondit à David, en disant : Je n’ai pas de pain ordinaire sous la main, mais seulement du pain consacré, que les jeunes hommes soient propres, en particulier des femmes. « 

L’Arche a été créée pour une raison plus sublime et sacrée, et ne pourrrait jamais avoir de contacts sexuels. Oza a été frappé à mort pour avoir simplement toucher l’arche quand il ne devait pas l’avoir fait (2 Samuel 6, 6-8).

Ezéchiel 44 et la prophétie sur la porte scellée est une prophétie de la virginité perpétuelle de Marie

Ezechiel 44, 2 : «Et le Seigneur me dit : Cette porte sera fermée, elle ne s’ouvrira point, et personne ne passera : car le Seigneur, le Dieu d’Israël, est entré par elle, et elle sera fermée ».

Ici, nous voyons que le Seigneur doit passer par cette porte, et aucun autre homme peut passer. Il s’agit d’une prophétie sur la virginité perpétuelle de Marie. Elle est la porte fermée, à travers laquelle le Seigneur vient. C’est une des raisons pour laquelle Marie a été appelée «la Porte du Ciel» dans les écrits catholiques traditionnelles.

La virginité perpétuelle de Marie était crue fermement dans l’église chrétienne antique

Deuxième Concile de Constantinople, 553, Can. 6 : «Si quelqu’un dit que la sainte et glorieuse, et toujours vierge est dite porter Dieu par abus de langage et pas vraiment … qu’il soit anathème. « 

Certains protestants et la plupart des membres de l’Eglise « orthodoxe » prétendent honorer le deuxième concile de Constantinople. Il s’agissait du cinquième concile œcuménique. Comme on le voit ici, il a enseigné clairement la virginité perpétuelle de Marie.

Le pape saint Martin Ier, concile de Latran , 649, Can. 3 : «Si quelqu’un ne confesse pas correctement et véritablement en accord avec les saints Pères, que la sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie Immaculée, dans le premier des âges a conçu de l’Esprit Saint sans semence, à savoir, Dieu le Verbe lui-même spécifiquement et vraiment, qui est né de Dieu le Père avant tous les siècles, et qu’elle portait incorruptible [Lui], sa virginité restant indestructible même après sa naissance, qu’il soit condamné.» (Denzinger 256)

L’ancienne église chrétienne croyait que Marie était perpétuellement vierge. Au IVe siècle, saint Jérôme, le père de l’exégèse biblique et celui qui a traduit la Bible en latin, a défendu cette vérité contre Helveticus, un hérétique qui l’a nié. Comme déjà mentionné, même les premiers protestants, dont Luther, Calvin et Zwingli, ont accepté la virginité perpétuelle de Marie.

L’évidence biblique de l’Assomption de Marie au paradis et sa royauté au ciel

L’Eglise catholique enseigne que, après le cours de sa vie sur Terre, la Vierge Marie a été élevée en corps et âme dans le ciel. Son corps n’est pas resté dans le tombeau et souffrant la corruption de la chair, car il s’agit d’une punition pour le péché originel, qu’elle n’avait pas. Comme elle était libre de tout péché originel et était l’Arche privilégiée, l’âme de Marie a été prise directement au ciel, et son corps quelques jours après. C’est ce qu’on appelle le dogme de l’Assomption corporelle de Marie.

Les non-catholiques prétendent qu’il n’y a aucune preuve dans la Bible pour l’Assomption de Marie. Au contraire, nous trouvons une description de celle-ci dans la Révélation / Apocalypse chapitre 12 :

Apocalypse 12, 1 «Et il parut un grand signe dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles ».

La femme dans Apocalypse 12, 1 signifie un certain nombre de choses. Les Pères de l’Église l’ont compris signifier la Mère de Jésus, ils ont aussi compris signifier, à un certain niveau, l’Église. Il ne fait aucun doute que cela signifie Marie, car le fils de cette femme est celui qui gouverne toutes les nations avec une verge de fer (Apoc. 12, 5). C’est Jésus, bien sûr, et donc la mère doit être la Vierge Marie. Par conséquent, l’Apocalypse chapitre 12 nous donne une image claire de Marie élevée au ciel et placée en tant que Reine du Ciel.

La Bible nous donne aussi un aperçu de l’Assomption de Marie dans le Psaume 132, 8 (Psaume 131, 8 dans la Bible catholique Douay-Rheims).

Psaume 132, 8 :  » Lève-toi, Seigneur, dans ton lieu de repos : toi et l’arche, que tu as sanctifié. « 

Ce psaume intéressant parle du Seigneur et de l’Arche résultante ou étant portée à un lieu de repos permanent. C’est une image de l’Assomption, car Jésus est le Seigneur et Marie est la nouvelle arche, comme nous l’avons montré. Deux d’entre eux sont emmenés au ciel, corps et âme. Jésus monte avec le sien, Marie est assumée par Jésus.

Si l’Arche de l’Ancienne Alliance est appelée comme enlevée à un lieu de repos, combien plus l’arche de l’alliance nouvelle et éternelle ? Nous voyons aussi que l’arche est appelée sanctifiée.

L’Assomption de Marie au ciel découle logiquement de sa préservation du péché

L’Assomption corporelle de Marie découle logiquement de sa préservation de tout péché originel et actuel. La corruption de la chair dans la tombe est une conséquence du péché originel (Genèse 3, 19). La plupart des protestants sont d’accord sur ce point. Comme Arche de la Nouvelle Alliance, Marie n’avait pas le péché originel. En conséquence, elle était libre de ses conséquences. Il résulte de cela que Dieu n’a pas laissé son corps à la corruption.

Psaume 15, 10 : «Parce que tu ne laisseras pas mon âme au shéol, ni donneras-tu à ton saint de voir la corruption. « 

Ce psaume, qui parle de Dieu ne permettant pas que son saint voit la corruption, est cité dans le Nouveau Testament, dans les Actes, chapitre 2. Il se réfère à Jésus.

Actes 2, 31 : « Prévoyant cela, il a parlé de la résurrection du Christ qu’il n’a pas été laissé en enfer, et que sa chair ne verrait la corruption . « 

De même, parce que Marie a été créée libre de tout péché, elle n’a pas subi de corruption de la chair dans la tombe et a été élevée en corps et âme dans le ciel.

L’arche était faite de bois incorruptible

L’Arche de l’Ancienne Alliance a été faite de bois d’acacia (ou acacia), un acacia incorruptible.

Exode 25, 10 : « Construis une arche de bois d’acacia … »

Le bois d’acacia est donc extrêmement résistant selon la Septante, la version grecque de l’Ancien Testament, qui traduit en fait ce mot comme « incorruptible » ou en bois « non putrescible ». Si l’Arche de l’Ancienne Alliance était incorruptible, combien plus doit l’Arche de la Nouvelle Alliance doit être incorruptible. Dieu a spécifiquement prescrit du bois incorruptible pour la construction de l’arche, car il a servi à préfigurer le corps incorruptible et l’âme de la nouvelle Arche, la Sainte Vierge.

L’Assomption corporelle de Marie n’est pas en contradiction avec la réalité biblique

Certaines personnes considèrent qu’il est fantaisiste que Marie puisse avoir été miraculeusement élevée au ciel, corps et âme. Cependant, la Bible nous dit qu’Elie fut miraculeusement emporté au ciel (2 Rois 2, 1, 11). Nous lisons aussi qu’Enoch a été miraculeusement enlevé pour marcher avec Dieu (Hébreux 11, 5 ; Gen. 5, 24). Il est également clairement enseigné dans la Bible – et c’est un article de l’ancienne foi chrétienne – que tous les hommes, qu’ils soient bons ou mauvais, retrouveront miraculeusement leurs corps à l’arrêt définitif (jugement dernier), la résurrection des justes et des réprouvés (1 Cor. 15). Ainsi, il ne s’agit pas d’une manière contraire aux réalités bibliques – mais leur correspond assez précisément – de croire que Marie a été élevée au ciel parce qu’elle était l’Arche parfaite de Dieu et sans péché.

La Bible indique que Marie est la « reine mère » dans le royaume de Jésus

Dieu a établi une alliance avec David, afin d’établir un royaume. La monarchie davidique, le royaume de Dieu sur terre, devait être un prototype du royaume spirituel de Dieu que Jésus Christ établirait. C’est pourquoi Jésus est appelé le fils de David dans les Évangiles. C’est pourquoi Pierre lui-même dit dans Actes 2, 30 que Jésus est assis sur le trône de David. Luc 1, 32 dit de Jésus dans le texte suivant :

« Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père … « 

Dans la monarchie hébraïque, la femme la plus puissante, honorée et importante dans le royaume était la mère du roi. Elle était connue comme « la reine mère. » En hébreu, elle était appelée « la Gebirah ». La Gebirah, la Reine Mère du Royaume, possède un pouvoir unique d’influence auprès du roi. Son influence, son pouvoir et son prestige dépassait celle de l’épouse du roi. Nous voyons clairement l’influence unique et la puissance de la « Reine Mère » dans 1 Rois 1 et 2 (3 Rois 1 et 2 dans la Bible catholique Douay-Rheims et la Vulgate).

La mère du roi Salomon était Bethsabée. Le pouvoir et l’influence de Bethsabée comme la Reine Mère était si grand qu’Adonias (ou Adonijah) lui disait :

1 Rois 2, 17 : « Et il (Adonias) a dit : Je te prie de parler au roi Salomon (car il ne peut rien te refuser) pour me donner Abisag la Sunamite pour femme. « 

Adonias avait compris la position et le pouvoir de la reine mère. Toutefois, la demande qu’Adonias avait fait était déraisonnable. Adonias voulait se marier à Abisag, qui était la dernière femme du roi David. En la prenant pour épouse, Adonias aurait pu faire une réclamation sur le trône de Salomon. C’est pourquoi le roi ne pouvait pas avoir droit à sa demande.

Même si la demande d’Adonias était déraisonnable et n’aurait jamais dû être accordée par le Roi, cela nous montre qu’il a été reconnu que la reine mère avait un pouvoir unique et une influence profonde auprès du roi. Cette influence était si grande qu’Adonias a déclaré : «Il ne peut rien te refuser».

Les versets suivants apportent encore plus de lumière sur cette vérité. Dans 1 Rois 2, 19, nous lisons que Bethsabée (la Reine Mère) est allée en parler au roi Salomon pour lui demander la faveur. Quand elle entra, le roi se prosterna devant elle et a fait placer un trône pour elle à côté de lui.

La Bible montre que la reine mère avait un trône et un honneur unique

1 Rois 2, 19-20 : « Puis Bethsabee arriva auprès du roi Salomon, pour lui parler pour Adonias : et le roi se leva à sa rencontre, et s’inclina devant elle et s’assit sur son trône et avait mis un trône pour la mère du roi, et elle s’assit à sa droit . Et elle lui dit : J’ai une petite demande à vous faire, ne me confondez pas. Et le roi lui dit : Ma mère, demandez, car je ne dois pas me détourner de votre face « .

Comme nous pouvons le voir, la Bible enseigne que la Reine Mère est honorée sur un trône avec le roi. Elle n’est pas égale au roi, bien sûr, mais elle est à l’honneur avec lui en tant que reine du Royaume. Ici, nous voyons une description parfaite de la Royauté de la Bienheureuse Vierge Marie et de son influence auprès du roi. Elle est la Reine mère dans le royaume de Jésus. Marie est infiniment inférieure à son divin Fils. Cependant, elle est l’arche parfaite, la Reine du Ciel et de la Terre.

C’est pourquoi Marie a un tel pouvoir dans le ciel sur son divin Fils – un pouvoir et une influence plus grande que ceux que la Reine Mère de l’Ancien Testament avait sur le roi. C’est pourquoi il est si efficace de lui demander des faveurs, afin qu’elle puisse le demander à Jésus. Elle est placée, dans le Royaume de Jésus, à côté de Lui comme la Reine du Ciel et de la Terre.

Dans le Psaume 45 (Psaume 44 de la Bible catholique Douay-Rheims), nous voyons aussi une référence pour le trône de Dieu et de la reine avec lui :

Psaume 45, 6,9 : « Ton trône, ô Dieu, est pour toujours et à jamais : un sceptre d’équité est le sceptre de ton règne … La reine se trouve sur ta main droite, en vêtements dorés … « 

Les Ave Maria et le Rosaire sont-ils de vaines paroles condamnées par Jésus ?

Certains non-catholiques affirment que les prières catholiques comme le Je vous salue Marie et le Rosaire sont dénoncés par Jésus.

Matthieu 6, 7-8 : « Mais quand vous priez, ne répetez pas en vain, comme les païens : ils s’imaginent qu’ils seront exaucés en parlant beaucoup. Ne les imitez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. « 

Comme les autres objections que nous avons couvert, cette objection est également réfutée par une étude approfondie de la Bible. Le meilleur exemple pour réfuter l’objection protestante sur ce point est probablement la Révélation (Apocalypse) 4, 8.

Apocalypse 4, 8 : «Et les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et autour et dedans ils sont pleins d’yeux. Et ils ne se reposent pas jour et nuit, disant : Saint, saint, saint, Seigneur Dieu Tout-Puissant, qui était, et qui est, et qui est à venir».

Les anges dans les cieux disent encore et encore, jour et nuit : «Saint, saint, saint». Voilà pour l’idée selon laquelle toutes les prières qui contiennent des répétitions sont «païennes». L’affirmation ne pouvait pas être plus fausse.

Dans Matthieu 6, 7, Jésus ne condamne pas les prières qui contiennent des mots qui se répètent, il ne condamne pas les multiples répétitions de la même prière (par exemple, en disant le Notre Père ou l’Ave Maria cinq fois d’affilée). Non, il dénonce les pratiques des païens. Les païens pensaient qu’ils pouvaient plaire à leurs faux dieux par leur éloquence et des discours élaborés. Ils pensaient qu’ils avaient à dire précisément les choses correctes, les mots et les noms certains jours, de peur que leurs  faux « dieux » ne voudraient les entendre ou se rappeler à leurs besoins. Jésus dénonce leur paganisme. Il enseigne que le vrai Dieu connaît toutes choses.

Il y a d’autres points qui oblitèrent l’opposition protestante sur cette question. Dans le Psaume 136 (Psaume 135 dans la Bible catholique Douay-Rheims), nous est donnée une prière de louange et d’action de grâces qui répète la même phrase – « car sa miséricorde dure à toujours ! » – Un total de 26 fois d’affilée !

Psaume 136, 1-26 : «Rendez grâce au Seigneur, car il est bon car sa miséricorde dure à toujours. Rendez grâces au Dieu des dieux, car sa miséricorde dure à jamais … Celui qui seul qui fait de grands prodiges, car sa miséricorde dure à jamais … [etc] « 

Jésus répète la même prière trois fois de suite, pendant la prière à son Père dans le jardin de Gethsémani, ce qui peut être lu dans Matthieu 26, 39, Matthieu 26, 42 et Matthieu 26, 44. Dans Matthieu 20, 29-33, Jésus répond à la prière répétée des aveugles d’avoir pitié d’eux.

Comme nous pouvons le voir, la Bible contient de nombreux exemples où des prières au vrai Dieu se répètent. Elles ne constituent pas des «vaines paroles» des païens. En fait, les prières de l’Église catholique à Marie dans le Je vous salue Marie et le Rosaire sont prédites par Marie elle-même dans Luc 1 :

Prière Je vous salue Marie : «Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre les femmes, et béni est le fruit de vos entrailles, Jésus. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.»

Luc 1, 46-48 : « Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur. Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur. Parce qu’il a regardé l’humilité de sa servante ; car voici désormais toutes les générations me diront bienheureuse ».

Il est évident que l’Église catholique accomplit cette prophétie, qui est d’environ toutes les générations de la véritable Église.

Le Cœur unique et Immaculé de Marie reçoit une attention unique dans l’Écriture

L’honneur de l’Église catholique est de diffuser la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Elle avait le cœur le plus pur de tout être humain qui ait jamais vécu. Tout comme l’Arche de l’Ancienne Alliance, la dévotion au Cœur Immaculé de Marie est puissant avec Dieu. Certains non-catholiques condamnent cette dévotion comme non biblique. Au contraire, seul le cœur de Marie est spécifiquement mentionné dans le Nouveau Testament. Le cœur d’aucune autre bonne ou sainte personne reçoit le genre d’attention qui est donné au cœur de Marie dans l’Evangile. Son cœur était unique parmi les êtres humains, car il n’a jamais été souillé par le péché.

Luc 2, 18-19 : « Et tous ceux qui l’entendirent étaient dans l’étonnement de ce que leur disaient les bergers. Marie gardait toutes ces choses, les méditant en son cœur».

Luc 2, 51 : « Et il descendit avec eux, et vint à Nazareth, et il leur était soumis : mais sa mère gardait toutes ces choses dans son coeur. « 

L’âme unique de Marie reçoit aussi une mention spéciale dans l’Écriture.

Luc 2, 35 : « Et toi, une épée te transpercera l’âme ! pour que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées. « 

Marie est la Mère de Dieu

Il est surprenant que tant de non-catholiques ont de la difficulté avec le titre « Marie, mère de Dieu ». Ils admettent que Marie est la mère de Jésus, mais affirment qu’elle ne doit pas être considérée comme «mère de Dieu». Les protestants qui soutiennent que Marie n’est pas la mère de Dieu, ne semblent pas se rendre compte que ce n’est pas logique et cohérent de croire que Jésus est Dieu, mais nier que Marie est la Mère de Dieu. Cette position nie en fait la divinité de Jésus Christ, qui est une personne divine avec deux natures.

Réalité : Jésus-Christ est Dieu. La Bible l’enseigne dans de nombreux endroits (Jean 1, 1 ; Jean 20, 28 ; Jean 8, 58 ;  Isaias 9, 6, etc.)

Réalité : Marie est la mère de Jésus. La Bible l’enseigne dans de nombreux endroits (Luc 1, 31 ; Mt 1, 25 ; etc.)

Conclusion indéniable : Marie est la mère de Dieu.

Luc 1, 31-32 : « Et voici, tu [Marie] tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très-Haut  et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père « .

Isaïe 7, 14 : « C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe. Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et appellera son nom Emmanuel [Dieu avec nous]. « 

La Bible indique que Marie est la mère d’Emmanuel (qui signifie «Dieu avec nous»).

Luc 1, 43 : « [Elizabeth dit:] Et comment est-ce possible pour moi, que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? « 

Elizabeth a également dit explicitement que Marie est la Mère du Seigneur. C’est l’unique Seigneur Jésus Christ, qui est Dieu.

Ephésiens 4, 5 : « Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême … « 

Jean 20, 28 : « Et Thomas répondit et lui dit : Mon Seigneur et mon Dieu. « 

Cela devrait être assez simple. Malheureusement, ce n’est pas suffisant pour certaines personnes. L’erreur protestante sur ce point doit être plus complètement traitée et réfutée.

Les protestants soulignent que la nature divine de Dieu est éternelle et sans commencement. C’est certainement vrai. Puisque la nature de Dieu est éternelle et n’est certainement pas venue de Marie, disent-ils, Marie ne peut pas être considérée comme «mère» de Dieu. C’est l’argument principal que les protestants font sur ce point. C’est un argument très imparfait.

L’erreur protestante sur ce point découle du fait d’attribuer à la personne du Fils de Dieu que ce qui appartient à sa nature divine. C’est-à-dire à ne pas attribuer à la personne du Fils de Dieu aussi ce qui appartient ou qui a trait à sa nature humaine.

Alors que le Fils de Dieu est devenu vraiment homme, en omettant de lui attribuer aussi ce qui appartient à sa nature humaine, ils nient réellement que Jésus-Christ soit à la fois vrai Dieu et vrai homme.

Le Fils de Dieu, Jésus-Christ, est une personne divine (la deuxième personne de la Sainte Trinité) avec deux natures. Il est à la fois vrai Dieu et vrai homme. Jésus-Christ n’est pas un homme qui s’unit avec ou inspiré par Dieu. Non, il est vrai Dieu qui vraiment s’est fait homme.

Jean 1, 14 : « Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous … « 

Jésus n’était pas seulement un homme spécial qui avait une source d’inspiration unique et la connexion à la Parole de Dieu (le Fils de Dieu). Non, Il est la Parole de Dieu faite chair. Par conséquent, attribuer au Fils de Dieu que ce qui appartient spécifiquement à Sa nature divine, et non pas aussi ce qui s’applique à sa nature humaine assumée – comme le font les protestants quand ils nient que Marie est la mère de Dieu – est diviser Jésus en deux personnes différentes.

Au 5ème siècle, il y avait un certain hérétique nommé Nestorius. Il a fait valoir que font les protestants de notre temps sur cette question. Il a conclu que Marie ne pouvait pas être appelé Theotokos (mère / porteuse de Dieu), mais seulement Christotokos (porteuse du Christ). L’Eglise a immédiatement reconnu l’hérésie de Nestorius et l’a condamné en 431 au Concile d’Ephèse. La fausse opinion de Nestorius a été reconnue par l’Eglise pour être l’hérésie que la Bible condamne comme «dissolution» de Jésus et «antéchrist». Cette idée fausse « dissout » le Christ en séparant de sa personne ce qui appartient à sa nature humaine. Elle se traduit par la division de Jésus en deux personnes, et la position selon laquelle Jésus n’était qu’un homme qui portait (ou a été inspiré par) la personne de Dieu, plutôt qu’une personne divine qui est devenue vraiment homme. Cette hérésie résulta dans le culte d’un homme et le culte de deux fils. L’Eglise la vit clairement pour ce qu’elle était et l’a condamné.

Deuxième Concile de Constantinople, 553 :  » Le saint synode d’Ephèse … a prononcé la sentence contre l’hérésie de Nestorius … et tous ceux qui pourraient plus tard … adopter les mêmes opinions comme il a tenu … Ils expriment ces mensonges contre les vrais dogmes de l’Eglise, OFFRANT le culte de DEUX FILS, en essayant de diviser ce qui ne peut être divisé, ET INTRODUISANT À LA FOIS POUR LE CIEL ET LA TERRE L’INFRACTION DU CULTE DE L’HOMME. Mais le chœur sacré des esprits célestes adorent avec nous seulement un Seigneur Jésus-Christ. « 

Concile d’Ephèse, 431, Can. 5 :  » Si quelqu’un ose dire que le Christ était un homme de Dieu et non pas plutôt Dieu en vérité, étant par nature un fils, alors même que «le Verbe s’est fait chair», et se fait participant du sang et de la chair exactement comme nous, qu’il soit anathème ».

Jésus n’est pas deux personnes différentes. Il est une personne divine avec deux natures. Par conséquent, ce qui arrive à sa nature humaine arrive vraiment à sa seule personne. Sa personne a été conçue et est née, dans son humanité, de Marie. Elle est donc vraiment sa mère, et la mère de Dieu.

Le sens impliqué dans cette vérité est stupéfiant. Alors que l’Eglise a toujours enseigné, que le Fils de Dieu, éternel et égal au Père, a eu deux naissances. Il est né avant l’heure, et de toute éternité, de Dieu le Père (Jean 16, 28 ; Jean 8, 42). Il est né dans le temps, en tant qu’homme, de Marie, sa mère. Seule Marie possède cet égard insondable de Dieu, pour une personne de la Trinité. C’est à partir de cette vérité, qu’elle est véritablement Mère de Dieu, que viennent toutes ses autres prérogatives et ses privilèges uniques.

Conclusion à propos de l’enseignement biblique sur Marie

Telles sont les raisons bibliques pour lesquelles l’Église catholique a toujours reconnu l’importance et la nécessité de la dévotion à la Vierge Marie. Elle est la nouvelle Eve, la nouvelle Arche, le navire (vaisseau) pur, la porte scellée, et la Mère de Dieu. Ne pas avoir sa dévotion est équivalent à un homme dans l’Ancien Testament qui refuserait de vénérer l’Arche de l’Alliance ou refuserait de marcher derrière elle pour une bataille. Un tel homme serait la proie des ennemis de Dieu et serait séparé du camp du peuple de Dieu.

1 Samuel 4, 22 : « … La gloire est bannie d’Israël, car l’arche de Dieu a été prise. «