La Bible prouve la vénération des images et des statues

Du livre : La Bible prouve les enseignements de l’Église Catholique, chapitre 6 Prier et vénérer les saints, § La bible sur la vénération des images et des statues  Par frère Peter Dimond O.S.B. – Monastère de la Très Sainte Famille

Traduction en français personnelle de 2013 sur la version américaine.

 

La Bible sur la vénération des images et des statues

Beaucoup de protestants rejettent le recours à des statues et des images des saints. Ils pensent qu’elles sont idolâtres et condamnées dans la Bible. Cependant, tout comme nous l’avons vu avec leur position sur les reliques des saints, leur position n’est pas correcte sur cette question non plus. Un des principaux versets qu’ils aiment à citer est Deutéronome 5, 8.

Deutéronome 5, 8 : «Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses, qui sont dans les cieux au-dessus, ou qui sont en bas sur la terre, ou qui demeurent dans les eaux sous la terre. »

Ils disent que ce passage condamne de fabriquer ou utiliser des images taillées. Mais cet argument ne tient pas pour plusieurs raisons. Tout d’abord, si l’on devait prendre ce passage en lui-même et comme ils l’entendent, il interdirait de faire la représentation de quelque chose sur la terre. « Pas de représentation de tout ce qui est dans les cieux au-dessus ou qui sont en bas sur la terre ».

Cela voudrait dire que l’on ne pourrait pas faire ou avoir une photo d’un animal, car une telle situation est la représentation de quelque chose sur la terre. Presque tous les protestants, cependant, rejeter ainsi la compréhension de ce passage, même si c’est ce qu’il dit. Non seulement la plupart des protestants acceptent des images telles que la ressemblance des animaux, mais ils acceptent des images et représentations d’autres êtres humains. Ils portent des photos de membres de leur famille avec eux. Cela est contraire à leur interprétation des mots du Deutéronome 5, 8.

En outre, beaucoup de ces mêmes protestants n’ont pas de problème, même avec des statues d’éminents chefs militaires ou d’autres personnalités. Avec les quelques personnes qui font l’objet de ces lois, essentiellement tous les acceptent et utilisent des images taillées comme de la monnaie. Les pièces de monnaie dans leurs poches sont des idoles des hommes. Selon leur compréhension du Deutéronome 5, 8, ils commettraient l’idolâtrie et violent le commandement de Dieu par la conservation de ces pièces et / ou en les utilisant. Le point ici est que leur compréhension de ce passage est complètement fausse. C’est pourquoi ils doivent être très sélectifs dans leur réclamation de Deutéronome 5, 8 et passages similaires.

Alors, est-ce que ce passage interdit vraiment la prise de toutes les idoles ? Pas du tout, comme nous le verrons. Ceci est montré par le contexte de l’adoption – en particulier, le verset suivant.

Deutéronome 5, 8-9 : « Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses, qui sont dans les cieux au-dessus, ou qui sont en bas sur la terre, ou qui demeurent dans les eaux sous la terre. Tu ne les adoreras pas, et tu ne les serviras pas … ».

Tu ne les adoreras pas et ne les serviras point. C’est la clé. C’est ce que Dieu interdit. Il interdit la fabrication des statues ou des images pour leur culte ou pour adorer des créatures, comme les animaux, etc, que de nombreux Juifs étaient enclins à faire.

Les Catholiques n’adorent pas des statues ou des images. Dire le contraire est un mensonge. Les Catholiques adorent seulement Dieu. Les images et les statues nous rappellent le peuple des saints et des actions qu’ils représentent. Mais il y a plus.

Dieu exige expressément la fabrication de statues religieuses

Dans la Bible, Dieu ordonne expressément la fabrication et l’utilisation de statues à des fins religieuses. Le verset suivant devrait écraser, une fois pour toutes, l’idée fausse selon laquelle la Bible condamne l’utilisation de véritables statues religieuses et des images.

Exode 25, 18-19 : « Et tu feras deux chérubins d’or, tu les travailleras d’or, aux deux extrémités du propitiatoire. Et fais un chérubin à l’une des extrémité, et l’autre chérubin à l’autre extrémité : ainsi du propitiatoire ; vous ferez les chérubins sur les deux extrémités de celui-ci ».

Dieu ordonne expressément la réalisation de deux statues de chérubins.

Les Chérubins sont des anges. Voilà pour l’idée (fausse) selon laquelle la fabrication de statues ou des images taillées, est interdite. Une telle idée est une déformation totale de l’enseignement de l’Écriture Sainte, qui interdit en référence à l’adoration idolâtre de créatures. D’autres passages de la Bible où l’on voit des références à l’ordre de Dieu de faire des statues pour les vrais raisons religieuses sont : Exode 26, 1 ; 1 Rois 6 (ou 3 Rois 6 dans la Bible catholique Douay-Rheims) ; et 1 Rois 7, 25-36 (ou 3 Rois 7, 25-36 dans la  Bible catholique Douay-Rheims).

Dieu ordonna aux Israélites d’utiliser l’image d’un serpent

Nous constatons aussi que Dieu commandait l’utilisation d’images pour soigner les gens – des images que, à première vue, certains pourraient trouver surprenantes, voire pire. Dieu a ordonné à Moïse de faire une image d’un serpent pour les gens qui le regardent soient guéris.

Nombres 21, 8 : « Et l’Éternel dit à Moïse : Fais-toi un serpent brûlant, et place-le sur une perche et il viendra passer, afin que quiconque aura été mordu, et le regardera, conservera la vie ».

Les protestants qui condamnent l’utilisation des statues et des images (iconoclastes) – La croyance des musulmans

Les non-catholiques qui considèrent l’utilisation des statues ou des images religieuses comme étant idolâtre ne condamnent pas seulement les passages de la Bible que nous venons de couvrir, mais ils partagent aussi leur croyance avec les musulmans. Les Musulmans ont en abomination ces statues et images. En fait, au 8ème siècle, l’empereur byzantin Léon III fut consterné par certaines pertes militaires de chrétiens aux mains des musulmans. Il en a faussement conclu que c’était une conséquence du mécontentement de Dieu de l’utilisation des statues et des images dans les églises chrétiennes. Ces images étaient utilisées tout au long de l’Eglise chrétienne (catholique) dès les premiers jours. Ces images et statues sont utilisées pour élever l’esprit à Dieu, pour nous rappeler de lui, sa sainte Mère et Ses serviteurs célestes. C’est pourquoi Dieu leur a ordonné de les faire pour le temple. Mais l’empereur Léon III a entrepris une campagne visant à détruire ces images et les retirer des églises chrétiennes.

Les papes opposés à cette hérésie, qui était connue comme iconoclasme qui signifie détruire les images, est une hérésie que de nombreux protestants tiennent aujourd’hui. Elle a été rejetée et condamnée comme fausse par l’Église catholique au Concile de Nicée en 787. Ce concile catholique au début – qui est connu comme le septième concile œcuménique – est le dernier concile catholique qui est accepté par les «orthodoxes» orientaux, les anglicans et les protestants.

L’objection protestante au culte des catholiques devant les statues et images, parce que les catholiques s’agenouillent quelques fois ou s’inclinent devant elles dans la prière, est réfutée par la Bible

Une autre idée fausse qui doit être abordée est l’idée que les catholiques adorent les statues parce qu’ils s’agenouillent parfois ou s’inclinent devant elles dans la prière. Cette objection est fausse et démentie par l’Écriture Sainte.

La posture à genoux – et même de se prosterner sur le sol – ne signifie pas nécessairement culte ou adoration. Cela signifie que, dans certains contextes religieux et quelques fausses religions, s’incliner, se mettre à genoux, et même être complètement prostré peut être simplement un signe de respect, une attitude humble.

Quiconque a pris le temps de lire l’Ancien Testament sait que s’incliner ou se prosterner devant quelqu’un n’est pas nécessairement un culte de la moyenne. Tout au long de l’Ancien Testament, nous lisons que des nombreux saints se prosternèrent devant d’autres hommes, et non pas comme un signe de culte ou d’adoration, mais de respect et d’humilité. Par exemple :

Genèse 33, 3 : «Et il [Jacob] s’avança et se prosterna la face contre terre sept fois, jusqu’à ce que son frère [Ésaü] s’approche. »

Jacob se prosterna complètement le visage contre terre sept fois avant que n’arrive son frère Esaü. Il a fait cela comme un signe d’humilité. C’est le même Jacob dont Jésus dit dans Luc 13, 28 : «quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes dans le royaume de Dieu … ». Il n’était pas un idolâtre, bien sûr.

Nous lisons la même chose d’Abraham dans la Genèse 23, 12.

Genèse 23, 12 : « Et Abraham se prosterna à terre devant le peuple ».

Lot se prosterna le visage contre le sol afin de vénérer les anges qui sont venus.

Genèse 19, 1 : « Et deux anges arrivèrent à Sodome sur le soir; et Lot était assis à la porte de Sodome et Lot les voyant se leva pour les rencontrer et il se prosterna la face contre terre ».

Il y a beaucoup d’autres passages comme celui-ci à travers les livres des Rois et de Samuel.

2 Samuel 9, 8 (2 Rois 9 Bible catholique Douay-Rheims) : « Et il [David] se prosterna [devant Saül], et dit : Qu’est ton serviteur pour que tu te tournes vers un chien mort tel que moi ? ».

1 Samuel 24, 8 (1 Rois 24 Bible catholique Douay-Rheims) : « David se leva et cria après … Saul, en disant : Mon seigneur le roi. Et Saül regarda derrière lui, et David s’inclina le visage contre terre et se prosterna ».

D’autres passages qui montrent que les hommes s’inclinèrent, etc. devant d’autres hommes, et non pas pour l’idolâtrie, mais simplement par humilité et respect, sont : Genèse 4, 26 ; Ruth 2, 8-10 et d’autres. Cela est suffisant pour réfuter la fausse affirmation que les catholiques adorent les statues quand ils s’agenouillent ou s’inclinent pour assumer une posture humble et respectueuse tout en invoquant la figure céleste dont la statue ou l’image est la représentation.