Faux signes et merveilles – Fausses apparitions, faux mystiques, fausses dévotions : sœur Faustine, Marcel Van, Marthe Robin, mère Térésa, Medjugorje, Bayside, etc.

Sommaire

  • Faux miracles et prodiges des derniers temps
    • Enseignement de l’Église catholique sur les apparitions / révélations
    • Discernement spirituel des fausses révélations et apparitions
  • Fausses apparitions, faux mystiques, fausses dévotions
    • La fausse dévotion à la miséricorde divine de sœur Faustine
    • La dame de tous les peuples – Fausse apparition d’Amsterdam
    • Les fausses apparitions de Garabandal
    • Don Gobbi – Mouvement Sacerdotal Marial
    • Fausse apparition d’Akita
    • Fausses apparitions de Medjugorje
    • Marthe Robin, vatican 2 et charismatisme
    • L’apostate mère Térésa
    • Sœur Emmanuelle
    • Abbé Pierre
    • Marcel Van
    • Conchita Cabrera de Armida
    • Sœur Olive et le faux christ-roi
    • San Damiano
    • Fausses apparitions de Bayside – New York
    • Autres fausses apparitions et dévotions
      • Manduria, Dozulé, l’Escorial, Kérizinen, le Journal de Gaby, etc.
      • Charismatisme
      • La Cité mystique de Dieu de Marie d’Agreda
      • Catherine Emmerich
      • Le poème de l’homme-dieu de Maria Valtorta
      • Maria Simma
  • Suppléments sur les apparitions et révélations

 

Faux miracles et prodiges des derniers temps

Parlant des derniers jours, le Seigneur met en garde le monde qu’il y aura de faux miracles et des prodiges pour tromper (si c’était possible), même les élus.

Matthieu 24, 23-26 : «Alors, si quelqu’un vous dit :  » Voici le Christ ici !  » ou  » là !  » ne le croyez point. Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes, et ils feront de grands miracles et des prodiges jusqu’à induire en erreur, s’il se pouvait, les élus mêmes. Voilà que je vous l’ai prédit. Si donc on vous dit :  » Voici qu’il est dans le désert !  » ne partez point ;  » Voici qu’il est dans le cellier ! « , ne le croyez point».

Dans cet avertissement, Notre-Seigneur fait la déclaration très spécifique que si les gens disent qu’ils le voient ici ou là à l’époque, ne le croyez pas. Il utilise même l’expression très intéressante, « dans le placard [cellier]. » En d’autres termes, si ils disent que Notre-Seigneur leur apparaît dans leurs placards ou dans leurs chambres, ne le croyez pas. Cette mise en garde s’applique évidemment aussi à ceux qui disent que sa mère est ici ou là, dans ces jours. Saint Paul nous avertit de la même chose dans 2 Thessaloniciens, parlant de l’époque de la Grande Apostasie et la venue de l’Antéchrist :

2 Thessaloniciens 2, 9-12 : «Dans son apparition cet impie sera, par la puissance de Satan, accompagné de toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, avec toutes les séductions de l’iniquité, pour ceux qui se perdent, parce qu’ils n’ont pas ouvert leur cœur à l’amour de la vérité qui les eût sauvés. C’est pourquoi Dieu leur envoie des illusions puissantes qui les feront croire au mensonge, en sorte qu’ils tombent sous son jugement tous ceux qui ont refusé leur foi à la vérité, et ont au contraire pris plaisir à l’injustice».

Prophétie de Marie Julie Jahenny, stigmatisée bretonne (1891) : « Pendant le temps de l’approche des punitions annoncées à La Salette, un nombre illimité de fausses révélations se posera de l’enfer comme un essaim de mouches, une dernière tentative de Satan pour étouffer et détruire la croyance dans les vraies révélations par de fausses ».

Face à cette situation, la façon dont un catholique doit tout juger est par l’enseignement de l’Église catholique. Si une apparition apparemment du ciel donne un message qui contient une hérésie claire, ou quelque chose de contraire à l’enseignement de l’Église catholique, c’est suffisant pour prouver qu’il ne peut pas venir de Dieu, mais qu’il vient du Diable. Dieu ne se contredit pas.

Galates 1, 8-9 : «Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème ! Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure, si quelqu’un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème [excommunié d’office / hors de l’Église] !»

Enseignement de l’Église catholique sur les apparitions / révélations

Tout d’abord il faut bien comprendre que la seule véritable Église catholique est celle de la Tradition (foi de tous les temps), ce qui exclut les sectes hérétiques comme la secte apostate vatican 2, la secte traditionaliste FSSPX, les sectes SSPV, CMRI, IMBC, sédévacantistes hérétiques indépendants, le sectes schismatiques Thucites, « orthodoxes » orientaux, anglicans, protestants, gallicans, vieux-catholiques, etc.

Les apparitions reconnues par l’Église gardent le caractère de révélation privée qui n’est pas objet de la foi. Le chrétien demeure donc libre de lui donner ou de lui refuser son adhésion de foi.

Les apparitions non-reconnues de l’Église doivent recevoir une attitude de prudence et de réserve. L’Église tolère des démarches de prière, mais à titre simplement privé. Elle met en garde contre l’abus de la bonne foi et le risque de crédulité (dérive et besoin de signes) risquant de déséquilibrer la foi (piété remplacée par sentiment religieux).

Les apparitions exclues par l’Église doivent recevoir l’obéissance à la décision prudente (après examen) de l’Église.

Pape Benoît XV, « De servorum Dei beatificatione », 1734, livre II, chap. XXXII, n° 11 : «Il faut savoir que l’approbation donnée par l’Église à une révélation privée n’est pas autre chose que la permission accordée, après un examen attentif, de faire connaître cette révélation pour l’instruction et le bien des fidèles. À de telles révélations, même approuvées par l’Église, on ne doit pas et on ne peut pas accorder un assentiment de foi ; il faut seulement, selon les lois de la prudence, leur donner l’assentiment de la croyance humaine, pour autant que de telles révélations soient probables et croyables pour la piété. … En conséquence, on peut ne pas accorder son assentiment à de telles révélations et [ou] s’en détourner, pourvu qu’on le fasse avec la modestie convenable, pour de bonnes raisons et sans intention de mépris».

Pape Pie X, Encyclique « Pascendi », 8 septembre 1907 : « En cette matière l’Église use d’une telle prudence qu’elle ne permet point que l’on relate ces traditions dans des écrits publics, sinon avec de grandes précautions et après insertion de la déclaration imposée par Urbain VIII. Encore ne se porte-t-elle pas garante, même dans ce cas, de la vérité du fait. Simplement elle n’empêche pas de croire des choses auxquelles les motifs de foi humaine ne font pas défaut ».

Congrégation des Rites – Réponse à l’Archevêque de Santiago du Chili, 6 février 1875 : « Les apparitions ou révélations ne sont ni approuvées ni condamnées par le Saint Siège, mais seulement permises comme pouvant être crues pieusement et de foi humaine selon les données et la valeur des témoignages ».

Discernement spirituel des fausses révélations et apparitions

Saint Augustin, père de l’Église, Liv. des 83 Quest., quest. 78 : « Notre-Seigneur nous avertit ici que même les hommes livrés à toute sorte de crimes peuvent opérer certains miracles que les saints ne peuvent faire, sans qu’ils jouissent pour cela d’un plus grand crédit aux yeux de Dieu. En effet, les magiciens d’Égypte n’étaient pas plus agréables à Dieu que le peuple d’Israël, qui ne pouvait faire les prodiges qu’ils opéraient, bien que Moïse en ait opéré de plus éclatants par la puissance de Dieu. Or, Dieu n’a pas donné à tous les saints ce privilège, pour ne pas exposer les âmes faibles à tomber dans cette erreur que le don de faire des miracles est supérieur aux œuvres de justice, qui seules nous obtiennent la vie éternelle. Lors donc que les magiciens opèrent des prodiges semblables à ceux que font quelquefois les saints, c’est à des titres et par des motifs différents ; les uns n’y cherchent que leur propre gloire, les autres que la gloire de Dieu ; les premiers agissent alors en vertu d’un certain pouvoir que Dieu a laissé aux esprits de malice, conformément à leur nature, et par certains commerces qu’ils entretiennent avec ces esprits, ou en reconnaissance des services qu’ils leur rendent (Ep 6, 12 ; Col 2, 15) ; les saints, au contraire, n’opèrent ces prodiges qu’au nom de cette puissance souveraine aux ordres de laquelle toute créature est soumise. Qu’un propriétaire soit obligé d’abandonner son cheval à un soldat, qu’il le livre au contraire à celui qui le lui achète, qu’il le donne ou qu’il le prête à qui bon lui semble, ce sont choses toutes différentes. Il arrive encore quelquefois que de mauvais soldats, par une violence que réprouve la discipline militaire, effraient certaines gens en se couvrant de l’autorité de leur chef pour leur extorquer ce que la loi ne les oblige pas de donner ; de même il peut arriver souvent que de mauvais chrétiens, ou des schismatiques, ou des hérétiques, aient recours au nom de Jésus-Christ, aux paroles sacrées, ou aux sacrements de la religion chrétienne pour exiger certaines concessions des puissances infernales. Et lorsque ces puissances cèdent ainsi à l’ordre des méchants, elles ne le font que pour séduire les hommes, dont les égarements font toutes leurs joies. C’est donc par des procédés tout différents que les magiciens, les bons chrétiens et les mauvais opèrent des prodiges. Les magiciens les opèrent au moyen de pactes particuliers ; les bons chrétiens, au nom de la justice divine ; et les mauvais, au moyen des signes extérieurs de cette justice. Et il ne faut pas s’en étonner, car on peut croire sans absurdité que tous les phénomènes extérieurs dont nous sommes témoins sont l’œuvre des puissances infernales qui sont répandues dans les airs ». (Catena aurea, St Thomas, Év. St Matthieu 24, 23-28)

La fondation de la vie spirituelle est la foi. C’est la foi qui protège le plus l’âme

Saint Jean de la Croix, Docteur de l’Église, La Nuit obscure, ch. 21 : « Quand l’âme s’avance revêtue de la Foi, le Démon ne peut ni la voir, ni lui nuire ; elle marche alors en toute sécurité ; cette vertu la protège beaucoup plus que les autres contre le démon, qui est son ennemi le plus redoutable et le plus rusé ».

Saint Jean de la Croix dit ici que c’est revêtue de la (vraie) foi que l’âme est le plus protégée du démon et en sécurité.

L’âme portée aux révélations est détournée de la foi

Saint Jean de la Croix, La montée du Carmel, Livre 2, ch. 10 : « … Aussi le démon est-il très satisfait quand il rencontre une âme qui désire des révélations ou s’y porte. Il a alors une occasion facile de lui suggérer ses erreurs et de la détourner de la Foi autant qu’il le pourra. Car, ainsi que je l’ai dit, cette âme qui désire les révélations se met dans une disposition très contraire à la Foi et s’attire beaucoup de tentations et de dangers ».

Saint Jean dit ici que le désir de révélations détourne l’âme de la (vraie) foi et que c’est une disposition contraire à la foi.

Ne pas s’attacher à sa propre perception et sentiment

Saint Jean de la Croix, à Françoise de la Mère de Dieu, carmélite de Béas, n° 53 : «Puisque Dieu est inaccessible (Tim 6, 16), n’attache aucune importance à ce que tes puissances peuvent percevoir et ton sentiment goûter : autrement tu te satisferais de ce que est moins que Dieu et ton âme perdrait la légèreté nécessaire pour aller à lui».

Que plusieurs sont trompés parce qu’ils ajoutent trop aisément foi aux révélations

Bx Jean d’Avila, Audi Filia et Vide, Des fausses révélations, ch L : «Il faut… vous avertir d’un péril qui se rencontre en la voie de Dieu, dans lequel plusieurs tombent ; … Ce péril est qu’il arrive souvent par la permission de Dieu à des personnes dévotes d’avoir des révélations, des visions et d’autres sentiments spirituels dont le démon est l’auteur,  et dont il se sert pour deux raisons : l’une, afin de les empêcher d’ajouter foi aux révélations de Dieu, de même  qu’il fait de faux miracles pour diminuer la créance des véritables ; et l’autre, afin de tromper ces personnes sous  prétexte de piété, ne le pouvant faire par une autre voie. Les siècles passés nous en fournissent plusieurs exemples ; et nous en voyons encore beaucoup en ce temps. C’est pourquoi l’on ne saurait trop avertir ceux qui aiment leur salut de n’ajouter pas facilement foi à de semblables choses, puisque ceux mêmes qui au commencement les avaient crues, ont, après en avoir été détrompés, fort recommandé d’y prendre garde.  

Combien le désir d’avoir des révélations ou des sentiments extraordinaires est périlleux, et ce que l’on doit faire pour éviter de telles illusions. 

Bx Jean d’Avila, Audi Filia et Vide, Des fausses révélations, ch. LI : «Après vous avoir rapporté, ma fille, des exemples de tant de gens qui sont tombés dans ces dangereuses illusions qui leur ont fait prendre leurs sentiments pour des inspirations de Dieu, je vous prie d’en profiter en n’ayant aucun désir de ces choses singulières et surnaturelles, parce que ce serait une marque d’orgueil et d’une curiosité très périlleuse… si elles vous arrivent sans que vous les ayez recherchées, craignez et n’y ajoutez point de foi, mais priez aussitôt Notre-Seigneur de vous conduire par un autre chemin, et de vous laisser travailler avec crainte à votre salut dans la voie ordinaire de ceux qui le servent. Vous devez principalement en user ainsi lorsque la révélation ou l’instinct vous porte à reprendre quelqu’un ou à lui donner quelque avis secret… N’oubliez aucun effort pour éloigner toutes ces choses de votre esprit. … Que si la révélation est de Dieu, cette humilité sera comme la pierre dont David tua Goliath, et mettra le démon en fuite.

«…lorsque l’on a de la complaisance en quelque fausse révélation ou pensée inspirée par le démon, Dieu permet par un juste jugement qu’elle prenne racine dans le cœur et s’y fortifie, parce, comme dit saint Augustin et que je l’ai rapporté ailleurs, celui qui est orgueilleux mérite d’être trompé. Gardez-vous donc bien, ma fille, de vous laisser aller à cette complaisance, ni d’avoir bonne opinion de vous-même à cause de ces révélations, et demeurez ferme dans l’humilité et dans une sainte crainte, comme si Dieu ne vous avait point favorisée de ces sortes de grâces…. il n’y a point d’homme, quelque capable qu’il soit, qui puisse juger avec certitude de ce qui procède de Dieu ou du démon, à moins que ce fût une chose évidemment contraire à l’Écriture sainte et à la foi de l’Église».

Des marques par lesquelles on peut discerner les véritables révélations d’avec les fausses

Bx Jean d’Avila, Audi Filia et Vide, Des fausses révélations, ch. LII : « La principale chose que vous devez observer en ce qui se passe dans votre âme dans ces rencontres est si elles vous rendent plus humble qu’auparavant. Car l’humilité est ce qui donne le poids à la monnaie spirituelle et la distingue de celle qui est légère, ce qui a fait dire à saint Grégoire que l’humilité est la marque évidente des élus, comme l’orgueil l’est des réprouvés. Remarquez donc en quel état vous vous trouverez alors ; si vous êtes plus humble qu’auparavant, si vous avez plus de confusion de vos fautes, si vous avez un plus grand-respect pour Dieu ; si vous tremblez dans la vue de son infinie grandeur, si vous ne désirez point de raconter ce qui vous est arrivé, si vous ne vous en occupez point trop, mais désirez plutôt de l’oublier afin de ne vous en croire pas meilleure : si, quand le souvenir vous en revient, vous vous en humiliez davantage, si vous admirez l’extrême bonté de Dieu de daigner faire tant de faveurs à une vile créature, si vous vous sentez être dans une plus grande tranquillité d’esprit qu’auparavant et dans une plus claire connaissance de votre néant et de votre bassesse. Ces marques pourront en quelque sorte vous faire juger que ces révélations ou autres choses semblables viennent de Dieu, puisque leurs effets seront conformes à ce que l’Église nous enseigne, que l’on doit d’autant plus s’abaisser devant Dieu, que l’on en reçoit plus de faveurs, et lui donner toute la gloire de ce que l’on a de bon, comme étant la source éternelle tout le bien. Ce qui a fait dire à saint Grégoire : Lorsque la vérité et l’humilité se trouvent jointes dans une âme, on ne peut douter qu’elle ne soit remplie du Saint-Esprit. Mais quand c’est une illusion du démon, c’est tout le contraire. Car, au commencement ou à la fin de la révélation, on sent un désir de raconter ce qui s’est passé, une estime de soi-même et une opinion que Dieu veut faire en nous et par nous de grandes choses ; on ne pense point aux fautes que l’on commet, et l’on ne désire point d’en être repris ; on prend plaisir à se ressouvenir de la grâce que l’on croit avoir reçue, à en parler ; et l’on voudrait que les autres en parlassent.

«Lorsque vous vous trouverez en cet état, vous pourrez croire hardiment que c’est une illusion du démon, et, soit que vous répandiez des larmes, ou que vous vous trouviez consolée, ou que vous ayez de grandes lumières des choses de Dieu, et quand même vous seriez ravie jusqu’au troisième ciel, si vous ne vous trouvez être dans une profonde humilité, défiez-vous de toutes ces faveurs apparentes et rejetez-les, puisque plus elles vous paraîtraient grandes, et plus vous courriez fortune de faire de grandes chutes. Priez Dieu de vous faire la grâce de vous bien connaître, de vous humilier et surtout de ne vous accorder que ce qui est conforme à sa volonté. Car, sans cela, tout le reste, quelque valeur qu’il paraisse avoir, au lieu d’être de l’or, n’est que du cuivre, et ce qui semble être de pure farine n’est que du son, parce que l’orgueil est si dangereux, qu’il ravit à l’âme ce qu’elle a de grâce, ou que s’il lui en reste quelqu’une, elle est si falsifiée, qu’elle ne peut être agréable à Dieu, et donne sujet à faire encore de plus grandes chutes».

Fausses apparitions, faux mystiques et fausses dévotions

La fausse dévotion à la miséricorde divine de sœur Faustine 

                        faux jésus soeur Faustine           faux Jésus miséricordieux

Les deux faux Jésus de sœur Faustine

Quelques éléments du Livre La vérité sur ce qui est réellement arrivé à l’Église catholique après vatican 2 – Chap. 41 – frères Peter et Michael Dimond O.S.B. – Monastère de la Très Sainte Famille (Most Holy Family Monastery)

Traduction en français personnelle 2013 sur la version américaine

Sœur Faustine « secrétaire » de la miséricorde divine ?

Sœur Faustine auto-proclamait que Jésus lui aurait donné la dévotion à sa miséricorde et l’aurait constituée « sa secrétaire ». Mais Sœur Lucie, la voyante de Fatima, nous a dit que La Très Sainte Vierge Marie qui apparut à Fatima a dit dans son message que le Rosaire et la dévotion à son Cœur Immaculé étaient les deux DERNIERS moyens de salut que Dieu donne aux hommes.

Sœur Lucie, voyante de Fatima, au Père Fuentes en 1957 : «… Dieu donne deux derniers remèdes au monde. Ce sont le Saint Rosaire et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Ce sont les deux derniers remèdes qui signifient qu’il n’y aura pas d’autres».

Ce sont LES deux derniers : sœur Faustine fait donc mentir sœur Lucie qui relate ce qu’a dit la Très Sainte Vierge elle-même en personne.

Dans les années 1950, sous le pape Pie XII, la dévotion à la Divine Miséricorde fut supprimée et le journal de sœur Faustine apparaissait sur l’index des livres interdits. Il fut réhabilité à travers le monde par l’antipape Jean-Paul 2 : Ces deux éléments suffisent pour dissuader de cette fausse dévotion, 1) parce que lire des livres interdits est un péché ; 2) parce que l’antipape et apostat Jean-Paul 2 n’a jamais eu aucune autorité pour pouvoir autoriser un livre mis à l’index ou même quoi que ce soit ; 3) parce que Jean-Paul 2 s’est servit de cette fraude pour affermir et étendre l’apostasie vatican 2 et l’abomination de la désolation. Voici quelques éléments supplémentaires suivants confirmant que cette dévotion ne provient pas de Dieu et doit être proscrite.

Fausseté, mensonge, ou hérésie dans le « Petit journal de sœur Faustine » :

Petit journal de sœur Faustine, page 23 : «l’hostie sortit du tabernacle et s’immobilisa dans mes mains… C’est magique…»

« C’est magique » n’est pas catholique.

Petit journal de sœur Faustine, page 89 : «Je [« Jésus »] désirais rester dans tes mains… Non, mais vraiment !»

Même l’humble Mère de Dieu n’aurait jamais oser même penser une telle chose.

Petit journal de sœur Faustine, page 168 : «ne crains pas le jugement de Dieu, car tu ne seras pas jugée».

C’est une hérésie : Le jugement de Dieu est un dogme de foi, tous les hommes sont jugés par Dieu sans exception. Hors du dogme de l’Église ou enseignement infaillible du Magistère, on n’est certainement pas dans la vraie Foi ni dans l’Église.

Pape Grégoire X, 2ème concile de Lyon, 4ème sess., 6 juill. 1274 ex cathedra (déclaration infaillible à tenir sous peine d’hérésie) : «La … sainte Église romaine croit et affirme fermement que … au jour du jugement, tous les hommes comparaîtront avec leur corps devant le tribunal du Christ pour y rendre compte de leurs actions (Rm 14, 10 s.)».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, session 8, 22 nov. 1439 ex cathedra (déclaration infaillible) : « Nous présentons … cette règle de foi énoncée par le très bienheureux Athanase… : …il siège à la droite du Père, d’où il viendra juger les vivants et les morts. À sa venue, tous les hommes ressusciteront avec leurs corps et rendront compte de leurs propres actes : ceux qui ont bien agi iront dans la vie éternelle, ceux qui ont mal agi, au feu éternel. Telle est la foi catholique : si quelqu’un n’y croit pas fidèlement et fermement, il ne pourra être sauvé».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441, ex cathedra (déclaration infaillible) : « … la sainte Église romaine condamne, réprouve, anathématise et déclare être en dehors du Corps du Christ qui est l’Église, celui qui tient des points de vue opposés ou contraires».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Le symbole d’Athanase, Sess. 8, 22 novembre 1439, ex cathedra (déclaration infaillible) : « Celui qui veut être sauvé, doit avant tout tenir la foi catholique, à moins que chacun la conserve intègre et inviolée, il périra sans aucun doute pour l’éternité».

Petit journal de sœur Faustine, page 247 : «Et saches cela aussi, ma fille : Toutes les créatures, qu’elles le sachent ou non, et qu’elles le veuillent ou non, satisfont toujours ma volonté …»

C’est absolument faux et une autre hérésie : les créatures ne satisfont pas « toujours » la volonté de Dieu. L’Église enseigne infailliblement dans son Magistère que tous les hommes ne font pas la volonté de Dieu car ils seront jugés selon leurs actes et que ceux qui ont mal agi iront au feu éternel.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, session 8, 22 nov. 1439 ex cathedra (déclaration infaillible) : « Nous présentons … cette règle de foi énoncée par le très bienheureux Athanase… :  «À sa venue, tous les hommes ressusciteront avec leurs corps et rendront compte de leurs propres actes : ceux qui ont bien agi iront dans la vie éternelle, ceux qui ont mal agi, au feu éternel. Telle est la foi catholique : si quelqu’un n’y croit pas fidèlement et fermement, il ne pourra être sauvé».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum, 29 juin 1896 : «L’Église a toujours considéré comme des rebelles et expulsé des rangs de ses enfants tous ceux qui avaient de fortes croyances sur n’importe quel point de la doctrine différente de la sienne. … Saint Augustin note que «d’autres hérésies peuvent surgir, et si à une seule, quelqu’un donne son assentiment, il est par le fait même coupé de l’unité catholique … si quelqu’un en tient une seule [de ces hérésies] il n’est pas catholique» (S. Augustin, De Hæresibus, n. 88)».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 :  » La pratique de l’Eglise a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient coutume de tenir HORS de la communion catholique, ET ÉTRANGER À L’ÉGLISE, celui qui s’écarterait le moins du monde à partir de n’importe quel point de la doctrine proposée par l’autorité de son Magistère».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9),  29 juin 1896 : «… peut-il être légitime pour quiconque de rejeter l’une de ces vérités sans par le fait même tomber dans l’hérésie ? – Sans se séparer de l’Église ? – Sans renier par un balayage l’ensemble de la doctrine chrétienne ? Car telle est la nature de la foi que rien ne peut être plus absurde que d’accepter certaines choses et de rejeter les autres … Mais le dissident, même sur un point de vérité divinement révélée, rejette absolument toute foi, puisqu’il refuse ainsi d’honorer Dieu comme la vérité suprême et le motif formel de la foi».

Petit journal de sœur Faustine, page 288 : «Voilà pourquoi Je [« Jésus »] m’unis moi-même si intimement avec toi comme aucune autre créature».

« comme aucune autre créature » : La sœur Faustine serait donc plus haute que les saintes du ciel et que la Très Sainte Vierge, la Mère de Dieu. C’est un péché d’orgueil très grave qui prouve bien la fausseté de la révélation de sœur Faustine.

Petit journal de sœur Faustine, page 583 : «Lorsque j’ai pris le Messager du Sacré-Cœur dans ma main et lu le récit de la canonisation de Saint André Bobola, mon âme fut instantanément remplie d’un grand désir que notre congrégation , elle aussi ait un saint et je pleurais comme un enfant qu’il n’y avait pas un saint au milieu de nous. Et je disais au Seigneur : « Je connais votre générosité, et pourtant il me semble que vous êtes moins généreux envers nous ». Et je recommençais à pleurer comme un petit enfant. Et le Seigneur Jésus m’a dit : Ne pleure pas. Tu es ce saint».

C’est un mensonge et un péché d’orgueil : Les saints sont au ciel.

Petit journal de sœur Faustine, page 602 : «Je [« Jésus »] ne peux pas les supporter, car ils ne sont ni bons ni mauvais».

Jamais Jésus n’aurait pu dire cela, en totale contradiction avec l’Écriture infaillible.

Matthieu 5, 45 : «soyez les enfants de votre Père qui est dans les cieux, qui fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants, et pleuvoir sur les justes et les injustes».

Petit journal de sœur Faustine, page 612 : «Je [« Jésus »] porte un amour particulier pour la Pologne… D’elle sortira l’étincelle qui préparera le monde à ma venue ultime».

Il s’agit bien entendu de l’étincelle de l’apostasie et du diable, l’antipape Jean-Paul 2.

Petit journal de sœur Faustine, page 643 «Jésus, transformes-moi en une autre hostie ! … Vous êtes un grand seigneur et tout-puissant ! vous pouvez m’accorder cette faveur. Et le Seigneur me répondit : Tu es une hostie vivante»

L’hostie est la divinité, l’âme, le corps et le sang de Jésus-Christ : L’hostie consacrée est Dieu et la sœur Faustine N’EST PAS « une hostie vivante ». Ce terme « hostie vivante » se retrouve fréquemment chez les auteurs proclamés « âmes-victimes » dans les fausses révélations, comme Conchita Cabrera de Armida ou dans le charismatisme, et dans de nombreux autres faux messages qui ne sont pas de Jésus-Christ (ci-dessous).

Conclusion : Une révélation contenant l’orgueil spirituel, le mensonge et l’hérésie ne peut en aucun cas provenir de Dieu. Cette fausse dévotion, au mieux n’est qu’humaine, ou vient de Satan. Il va de soi que le chapelet « à la miséricorde divine » de sœur Faustine et ses autres dévotions « à la miséricorde divine » (images, heures, prières, etc.) sont fausses, ne viennent pas de Dieu, et doivent donc être absolument réprouvées.

La dame de tous les peuples – Fausse apparition d’Amsterdam

fausse ND des peuples

Fausse sainte Vierge d’Amsterdam

Une néerlandaise, Ida Peerdeman, proclama recevoir des apparitions et messages de la sainte Vierge du 25 mars 1945 au 31 mai 1959 qui, entre autre, demandait la récitation d’une prière pour hâter « la seconde Pentecôte ». La « seconde pentecôte » est une hérésie. La « seconde pentecôte » ou « nouvelle pentecôte » est le terme utilisé par l’antipape Jean 23 pour l’apostasie vatican 2.

La prière de la fausse apparition « Notre-Dame de tous les peuples » est sacrilège et hérétique.

Prière de « Notre-Dame de tous les peuples » : «Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père, à présent, Seigneur, Tu peux envoyer Ton Esprit sur la terre. Fais habiter l’Esprit Saint dans les cœurs de tous les peuples afin qu’ils soient préservés de la corruption, des calamités et de la guerre. Que la Dame de tous les Peuples, qui fut un jour Marie, soit notre Avocate. Amen».

« Notre-Dame de tous les peuples » : «Ce temps, c’est notre temps. …on doit vite porter cette prière au monde. … Que les hommes de bonne volonté demandent tous les jours que vienne le vrai Esprit ! Je suis la Dame de tous les Peuples. Ce temps, c’est notre temps. … Qui fut un jour Marie” signifie : beaucoup de gens ont connu Marie en tant que Marie. Mais maintenant, en cette nouvelle époque qui s’ouvre, je veux être la Dame de tous les Peuples. Tout le monde comprend cela».

Explication

1 – « à présent, Seigneur, Tu peux envoyer Ton Esprit » :

Cette hérésie est d’inspiration diabolique : « à présent » est la « Nouvelle Pentecôte », le « Règne de l’Esprit », « La Grande Lumière du Grand Esprit » (Lucifer), qui n’est pas le Saint Esprit. L’Eglise catholique enseigne infailliblement que l’Esprit-Saint a été envoyé une fois pour toutes à la Pentecôte. Cette prière fut en réalité faite au diable pour affermir son esprit d’apostasie : « la nouvelle pentecôte ».

2 – « qui fut un jour Marie » :

Ce terme sacrilège et hérétique est d’inspiration diabolique car il nie la réalité du Nom de la Mère de Dieu : Marie.

Parmi de nombreuses hérésies, « Notre Dame de tous les peules » (c’-à-d. Satan) prophétise la promulgation du dogme « co-rédemptrice » avant la destruction de l’Église.

« Notre-Dame de tous les peuples », « Jésus » : «Écoute, mon enfant, sitôt le dogme proclamé – puisqu’il viendra à être adopté : ma mère y sera introduite comme Co-rédemptrice, Médiatrice de miséricorde et Avocate –, cela divisera le troupeau. L’Église se scindera en deux car la foi du bercail a été infiltrée par l’ennemi et beaucoup de cœurs, en conséquence, sont devenu froids. Peu ont la vraie foi. Néanmoins, ceux qui sont miens et à ma mère ne vont pas être saisis par l’ennemi». 

Ce message était donc destiné à tromper sur la secte vatican 2 se faisant passer pour l’Eglise catholique. Depuis l’apostasie vatican 2 est arrivée, cette « prophétie » ne s’est donc pas réalisée, et elle doit être condamnée comme fausse, selon la Bible :

Deutéronome 18, 21b-22 : «Comment puis-je discerner la parole que le Seigneur n’a pas dite ? Tu auras ce signe : ce que ce prophète aura prédit au nom du Seigneur, n’arrivant pas, le Seigneur ne l’a pas dit, mais c’est par l’enflure de son esprit que le prophète l’a inventé : et c’est pourquoi tu ne le craindras pas».

Ces éléments suffisent amplement pour réprouver cette fausse apparition dont les messages sont nauséeux. Toutes les fausses apparitions/messages ont détourné les esprits de l’apostasie de la foi dans l’Église, ils ont préparé et ont affermi l’apostasie vatican 2.

Révélations des démons lors d’Exorcismes sur « Notre-Dame de tous les peuples »

Les démons sont menteurs et peuvent mêler la vérité au mensonge pour mieux mentir et faire accepter le mensonge, mais dans un exorcisme, le prêtre (ou l’évêque), reçoit délégation de Dieu par l’Église pour commander aussi au diable de dire la vérité, et au nom de Dieu le Père, de Jésus-Christ et de l’Esprit-Saint, il est contraint de dire la vérité.

Extraits du livre « Avertissements de l’au-delà à l’Église contemporaine, aveux de l’enfer » (ici le 18 juin 1977 en Suisse) :

« La Grande là-haut » = nom donné à Marie par le démon qui ne supporte pas de prononcer son nom ou d’entendre prononcer son nom (Comme aussi celui de Jésus et des saints).

«E (Exorciste) : Dis ce que tu as à dire, au nom de Jésus, de la très Sainte Trinité, du Père, du Fils et du Saint Esprit, et au nom du Très Saint Sacrement de l’autel !
«B (Beelzéboul) : (Il soupire) Il y a un livre….. il y a bien des années qu’il est sur sur le marché…. il porte le titre (il gémit) : La Dame de tous les Peuples (De Vrouwe van alle Volkerin, dans le titre original néerlandais). Nous avons allégué qu’il s’agissait d’une âme privilégiée, qui au surplus avait beaucoup souffert. Nous y avons mêlé beaucoup de bonnes choses, notamment sur la guerre, la famine et les catastrophes. Les francs-maçons n’ont pas craint d’utiliser le nom de la Croix pour pouvoir nuire aux autres. La Grande là-haut n’a jamais dit qu’il fallait maintenant accepter les nouveautés, qu’il fallait aller avec son temps, que le Ciel le voulait ainsi…..Le livre vient d’Amsterdam : Lis-le une fois d’un bout à l’autre. La petite image qui s’y rapporte est exposée dans beaucoup d’églises. Il y est dit : « Envoie maintenant ton Esprit etc…. » et à la fin : « Daigne la Dame de tous les Peuples, qui fut jadis Marie, être notre avocate ». Cette dernière phrase devrait faire réfléchir. « Qui était jadis »…. Elle ne l’est donc plus ? … Nous avons tourné cela ensemble avec les franc-maçons. Cela nous a bien réussi. Ils ont copié des détails dans certaines vies de saints, et ont pensé qu’il fallait « torcher » quelque chose d’analogue. Mais en même temps, ils (les franc-maçons) ont toujours mis l’accent sur l’Église qui doit se rapprocher du modernisme. Nous avons même réussi à faire paraître le livre avec imprimatur ! (il rit) Ha, ha ! Nous avons « torché » ça !
«En outre, il est presque toujours dit dans le livre : « La Dame », pas la « Mère de Dieu » ou un autre titre semblable. Et sur l’image : « était jadis Marie ». Ha, ha ! Était jadis, pour l’Église qui n’y croit plus. Pour beaucoup, elle l’a été une fois… pour ceux qui mettent en doute sa virginité, et ne veulent pas… qu’il y ait un enfer. Nous singeons beaucoup de ce que vous faites pour votre Église. Nous singeons souvent aussi les âmes privilégiées. Avec nos têtes savantes, nous réussissons bien des choses».

Les fausses apparitions de Garabandal

La Semaine Catholique du diocèse de Belley (24 juin 1965) publie le communiqué ci-après qui lui a été transmis à la date du 11 juin dernier par Mgr BEITIA ALDAZABAL, évêque de Santander1

La Commission spéciale qui est compétente dans les faits qui arrivent dans le village de San Sebastian de Garabandal nous a remis le rapport correspondant, en date du 4 octobre de l’année en cours. Ladite Commission est confirmée dans ses interventions antérieures, en jugeant que de tels phénomènes manquent de tout signe de caractère surnaturel et ont une explication naturelle.

En conséquence et dans notre désir que nos diocésains soient dûment informés, et que tous ceux qui auraient quelque relation avec les faits aient une orientation sûre, en accomplissement de notre devoir pastoral et en faisant usage de nos facultés :

  1. Nous confirmons en tous points les notes officielles de cet évêché de Santander, datées du 26 août et du 24 octobre 1961.
  2. Nous interdisons à tous les prêtres, tant diocésains qu’extra-diocésains et à tous les religieux, même exempts, de se rendre au lieu mentionné, sans permission expresse de l’autorité diocésaine.
  3. Nous réitérons à tous les fidèles l’avis qu’ils doivent s’abstenir d’échauffer l’ambiance créée par le déroulement de ces faits et que, par conséquent, ils doivent s’abstenir d’accourir audit village pour ce motif.

Dans une question si grave, nous attendons de vous l’accomplissement ponctuel de ces dispositions.

A Santander, fête du Rosaire, 7 octobre 1962.

† EUGENIO, évêque de Santander.

  1. Nous lisons dans la Croix du 1er juillet 1965 : A la suite d’un rassemblement qui a réuni à San Sebastian plus d’un millier de personnes, en majorité des Français et des Allemands, la déclaration suivante a été faite par un porte-parole de l’évêché de Santander : « L’évêché de Santander interdit formellement aux prêtres et aux laïcs de se rendre dans la petite localité de San Sebastian Garabandal, pour y assister aux extases de quatre fillettes qui affirment sérieusement que la Sainte Vierge leur est apparue et leur a parlé. Rien jusqu’à présent ne nous oblige à affirmer qu’il s’agit de phénomènes surnaturels. » Des témoins affirment que ce jour-là, pendant douze minutes, vers 23 h 30, la jeune Conchita Gonzalez, âgée de seize ans, aurait eu une « extase » au cours de laquelle, d’après ses dires, l’archange saint Michel lui aurait transmis un message. (Documentation catholique 1965 n° 1452)

Garabandal, prophéties, mises en garde, prédictions échouées, hérésies et faits

Garabandal est certainement une fausse apparition. Tout d’abord, le message indique : « le pape réunira de nouveau le Concile et ce sera un grand événement dans l’Église ». Cela signifie que Garabandal fait apparemment référence à Vatican 2 comme quelque chose qui sera un « grand événement » dans l’Église et Paul 6 comme un «pape» – qui sont tous deux totalement faux et, comme cela est indiqué dans le message, cela prouve sans aucun doute que Garabandal était une fausse apparition du diable.

Deuxièmement, tous les « voyants » de Garabandal sont dans la secte Novus Ordo (un mauvais fruit) et aucun d’eux n’a poursuivi de vocation religieuses. (La plupart de ceux qui ont des visions de ce genre, comme la vraie sœur Lucie de Fatima, poursuivent la vie religieuse). L’apparition d’origine a eu lieu quand ils avaient volé des pommes – généralement pas une activité qui serait récompensée par une visite de la Mère de Dieu, je dirais. Les « voyants » aussi marchaient en arrière, quelque chose suggérant l’influence satanique.

Fausses apparitions de Garabandal « Signes et prodiges pour tromper si possible même les élus »(Marc 13, 22).

Que l’on sache que certaines des choses que les quatre filles de Garabandal, en Espagne, ont revendiqué comme la Vierge Marie leur ayant dit, se sont avérées fausses et par conséquent ne peuvent pas éventuellement avoir émané d’elle, mais du Père des Mensonges, Satan lui-même, en sorte de tromper même les élus – si cela était possible …

Une des filles, Conchita, a affirmé, en 1962, «Marie» dit qu’il n’y aurait plus que trois «papes» après la mort de Jean 23 , puis alors la fin des temps … FAUX ! Nous sommes au « pape » numéro quatre, à moins bien sûr, qu’ils comptent Benoît 16 comme étant un antipape – Je ne crois pas … Et, l’horloge tourne toujours !

La Russie sera convertie à la suite du miracle (encore à venir) … FAUX ! La Russie a été consacrée par le pape Pie XII en 1952, et, par conséquent, comme nous le savons, elle a été «convertie» (fin de persécutions).

Le Concile serait un grand concile (Vatican II) selon «Notre-Dame» …. FAUX ! Pour les vrais catholiques, il était une mauvaise nouvelle et un signe du début de la Fin des Temps en ligne avec Fatima – Une bonne nouvelle cependant, pour l’élément anti-catholique déjà à l’intérieur de l’Église à l’époque – et donc pour Satan, et les ennemis de l’Église catholique, c’était vraiment un Grand Concile !

Tant Paul VI que Jean-Paul 2 ont rencontré les voyants et loué Garabandal, et ont déclaré que « l’Église les bénit » … assez dit !

Mari Loli est morte en 2009, âgé de 60 ans …. trois «voyants» sont partis … qui tous ont adhéré à la «prostituée de Babylone» et ont assisté à « l’Abomination de la Désolation« – la nouvelle messe.

Conchita annoncera la date du « miracle promis » 8 jours à l’avance – elle est la seule à être concernée – bien sûr, il ne se produira jamais !

Joey Lomangino devait recevoir de nouveaux yeux lors du miracle se produisant en Espagne – Joey sera 80 ans cette année (2010), et est malade apparemment … encore une fois, comme ci-dessus ! (Mise à jour : Joey Lomangino, le dévot aveugle de Garabandal est décédé le 18 juin 2014)

Les adeptes des fausses apparitions de Garabandal ont tendance à être du type «conservateurs» Novus Ordo qui sont généralement préoccupés par les abus qui sont les remparts dans « l’église » de Vatican II, mais en réalité, connaissent et se soucient peu des enseignements de l’Église catholique à cause de la mauvaise volonté de leur part en général !

Don Gobbi – Mouvement Sacerdotal Marial

Le Père Don Stefano Gobbi, Milan, le 8 mai 1972, en pèlerinage à Fatima, commença à recevoir « des locutions de la Sainte Vierge ». Une « force intérieure » aurait poussé le père Gobbi d’avoir confiance. Il recevra ces « locutions » jusqu’en 1997.

Faux messages :

«À Fatima, j’avais monté le chemin que l’humanité doit prendre pour revenir au Seigneur par la conversion, la prière et la pénitence. J’avais offert mon Cœur Immaculé comme un refuge certain. Tout vous a été révélé. Mon plan vous a été révélé particulièrement en ce qui concerne sa merveilleuse et victorieuse conclusion. Je vous ai annoncé le triomphe de mon Cœur Immaculé dans le monde. Cela arrivera dans le plus grand triomphe de Jésus qui amènera au monde son règne glorieux d’amour de justice et de paix et fera renaître toutes choses. Ce sera la deuxième Pentecôte ».

« Tout vous a été révélé » est un mensonge, le troisième secret de Fatima ne sera jamais révélé, et sera même remplacé par un faux troisième secret de la secte vatican 2.

« Ce sera la deuxième Pentecôte » est l’hérésie illuministe de l’antipape franc-maçon Jean 23.

1er juillet 1987 : « Pendant cette année Mariale se produira de grands évènements prédits à Fatima et en secret aux enfants à qui j’apparais à Medjugorje ».

« J’apparais à Medjugorje » : c’est le diable qui apparait à Medjugorje : voir ci-dessous : Fausses apparitions de Medjugorje.

11 juin 1988 : « Le jour de fête de mon Cœur Immaculé de cette année mariale qui m’est consacré, mes bien aimés fils, je vous invite à entrer dans le jardin céleste que j’ai construit pour vous, pendant le douloureux et sanglant moments de la purification. L’heure de la grande apostasie est proche. Ce qui a été écrit dans les Écritures Saintes, dans la Seconde lettre de Saint Paul aux Thessaloniciens, est sur le point d’arriver. »« Satan, mon adversaire, avec ses pièges et sa séduction subtile a réussi à propager des erreurs partout sous la forme de plus récentes interprétations de la Vérité, et il a conduit beaucoup de personnes à choisir en toute connaissance de cause de vivre dans le péché. Il a laissé croire que c’est n’est plus un péché mais une bonne chose. Les temps de confusion générale et le grand tumulte des esprits sont arrivés. La confusion est dans les cœurs et la vie de beaucoup de mes enfants.

« L’Apostasie va se propager même à l’intérieur de l’Église Catholique. Des erreurs sont enseignées et font leur chemin pendant que les vérités essentielles de la foi que le Magistère de l’Église a toujours enseigné et énergiquement lutté contre les déviations, sont reniés avec impunité. Les épiscopats conservent un étrange silence et ne réagissent plusQuand mon Pape parle avec courage et affirme avec force les vérité de la foi catholique, on ne l’écoute plus et il est même publiquement critiqué et tourné en dérision.

«Il y a une tactique subtile et diabolique tissée en secret par la franc-maçonnerie que l’on utilise de nos jours contre le saint Père pour le ridiculiser de sa personne et de son travail et de neutraliser le Magisterium. Mes enfants qui involontairement se laissent entraîner par ces vagues d’erreurs et de mal sont des victimes de la grande apostasiePlusieurs évêques, religieux et fidèles sont victimes de la grande Apostasie. En ces temps, dans l’Église catholique, il y restera quelques personnes fidèles au Christ, à l’Évangile, à l’entière vérité. Il vont former un groupe protégé au fond de mon Cœur Immaculé. Ce groupe sera composé d’évêques, de prêtres, de religieux et de fidèles qui seront toujours fermement unis au pape, tous rassemblés dans le cénacle de mon Cœur Immaculé, dans une prière incessante d’immolation continue. Ils seront en totale disponibilité pour préparer la voie pénible vers la seconde et glorieuse venue de mon Fils ».

Ces soit disant messages parlent de l' »apostasie » mais ne révèlent pas la grande apostasie vatican 2, ils reconnaissent les antipapes et apostats de vatican 2 comme papes ! C’est une tromperie totale. Ces messages sont des mensonges du diable.

Le père Gobbi a fondé le Mouvement Sacerdotal Marial (mouvement marial des prêtres) et organisé un « cénacle » de prières. Le mouvement « marial » comprend aujourd’hui des « cardinaux », des « évêques » et plus de cent mille « prêtres » et des millions de personnes de la secte vatican 2 dans le monde.

Fausse apparition d’Akita

A Akita au Japon, la fausse apparition recommande l’Eucharistie Novus Ordo de la fausse messe vatican 2 : « une lumière brillante resplendit de l’Eucharistie » (1973).

Elle recommande de prier pour l’antipape Paul 6.

En appuyant la secte vatican 2, cette apparition prouve son origine diabolique.

Fausses apparitions de Medjugorje

medujugorje exposé

Fausse sainte vierge

Du livre : La vérité sur ce qui est réellement arrivé à l’Église catholique après vatican 2 – Chap. 37 – frères Peter et Michael Dimond O.S.B. – Monastère de la Très Sainte Famille (Most Holy Family Monastery)

Traduction en français personnelle 2013 sur la version américaine

Question : « Est-ce que la Vierge appelle tous les gens à être catholique ? » Réponse :  » Non. La Sainte Mère dit que toutes les religions sont chères à elle et à son fils « . (Janice T. Connell, les visions des enfants, les apparitions de la Vierge à Medjugorje, Presse, Août Saint-Martin, 1992)

Qu’est-ce que Medjugorje ?

Medjugorje est un village dans les montagnes de la Bosnie-Herzégovine. En 1981, six jeunes gens ont prétendu avoir des apparitions de la Vierge Marie. La soi-disant « Heureuse » Mère   pour la première apparition, qui plus tard dit aux visionnaires que «Dieu» l’avait envoyée à Medjugorje pour aider à Lui convertir de nouveau les cœurs et les vies. Les messages, qui continuent à ce jour,  sont centrés autour de la paix, l’amour, la «foi», la conversion supposée, la prière, le jeûne et l’acceptation de toutes les religions.

Les nouvelles des apparitions supposées de la «Vierge Marie» ont commencé à attirer les pèlerins vers le petit village, d’abord à partir des zones environnantes et ensuite, de partout dans le monde. À l’époque, la Bosnie faisait partie de la nation communiste de Yougoslavie. Malgré la politique officielle athée du communisme, le clergé a été appelé , des théologiens ainsi que les spécialistes des sciences physiques et médicales s’y sont rendus et ont témoigné que certains types de phénomènes avaient lieu lorsque les apparitions avaient lieu. En outre, certains pèlerins ont rapporté avoir vu le soleil tourner comme il l’avait fait à Fatima. D’autres ont signalé que leurs chapelets avaient tourné. Et, comme il était arrivé en d’autres lieux de vraies apparitions mariales, des guérisons physiques, morales et spirituelles ont été revendiquées avoir eu lieu.

Dans cet article, nous allons prouver hors de tout doute que tous les soi-disant miracles de Medjugorje sont des canulars faits par le Diable avec l’intention de conduire les âmes égarées. Une véritable apparition de Notre-Dame ne peut pas contenir des hérésies, mais Medjugorje contient de nombreuses hérésies condamnées, comme nous le verrons.

Le canular Medjugorje

Une apparition enseignant l’erreur et l’hérésie

A) « La Madone souligne toujours qu’il n’y a qu’un seul Dieu et que les gens sont forcés à une séparation artificielle. On ne peut pas vraiment croire, être un vrai chrétien, si on ne respecte pas les autres religions aussi bien« . (« Les apparitions de Notre-Dame de Medjugorje, » Herald Press franciscain, 1984.)

B) « La Madone a dit que les religions sont séparées sur la terre, mais les gens de toutes les religions sont acceptées par son Fils« . (« Les apparitions de Notre-Dame de Medjugorje, » Herald Press franciscain, 1984.)

C) Question : «Est-ce que la Vierge appelle tous les gens à être catholiques ? » Réponse :  » Non. La Sainte Mère dit que toutes les religions sont chères à elle et son fils« . (Janice T. Connell, les visions des enfants, les apparitions de la Vierge à Medjugorje, Presse, Août Saint-Martin, 1992.)

L’apostasie et l’hérésie sont totales dans le message de Medjugorje. Ce message un rejet du dogme catholique infaillible que tous les catholiques doivent croire pour être sauvés (voir ci-dessous) ; il est un rejet du dogme Hors de l’Église catholique, point de salut ; et il est un rejet total de l’enseignement clair de l’Évangile sur la nécessité de croire en Jésus-Christ, le Fils de Dieu, pour le salut. Jésus dit dans Jean 8, 24:  « Car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans votre péché ».

Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441, ex cathedra : «La sainte Église romaine croit fermement, professe et prêche que tous ceux qui sont en dehors de l’Église catholique, non seulement païens mais aussi juifs ou hérétiques et schismatiques, ne peuvent pas partager la vie éternelle et iront dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges, sauf s’ils sont agrégés à l’Église avant la fin de leur vie ; que l’unité de ce corps ecclésiastique est d’une telle importance que pour ceux qui demeurent en elle les sacrements de l’Église contribuent au salut comme font l’aumône, le jeûne et les autres œuvres de piété et les pratiques de la milice chrétienne produire récompenses éternelles ; et que personne ne peut être sauvé, peu importe combien il a cédé d’aumônes et même s’il a répandu le sang au nom du Christ, à moins qu’il ait persévéré dans le sein et l’unité de l’Église catholique « .

Cela prouve que Medjugorje, comme le reste des fausses apparitions modernes (comme Bayside, ou Garabandal etc.), est une tromperie du Diable.

D) La Vierge avait l’habitude de réciter le Notre Père avec les voyants. (Mais comment Notre-Dame pourrait-elle dire : « Pardonne-nous nos offenses » depuis qu’elle en a pas ? A Lourdes, Notre-Dame avait pris soin de garder ses lèvres fermées pendant tout le Pater et les Ave, récitant seulement le Gloria Patri)

E) La Vierge :  » Je ne dispose pas de toutes les grâces … Jésus préfère que  vous vous adressiez directement à lui pour vos demandes, plutôt que par un intermédiaire« . (Chron. P. 181 Corp., 277-278)

Ceci est du protestantisme. Notre-Dame est pas une protestante. Donc cette seule citation prouve qu’elle est une fausse apparition.

F) Mirjana : « J’ai récemment posé à la Vierge cette question (si beaucoup d’âmes sont damnées), et elle m’a dit que de nos jours la plupart des âmes vont au purgatoire« . (Livre du P. Faricy, p. 64)

Ceci est un faux enseignement clairement en opposition directe avec l’enseignement de la Sainte Bible, Fatima, Saint-Louis de Montfort, le pape saint Grégoire le Grand, saint Alphonse, Saint-Antoine Claret, saint Augustin, etc., etc.

G) 1er octobre 1981 : « Toutes les religions sont égales devant Dieu », dit la Vierge. (Corpus chronologique de Medjugorje, p. 317)

H) « En Dieu il n’y a pas de divisions ou de religions, c’est vous dans le monde qui avez créé des divisions« . (Faricy, p.51)

Cette hérésie est claire. Dieu la Sainte Trinité est la religion catholique. Dieu, en la personne de Jésus-Christ, a fondé l’Église catholique. Donc, toutes les religions ne sont pas égales devant Dieu. Sinon, à quoi sert d’être catholique ?

I) « Dieu dirige toutes les confessions comme un roi dirige ses sujets, par l’intermédiaire de ses ministres ». ( » Les apparitions de Medjugorje », par le Père Svat Kraljevic, 1984, p.58)

C’est une hérésie de dire que Dieu dirige les confessions hérétiques qui sont perverses et se moquent des enseignements de Jésus-Christ.

J) « La religion de chacun doit être respectée, et vous devez préserver la vôtre pour vous et pour vos enfants ». (Kraljevic, p.68)

Les fausses religions qui conduisent les âmes en enfer ne doivent pas être respectées, mais condamnées. Et si cela ne vaut pas, alors on doit respecter les satanistes qui se moquent de Jésus-Christ et des sacrements.

Medjugorje enseigne clairement l’hérésie moderniste du respect, de l’estime et de la tolérance de fausses religions, tellement répandue dans la secte Vatican II.

K) « La Vierge a ajouté :« C’est vous qui êtes divisés sur cette terre. Les musulmans et les orthodoxes, comme les catholiques, sont égaux devant mon Fils et devant moi, car vous êtes tous mes enfants« . (père Ljubic, p.71)

Les musulmans incrédules non baptisés ou les baptisés schismatiques rejetant la papauté comme les « orthodoxes » d’orient, ne peuvent être en aucune façon égaux aux catholiques baptisés en état de grâce – ils ne peuvent pas être sauvés tout en pratiquant leur fausse religion.

L’Église catholique enseigne que l’islam est une abomination et du Diable :

Eugène IV, Concile de Bâle, Session 19, le 7 septembre 1434 : «… il y a de l’espoir qu’un très grand nombre de l’abominable secte de Mahomet seront convertis à la foi catholique. « 

Pape Calixte III, 1455 : «Je fais le vœu de … exalter la vraie foi, et d’extirper la secte diabolique du réprouvé et infidèle Mahomet [l’islam] en orient « .

Quant aux «orthodoxes» orientaux, tous ceux, au-dessus de l’âge de la  raison, qui connaissent l’enseignement catholique sur la papauté et pourtant le rejette avec opiniâtreté, iront en enfer à moins qu’ils ne se convertissent et deviennent catholiques.

C’est un dogme de l’Église catholique que l’on doit accepter la papauté pour être sauvé.

Pape Pie IX, le Concile Vatican I, 1870, Sess. 4, chap. 3, ex-cathedra : «… tous les fidèles du Christ doivent croire que le Siège apostolique et le Pontife romain détiennent la primauté sur le monde entier, et le Pontife de Rome lui-même est le successeur du bienheureux Pierre, le chef des apôtres, et est le vrai vicaire du Christ et la tête de toute l’Église … En outre, nous enseignons et déclarons que l’Église romaine, par la disposition du Seigneur, détient la souveraineté du pouvoir ordinaire sur toutes les autres … Telle est la doctrine de la vérité catholique dont personne ne peut s’écarter et garder sa foi et le salut « .

Mais la secte Vatican II nie ce dogme.

Les hérétiques et schismatiques, comme les protestants et les orthodoxes, sont hors de l’Église catholique et doivent être convertis à la foi catholique pour l’unité et le salut. Il est nécessaire pour eux d’accepter tous les dogmes et les conciles catholiques, y compris les définitions dogmatiques de Vatican I en 1870. Cet enseignement catholique est infaillible.

Cependant Benoît 16 enseigne que les protestants et les schismatiques orientaux n’ont pas besoin d’être convertis, et n’ont pas besoin d’accepter le Concile Vatican I. Il dit que les non-catholiques ne sont pas tenus d’accepter la primauté papale … (Voir les hérésies de Benoît 16).

Medjugorje – Témoignages

Objet : « Miracle » de Medjugorje. Bonjour, j’espère que vous allez bien. Je tiens à vous parler du récent voyage de ma mère à Medjugorje. Je vais d’abord dire qu’elle sait que je tiens la position sédévacantiste, et malgré mes nombreuses tentatives au cours des 4 dernières années pour lui faire ouvrir les yeux sur l’église d’imposteurs, elle reste résolument à Vatican 2. Avant qu’elle soit allée dans ce voyage, j’ai essayé de lui expliquer comment la « Marie » de Medjugorje ne peut pas être la même personne que Notre-Dame parce que la vraie Marie ne ferait pas l’éloge d’autres religions. Encore une fois, cela entre dans une oreille et sort par l’autre. Donc, la semaine dernière, elle a fait son voyage à Medjugorje et est rentrée hier. Elle était tellement excitée parce que le crucifix en métal de son chapelet se changea d’argent en or pendant qu’elle y était. Cela est si triste, elle est si facilement trompée d’autant plus maintenant. Pourtant, c’est l’amour de ma mère pour les mensonges de Vatican 2 qui fait sa chute pour les signes et les prodiges du diable. Je ne peux pas vous dire combien triste, déprimé et frustré je dois surmonter plus de membres de la famille, surtout ma propre mère, qui, sauf par la grâce de Dieu faisant la lumière dans leurs âmes, ne seront pas sauvés. Cordialement, Josh

Nous vous remercions de l’e-mail. C’est un excellent exemple d’un signe menteur et je me demande ce que saint Paul a prédit. Il a prophétisé qu’ils viendront dans les derniers jours pour tromper ceux qui ne reçoivent pas l’amour de la vérité (à savoir, la foi catholique traditionnelle). L’exemple que vous donnez de Medjugorje, tromper une personne qui ne veut pas la vérité, est exactement ce qui est prédit. Cela montre que nous vivons dans ces moments.

« Il viendra par l’opération de Satan, au milieu de toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges menteurs, et avec toute séduction d’iniquité pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité afin d’être sauvés. C’est pourquoi Dieu leur enverra une opération d’erreur, de manière qu’ils croient au mensonge ; en sorte que soient condamnés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais [qui] ont acquiescé [consenti] à l’iniquité ». (2 Thessaloniciens 2, 9-12).

Objet : Mère, Medjugorje. Salut. Je suis la personne qui ait envoyé le mail ‘autre jour à ma mère qui a fait le voyage à Medjugorje la semaine dernière. Eh bien, je lui parlais hier soir et je lui demandais si quelqu’un d’autre dans son groupe de pèlerinage avait leurs chapelets changés en or. Une seule autre personne sur 60 dans son groupe. Cela me dit que le diable travaille très fort pour la garder dans l’impasse du Concile Vatican II. Il sait que votre information est de la vérité et que je l’ai prié dur pour sa conversion à la vraie foi catholique. Mais je ne vais pas abandonner, tout comme la mère de saint Augustin n’a pas renoncé à son fils, je ne vais pas renoncer à ma mère. Elle me demandait encore et encore la nuit dernière de voir ses dvd de Medjugorje qu’elle a ramené de son voyage. J’essaye de trouver un accord avec elle. J’ai dit qu’elle regarderait ses dvd si elle regardait vos DVD. Elle n’a pas été d’accord, mais elle l’a fortement envisagé. Si elle est d’accord pour regarder votre matériel, alors cela pourrait être mon ouverture pour lui faire entendre avec un cœur ouvert à propos de la vraie foi. S’il vous plaît gardez ma mère, Carol, dans vos prières. Dieu vous Bénisse, Josh

Marthe Robin, secte vatican 2 et charismatisme

Marthe Robin est la fondatrice des foyers de charité qui ont largement appuyé l’apostasie de la secte vatican 2 et propagé sa fausse messe. Elle fut un pilier pour la « Nouvelle Pentecôte » hérétique de l’antipape Jean 23 et du charismatisme de la secte vatican 2. De plus, voici une hérésie manifeste de Marthe Robin lors d’une retraite des Foyers de Charité (par Philippe Coutel), et selon la règle de la foi, tout baptisé DOIT rejeter ces messages :

« Le 31 octobre 1979, vers 17 h, deux cousines, un cousin et un de leurs amis, dans la baie de Quiberon, ont voulu faire une dernier tour de bateau avant de mettre celui-ci en cale-sèche pour l’hiver. Ils avaient 18-19ans. Brusquement alors qu’ils étaient dans la rade, une très violente tempête s’est levée d’un coup. Le voilier a été sur le champ absorbé par les flots, et ils sont morts noyés. Quelques semaines plus tard, je suis allé voir Marthe Robin pour savoir ce qu’il était advenu d’eux quant à leur éternité, car aucun d’eux n’étaient pratiquants ; avec même une vie moralement plus ou moins dissolue, comme il est d’usage en Occident. J’étais donc un peu inquiet pour eux. Mais le père spirituel de Marthe, le père Finet à du nez. Et sans même être au courant de mon affaire il a sorti aux retraitants :  » Surtout n’allez pas demander à Marthe si vos proches qui sont morts sont sauvés. Et si elle vous disait qu’ils sont en enfer » ? Fort de cette recommandation je n’ai rien demandé à Marthe. Mais la question me brûlait les lèvres. C’est elle-même qui va rompre le silence, d’une manière détournée. Tout en respectant la consigne du père Finet, elle a demandé au père qui nous prêchait la retraite de nous dire :  » Et… Marthe Robin m’a fait savoir, que quand des jeunes qui ne pratiquaient pas, meurent dans l’ignorance de Jésus, il va se passer plusieurs heures avant le jugement définitif. Et même plusieurs jours, où le Seigneur va se montrer à eux dans toute sa lumière. Et va leur demander : veux-tu de mon amour ? Et en général, les jeunes disent oui « .

« Beaucoup plus a dû se dire entre Marthe et ce père, car pendant tout le temps où il disait ça, il a pris bien soin de ne pas regarder dans ma direction. Et même à un moment, il a carrément mis une main en cache devant ses yeux pour ne pas me regarder.

« Marthe Robin insistait souvent sur cette « durée » du temps de la mort. Le père Maurice de Lesseps, osb, moine de Fontgombault, rapporte le témoignage suivant (mai 2007) : « Le neveu d’un de mes amis religieux (un confrère du Père André Rannou des Missions Étrangères de Paris), mourut dans un accident de la route dans des circonstances troubles, à la sortie d’une boite de nuit. Son oncle était fort inquiet pour son salut, et pensait qu’il était damné. Et voici le témoignage qu’il me rapporta. Il se rendit pour une retraite au foyer de charité de Châteauneuf de Galaure. Vers la fin de la semaine, on le prévint que Marthe voulait le rencontrer. Il se rendit donc dans sa chambre, mais avec une certaine défiance, étant naturellement prévenu contre le merveilleux. Or Marthe, qui était d’origine rurale, lui parla durant tout l’entretien de la nature, des travaux agricoles. Il voulut brusquer la fin de l’entretien et se leva pour prendre congé. Alors Marthe lui dit ceci :  » Vous savez, Père, l’âme reçoit une grande lumière au moment de la mort. Et peu d’âmes disent non à Dieu, surtout parmi les jeunes « . Mon ami prêtre est sorti de la chambre assez bouleversé ».

C’est une hérésie qui nie l’enseignement de l’Église catholique :

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Athanase, Sess. 8, 22 nov. 1439, ex cathedra (Déclaration solennelle infaillible) : « Quiconque veut être sauvé doit avant tout tenir la foi catholique, à moins qu’il la conserve intègre et inviolée, il périra sans aucun doute pour l’éternité ».

Pape Eugène IV, Concile de Florence , «Cantate Domino», 1441, ex-cathedra : « La sainte Église romaine croit fermement, professe et prêche que tous ceux qui sont en dehors de l’Église catholique, et non seulement les païens, mais aussi juifs ou hérétiques et schismatiques, ne peuvent pas participer à la vie éternelle et iront dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges, sauf s’ils sont unis à l’Église avant la fin de leur vie ».

Le pape saint Pie X, Acerbo Nimis (n° 2), 15 avril 1905 : « Et comme Notre prédécesseur Benoît XIV, l’a écrit : « Nous déclarons qu’un grand nombre de ceux qui sont condamnés au châtiment éternel souffrent la calamité éternelle à cause de l’ignorance de ces mystères de la foi qui doivent être connus et crus pour être comptés parmi les élus ».

Pape Benoît XIV, Cum Religiosi (n° 4) 26 juin 1754 : «Veillez à ce que chaque ministre effectue soigneusement les mesures prévues par le saint concile de Trente … que les confesseurs doivent effectuer cette partie de leur devoir à chaque fois que quelqu’un se tient à leur tribunal qui ne sait pas ce qu’il doit par nécessité de moyens savoir pour être sauvé … »

2 Corinthiens 4:3 : « Et si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent, dont le dieu de ce monde [Satan] a aveuglé l’intelligence des incrédules, que la lumière de l’Évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu, ne doit pas briller pour eux ».

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 22), 29 juin 1943 (Magistère) : «En fait doivent être inclus comme membres de l’Église seuls ceux qui ont été baptisés et professent la vraie foi, et qui n’ont pas eu le malheur de se séparer eux-mêmes de l’unité du corps…»

Marthe Robin témoigne publiquement une hérésie manifeste, elle est pro-vatican 2 et sa nouvelle fausse messe idolâtre. C’est une tromperie. Ceci est la règle de la foi.

Pape Léon XIII, Satis Cognitum, n° 9, 29 juin 1896 (Magistère ordinaire infaillible de l’Église catholique) : « Toutes les fois donc que la parole de ce magistère déclare que telle ou telle vérité fait partie de l’ensemble de la doctrine divinement révélée, chacun doit croire avec certitude que cela est vrai ; car si cela pouvait en quelque manière être faux, il s’ensuivrait, ce qui est évidemment absurde, que Dieu Lui-même serait l’auteur de l’erreur des hommes ».

L’apostate « Mère » Térésa

Du livre : La vérité sur ce qui est réellement arrivé à l’Église catholique après vatican 2 – Chap. 32.6 – frères Peter et Michael Dimond O.S.B. – Monastère de la Très Sainte Famille (Most Holy Family Monastery)

Traduction en français personnelle de 2013 sur la version américaine.

Mère Teresa de Calcutta a été le fondateur des Missionnaires de la Charité, un des plus grands et des plus célèbres ordres religieux dans la secte Vatican II. Mère Teresa est considérée comme l’une des lumières brillantes de la religion post-Vatican II. La triste vérité, c’est qu’elle n’était même pas catholique. Son indifférence religieuse et son apostasie de la foi catholique a été illustrée dans une entrevue en 1989 dans Time Magazine.

Mère Teresa, Entretien avec Time Magazine 1989 – Elle aimait toutes les religions !

« Time Magazine : Que pensez-vous de l’hindouisme ?

Mère Teresa : J’aime toutes les religions, mais je suis en amour avec ma propre. Pas de discussion. C’est ce que nous devons leur prouver. En voyant ce que je fais, ils se rendent compte que je suis en amour avec Jésus». 36

Comme cité ici, Mère Teresa aimait toutes les religions. Mère Teresa aimait les religions de Satan ! Elle aimait les religions de l’idolâtrie, les religions qui rejettent le Christ, etc. C’est l’apostasie. Et elle sera bientôt une « sainte » dans la secte Vatican II, prouvant ainsi encore une fois que la secte Vatican II n’est pas l’Église catholique.

1 Corinthiens 13, 3 : « Et si je dois distribuer tous mes biens pour nourrir les pauvres, et si je dois livrer mon corps pour être brûlé, et n’ai pas la charité, cela me sert de rien ».

La charité de Mère Teresa était fausse, parce qu’elle n’était pas fondée sur la vraie foi. Elle n’a profité de rien.

Pape Pie XI, Mortalium Animos (n° 9), 6 janvier 1928 : «Pour quelle raison, car la charité est fondée sur une foi complète et sincère, les disciples du Christ doivent être unis principalement par le lien d’une seule foi ». 37

Hébreux 11, 6 : «Or sans la foi il est impossible de plaire à Dieu … »

Mère Teresa vénérant l'hindouiste Gandhi

Ci-dessus, « Mère » Teresa vénérant l’hindouiste Gandhi

Mère Teresa en train d'adorer Bouddha en 1975

Ci-dessus, une photo de « Mère » Teresa en train d’adorer Bouddha en 1975

Dans la photo de gauche, on voit Mère Teresa adorer Bouddha lors d’une cérémonie d’action de grâce pour le 25ème anniversaire des Missionnaires de la Charité. Elle est à genoux dans la prière, dans le coin inférieur gauche de l’image. L’image de droite est un gros plan de la même cérémonie, qui a eu lieu le 7 octobre 1975. Quand nous considérons cet acte d’apostasie ci-dessus, ainsi que de nombreux autres de Mère Teresa, il ne fait aucun doute qu’elle a été parmi les pires des apostats et des plus grands faux prophètes dans toute l’histoire catholique.

Après que Jean-Paul II ait tenu sa réunion idolâtre de prière interreligieuse à Assise en 1986 où, entre autres abominations, le Dalaï Lama a placé une statue bouddhiste au sommet du Tabernacle, Mère Teresa a fait référence à la journée comme «le plus beau cadeau de Dieu». 38

Un livre récemment publié, tout part de la prière, les Méditations de Mère Teresa sur la vie spirituelle des gens de toutes confessions, montre également le rejet complet par Mère Teresa de la foi catholique et de la nécessité du Christ pour le salut. La préface cite une de ses déclarations les plus célèbres, qui révèle l’esprit démoniaque de l’œuvre de Mère Teresa :

Mère Teresa : «J’ai toujours dit que nous devrions aider un hindou à devenir un meilleur hindou, un musulman à devenir un meilleur musulman, un catholique à devenir un meilleur catholique». 39

C’est l’apostasie de Jésus-Christ et de la foi catholique. Mère Teresa a également déclaré :

«Certains l’appellent Ishwar, certains l’appellent Allah, certains tout simplement Dieu, mais nous devons reconnaître que c’est Lui qui nous a fait faire de plus grandes choses : aimer et être aimé. Ce qui importe est que nous aimons. Nous ne pouvons pas aimer sans la prière, et ainsi de quelque religion que nous sommes, nous devons prier ensemble». 40

Donc, en bref, Mère Teresa croyait que Dieu (la Très Sainte Trinité) et les démons (les faux dieux des païens) sont un seul et même. Le fait qu’elle soit considérée comme « sainte » par la secte Vatican II constitue l’une des plus grandes fraudes spirituelles de l’histoire chrétienne. Mère Teresa a exprimé une attitude générale d’indifférence pour la religion qu’un homme professait, et manifeste son approbation des fausses religions du Diable (les religions non-chrétiennes) régulièrement.

« Une fois, quand Mère Teresa avait la charge d’un homme mourant bouddhiste, un visiteur a entendu murmurer : «Vous dites une prière dans votre religion, et je vais dire une prière que je sais. Ensemble, nous dirons cette prière et ce sera quelque chose de beau pour Dieu.  » 41

Dans Mère Teresa, A Pictorial Biographie de Joanna Hurley, nous lisons ce qui suit à la page 68 à propos de l’ordonnance de Mère Teresa, les Missionnaires de la Charité :

« Un ordre catholique, les Missionnaires de la Charité est néanmoins œcuménique dans son travail. Les religieuses enterrent le mort qu’elles ont soigné selon les rites de la religion de chaque individuet elles observent les fêtes locales [des autres religions] avec celles de l’Église. Voici un groupe de jeunes religieuses aidant les enfants qui allument des cierges magiques pour Diwali, le Festival des Lumières de l’Inde  « .42

Cela signifie que les religieuses de l’ordre de Mère Teresa, non seulement approuvent, mais participent effectivement à des rites païens de religions non-chrétiennes. C’est parce qu’elles suivent l’indifférentisme religieux de leur fondateur, Mère Teresa. À la page 68 de ce livre , il y a une image de religieuses de l’ordre de Mère Teresa qui allument les cierges magiques pour la fête hindoue de Diwali avec des sourires gigantesques sur leurs visages. C’est le péché contre la foi de la pire espèce ; c’est la religion de l’Antéchrist – où l’homme, et sa préférence personnelle pour les fausses religions, annule et remplace Jésus-Christ.

Un de nos amis du Canada a récemment appelé le supérieur d’un des couvents de Mère Teresa. Notre ami a dit à « la Mère Supérieure » du Canada qui a répondu : « Comment se fait-il que Mère Teresa n’a jamais essayé de convertir quelqu’un ? « C’est le respect ultime de la personne humaine de respecter sa religion ». « La Mère Supérieure » a dit à notre ami que ces non-catholiques vont au ciel, même s’ils rejettent le Christ, tant qu’ils sont des «bonnes personnes», car c’est ce qui importe, selon elle. En d’autres termes, l’homme et son choix de la religion sont de plus en plus important que Jésus-Christ. Ceci est l’Évangile de l’Antéchrist, et Mère Teresa était son principal prophète et faux exemplaire en dehors des antipapes de Vatican II. Elle a masqué son apostasie dans des œuvres purement naturelles qui lui donnait l’apparence de la vraie charité, alors qu’en fait, elle n’en avait pas.

Saint Pie X, Editae Saepe (n° 28), 26 mai 1910 : « En fait, cependant, les bonnes œuvres simplement naturelles sont une contrefaçon de la vertu, car elles ne sont ni permanentes ni suffisantes pour le salut». 43

Mère Teresa a nourri et vêtu les corps de beaucoup de gens, mais elle a laissé leurs âmes affamées de ce qu’ils avaient le plus besoin, Notre Seigneur Jésus-Christ. Elle a privé ces âmes de la seule chose qui comptait vraiment, et n’était donc pas leur véritable amie, mais leur ennemie.

Luc 12, 4-5 : « [Jésus dit :] Et je vous le dis, mes amis : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et après cela ne peuvent plus rien faire. Mais je vais vous montrer qui vous devez craindre : craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne. Oui, je vous le dis, craignez-le» .

Jean 17, 3 : « Maintenant, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et Jésus-Christ, que tu as envoyé».

1 Jean 5, 11-12 : «Et voici ce témoignage, c’est que Dieu nous a donné la vie éternelle. Et cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie. Celui qui n’a pas le Fils, n’a pas la vie».

Pape Eugène IV, Concile de Florence , Athanase, Sess. 8, le 22 novembre 1439, ex cathedra : « Quiconque veut être sauvé doit avant tout tenir la foi catholique, à moins qu’il la conserve intègre et inviolée, il périra sans aucun doute pour l’éternité ».

Pape Eugène IV, Concile de Florence , «Cantate Domino», 1441, ex-cathedra : «La sainte Église romaine croit fermement, professe et prêche que tous ceux qui sont en dehors de l’Église catholique, et non seulement les païens, mais aussi juifs ou hérétiques et schismatiques, ne peuvent pas participer à la vie éternelle et iront dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges, sauf s’ils sont unis à l’Église avant la fin de leur vie».

Nous avons passé un peu de temps sur cette question, car il est probable que la secte Vatican II « canonisera » bientôt l’apostate Mère Teresa, qui a illustré l’indifférentisme religieux comme un des pire membre de la secte Vatican II. Comme les canonisations sont infaillibles, ce sera une preuve supplémentaire que les antipapes de Vatican II ne sont pas de vrais papes.

Sœur Emmanuelle

Cette sœur a très largement contribué à crédibiliser et à affermir la secte et l’apostasie vatican 2, la liberté religieuse, son faux œcuménisme, etc.

Elle révéla publiquement dans les médias ses impuretés – Dieu le permettant pour montrer la vérité – ce qui est scandaleux (Voir péché de scandale) et une attitude qui ne peut pas être catholique.

Abbé Pierre

Cet homme a largement contribué à l’apostasie vatican 2 et encouragé les fausses religions du diable.

Comme Mère Térésa (Voir ci-dessus), il a versé dans la foi de l’homme, les œuvres naturelles, le faux œcuménisme vatican 2.

Comme sœur Emmanuelle, il révéla aussi publiquement ses impuretés.

Marcel Van

Ses récits des discours de Jésus ont le même ton que ceux de la fausse apparition de Medjugorje et sont hérétiques.

Dans le livre Colloques (avec Jésus, Marie et Thérèse de l’Enfant-Jésus), t. 2 des Œuvres complètes, Paris, Saint-Paul Éditions Religieuses / Les Amis de VAN, 2006, p. 376-377, préfacé par l’apostat « cardinal » Christoph Schönborn de la secte vatican 2, Marcel Van affirme que Jésus-Christ aurait tranché ainsi le débat catholique séculaire au sujet des limbes :

« JÉSUS : Rappelle-toi bien ceci. Naturellement, les petits enfants n’ayant pas encore l’intelligence, n’ont pas non plus de volonté. L’intelligence sert à comprendre si une chose est bonne ou mauvaise et la volonté à agir conformément à ce que comprend l’intelligence. Ces deux facultés-là sont les plus nécessaires. Or, ces facultés nécessaires, les enfants [700] ne les possèdent pas encore. Ainsi donc, il faut maintenant qu’une autre volonté prenne place dans le cœur de ces petits enfants ; et si cette volonté agit d’une façon conforme au bien, c’est tout comme si ces petits enfants agissaient eux-mêmes.

«Cependant, pour que cette volonté produise son effet, il faut qu’elle agisse de façon conforme au bien, conforme à la vérité même. Si, au contraire, elle agit d’une façon opposée au bien, opposée à la vérité, cette volonté ne produit pas son effet.

«Maintenant, tout ce que tu as à faire, c’est de placer ta volonté dans le cœur des petits enfants et, alors, eux aussi appartiendront aussitôt à la Sainte Église. Et s’ils viennent à mourir avant l’usage de la raison, ils monteront quand même au ciel avec moi, parce qu’ils ont ta volonté qui agit en eux. Et puisque tu as la volonté de croire tout ce que la Sainte Église enseigne à croire, et aussi la volonté de m’aimer… Il se fait que ces enfants ont, eux aussi, la même volonté que toi, de sorte que leur âme m’appartient entièrement, qu’elle appartient à la Sainte Église. Bien que ces enfants ne connaissent rien, il y a cependant en eux la volonté d’un autre qui connaît, de sorte que, tout en ne connaissant pas, il se fait qu’ils connaissent.

«Petit frère, comprends-tu cela ? Offre-moi ta volonté et, moi, je la mettrai dans l’âme des petits enfants qui vivent sur cette terre… À partir de maintenant, tu as donc la certitude que tous les petits enfants m’appartiennent déjà.

«Petit frère, cette manière de vouloir que je viens de te révéler est quelque chose de nouveau. Jusqu’à présent, les petits enfants étaient également sauvés grâce à ce procédé, sans que les hommes n’en soupçonnent rien. Allons, petit frère, chasse la tristesse et sois joyeux. Comme tu es l’apôtre des enfants, il était nécessaire que tu connaisses ces choses.

«Les enfants sauvés de cette manière sont baptisés dans l’amour même. Il leur est donné de confesser la foi dans l’amour, et cet acte d’amour, ils le posent au moyen de la volonté».

C’est une hérésie manifeste. L’Église catholique enseigne que les enfants avortés et les nourrissons qui meurent sans baptême descendent immédiatement en Enfer, mais qu’ils ne souffrent pas les feux de l’enfer. Ils vont à une place en enfer appelée les limbes des enfants. La définition la plus spécifique de l’Église prouvant qu’il n’y a aucun moyen possible pour un enfant d’être sauvé sans le sacrement du Baptême est le suivant du pape Eugène IV :

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Session 11, 4 février 1442, ex-cathedra : « En ce qui concerne les enfants, en effet, à cause du danger de mort, ce qui peut souvent avoir lieu, aucune aide ne peut être mise à leur disposition par un autre remède que par le sacrement du baptêmepar lequel ils sont arrachés à la domination du diable [le péché originel] et adoptés parmi les fils de Dieu, il signale que le saint baptême ne doit pas être différé pendant quarante ou quatre-vingts jours, ou à tout moment en fonction du respect de certaines personnes … ». (Denz. 712)

Le Pape Eugène IV définit ici de la Chaire de saint Pierre qu’il n’y a pas d’autre remède pour les enfants d’être arrachés à la domination du diable (ie le péché originel) autre que le sacrement du baptême. Cela signifie que toute personne qui enseigne obstinément que les enfants peuvent être sauvés sans avoir reçu le sacrement du baptême est un hérétique, car il enseigne qu’il y a un autre remède pour le péché originel chez les enfants autre que le sacrement du baptême.

Le pape Martin V, concile de Constance, Session 15, 6 Juillet 1415 – Condamnant les articles de John Wyclif – Proposition 6 : « Ceux qui prétendent que les enfants des fidèles qui meurent sans baptême sacramentel ne seront pas sauvés, sont stupides et présomptueux en disant cela».  – Condamné.

L’hérésiarque John Wyclif proposait que ceux (comme nous) qui sont stupides pour enseigner que les enfants qui meurent sans l’eau (c’est-à-dire sacramentelle) du baptême ne peuvent absolument pas être sauvés. Il a été frappé d’anathème pour cette affirmation, parmi beaucoup d’autres. Et voici ce que le concile de Constance avait à dire au sujet des propositions de John Wyclif frappé d’anathème, comme le # 6 ci-dessus.

Le pape Martin V, concile de Constance, Session 15, 6 Juillet 1415 : «Les livres et les brochures de John Wyclif, de mémoire maudite, ont été soigneusement examinés par les docteurs et maîtres de l’Université d’Oxford … Ce saint synode, donc, au nom de notre Seigneur Jésus Christ, rejette et condamne, par ce décret perpétuel, les articles précités et chacun d’eux en particulier, et il défend chaque catholique désormais, sous peine d’anathème, de prêcher, d’enseigner ou de détenir ces objets ou l’un d’eux».

Donc ceux qui critiquent les catholiques affirmant le dogme selon lequel aucun enfant ne peut être sauvé sans le sacrement du baptême proposent effectivement l’hérésie anathème de John Wyclif. Voici quelques autres définitions dogmatiques sur le sujet :

Le pape saint Zosime, Concile de Carthage, Canon sur le péché et la grâce, 417 : « Il a été décidé également que si quelqu’un dit que, pour cette raison, le Seigneur a dit : « Dans la maison de mon Père il y a plusieurs demeures » [Jn 14, : 2] : qu’il pourrait être compris que dans le royaume des cieux, il y aura quelque part au milieu un endroit où les nourrissons bienheureux vivent, qui ont quitté cette vie sans baptême, sans lequel ils ne peuvent pas entrer dans le royaume des cieux, qui est la vie éternelle, qu’il soit anathème». (Denz. 102, plus authentique au canon 2.)

Le pape Paul III, Concile de Trente, sur le péché originel, Session V, ex cathedra – 4. : «Si quelqu’un nie que les tout-petits, qui viennent de naître de leur mère, doivent être baptisés », même s’ils viennent de parents baptisés. « ou bien dit qu’ils sont certes baptisés pour la rémission des péchés, mais qu’ils ne portent rien du péché originel venant d’Adam et qu’ils n’ont pas besoin d’être purifiés par le bain de la renaissance pour eux pour obtenir la vie éternelle,  » d’où il suit que pour eux la forme du baptême pour la rémission des péchés n’a pas un sens vrai, mais faux : qu’il soit anathème». (Denz. 791 1514)

Cela signifie que toute personne qui affirme que les enfants n’ont pas besoin de la «cuve de la renaissance» (baptême d’eau) pour atteindre la vie éternelle enseigne l’hérésie. Saint Augustin était peut-être le partisan le plus virulent de la vérité apostolique que les enfants qui meurent sans baptême sont exclus du royaume des cieux (car ils ont le péché originel).

St Augustin, 415 :  » Quiconque dirait que les enfants qui passent cette vie sans participation au sacrement du baptême [] doit être rendu à la vie dans le Christ va vraiment à l’encontre de la prédication de l’Apôtre et condamne toute l’Église, qui a un grand empressement à baptiser les nouveau-nés, car on croit sans doute qu’il n’y a pas d’autre moyen par lequel ils peuvent être rendus à la vie dans le Christ » (Jurgens, la foi des premiers Pères, Vol 3, 2016)

Conchita Cabrera de Armida (1862-1937)

Conchita est une illuminée hérétique pré-vatican 2 comme Marcel Van (ci-dessus) et un pilier luciférien de la « Nouvelle Pentecôte » et du charismatisme de la future secte vatican 2.

19 Fevrier 1911 : «A mesure que règnera l’Esprit- Saint, le sensualisme, qui aujourd’hui envahit la terre, disparaîtra. Jamais la Croix ne prendra racine si auparavant le terrain n’a pas été préparé par l’Esprit-Saint. Voilà pourquoi il t’est apparu en premier avant même la vision de la Croix… L’un des principaux fruits de l’incarnation mystique est le règne de l’Esprit-Saint qui doit faire disparaître le matérialisme».

26 janvier 1916 : «En envoyant au monde une nouvelle Pentecôte, Je veux qu’il s’enflamme, qu’il se purifie, qu’il soit illuminé, embrasé et purifié par la lumière et le feu du Saint Esprit. La dernière étape du monde doit se signaler très spécialement par l’effusion du Saint-Esprit. Il veut régner dans les cœurs et dans le monde entier, non pas tant pour la gloire de sa personne que pour faire aimer le Père et porter témoignage de Moi, bien que sa gloire soit celle de toute la Trinité».

27 Septembre 1918 : «Dis au Pape que c’est ma volonté que dans tout le monde chrétien, on supplie le Saint-Esprit, implorant la paix et son règne dans les cœurs. Seul cet Esprit-Saint pourra renouveler la face de la terre ; il amènera la lumière, l’union et la charité dans les cœurs».

11 Mars 1928 : «C’est mon désir que l’univers soit consacré à l’Esprit-Divin pour qu’il se répande sur la terre dans une nouvelle Pentecôte ».

Conchita, dans son journal, fait parler Jésus (qui n’est pas Jésus-Christ) qui annonce le Règne du Saint-Esprit, présenté comme « une seconde Pentecôte » :

Page 144 : « Il est temps que l’Esprit-Saint règne ».
Page 186 : « Pour ces derniers temps, destinés au Règne de l’Esprit-Saint… »
Page 205 : « Je désire que cette dernière époque soit très spécialement consacrée à cet Esprit-Saint, qui opère toujours par l’amour… c’est son tour, c’est son époque, c’est le triomphe de l’amour dans mon Église, en tout l’univers ».
Page 220 : « …Il viendra, Moi Je l’enverrai une autre fois d’une façon évidente en ses effets qui étonnera le monde et poussera l’Église à la Sainteté ».
Page 258 : « La Providence a confié à une laïque un message prophétique pour le monde d’aujourd’hui. Sa mission dans l’Église est celle d’annoncer une « Nouvelle Pentecôte », le règne de l’Esprit-Saint… » (commentaire du Père Philippon)
Page  261 : « Cinquante ans avant le Concile, depuis 1911, Conchita ne cessait de le répéter dans ses écrits : « Il faut à l’Église et au monde une Nouvelle Pentecôte, une seconde Pentecôte, une Pentecôte sacerdotale, une Pentecôte intérieure ». (commentaire du Père Philippon)

Un « Règne de l’Esprit-Saint », c’est de l’illuminisme. Conchita parle d’une Nouvelle Pentecôte, une « seconde Pentecôte », c’est hérétique. Il n’y a pas de seconde Pentecôte, l’Esprit-Saint a été donné une fois pour toutes lors de la Pentecôte qui a constituée l’Église : l’Esprit-Saint est l’âme inséparable du corps mystique du Christ qui est l’Église catholique.

Le journal de Conchita contient des vérités et du faux mêlé au vrai, comme toute hérésie. Il sert à prendre les âmes dans les filets du démon qui se fait passer pour l’Esprit-Saint.

La Nouvelle Pentecôte, la « seconde Pentecôte », c’est le règne de l’esprit de Satan.

Sœur Olive et le faux Christ-Roi

faux crhist-roi

Faux christ roi avec un visage diabolique et une main crochue de sœur Olive

Ses écrits contiennent des soi-disant prophéties du Christ-Roi qui ne se sont PAS accomplies.

Cette fausse dévotion humaine ne vient pas de Dieu.

Deutéronome 18, 21b-22 : «Comment puis-je discerner la parole que le Seigneur n’a pas dite ? Tu auras ce signe : ce que ce prophète aura prédit au nom du Seigneur, n’arrivant pas, le Seigneur ne l’a pas dit, mais c’est par l’enflure de son esprit que le prophète l’a inventé : et c’est pourquoi tu ne le craindras pas».

San Damiano

San Damiano est le nom de la ville italienne qui a vu naître la fausse apparition de « Notre-Dame des roses » avec l’illuminée (illuminisme) Mamma Rosa.

Mamma Rosa, de la Vierge Marie, 17 nov. 1972 : « Les heures sont tristes, mais la Lumière viendra, la Lumière resplendira sur le monde entier, spécialement dans L’Église de Pierre. Elle se révélera !  » (Stella Maris p. 657)

« la Lumière viendra » est une hérésie. La lumière est venue dans Jésus-Christ, l’Esprit-Saint et L’Église catholique gardienne du dépôt de la foi.

« la Lumière » de Mamma Rosa est luciférienne :

Mamma Rosa, 12 déc. 1972 : « … Je viendrai bientôt pour vous donner Lumière … Une forte Lumière… Je viendrai bientôt avec une grande Lumière … Je serai bientôt au milieu de vous avec une grande Lumière ». (Stella Maris p. 671).

« Soyez forts : plus les luttes seront fortes, plus Je viendrai avec une grande Lumière, qui illuminera tout le monde… Insistez nuit et jour auprès du Père Éternel, qu’Il donne la grande Lumière… » (id. p. 672)

« la grande Lumière » est un terme typique luciférien et maçonnique : c’est « la grande Lumière du Grand Esprit » Lucifer, la « Nouvelle Pentecôte », le Règne de l’Esprit qui n’est pas le Saint Esprit. L’Esprit-Saint a été envoyé une fois pour toutes à la Pentecôte.

Ce n’est pas Notre Seigneur Jésus-Christ qui parle par Mamma Rosa, mais Satan.

« dans l’Église de Pierre » est un terme du langage luciférien pour signifier l’église catholique comme étant une église profane aux vues de la contre-église gnostique/ésotérique/maçonnique, l’Église de « l’Esprit », l’Église de « l’Amour », l’Église de la tolérance religieuse, de l’œcuménisme, de la liberté religieuse, des fausses religions : c’est la secte vatican 2.

« On invoque l’apôtre Saint Jean, c’est tout simplement la vieille théorie des Rose-Croix prophétisant l’avènement de l’Église ésotérique de Jean, supérieure à l’Église exotérique de Pierre et dont les temps apocalyptiques sont, parait-il, arrivés. L’Église romaine doit lui céder la place. Il lui faut disparaître telle qu’elle est : « Le « cycle de Jean » … est ouvert ». (Pierre Virion, Le mystère d’iniquité, 1967, p.146. Pierre Virion est aussi l’auteur de Bientôt un gouvernement mondial, une super et contre Église ?)

A San Damiano, une « hostie » sanglante d’une « messe » invalide d’un « prêtre invalide » novus ordo concélébrée par un prêtre réduit à l’état laïc a été présentée comme un signe du ciel que Jésus aurait confirmé selon Mamma Rosa : « Ce sont là des signes que Je donne pour sauver le monde ».

Cela est totalement hérétique : une fausse messe et un faux prêtre ne peuvent réaliser le sacrement et le Seigneur Jésus encore moins confirmer cela.

C’est une preuve de plus que San Damiano n’est pas d’origine divine, mais d’origine diabolique.

Fausses apparitions de Bayside – New York

Livre La vérité sur ce qui est réellement arrivé à l’Église catholique après vatican 2 – Chap. 36 frères Peter et Michael Dimond O.S.B. – Monastère de la Très Sainte Famille (Most Holy Family Monastery)

Traduction en français personnelle 2013 sur la version américaine

Ce chapitre expose jusqu’où il a été permis au diable d’aller pour tromper les gens sur l’apostasie Vatican 2, les antipapes de Vatican 2 et la nouvelle messe.

Un signe à Bayside - mais pas un signe du ciel

Un signe à Bayside – mais, comme nous allons le voir, pas un signe du ciel

Nous sommes souvent contactés par ceux qui suivent les prétendues apparitions de Notre-Dame et Notre-Seigneur qui ont eu lieu dans différentes parties du monde au cours des dernières décennies. Parmi celles-ci, les apparitions de Bayside, à New York sont au premier plan. Veronica Lueken aurait reçu des messages de Notre Seigneur et de Notre-Dame à partir des années 1970 et durant les années 1990. Les messages de Veronica étaient connus comme le Message de Bayside. Ces messages ont été – et sont encore – très influents dans nombre de vues de la crise post-conciliaire.

Veronica Lueken «extase» à Bayside

Veronica Lueken «extase» à Bayside 2

Veronica Lueken en « extase » à Bayside, NY – Comme nous le verrons, elle voyait quelque chose, mais pas Notre-Dame ou Notre-Seigneur.

Les messages qui auraient été reçus par Veronica étaient accompagnés par des prodiges et des signes dont  beaucoup ont été témoins sur le site d’apparition de Bayside. Au début de ce chapitre se trouve une image du parc à Bayside, dans lequel il semble y avoir un signe miraculeux de la grâce dans la zone de la tête de Veronica Lueken. Apparemment, il y a des milliers de ces motifs dans les images à Bayside. Ceux-ci semblent en effet être des «signes», mais, comme nous le verrons, ces signes ne sont pas du Ciel.

Parlant des derniers jours, le Seigneur met en garde le monde qu’il y aura de faux miracles et des prodiges pour tromper (si c’était possible), même les élus.

Matthieu 24, 24-25 : « Alors, si quelqu’un vous dit : Voici le Christ est ici, ou là, ne le croyez pas. Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes, et ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de tromper (si possible), même les élusVoici, que je vous l’ai dit à l’avance. Si donc on vous dit : Voici Il est dans le désert, n’y allez pas ; Voici, il est dans le placard [le lieu le plus retiré de la maison], ne le croyez pas ».

Dans cet avertissement, Notre-Seigneur fait la déclaration très spécifique selon laquelle si les gens disent qu’ils le voient ici ou là, à l’époque, ne le croyez pas. Il utilise même l’expression très intéressante, « dans le placard. » En d’autres termes, si il est dit que Notre-Seigneur est apparu dans leurs placards ou dans leurs chambres, ne le croyez pas. Cette mise en garde pourrait évidemment s’appliquer aussi à ceux qui disent que sa mère est ici ou là, dans ces jours. Saint Paul nous avertit de la même chose dans 2 Thessaloniciens, quand il parle de l’époque de la Grande Apostasie et de la venue de l’Antéchrist :

2 Thessaloniciens 2, 9-12 : « dont la venue est selon l’opération de Satan, en toute puissance, et des signes et de prodiges mensongers, et en toute séduction d’iniquité pour ceux qui périssent; parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité, pour être sauvés. C’est pourquoi Dieu leur enverra une opération d’erreur, de croire le mensonge. Que tous soient jugés qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont consenti à l’iniquité ».

Prophétie de Marie Julie Jahenny, stigmatisée bretonne (1891) : «Pendant le temps de l’approche des punitions annoncées à La Salette, un nombre illimité de fausses révélations sortira de l’enfer comme un essaim de mouches, une dernière tentative de Satan pour étouffer et détruire la croyance dans les vraies révélations par des fausses». 1

Face à cette situation, la façon dont tout catholique juge est par l’enseignement de l’Église catholiqueSi une apparition apparemment du ciel donne un message qui contient une hérésie claire, ou quelque chose de contraire à l’enseignement de l’Église catholique, c’est suffisant pour prouver qu’il ne peut pas venir de Dieu, mais que c’est du Diable. Dieu ne se contredit pas.

Galates 1, 8-9 : «Mais si nous, ou un ange du ciel vous annonçait un autre évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème. Comme nous l’avons dit précédemment, et je le répète : Si quelqu’un vous annonce un évangile, en plus de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ».

Ce qui suit, ce sont quelques-unes des hérésies et clairement des faux messages à Bayside. Ceux-ci servent à prouver que les apparitions de Bayside n’étaient pas d’authentiques messages de Notre-Dame ou de Notre-Seigneur. Nous allons couvrir quelques-uns des faux messages de Bayside. Il y en a beaucoup d’autres que nous n’incluons pas dans l’ordre pour éviter de faire ce chapitre trop long. Ces faits suffisent pour prouver que Notre Seigneur et Notre-Dame ne semblaient pas ou ne parlaient pas à Veronica Lueken. C’était en fait le diable se présentant comme Notre-Dame et Notre-Seigneur qui a donné à  Veronica Lueken des faux messages pour égarer les gens.

BAYSIDE ENSEIGNE qu’il y a d’AUTRES RELIGIONS DANS LE CIEL

« Notre Dame » de Bayside, 14 Août 1979 : « Ne jugez pas vos frères et sœurs qui n’ont pas été convertis. Dans la maison de mon Père, mon fils a répété encore et encore, toujours se rappeler – que dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de chambres dans le manoir, signifiant religions et croyances.  » 2

La déclaration ci-dessus serait de « Notre-Dame de Bayside, » que dans la Maison du Père il y a plusieurs demeures représentant de nombreuses religions et croyances,est manifestement hérétique. C’est un dogme infailliblement défini que seuls ceux qui meurent avec la foi catholique vont au Ciel, comme nous l’avons couvert tout au long de ce livre.

Pape Eugène IV, Le symbole d’Athanase, Concile de Florence, sess. 8, le 22 novembre 1439, ex cathedra : « Quiconque veut être sauvé, doit avant tout tenir la foi catholique; qui ne la conserve pas intègre et inviolée, périra sans aucun doute dans l’éternité ». 3

Cette hérésie à Bayside trahit aussi une fausse apparition du diable, car Notre-Dame ne contredit pas le dogme infaillible et la Chaire de saint Pierre. Dire le contraire est une hérésie blasphématoire.

Le pape Léon XII, Ubi Primum (n° 14), 5 mai 1824 : «Il est impossible pour le vrai Dieu, qui est la Vérité elle-même, le meilleur, le plus sage fournisseur, et le rémunérateur des bons hommes, d’approuver toutes les sectes qui professent de faux enseignements qui sont souvent incompatibles entre eux et contradictoires, et confèrent des récompenses éternelles pour leurs membres … par la foi divine que nous détenons un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême … C’est pourquoi nous professons qu’il n’y a pas de salut hors de l’Église»4

Le message de Bayside contredit ce que les catholiques doivent tenir par la foi divine, qu’il n’y a qu’une seule foi qui mène au ciel, la foi catholique, en dehors de laquelle il n’y a pas de salut. Les nombreuses demeures dans la maison du Père auxquelles Notre-Seigneur se réfère dans l’Évangile représentent différentes récompenses pour les catholiques qui meurent en état de grâce.

Fausse prophétie de Bayside : le krach

« Notre Dame » de Bayside, le 18 Juin 1988 : «Dans deux ans ou moins, il y aura un grand effondrement du marché. Les systèmes monétaires du monde entier seront paralysés. Mon enfant, c’est pourquoi vous deviez venir ce soir pour ces motifs.  » 5

Ce n’est jamais arrivé.

Fausse prophétie de Bayside : LA BOULE DE RACHAT

« Notre Dame » de Bayside, le 18 Juin 1988 : « Ne soyez pas effrayé, mon enfant; vous devez voir cela, car c’est important. Dans ce siècle, cette boule sera envoyée à l’humanité … Il est presque trop tard … une boule qui est rapide se  précipite vers la terre ! Elle sera ici dans ce siècle, sinon plus tôt ». 6

Une caractéristique commune de la plupart des dernières fausses apparitions est l’affirmation selon laquelle une boule de rachat viendra écraser la Terre ou beaucoup. Personnellement, nous croyons que le but du diable dans la promotion de cette idée est d’amener les gens à se concentrer sur un châtiment physique, plutôt que sur la tromperie spirituelle se produisant avec la secte Vatican II. Bayside a clairement prophétisé que cette comète / boule de rachat devait arriver « dans » le 20ème siècle. Cela ne s’est jamais produit, prouvant ainsi que le Message de Bayside est faux. De plus, regardez le libellé du message prétendument de « Notre-Dame ». Elle dit soi-disant que cette boule arriverait «dans ce siècle, sinon plus tôt», comme si elle NE SAVAIT PAS. Ce n’est pas la déclaration de Notre-Dame, mais le mensonge du diable.

Quand Notre-Dame communique, elle dit généralement très peu. Elle exprime précisément, et elle ne fait certes pas de fausses prophéties. Elle est la Reine des Prophètes.

BAYSIDE ENSEIGNE L’HÉRÉSIE SUR LES POUVOIRS de Dieu, et que Jean-Paul II est BON

« Notre Seigneur » de Bayside, le 21 Août 1985 : «Mes enfants – trois avec une grande puissance, envisagent le sort de votre Vicaire [Jean-Paul II]. Vous devez l’avertir, qu’il soit clair pour ceux qui l’entourent. Quand il lira leurs écrits, il va comprendre. Cependant, nous demandons aussi qu’il passe moins de temps à aller et venir à travers les nations, car il rend doublement difficile pour nous de le protéger. Priez avec la vigilance constante de la prière. Vous avez un bon et saint Père maintenant à Rome, mais il doit y être enlevé quand viendra la catastrophe ». 7

Selon ce message, Notre Seigneur a dit qu’il est doublement difficile pour lui de protéger quelqu’un qui voyage. C’est évidemment faux.

Le pape Pie IX, Concile Vatican I, sess. 3, Chap. 1, Le Dieu créateur de toutes choses : «Dieu garde et gouverne par sa Providence l’ensemble de ce qu’il a créé, « atteignant avec force d’un bout du monde à l’autre et disposant tout avec. douceur » [Sg 8, 1]. En effet, « toutes choses sont à nu et à découvertes devant ses yeux » [He 4, 13] y compris celles que l’action libre des créatures produira». 8

La providence et la puissance de Dieu s’étendent d’une extrémité de la terre à l’autre. Il n’est pas difficile pour lui de faire quelque chose. La déclaration de Bayside contredit non seulement Vatican I, mais aussi l’Évangile. Notre Seigneur dit à ses apôtres qu’il pourrait avoir instantanément plus de 12 légions d’anges (Mt 26, 53) de son Père, s’il les Lui demandait. Mais Bayside voudrait nous faire croire que cela est rendu difficile pour Dieu si vous voyagez ! Ce n’est là qu’un exemple parmi d’autres qui prouve que c’est une hérésie scandaleuse et une erreur dans le message de Bayside.

Alors que Dieu permet au diable de travailler à produire de faux signes sur ces lieux d’apparitions, dans le même temps, il permet (ou même force) au diable de faire de grosses erreurs, en sorte que ceux qui veulent vraiment la vérité puissent voir que le message est une tromperie du Diable.

Le message ci-dessus nous dit aussi que Jean-Paul II était «bon». C’est sans doute la pire partie du Message de Bayside. Jean-Paul II a salué les différentes religions fausses et a enseigné que nous ne devrions pas convertir les non-catholiques, comme nous l’avons recensé dans ce livre. Jean-Paul II était mauvais, hérétique qui rejette le Christ. Grâce à Veronica Lueken, le diable voulait convaincre les gens qu’un homme qui prêche un nouvel évangile, qui promeut l’idolâtrie et l’indifférentisme religieux, était en fait «bon».

Jean-Paul II à Assise, 1986, lors d'un rassemblement œcuménique, le pape Pie XI condamne comme une apostasie dans Mortalium Animos

Jean-Paul II à Assise en 1986, lors d’un rassemblement œcuménique, le Pape Pie XI le condamne comme une apostasie dans Mortalium Animos

BAYSIDE ENSEIGNE un mensonge clair sur la TELEVISION

« Notre Dame » de Bayside, le 27 septembre 1975 : « Je vous ai, à plusieurs reprises, mis en garde, et tous mes enfants, contre l’utilisation de la machine diabolique, votre téléviseur. Il n’y aura pas d’excuses pour avoir ces derniers en votre présence« . 9

Selon le Message de Bayside, «Notre-Dame», dit qu’il n’y a pas d’excuses pour avoir une télévision en votre présence. Ceci est clairement ridicule. Cela signifie que l’on ne pourrait jamais regarder une vidéo catholique ou les nouvelles ou un autre programme tout à fait acceptable. Notre-Dame condamnerait certainement l’utilisation abusive de la télévision, et la plupart des choses à la télévision, mais cette déclaration de Bayside est évidemment fausse, et elle contredit l’enseignement du Pape Pie XI dans Vigilanti Cura, du 29 Juin 1936.

Parlant de films – et donc ce qu’il dit s’applique évidemment aussi à la télévision – Pie XI souligne que les Films et la télévision sont «potentialités bonnes ainsi que pour des dommages». Ils ne sont pas intrinsèquement mauvais, ils peuvent être utilisés pour le bien ou pour le mal.

Le pape Pie XI, Vigilanti cura (s.18-19), 29 juin 1936 : « Le pouvoir du cinéma est dû au fait qu’il parle par l’intermédiaire d’images vivantes, qui sont assimilées avec délice et sans difficulté, même par ceux qui ne sont pas formés et éduqués, et qui seraient incapables ou refuseraient de faire les efforts d’induction ou de déduction nécessaires dans le raisonnement. Lire ou écouter une autre lecture exige une certaine concentration et un effort mental, un effort qui, dans le cinéma est remplacé par le plus grand plaisir d’un flux continu d’images vivant présentées aux yeux … Ces théâtres, qui sont comme l’école de vie elle-même, ont une plus grande influence pour inciter les hommes à la vertu ou au vice sans raisonnement abstrait ». 10

Il est intéressant que Pie XI souligne que regarder un film nécessite moins d’effort mental que de lire un livre, ce qui explique pourquoi les films et la télévision sont si populaires. La plupart des gens ne sont pas disposés à faire l’effort mental qu’il faut pour lire. Alors que ce flux continu d’images vivant est présenté directement aux yeux par un film, Pie XI souligne qu’il possède un grand pouvoir pour inciter les hommes « à la vertu ou au vice … » Ainsi, les films et la télévision peuvent conduire les hommes à la vertu, si le programme est sain et catholique. Les films et la télévision ne sont pas intrinsèquement mauvais. Le message de Bayside prouve de nouveau qu’il est faux.

Fausse prophétie de Bayside sur le successeur de JEAN-PAUL II

« Notre Dame » de Bayside, le 18 Juin 1988 : « S’il vous plaît, mes enfants, priez pour votre Saint-Père, le pape. Vous ne devez pas le perdre, car celui qui vient après lui va le détruire s’il le peut. Il tentera de détruire le Pape Jean-Paul II ». 11

Ceci est une autre fausse prophétie. Celui qui vient après Jean-Paul II, qui est Benoît XVI, ne cherche pas à le détruire, mais veut le « canoniser » ! En outre, la prophétie est en soi contradictoire, car comment celui qui vient après Jean-Paul II peut tenter de le détruire quand Jean-Paul II sera déjà mort ?

LE VRAI BUT DES FAUX MESSAGES DE BAYSIDE : restez dans votre paroisse MALADE, LA  NOUVELLE MESSE ET AVEC l’antipape

Le vrai but des faux messages bayside - restez dans votre paroisse

« Notre Dame » de Bayside, le 14 août 1981, restez dans votre paroisse : « Mon cœur, le cœur de mon fils a été attristé, comme nous allons par le monde … Nous pouvons voir une division des positions de schisme … elle est promue par Satan … Ne jugez pas la maison de mon Fils, son Église, par l’homme, car il est le représentant juridique, le représentant légal de mon fils … au moment où mon fils est consacré, ne vous détournez pas de mon fils . Par conséquent, vous ne pouvez pas dire que la messe est invalideCela a entraîné une grande tristesse de nos cœurs, car beaucoup quitté la foi sur cette question« . 12

« Notre Dame » de Bayside, le 3 mai 1978, restez dans votre paroisse : « Vous allez tous rester dans vos églises paroissiales« . 13

Remarquez l’insistance avec laquelle le message dit aux gens de rester à la nouvelle messe !

« Notre Dame » de Bayside, 14 août 1981, Restez dans votre paroisse : « Je vous ai demandé dans le passé, et je continue à vous demander, à vous mendier, mes enfants, de ne pas abandonner votre Vicaire de Rome, et de ne pas abandonner votre église paroissiale« . 14

« Notre Seigneur » de Bayside, le 14 sept. 1986, les traditionalistes en cours sont égarés : « Nous entendons tous les noms des églises nées de nouveau se manifester à nos oreilles, appelée l’Église catholique romaine traditionnelle. Mon enfant et Mes enfants, nous n’avons pas besoin de plus de traditionalistes qui courent partout et la création de nouvelles églises ». 15

Le diable veut que les gens restent avec l’Église de contrefaçon de la secte Vatican II. Il veut que les gens restent avec la nouvelle messe malade. C’est tout l’objet des messages de Bayside, et beaucoup de faux messages similaires. Le diable veut garder la tendance conservatrice «catholique» à l’intérieur des paroisses de Vatican II, en communion avec la nouvelle religion de Vatican II, et avec les antipapes manifestement hérétiques et non-catholiques de Vatican II. Pour ce faire, le diable utilise de faux prophètes tels que Veronica Lueken. Et pour être ultra-efficace, dans les faux messages qu’il leur donne, il leur fait contenir des déclarations prudentes. Ces déclarations conservatrices – comme encourager les gens à prier le Rosaire, porter le scapulaire, dénoncer le modernisme, rejeter les abus liturgiques, etc – sont destinés à tromper. Toutes ces choses faisaient partie des messages de Bayside. Puisque les gens ne reçoivent pas l’amour de la vérité (2 Thess. 2), Dieu leur permet d’être trompés par les faux signes qui ont eu lieu sur ces lieux d’apparitions.

Malheureusement, le plan du diable a été incroyablement efficace. Nous avons été en contact avec beaucoup de gens qui continuent à participer à la nouvelle messe – tout en déplorant ses abus, bien sûr, comme le message de Bayside les instruit – simplement parce qu’ils croient à Bayside. Ils ne vont pas entendre les arguments du Magistère (arguments de l’autorité de l’enseignement traditionnel de l’Église) qui montrent que la nouvelle messe est pas la messe, mais plutôt juste s’en tenir à Bayside. Ils rejettent toutes les preuves que Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI ne sont même pas catholiques, ils vont juste s’en tenir à Bayside. Nous savons que des familles entières qui ont été soulevées dans la religion conciliaire – par exemple, par la participation à la fois à la messe de l’indult et la nouvelle messe, plutôt que strictement à la messe traditionnelle d’une chapelle indépendante – tout simplement parce qu’ils suivent Bayside .

Malheureusement, si ils restent sur leur chemin présent cela va leur coûter leur salut, car ils ont choisi de suivre des voix étranges plutôt que la vérité communiquée par l’enseignement de l’Église catholique. Lors de leurs jugements, Notre Seigneur leur répétera ce dont il a mis en garde chacun d’entre nous dans l’Évangile :

Matthieu 24, 24-25 : «Alors, si quelqu’un vous dit : Voici le Christ est ici, ou là, ne le croyez pas. Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes, et ils feront de grands prodiges et des miracles, au point que. de tromper (si possible), même les élus. Voici, je vous l’ai dit à l’avance. Si donc on vous dit : Voici Il est dans le désert, n’y allez pas. Voici, il est dans les placards, ne le croyez pas».

Ci-dessous se trouve juste un des nombreux exemples qui pourraient être donnés d’un message «conservateur» que le diable a épicé dans les messages de Bayside. Le diable leur dit de rester à la paroisse Vatican II et sous l’antipape, tout en …

« Notre Dame » de Bayside, le 14 août 1974 – Vatican II :  » Satan était présent – Il écoutait avec des oreilles attentives au Grand Conseil [Vatican II]. Il attendait chaque mouvement, et il a placé ses agents parmi vous ! Reconnaissez et reconstruisez votre chemin ! Vous avez été trompés ». 16

Cette citation chatouille les oreilles de ceux qui savent que Vatican II a provoqué la crise spirituelle. Alors le diable leur dit qu’il y avait des problèmes avec le Concile Vatican II, tout en les gardant dans la secte même que Vatican II a créé. C’est génial. Veronica a également déclaré qu’il lui a été révélé que si on était retourné à la messe en latin, le châtiment à venir serait évité. Par conséquent, les gens se sont dit que la messe en latin était préférable, mais que la nouvelle messe est aussi valide et ne doit pas être abandonnée.

Veronica Lueken ÉTAIT UNE VOIX POUR LE DIABLE

Veronica Lueken était une voix pour le diable

« Notre Dame » de Bayside, le 25 Juillet 1985 : « … Au moment où nous vous avions atteint Bayside, dans votre maison, mon enfant, nous avons regardé longtemps Veronica comme une Thérèse  … le plus haut des Cieux approche beaucoup d’âmes pour être des messagers, des porte-voix, pour le Père éternel, par Mon Fils … » 17

Veronica Lueken a été choisi et utilisé comme porte-voix par le diable. Ses faux messages qui contredisent l’enseignement catholique, ont eu des effets désastreux sur d’innombrables âmes. La plupart de ce qui est dit dans cet article s’applique également aux nombreuses autres fausses apparitions de ces dernières décennies. Elle s’applique aux fausses apparitions de Medjugorje, qui contiennent clairement l’hérésie, cela s’applique aux fausses apparitions / locutions de Don Gobbi, John Leary, etc, etc, etc. Certaines de ces apparitions sont un peu plus conservatrices, alors que certaines d’entre elles sont un peu plus libérales. Le diable fait appel a différentes saveurs et à différents types de personnes, mais ils ont tous livré un faux message sur l’apostasie post-Vatican II. Presque tous disent des choses semblables à propos de Jean-Paul II.

En conclusion, ces faits devraient nous montrer jusqu’où Satan est allé (avec la permission de Dieu) pour tromper les gens et les garder avec la nouvelle messe et les antipapes de Vatican II, etc. Cela devrait être un appel au réveil pour nous sur toute la gravité de la tromperie spirituelle que nous traitons maintenant.

______________

Notes :

Rev R. Gerald Culleton, Le règne de l’Antéchrist , Rockford, IL: Tan Books, 1974, p.177.

Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, publiés par Apôtres de Notre-Dame, Inc. Lansing, MI, 1993, p. 81.

3 Décrets des conciles œcuméniques , Sheed & Ward et Georgetown University Press, 1990, Vol. 1, pp 550-553; Denzinger, Les Sources du dogme catholique , B. Herder livre. Co., trentième édition, 1957, 39-40.

Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 201.

Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, p. 108.

Notre-Dame des Roses (Livre bleu), les «messages» de Bayside, p. 108.

Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, p. 103.

Denzinger 1784.

Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, p. 86.

10 Les encycliques papales , vol. 3 (1903-1939), p. 519.

11 Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, p. 108.

12 Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, p. 83.

13 Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, p. 83.

14 Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, p. 83.

15 Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, p. 104.

16 Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, p. 87.

17 Notre-Dame des Roses (Livre bleu) , les «messages» de Bayside, p. 102.

Autres fausses apparitions et dévotions

Il existe de nombreuses autres fausses apparitions et fausses dévotions qui viennent du diable comme Manduria, Dozulé, l’Escorial, Kérizinen, le Journal de Gaby, etc.

Il est facile de reconnaître les fausses apparitions/dévotions non-catholiques qui ne viennent pas de Dieu pour celui qui tient la foi catholique : 1) elles sont interdites, 2) elles contiennent des fausses prophéties, 3) elles contiennent des hérésies, 4) elles taisent la grande apostasie actuelle, la secte vatican 2 et les sectes associées.

Ces apparitions et/ou dévotions fausses ont été interdites par l’ordinaire – l’Évêque catholique du diocèse qui a juridiction avant vatican 2, et c’est un péché mortel de les suivre sciemment.

Pape Benoît XV, « De servorum Dei beatificatione », 1734, livre II, chap. XXXII, n° 11 : «Il faut savoir que l’approbation donnée par l’Église à une révélation privée n’est pas autre chose que la permission accordée, après un examen attentif, de faire connaître cette révélation pour l’instruction et le bien des fidèles. À de telles révélations, même approuvées par l’Église, on ne doit pas et on ne peut pas accorder un assentiment de foi ; il faut seulement, selon les lois de la prudence, leur donner l’assentiment de la croyance humaine, pour autant que de telles révélations soient probables et croyables pour la piété. … En conséquence, on peut ne pas accorder son assentiment à de telles révélations et [ou] s’en détourner, pourvu qu’on le fasse avec la modestie convenable, pour de bonnes raisons et sans intention de mépris».

Pape Pie X, Pascendi, 8 sept. 1907 : «En cette matière l’Église use d’une telle prudence qu’elle ne permet point que l’on relate ces traditions dans des écrits publics, sinon avec de grandes précautions et après insertion de la déclaration imposée par Urbain VIII. Encore ne se porte-t-elle pas garante, même dans ce cas, de la vérité du fait. Simplement elle n’empêche pas de croire des choses auxquelles les motifs de foi humaine ne font pas défaut».

Ces fausses apparitions contiennent des « prophéties » qui ne se réalisent pas, ce qui est contraire à la parole infaillible de Dieu selon Deutéronome 18, 21-22 :

Deutéronome 18, 21-22 : «Que si tu réponds secrètement par la pensée : Comment puis-je discerner la parole que le Seigneur n’a pas dite ? Tu auras ce signe : Ce que ce prophète aura prédit au nom du Seigneur, n’arrivant pas, le Seigneur ne l’a pas dit, mais c’est par l’enflure de son esprit que le prophète l’a inventé : et c’est pourquoi tu ne le craindras pas».

Ces fausses apparitions/dévotions comportent des hérésies évidentes, et ne peuvent donc pas venir de Dieu mais du diable ou de l’homme ;

Galates 1, 8-9 : «Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème ! Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure, si quelqu’un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème [excommunié d’office / hors de l’Église] !»

Ces apparitions et dévotions fausses taisent la grande apostasie actuelle, la secte vatican 2, les sectes associées (FSSPX, etc.), donc ne peuvent pas venir de Dieu.

Matthieu 24, 23-26 : «Alors, si quelqu’un vous dit : « Voici le Christ ici ! » ou « là ! » ne le croyez point. Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes, et ils feront de grands miracles et des prodiges jusqu’à induire en erreur, s’il se pouvait, les élus mêmes. Voilà que je vous l’ai prédit. Si donc on vous dit : « Voici qu’il est dans le désert ! » ne partez point ; « Voici qu’il est dans le cellier ! », ne le croyez point».

2 Thessaloniciens 2, 9-12 : «Dans son apparition cet impie sera, par la puissance de Satan, accompagné de toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, avec toutes les séductions de l’iniquité, pour ceux qui se perdent, parce qu’ils n’ont pas ouvert leur cœur à l’amour de la vérité qui les eût sauvés. C’est pourquoi Dieu leur envoie des illusions puissantes qui les feront croire au mensonge, en sorte qu’ils tombent sous son jugement tous ceux qui ont refusé leur foi à la vérité, et ont au contraire pris plaisir à l’injustice».

Charismatisme

La Cité mystique de Dieu de Marie d’Agreda

La Cité mystique de Dieu, Marie d’Agreda, Livre I, ch. 1, n° 10 : «C’est qu’il [le Père éternel] n’a point manifesté ses merveilles dans la primitive église parce qu’elle contenaient des mystère si relevés et si sublimes, que les fidèles se seraient arrêté à les approfondir et à les admirer, lorsqu’il était nécessaire d’établir la Loi de grâce et de publier l’Évangile».

C’est hérétique, car la révélation est complète à la mort du dernier Apôtre.

Traité historique et dogmatique sur les apparitions, les visions & les révélations particulières, Abbé Lenglet Dufresnoy, Abbé Calmet T. II, p. 35 : «Ainsi ces mystères qui rendent véritablement sages, sont beaucoup plus grands que tous ceux qui ont été crus et connus depuis les Apôtres jusqu’à Marie d’Agreda».

Catherine Emmerich

Les écrits de Catherine Emmerich contiennent des hérésies sur le salut de non-catholiques, contraire au dogme catholique, et doivent, selon la règle de la foi, être évitées. Cependant cela ne signifie pas que Catherine Emmerich ait été elle-même formellement hérétique, car, dans ses souffrances, il est possible qu’elle a pu mal se faire mal comprendre et/ou aussi que ses visions aient pues être mal retranscrites.

Les écrits où la foi peut être affectée doivent être évités par les catholiques. Quand les gens ne connaissent pas leur foi, ils ont tendance à accorder plus de crédit à des révélations privées plutôt que de s’instruire de la vraie foi de l’Église définie par le Magistère (Dogmes et vérités révélées). C’est souvent, aujourd’hui, un péché mortel contre la foi par omission (négligence coupable) (Voir : Se convertir à la vraie foi pour le salut – Tous doivent absolument s’instruire de la vraie foi ou ils périront en enfer). 

Voir à 53 : 30 :

Le poème de l’homme-dieu de Maria Valtorta

Ces écrits sont complètement hérétiques et une abomination, et éloignent les gens de la vraie foi, alors qu’ils devraient (et sont d’ailleurs tenus de) plutôt s’instruire par l’enseignement infaillible de l’Église sur la foi et la morale. Mais comme la plupart préfèrent les fables comme le dit l’Apôtre saint Paul à l’enseignement du Christ dans Son Église, Dieu permet qu’ils se perdent par leurs mauvais désirs et penchants, préférant se fabriquer leur propre foi plutôt que de croire fermement ce que Dieu révèle par son Magistère.

II Timothée 4, 3-4 : «Et détournant l’ouïe de la vérité, ils se tourneront vers les fables».

Romains 1, 28 : « Et comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur intelligence pervertie pour faire ce qui ne convient pas».

2 Thessaloniciens 2, 3, 10 : «Et avec toute séduction d’iniquité pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité afin d’être sauvés. C’est pourquoi Dieu leur enverra une opération d’erreur [puissance d’égarement], de manière qu’ils croiront au mensonge ; en sorte que soient condamnés tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais ont acquiescé [se sont complu] à l’iniquité».

Voir : Le poème de l’homme-Dieu de Maria Valtorta, un autre évangile hérétique condamné

Maria Simma

Ces « révélations » sont remplies d’hérésies et par conséquent doivent être évitées par tout catholique,  selon la règle de la foi. Quand un baptisé sait qu’un écrit contient une hérésie, il doit  l’éviter. Ceux qui s’accrochent quand même à ce genre de « révélations » pèchent contre la foi comme c’est le cas aujourd’hui avec toutes les fausses révélations modernes sur lesquelles les faux catholiques fondent leur foi au lieu des dogmes. Les « révélations » de Maria Simma sont d’origine démoniaques. Ici, un seul des écrits est pris pour les exemples, mais il en existe de nombreux autres, « Les âmes du purgatoire m’ont dit… », conférences, etc.

Dernières révélations extraordinaires de Maria Simma, n°12 : «tout au long de l’histoire c’est par des révélations privées que Dieu a remis les choses en place».

C’est totalement hérétique. Ce n’est pas par des révélations privées que Dieu rétabli quoi que ce soit. L’Église est fondée sur la foi indéfectible de Pierre et ses successeurs et est définie par les dogmes et vérités révélées infaillibles et obligatoires. C’est par la vraie foi qu’est détruite l’hérésie.

Les écrits de Maria Simma contiennent, par exemple, l’hérésie manifeste de salut hors de l’Église catholique, que des non-catholiques, des juifs, des musulmans sont heureux après la mort et sont saints.

Dernières révélations extraordinaires de Maria Simma, n°17 : «ceux qui ont été élevés d’une autre manière et croient par conséquent différemment, et consciencieusement, deviendront saints eux aussi, naturellement. Je dois avertir tous les chrétiens qu’on peut trouver de nombreux saints en dehors de nos églises. Récemment, Notre Dame en a justement parlé à une de ses visionnaires. Lorsque la visionnaire lui a demandé qui était la personne la plus sainte de la ville où elle demeurait, Notre-Dame a répondu que c’était une musulmane».

Dernières révélations extraordinaires de Maria Simma, n°17 : «Existe-t-il des religions qui ne sont pas bonnes pour l’âme ? II y a tellement de religions et il en existe certainement qui ne sont pas bonnes».

Dernières révélations extraordinaires de Maria Simma, n°17 : «Y a-t-il des gens au Ciel qui, au cours de leur vie, ne sont jamais entrés dans aucune église ? Bien sûr ! Si une personne vit en suivant sa conscience pure, s’efforçant d’aimer et de servir son prochain, elle sera avec Dieu au Ciel. Dieu aime et bénit ceux qui n’ont jamais eu accès à lui lorsqu’ils étaient sur terre».

L’Église a défini dogmatiquement par sept fois qu’il n’y a absolument aucun salut hors de l’Église catholique, et que tous ceux qui meurent hors de la foi catholique et hors de l’Église, comme les hérétiques, schismatiques, juifs, païens vont en enfer.

Par ailleurs, Maria Simma a dit que le ciel avait choisi l’antipape et apostat antichrist Jean-Paul 2 pour sa sainteté ! C’est le mensonge total pour faire croire que la secte vatican 2 est l’Église. Elle dit aussi que c’est bien la sainte Vierge apparue à Medjugorje, une fausse apparition diabolique prouvée. Et à Garabandal, et à Don Gobbi qui sont d’autres fausses apparitions.

Dernières révélations extraordinaires de Maria Simma, n°11 : « Voyant son grand potentiel pour la sainteté, Notre-Dame l’a élevé et l’a choisi [le « Pape » Jean-Paul II]».

Dernières révélations extraordinaires de Maria Simma, n°12 : «des millions de conversions qui se sont produites au cours des dernières décennies dans ce petit village anonyme perdu au milieu de l’Europe. Je parle ici à nouveau de Medjugorje. … Dans les villes comme Medjugorje, Schio, Garabandal et les autres où Notre-Dame a choisi d’apparaître».

Il y a aussi ailleurs, d’autres hérésies, comme le baptême des enfants non-baptisés qui sont aux limbes ou «baptême des enfants non-nés» afin de les faire accéder au ciel, etc.

Conclusion. Les écrits de Maria Simma sont truffés d’hérésies et de mensonges disant aux gens de rester dans la fausse église vatican 2. Les révélations de Maria Simma sont d’origine démoniaque.

Suppléments sur les apparitions et révélations

Bienheureux Jean d’Avila, Audi Filia, Des fausses révélations, ch. L-LV

Chap. L. Que plusieurs sont trompés parce qu’ils ajoutent trop aisément foi aux révélations. Qu’elles ne sont souvent que des illusions du diable, et en quoi consiste la véritable liberté de l’esprit.

Il faut, ma chère fille, avant que de passer plus avant, vous avertir d’un péril qui se rencontre en la voie de  Dieu, dans lequel plusieurs tombent ; et il n’y a point de meilleur moyen pour l’éviter que de faire attention à cet  avis du Saint-Esprit : PRÊTEZ L’OREILLE. Ce péril est qu’il arrive souvent par la permission de Dieu à des personnes dévotes d’avoir des révélations, des visions et d’autres sentiments spirituels dont le démon est l’auteur,  et dont il se sert pour deux raisons : l’une, afin de les empêcher d’ajouter foi aux révélations de Dieu, de même  qu’il fait de faux miracles pour diminuer la créance des véritables ; et l’autre, afin de tromper ces personnes sous  prétexte de piété, ne le pouvant faire par une autre voie.

Les siècles passés nous en fournissent plusieurs exemples ; et nous en voyons encore beaucoup en ce temps.

C’est pourquoi l’on ne saurait trop avertir ceux qui aiment leur salut de n’ajouter pas facilement foi à de semblables choses, puisque ceux mêmes qui au commencement les avaient crues, ont, après en avoir été détrompés, fort recommandé d’y prendre garde. Gerson en rapporte plusieurs exemples arrivés de son temps, et dit qu’il en a connu qui tenaient pour certain et disaient avoir eu révélation de Dieu qu’ils seraient papes, et que même l’un d’eux l’avait écrit et assurait qu’il en avait des conjectures et d’autres preuves certaines : et que l’un de ceux qui avaient cette folle imagination, après qu’il en eut été détrompé, se mit dans la tête qu’il serait l’Antéchrist ou au moins son précurseur, et fut ensuite fortement tenté de se tuer lui-même pour éviter de faire tant de maux ; qu’enfin la miséricorde de Dieu le délivra de ces tromperies du diable, et qu’il laissa par écrit ce que je viens de rapporter, pour apprendre à d’autres à se garantir de ces folles illusions. Plusieurs aussi se sont persuadés en ce temps d’avoir droit de réformer l’Église chrétienne pour la rétablir dans la perfection qu’elle avait en son commencement, et encore plus grande : mais il ne faut point de meilleure preuve qu’ils étaient trompés que ce qu’ils n’y ont pas réussi ; et il aurait beaucoup mieux valu pour eux d’avoir travaillé à se réformer eux-mêmes, comme ils l’auraient pu avec la grâce de Dieu, que d’oublier leurs propres défauts pour se mêler par un esprit d’orgueil d’une chose si importante et dans laquelle Dieu ne voulait pas se servir d’eux. D’autres ont voulu chercher de nouvelles voies pour s’approcher de Dieu, qui leur paraissaient plus courtes, et se sont imaginé que, pourvu qu’ils s’abandonnassent entièrement à lui, il les conduirait par son Saint-Esprit et qu’ils n’auraient aucun sentiment qui ne vint de lui. Cette folle tromperie allait jusqu’à un tel point, qu’ils n’auraient pas voulu faire un pas pour s’employer à une bonne œuvre, quelque excellente qu’elle fût, à moins que d’en avoir un mouvement intérieur. Et encore que les choses auxquelles ces prétendus mouvements les portaient fussent contraires aux commandements de Dieu, ils ne laissaient pas de les faire, parce qu’ils étaient si persuadés qu’elles venaient de lui et que le Saint-Esprit les mettait dans cette liberté, qu’ils se croyaient affranchis de l’observation de ses commandements, à cause, disaient-ils, qu’ils aimaient Dieu si véritablement, qu’encore qu’ils contrevinssent à ses lois, ils ne laissaient pas de l’aimer, ne considérant pas que Jésus-Christ a dit tout le contraire par ces paroles sorties de sa propre bouche : Celui qui a reçu mes commandements et qui les garde, c’est celui-là qui m’aime ; celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et je l’aimerai aussi ; celui qui ne m’aime point ne garde point mes paroles (Joan., XIV, 21). Il paraît par ce passage que celui qui ne garde point les commandements de Dieu ne l’aime point, parce, comme dit saint Augustin, que ce n’est pas aimer son roi que de ne lui point obéir. Et quant à ce que saint Paul dit : Que la loi n’est pas pour les justes, mais pour les méchants (1 Tim., I, 9), et que, où est l’Esprit du Seigneur, là est aussi la liberté (II Cor., III, 17), il ne s’ensuit pas de là que le Saint-Esprit affranchisse quelqu’un, quelque juste qu’il soit, de l’observation des commandements de Dieu et de son Eglise, ni de ceux de ses supérieurs, puisqu’au contraire, plus Dieu communique son Esprit à quelqu’un, et plus cette personne l’aime, et que son amour croissant, le désir d’observer ses commandements et ceux de son Eglise croît aussi. Ainsi, comme cet Esprit-Saint est tout-puissant lorsqu’il se répand avec abondance dans une âme, il lui fait aimer le bien avec tant de vérité et d’ardeur, qu’au lieu de trouver de la peine à obéir aux commandements de Dieu, ils lui paraissent si faciles et si agréables, qu’elle dit, avec David : Que vos oracles. Seigneur, me sont doux !

Certes, ils le sont plus à mon âme que le miel ne l’est à ma bouche (Psal. CXVIII, 103). Car, comme le Saint Esprit rend la volonté de l’homme conforme à celle de Dieu, en faisant qu’il n’est qu’un même Esprit avec lui, l’observation de ses commandements ne saurait lui être que très-agréable, puisque chacun prend plaisir à faire ce qu’il aime. Tellement que si la loi de Dieu se perdait, elle se trouverait écrite dans le cœur de ces personnes, selon ces paroles de David : La loi de Dieu est dans le cœur du juste (Ps. XXXVI, 33) ; c’est-à-dire dans sa volonté : et Dieu lui avait dit lui-même auparavant par un prophète : J’écrirai ma loi dans leurs cœurs. Ainsi, quand on ne nous menacerait point des peines de l’enfer, que l’on ne nous promettrait point les félicités du paradis, et qu’il n’y aurait point de commandement que nous fussions obligés d’observer, les justes ne laisseraient pas d’agir comme ils font par le désir de plaire à Dieu. Car comme le Saint Esprit rend l’homme tel envers Dieu qu’un fils l’est envers son père par sa naissance, puisque c’est par la grâce qu’il répand dans nos cœurs que Dieu nous adopte pour ses enfants, nous devons servir Dieu avec ce respect et cet amour qu’un excellent fils sert son père. Par ce moyen on a de l’horreur du péché : une ferme espérance bannit la tristesse et la crainte autant que cela se peut dans notre exil en ce monde ; et l’on est prêt à souffrir les travaux, non-seulement avec patience, mais avec joie.

C’est là ce qui a donné sujet de dire ce que nous venons de rapporter de l’Ecriture : Que le juste est dans la liberté, et qu’il n’y a point de loi pour lui ; et c’est en cette sorte que la loi qui ordonne à une mère d’avoir un extrême soin de son enfant n’a garde de lui être pénible lorsqu’elle l’aime beaucoup : elle s’élève même au-dessus de la loi et des soins auxquels elle l’engage ; elle agit  sans aucune contrainte, et n’a point besoin de l’autorité de la loi pour faire ce qu’elle lui commande, parce que son amour le lui fait faire, et elle fait même beaucoup de choses à quoi elle n’est point obligée, à cause que les effets de son amour vont beaucoup plus loin que l’obligation qu’impose la loi.

Et c’est ainsi que doivent s’entendre ces paroles de saint Paul : Si vous êtes poussés par l’esprit, vous n’êtes point sous la loi (Gal., V, 18), parce qu’ayant de l’horreur pour le péché, de l’amour pour la loi, et du plaisir à souffrir, qui sont des sentiments que le Saint-Esprit inspire, la loi, comme je l’ai dit, ne saurait nous paraître rude. Mais on n’a pas plutôt violé les commandements de Dieu et de l’Eglise, que le Saint-Esprit se retire de l’âme, et que le péché entre en sa place, selon qu’il est écrit : Le Saint-Esprit se sépare des pensées criminelles. Ainsi, comme l’âme n’est plus conduite par cet Esprit-Saint, elle ne peut éviter d’être accablée sous la pesanteur des peines dont ceux qui ne l’aiment pas sont menacés, de se trouver faible à souffrir les travaux, et d’être sujette à faire des chutes. On ne peut donc, après avoir péché contre les commandements de Dieu et de l’Eglise, avoir ni amour pour lui, ni justice, ni liberté, puisqu’il a déclaré que celui qui commet le péché devient esclave du péché, et que de même qu’il ne peut y avoir d’alliance entre la lumière et les ténèbres, il ne peut aussi y en avoir entre Dieu et le péché.

Chap. LI. Combien le désir d’avoir des révélations ou des sentiments extraordinaires est périlleux, et ce que l’on doit faire pour éviter de telles illusions. 

Après vous avoir rapporté, ma fille, des exemples de tant de gens qui sont tombés dans ces dangereuses illusions qui leur ont fait prendre leurs sentiments pour des inspirations de Dieu, je vous prie d’en profiter en n’ayant aucun désir de ces choses singulières et surnaturelles, parce que ce serait une marque d’orgueil et d’une curiosité très périlleuse. Saint Augustin avait éprouvé cette tentation, et voici de quelle sorte il en parle : De quels artifices, Seigneur, le démon ne s’est-il point servi pour me porter à vous demander quelque miracle ? Mais je vous conjure, mon Dieu, au nom de Jésus-Christ, mon roi, et de la céleste Jérusalem qui est toute pure et toute chaste, que comme vous m’avez empêché de consentir à cette tentation, vous me continuiez toujours la même grâce. Saint Bonaventure dit que plusieurs sont tombés en de grandes erreurs et de grandes extravagances pour punition d’avoir désiré de semblables grâces extraordinaires, que l’on doit autant appréhender que souhaiter. C’est pourquoi, ma fille, si elles vous arrivent sans que vous les ayez recherchées, craignez et n’y ajoutez point de foi, mais priez aussitôt Notre-Seigneur de vous conduire par un autre chemin, et de vous laisser travailler avec crainte à votre  salut dans la voie ordinaire de ceux qui le servent.

Vous devez principalement en user ainsi lorsque la révélation ou l’instinct vous porte à reprendre quelqu’un ou à lui donner quelque avis secret, et particulièrement si c’est à un prélat ou à un prêtre, ou à quelque autre personne semblable pour qui vous devez avoir beaucoup de respect. N’oubliez aucun effort pour éloigner toutes ces choses de votre esprit. Dites comme Moïse : Faites, s’il vous plaît, Seigneur, ce commandement à quelque autre ; et comme Jérémie : Seigneur, je suis jeune et ne sais pas encore parler (Jerem., II) ; ce qui montre combien ces grands saints appréhendaient d’être envoyés de Dieu pour reprendre les autres. Ne craignez donc point que cette humble résistance que vous ferez soit désagréable à Dieu, ni qu’elle le fasse s’éloigner de vous si la révélation est de lui ; au contraire, il se rapprochera davantage et vous en fera connaître la vérité. Car comment celui qui donne sa grâce aux humbles la retirerait-il de vous pour avoir fait une action d’humilité ? Que si la révélation est de Dieu, cette humilité sera comme la pierre dont David tua Goliath, et mettra le démon en fuite. C’est ce qui arriva à un Père des déserts.

Le démon lui étant apparu sous la figure de Jésus-Christ crucifié, non seulement il ne voulut ni le regarder ni l’adorer ; mais il ferma les yeux  et dit : Je ne désire point de voir Jésus-Christ en ce monde, mais seulement dans le ciel. Et aussitôt cet ange  de ténèbres disparut. Un autre de ces saints Pères répondit à cet esprit de mensonge, qui voulait lui faire croire qu’il était un ange envoyé vers lui de la part de Dieu : Je ne suis pas digne que Dieu m’envoie des anges et n’en ai point de besoin ; ainsi je n’ai garde de croire que Dieu vous envoie vers moi, ni ne veux point vous écouter. Et cette humilité confondit l’orgueil de cet ennemi de notre salut.

Voilà de quelle sorte l’humilité et le renoncement sincère au désir d’être favorisé de ces grâces extraordinaires a, par l’assistance de Dieu, garanti plusieurs personnes des pièges qui leur ont été tendus par le diable, et qu’ils ont éprouvé ce que dit David : Le Seigneur garde les humbles, et il m’a sauvé (Psal. XII).

Au contraire, lorsque l’on a de la complaisance en quelque fausse révélation ou pensée inspirée par le démon, Dieu permet par un juste jugement qu’elle prenne racine dans le cœur et s’y fortifie, parce, comme dit saint Augustin et que je l’ai rapporté ailleurs, celui qui est orgueilleux mérite d’être trompé. Gardez-vous donc bien, ma fille, de vous laisser aller à cette complaisance, ni d’avoir bonne opinion de vous-même à cause de ces révélations, et demeurez ferme dans l’humilité et dans une sainte crainte, comme si Dieu ne vous avait point favorisée de ces sortes de grâces. Que si, après en avoir usé en cette manière, ces révélations continuent, rendez-en compte à quelqu’un capable de vous conseiller ce que vous devez faire ; mais il vaudrait encore mieux lui en parler aussitôt qu’elles vous arrivent, prier, jeûner et faire de bonnes œuvres pour demander à Dieu de l’éclairer, afin qu’il puisse vous bien conseiller dans une affaire qui n’est pas moins difficile qu’importante. Car si d’un côté nous prenions pour une illusion du démon une révélation de Dieu, nous blasphémerions comme ces misérables pharisiens qui attribuaient au démon les miracles de Jésus-Christ. Et si, au contraire, nous considérions comme des révélations de Dieu les illusions du démon, quel plus grand mal nous pourrait-il arriver que de prendre les ténèbres pour la lumière, le mensonge pour la vérité, et, ce que l’on ne peut dire sans horreur, le démon pour Dieu ? Il n’y a personne qui ne voie combien il importe de ne se pas tromper dans une chose de si grande conséquence ; mais autant qu’il est facile d’en connaître le péril, autant il est difficile de l’éviter par l’éclaircissement de la vérité. Ainsi, comme le don de prophétie, ou de faire des miracles, ou autres semblables grâces n’est pas donné à tous, mais seulement à ceux qu’il plaît au Saint-Esprit d’en favoriser, il n’y a point d’homme, quelque capable qu’il soit, qui puisse juger avec certitude de ce qui procède de Dieu ou du démon, à moins que ce fût une chose évidemment contraire à l’Ecriture sainte et à la foi de l’Eglise. Mais en cela, la lumière du Saint-Esprit, qui est ce que l’Ecriture nomme le discernement des esprits, est toujours nécessaire à cause que c’est par cette lumière et par cette divine inspiration que celui qui la reçoit juge sans se  tromper de quel côté est la vérité ou le mensonge. Que s’il s’agit d’une chose importante, il faut s’en rapporter à l’évêque et s’en tenir à ce qu’il décidera.

Chap. LII. Des marques par lesquelles on peut discerner les véritables révélations d’avec les fausses. 

Outre ce que j’ai déjà dit, vous devez, ma chère fille, considérer quel avantage et quelle édification votre âme aura reçue de ces révélations et autres choses extraordinaires.

Ce que je ne dis pas afin que vous vous arrêtiez à ces marques ou autres semblables, pour vous rendre juge de ce qui se passe en vous ; mais afin que sur le rapport que vous en ferez à celui de qui vous prendrez conseil, il puisse d’autant plus sûrement vous le donner selon la vérité, qu’il en sera plus particulièrement instruit.

Considérez ensuite si ces révélations, ou choses semblables, vous ont servi pour remédier à quelque besoin spirituel, ou ont apporté quelque autre utilité à votre âme.

Car, si un homme de piété prend garde à ne point user de paroles inutiles, Dieu parlera-t-il inutilement, lui qui a dit par la bouche d’Isaïe : Je suis le Seigneur, je vous instruirai de ce que vous avez besoin de savoir, et vous conduirai dans le chemin par lequel vous devez marcher (Isa., XLVIII). Ainsi, lorsque vous verrez qu’il n’y a rien de solide ni utile dans ces révélations ou visions, considérez-les comme venant du démon qui ne cherche qu’à vous tromper lorsqu’il ne peut faire pis, et à vous faire perdre le temps et à ceux à qui vous les raconterez.

La principale chose que vous devez observer en ce qui se passe dans votre âme dans ces rencontres est si elles vous rendent plus humble qu’auparavant. Car l’humilité est ce qui donne le poids à la monnaie spirituelle et la distingue de celle qui est légère, ce qui a fait dire à saint Grégoire que l’humilité est la marque évidente des élus, comme l’orgueil l’est des réprouvés. Remarquez donc en quel état vous vous trouverez alors ; si vous êtes plus humble qu’auparavant, si vous avez plus de confusion de vos fautes, si vous avez un plus grand-respect pour Dieu ; si vous tremblez dans la vue de son infinie grandeur, si vous ne désirez point de raconter ce qui vous est arrivé, si vous ne vous en occupez point trop, mais désirez plutôt de l’oublier afin de ne vous en croire pas meilleure : si, quand le souvenir vous en revient, vous vous en humiliez davantage, si vous admirez l’extrême bonté de Dieu de daigner faire tant de faveurs à une vile créature, si vous vous sentez être dans une plus grande tranquillité d’esprit qu’auparavant et dans une plus claire connaissance de votre néant et de votre bassesse. Ces marques pourront en quelque sorte vous faire juger que ces révélations ou autres choses semblables viennent de Dieu, puisque leurs effets seront conformes à ce que l’Eglise nous enseigne, que l’on doit d’autant plus s’abaisser devant Dieu, que l’on en reçoit plus de faveurs, et lui donner toute la gloire de ce que l’on a de bon, comme étant la source éternelle tout le bien. Ce qui a fait dire à saint Grégoire : Lorsque la vérité et l’humilité se trouvent jointes dans une âme, on ne peut douter qu’elle ne soit remplie du Saint-Esprit. Mais quand c’est une illusion du démon, c’est tout le contraire. Car, au commencement ou à la fin de la révélation, on sent un désir de raconter ce qui s’est passé, une estime de soi-même et une opinion que Dieu veut faire en nous et par nous de grandes choses ; on ne pense point aux fautes que l’on commet, et l’on ne désire point d’en être repris ; on prend plaisir à se ressouvenir de la grâce que l’on croit avoir reçue, à en parler ; et l’on voudrait que les autres en parlassent.

Lorsque vous vous trouverez en cet état, vous pourrez croire hardiment que c’est une illusion du démon, et, soit que vous répandiez des larmes, ou que vous vous trouviez consolée, ou que vous ayez de grandes lumières des choses de Dieu, et quand même vous seriez ravie jusqu’au troisième ciel, si vous ne vous trouvez être dans une profonde humilité, défiez-vous de toutes ces faveurs apparentes et rejetez-les, puisque plus elles vous paraîtraient grandes, et plus vous courriez fortune de faire de grandes chutes. Priez Dieu de vous faire la grâce de vous bien connaître, de vous humilier et surtout de ne vous accorder que ce qui est conforme à sa volonté. Car, sans cela, tout le reste, quelque valeur qu’il paraisse avoir, au lieu d’être de l’or, n’est que du cuivre, et ce qui semble être de pure farine n’est que du son, parce que l’orgueil est si dangereux, qu’il ravit à l’âme ce qu’elle a de grâce, ou que s’il lui en reste quelqu’une, elle est si falsifiée, qu’elle ne peut être agréable à Dieu, et donne sujet à faire encore de plus grandes chutes. Vous savez que lorsque Jésus-Christ apparut à ses apôtres, le jour de son ascension dans le ciel, il commença par leur reprocher leur incrédulité, et puis leur commanda d’aller prêcher son Evangile par tout le monde, avec pouvoir de faire des prodiges et des miracles, pour nous apprendre que lorsqu’il destine des personnes à de grandes choses, il commence par leur faire connaître leur néant, afin que quand la grandeur de leurs actions les élève, ils demeurent si persuadés de leur bassesse, qu’ils ne puissent les attribuer à leurs propres forces. Pour conclusion de tout ce que je viens de dire, remarquez bien les effets que ces révélations et autres consolations spirituelles produiront en vous, non pas pour en juger, mais pour en informer celui à qui vous demanderez conseil de la manière dont vous devrez vous y conduire.

Chap. LIII. De l’orgueil secret dans lequel tombent plusieurs de ceux qui marchent dans la voie de la perfection, et qui les met en grand danger d’être trompés par les illusions du démon. 

Je dois vous avertir, ma chère fille, qu’il se trouve plusieurs personnes qui, encore qu’ils sentent quelle est leur bassesse, qu’ils reconnaissent qu’ils ne sont rien par eux-mêmes, qu’il leur semble qu’ils attribuent à Dieu seul toute la gloire de ce qu’ils font de bien, et qu’il paraisse en eux plusieurs autres marques d’humilité, ils sont néanmoins d’autant plus remplis d’orgueil secret, qu’ils se croient en être plus exempts. Cela vient de ce qu’encore qu’il soit vrai qu’ils ne s’attribuent pas le bien qui est en eux, ils le croient beaucoup plus grand qu’il n’est en effet, et pensent ainsi avoir reçu de Dieu une si grande lumière, qu’elle les rend plus capables de se conduire que nul autre ne le pourrait faire, et même de conduire les autres. Ils sont si amoureux de leur propre sens, qu’il leur arrive quelquefois de tenir peu de compte de ce que les saints des siècles passés ont écrit, et des sentiments des serviteurs de Dieu qui vivent encore. Ils se vantent d’avoir l’esprit de Jésus-Christ, d’être conduits par lui, et ainsi de n’avoir besoin du conseil d’aucun homme, parce que les grâces qu’ils reçoivent de Dieu, dans l’oraison, leur suffisent pour ne pouvoir être trompés. Ils pensent, dit saint Bernard, que le soleil ne luit que pour eux. Ils n’ont pas moins de mépris pour les plus sages que Goliath en avait pour les Hébreux. Ils n’approuvent que ce qu’ils font. Ils ne peuvent souffrir qu’on les contredise. Ils veulent partout être les maîtres, que tout le monde les croie et ne croire personne. Ils appellent tiédeur et crainte la sage discrétion que donne l’expérience, et nomment liberté de l’esprit et force de Dieu des faveurs déréglées, des nouveautés singulières et des extravagances qui renversent les véritables règles de la piété. On les entend dire presque à tous les moments : l’Esprit de Dieu m’inspire cela, et autres semblables paroles. Et quand ils allèguent l’Ecriture sainte, au lieu de l’expliquer selon le sens de l’Eglise et des saints, ils l’interprètent à leur fantaisie, dans la créance propre autorité, au-dessus de tous les autres. Leur aveuglement est si déplorable, qu’étant extrêmement orgueilleux, ils se persuadent d’être parfaitement humbles ; que croyant que Dieu habite en eux, ils sont très-éloignés de lui, et que ce qu’ils s’imaginent être une grande lumière n’est que d’épaisses ténèbres.

Gerson dit, en parlant de ces personnes : Il y en a qui prennent plaisir à se conduire eux-mêmes selon leur fantaisie qui est un dangereux guide ; ils jeûnent beaucoup plus qu’ils ne devraient, ils affaiblissent leur cerveau par des veilles et des larmes excessives, ils ne veulent prendre conseil de personne, ni même de ceux qui sont les plus instruits de la loi de Dieu, et quand on veut leur en donner, ils ne l’écoutent pas ou ils le méprisent, parce qu’ils pensent savoir mieux que nuls autres ce qu’ils doivent faire. Sur quoi je ne crains point de dire qu’ils tomberont bientôt dans des illusions du démon, puisque leur présomption les rend si aveugles, qu’elle leur est une pierre d’achoppement. Ainsi quelques révélations extraordinaires qu’ils puissent alléguer, on doit les tenir pour suspectes.

Chap. LIV. Suite du chapitre précédent, où il explique plus particulièrement l’erreur de ceux dont il a parlé, enseigne la manière dont on doit recevoir les conseils d’autrui, et montre combien il est dangereux de ne suivre que son propre jugement.

Vous devez savoir, ma chère fille, que quelques-uns de ceux dont je viens de parler, sont des personnes sans lettres et ennemis de ceux qui sont savants. Que s’il se rencontre qu’ils sachent un peu de latin, jusqu’à pouvoir entendre le Nouveau Testament, cela suffit pour faire qu’ils ne croient qu’eux-mêmes en pensant croire ce que Dieu a dit. Ils s’embarrassent de telle sorte dans quelques petits versets mal entendus et sont si opiniâtres et si incapables d’instruction, qu’il vaudrait mieux, comme dit l’Écriture, rencontrer une ourse à qui l’on aurait dérobé ses petits, que l’un de ces ignorants, si présomptueux dans leur ignorance.

Ils ont sans cesse dans l’esprit et dans la bouche ces paroles de saint Paul : La science enfle, et la charité édifie (I Cor., VIII, 1), et ils croient avec cela avoir droit de mépriser les savants comme étant superbes, et de s’estimer eux-mêmes comme étant charitables. Mais ils ne voient pas qu’au contraire ce sont eux qui sont enflés d’un orgueil qui regarde la sainteté, et est aussi beaucoup plus dangereux que celui qui ne regarde que la science, parce qu’il procède d’une cause beaucoup plus noble et plus élevée, et qu’encore que la piété et la science ne puissent, par elles-mêmes, rien produire de mauvais, ils en prennent sujet de s’enfler de vanité. Ils ont donc grand tort de mépriser les savants. Car, puisque la science ne les empêche pas d’être humbles et saints, mais, au contraire, peut les y servir, c’est une grande présomption et un grand tort qu’on leur fait de se persuader qu’ils ne le sont pas, et quand cela serait, ne doit-on pas se souvenir de ce qu’a dit Jésus-Christ : Les docteurs de la loi et les pharisiens sont assis sur la chaire de Moïse, observez donc et faites tout ce qu’ils vous ordonnent, mais ne faites pas ce qu’ils font (Matth., XIII). Ceux-ci font tout le contraire. Car ils n’embrassent pas la bonne doctrine que les sages leur enseignent, et font le mal qu’ils leur reprochent, lorsqu’ils les accusent d’être superbes, puisqu’ils les méprisent et renversent ainsi tout ordre divin et humain qui veut que les moins sages se laissent conduire par les plus sages, en quoi cet ordre n’a rien d’opposé à ce que dit saint Jean, que l’onction de la grâce de Dieu enseigne toutes choses (Joan., II), parce qu’il entend, en parlant ainsi, que la grâce et la lumière de Dieu instruisent quelquefois intérieurement par elles-mêmes, une personne de ce qu’elle doit faire ; mais elle veut d’autres fois que l’on ait recours au conseil de celui à qui on doit le demander, ce qui montre qu’il est vrai qu’elles nous instruisent de toutes choses, mais que ce n’est pas toujours seulement par elles-mêmes. Sur quoi saint Augustin dit : Fuyons les superbes et périlleuses tentations, et souvenons-nous qu’encore qu’une voix venue du ciel se fût fait entendre à saint Paul, il ne laissa pas d’être envoyé à Ananie pour l’instruire et le baptiser, et que la même chose arriva au centenier Corneille qui fut instruit et baptisé par saint Pierre (Act., IX). Nous serions bien malheureux, si Dieu ne nous parlait point par l’entremise des hommes. Car ce que saint Paul dit que le temple de Dieu est saint et que nous sommes ce temple (I Cor., III), serait-il vrai si Dieu ne se faisait point entendre dans ce temple, et qu’il fût besoin qu’il nous parlât toujours du ciel par le ministère des anges pour nous apprendre ce que nous devons faire ? Et comment la charité pourrait-elle se communiquer, si les hommes n’étaient instruits par les hommes ? Saint Philippe fut envoyé à l’eunuque de la reine d’Ethiopie (Act., VIII, 27), et Moïse suivit le conseil que lui donna Jéthro, son beau-père. Saint Augustin rapporte ces deux exemples et saint Jean Climaque dit, que celui qui ne se conduit que par lui-même n’a point besoin de démon pour le tenter, parce qu’il est lui-même son démon. Saint Jérôme dit aussi : Je n’ai pas voulu m’en croire parce que notre propre sentiment est un mauvais conseiller. Saint Vincent conseille à celui qui veut être spirituel de chercher un bon directeur, et, s’il en peut trouver un, de le croire ; à quoi il ajoute que si son orgueil l’en empêche, Dieu ne se communiquera jamais à lui. Saint Bernard et saint Bonaventure conseillent aussi la même chose. Et l’Ecriture sainte est toute pleine de ces mêmes avis. En voici quelques-uns : Malheur à vous qui croyez être sages et prudents (Isa., V). Et ailleurs : Il y a de la folie à se croire sage (Prov., XXVI, 12). Saint Paul dit : Gardez-vous bien de vous croire sage. Salomon donne aussi cet avis : Quelque sages que soient les avis que vous donnerez à l’imprudent, il ne les écoutera pas,s’ils sont contraires à son sentiment (Eccl.,VI). Et ensuite : Si vous écoutez avec attention, on vous instruira ; et si vous prenez plaisir à être instruit, vous serez sage.

Je serais trop long si je voulais rapporter tous les autres endroits de l’Ecriture qui confirment la même chose. Je me contenterai de dire que les instructions qu’elle nous donne, les sentiments des saints, leurs exemples et l’expérience, nous disent tous d’une voix que nous ne devons point nous appuyer sur notre prudence, mais suivre le conseil des sages. Car autrement qu’y aurait-il de plus désordonné que l’Eglise de Dieu, s’il était permis à chacun de suivre son sentiment ? Comment l’esprit de Jésus-Christ, qui est un esprit d’humilité, de paix et d’union, pourrait-il porter quelqu’un à être d’une opinion contraire à celle de tant d’autres qui sont conduits par le Saint-Esprit ? Et comment un homme pourrait-il, par l’inspiration de ce même esprit, avoir une telle estime de soi-même que de se persuader qu’il n’y eût personne dans toute l’Eglise qui fût capable de juger s’il se trompe ou s’il ne se trompe pas ? Car, comme dit saint Augustin, rien ne pourrait empêcher cet homme de se soumettre au jugement des autres que parce que sa présomption irait jusqu’à s’imaginer que nul autre n’est si capable que lui.

Et quand même il serait arrivé jusqu’à un tel orgueil, ne devrait-il pas penser que comme il se peut faire que celui qui a moins de capacité qu’un autre ne laisse pas de pouvoir avoir le don de prophétie, de guérir les maladies, et autres semblables dons qu’un autre n’a pas, il se peut faire aussi que celui sur qui il a ces avantages, le surpasse en ce qu’il a le don de conseil et de discernement des esprits, lequel il n’a pas ? Ainsi, puisque l’humilité et la paix sont si agréables à Dieu, il n’y a point de sujet de craindre que si les sentiments que l’on a viennent de lui, on les perde en se soumettant par son amour à l’avis des autres ; au contraire, c’est le moyen de s’y affermir davantage, au lieu que refuser de prendre conseil est une preuve que ces sentiments ne viennent pas de Dieu, puis, comme dit saint Jacques, que l’une des marques de la sagesse qu’il nous inspire est qu’elle est docile (Jac, III).

Sur quoi saint Augustin dit que ces sentiments présomptueux sont très dangereux, parce qu’encore que l’orgueil et la désobéissance de la volonté, qui font que l’on ne veut pas se soumettre à celle d’autrui, soient périlleux, l’orgueil de l’entendement, qui consiste à ne vouloir croire que soi-même, est encore beaucoup plus périlleux. Car celui qui n’est orgueilleux que dans la volonté se soumet quelquefois à l’avis d’autrui, à cause qu’il le trouve meilleur que le sien. Mais rien n’est capable de faire changer d’opinion à celui qui est persuadé que nulle autre n’est si bonne que la sienne, et comment donc se soumettra-t-il à celle qu’il n’approuve pas, si l’entendement, qui est l’œil de l’âme et qui doit lui faire voir son orgueil afin d’y remédier, est lui-même aveugle ? S’il est infecté de ce dangereux poison, quel moyen de le guérir ? Si la lumière se trouve changée en ténèbres, et si la règle, au lieu d’être droite, devient courbe, quelles en seront les suites ? Que si les maux qui procèdent de cette source empoisonnée de l’orgueil causent de si grands troubles dans le monde, par l’opiniâtreté avec laquelle il porte chacun à défendre son opinion, quel moyen de vivre en paix, et quelle horreur ne doit-on point en avoir, lorsque l’on considère que de bons chrétiens sont devenus par lui de pernicieux hérétiques ? Car ils ne l’ont été et ne continuent de l’être que pour avoir suivi et suivre plutôt leurs propres sentiments que ceux de l’Eglise.

Ils se sont imaginé que ces grands saints qui les ont précédés étaient dans l’erreur, et qu’au contraire ce qui se passait en eux-mêmes venant de Dieu, ils n’auraient pu manquer à l’embrasser sans préférer des hommes à lui.

Mais il a paru clairement que ce qu’ils croyaient venir de l’esprit de vérité venait de l’esprit de mensonge qui, ne les ayant pu vaincre d’une autre manière, s’est transformé en ange de lumière, et sous prétexte de leur enseigner la vérité, leur a ravi la vie de l’âme en les empêchant de se soumettre aux sentiments d’autrui.

Nous devons donc extrêmement éviter de suivre notre propre sens et choisir une personne pour nous conduire, à qui nous nous assujettissions dans la vue de Dieu.

Chap. LV. Que nous devons extrêmement éviter de suivre notre propre sentiment, et choisir quelqu’un a qui nous nous assujettissions dans la vue de Dieu. Quelle doit être cette personne et de qu’elle sorte nous devrons nous conduire à son égard.

L’expérience que j’ai faite des choses dont je vous ai parlé, et l’appréhension qu’elle me donne, m’obligent, ma chère fille, à vous avertir que comme vous devez être ennemie de votre propre volonté, vous le devez être encore beaucoup davantage de votre propre jugement et de désirer qu’on le suive, puisque je vous ai fait voir les maux qu’il produit. Résolvez-vous donc de lui faire la guerre tant extérieurement qu’intérieurement, et même en des choses légères. Car n’y ayant presque rien qui trouble tant le repos dans lequel Jésus-Christ veut trouver votre âme pour se communiquer à elle, il vous est beaucoup plus avantageux de ne pas réussir dans ce que vous désirez, que de perdre cette tranquillité dont vous avez besoin pour traiter avec lui. Mais cela se doit entendre si vous n’êtes point obligée à prendre soin de la conduite de la maison, ce qu’il faudrait bien examiner devant Dieu et avec bon conseil, selon la qualité de la chose. Car vous savez que ceux qui se veulent engager dans une grande entreprise commencent par éprouver leurs forces avant que d’en venir à l’exécution, et il est certain que lorsqu’on s’est accoutumé dans de petites choses à croire son propre sentiment, on a bien de la peine à ne le suivre pas dans les grandes. Au contraire, quand on s’accoutume dans ces petites choses à se défier de ses propres lumières, on se soumet facilement à la volonté de Dieu a l’avis de ses supérieurs et à ne vouloir juger de personne. C’est pourquoi ainsi que je l’ai dit, comme vous pouvez dans ces petites choses renoncer à votre propre sentiment pour suivre celui d’un autre sans beaucoup examiner de qui il vient, vous devez de même, en ce qui regarde votre conscience, vous défier de vous.

Je ne prétends pas néanmoins que vous vous confiiez indifféremment à qui que ce soit ; mais il faut que vous choisissiez pour guide et pour directeur un homme savant et expérimenté dans les choses de Dieu. Car la science ne suffit pas, elle doit être accompagnée de l’expérience pour savoir de quelle sorte on se doit conduire dans la prospérité, l’adversité, la tentation et les autres choses qui arrivent à ceux qui embrassent la vie spirituelle.

Ils ont besoin comme dit Gerson, d’avoir recours à des personnes intelligentes dans la conduite des âmes ; et il arrive souvent à ceux qui ne sont que savants, ce qui arriva aux apôtres lorsque étant la nuit sur mer, durant une tempête, et que Jésus-Christ vint à eux, ils crurent que c’était un fantôme, prenant ainsi pour une illusion une véritable faveur qu’il leur faisait. Car quelques-unes de ces personnes ont de même des craintes excessives qui font qu’ils se défient de tout, et que manquant de l’expérience et de la lumière nécessaires pour discerner ce qui vient de Dieu, ils en parlent sans connaissance et peuvent à peine croire qu’il se passe dans l’esprit et le cœur des autres des choses plus élevées que ce qu’ils ressentent dans eux-mêmes.

Il y en a d’autres qui, bien qu’exercés dans la dévotion, se laissent si facilement aller à l’estime de ces sentiments spirituels, qu’ils admirent ce qu’on leur en rapporte, et considèrent comme plus saints et plus parfaits que les autres, ceux qui en ont davantage, comme s’il n’y avait jamais en cela rien à appréhender. Mais à cause qu’il peut y avoir beaucoup à craindre, ils tombent dans l’erreur par ignorance et y font tomber ceux qu’il conduisent, parce qu’ils ne sont pas assez instruits des artifices du démon, et ainsi ne sont pas de meilleurs directeurs que ceux dont je viens de parler.

Il y en a, au contraire, quelques-uns si judicieux et qui savent si bien que la véritable sainteté, au lieu de dépendre de semblables choses, ne consiste qu’à accomplir la volonté de Dieu, et qui ont une si grande expérience de ce qui se passe dans les âmes, qu’ils doutent où il y en a sujet, et s’informent si particulièrement de la manière dont ces choses arrivent, qu’ils en connaissent la vérité.

C’est à ceux-là, ma fille, que vous pouvez vous confier, quoiqu’ils ne soient pas fort savants, puisque leur expérience suffit pour bien conseiller ceux qui veillent avec attention sur eux-mêmes.

Ainsi, comme cela vous importe de tout, demandez instamment à Notre-Seigneur de vous donner un de ces sages directeurs. Que s’il vous accorde cette grâce, confiez-vous en lui, sans rien craindre, et ne lui cachez rien de tout ce que vous ferez de bien ou de mal, afin qu’il puisse, par ses avis, vous fortifier dans l’un et vous corriger de l’autre. Ne faites rien d’important sans son conseil, et assurez-vous que Dieu, à qui l’obéissance est si agréable, lui mettra dans l’esprit et dans le cœur les sentiments nécessaires pour vous bien conduire. Par ce moyen, vous éviterez de tomber dans deux très-grandes fautes : l’une, de ceux qui disent qu’ils n’ont pas besoin du conseil des hommes parce que Dieu lui-même les conduit et que cela leur doit suffire ; l’autre, de ceux qui, suivant entièrement l’avis des hommes en tant qu’hommes, tombent dans la malédiction prononcée par un prophète : Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme (Jerem., XVII). Vous vous garantirez du premier de ces deux dangers en vous assujettissant à un homme, et vous éviterez le second en ne vous confiant ni en sa science, ni en sa sagesse, mais seulement en Dieu qui vous instruira par son moyen de ce que vous aurez à faire. Tenez pour certain qu’il n’y a point de chemin plus assuré pour se conformer à la volonté de Dieu que cette humble obéissance si recommandée et si pratiquée par  tous les saints, comme les vies des saints Pères des déserts nous en rendent témoignage ; car c’était entre les jeunes solitaires une marque de tendre à la perfection que d’être fort obéissants à leurs anciens, et entre tant de choses louables qui se pratiquent dans les ordres religieux, nulle autre, à mon avis, ne l’est davantage que de vivre tous ensemble sous la conduite d’un supérieur à qui ils obéissent tant dans le spirituel que le temporel, parce que la confiance qu’ils ont en lui et le plaisir avec lequel ils s’y soumettent les fait vivre dans un grand repos.