Tao – Taoisme

taoisme - yin yang

 

Sommaire

  • Tao
  • Le taoisme est la matrice de l’alchimie
  • Le taoisme est un naturalisme occulte
  • Les rejetons du taoisme
  • Tao et Yin-Yang
  • Tao et taoïsme

  • Qu’est le taoïsme ?

  • Croyances du taoïsme

  • Qu’est Yin Yang ?

 

Tao

Le tao signifie « voie », la « voie de la juste mesure », ce qui de prime abord semble être une bonne chose similaire à la modération ou tempérance.

Mais en fait, c’est la voie de quoi, pourquoi, et avec quoi ?

C’est la voie hérétique du naturalisme (divinisation de la nature) fondée sur le dualisme yin et yang, « principes intranscriptibles », le « yin » et le « yang », une voie ou plutôt une impasse qui ne sauve pas, un culte et une religion de l’homme et non de Dieu.

 

Le taoisme est la matrice de l’alchimie.

Selon le taoisme, le yin et le yang (intraduisibles) sont les deux principes, de toute chose dans l’univers, qui s’interpénètrent, se contiennent et s’harmonisent et se transmutent mutuellement :

Le yang devient du yin quand le yin devient du yang, par exemple : la nuit (yin) devient du jour (yang) quand le jour (yang) devient de la nuit (yin) etc…

Le taoisme est le chemin de spiritualisation de la nature (naturalisme) afin de devenir déité (démon) par l’alchimie spirituelle : la matière (yin) devient de l’énergie (yang) quand l’énergie (le yang) devient de la matière (du yin) etc…

Cette « alchimie » consiste à transmuter les éléments d’une nature en une autre, par une hygiène de vie, méditation, et connaissance occulte du couple matière et énergie.

La finalité est de se transformer spirituellement et physiquement à partir de l’harmonisation du yin et du yang – c’est le tao, la voie – pour (re)trouver l’état d’immortel « du ciel antérieur » (ce qu’est l’esprit avant conception) avec « le ciel postérieur » (ce qu’est l’esprit après conception).

 

Le taoisme est un naturalisme occulte.

Le naturalisme est une hérésie selon laquelle la nature est tout.

Encyclopédie catholique 1907-1915, Naturalisme : « une attitude ou esprit omniprésent et influençant de nombreuses doctrines. … cette tendance consiste essentiellement en la recherche de la nature comme source originale et fondamentale de tout ce qui existe, en essayant de tout expliquer en termes de nature. Soit les limites de la nature sont aussi les limites de la réalité existante, soit elles sont au moins la cause première si son existence est trouvée nécessaire ; elle [la nature] n’a rien à voir avec le fonctionnement des agencements naturels. Tous les événements, donc, trouvent leur explication adéquate au sein de la nature elle-même.

« Quoi qu’il en soit, finalement, la nature est essentiellement une ; elle n’exige rien en dehors d’elle-même, mais elle trouve en elle-même son explication adéquate. Soit l’esprit de l’homme est incapable de toute connaissance portant sur ​​la question des origines, soit cette question elle-même n’a pas de sens, puisque les deux la nature et ses processus de développement sont éternels ».

Le yoga est panthéiste (Dieu et le monde sont un) : être un (le soi) avec l’univers.

Le bouddhisme est illuministe : le détachement de tout pour atteindre le nirvana.

Le taoisme est alchimique : la transmutation d’une nature en une autre nature.

Le taoisme est un naturalisme de divinisation de la nature et un paganisme (culte de faux dieux), comme le yoga et le bouddhisme, mais avec un procédé alchimique de changement de nature (transmutation Yin-Yang) dont le but est l’immortalité.

Le tao est une inspiration (présentée comme principe fondamental de l’univers) du serpent trompeur au jardin d’Eden, c’est-à-dire Satan, reproduisant le même mensonge : « Vous serez comme des dieux » (Gn 3, 5).

 

Fruits du taoisme.

Le tao étant fondamental, il en résulte croyance, discipline, mode vie et spiritualité.

Tout ce qui est basé sur le yin et le yang est un rejeton du taoisme.

Pour ne citer que les plus importants :

– Yi king : divination à base de symboles yin et yang,

– Feng shui : harmonie du yin et du yang des endroits et lieux,

– Méditation taoiste : harmonie du yin et du yang dans l’esprit et le corps,

– Diététique taoiste : harmonie du yin et du yang dans l’alimentation,

– Médecine taoiste : harmonie du yin et du yang pour la santé,

Tai Chi : gymnastique d’harmonie du yin et du yang du (dans le) corps et l’esprit,

– Vie monacale taoiste : poursuite de l’immortalité par une ascèse selon les principes yin et yang de réalisation alchimique du corps et de l’esprit et un culte des ancêtres,

– Mode de vie taoiste : principes du tao appliqués à la vie courante,

– Philosophie taoiste : mode de pensée fondé sur les principes yin/yang,

– Mode yin-yang : mode grand public, opinions yin/yang, affichage du symbole yin-yang,

– Sexualité du tao : applications du yin et du yang à la sexualité,

– Communication, invocation et culte avec les « immortels » : spiritisme et idolâtrie,

– Magie taoiste : occultisme et invocations.

Tao et Yin-Yang

Le taoïsme tient que les forces yin et yang opposées et complémentaires sont interdépendantes dans la nature. Le Yin est censé représenter la féminité et l’eau, tandis que le yang est l’énergie masculine et la lumière. Lorsque ces dualités sont bien équilibrées dans la vie, la croyance est qu’il en résulte un moi pur non influencé.

Tao et taoïsme

Le taoïsme est une philosophie chinoise centrée autour du concept de Tao. Il souligne l’unification des contraires. Le taoïsme vise également l’harmonie avec la nature.

Le texte principal du taoïsme est le Tao Te Ching de Lao Tseu, qui tente d’exprimer l’essence du Tao. Le livre souligne l’ineffabilité du Tao, et est le deuxième livre le plus traduit après la sainte Bible du christianisme. C’est également l’un des livres anciens les plus connus dans le monde entier.

Le Tao Te Ching est composé de 81 poèmes, dont chacun se concentre sur un aspect ou l’autre du Tao ou un aspect pour avoir une direction efficace.

« Faire la bonne chose » est comme l’eau.

Il est bon pour tous les êtres vivants d’aller sans penser où va le flux,

… Tout comme le Tao.

– Issu de la traduction de Ron Hogan

L’éthique taoïste est moins préoccupée de faire de bonnes actions que de devenir une bonne personne qui vit en harmonie avec toutes les choses et les gens.

Pour cette raison, les taoïstes dévoués ont tendance à être agréables et à accueillir les gens.

Néanmoins, il est important de distinguer entre le taoïsme comme une philosophie (comme décrite ci-dessus) et le taosime comme une religion. Les pratiques religieuses taoïstes comprennent de nombreux rituels occultes y compris « l’alchimie » interne par ingestion de minéraux et d’herbes pour soi-disant rétablir l’équilibre des énergies Yin et Yang, et l’invocation de diverses divinités païennes. L’idéal du sage taoïste est celui qui se retire complètement de la société pour vivre « en étroite harmonie avec le rythme naturel et le flux de la vie ».

Le taoïsme est originaire de Chine. Des chiffres exacts concernant le nombre de croyants du taoïsme sont insaisissables pour deux raisons. Tout d’abord, le taoïsme est une foi vaguement définie, donc certaines personnes ne réalisent même pas qu’ils la pratiquent. Deuxièmement, le gouvernement communiste chinois ne comptabilise pas la plupart des religions dans ses recensements, en raison de la position anti-religieuse du gouvernement. Toutefois, le taoïsme est une des cinq religions officiellement reconnues par le gouvernement chinois, les autres étant le «christianisme» protestant, le catholicisme (voir également « catholicisme » Vatican 2), le bouddhisme et l’islam.

Qu’est le taoïsme ?

Le taoïsme (également orthographié dao/daoïsme) est une ancienne religion et de la philosophie qui a commencé en Chine il y a environ 2500 ans. Ses adhérents se trouvent principalement dans les pays d’Extrême-Orient comme la Chine, la Malaisie, la Corée, le Japon, le Vietnam et Singapour, où ses temples se trouvent. Selon les estimations actuelles plusieurs centaines de millions de personnes pratiquent une certaine forme de taoïsme, avec 20 à 30 millions d’euros sur le continent chinois. Ceci est tout à fait remarquable puisque la Chine continentale est un pays communiste et interdit de nombreuses formes de religion. Comme beaucoup de religions, le taoïsme a son propre ensemble d’Écritures sacrées, la principale est appelée simplement le «Tao». D’autres textes sont inclus, et le spectre complet de canon taoïste est connu comme le Daozang. Le mot «Tao» vient du caractère dans l’alphabet chinois du même nom. Le mot signifie «voie» ou «chemin».

Le taoïsme n’a jamais été une religion unifiée, et certains chercheurs le placent dans trois catégories : philosophique, religioniste et religion populaire chinoise. Pour cette raison il est difficile de déterminer exactement ce que croient les taoïstes. Grossièrement exposé, le Tao traite de l’écoulement de l’univers, ou la force derrière l’ordre naturel qui maintient toutes choses équilibrées et dans l’ordre. Il est considéré comme la source de l’existence et de la « non-existence ». Certaines religions orientales se réfèrent à cela comme le « yin et le yang » de l’univers, qui peut également se manifester également comme les forces de «bien» et «mal».

La plupart des adeptes du taoïsme croient comme le polythéisme (croyance en plusieurs dieux) au culte des ancêtres. Les taoïstes ont tendance à les adorer la plupart du temps dans leur calendrier lorsque la nourriture est énoncée comme un sacrifice aux dieux ou aux esprits des ancêtres défunts. D’autres formes de sacrifice sont la combustion de la monnaie de papier de sorte qu’elle sera rematérialisée dans le monde de l’esprit d’un ancêtre défunt pour être utilisée. Un certain nombre de disciplines d’arts martiaux tels que le Tai Chi Chuan et le Bagua Zang ont leurs racines dans le taoïsme. Peu de gens dans le monde occidental pratiquent le taoïsme, et il semble que certains aient confondu le Tao avec le Zen, comme en témoignent les livres Le Tao de la Physique de Fritjof Capra ou Le Tao de Pooh de Benjamin Hoff.

Croyances du taoïsme

Le taoïsme a la même vision du monde que le confucianisme ou ancienne religion populaire chinoise. Sa philosophie opère dans les mêmes paradigmes. Il célèbre l’association et l’interdépendance de l’homme avec la nature. Sur ​​un plan plus large, la relation entre la religion et l’univers prend la forme de vénération, qui se retrouve au-delà des limites du temps et de l’espace, le culte des ancêtres et la croyance au souverain. Les principes sur lesquels le taoïsme prospère encore aujourd’hui comprennent le Ch’i, le Feng Shui, l’interdépendance entre la vie et la mort, les Huit Immortels et la Réalité Ultime.

Le Ch’i : Ch’i est également prononcée et orthographié Qi. Ce concept fondamental signifie «souffle». Cependant, le Ch’i se réfère également à la circulation de l’énergie ou force de vie. La philosophie met en évidence le fait qu’il y a une force de vie qui remplit l’espace et imprègne tout autour de nous. Le Ch’i est considéré comme l’utérus de la matière. Un équilibre de sa qualité et quantité est considéré comme très essentiel pour la santé et le bien-être. Il est considéré comme l’animateur de la vie. Le Ch’i, selon l’ancienne croyance chinoise, peut être régulé par le contrôle de la respiration et l’acupuncture.

Le Feng Shui : Le Feng Shui est l’art chinois du placement. Il implique la stabilisation de l’écoulement du qi, du yin et yang et des cinq éléments dans tout environnement. Ceci est censé avoir un impact sur ​​la santé et la richesse des occupants par redirection et accélération.

L’interdépendance entre la vie et la mort : la vie et la mort sont considérées comme deux aspects d’une même réalité universelle. Cette réalité est aussi appelé Tao. Le taoïsme comprend simplement la mort comme une phase de transformation, idéalement comprise comme le passage du yang au yin. Ceci élimine automatiquement toute peur ou désir de mort. Le taoïsme croit que tout a une face opposée. La dualité est de nature relative et les forces sont fortement interdépendantes. Par conséquent, le taoïsme ne lutte ni ne combat aucune des dualités. Une parfaite compréhension de cette dualité est censée générer l’immortalité et la capacité surhumaine. Les exercices impliqués dans une meilleure compréhension des forces de la dualité comprennent le maintien d’un régime alimentaire équilibré, la régulation du souffle, contrôler la sexualité et l’identification avec l’harmonie morale subséquente.

Une vie morale et droite est en effet important pour la réalisation de l’immoralité et de la vie éternelle ; Toutefois, sans la Foi il est impossible de plaire à Dieu ou d’atteindre à cette fin (Hébreux 11, 6 ; Jean 3, 16).

Les huit Immortels : le taoïsme identifie huit êtres sans âge et très puissants. Ces êtres puissants sont soupçonnés être nés dans la dynastie des Tang. Une mention de ces Huit Immortels est faite dans l’art et la littérature chinois. Chacun a son propre symbole et un pouvoir spécial et ensemble ils sont associés à la bonne fortune. Les interprétations sont : âge, jeunesse, richesse, pauvreté, position, rang, féminin, masculin et l’homme du peuple.

La Réalité Ultime : Dans le taoïsme, le Tao est défini comme un ordre naturel qui n’est pas facilement révélé. Il englobe non seulement tout, mais également n’a pas de caractéristiques. Ainsi, la réalité ultime est mieux comprise comme «être» et «non-être».

Le taoïsme tient que les forces yin et yang opposées et complémentaires sont interdépendantes dans la nature. Le Yin est censé représenter la féminité et l’eau, tandis que le yang est l’énergie masculine et la lumière. Lorsque ces dualités sont bien équilibrées dans la vie, la croyance est qu’il en résulte un moi pur non influencé.

Bien que le mot Tao signifie «voie», il n’est pas le vrai chemin. Il y a beaucoup de religions qui prétendent être une des manières d’arriver à Dieu. Mais Jésus-Christ a dit qu’Il est le seul moyen pour Dieu (Jean 14, 6). Parce que le taoïsme le nie, il échoue en ce qu’il ne fait rien pour faire face à la nature pécheresse de l’humanité. Toute personne qui soit jamais née (sauf Jésus et Marie) est venue au monde avec le péché originel, nature héritée d’Adam au Jardin d’Eden, et c’est ce péché, en plus de nos propres péchés que nous commettons pendant la vie, qui nous sépare de Dieu. Un Dieu saint et juste ne peut pas accepter quoi que ce soit comme péché à ses yeux. Mais, dans sa miséricorde, Il a envoyé Son Fils Jésus (qui était Dieu dans la chair) dans ce monde pour mourir sur la croix et échanger sa justice pour nos péchés par le baptême (2 Corinthiens 5, 2 ; Actes 2, 38). C’est seulement en acceptant cette mort expiatoire, en recevant le baptême et la foi dans le Christ que nous pouvons échapper au jugement de Dieu et recevoir la vie éternelle (Ephésiens 2, 8-9). Le Christ, pas le Tao, est le chemin de la vie éternelle.

Qu’est Yin Yang ?

Le concept du yin yang (souvent appelé « le yin et le yang ») est une idée philosophique chinoise utilisée pour expliquer comment les forces opposées sont interconnectées et interdépendantes les unes sur les autres. En d’autres termes, le noir ne pouvait pas exister sans le blanc, l’obscur sans lumière, le froid sans chaleur, etc. Le concept yin yang est la base de nombreuses branches de la science et de la philosophie classique chinoise, de la médecine traditionnelle chinoise, et des différentes formes d’arts martiaux et exercices chinois, y compris le tai-chi.

Comme avec beaucoup de philosophie et de culture chinoise, le concept du yin yang est mystérieux et complexe et un traitement complet de celui-ci n’est pas possible ici (voir yin yang). La connexion entre le yin yang et le taoïsme, cependant, est indéniable.

Alors que le taoïsme est en contradiction directe avec le christianisme biblique, les dichotomies (divisions en deux parts égales, en particulier les groupes ou entités mutuellement exclusifs ou contradictoires) abondent dans la Bible. Jésus-Christ est à la fois pleinement Dieu et pleinement homme, aussi connu comme l’union hypostatique. La mort est nécessaire pour la vie (Jean 12, 24). Les chrétiens sont de nouvelles créations dans le Christ, mais vivent dans la chair (2 Corinthiens 5, 17 ; Romains 7, 18-25). Nous sommes en même temps les deux, enfants de Dieu et ses serviteurs (Jean 1, 12 ; Ephésiens 6, 6). Nous sommes morts, mais maintenant nous vivons (Galates 2, 20).

Ecclésiastique 42, 25 : « Toutes choses sont doubles, l’une est opposée à l’autre, mais il [Dieu] n’a rien fait de défecteux ».

Dans le sens où les contraires existent l’un par rapport à l’autre, yin yang se rapporte à la vérité.

Mais nous savons que les écrits païens se sont inspirés de la Bible, ce qui explique cela. Par exemple, Platon s’est inspiré de Moïse,  yin yang est certainement inspiré de la Bible, Satan s’inspire de la Bible.

Dans sa relation au taoïsme et à d’autres faux systèmes de croyance, cependant, yin yang n’est certainement pas biblique.

En effet, yin yang ne peut pas se référer aux antinomies (contradictions totales de significations opposées pour l’homme mais dans l’unité pour Dieu) qui ne peuvent provenir que du Saint-Esprit.

N’oubliez pas que yin yang est la matrice de l’alchimie, et qu’en tant que tel son but est naturaliste-alchimique et non de révéler la vérité de la grâce et la gloire de Dieu.