Yoga – Dangers du Yoga

yoga

Sommaire

  • Le yoga est une fausse religion naturaliste
    • Le yoga est un naturalisme
    • Auto-déification
    • Formes de yoga
  • Le yoga est le fondement des pratiques du new-âge
  • Le yoga est un panthéisme satanique
  • Dangers du Yoga
    • Le yoga rend un culte aux démons
    • Qu’est-ce que le yoga ?

    • Le Sens de « Yoga »

    • Quelle est la vision chrétienne du Yoga ?

    • Le Yoga : une discipline spirituelle hindoue (païenne)

    • Le Yoga est du diable

 

Le yoga est une fausse religion naturaliste

Le yoga est un naturalisme

Le naturalisme est l’hérésie consistant à diviniser la nature ou la création : la nature est tout. Or la nature étant créée, elle ne saurait être « divine » : c’est le péché des esprits purs ou des démons.

La nature n’est pas faite pour elle-même ; une nature pure aurait pu – en théorie – exister, mais ce n’est pas le cas, elle est créée pour la vie surnaturelle de la grâce divine.

Encyclopédie catholique 1907-1915, Naturalisme : « une attitude ou esprit omniprésent et influençant de nombreuses doctrines. … cette tendance consiste essentiellement en la recherche de la nature comme source originale et fondamentale de tout ce qui existe, en essayant de tout expliquer en termes de nature. Soit les limites de la nature sont aussi les limites de la réalité existante, soit elles sont au moins la cause première si son existence est trouvée nécessaire ; elle [la nature] n’a rien à voir avec le fonctionnement des agencements naturels. Tous les événements, donc, trouvent leur explication adéquate au sein de la nature elle-même.

« Quoi qu’il en soit, finalement, la nature est essentiellement une ; elle n’exige rien en dehors d’elle-même, mais elle trouve en elle-même son explication adéquate. Soit l’esprit de l’homme est incapable de toute connaissance portant sur ​​la question des origines, soit cette question elle-même n’a pas de sens, puisque les deux la nature et ses processus de développement sont éternels ».

Le yoga est une une pratique d’auto-divinisation de la nature par la nature.

Auto-déification

Le but du yoga est la réalisation du Soi, opposé à l’égo – une auto-déification ou l’homme à la place de Dieu : c’est la religion de l’antéchrist.

« Le Soi est Brahman … le Soi est tout cet univers. Rien d’autre n’existe que le Soi … Je suis Brahman ! … Je ne connais ni la mort, ni le doute, ni les distinctions de castes. Point de père, point de mère. Je n’ai jamais pris naissance. Je n’ai aucun ami, aucun parent, point de maître, point de disciple. Je suis Intelligence et Félicité pures… » (Shankara, 8ème siècle ap. J-C)

La première étape de pratique débute avec des postures corporelles comme si c’étaient des exercices de relaxation : c’est déjà une pratique religieuse et un culte rendu aux démons.

La deuxième étape est la « méditation » : c’est l’abandon de la raison et de la volonté qui invite les démons.

La troisième étape est l’évocation (allusion) de déités (démons) de l’hindouisme.

La quatrième étape est l’invocation (appel) de déités de l’hindouisme, soit par des mantras (phrases répétitives invoquant des déités) , ou prières ou directement à travers la nature, comme par exemple les quatre « anges » cardinaux, etc…

Le yoga n’est pas de l’exercice ou de la relaxation de bien-être comme le croient faussement les gens. C’est une religion. Quand on commence à faire du yoga, on commence la pratique d’une religion.

Beaucoup s’y retrouvent, beaucoup pratiquent le yoga en disant « c’est juste de l’assouplissement, etc », y compris des soi-disant « chrétiens », sans même savoir qu’ils se lient à des démons, sous forme des « déités » indoues.

Formes de yoga

Hatha yoga : postures corporelles pour faire circuler les « énergies » et préparer l’esprit ; mudras : positions des doigts pour faire circuler les « énergies » ;

Pratya-dharana-dhyana yoga : techniques mentales de concentration-visualisation-méditation-comtemplation ;

Kriya yoga : techniques respiratoires, dont le sudarshan kriya avec son mantra « so am » qui signifie « je suis », c’est-à-dire « je suis Dieu » ;

Prana yoga : prana, « cinquième » élément, sorte d’énergie vitale de la matière – qi ou t’chi – comme dans le zen, le taoisme, le taïchi, et le qigong ;

Karma yoga : actions dans la vie par rapports aux réincarnations ;

Tantra yoga : maîtrise de l' »énergie » sexuelle et autres « énergies ».

Le yoga est la pratique hindouiste de libération de la réincarnation (samsara, principe de la réincarnation).

 

Le yoga est la pratique de base du new-âge 

L’ensemble du mouvement luciférien «New Age» a été créé par les adeptes lucifériens du nouvel ordre mondial sur les bases du yoga et est conçu pour vous emmener en enfer avec Satan. Vous pouvez demander à Dieu de vous pardonner si vous avez fait toutes ces choses et vous serez pardonné si votre repentir est sincère. Dieu veut la miséricorde avec la justice.

L’O.N.U., fief maçonnique du syncrétisme religieux mondial, a proclamé en décembre 2014, le 21 juin comme journée internationale du yoga, en soulignant ses « bienfaits » pour le public ; Présent à la première journée mondiale du Yoga du 21 juin 2015, Ban Ki-moon, secrétaire général de l’O.N.U,, a déclaré : 

« En proclamant le 21 juin Journée internationale du yoga, l’Assemblée générale a reconnu les avantages holistiques que cette pratique remontant à la nuit des temps procure, et le fait qu’elle est foncièrement compatible avec les principes et les valeurs de l’Organisation des Nations Unies ».

Si, de près ou de loin, vous êtes dans le yoga ou le New-âge, il vous faut couper totalement avec toutes ces croyances et ces pratiques et vous convertir à Jésus-Christ, à la vraie foi et entrer dans l’Eglise catholique si vous voulez éviter l’enfer éternel, avoir une chance d’être sauvés et avoir la vie éternelle avec Dieu au ciel quand vous mourrez.

 

Le yoga est un panthéisme satanique.

La pratique vicelarde du yoga étant rampante non seulement dans les ordres religieux du Novus Ordo, mais également dans les institutions laïques, il est important de traiter de ce qui ne va pas avec cette pratique. Le Yoga, seulement des étirements ? Eh bien NON.

Un « prêtre » Novus Ordo, le « père » James Manjackal, est très bien informé sur le sujet.

Qu’est-ce que le yoga ? 

Le mot yoga signifie « union », le but du yoga est d’unir son soi transitoire (temporaire), « JIVA » avec l’infini « Brahman », le concept hindou de Dieu. Ce Dieu n’est pas un Dieu personnel, mais c’est une substance spirituelle impersonnelle qui fait un avec la nature et le cosmos. Brahman est une substance divine impersonnelle qui hante, enveloppe et sous-tend tout’.

Le yoga a ses racines dans l’Hindouisme Upanishads, vieux de 1.000 années avant JC, et il parle du Yoga ainsi : «unir la lumière en vous avec la lumière de Brahman « L’absolu est en vous », dit l’Upanishads Chandogya, ‘TAT TUAM ASI’ ou ‘TU ES CELA’. Le Divin habite au sein de chacun de nous à travers son représentant microcosmique, le soi individuel appelé Jiva. Dans la Bhagavad Gita, le Seigneur Krishna décrit le Jiva comme «ma portion éternelle propre» et «la joie du Yoga vient du yogi qui ne fait qu’un avec Brahman. » En l’an 150, le yogi Patanjali expliqua les huit voies qui conduisent les pratiques Yoga de l’ignorance à l’illumination – les huit voies sont comme un escalier – Ils sont self-contrôle (yama), pratique religieuse (niyama), postures (asanas), exercices de respiration (pranayama), contrôle des sens (pratyahara), concentration (dharana) , contemplation profonde (dhyana), Illumination (samadhi).

Il est intéressant de noter, ici, que les postures et les exercices de respirations, souvent considérés comme l’ensemble du yoga en Occident, sont les étapes 3 et 4 vers l’union avec Brahman ! Le yoga n’est pas seulement un système élaboré d’exercices physiques, c’ est une discipline spirituelle, prétendant conduire l’âme au samadhi, à l’union totale avec l’être divin. Samadhi est l’état dans lequel le naturel et le divin ne font plus qu’un ; l’homme et Dieu devenu Un sans aucune différence (Brad Scott : Exercice ou pratique religieuse ? Yoga : Ce que le professeur ne vous a jamais enseigné au cours d’ Hatha Yoga) dans The Expositor Watchman, Vol. 18, n ° 2, 2001). » http://www.jmanjackal.net/eng/engyoga.htm

Pour résumer :

Le yoga est une discipline spirituelle qui tente de s’unir avec le divin en soi-même et de s’unir ainsi avec toute la création par la respiration, les exercices physiques, la concentration, etc… L’idée que le divin se trouve au sein de soi-même est, bien sûr, occulte. L’idée que le divin imprègne toute la création – l’idée selon laquelle se base la pratique du yoga et vers lequel il est orienté – est le panthéisme et il fut condamné au Concile Vatican 1.

Pape Pie IX, premier Concile du Vatican, Session 3, chap. 1 : « La sainte Eglise catholique apostolique romaine croit et professe qu’il y a un seul Dieu vrai et vivant, créateur et Seigneur du ciel et de la terre … vu qu’il est une substance spirituelle unique et singulière, absolument simple et immuable, il faut affirmer qu’il est distinct du monde en réalité et par essence … » Denzinger, Les sources du dogme catholique, B. Herder Book. Co., Trentième Edition, 1957, n°1782.

Pape Pie XI, Mit brennender Sorge (# 7), 14 Mars 1937 :
«Quiconque identifie, dans une confusion panthéistique, Dieu et l’univers, abaissant Dieu aux dimensions du monde ou élevant le monde à celles de Dieu, n’est pas de ceux qui croient en Dieu. » Les Encycliques papales, Claudia Carlen, Raleigh, The Pierian Press, 1990, Vol. 3 (1903-1939), p. 526.

L’anti-pape Jean-Paul 2 enseignait lui-même cette notion condamnée qu’est le panthéisme dans son encyclique Dominum et vivificantem (50,3), le 18 mai 1986 : « « Le Verbe s’est fait chair ». L’Incarnation de Dieu-Fils signifie que la nature humaine est élevée à l’unité avec Dieu, mais aussi, en elle, en un sens, tout ce qui est «chair» : toute l’humanité, tout le monde visible et matériel. L’Incarnation a donc aussi un sens cosmique, une dimension cosmique. » Les encycliques de Jean-Paul Paul II, p. 316, Huntington, dans : Our Sunday Visitor Publishing Division, 1996.

Tandis qu’ il exposait sa croyance hérétique que le Christ s’est uni à chaque homme, dans ce cas Jean-Paul 2 décida d’aller un peu plus loin : non seulement il dit que le Christ s’est uni à tout homme, mais aussi avec le « monde visible et matériel tout entier. » Selon l’antipape Jean-Paul 2, l’herbe, les arbres, les rivières, les lacs, les océans, etc étaient tous unis avec le Christ en vertu de l’Incarnation. Il développe la pensée dans la phrase suivante de cette encyclique.

Jean-Paul 2, Dominum et vivificantem (50,3), 18 mai 1986 : « Le « premier-né de toute créature » , en s’incarnant dans l’humanité individuelle du Christ, s’unit en quelque sorte avec toute la réalité de l’homme, qui est aussi ‘chair’, et, en elle, avec toute ‘chair’ avec toute la création. » Les encycliques de Jean-Paul Paul II, p. 316.

L’antipape Jean-Paul 2 était un panthéiste. Dans le panthéisme, le monde et Dieu font une seule chose.

Un Dictionnaire catholique, par Attwater : «Panthéisme – Fausse philosophie qui consiste à confondre Dieu avec le monde. Selon certains, le monde est absorbé par Dieu (Panthéistes indiens, Spinoza) ; d’autres enseignent que Dieu est absorbé par le monde dont il est la force et la vie … Mais tous [ les panthéistes] cherchent à établir une identité de substance entre Dieu et le monde » Donald Attwater, Un Dictionnaire catholique, Tan Books, 1997, p. 366.

L’Encyclopedie catholique : « Le panthéisme, le point de vue selon lequel Dieu et le monde ne font qu’un. » L’ Encyclopedie catholique, Vol. 11, New York, Robert Appleton Co., 1911, p. 447.

Puisque, comme nous l’avons vu ci-dessus, la pratique du yoga est basé sur l’idée d’union du divin en soi-même avec toute la création, la pratique du yoga est donc une expression de la croyance dans l’hérésie condamnée qu’est le panthéisme : que Dieu et Sa création sont une seule chose.

Pratiquer le yoga, par conséquent, c’est pratiquer une fausse religion et c’est exprimer la croyance en un faux dieu.

Le prêtre conservateur Novus Ordo cité ci-dessus, scandalisé par la pratique généralisée du yoga dans les cercles «chrétien» et «catholique», a très bien résumé la situation :
« La pratique du yoga est au mieux païenne, et au pire, occulte. C’est la religion de l’antéchrist et pour la première fois dans l’histoire, elle est largement pratiqué dans le Monde occidental et en Amérique.

Il est vraiment ridicule que même des maîtres yogis portant une croix ou un symbole chrétien trompent les gens en disant que le yoga n’a rien à voir avec l’hindouisme et en disant que c’est seulement accepter les autres cultures. Certains ont masqué le Yoga par des gestes chrétiens et l’appelent « Yoga chrétien ». Ici, il n’est pas un question d’accepter la culture d’autres personnes, il est question d’accepter une autre religion…» (jmanjackal.net/eng/engyoga.htm)

Avec vatican 2, bouddha est sur les autels, des religieuses font du zen, d’autres du taïchi, des carmes font du zen, des trappistes font du yoga, etc.

Ce ne sont que quelques exemples de la grande apostasie. Au bout du compte, chacun obtiendra ce qu’il aura voulu.

 

Dangers du Yoga

Shiva_statue Ganga talao Maurice

Shiva, « seigneur » du yoga – (démon en chef du yoga)

Le yoga rend un culte aux démons 

Quand vous commencez à faire du yoga, vous entrez dans la fausse religion de l’hindouisme.

Quand vous commencez à faire du yoga, vous êtes de suite attelé ou lié au dieu païen hindou Shiva, et vous le serez davantage à mesure que vous continuerez, et vous vous éloignerez davantage de Jésus-Christ qui est Seul le Rédempteur et Sauveur, vous vous éloignerez de votre salut éternel pour aller vers l’enfer.

Yoga signifie joug, s’atteler ou s’appliquer à une tâche, à quelque chose auquel on est attaché. Pratiquer le yoga est réellement s’atteler à des faux dieux hindous ou démons ! Le Yoga fait partie de la religion hindoue qui vénère des millions de faux dieux, c’est-à-dire des démons. Les postures du yoga (hatha yoga) sont effectivement des postures d’adoration ou de culte rendu aux différents faux dieux hindous ! La déité hindoue Shiva est le « seigneur » du yoga.

La plupart sont très naïfs à propos de cela et croient bien faire. Les chrétiens ne s’atteleraient jamais aux démons hindous mais c’est exactement ce que font ceux qui pratiquent le Yoga fait pour le culte de dieux hindous. Les autres «dieux» sont en fait des faux dieux ou des démons. Le yoga est une pratique qui les infestent et les pratiquants deviennent réellement possédés et l’ignorent.

Satan se présente avec des choses qui peuvent sembler tout à fait innocentes au premier abord. Le mal a toujours l’apparence de bien. La plupart des gens croient que le yoga est seulement un exercice, mais voulez-vous risquer votre âme éternelle ? Dieu dit de rester loin des pratiques des païens, et les hindous qui ont créé le Yoga l’utilisent pour s’atteler à des milliers de démons hindous qu’ils appellent dieux. Voulez-vous vous atteler à des démons ? Alors continuez à faire du yoga créé par les hindous pour adorer les démons. Cependant, il existe des pratiques alternatives au yoga et ne présentant pas ces caractéristiques spirituelles démoniaques.

Le yoga est une pratique trompeuse enveloppée dans un joli paquet vous ouvrant aux démons hindous, et qui vous emmène loin de la foi catholique, de Jésus-Christ et Son Eglise, et donc de votre salut.

Qu’est-ce que le yoga ?

Yoga est un groupe de pratiques spirituelles originaires d’Inde. Beaucoup d’écritures dharmiques (voir dharma) parlent des différents aspects du yoga. Dans le contexte de la Bhagavad Gita, le Yoga décrit une vision unifiée, la sérénité d’esprit et d’action et la capacité à rester à l’écoute de la gloire du Soi (Atman).

Pour beaucoup en Occident qui ne comprennent pas l’histoire derrière, le yoga est tout simplement un moyen d’exercice physique, de renforcement et d’amélioration de la flexibilité des muscles. Cependant, la philosophie derrière le yoga est beaucoup plus que de s’améliorer soi-même physiquement. C’est une pratique ancienne provenant d’Inde, considérée comme la voie de croissance spirituelle et d’illumination.

Les branches usuelles du Yoga sont : Hatha Yoga, le Yoga du Karma, Jnana Yoga, le Bhakti Yoga et le Raja Yoga. Le plus populaire en Occident est le Hatha Yoga qui est pratiqué principalement pour la santé mentale et physique.

Le Hatha Yoga est considéré dans l’hindouisme comme un moyen pratique pour les hauteurs du Raja Yoga (l’école de la philosophie hindoue) ; il est une étape préparatoire de pratique physique qui forme le corps pour la méditation.

Le Sens de « Yoga »

Yoga est un mot sanskrit qui signifie littéralement « s’atteler » et il renvoie à des pratiques – originaire de l’hindouisme – dont le but est d’unir l’esprit de l’individu avec la Divinité, qui est, la seule vraie réalité et qui est appelée Brahman. En d’autres termes, le yoga se compose de certaines pratiques conçues spécifiquement pour induire un état de transe qui permet soi-disant à l’esprit d’être tiré vers le haut en s’attelant avec Brahman. Le yoga est un moyen de retrait du monde de l’illusion (car, selon l’hindouisme tout est illusion) pour chercher la seule vraie réalité.

Le Yoga se compose de huit étapes dont le but est de libérer l’esprit de l’individu de ses impuretés qui entravent l’homme pour réaliser et connaître l’Atman qui est en lui. Selon l’Hindouisme, Atman est Dieu qui est dans tous les êtres humains qui ne sont rien, ce qui est appelé Brahman (l’Atman universelle qui imprègne l’univers) car Atman et Brahman sont une seule chose. Par conséquent, au cœur du yoga – peu importe quel est le type de yoga – se trouve la doctrine suivante : la Divinité est en tout homme, et à moins de purifier (ou libèrer) son esprit de toutes les impuretés qui l’empêchent de réaliser sa Divinité il ne peut pas se rendre compte qu’il est divin. Le yoga est un moyen par lequel un homme peut se rendre compte qu’il est Brahman (qui est faussement appelé Dieu). En outre, il faut dire que le yoga est strictement lié à la doctrine de la réincarnation car il est le moyen par lequel on peut atteindre la moksha, qui est la libération du cycle de réincarnation. Cette libération est obtenue quand on se rend compte de son union essentielle avec Brahman.

Les huit étapes du yoga sont les suivantes : yamas, niyamas, asanas, pranayama, pratyahara, dharana, dhyana et samadhi. Les yamas et les niyamas ne sont et ne font pas grand chose. Les asanas sont les postures méditatives. Pranayama est le contrôle du souffle. Pratyahara est le retrait des sens, qui est l’étape à laquelle un adepte apprend à contrôler les «tentacules» de la conscience que l’on appelle indriyas en Sanskrit. Dharana est la discipline de concentration. Dhyana est la discipline de la méditation qui mène au samadhi. Samadhi est une conscience de pur détachement du monde dans lequel l’âme demeure dans son essence seule, et dans laquelle le yogi découvre sa véritable identité quand l’esprit transcendé, il perçoit l’unité fondamentale de l’existence. Ensuite, le yogi obtient le Nirvana, qui est un fusionnement stable avec la Conscience de Dieu. Le terme « Nirvana » signifie « combustion complète », à savoir l’effacement de l’individualité dans la Fusion avec Dieu ; un homme qui, après s’être élargi et dissous en Lui, se sent etre Dieu.

Grâce au samyama (par dharana, dhyana et samadhi), on peut obtenir des pouvoirs occultes. En plus de cela, il faut dire que le but du pranayama est non seulement de contrôler le prana, qui est l’énergie vitale, mais aussi d’éveiller la kundalini. La kundalini est la puissance latente que l’on croit se reposer à la base de la colonne vertébrale. Quand elle est suscitée, elle fait rage comme un serpent vicieux à intérieur d’une personne avec une force « à laquelle il est impossible de résister ». Le kundalini produit des pouvoirs psychiques surnaturels ayant leur source dans les êtres démoniaques.

Il y a une dizaine de formes de yoga. Les noms de certains d’entre eux sont : raja-yoga, bhakti-yoga, jnana-yoga, karma-yoga, tantra-yoga, kundalini-yoga et hatha-yoga. La plus célèbre forme de yoga dans le monde occidental est le hatha-yoga, que beaucoup considèrent comme une simple forme neutre d’exercice, une alternative apaisante et efficace pour ceux qui abhorrent le jogging.

Quelle est la vision chrétienne du Yoga ?

Pour beaucoup de chrétiens occidentaux qui ne comprennent pas l’histoire derrière, le yoga est tout simplement un moyen d’exercice physique, de renforcement et d’amélioration de la flexibilité des muscles. Cependant, la philosophie derrière le yoga est beaucoup plus que de s’améliorer soi-même physiquement. C’est une pratique ancienne provenant d’Inde, considérée comme la voie de croissance spirituelle et d’illumination.

Le mot «yoga» signifie «union», et l’objectif est d’unir son soi transitoire (temporaire) avec l’infini Brahman, le concept hindou de «Dieu». Ce dieu n’est pas un être littéral, mais est une substance spirituelle impersonnelle qui ne fait qu’un avec la nature et le cosmos. Ce point de vue est appelé le panthéisme, la croyance que tout est Dieu et que la réalité ne se compose que de l’univers et de la nature. Parce que tout est Dieu, la philosophie du yoga ne fait aucune distinction entre l’homme et Dieu.

Le Hatha yoga est l’aspect du yoga qui se concentre sur le corps physique à travers des postures spéciales, des exercices de respiration et de la concentration ou de la méditation. Il est un moyen de préparer le corps pour les exercices spirituels, avec moins d’obstacles, afin d’atteindre l’illumination. La pratique du yoga est basé sur la conviction que l’homme et Dieu ne font qu’un. C’est peu plus que l’adulation de soi-même déguisée comme un haut niveau de spiritualité.

La question devient : est-il possible pour un chrétien d’isoler les aspects physiques du yoga comme une simple méthode d’exercice, sans intégrer la spiritualité ou la philosophie derrière ? Oui, mais alors cela ne serait pas appelé Yoga, cela serait tout simplement appelé normalement : étirements et exercices de respiration. Tout dans le yoga est lié à la philosophie païenne, à savoir : les postures étranges, la respiration exerce une personne à devenir «élevée», les méditations indépendantes ou des expériences hors du corps ou des transes, doivent être complètement évitées par les chrétiens. Le Yoga a son origine dans une philosophie ouvertement anti-chrétienne, et que la philosophie n’a pas changé. Il apprend à se concentrer sur soi-même plutôt que sur le seul vrai Dieu. Il encourage ses participants à rechercher les réponses aux questions difficiles de la vie au sein de leur propre esprit au lieu de la Parole de Dieu et de l’Église. Il laisse aussi une porte ouverte à la tromperie de l’ennemi de Dieu, qui cherche des victimes qu’il puisse détourner de Dieu (1 Pierre 5, 8).

Quoi que nous fassions, ce devrait être fait pour la gloire de Dieu (1 Corinthiens 10, 31), et nous serions bien avisés d’écouter les paroles de l’apôtre Paul : « Fixez vos pensées sur ce qui est vrai et honnête et droit. Pensez à des choses qui sont pures et belles et admirables. Pensez à des choses qui sont excellentes et dignes de louanges. (Philippiens 4, 8)

Le Yoga : une discipline spirituelle hindoue (païenne)

Le yoga est une discipline spirituelle hindoue (païenne) qui tente d’unir quelqu’un avec le divin en soi-même et d’unir quelqu’un avec toute la création par la respiration, les exercices physiques, de la concentration, etc. L’idée que le divin est à chercher et à trouver en soi est, bien sûr, occulte. L’idée que le divin imprègne toute la création – l’idée sur laquelle la pratique du yoga est basée et vers lequel il est orienté – est le panthéisme, réprouvé infailliblement par le Concile Vatican I et d’autres conciles et enseignements de l’Église :

« La sainte Église catholique apostolique romaine croit et professe [confesse] qu’il y a un seul Dieu vrai et vivant, Créateur et Seigneur du ciel et de la terre … ; vu qu’il est une substance spirituelle unique et singulière, absolument simple et immuable, il faiut affirmer qu’il est distincte du monde en réalité et par essence …  » (Constitutio Dogmatica de Fide catholic, Session III, chap. I)

Dieu est distinct dans la réalité et l’essence de sa création. Le panthéisme enseigne que Dieu et l’univers sont un. Le panthéisme enseigne que l’herbe, les arbres, les rivières, les lacs, les océans, etc., étaient tous unis avec le Christ, en vertu de l’Incarnation. Le panthéisme « divinise » le monde matériel et conduit à la croyance « Gaia » du New Age, que le monde matériel vit et a une âme, et au radicalisme de l’environnement dans lequel les arbres et les baleines ont plus de droits que les bébés humains.

Puisque la pratique du yoga est basée sur l’idée d’union avec le divin en soi-même et dans toute la création, la pratique du yoga est donc une expression de la croyance en l’hérésie panthéiste condamnée seloçn laquelle Dieu et Sa création sont une seule chose. Pratiquer le yoga, par conséquent, c’est pratiquer une fausse religion et exprimer la croyance en un faux dieu.

La pratique du yoga est païenne, au mieux, et au pire occulte. Pour la première fois dans l’histoire, il est largement pratiqué à travers le monde occidental et en Amérique. Il est ridicule que même les maîtres yogis portant une croix ou un symbole chrétien trompent les gens en disant que le yoga n’a rien à voir avec l’hindouisme et disent qu’il accepte seulement d’autres cultures. Certains ont masqué le yoga avec des gestes chrétiens et l’appeler « le yoga chrétien ». Ici, il n’est pas question d’accepter la culture d’autres personnes; il est question d’accepter une autre religion. Le Yoga est mauvais parce qu’il conduit à un culte de l’hindouisme et d’autres religions orientales païennes.

Le Yoga est du diable

Le Yoga est du diable car son but est de conduire l’homme à se rendre compte qu’il est Dieu (que lui et Dieu sont une seule et même chose) ou de découvrir en lui-même sa divinité. Parce que, selon la philosophie qui sous-tend le yoga, l’homme est ignorant de sa nature divine et a donc besoin de la découvrir, le yoga est le moyen qui le mènera à cette découverte ! Écoutez ce que ce frère Rabindranath R. Maharaj, qui a pratiqué du yoga tous les jours quand il était gourou, dit dans son livre Death of a Guru  (mort d’un gourou) :

« Ce que j’ai éprouvé dans la méditation a été en accord avec l’enseignement Védique du Brahmane, mais mon expérience vécue à d’autres moments n’a pas été en accord. Dans la transe Yogique j’ai senti une unité avec l’univers entier ; j’ai été similaire à une punaise ou une vache ou une étoile éloignée. Nous avons tous pris la même Essence. Tout était Brahman et Brahman était tout. « Et tu es cela ! » comme disent les Védas, me disant que Brahman était mon vrai Soi, le Dieu intérieur que j’adorais assis devant un miroir ». (Rabindranath R. Maharaj avec Dave Hunt, Mort d’un gourou, Hodder and Stoughton, Grande-Bretagne, 1986, p. 97)

Considérez que l’Écriture sainte enseigne que l’homme est juste une créature de Dieu et ne peut jamais devenir Dieu (bien que nous pouvons devenir comme Dieu en étant rendus participants de sa gloire), et que ceux qui croient qu’ils sont Dieu sont les ennemis de Dieu car ils sont pleins de fierté. Dans les temps anciens Dieu a réprimandé fortement le prince de Tyr car il croyait qu’il était Dieu, comme il est écrit dans le livre du prophète Ezéchiel :

« La parole du Seigneur [de l’Éternel] me fut adressée, disant : Fils d’homme, dis au prince de Tyr : Ainsi parle le Seigneur Dieu: Parce que ton cœur s’est élevé, et que tu as dit Moi je suis un Dieu, je suis assis sur le trône d’un Dieu au milieu de la mer, lorsque tu n’es qu’un homme et non un Dieu ; parce que tu as posé ton cœur comme le cœur d’un Dieu [tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu] ; Voilà que tu es plus sage que Daniel ; aucun secret n’est caché pour toi. Par ta sagesse et par ta prudence [ton intelligence] tu t’es créé de la puissance, et tu as amassé de l’or et de l’argent dans tes trésors. Par la grandeur de ta sagesse et par ton commerce tu as multiplié ta puissance, et ton cœur s’est élevé dans ta force. A cause de cela, voici ce que dit le Seigneur Dieu : Parce que ton coeur s’est élevé comme le cœur d’un Dieu, à cause de cela, voici que moi j’amènerai sur [contre] toi des étrangers, les plus forts d’entre les nations, et ils tireront leurs glaives sur [contre] la beauté de ta sagesse, et ils souilleront ta splendeur. Ils te tueront et te précipiteront dans la fosse, et tu mourras dans la destruction des tués au milieu de la mer. Est-ce que tu parleras, disant : Je suis un Dieu, devant ceux qui te tueront, lorsque tu n’es qu’un homme et non un Dieu, dans la main de ceux qui te feront mourir ? Tu mourras de la mort des incirconcis par la main des étrangers, parce que c’est moi qui ai parlé, dit le Seigneur Dieu ». (Ezéchiel 28, 1-10)

Il y a quelques décennies, Dieu a réprimandé également Rabindranath R. Maharaj pour la même raison, parce qu’il croyait qu’il était Dieu. Faites attention à ce qu’il dit dans son livre Death of a Guru :

« À la fin de ma troisième année au lycée, maman et ma Tante Revati ont invité un grand groupe de voisins et de parents à se joindre à nous pour une puja spéciale dans notre maison. Les arrivants approchaient en faisant leurs saluts respectueux et rappelant un peu la grandeur de mon père. Leurs commentaires, entendus çà et là,  la pièce se remplissant, ont confirmé l’admiration que j’ai lue dans leurs yeux. J’étais un Yogi qui apporterait la gloire à notre ville, un gourou qui un jour aurait beaucoup, beaucoup d’adeptes. Mes conflits intérieurs ont été oubliés dans le pur plaisir d’être adoré. Bien que je n’avais pas tout à fait 15 ans, je savais que déjà j’avais atteint un statut parmi les hindous qui était l’objet d’envie de quelques experts. Cela m’a donné un bon sentiment, honnête, de savoir que je n’étais pas parmi les hypocrites que mon Oncle Deonarine méprisait. Notre Baba, Pundit Jankhi Prasad Sharma Maharaj, mon conseiller spirituel et plus grande inspiration, le leader hindou reconnu pour toute la Trinité, a célébré la cérémonie élaborée. Je l’ai aidé fièrement. Ce fut une grande occasion pour moi. Doté d’une grande guirlande parfumée de fleurs autour de mon cou, je me tenais près de l’autel saluant les invités après la cérémonie. Une voisine posa plusieurs pièces de monnaie les unes après les autres à mes pieds, et se prosterna pour recevoir ma bénédiction – le tapotement de Shakti dont chaque adorateur était avide à cause de son effet surnaturel. Je la connaissais comme une pauvre veuve qui gagnait pitoyablement peu pour ses longues heures de dur labeur. Les offrandes que je recevais à une cérémonie dépasseraient de loin son salaire pendant un mois. Les dieux avaient décrété ce système de donner aux brahmanes, et les Vedas ont déclaré que c’est d’un grand avantage pour le donateur, alors pourquoi devrais-je me sentir coupable ? Les paroles de l’oncle Deonarine sont montéesé vivement devant moi dans tout leur venin : «C’est l’affairee avec chacun d’eux ; ils ne font rien sans payer … principalement des pauvres ! Je regardai sa petite offrande de pièces, mal à l’aise. Bien sûr, j’avais beaucoup à lui donner en échange. Tendant la main pour toucher son front pour donner ma bénédiction, je fus surpris par une voix d’autorité omnipotente inimitable : «Vous n’êtes pas Dieu, Rabi ! Mon bras a gelé en l’air. «Vous … n’êtes … pas … Dieu ! Les paroles me frappèrent comme le flan d’un coutelas d’abattage de haute canne verte. Instinctivement, je savais que le vrai Dieu, le Créateur de tout, avait dit ces paroles, et je commençais à trembler. C’était une fraude, une tromperie flagrante de feindre de bénir cette femme saluante. Je retirai ma main, conscients du fait que beaucoup d’yeux regardaient et s’émerveillaient. Je sentais que je devais tomber aux pieds sacrés du vrai Dieu et lui demander pardon, mais comment pourrais-je expliquer cela à tous ces gens ! Brusquement je me suis tourné et ai passé mon chemin à travers la foule, laissant la pauvre femme me regardant dans la confusion. Dans ma chambre, je fermais la porte, j’ai déchiré la guirlande de fleurs autour de mon cou de mes doigts tremblants, je me jetai sur le sol, et je tombai sur mon lit, sanglotant ». (R. Rabindranath Maharaj avec Dave Hunt, Mort d’un gourou, Hodder and Stoughton, Grande-Bretagne, 1986, pages 107-108)

Comme vous pouvez le voir, Dieu résiste à ceux qui croient qu’ils sont Dieu. Et puisque le but du yoga est de conduire les hommes à croire qu’ils sont Dieu, nous en concluons que le père du yoga est le diable.

Le Yoga est du diable car à travers lui un homme atteint un état altéré de conscience, qui est la porte de l’occulte. En d’autres termes, le yoga est du diable car il permet à ceux qui le pratiquent de contacter les mauvais esprits (démons), pour les voir, parler avec eux, et recevoir des pouvoirs occultes de leur part. Dans certains cas, le yoga mène à possession démoniaque, comme dans le cas de ceux en qui le pouvoir de la kundalini est éveillé. Je citerai à nouveau quelques mots de frère Rabindranath R. Maharaj, qui a pratiqué du yoga tous les jours quand il était un gourou, pour vous montrer combien est dangereuse la pratique du yoga :

« Avant l’âge de dix ans, en plus de ma méditation quotidienne, je pratiquais le yoga – des positions, des exercices de respiration et de méditation – sur la véranda à l’extérieur de ma chambre de minuit à 1h30, quand tout le monde dormait. Je faisais soit Brumadhya Drishti ou Madhyama Drishti. Cette concentration, combinée avec les exercices de respiration, m’a projetée dans des royaumes de la conscience totalement sans rapport avec le monde autour de moi. Grâce au Yoga j’ai vécu de plus en plus en présence d’êtres spirituels qui me guidaient me donnant des pouvoirs psychiques. Le dieux étaient réels !  » (Rabindranath Maharaj R., op cit, pages 89-90)

« Rien n’était plus important que notre méditation transcendantale quotidienne, au cœur du Yoga, que Krishna a préconisé comme le plus sûr moyen d’éternelle félicité. Mais cela pourrait aussi être dangereux. Des expériences psychiques effrayantes attendaient le méditant imprudent, semblables à un mauvais voyage par la drogue. Les démons décrits dans les Védas avaient été connus pour prendre possession de certains yogis déclarant que le pouvoir de Kundalini enroulée comme un serpent à la base de la colonne vertébrale, pourrait produire des expériences extatiques lorsqu’il était libéré dans la méditation profonde – ou s’il n’était pas correctement contrôlé, il pourrait faire beaucoup de tort mental et même physique. La ligne entre l’extase et l’horreur est très fine. Pour cette raison, nous initiés étions étroitement surveillés par le Brahmacharya et son assistant. Pendant la méditation quotidienne, je commençais à avoir des visions de couleurs psychédéliques, entendre de la musique surnaturelle, et visiter des planètes exotiques où les dieux conversaient avec moi, m’encourageant à atteindre des états de conscience encore plus élevés. Parfois, dans ma transe je rencontrais les mêmes horribles créatures démoniaques qui sont représentées par les images hindoues, bouddhistes, shintoïstes, et d’autres temples religieux. Ce fut une expérience effrayante, mais le Brahmacharya a expliqué que c’était normal et m’a poussé à poursuivre la quête de la réalisation du Soi. Parfois, j’ai éprouvé un sentiment d’unité mystique avec l’univers. J’étais l’univers, le Seigneur de tous, omnipotent, omniprésent ». (Ibid, p. 56-57)

« Souvent pendant que j’étais dans une profonde méditation les dieux sont devenus visibles et ont parlé avec moi. Parfois il me semblait être transporté par la projection astrale aux planètes lointaines ou pour des mondes d’autres dimensions. Il faudrait des années avant que je n’apprenne de telles expériences dupliquées dans des laboratoires sous les yeux vigilants de parapsychologues à l’aide de l’hypnose et du LSD. Dans mes transes Yogiques le plus souvent j’étais seul avec Shiva le Destructeur, me reposant craintivement à ses pieds, le cobra énorme lové autour de son cou me regardant fixement, sifflant et dardant sa langue de manière menaçante ». (Ibid., page 75).

Ayant ainsi démontré que par le yoga on est amené à croire qu’on est Dieu (ainsi qu’à travers lui, on peut obtenir la libération du cycle de la réincarnation, ce qui est un autre mensonge), et que le yoga induit un état de transe dans lequel les démons se manifestent en apparaissant à ceux qui pratiquent le yoga et en prenant possession d’eux, il est évident que chaque chrétien doit fuir le yoga, de peur qu’il ne donne accès au diable.

Que personne ne vous séduise par de vains mots tels que « Vous pouvez pratiquer le yoga en dehors des croyances philosophiques et religieuses qui sont derrière » ; Car il est impossible de séparer le yoga de la philosophie qui est derrière.

Sachez-le, il n’y a qu’un seul moyen d’avoir accès à Dieu, et ce moyen est Jésus-Christ. Si un homme veut connaître le seul vrai Dieu qui a créé l’univers (mais qui n’est pas l’univers), dont le trône est dans le ciel, il doit se repentir et croire au Seigneur Jésus-Christ. Seulement de cette façon, il peut s’unir avec le Seigneur et devenir « un seul esprit avec Lui » (1 Corinthiens 6, 17). Bien sûr, il ne deviendra pas Dieu, car il restera une créature de Dieu séparé de son Créateur. Tous les autres moyens, le yoga inclu, sont des moyens qui ne conduisent pas l’homme à la connaissance de Dieu, ni à l’union avec Lui. Si un homme en est déjà venu à la connaissance de Dieu par le Christ, il peut avoir accès à Dieu seulement par son Fils, car Paul dit : « … dans le Christ Jésus Notre Seigneur, en qui nous avons la liberté et l’accès auprès de Dieu, avec confiance par la foi en lui » (Ephésiens 3, 12).

Notez que c’est par la foi en Jésus – et non pas à travers une pratique comme le yoga – que nous avons accès au Père. Je dis cela parce qu’il y a des gens qui ont créé ce qu’on appelle le «yoga chrétien», à travers lequel ils prétendent qu’un chrétien peut avoir accès à Dieu. Frères, que personne ne vous séduise. Approchez-vous du Père par le Christ, c’est-à-dire en son nom ; si vous priez ou chanter faites tout au nom du Seigneur Jésus-Christ, mais ne recourez pas à ce soi-disant «yoga chrétien» pour vous rapprocher de Dieu, car le yoga, étant une pratique orientale enracinée dans l’occultisme, ne peut devenir un pratique chrétienne, tout comme le spiritisme ne peut pas devenir une pratique chrétienne. Sachez-le, il n’existe pas une telle chose comme le «yoga chrétien», tout comme il n’existe pas une telle chose comme « le spiritisme chrétien ». Si une pratique est chrétienne, si une pratique est biblique, donc nous sommes autorisés à la suivre, elle ne peut pas être influencée par l’hindouisme, ni par l’occultisme, car tout ce que la Bible et l’Église nous ordonnent de faire est pur et juste, libre de toutes sortes d’erreurs ou de superstitions. Donc, je vous mets en garde contre le yoga dit chrétien, car c’est un dispositif du diable pour introduire dans l’Eglise la philosophie hindoue qui est enracinée dans l’occultisme.

Rappelez-vous qu’aux jours du prophète Isaïe Dieu abandonna les Israélites car ils étaient « remplis de manières [augures / voies] orientales » (Isaïe 2, 6).