Lignée Thuc schismatique

Sommaire

  • Présentation
  • Lignée Thuc
  • Mgr Louis Vézelis

 

Présentation

MHFM : Pour ceux qui l’ignorent, la «ligne Thuc» fait référence aux prêtres et évêques «traditionalistes» qui tirent leurs ordres de l’archevêque Ngo -Dinh -Thuc (1897-1984), l’archevêque de Hue au Vietnam avant Vatican II. Après Vatican II, l’archevêque Thuc a adopté la position sédévacantiste et a ordonné des prêtres et des évêques consacrés selon les rites traditionnels de préservation de la messe traditionnelle en latin et de résistance à la secte post-Vatican II. La plupart des prêtres du monde qui offrent la messe traditionnelle latine tirent leurs ordres de l’archevêque Thuc ou de l’archevêque Lefebvre. Nous considérons que les lignes Thuc et Lefebvre sont valides. Cela ne signifie évidemment pas que nous approuvions toutes les positions des prêtres qui ont été ordonnés selon ces lignes. Nous présentons cette interview non pas parce que nous approuvons tout ce que Thuc a dit ou a fait, non parce que nous approuvons tout ce que les prêtres de la ligne Thuc disent ou retiennent, mais pour que nos lecteurs puissent se familiariser avec l’histoire extrêmement intéressante de ses derniers jours. Cet entretien [VO Ang.] est également important car certains ont mis en doute la validité de la ligne Thuc en se basant sur l’accusation selon laquelle Mgr Thuc n’était pas en possession de ses facultés mentales lorsqu’il a joué certaines de ses Consécrations épiscopales. Nous rejetons cette fausse position. La Fraternité Saint-Pie V, un groupe hérétique dirigé par Mgr Kelly, qui croit également au salut des non-catholiques (comme tant d’autres groupes), est tellement catégorique que la ligne Thuc ne peut être considérée comme valable que ses prêtres refusent ridiculement les sacrements à quiconque va aux prêtres de la ligne Thuc. Dans cet entretien, un prêtre qui était avec Thuc dans ses derniers jours répond à l’objection de sa capacité mentale. Il est important de rappeler que le frère de Mgr Thuc était le président anticommuniste de S. Vietnam, assassiné en 1963 . Cela révèle que des individus puissants étaient très au courant des activités de la famille de Mgr Thuc. Les «autorités» de l’Église de Novus Ordo ont-elles conspiré avec des personnes puissantes pour kidnapper Mgr Thuc afin de l’empêcher de consacrer des évêques plus traditionnels qui répandraient la messe traditionnelle en latin, ordonneraient des prêtres dans le rite traditionnel et s’opposeraient au communisme et au concile Vatican II secte ? Écoutez l’histoire fascinante. Cet entretien [VO Ang.] aborde également l’évêque Louis Vezelis, qui a joué un rôle de premier plan dans les derniers jours de Thuc. Il expose Vezelis (qui croit aussi au salut des non-catholiques) pour la fraude spirituelle qu’il est. (https://www.mostholyfamilymonastery.com/catholicchurch/radio-programs/#.W8MHEHszaUk)

Les évêques lignée Thuc sont-ils valides ?
Frère Dimond MHFM : « Oui, la ligne Thuc est valide. Les prêtres ordonnés selon le rite traditionnel d’ordination par les évêques de Thuc doivent être considérés comme validement ordonnés. Il n’existe aucun motif légitime pour mettre en doute la validité. Cependant, étant donné que presque tous les prêtres traditionalistes ont des points de vue non conformes à l’enseignement catholique – par exemple, que les non-catholiques peuvent être sauvés, etc. – vous ne pouvez certainement pas soutenir le prêtre, bien que vous puissiez recevoir les sacrements de lui sans le soutenir, à condition qu’il ne soit pas imposant ou notoire au sujet de son hérésie» (https://www.mostholyfamilymonastery.com/catholic/page/3/#.W8MJgHszaUk)

Lignée Thuc

Le père Pierre Martin Ngo Dinh Thuc fut nommé par Rome pour diriger le Vicariat Apostolique de Vinhlong au Vietnam et fut consacré évêque le 4 mai 1938 (troisième évêque vietnamien). Mgr Thuc fut nommé « archevêque » de Hué par l’antipape Jean 23 le 24 novembre 1960. Il a assisté au concile Vatican 2 et a signé ses documents en 1964, puis par la suite il aurait adopté la position sédévacantiste (c-à-d l’homme au saint Siège n’est pas un vrai pape : le saint Siège est vacant, ce qui est la bonne position face à la secte vatican 2). Il consacra évêques un certain nombre de prêtres «traditionalistes» en 1976, en 1981 et  1982, et d’autres furent consacrés à leur suite, mais ensuite, en 1984, Mgr Thuc fit amende honorable à la secte vatican 2  ! Mgr Thuc est mort le 13 décembre 1984.

Depuis que les rites novus ordo d’ordination des prêtres et de consécration des évêques ont été rendus invalides en 1968 par le concile vatican 2, il existe une tentative de conserver des ordinations valides aujourd’hui, mais quasi tous ceux ordonnés prêtres ou consacrés évêques dans la lignée Thuc sont des hérétiques et/ou des schismatiques. Quasi tous sont hérétiques et tiennent les mêmes hérésies que les autres « traditionalistes » actuels, comme le baptême « de désir » et baptême « de sang », « l’âme » de l’Église hors du corps, le salut pour « l’ignorant  invincible », la planification familiale naturelle, le faux magistère ordinaire, etc. Ceux qui savaient que l’évêque qui les a ordonné ou consacré était un hérétique ou un schismatique et en ont sciemment reçu les ordres sont schismatiques.

Les Thucites sont les évêques et les prêtres dont la lignée se trace à la suite de Mgr Thuc et les laïcs qui sont en communion religieuse avec eux, comme ceux qui appartiennent à leurs sectes. L’absence de co-consécrateurs à la consécration originelle faite en privé la nuit ne l’invalide pas en soi si les conditions de la matière, l’imposition des mains, la forme et l’intention de faire ce que fait l’Église sont remplies. Les ordinations et consécrations réalisées dans le rite traditionnel par l’évêque Thuc et ceux qu’il a consacrés doivent être considérés comme valides, parce que quand le rite traditionnel est observé l’intention est présumée valide, comme le dit le pape Léon XIII dans Apostolicae Curae.

En 1976, Mgr Thuc fit des ordinations illicites à Palmar de Troya près de Séville en Espagne, dont  Clemente Domínguez y Gómez qui se proclamera « pape » « Grégoire XVII » en 1978 (communauté de Palmar de Troya – église palmarienne). Mgr Thuc en fit amende honorable en 1978.

Mgr Thuc concélébra la nouvelle messe avec l’Église Novus Ordo locale apostate avec « l’évêque » apostat du diocèse vatican 2 de Toulon, juste un mois avant ses consécrations en 1981.

En 1981, il consacra Jean Laborie de l’église latine de Toulouse relié aux « Vieux Catholiques » d’Utrecht d’origine janséniste. Laborie avait été lui-même « ordonné » le 30 octobre 1965 par Poncelin d’Eschevannes, fondateur de « l’Eglise Gallicane Autocéphale » lui-même « sacré », « reconsacré » et « descendant » de Willemott-Newman « sacré » six fois. Laborie avait été « sacré » le 2 octobre 1966 par « Tugdual Ier », de l’ « Église Catholique Orthodoxe Celtique », lui-même « descendant » d’Eschevannes et W-N, et « reconsacré » le 26 août 1968 par L. Canivet, de « l’Eglise Catholique Libérale et Théosophique », lui-même « sacré » et « reconsacré », lequel remonte au « Patriarche » concubinaire « Vieux Catholique d’Angleterre », Arnold-Harris Mathew, descendant des jansénistes d’Utrecht, excommnunié le 11 février 1911 par le Pape Saint Pie X.

En 1981 il consacra à l’épiscopat les prêtres Guérard des Lauriers O.P., Moises Carmona Rivera et Alfredo Zamora, puis en 1982 il consacra les prêtres Louis-Irénée Boni f.c. et Jean-Gérard Roux f.c. Mgr Thuc continua de concélébrer occasionnellement la nouvelle « messe » avec « l’évêque » vatican 2 de Toulon.

En 1984, Mgr Thuc fit amende honorable à la secte vatican 2 ! Il exhorta Mgr Laborie et la communauté de Palmar de Troya en Espagne de se rallier à Rome !

Mgr Thuc a consacré deux fois des évêques illicitement et deux fois il a demandé l’absolution de la peine canonique d’excommunication à la secte vatican 2, alors qu’il avait semble t-il adopté la position sédévacantiste !

La lignée Thuc (thucite) est nébuleuse par ses concélébrations avec vatican 2, ses demandes d’absolution et amendes honorables à vatican 2, ses ordinations et consécrations de non-catholiques. Mgr Thuc a ordonné et consacré des non-catholiques. Certaines consécrations sont valides, d’autres ne le sont pas et d’autres donnent lieu à un certain doute, et il n’est pas permis d’aller à ces prêtres dont l’ordination est douteuse pour les sacrements.

Les Thucites doivent abjurer pour entrer dans l’Église et être pardonnés

A suivre

 

Mgr Louis Vézelis 

Mgr Louis Vezelis (né le 29 janvier 1930 à Rochester dans l’État de New York – mort le 1er janvier 2013) était un évêque franciscain autoproclamé et rédacteur en chef du Seraph, une publication mensuelle catholique romaine dite traditionaliste publiée par les Frères Franciscains (Ordre de Saint François d’Assise) de Rochester, New York. Il est né d’immigrants lituaniens. Il a été ordonné prêtre le 16 juin 1956 par Émile Cardinal Léger, archevêque de Montréal.

Depuis au moins 1982, l’évêque Louis Vézelis est sédévacantiste , croyant que l’Église «catholique» dominante était illégitime en raison des réformes de Vatican II et que la papauté était donc vacante. Il a été ordonné évêque par un autre sédévacantiste, George Musey, un évêque Thucite de Texas. Après sa mort, l’évêque Giles Butler, évêque que Vézelis a lui-même ordonné, lui succéda.

Selon le monastère de la Très Sainte Famille, l’évêque Louis Vézelis enseigne que les personnes qui croient en un seul baptême d’eau et qui soutiennent que le baptême d’eau est nécessaire au salut (tel que défini par l’Église catholique) sont des hérétiques. Il est donc un schismatique et un hérétique». (Mgr Louis Vézelis – Monastère de la Très Sainte Famille).

«Nous voulons avertir les gens que Louis Vézelis n’est pas un évêque vraiment catholique parce qu’il nie le dogme Hors de l’Église, il n’y a pas de salut. Sur son site Web, il cite le Protocole 122/49, qui enseigne que les non-catholiques peuvent être sauvés. Comme expliqué dans la section sur le Protocole 122/49 dans notre livre, cette lettre hérétique a été écrite en 1949 par un membre du Saint-Office à l’archevêque moderniste de Boston, Richard Cushing. Ce n’est pas l’enseignement de l’Église catholique, et elle n’a jamais été publié dans les Actes du Siège apostolique. Cette lettre enseigne que les âmes qui ignorent la foi catholique peuvent être sauvées, ce qui est une hérésie [et un déni de l’Évangile] ; elle enseigne que les personnes qui ne sont pas membres de l’Église peuvent être sauvées, ce qui est une hérésie ; et elle enseigne que les personnes qui ne sont pas incorporées dans l’Église peuvent être sauvées, ce qui est une hérésie. Cette lettre est un déni hérétique du dogme Hors de l’Église, il n’y a pas de salut. Pour toutes les citations du Protocole 122/49, voir la section traitant de celui-ci dans notre livre. Depuis que Louis Vézelis promeut cette lettre, il nie le dogme Hors de l’Église, il n’y a pas de salut». (Mgr Louis Vézelis – Monastère de la Très Sainte Famille)

Ces Thucites de mauvaise volonté impliquent qu’un bien peut venir d’un mauvais moyen : Ils violent la loi infaillible de l’Église qui leur interdit d’aller sciemment devant un apostat notoire, un hérétique ou un évêque schismatique à consacrer ou à ordonner (décret du Saint Office, 1709 et can. 2372) ; ils violent la loi infaillible de l’Église qui interdit la communication religieuse active avec les non-catholiques (communicatio in sacris) (can. 1258, §1) ; ils violent la loi naturelle par le scandale ; et, ils violent la loi positive divine en mettant en danger la foi catholique de la perversion.

Louis Vézelis, réalisant le dilemme et admettant ses conséquences, en désespoir de cause, mentit aux autres selon que Thuc n’a pas signé les documents de Vatican II. Mais Mgr Vézelis est toujours confronté au fait que Thuc a adhéré à l’Église de Vatican II et pour cela seul il est coupable d’apostasie et d’hérésie, car il lui fallait abjurer, même s’il ne signait pas les documents de Vatican II.

Mgr Louis Vézelis, Lettre ouverte au P. Lucian Pulvermacher, OFM Cap, 24 août 1989 : «Avez-vous une preuve documentaire pour étayer votre jugement (c’est plus qu’une« revendication ») pour montrer que ce que vous alléguez est vrai, à savoir que l’archevêque [Peter Martin Ngo Dinh Thuc] était « un évêque à plein temps » ? Que voulez-vous dire par « un évêque à plein temps dans le Novus Ordo » ?

«Voulez-vous dire qu’il fonctionnait quelque part comme évêque dans un diocèse : qu’il y avait des prêtres sous lui agissant selon ses directives, etc. ? Avez-vous eu des contacts personnels avec l’archevêque Ngo pendant cette période pour que vous puissiez déterminer par une forme de preuve externe ce qu’il faisait réellement ? La seule réponse honnête est dans le négatif. Deuxièmement, vous PRÉTENDEZ trop et ne prouvez rien. Vous PRÉTENDEZ que l’Archevêque était complètement conscient de ce qui se passait à Palmar de Troya.

«… Je me demande dans quelle mesure l’archevêque était au courant de la situation de Clemente. En tant qu’invité d’une semaine dans un monastère, pensez-vous qu’un visiteur sait TOUT ce qui se passe ? Connaissiez-vous les prêtres adultes de différents pays qui vivaient une vie religieuse austère là-bas à Palmar de Troya et que c’était l’attitude de ces prêtres mûrs de différents pays qui l’ont impressionné ? L’archevêque n’a jamais prétendu être indéfectible. Il a erré dans les ordinations et les consécrations comme beaucoup d’évêques et de papes avant lui.

«… Tout d’abord, comment savez-vous tout cela ? Comment savez-vous que l’archevêque « revint à lui » [Paul VI] « implorant le pardon » ? Quels étaient les motifs de l’archevêque pour ne pas se séparer de la hiérarchie post-Vatican ? En fait, à toutes fins utiles, il a été séparé du pape parce qu’il n’a pas été autorisé à retourner au Vietnam. Il était un prisonnier virtuel en Italie, obligé de trouver un abri partout où il le pouvait : Et quant à dire qu’il «demandait pardon», je vous assure que vous ne connaissez pas l’archevêque Ngo. Il y a un homme qui ne veut pas «demander pardon» à qui que ce soit. Le cas échéant, je suggérerais qu’il ait fait une sorte « de réconciliation » (si cela !) pour raisons très pratiques. Sa dénonciation des événements ultérieurs en Espagne devrait seulement souligner le fait qu’il s’est rendu compte qu’il avait été utilisé.

«Cependant, vous ne semblez pas comprendre la nécessité théologique incitant l’archevêque [Thuc] à prendre ces grands risques. Quand Dieu a puni le monde avec un déluge, Il n’a épargné qu’une seule famille. Mais, pour sauver une famille – celle de Noé – Dieu a permis de nombreuses erreurs et de nombreuses apostasies de Lui. Cependant, pour l’amour d’un homme loyal et de sa famille, Dieu a permis aux autres de tomber dans l’erreur et d’encourir Sa colère. Et Jésus nous a dit que dans les derniers jours ce sera comme au temps de Noé».

C’est donc sans aucun doute que Mgr Ngo Thuc était un hérétique et que toutes ses ordinations après le temps de son hérésie publique étaient illicites.

La plupart, sinon tous, des Thucites, qui croient que le Saint-Siège est vacant tracent leur lignée à travers les évêques thucites, Des Lauriers et Carmona.

En raison de leur crime sciemment schismatique, Dieu les abhorre et les place, comme le pécheur obstiné qui refuse de se convertir, sous la malédiction des Romains.

«Car si, échappant aux souillures du monde, par la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau, ils sont vaincus : leur dernier état leur est devenu pire que le premier. Car il aurait mieux valu qu’ils n’aient pas connu la voie de la justice, qu’après l’avoir connue, ils se détournent de ce saint commandement qui leur a été donné». (2 P. 2, 20-21)

Ne vous y trompez pas, parce que leurs crimes immoraux ne vous sont pas manifestes, car ils cachent ces crimes pour paraître pieux et saints, comme les pharisiens apparemment beaux pour les hommes, mais intérieurement pleins d’hypocrisie et d’iniquité (Mt 23, 27-28). Mais en temps voulu, Dieu exposera leurs crimes immoraux : «Car il n’y a rien de caché qui ne soit rendu manifeste, ni rien de fait en secret qui ne vienne au grand jour» (Marc 4, 22). Cependant, les péchés d’immoralité ne sont pas le problème principal. Votre principale préoccupation doit être leurs péchés d’apostasie et d’hérésie, parce qu’ils nient la foi catholique; et leurs péchés de schisme parce qu’ils se révoltent contre l’unité de l’Église. Ces péchés sont manifestes chez les Thucites et d’autres comme eux. «Et comme ils n’ont pas montré qu »ils avaient la connaissance de Dieu [dans leur cœur], Dieu les a livrés à un sens réprouvé» (Romains 1, 28). Vous payez en effet un prix élevé pour avoir mis la Messe et les sacrements avant la Foi et le prix est la punition ici sur la terre et la damnation éternelle juste après.

Mgr Louis Vézelis : Lettre ouverte au P. Lucian Pulvermacher, « OFM » Cap, 24 août 1989

Pour justifier sa consécration illicite et schismatique par l’évêque de Thuc, George Musey, Louis Vézelis a publié la lettre ouverte suivante au P. Lucian Pulvermacher, le 24 août 1989 :

Mgr Louis Vézelis, Lettre ouverte au P. Lucian Pulvermacher, OFM, Cap, 24 août 1989 : « Il y a sept ans aujourd’hui, à l’occasion de la fête de la Saint Barthélemy, j’ai été consacré évêque de l’église catholique du Sacré-Cœur de Buffalo, New York. Cette consécration a été faite publiquement devant un certain nombre d’ecclésiastiques dans le sanctuaire, avec la présence d’une centaine de personnes (je ne les ai pas comptées) et avec une large couverture dans la presse locale. Le but de cette consécration était d’assurer la marque essentielle de la véritable Église de Jésus-Christ, l’APOSTOLICITÉ. J’avais été invité par les évêques catholiques romains à accepter cette consécration et cette obligation pour le bien de l’Église. L’Église est le Corps Mystique de Jésus-Christ. Il a un aspect invisible et visible.

« Pour être visible et intacte, l’Église doit être représentée par des successeurs valides des apôtres. Le saint pontife, le Pape Pie XII, a très clairement exprimé cette vérité lorsqu’il a écrit dans son encyclique Mystici Corporis : «Que ceux qui exercent le pouvoir sacré dans ce Corps en soient les principaux membres doivent être maintenus sans compromis».

« Cher Père Lucian, il me semble que nier cette vérité rend une personne hérétique. Accepter cette vérité en théorie et la nier dans la pratique est une tromperie. C’est, à vrai dire, un mensonge. La ligne de démarcation entre l’orthodoxie et l’hérésie est mince. Néanmoins, la ligne est là. La grande majorité des présumés catholiques sont en réalité des hérétiques. Que ce soit formel ou simplement matériel n’est pas toujours une distinction facile à faire dans certains cas. Le pape Pie XII donne la raison fondamentale de la déclaration ci-dessus : « C’est par eux, par commission du Divin Rédempteur lui-même, que l’apostolat du Christ en tant que Maître, Roi et Prêtre doit durer »».