Mgr Guerard des Lauriers, Biographie, croyances, hérésies et pratiques exposées

Guerard des Lauriers était un prêtre dominicain (mort le 27 février 1988 à Étiolles sen France) enseignant la philosophie à l’université du Saulchoir en Belgique qui fut nommé professeur à l’Université pontificale de Latran à Rome pendant le pontificat du pape Pie XII,

Après vatican 2, Guérard des Lauriers rejoignit Marcel Lefebvre et fut professeur au séminaire de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X à Écône, en Suisse, et Mgr Lefebvre l’expulsa en 1977 pour ses idées selon lesquelles le siège de Pierre était vacant parce que le « pape » Paul VI était coupable d’hérésie (et il considérait comme douteuses ou invalides les consécrations épiscopales et ordinations sacerdotales novus ordo). Ensuite Guérard des Lauriers développa sa thèse hérétique Cassiciacum ou « pape matériel et non formel » – « materialiter non formaliter« .

Guérard des Lauriers fut consacré évêque le 7 mai 1981 dans une cérémonie privée à Toulon, en France, par l’évêque hérétique et schismatique Ngo Dinh Thuc. Et Guérard des Lauriers consacra évêques le p. Gunther Storck, le p. Robert Fidelis McKenna et le p. Franco Munari. McKenna (mort en 2015) a été l’un des principaux promoteurs de la thèse hérétique Cassiciacum ou « pape matériel et non formel » de Guérard des Lauriers.

La thèse Cassiciacum ou sédéprivationisme de Guérard des Lauriers n’est pas la position sédévacantiste. La thèse Cassiciacum avançait que le prétendant à la papauté, Jean-Paul 2, et ses 3 prédécesseurs n’avaient pas la plénitude de la papauté en raison de leurs points de vue modernistes. Cette thèse dit que Jean-Paul 2 était le pape matériellement et qu’il n’était pas le pape formellement et n’avait aucune autorité ni juridiction (compétence). Selon cette thèse hérétique le prétendant à la papauté occupe physiquement la chaire de Pierre et est physiquement le pape, mais n’est pas pas spirituellement le pape et n’a aucune juridiction (compétence) ou pouvoir. Cette position insulte le bon sens en prônant un corps sans âme au pouvoir de l’Église, et elle est hérétique en niant le dogme qu’un pape a «la primauté» et «un pouvoir plénier et souverain de juridiction sur toute l’Église».

Premier concile du Vatican, Sess. 4, chap. 3, 18 juillet 1870 : «1. … le Siège apostolique et le Pontife romain possèdent la primauté sur toute la terre … plein pouvoir de paître, de régir et de gouverner toute l’Église … 9 .Si donc quelqu’un dit que le Pontife romain n’a qu’une charge d’inspection ou de direction , et non un pouvoir plénier et souverain de juridiction sur toute  l’Église, non seulement dans les choses qui appartiennent à la foi et à la morale, mais aussi dans celles qui se rapportent à la discipline et au gouvernement … et non pas la plénitude totale de ce pouvoir suprême… qu’il soit anathème».

Dire qu’il peut exister un pape sans primauté, et sans pouvoir plénier et souverain de juridiction (compétence), c’est une hérésie. Tous ceux qui enseignent obstinément la thèse Cassiciacum en étant au courant de ces informations sont hérétiques.

Qu’en est-il du «sédévacantisme matériel / formel du pape» (thèse de Cassiciacum) ?

https://www.mostholyfamilymonastery.com/catholic/cassiciacum-thesis/

Traduction personnelle

Cher frère. Dimond,

Que faites-vous du prétendu « sédévacantisme matériel / formel » proposé par certains prêtres traditionnels ? J’attends avec impatience votre réponse. Merci et que Dieu vous bénisse !

Pax Tecum,
Steven K.

MHFM :

Steven, vous faites référence à la thèse de Cassiciacum ou à l’idée de «pape matériel / formel». C’est la théorie selon laquelle  les candidats à la papauté de Vatican II ont des élections valides, mais pas une juridiction sur l’Église. La thèse semble également confirmer que les antipapes de Vatican II sont compétents pour nommer des cardinaux. C’est incohérent. Si un homme est un pape, il a la pleine et suprême juridiction sur l’Église. Sinon, il n’a pas la compétence propre de la fonction. De plus, les hérétiques ne peuvent pas être élus pape.

Pape Pie IX, Vatican I, 1870, Sess. 4, chap. 3, ex cathedra : «Si quelqu’un parle ainsi, le pontife romain n’a que le rôle d’inspection ou de direction, mais pas le pouvoir de juridiction complet et suprême sur l’Église universelle … qu’il soit anathème.» (Denz. 1831)

La proposition anathématisée ci-dessus, en particulier la partie en gras, est ce à quoi beaucoup de faux traditionalistes «reconnaissent et résistent». Un vrai pape ne peut être séparé de son autorité. Mais si un homme n’est pas un vrai pape, il n’a pas la compétence propre à la fonction papale. Les prétendants à la papauté de Vatican II sont des hérétiques. Comme ils sont en dehors de l’Église, ils n’ont aucune juridiction. La thèse de Cassiciacum ne devrait pas être adoptée.

Je veux aussi mentionner quelque chose qui nous dérange vraiment. La FSSPX a récemment publié un livre intitulé Sedevacantisme : Une fausse solution à un problème réel. Ce livre hérétique a en fait été annoncé par l’apostat John Vennari dans Catholic Family News. Toute la première partie de ce livre traite de l’idée matérielle / formelle du pape, qui n’est pas un sédévacantisme complet et cohérent (même s’il le prétend). Alors, comprenez ceci : La FSSPX incroyablement malhonnête publie un livre qui, prétendument, traite de la question du sédévacantisme, alors que la majeure partie de la première partie de l’ouvrage traite d’une position qui n’est même pas le simple sédévacantisme. Cela permet à la FSSPX de tromper à nouveau leurs lecteurs, en leur donnant l’impression de traiter les principaux arguments en faveur du sédévacantisme alors même qu’ils ne le sont pas. C’est ainsi que les hérétiques tuent les âmes et les égarent.

Hérésies de Vatican II : « l’Église » vatican 2 ne peut pas être l’Église catholique et ses chefs sont des apostats et des antipapes :

La vérité sur ce qui est réellement arrivé à l’Église après Vatican 2

Ch. 8. La révolution vatican  II (1962-1965)
Vatican II exactement le contraire du concile de Florence
Unitatis redintegratio, le Décret de Vatican II sur l’œcuménisme
Orientalium ecclesiarum, le Décret de Vatican II sur les Églises orientales catholiques
Lumen Gentium, la Constitution de Vatican II sur l’Église
Dignitatis humanae, la Déclaration de Vatican II sur la liberté religieuse
Ad Gentes, le Décret de Vatican II sur l’activité missionnaire
Nostra aetate, la Déclaration de Vatican II sur les religions non chrétiennes
Gaudium et Spes, la Constitution de Vatican II sur l’Église dans le monde moderne
Sacrosanctum Concilium, la constitution de Vatican II sur la sainte liturgie