Mgr Richard Williamson de la SSPX, croyances, hérésies et pratiques exposées

Sommaire

  • Introduction
  • L’évêque Richard Williamson de la FSSPX dit que Jean-Paul II était un «homme bon» et qu’il n’a pas la même religion que son «pape»
  • L’évêque Williamson nous dit que Jean-Paul II était un «homme bon» !
  • Concernant les chapelles indépendantes qui reconnaissent Benoît XVI comme le pape

 

Introduction

Mgr Williamson dit ouvertement dans ses discours publics que les « papes » vatican 2 ne sont pas hérétiques parce que comme ils sont modernistes, ils ne se rendent pas compte qu’ils sont dans l’hérésie, ils sont de bonne foi et ne se rendent pas compte de ce qu’ils font, et ne peuvent donc pas être condamnés comme des hérétiques de mauvaise foi : c’est hérétique car le pape St Pie X et l’Église condamnent le modernisme « le CARREFOUR de TOUTES les hérésies ».

Voir : L’Église condamne le libéralisme, le relativisme, l’indifférentisme, le modernisme et l’œcuménisme religieux (hérésies vatican 2) et Modernisme et Modernistes exposés

 

L’évêque Richard Williamson de la FSSPX dit que Jean-Paul II était un «homme bon» et qu’il n’a pas la même religion que son «pape»

https://www.mostholyfamilymonastery.com/catholicchurch/bishop-richard-williamson/

Traduction propre en français 2018 sur la version américaine

En 2005, The Remnant (une réclamation traditionnelle catholique) a tenu une entrevue avec l’évêque Richard Williamson de la Société Saint Pie X (FSSPX). L’interview (question du 15 mai 2005) a consisté principalement dans ses réflexions sur l’élection de Benoît XVI. Je vais citer des parties de cette interview puis interjeter des commentaires, mais d’abord il est important de rappeler aux lecteurs la définition du schisme.

Canon 1325.2, Code du droit canonique 1917 : «Celui qui après le baptême … rejette l’autorité du Souverain Pontife ou refuse la communion avec les membres de l’Église qui lui sont soumis, est un schismatique».

Le schisme peut soit refuser la communion avec un vrai pape (pas un antipape), soit refuser la communion avec les membres de l’Église qui sont en communion avec le pape. La position de la FSSPX reconnaît les « papes » de Vatican II comme des vrais papes et tient les « boutiques » Novus Ordo pour être des évêques catholiques. Cependant, la FSSPX fonctionne en dehors de la communion avec cette hiérarchie, qu’elle considère comme la hiérarchie catholique. C’est clairement une position schismatique. Maintenant, en raison de leur déni du dogme du salut, permettez-moi de souligner que la Société Saint Pie X aurait pu être confondue de bonne foi sur la plénitude de ce qui se passait à propos de la hiérarchie Novus Ordo pendant un certain temps – peut-être un certain nombre d’années. Lorsque l’apostasie de Vatican II a éclaté, ils voulaient à juste titre résister. Les ramifications complètes de ce qui se passait n’étaient pas très claires pour eux. Cependant, après des décennies, lorsque l’apostasie s’est finalement installée, les dirigeants de la FSSPX auraient dû examiner leur position et se rendre compte qu’ils n’ont aucune justification pour opérer indépendamment de la hiérarchie Novus Ordo si la hiérarchie Novus Ordo est, en fait, catholique. La seule raison pour laquelle ils pourraient être indépendants de la hiérarchie Novus Ordo est si la hiérarchie Novus Ordo a perdu la foi, n’est pas catholique, est en dehors de l’Église et ne détient aucune autorité.

St Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, lib. II, cap. 30 : « Enfin, les saints Pères enseignent à l’unanimité non seulement que les hérétiques sont en dehors de l’Église, mais aussi qu’ils sont « ipso facto » [par ce même fait] privés de toute juridiction et dignité ecclésiastique ».

St Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, II, 30 : « Un pape qui est un hérétique manifeste automatiquement (en soi) cesse d’être le pape et la tête, tout comme il cesse d’être automatiquement chrétien et membre de l’Église. Par conséquent, il peut être jugé et puni par l’Église. C’est l’ enseignement de tous les anciens Pères qui enseignent que les hérétiques manifestes perdent immédiatement toute juridiction ».

Mais la FSSPX, après des décennies d’apostasie enseignées par la secte Vatican II, et après des décennies pour examiner sa position insoutenable, maintient obstinément que l’apostate hiérarchie Novus Ordo est la véritable hiérarchie catholique ! Pourtant, elle refuse de se placer sous leur autorité et d’opérer en communion avec eux. La position officielle de la FSSPX est sans aucun doute obstinément schismatique. Ils fonctionnent en dehors de la communion avec la hiérarchie qu’ils considèrent comme la hiérarchie de l’Église catholique.

Saint Ignace d’Antioche, Lettre aux Tralliens (110 ap. J.-C.) : «Celui qui est dans le sanctuaire est pur ; Mais celui qui est en dehors du sanctuaire n’est pas pur. En d’autres termes, quiconque agit sans l’évêque et le presbytère et les diacres n’a pas de conscience propre ». (Jurgens, La foi des premiers pères, Vol. 1, 50)

Saint Jérôme, Commentaires sur l’épître à Titus (386) : «Entre l’hérésie et le schisme, il y a une distinction, que l’hérésie implique une doctrine perverse, tandis que le schisme sépare quelqu’un de l’Église en raison du désaccord avec l’évêque » (Jurgens, La foi des premiers pères, Vol. 2,  1371 a)

Cela étant dit, voici quelques citations de l’interview de l’évêque Williamson en 2005 avec The Remnant :

«Q : Que pensez-vous que le cardinal Joseph Ratzinger soit élu à la papauté ?»

«R. Mgr Williamson : J’ai été un peu surpris, d’abord, parce que certaines personnes avaient déclaré qu’il n’était pas vraiment en course. Après cela, pour vous dire la vérité honnêtement, je ne m’attends pas à beaucoup de Rome. Ils sont trop loin dans la «Nouvelle religion», et la «Nouvelle religion» est trop radicalement différente de la vraie religion. Rome est cependant Rome, et je crois qu’il y a les papes, et il y a les cardinaux, et c’est là que se trouve la structure officielle de l’Église. Mais, j’ai peur, pour la défense de la Foi, que vous deviez attendre un événement grave pour secouer Rome et / ou conduire les vrais cardinaux hors de Rome pour recommencer ailleurs. Je crains que Rome soit trop profondément dans les poings des ennemis de Dieu ».

Ceci, mesdames et messieurs, résume la position complètement ridicule et schismatique de la FSSPX, qui est (par manque d’une meilleure description) si obstinément incohérente qu’elle est correctement étiquetée VOMI THÉOLOGIQUE. L’évêque Williamson considère que la religion Vatican II est une nouvelle religion. Ceci, mesdames et messieurs, signifie que la religion de l’Église Vatican II n’est PAS LA RELIGION CATHOLIQUE. Cela signifie que les hommes qui dirigent cette religion sont les leaders d’une religion fausse et non-catholique. Ce ne sont pas des catholiques. Mais l’hérétique évêque Williamson affirme que les hommes qui dirigent cette nouvelle religion non-catholique «radicalement différente» de la «vraie religion» sont encore catholiques, se trouvent à l’intérieur de l’Église catholique, et sont la hiérarchie légitime de l’Église. C’est le vomis théologique de la fosse de l’enfer – surtout quand on considère que c’est la position de la FSSPX depuis environ 30 ans et qu’ils refusent toujours de la changer. Même s’ils reconnaissent les dirigeants de cette nouvelle religion en tant que catholiques (contradiction 1), Williamson et les dirigeants de la FSSPX refusent d’opérer sous eux (contradiction 2) et opèrent donc de manière schismatique. Le fait que l’évêque Williamson puisse constamment vomir cette bave complètement illogique, totalement schismatique année après année, conversation après conversation, et les personnes à la FSSPX, The RemnantCatholic Family News, etc., l’acceptent comme catholique, nous montre combien la plupart d’entre eux se soucient peu de la foi catholique.

L’ÉVÊQUE WILLIAMSON nous dit que Jean-Paul II était un «homme bon»  ! 

Q : L’utilisation de l’argument de la « dignité humaine » tiré de l’enseignement de Karl Rahner ?

«R. Mgr Williamson : Certainement. Ils centrent tout sur l’homme. Le pape Jean-Paul II s’est tellement centré sur la personne humaine. Il croyait en la personne humaine, il croyait en l’homme. Et rappelez-vous ce que dit Jérémie : Malheur à toute personne qui met sa confiance en l’homme. C’est pareil, très vivant avec Jean-Paul II. Je pense que Jean-Paul II était sincère. Je pense qu’il était un homme bon, mais il se trompait tout à fait. Et je pense que le pape Benoît XVI est le même genre d’homme. Je crois qu’il est décent et sincère, mais profondément confondu».

C’est probablement la déclaration la plus mauvaise que j’ai jamais lue d’un leader «traditionaliste» qui prétend s’opposer à la religion Vatican II. L’évêque Williamson nous raconte ces mensonges concernant l’antipape Jean-Paul II, qu’il connaît pour : avoir embrassé le Coran ; Avoir présidé une nouvelle religion ; Avoir prié avec les adorateurs du diable ; avoir embrassé le judaïsme ; etc., etc., etc. – Je ne veux même pas donner toute la liste, comme Williamson le sait. Pourtant, cet évêque Williamson nous dit que Jean-Paul II était un «homme bon» ! C’est une abomination scandaleuse ! Cela prouve que Mgr Williamson n’a absolument aucune foi. Mgr Williamson, vous êtes le premier-né de Satan.

St Irénée, Contre les Hérésies : « Une fois qu’il [St Polycarpe] avait été rencontré par Marcion, qui lui a dit : «Vous me reconnaissez ? Polycarpe répondit : «Je vous reconnais comme le premier-né de Satan  (Jurgens, La foi des premiers pères, Vol. 1, 212)

Je manque de mots. Je ne sais pas quoi écrire pour tenter de communiquer à quel point la déclaration ci-dessus de l’évêque Williamson est perversse. Cela signifie que toute la Foi catholique que Jean-Paul II a continuellement rejetée (mais est encore un « homme bon») n’a absolument aucun sens ; Que Jésus-Christ, que Jean-Paul II a continuellement rejeté en endossant les fausses religions, n’a absolument aucun sens ; Que toute la foi catholique traditionnelle n’a absolument aucun sens ; Que la messe traditionnelle (que Jean-Paul II a interdit, sauf où elle pourrait contrer les messes latines des chapelles indépendantes) n’a absolument aucun sens ; Que, fondamentalement, tout homme est un homme bon et est sauvé, car si Jean-Paul II était un «homme bon», alors tout le monde est bon. Cela nous montre que sous tous les aspects extérieurs de la FSSPX, sous toute la pompe et la cérémonie, il y a une réalité très sombre qui est reflétée dans leurs positions absolument hérétiques sur la secte Vatican II et le dogme Hors de l’Église il n’y a aucun salut.

1 Rois 15, 22-23 : «Et Samuel dit : Le Seigneur désire-t-il les holocaustes et les victimes, et pas plutôt d’obéir à la voix du Seigneur ? Car l’obéissance est meilleure que les sacrifices, et d’écouter plutôt que d’offrir la graisse des béliers. Parce que c’est comme le péché de sorcellerie de se rebeller, et comme le crime d’idolâtrie, de refuser d’obéirParce que tu as rejeté la parole de l’Éternel, le Seigneur t’ai aussi rejeté pour être roi ».

Ce passage de l’Écriture concerne l’obéissance à la Parole de Dieu – la foi en sa parole révélée. L’exclamation froide ci-dessus dans 1 Rois 15 a été faite par le prophète Samuel au roi Saül, qui avait offert des sacrifices en violation directe de la parole de DieuSaül avait tenté de faire plaisir à Dieu avec son sacrifice, alors qu’il violait simultanément la parole de Dieu. Le sacrifice du roi Saül, par conséquent, a été complètement rejeté par Dieu et Saül lui-même a été rejeté par le Seigneur. Les paroles prononcées par Samuel au roi Saul pourraient être dites à la multitude de faux «catholiques», en particulier les partisans obstinés de la FSSPX et d’autres faux «traditionalistes» qui croient que les non-catholiques peuvent être sauvés, qui rejettent la parole de Dieu (son dogme révélé qu’il n’y a pas de salut en dehors de l’Église catholique) ou qui confondent le bien avec le mal – l’Église du Christ avec la religion Vatican II – ou qui soutiennent que les apostats peuvent être des «hommes bons». Et parce qu’ils n’acceptent pas sa parole sur les vérités de la foi et confondent la vérité de Dieu avec un mensonge, alors qu’ils pensent pouvoir lui plaire en offrant des sacrifices à la messe latino-traditionnelle, leur sacrifice à la messe traditionnelle latine ne leurs profitera pas et sera rejeté par Dieu. Parce qu’ils rejettent la «voix du Seigneur» – les vérités dures de Jésus-Christ – et mettent la Messe (le Sacrifice) devant la Foi (obéissance à sa Parole), Dieu rejette complètement leurs sacrifices et leurs offrandes.

Les dirigeants de la Société Saint Pie X ne sont pas des catholiques. Mgr Williamson n’est pas catholique. Il est utilisé par le diable pour tromper les catholiques traditionnels. La FSSPX fait indubitablement quelques bonnes choses, et ce ne sont pas chaque personne qui y va qui est un hérétique ou un schismatique. Mais la FSSPX fait aussi des choses mauvaises – comme la publication de livres qui enseignent que les âmes peuvent être sauvées dans de fausses religions – et certaines de leurs positions officielles sont absurdes, méchantes, non-catholiques et conduisent les gens dans le schisme et l’hérésie et donc vers l’enfer. Beaucoup de personnes qui y vont sont tombées dans l’hérésie et le schisme en raison de leurs positions non-catholiques. Ceux qui continuent à les soutenir après avoir pris connaissance d’informations comme celles-ci iront en enfer. En outre, beaucoup de ceux qui n’ont pas vu les positions hérétiques de la FSSPX réfutées, sont toujours menés dans des croyances schismatiques et hérétiques, comme cela, l’Église peut officiellement enseigner l’erreur et « canoniser » de manière incorrecte.

Rappelez-vous, l’évêque Williamson est également le même homme qui, lorsque l’antipape Jean-Paul II, « canonisa » Josémaria Escriva, nous a dit (comme l’a fait le p. Peter Scott) que les canonisations ne sont plus infaillibles !

Mgr Richard Williamson de la FSSPX, 6 décembre 2002 : « Par conséquent, pour que le pape Jean XXIII ait été vraiment un bienheureux, et pour que Mgr Escriva ait été vraiment un saint, le Concile Vatican II devait être un véritable concile ou un concile fidèle à la tradition catholique. Ce qui est ridicule, comme le savent au moins les lecteurs réguliers de cette lettre. Pourtant, les canonisations catholiques ne sont-elles pas infaillibles ?« En effet, avant Vatican II, les théologiens catholiques ont convenu que les canonisations (pas les béatifications) des Saints étaient pratiquement infaillibles  Mais depuis Vatican II … il a suivi une telle inondation de canonisations sous Jean-Paul II, que tout le processus de canonisation a perdu, avec sa solennité, toute probabilité d’infaillibilité . En effet, comment Jean-Paul II a- t-il l’ intention de faire quelque chose d’infaillible, ou donc de le faire, lorsqu’il agit et parle souvent, par exemple sur la «tradition vivante», comme si la vérité pouvait changer ?

« Donc, tel ou tel « canonisé « par Jean-Paul II peut en fait être au paradis, même Mgr Escriva, Dieu le sait, mais ce n’est certainement pas sa « canonisation » par ce pape qui peut nous assurer de ce fait. Nous ne devons pas non plus être obligés de vénérer l’un des «saints post-Vatican II. … De la même façon l’infaillibilité de l’Église ne signifie pas que les enseignants de l’Église n’enseigneront jamais de mensonge par, par exemple, « des canonisations » douteuses, seulement que, parmi d’autres vérités, la vérité de la sainteté Chrétienne ne sera jamais totalement falsifiée ou réduite au silence… De toute évidence, Pio était un Saint entièrement traditionnel et nous n’avons pas besoin de douter du mérite de sa canonisation. Cependant, il pourrait être recommandé de ne pas profiter de sa « canonisation » par la nouvelle église pour le vénérer officiellement ou en public, dans la mesure où cela pourrait être susceptible de donner à d’autres « canonisations » de la nouvelle église, un crédit qui ne leur est pas dû ».

Ceci est totalement hérétique et révèle que Williamson n’a aucune foi en l’infaillibilité papale ou en l’église de Jésus-Christ.

St Alphonse de Liguori, Les Moyens de Salut et la Perfection, 1759, p. 23 : « Supposer que l’Église puisse errer dans la canonisation, est un péché ou une hérésie, selon saint Bonaventure, Bellarmin et d’autres ; Ou au moins proche de l’hérésie, selon Suarez, Azorius, Gotti, etc. Parce que le Souverain Pontife, selon saint Thomas, est guidé par l’influence infaillible du Saint-Esprit d’une manière particulière lors de la canonisation des saints ».

Voici davantage de l’entrevue avec Williamson :

«Q : Premièrement, voulez-vous expliquer ce que vous entendez par la » Nouvelle Religion « et, deuxièmement, pensez-vous que le pape Benoît promeut consciemment ou volontairement « la Nouvelle Religion » ?

«R. Mgr Williamson : La « Nouvelle religion » commence par l’homme et est centrée sur l’homme. La « Nouvelle Religion » part de la proposition que Dieu et l’idée de Dieu sont trop étranges pour l’homme moderne, et donc, pour passer à l’homme moderne, nous devons partir de l’homme. C’est ce qu’on appelle de Karl Rahner le terme anthropologique, le « tournant vers l’homme ». Et le père Ratzinger, au moment du Concile Vatican II, était étroitement lié à Karl Rahner, un disciple proche. Ainsi, le jeune Joseph Ratzinger était trempé dans cette toute nouvelle théologie. Par exemple, au lieu de dire que Jésus-Christ est le Fils de Dieu depuis l’éternité qui a pris une nature humaine, [la Nouvelle Religion] dit que Jésus-Christ est l’homme qui était un homme si parfait qu’il pourrait être appelé le Fils de Dieu ».

«Q: C’est ce que Karl Rahner a dit?»

«R. Mgr Williamson : Oui, c’est Rahner et le p. Ratzinger. C’est une révolution absolue. Et elle a, au fond, rien à voir avec la foi catholique. C’est une tentative des prêtres catholiques qui veulent dire quelque chose qui sera acceptable et compréhensible par l’homme moderne : une tentative de ces prêtres, de réécrire, de vider toutes les contenus de tous les dogmes, de leur ancien contenu et de réemplir les dogmes avec un nouveau contenu qui sera acceptable pour l’homme moderne. Et ce nouveau contenu est cohérent, un système qui commence avec l’homme, se concentre sur l’homme et finit avec l’homme. Par conséquent, la nouvelle messe est dit dans la langue de l’homme et non plus en latin. Et elle est dite avec le prêtre tourné vers l’homme, et plus vers Dieu. Ce sont deux exemples concrets du « tournant vers l’homme ». C’est-à-dire brièvement la « Nouvelle religion ». Le Cardinal Ratzinger est-il conscient de tout cela ? Je crois qu’il est de bonne foi. Je peux facilement me tromper. Je crois que lui et ses semblables, croient sincèrement que la « Vieille Religion », l’ancienne religion catholique, était hors de contact avec l’homme moderne, et ils croient sincèrement que, quelle que soit la religion catholique, elle doit être en contact avec les hommes de son temps ou entrer en contact avec les hommes de son temps ».

C’est scandaleux. L’évêque Williamson nous dit encore et encore que les dirigeants de cette nouvelle religion non-catholique – qui accepte les fausses religions, etc., etc., etc. – sont de bonne foi. Quand il dit cela, il se condamne de nouveau comme schismatique. Car si l’on peut être de bonne foi tout en adhérant non seulement à la nouvelle religion, mais en la dirigeant, Williamson nous montre encore qu’il n’a aucune excuse pour ne pas être en communion avec cette hiérarchie.

«Q. Si vous deviez parler à un novus Ordo catholique de l’époque, des dogmes qui ont été renversés et réeemplis, comment l’expliqueriez-vous ? Et expliqueriez-vous pourquoi l’Église est inversée ?

«R. Mgr Williamson : Je voudrais citer quelques-unes des déclarations du cardinal Joseph Ratzinger : je pense qu’il est un représentant décent d’une erreur folle. Je crois qu’il est un homme décent. Mais la question n’est pas de savoir s’il est décent ou sincère. La question est, est-ce ce qu’il dit réellement ? Et est-ce qu’il défend vraiment  la foi ? ».

L’évêque Williamson et la position officielle de la FSSPX estiment que l’Église catholique est devenue une «erreur folle». Dans leur mauvaise volonté, ils refusent de reconnaître que les antipapes Vatican II et les évêques Vatican II/Novus Ordo ne font pas partie de l’Église catholique.

Pape Pie XI, Mortalium Animos (n ° 10), 6 janvier 1928 : « Au cours des siècles, l’Épouse mystique du Christ n’a jamais été contaminée et ne peut jamais être contaminée à l’avenir, comme le prouve Cyprien : L’épouse du Christ ne peut être rendue fausse à son Époux : elle est incorruptible et modeste. Elle ne connaît qu’une demeure, elle garde la sainteté de la chambre nuptiale chaste et modeste ».

CONCERNANT LES CHAPELLES INDÉPENDANTES QUI RECONNAISSENT BENOÎT XVI COMME LE PAPE

Finalement, je voudrais dire quelques mots à tous ceux qui tiennent que Benoît XVI [ou actuellement François] est le pape et qui assistent et soutiennent des Chapelles traditionnelles indépendantes – qui sont indépendantes de la hiérarchie des évêques de Novus Ordo, tels que la Chapelle du P. Wathen, P. Pulvermacher, etc. Si vous affirmer obstinément (après avoir vu la preuve et les arguments) que vous n’êtes pas un sédévacantiste et que vous considérez que Benoît XVI [ou François] est le Pape, alors que vous soutenez un individu de Chapelle indépendante comme ceux mentionnés ci-dessus, alors vous vous reconnaissez être un schismatique. Vous êtes en dehors de la communion avec la hiérarchie que vous jugez être la hiérarchie catholique. Vous rejetez probablement aussi les «canonisations» déclarées par Jean-Paul II, telles que sa «canonisation» de l’hérétique moderniste Josémaria Escriva. Vous rejetterez sûrement aussi la «canonisation» de Jean-Paul II lui-même, que Benoît XVI déclarera bientôt [la «canonisation» de Jean-Paul II que François a récemment déclarée]. Vous êtes tombé dans le schisme ; Vous blasphémez l’Église catholique et vous êtes en dehors de l’Église catholique, tout cela parce que vous avez refusé d’accepter que les hérétiques ne sont pas catholiques et ne détiennent pas d’autorité dans l’Église – la réalité actuelle du siège vacant. Ne me dites pas qu’il est «le pape» alors que vous assistez à une chapelle qui est en dehors de son autorité et que vous évitez les chapelles sous son autorité. Ne me dites pas qu’il est le «pape» à moins que vous ne soyez prêt à aller à la messe d’Indult ou à la nouvelle messe et à avoir une véritable unité avec cet hérétique en dénonçant les chapelles indépendantes en dehors de la communion de l’Église. Arrêtez de vous moquer de Dieu, car à moins que vous ne changiez votre position – si vous continuez à soutenir de tels prêtres hérétiques – vous irez en enfer.

En outre, nous avons entendu de nombreuses personnes, en particulier à la SSPX, qu’elles ne sont que des laïcs qui ne peuvent s’immiscer dans ces problèmes, comme le problème de la sélévacance. Ils vont juste à la messe à la SSPX et les soutiennent et essaient d’être bons, des gens spirituels qui vivent la foi. C’est la réponse de nombreux partisans de la SSPX lorsqu’ils sont confrontés aux arguments sédevacantistes. D’accord, si tel est le cas, si vous n’avez pas le pouvoir de vous impliquer dans ces problèmes et que vous n’êtes qu’un «simple laïc qui va à la messe» et que vous essayez de vivre la foi catholique – ALORS VOUS N’AVEZ AUCUN DROIT D’ASSISTER À LA SSPX OU UNE AUTRE CHAPELLE INDÉPENDANTE. SI VOUS ÊTES TROP SIMPLES POUR « COMPRENDRE CES TRUCS » ET QUE VOUS NE POUVEZ PAS VOUS IMPLIQUER AVEC CES QUESTIONS – SI C’EST VOTRE POSITION (QUE DIEU INTERDIT) – ALORS ACCEPTEZ  L’ÉGLISE NOVUS ORDO DE VOTRE LIEU, ALLEZ À LA NOUVELLE MESSE ET ACCEPTEZ VATICAN II, QUI EST LA RELIGION APPROUVÉE PAR L’ÉVÊQUE LOCAL NOVUS ORDO. Mais «Non», le «simple» laïc « potentiel » qui «va juste à la SSPX et essaye de vivre une bonne vie» et ne s’implique pas dans «ces questions» soudain devient «un théologien». Il «sait» qu’il ne peut pas accepter la Nouvelle Messe et la religion Novus Ordo de son lieu. Il se condamne ainsi de sa propre bouche, réfute son propre argument et montre son hypocrisie en «s’impliquant» seulement où il veut s’impliquer.

Finalement si on peut accepter la Nouvelle Messe et la religion Vatican II et sauver son âme alors rien ne peut justifier d’aller à une chapelle indépendante ou à la SSPX. Ce n’est qu’une question de préférence, dans ce cas. Mais si on tient que la foi l’oblige à rejeter la Nouvelle Messe et la religion Vatican II comme quelque chose qui causera la perte de son salut, alors l’église locale et la Nouvelle Messe (et les autorités qui l’ont imposé) ne peuvent pas représenter l’Église catholique. La Sainte Église catholique ne peut jamais conduire en enfer.

Donc, la personne doit : 1) retourner auprès des autorités locales Novus Ordo ; ou 2) conclure correctement qu’elles ne représentent pas l’Église catholique – la position sédévacantiste. S’il refuse obstinément, face aux preuves et aux arguments, de conclure de manière appropriée que les autorités Novus Ordo qui lui offrent cette fausse religion ne sont pas catholiques et ne détiennent aucune autorité dans l’Église (la position sédévacantiste), il se condamne comme schismatique. Son excuse qu’il est trop simple «pour s’impliquer dans toutes ces questions» et qu’il «va juste à la messe» ne sera évidemment pas accepté par Dieu, car il aurait été justifié devant Dieu en suivant simplement sa paroisse locale Novus Ordo.

Tout cela, nous l’espérons, nous montre encore que la seule position catholique est, bien sûr, la position sédévacantiste, et que toutes les autres fausses positions sont hérétiques et schismatiques, y compris la fausse position de la SSPX.