MHFM et .vaticancatholic.com – Examen critique

Sommaire

  • Le concile de Trente enseigne que les hérétiques ne peuvent pas donner une absolution de confession et que leurs confessions sont invalides
  • St Thomas enseigne que les hérétiques ne peuvent pas donner une absolution dans la confession
  • Les saints pères et les saints enseignent à l’unanimité que les hérétiques et les schismatiques sont ipso facto [par ce fait, de fait] privés de toute juridiction et dignité ecclésiastique
  • Erreur principale de Peter sur la question de juridiction : il l’accorde aux hérétiques !
  • Est-ce un article de foi divine et catholique qui interdit de prier en communion avec les hérétiques et de recevoir les sacrements d’eux ?
  • Ils prient en communion avec les hérétiques
  • Prier en communion avec les hérétiques et les prêtres de la FSSPX
  • Les Dimond sur les hérétiques notoires
  • Quatrième concile de Latran
  • Pourquoi les gens pour leur mauvaise volonté et leur orgueil sont-ils abandonnés dans l’obscurité ?
  • St Thomas d’Aquin
  • Cardinal Jean de Lugo
  • Le code de droit canon de 1917
  • Peter ment sur le second concile de Constantinople
  • Plus sur les enseignements illogiques et hérétiques de Peter Dimond sur les hérétiques notoires
  • La « dissimulation » et « l’excuse » en droit dans l’hérésie, de Peter, réduit a leur principe absurde
  • Les frères Dimond entrent en communion avec les portes de l’enfer !
  • Pratiques religieuses hérétiques, fausses et scandaleuses
    • Sacrements d’hérétiques
    • Présence à la Messe
    • L’enseignement actuel de l’Église les condamne
  • La nécessité et l’obligation pour tous de juger, de dénoncer, de condamner et d’éviter les hérétiques, l’hérésie et ​​le schisme
  • Les hérétiques peuvent-ils être autorisés dans l’Église ?

 

Auteur : .traditionalcatholic.info/mhfm-and-vaticancatholic.com-review/

Traduction personnelle français

MHFM qui signifie « Most Holy Monastery Monastery » et leurs sites Web http://www.mostholyfamilymonastery.com et http://www.vaticancatholic.com est une entreprise sédévacantiste hérétique qui enseigne que l’on peut communier sacramentellement avec les prêtres apostats et les laïcs apostats ainsi qu’avec la secte « orthodoxe » d’orient, la secte Novus Ordo, ainsi que beaucoup d’autres sectes hérétiques comme nous le prouverons.

MHFM et vaticancatholic.com enseignent que tant qu’un ecclésiastique hérétique est 1) non déclaré comme tel par l’autorité légitime de l’Église, 2) utilise une liturgie traditionnelle, 3) est assez subtil ou assez secret, ou 4) pervertit de façon trompeuse les lois pour soutenir son hérésie ou schisme, alors on peut licitement (légalement) assister à ses messes et recevoir des sacrements de lui – même si vous savez avec certitude qu’il est un hérétique (ou schismatique).

La conclusion logique de cette position, comme nous le verrons, est que l’interdiction de communier avec les hérétiques n’est pas absolue et que nous pouvons demander à un homme de commettre un péché mortel et un sacrilège de confection des sacrements en opposition directe aux lois de l’Église, afin d’en « bénéficier » nous-mêmes.

LE CONCILE DE TRENTE ENSEIGNE QUE LES HÉRÉTIQUES NE PEUVENT PAS DONNER UNE ABSOLUTION DE CONFESSION ET QUE LEURS CONFESSIONS SONT INVALIDES

L’information suivante sera assez dévastatrice pour la position hérétique des Dimond sur la réception du sacrement de pénitence des ministres hérétiques. Même si le Concile de Trente, Saint Thomas d’Aquin, Saint Robert Bellarmin et beaucoup d’autres (comme nous le verrons) enseignent clairement que les hérétiques ne peuvent pas conférer d’absolution ou avoir quelque compétence que ce soit, Peter refuse toujours d’accepter cette position. On se demande pourquoi ?

Pape Jules III, Concile de Trente, Sess. 14, chap. 7, La réservation des cas : «Donc, parce que la nature et la constitution d’un jugement demandent que la sentence soit portée sur des sujets, on a toujours été persuadé dans l’Église de Dieu – et ce concile confirme que cela est très vrai – que ne doit avoir aucune valeur l’absolution prononcée par un prêtre sur quelqu’un sur lequel il n’a pas de juridiction ordinaire ou déléguée. … Néanmoins, pour que personne ne vienne à périr à cause de cela, il a toujours été très pieusement maintenu dans l’Église de Dieu qu’il n’y a plus aucune réservation à l’heure de la mort [in articulo mortis, en danger de mort], et que, par suite, tous les prêtres peuvent absoudre tous les pénitents de tous les péchés et censures possibles. Hors l’article de la mort, les prêtres, puisqu’ils ne peuvent rien [n’ont pas le pouvoir] dans les cas réservés, s’efforceront uniquement de persuader les pénitents de recourir aux juges supérieurs et légitimes pour bénéficier de l’absolution».

Maintenant, on pourrait argumenter que cette citation n’a jamais mentionné le mot «catholique» et qu’elle a explicitement mentionné TOUS LES PRÊTRES et que, par conséquent, elle devait inclure les hérétiques. Il est vrai que le Concile n’a jamais mentionné le mot «catholique», mais il n’a pas à le faire pour trois raisons.

Premièrement, le Concile de Trente a infailliblement défini que « la nature d’un jugement exige que la sentence soit portée sur des sujets ». Maintenant, je vous le demande, les catholiques sont-ils des sujets des prêtres et évêques hérétiques ou schismatiques qui rejettent l’Église catholique et la foi ? Bien sûr que non ! Ce fait est bien sûr également soutenu par l’Écriture Sainte et le magistère de l’Église : « M’appartient-il de juger ceux qui sont dehors ? Et ceux qui sont dedans n’est-ce pas vous qui les jugez ? «  (1 Corinthiens 5, 12). Donc, il est parfaitement clair que ceux qui sont dehors ne commandent pas à l’intérieur, car « il est absurde d’imaginer celui qui est dehors puisse commander dans l’Église » (Pape Léon XIII, Satis Cognitum, n° 15, 29 juin 1896).

Il y a trois parties contenues dans le sacrement de la Pénitence, à savoir 1) la Contrition, 2) la Confession, et 3) la Satisfaction (voir Conseil de Trente, Chapitre 14, Chapitre 3). Chaque fois que le prêtre dit à une personne quel genre de satisfaction elle doit faire pour être absous de ses péchés, le prêtre prononce une sentence (ou commandement) sur elle qui exige une satisfaction (ou une pénitence) de la part du pénitent. Cependant, le Concile de Trente a infailliblement défini que «la nature d’un jugement exige que la la sentence soit portée sur des sujets», et le pape Léon XIII « il est absurde d’imaginer que celui qui est dehors puisse commander dans l’Église ».

Maintenant si un Catholique avait été un schismatique oriental et confessait son ancienne hérésie ou schisme à un prêtre schismatique oriental, le prêtre lui dirait qu’il n’a fait aucun péché du tout quand il était un schismatique oriental et qu’il n’obtiendrait aucune absolution à moins qu’il ne se soit repenti de son péché de séparation de l’église schismatique orientale. Et c’est pourquoi aucun prêtre non-catholique ne peut absoudre un catholique parce que l’Église catholique ne pourrait jamais permettre à un prêtre non-catholique de prononcer une sentence ou un jugement sur d’autres catholiques quand il ne peut même pas juger du mal lui-même. Cela ne veut pas dire que les hérétiques ne peuvent pas savoir le bien du mal dans de nombreux cas, car ils le font. Cela signifie plutôt que tant qu’ils restent à l’extérieur de l’Église de Christ et manquent de la foi Catholique, ils ne peuvent pas avoir la juridiction sur des Catholiques ou commander qu’ils fassent quelque chose qui a à voir avec eux recevant le pardon dans le Sacrement Catholique de Pénitence.

Deuxièmement, le Concile de Trente a ordonné aux prêtres (qui étaient parmi tous les prêtres mentionnés) que s’ils n’avaient pas cette nécessité « en danger de mort » pour accorder une absolution valide dans la confession, ils doivent alors s’efforcer  » uniquement de persuader les pénitents de recourir aux juges supérieurs et légitimes pour bénéficier de l’absolution«  . Mais je vous le demande, depuis quand l’Église catholique endosse-t-elle des prêtres hérétiques ou schismatiques, leurs supérieurs ou leurs églises ? Jamais ! Par conséquent, cette déclaration ne peut évidemment pas renvoyer aux ministres hérétiques.

Troisièmement, le Concile de Trente a affirmé que cet enseignement de la juridiction a toujours été maintenu et tenu dans «l’Église de Dieu», et que «ce concile confirme comme très vrai», prouvant ainsi à tout le monde qu’il ne s’agit pas simplement de lois ecclésiastiques. qui peuvent être changées, mais spécifiquement de lois dogmatiques qui ne peuvent jamais être changées.

Conclusion

Ces trois points excluent donc totalement tous les hérétiques, schismatiques et apostats de pouvoir jamais accorder une absolution valable dans la confession ou de pouvoir jamais recevoir une juridiction fournie en cas de nécessité puisqu’ils sont en dehors de l’Église et de sa juridiction (de fide).

ST THOMAS ENSEIGNE QUE LES HÉRÉTIQUES NE PEUVENT PAS DONNER UNE ABSOLUTION DANS LA CONFESSION

Peter Dimond, « Les sacrements de hérétiques non déclarés » Débat – Les citations importantes : «Quelques schismatiques citeront St Thomas dans Summa Theologica, Supplementum Pt., Q. 38, A. 2, Obj. 1, dans lequel l’objection (pas nécessairement saint Thomas) dit qu’un hérétique ne peut pas absoudre. Cependant, les schismatiques ne citent pas la réponse de saint Thomas à l’objection, dans laquelle il déclare qu’il fait référence à ceux qui sont «coupés». Les hérétiques qui ont été officiellement «coupés» ou «suspendus à l’égard des autres» par une déclaration ne peuvent pas avoir compétence, et ne peuvent donc pas absoudre ».

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, Partie Suppl., Q. 38, Art. 2, Réponse à l’objection 1 : «L’effet de l’absolution n’est rien d’autre que le pardon des péchés qui résulte de la grâce, et par conséquent un hérétique ne peut absoudre, car il ne peut non plus conférer la grâce dans les sacrements. De plus, pour donner l’absolution, il est nécessaire d’avoir une juridiction, celle qui n’est pas séparée de l’Église ».

[Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, Supplementum, Q. 38, Art. 2, Réponse au 1 : «L’effet de l’absolution n’est pas autre chose que la rémission des péchés qui est produite par la grâce. C’est pourquoi un hérétique ne peut pas absoudre, comme il ne peut pas conférer la grâce dans les sacrements. Il ne le peut pas non plus parce que la juridiction est requise pour absoudre et que celui qui est retranché de l’Église ne l’a pas».]

Pour réfuter l’argument de Peter, nous citerons simplement un autre passage de St Thomas qu’il ne peut tout simplement pas expliquer ou nier.

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, Deuxième partie de la deuxième partie, Q. 39, Art. 3 : « D’AUTRE PART, LE POUVOIR DE JURIDICTIONNE RESTE PAS DANS LES HÉRÉTIQUES ET LES SCHISMATIQUES ; ET PAR CONSÉQUENT, ILS NE PEUVENT NI ABSOUDRE, NI EXCOMMUNIER, NI ACCORDER D’INDULGENCE, NI RIEN FAIRE, ET S’ILS LE FONT, C’EST INVALIDE ».

Comme nous pouvons le voir ici, St Thomas enseigne clairement que les hérétiques perdent leur juridiction indépendamment de toute déclaration et qu’ils la perdent poursimplement être dans l’hérésie. Cela devrait être le dernier clou dans le cercueil sur le mythe selon lequel saint Thomas est d’accord avec les Dimond ou qu’il enseigne que nous pouvons recevoir les sacrements de certains ministres hérétiques «non déclarés». Nous nous demandons si Peter acceptera cette information, ou simplement l’ignorera comme d’habitude.

En passant, Peter est d’accord avec la déclaration ci-dessus, au moins en ce qui concerne l’excommunication, car Peter admet sur son site que les hérétiques et schismatiques ne peuvent pas excommunier et que leur excommunication serait sans valeur, invalide et sans effet (l’excommunication exige la juridiction aussi) ! Néanmoins, même s’il prétend qu’ils ne peuvent pas excommunier, il soutient néanmoins qu’ils peuvent absoudre. Sa position est vraiment une contradiction du début à la fin.

Question : Mais qu’est-ce que saint Thomas veut dire quand il parle d’eux comme «coupés» ?

Réponse : Quand saint Thomas fait référence aux hérétiques ou aux schismatiques comme «coupés», il se réfère simplement à eux comme automatiquement excommuniés. Car, comme nous l’avons vu plus haut, saint Thomas ne considère pas les hérétiques comme ayant une quelconque juridiction indépendamment de toute excommunication formelle. Saint Thomas a donc fondé sa conclusion sur la loi divine et non sur une excommunication formelle, comme l’a expliqué saint Robert Bellarmin :

LES SAINTS PÈRES ET LES SAINTS ENSEIGNENT À L’UNANIMITÉ QUE LES HÉRÉTIQUES ET LES SCHISMATIQUES SONT IPSO FACTO [PAR CE FAIT, DE FAIT] PRIVÉS DE TOUTE JURIDICTION ET DIGNITÉ ECCLÉSIASTIQUE

« Enfin, les saints Pères enseignent unanimement, non seulement que les hérétiques sont hors de l’Église, mais aussi qu’ils sont ipso facto (par le fait même) privés de toute juridiction ecclésiastique et de toute dignité. Saint Cyprien (livre 2, épître 6) dit : « Nous affirmons que absolument aucun hérétique ou schismatique n’a de pouvoir ou de droit » … St Optat (lib.1, Parmen.) enseigne que les hérétiques et les schismatiques ne peuvent pas avoir les clefs du Royaume des Cieux, ni lier ni délier. Saint Ambroise (lib. 1 de poenit., Vers 2), Saint-Augustin (à Enchir., Cap. 65), Saint-Jérôme (lib. Lucifer), enseignent la même chose.

« Saint Nicolas Ier (épist. Michael) répète et confirme la même chose. Enfin, saint Thomas enseigne aussi (S. Théol., II-II, q. 39, art. 3) que les schismatiques perdent immédiatement toute juridiction, et que tout ce qu’ils essaient de faire sur la base de toute juridiction sera nul.

« … ces Pères, en affirmant que les hérétiques perdent leur juridiction, n’ont cité aucune loi humaine, qui d’ailleurs n’existait peut-être pas à ce sujet, mais ont argumenté sur la base de la nature même de l’hérésie. … alors que les hérétiques, avant d’être excommuniés, sont hors de l’Église et privés de toute juridiction. Car ils ont déjà été condamnés par leur propre sentence, comme l’enseigne l’Apôtre (Tite 3, 10-11), c’est-à-dire qu’ils ont été retranchés du corps de l’Église sans excommunication [formelle], comme l’affirme saint Jérôme ». (Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, II, 30)

Alors que Peter enseigne à ses disciples qu’ils ont raison de chercher l’absolution d’un ministre hérétique, saint Thomas enseigne que nous péchons si nous cherchons sciemment à les absoudre.

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, Partie Suppl., Q. 19, Art. 6 : « Que ceux qui sont schismatiques, hérétiques, excommuniés, suspendus ou dégradés aient l’usage des clefs ? : Au contraire, Augustin dit (Traité, CXXI in Joan.) que la charité de l’Église pardonne les péchés. Maintenant, c’est la charité de l’Église qui unit ses membres. Depuis donc que ceux ci-dessus sont désunis de l’Église, il semble qu’ils n’ont pas l’usage des clés pour remettre les péchés. De plus, aucun homme n’est délivré du péché en péchant. Maintenant c’est un péché pour quiconque de chercher l’absolution de ses péchés d’en haut, car il désobéit à l’Église en faisant cela. ON NE PEUT DONC PAS ÊTRE ABSOUS PAR CEUX DANS CE CAS : et ainsi la même conclusion suit ».

[Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, Supplementum, Q. 19, Art. 6 : « Il semble que les schismatiques, les hérétiques, les excommuniés, ceux qui sont suspendus ou dégradés, aient l’usage des clefs. … Mais c’est le contraire. Saint Augustin (tract. CXXI in Joan. sub fin.) dit : Que la charité de l’Église remet les péchés. Or c’est la charité qui produit l’union de l’Église. Par conséquent, tous ceux que l’on a préalablement énumérés sont séparés de l’unité de l’Église, il semble qu’ils n’aient pas l’usage des clefs pour remettre les péchés. On n’obtient pas l’absolution des ses péchés en péchant. Or on pèche si on demande aux schismatiques, etc., l’absolution des ses fautes, parce qu’on agit contre un précepte de l’Église. On ne peut donc pas être absous de ses péchés par ceux qui sont dans ce cas là, et par conséquent, etc.»]

Par conséquent, quand saint Thomas considère les hérétiques ou les schismatiques comme «coupés», «excommuniés» ou «séparés», etc., dans le contexte de la réception d’un sacrement illicite, il ne se réfère pas à eux pour d’autres fins que leur excommunication automatique.

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, troisième partie, Q. 82, art. 7 : «En conséquence, comme en étant dans l’Église, on a reçu le pouvoir de consacrer l’Eucharistie en étant ordonné au sacerdoce, et ayant un tel pouvoir à juste titre ; mais ils l’utilisent mal si après ils sont séparés de l’Église PAR L’HÉRÉSIE, LE SCHISME ou l’excommunication. Et puisque la consécration de l’Eucharistie est un acte qui suit le pouvoir de l’ordre, des personnes séparées de l’Église par l’hérésie, le schisme ou l’excommunication peuvent consacrer l’Eucharistie qui, consacrée par elles, contient le vrai corps et le sang du Christ ; mais ils agissent illicitement, et pèchent en faisant cela ; et en conséquence ils ne reçoivent pas le fruit du sacrifice, qui est un sacrifice spirituel».

ERREUR PRINCIPALE DE PETER SUR LA QUESTION DE JURIDICTION : IL L’ACCORDE AUX HÉRÉTIQUES !

Cette juridiction qui est nécessaire pour que l’absolution soit valide dans la confession a inévitablement donné aux Dimond quelques problèmes théologiques pour justifier leur doctrine hérétique. Mais quelle est leur solution à cette question ? Eh bien, la simple réponse est qu’ils la leur donnent juste automatiquement !

Peter Dimond, Faits qui démolissent la position «Aucun prêtre indépendant n’a de juridiction aujourd’hui» : «Maintenant, nous verrons qu’un prêtre qui n’a pas la juridiction pour les confessions obtient d’une façon ou d’une autre le pouvoir d’absoudre quelqu’un en danger de mort. Citons le Code de Droit Canonique de 1917 (le plus récent recueil de lois ecclésiastiques) pour prouver ce point».

Canon 872, Code de Droit Canonique 1917 : «Pour l’absolution valide des péchés, le ministre exige, outre le pouvoir des Ordres, un pouvoir de juridiction ordinaire ou délégué sur le pénitent ».

Canon 879. 1, Code de droit canonique 1917 : « Pour entendre des aveux validement, la compétence doit être accordée expressément, oralement ou par écrit ».

Peter Dimond : «Nous voyons ici que le Code de Droit Canonique stipule que la compétence est nécessaire pour l’absolution, et que la compétence (si ce n’est pas fait dans le cadre d’un office) est seulement déléguée oralement ou par écrit. Mais attendez une seconde … regardez ceci :

Canon 882, Code de Droit Canonique 1917 : « En danger de mort tous les prêtres et évêques, même ceux qui ne sont pas approuvés pour les confessions, délient validement et licitement tous les pénitents de tous péchés et censures quels qu’ils soient, réservés ou notoires …»

Peter Dimond : « Nous voyons que le canon 882 enseigne que les prêtres qui n’ont jamais été approuvés pour les confessions (c.-à-d. qui n’ont jamais eu la compétence par le canal normal) peuvent validement absoudre quelqu’un en danger de mort.

Il est tout à fait correct que les prêtres catholiques obtiennent la juridiction fournie en cas de nécessité de donner une absolution (infailliblement définie par le Concile de Trente). Mais comment est-il arrivé que Pierre accorde aussi bien la juridiction aux hérétiques, aux schismatiques et aux prêtres apostats ?

Sans surprise, Peter interprète le Code de droit canonique de 1917 pour soutenir sa doctrine hérétique. Selon Peter, si le Code de Droit canonique de 1917 ne fait pas de distinction et indique clairement s’il s’agit de catholiques ou d’hérétiques, il fait référence aux deux.

Peter Dimond, « Les sacrements des hérétiques non déclarés » Débat – Les citations importantes : « Ce canon [Canon 2261. 2-3] réfute également la position des schismatiques radicaux. Il enseigne clairement que les fidèles peuvent recevoir des sacrements de personnes excommuniées, surtout s’il n’y a personne d’autre pour leur donner les sacrements. En réponse, les schismatiques sont forcés d’exclure arbitrairement les HÉRÉTIQUES des « personnes excommuniées », même s’il n’y a rien pour soutenir une telle exclusion ».

Si Peter était cohérent avec son propre enseignement, il devrait conclure que le pape saint Pie X et le pape Pie XII incluaient aussi les hérétiques dans leurs déclarations, puisqu’ils ne faisaient aucune distinction. Mais comme nous l’avons déjà vu, Peter n’enseigne pas qu’ils incluaient les hérétiques !

Peter Dimond, Les arguments de John Salza contre le sédévacantisme écrasé : « Remarquez, les hérétiques ne sont pas exclus de la papauté par de simples obstacles ecclésiastiques, MAIS DES EMPÊCHEMENTS DÉCOULANT DE LA LOI DIVINE. La législation de Pie XII ne s’applique pas à l’hérésie … Ainsi, sa législation ne montre pas que les hérétiques peuvent être élus et restent des papes, C’EST POURQUOI IL NE MENTIONNE PAS LES HÉRÉTIQUES ».

Pape Pie XII : » Aucun des Cardinaux ne peut, sous prétexte ou raison d’excommunication, de suspension ou d’interdiction, ou de tout autre empêchement ecclésiastique, être exclu de l’ élection active et passive du Souverain Pontife ». (Vacantis Apostolicae Sedis, 1945).

Cela devrait être clair, le Code de Droit Canonique de 1917 doit clairement être interprété en accord avec le Concile de Trente, Saint Thomas d’Aquin, et d’autres proclamations infaillibles, et non avec les enseignements hérétiques de Peter Dimond !

Peter ne peut pas non plus évoquer l’Epikeia en faveur des hérétiques. Cependant, nous sommes d’accord que l’Epikeia donnerait compétence à tous les prêtres catholiques dans la situation actuelle. Mais appliquer cela aux prêtres hérétiques, comme le fait Peter, est une folie gratuite et hérétique (Concile de Trente).

Si Peter invoquait l’argument de St Vincent Ferrer pour prouver sa position hérétique, alors je lui dirais que c’est illogique. C’est illogique, parce que saint Vincent Ferrer n’a jamais été un hérétique ou un schismatique. Et saint Vincent Ferrer (comme l’a été Moïse) a également été choisi par Dieu, et peut très bien avoir reçu la juridiction directement de Dieu lui-même afin d’entendre la confession et pour prêcher.

Peter Dimond, Faits qui démolissent la position « Aucun prêtre indépendant n’a de juridiction »  : « Donc, pour détruire complètement le NJP, nous devons examiner s’il y a une preuve qu’un prêtre indépendant, qui n’a pas été approuvé pour les confessions, ou même si son ordination avait été approuvée par une véritable autorité ecclésiastique, peut avoir compétence pour entendre des confessions et continuer un apostolat béni par Dieu au jour le jour et NON SEULEMENT POUR LES ÂMES EN DANGER DE MORT. Si nous pouvons le démontrer, alors il n’y a rien de plus qu’un avocat de la NJP pourrait raisonnablement exiger pour voir que sa position a été torpillée, complètement détruite, et laissée coulée au fond de l’océan. Le cas du grand saint Vincent Ferrer nous donne juste cette preuve ».

L’argument de Peter est vraiment pathétique. On pourrait se demander pourquoi il évoque même l’argument de saint Vincent Ferrer pour prouver sa position hérétique quand il sait et admet que saint Vincent Ferrer n’a jamais été hérétique ou schismatique !

Selon Peter, l’un des plus grands saints qui ait jamais vécu et qui a été béni par Dieu devrait être considéré de la même manière qu’un hérétique ou un schismatique mal intentionné qui est maudit et haï par Dieu. Selon le raisonnement de Peter, les deux doivent avoir compétence. Mais c’est évidemment impossible, car, comme nous l’avons vu, seuls les prêtres catholiques peuvent avoir juridiction dans l’Église de Dieu (De Fide, Concile de Trente). Cela signifie donc que même si Peter ne croit pas ou n’enseigne pas explicitement aux autres que les hérétiques sont à l’intérieur de l’Église de Dieu, il continue de soutenir qu’ils le sont, puisqu’il leur donne la juridiction, que seuls les prêtres catholiques peuvent avoir !

Mais même si saint Vincent Ferrer n’avait pas reçu la juridiction de Dieu ou de l’Église pour entendre les confessions et donner des absolutions, cela ne ferait aucune différence car l’absolution d’un prêtre n’est pas nécessaire pour obtenir le pardon sans le sacrement de la confession (si aucun prêtre non-hérétique validement ordonné n’est disponible, bien sûr) puisque la contrition parfaite absout une personne de ses péchés de toute façon. Et Dieu veillera bien sûr toujours à ce qu’une personne qui est de bonne volonté et sincère reçoive la contrition et le pardon avant sa mort.

Cela signifie donc que toutes personnes qui s’étaient confessées à Saint Vincent Ferrer – même s’il n’avait pas la juridiction – furent pardonnées de leurs péchés tant qu’ils ont eu une véritable peine pour leurs péchés. Dieu lui-même pardonnera les péchés d’un pécheur s’il ne parvient pas à recevoir une absolution valide de la part d’un prêtre – et cela est vrai, que Saint-Vincent Ferrer soit ou non compétent.

Conclusion

Tous les prêtres non-catholiques (Novus Ordo, SSPX, CMRI, SSPV, Églises de rite oriental, prêtres indépendants, etc.) qui ont été nommés conformément aux décrets, schismatiques et hérétiques, doivent être considérés par nous comme des schismatiques et des hérétiques qui manquent de toute juridiction ecclésiastique pour la direction des âmes, et leur absolution doit être considérée comme invalide, ou comme « sans effet » (pape Jules III, Concile de Trente , Chapitre 14, chapitre 7) et «les hérétiques et schismatiques ne peuventni absoudre … ni faire quoi que ce soit du même genre, et s’ils le font, c’est invalide» (cf. Saint Thomas d’Aquin, Somme théologique, Deuxième partie de la deuxième partie, Q. 39, art. 3).

Question : Pourquoi les hérétiques peuvent-ils accomplir validement (bien qu’illicitement) les autres sacrements, tels que le baptême et le rite eucharistique, mais pas les sacrements de pénitence (extrême-onction et pénitence) ?

Réponse : Demandons pourquoi à saint Thomas d’Aquin :

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, Supplementum, Q. 8, Art. 4 : « Je réponds que les autres sacrements [tels que l’Eucharistie] ne consistent pas en une action du récipiendaire, mais seulement en ce qu’il reçoit quelque chose, comme cela est évident en ce qui concerne le baptême et ainsi de suite. Seulemnt l’action du récipiendaire est requise pour lever un obstacle, c’est-à-dire la fiction [insincérité], afin qu’il puisse recevoir le bénéfice du sacrement, s’il est arrivé à l’usage de son libre arbitre. D’autre part, l’action de l’homme qui s’approche du sacrement de la Pénitence est essentielle à la Sainte-Cène, COMME LA CONTRITION, LA CONFESSION ET LA SATISFACTION, QUI SONT DES ACTES DU PÉNITENT, SONT DES PARTIES DE LA PÉNITENCE. Maintenant, nos actions, puisqu’elles ont leur origine en nous, ne peuvent être dispensées par d’autres, si ce n’est par leur commandement. Par conséquent, quiconque est nommé dispensateur de ce sacrement doit être capable de commander quelque chose à faire. Maintenant, un homme n’est pas compétent pour commander un autre à moins qu’il ait une juridiction sur lui. Par conséquent, il est essentiel à ce sacrement, non seulement que le ministre soit dans les ordres, comme dans le cas des autres sacrements, mais aussi pour qu’il ait juridiction : COMME CELUI QUI n’est pas prêtre NE PEUT CONFÉRER CE SACREMENT, DE MÊME CELUI QUI N’A PAS JURIDICTION NE LE PEUT PAS NON PLUS. Par conséquent, la confession doit être faite non seulement à un prêtre, mais à son propre prêtre ; car un prêtre n’absout un homme qu’en le contraignant à faire quelque chose, lui seul peut absoudre, qui, par son commandement, peut lier le pénitent à faire quelque chose [les hérétiques, bien sûr, ne peuvent légalement lier quiconque à faire quelque chose des devoirs religieux] ».

Le sacrement de pénitence est composé de trois choses : la contrition, la confession et la satisfaction. Toutes les trois de ces conditions (chaque fois qu’un prêtre est disponible) doivent être remplies pour que l’on soit en mesure de recevoir une absolution valide dans le sacrement de pénitence.

Pape Jules III, Concile de Trente, Sess. 14, Chap. 3, Les parties et les fruits de ce sacrement : « La (quasi) matière de ce sacrement [Pénitence] se compose des actes du pénitent lui-même, à savoir, la contrition, la confession et la satisfaction . CELLES-CI, EN TANT QU’ELLES SONT, DE L’INSTITUTION DE DIEU, REQUISES DANS LE PÉNITENT POUR L’INTÉGRITÉ DU SACREMENT ET POUR LA REMISE COMPLÈTE ET PARFAITE DU PÉCHÉ, SONT POUR CE MOTIF APPELÉS PARTIES DE LA PÉNITENCE ».

Quand le Prêtre ordonne au Pénitent de faire quelque chose (comme le genre de satisfaction qu’il doit faire pour être libéré de ses péchés), le Prêtre exerce sa juridiction sur lui. Seul un catholique peut commander à un autre catholique de faire quelque chose dans l’Église de Dieu qui a trait à son salut. Seul un catholique peut être sous l’ autorité spirituelle d’un autre catholique ; par conséquent, « il est absurde d’imaginer que celui qui est en dehors [celui qui est un hérétique] puisse commander dans l’Église » (Pape Léon XIII, Satis Cognitum, # 15, 29 juin 1896).

Question : Cela signifie-t-il que toutes mes anciennes confessions à des prêtres hérétiques étaient invalides ? Et dois-je confesser tous mes péchés mortels à un nouveau prêtre non-hérétique chaque fois qu’il est disponible ?

Réponse : Oui, vos anciennes confessions étaient effectivement invalides et doivent être refaites chaque fois qu’un prêtre pleinement catholique devient disponible pour vous. Cependant, même si vos anciennes confessions étaient invalides, elles n’étaient pas inutiles, comme l’a expliqué saint Thomas d’Aquin :

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, Supplementum, Q. 8, Art. 5, rép. au 4 : «Si, cependant, il devait encore se confesser, sa première confession ne serait pas inutile, parce que plus on se confesse à plus grand nombre de prêtres, on obtient une plus grande remise de la peine, soit par la honte de la confession qui est comptée pour une peine satisfactoire, soit d’après le pouvoir des clefs ; ainsi on pourrait se confesser tant de foi qu’on fut délivré de toute peine ».

Et ne désespérez pas, car aussi longtemps que vous êtes vraiment désolé pour vos péchés et que vous avez un désir de confession, vos péchés seront pardonnés.

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica , Supplementum, Q. 8, Art. 1, réponse à l’objection 2 : «… la confession et l’absolution … dans lesquels la contrition, avec le dessein de confesser et le désir d’absolution, suffit pour les délivrer de la mort éternelle …»

L’absolution n’est pas une formule magique qui vous enlève un péché mortel si vous n’avez même pas été désolé d’avoir offensé Dieu. Si vous avez fait un acte de parfaite contrition et que vous avez été vraiment désolé pour votre péché (même si votre cœur se sent endurci) alors vous êtes pardonné ! C’est quelque chose que vous devez croire (que Dieu vous pardonnera) parce que Dieu promet de nous pardonner nos offenses chaque fois que nous souhaitons nous amender en ne péchant plus. Et si une personne n’a pas cette volonté d’arrêter de pécher, alors la confession et la contrition ne serviront à rien car Dieu ne pardonne pas le péché d’un pécheur qui ne veut même pas arrêter de pécher et d’offenser Dieu. Cela ne doit pas être confondu avec le fait de retomber dans les anciens péchés que tout le monde peut faire. Une âme vraiment repentante ne retombera pas dans les péchés antérieurs (du moins pas les péchés mortels), mais si une personne revient encore et encore dans le péché d’impureté, par exemple, c’est une indication qu’elle vit une mauvaise vie et qu’elle n’est pas cohérente dans sa vie spirituelle (Lisez ce fichier pour obtenir de l’aide concernant ces questions : Informations spirituelles que vous devez savoir pour être sauvé). Si nous n’avons pas confiance dans le pardon de Dieu ou s’il nous pardonnera, alors nous n’avons pas de foi en lui ! Si nous nous laissons mener de cette manière infidèle, alors nous montrons à Dieu par notre manière d’agir que nous n’avons pas confiance en Lui, et c’est une chose très mauvaise à faire. Alors, ne vous laissez pas tomber dans ce piège de la méfiance et du désespoir, mais ayez une foi totale en Dieu et dans Sa miséricorde aimante et croyez fermement qu’il vous pardonnera – et passez à autre chose.

Question : Que faire si je ne peux pas trouver un prêtre non-hérétique ? Puis-je confesser mes péchés à un laïc catholique comme pénitence pour mon péché, bien qu’il ne puisse pas me donner une absolution ?

Réponse : Oui. En l’absence de prêtres pour confesser, vous pouvez toujours choisir de confesser à un fidèle laïc et non-hérétique (Si vous ne connaissez pas de catholiques dans votre région, alors vous pouvez vous confesser à qui vous voulez). Cela aussi vous sera bénéfique pour le salut, comme l’a expliqué saint Thomas d’Aquin :

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, Supplementum, Q. 8, Art. 6, Réponse à l’objection 3 : « … le pouvoir sacramentel de Pénitence consiste en une sanctification prononcée par le ministre, de sorte que si un homme se confesse à un laïc, bien qu’il remplisse sa part de la confession sacramentelle, il ne reçoit pas l’absolution sacramentelle. C’est pourquoi ce qui est produit par le mérite et la peine de la confession lui est comptée et diminue d’autant la peine temporelle à laquelle il est tenu, mais il ne reçoit pas cette diminution de sa peine qui résulte du pouvoir des clefs ; et par conséquent il doit encore se confesser à un prêtre [chaque fois qu’il peut le faire] ».

Est-ce un article de foi divine et catholique qui interdit de prier en communion avec les hérétiques et de recevoir les sacrements d’eux ?

Peter Dimond, mhfm, e-mail des conversations avec RJMI (29/12/2001) : «Le concile de Laodicée, 365 : « Personne ne doit prier en commun avec les hérétiques ». Le concile de Laodicée est un concile régional, pas œcuménique ; ainsi, il ne représente même pas la discipline de l’Église solennellement promulguée par un pape, encore moins une «vérité de la foi divine et catholique» (dogme) … Le concile de Carthage, énonçant à peu près la même chose que le concile de Laodicée … Carthage, comme celle de Laodicée, n’est pas «un article de foi divine et catholique». C’est un décret disciplinaire … Le IIIème Concile de Constantinople : «Si un ecclésiastique ou un laïc doit aller dans la synagogue des Juifs ou dans les lieux de réunion des hérétiques pour se joindre à eux, qu’ils soient destitués et privés de communion ; si un évêque, un prêtre ou un diacre doit se joindre à la prière des hérétiques, qu’il soit suspendu de la communion ». (Sacrorum Conciliorium, XI: 635). Ce n’est pas non plus un article de foi divine et catholique, mais un autre décret disciplinaire, comme Laodicée et Carthage . … Par conséquent … je ne nie pas une vérité de foi divine et catholique … Je ne joins pas ma prière à aucun hérétique, et je ne recommande à personne de le faire, mais seulement de vrais catholiques … Je répète que je ne prie pas et ne chante pas de psaumes avec des hérétiques …»

Peter Dimond ne pouvait pas avoir plus tort quand il disait, « C’est un décret disciplinaire … pas un article de foi divine et catholique » d’éviter les hérétiques dans les sacrements, car c’est un fait dogmatique et certain (et de foi divine et catholique) – et pas seulement une loi disciplinaire – que les catholiques ne peuvent être en communion religieuse qu’avec les autres catholiques et qu’ils ne peuvent jamais adorer ou recevoir les sacrements de personnes qui sont hérétiques, schismatiques ou infidèles (comme nous le verrons). Par conséquent, c’est la loi divine et dogmatique qui interdit aux catholiques de communier avec les hérétiques et les schismatiques connus ou d’entrer dans leurs églises.

Pape Pie XI, Mortalium animos, 6 janv. 1928 : « Alors, Vénérables Frères, il est clair que ce Siège Apostolique n’a jamais permis à ses sujets de prendre part aux assemblées de non-catholiques ».

Entrer sciemment dans une maison religieuse qui est hérétique ou schismatique, c’est évidemment professer l’unité religieuse extérieurement d’une manière totalement inacceptable. Le scandale que cela provoque aux yeux des vrais catholiques est facile à comprendre. Car chaque personne qui vous voit entrer dans une «église» hérétique où le prêtre est un hérétique ou schismatique, supposera que vous êtes d’accord avec son hérésie ou schisme. L’unité de foi qui doit exister entre des gens qui se disent catholiques et qui adorent Dieu est une constante qui ne peut jamais être changée selon l’enseignement catholique. C’est ce qu’on appelle la loi divine. Sans l’unité de la foi, il n’y a que l’obscurité et le feu éternel, comme le dit clairement le pape Léon XIII et les citations suivantes :

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 10), 29 juin 1896 : «Pour cette raison, comme l’unité de la foi est nécessairement requise pour l’unité de l’Église, en tant que corps des fidèles, de même aussi pour cette même unité, dans la mesure où l’Église est une société divinement constituée, l’unité de gouvernement, qui affecte et implique l’UNITÉ DE COMMUNION, EST NÉCESSAIRE JURE DIVINO (PAR LA LOI DIVINE) » .

Nous voyons ici le Pape Léon XIII enseignant explicitement que « l’unité de la foi » et « l’UNITÉ DE COMMUNION, EST  NÉCESSAIRE JURE DIVINO (PAR LA LOI DIVINE) » et que cela « est nécessairement requise pour l’unité de l’Église, dans la mesure c’est le corps des fidèles« , prouvant ainsi à toute personne de bonne volonté que la communion religieuse dans les sacrements n’est pas seulement une loi disciplinaire, mais une loi de foi divine et catholique.

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (# 22) : «Ainsi, dans la vraie communauté chrétienne, il n’y a qu’un seul Corps, un seul Esprit, un seul Seigneur et un seul Baptême, donc il ne peut y avoir qu’une seule foi. Et donc, si un homme refuse d’entendre l’Église, qu’il soit considéré – ainsi le Seigneur le commande – comme un païen et un publicain. Il s’ensuit que ceux qui sont divisés dans la foi ou le gouvernement ne peuvent pas vivre dans l’unité d’un tel Corps, ni ne peuvent vivre la vie de son unique Esprit Divin».

Pape Pie VI, Charitas Quae , 13 avril 1791 : «31 … Tenez-vous loin de tous les intrus, qu’ils soient appelés archevêques, évêques ou curés ; ne communiquez pas avec eux spécialement dans le culte divin».

Pape saint Grégoire le Grand, Dialogues (vers 593 ap. J.-C.) : « Tout le monde devrait plutôt se soumettre à la mort plutôt que de recevoir le sacrement de communion de la main d’un hérétique » (Cité par Gratien, Decretum, 42. XXIV q. 1)

Pape saint Léon le Grand, Sermon 129 : « C’est pourquoi, comme hors de l’Église catholique il n’y a rien de parfait, rien de souillé, l’Apôtre déclare que « tout ce qui n’est pas de la foi est péché » (Romains 14, 23), nous ne sommes aucunement assimilé à ceux qui sont séparés de l’unité du Corps de Christ ; nous ne sommes unis à aucune communion ».

Pape saint Clément Ier, 1er siècle : « Si quelqu’un veut être ami avec ceux avec qui le pontife romain n’est pas en communion, il est en complicité avec ceux qui veulent détruire l’Église de Dieu ; et, bien qu’il puisse sembler être avec nous dans le corps, il est contre nous dans l’esprit, et est un ennemi beaucoup plus dangereux que ceux qui sont dehors et sont nos ennemis déclarés ».

Concile de Constantinople III, 680-681 : « Si un ecclésiastique ou un laïc doit aller dans la synagogue des Juifs ou dans les lieux de réunion des hérétiques pour se joindre à la prière avec eux, qu’ils soient destitués et privés de communion [excommuniés]. Si un évêque ou un prêtre ou un diacre doit se joindre à la prière avec les hérétiques, qu’il soit suspendu de la communion [excommunié] ».

Cependant, Peter a également admis que la communion religieuse est de foi divine et catholique dans un débat avec un Novus Ordo (un défenseur de Vatican II). Ils discutaient si les non-catholiques pouvaient recevoir licitement l’Eucharistie (sans péché) dans une Église catholique.

Peter Dimond, une réponse à Bob Sungenis – l’hérétique se faisant passer pour un «apologiste catholique» : « Et peu importe si Vatican II mentionnait seulement « danger de mort », comme le fait le canon 844. 4 du Nouveau Code (mais pas le Canon 844. 3 , le Nouveau Catéchisme # 1401 ou le Décret de Vatican II), puisque les personnes qui rejettent la Foi Catholique ne peuvent jamais recevoir la Sainte Communion en danger de mort. Les personnes qui rejettent la foi catholique (ou n’importe quel dogme) sont dans une position de rejet de Dieu (l’auteur des dogmes), et ne peuvent donc pas recevoir dignement le sacrement de l’Eucharistie. L’Église ne peut pas changer la loi divine selon laquelle les hérétiques ne peuvent pas recevoir la communion même en danger de mort, ce que Vatican II a tenté de changer ».

Donc Peter est d’accord avec les citations et déclarations ci-dessus (que c’est de foi divine et catholique) mais seulement dans la mesure où cela convient à son propre but, puisqu’il prétend que c’est seulement de loi divine quand les hérétiques reçoivent les sacrements des catholiques, mais pas de même loi divine quand les catholiques – ou les prétendus catholiques – reçoivent les sacrements des hérétiques.

Cependant, il y a deux exceptions à cette doctrine de recevoir les sacrements des hérétiques, et c’est le baptême et le mariage (avec l’approbation directe de l’Église). Ce canon spécifique du Concile de Florence traite du sacrement du baptême. L’Église Catholique, la Loi Naturelle ou la Tradition seront toujours claires quand il y a une exception à un dogme.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, « Exultate Deo« , 1439 : « En cas de nécessité, cependant, non seulement un prêtre ou un diacre, mais même un laïc ou une femme, oui même un païen et un hérétique peuvent baptiser, aussi longtemps qu’il préserve la forme de l’Église et a l’intention de faire ce que fait l’Église » (Denz. 696)

Cette déclaration spécifique de Peter traite du sacrement du mariage :

Peter Dimond, « Sacrements des hérétiques non déclarés » Débat – Les citations importantes : «Dans le débat avec Eli, j’ai évoqué le fait que l’Église a permis les mariages mixtes. Bien que l’Église ne recommande pas les mariages mixtes – elle les décourage activement – c’est un fait que les mariages entre catholiques et hérétiques ont été approuvés par les papes à certaines occasions. … Dans le débat, Eli a changé de sujet et a fait valoir que l’Église n’a jamais approuvé d’aller voir un ministre hérétique pour le mariage. C’est bien sûr vrai mais complètement hors de propos. Cela n’a rien à voir avec le point. Nous sommes d’accord que l’Église n’a pas approuvé d’aller dans une église non-catholique ou de chercher un ministre non-catholique pour assister au mariage. Le fait est que dans le mariage, les deux personnes échangent la Sainte-Cène entre elles et, par conséquent, dans un mariage mixte, les catholiques échangent le sacrement avec un hérétique ».

Dans le mariage, comme l’a également souligné Peter, les parties contractantes sont les ministres de la Sainte-Cène, et le prêtre n’agit que comme témoin du sacrement entre les parties contractantes.

L’Encyclopédie Catholique , Vol. 13, « Sacrements » (1912) : « Il est maintenant certain que, dans le mariage, les contractants sont les ministres du sacrement, parce qu’ils font le contrat et le sacrement est un contrat élevé par le Christ à la dignité de sacrement (cf. Léon XIII, encyclique « Arcanum, 10 février 1880) ».

Maintenant, si jamais il y avait eu un tel enseignement qui tiendrait compte de Catholiques pour recevoir un autre sacrement en plus du sacrement de baptême – en cas d’une nécessité – d’un ministre hérétique ou schismatique, il est sûr qu’il aurait été dogmatiquement défini par l’Église ou utilisé par Peter Dimond dans ses débats et articles. Cependant, ceci n’a pas été défini par l’Église et aucune telle citation n’a jamais été mise en avant par Peter Dimond sur son site Web, parce qu’il n’a jamais et ne sera jamais permis aux Catholiques de s’approcher sciemment d’un ministre hérétique ou schismatique pour entendre sa messe ou recevoir ses sacrements invalidement et illicitement consacrés, sauf pour le sacrement du baptême en cas de nécessité. (Rappelez-vous, le mariage n’est pas reçu d’un ministre mais est échangé entre les parties contractantes elles-mêmes).

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, troisième partie, Q. 82, art. 7, Réponse à l’objection 2 : « Le baptême seul peut être conféré par les hérétiques et les schismatiques, parce qu’ils peuvent licitement baptiser en cas de nécessité ; mais en aucun cas ils ne peuvent licitement [sans péché] consacrer l’Eucharistie ou conférer les autres sacrements ».

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, troisième partie, Q. 82, art. 9 : « Je réponds que, comme il a été dit plus haut, les prêtres hérétiques, schismatiques, excommuniés ou même pécheurs, bien qu’ils aient le pouvoir de consacrer l’Eucharistie, n’en font pas un usage convenable ; au contraire, ils pèchent en l’utilisant. Mais quiconque communique avec un autre qui est dans le péché partage son péché ».

Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, Supplementum, Q. 23, Art. 3, Réponse à l’objection 2 : « Le commandement de l’Église concerne directement les questions spirituelles et les actions légitimes : par conséquent, en communiant dans le culte divin [avec quelqu’un qui est excommunié, comme les hérétiques ou les schismatiques], on agit contre le commandement. et on commet un péché mortel ».

Pape Pie XI, Mortalium animos, 6 janv. 1928 : « Alors, Vénérables Frères, il est clair que ce Siège Apostolique n’a jamais permis à ses sujets de prendre part aux assemblées de non-catholiques ».

Le pape Léon XIII souligne également qu’une sorte de sacrement de mariage (mais pas le sacrement chrétien complet du mariage entre baptisés) a existé depuis le début du monde, à la fois parmi les fidèles et même parmi les non-croyants.

Pape Léon XIII, Arcanum n ° 19, 10 février 1880 : « Le mariage a Dieu pour auteur, et était dès le commencement une sorte de préfiguration de l’Incarnation de son Fils; et donc il y a quelque chose de sacré et de religieux, pas étranger, mais inné ; pas dérivé des hommes, mais implanté par la nature. Innocent III, et Honorius III, nos prédécesseurs, n’ont pas affirmé faussement ni inconsidérément qu’un sacrement de mariage a toujours existé parmi les fidèles et les incroyants ».

Tous les gens, même les hérétiques et les incroyants depuis le début des temps ont échangé une sorte de sacrement de mariage entre eux validement et licitement, parce que, comme le souligne le pape Léon XIII, «Le mariage a Dieu pour auteur» et évidemment il ne peut jamais y avoir de péché à faire ce que Dieu a approuvé – à moins bien sûr que l’on agisse sciemment en opposition directe aux lois de l’Église. Même Peter est d’accord avec cela, car il admet sur son site web que «le péché est causé en communiquant avec eux malgré (contre) l’interdiction de l’Église …» (« Sacrements d’Hérétiques non-déclarés » Débat – Les Citations Importantes)

L’Encyclopédie Catholique, Vol. 9, « Mariage mixte » (1910) : « En ce qui concerne un mariage mixte contracté devant un ministre non-catholique, le pape Pie IX a donné une instruction le 17 février 1864. Il a déclaré que dans les lieux où le prédicateur hérétique occupait la fonction de magistrat et que les lois du pays obligent les mariages d’être inscrits devant lui afin que certains effets juridiques puissent suivre, il est permis à la partie catholique de comparaître devant lui, soit avant ou après que le mariage a eu lieu en présence du prêtre [catholique] de la paroisse. Si, cependant, le ministre hérétique est tenu de s’acquitter d’un devoir religieux [comme la confession pour l’Eucharistie] dans un tel témoignage de mariage, alors il est illicite pour un catholique de renouveler le consentement devant lui car ce serait une communion dans les choses sacrées et céder implicitement à l’hérésie ».

De plus, un catholique n’est autorisé à épouser un hérétique que dans les conditions les plus strictes, et cela seulement avec l’approbation de l’Église. Les parties contractantes doivent également avoir convenu d’élever et d’éduquer les enfants dans la religion catholique. Donc, Peter a parfaitement raison quand il dit que le péché de communication dans les sacrements avec les hérétiques est déclenché quand vous le faites malgré l’interdiction de l’Église. L’Église interdit de recevoir les autres sacrements de ministres hérétiques, par conséquent, c’est un péché mortel de présumer de recevoir d’eux ces sacrements.

Pape VIII, Traditi Humilitati (# 4), 24 mai 1829 : « Jérôme avait l’habitude de dire ceci : celui qui mange l’Agneau hors de cette maison [dans les lieux de réunions des hérétiques] périra comme ceux pendant le déluge qui n’étaient pas avec Noé dans l’arche ».

Pape Grégoire XVI, Commissum divinitus (n ° 11), 17 mai 1835 : « … quiconque ose quitter l’unité de Pierre pourrait comprendre qu’il ne partage plus le mystère divin … »Celui qui mange l’Agneau hors de cette maison [dans les lieux de réunions des hérétiques] sont impies«  [c.-à-d., celui qui mange l’agneau dans les maisons des hérétiques est impie] ».

L’Église condamne donc clairement ceux qui s’opposent obstinément à «manger l’Agneau hors de cette maison» (l’Église catholique) dans les lieux de culte des hérétiques, car «il est impossible pour nous [les catholiques] de communier après leur mort avec ceux [hérétiques] qui n’ont pas été en communion avec nous durant leur vie » (Pape Innocent III, chapitre XII, De sepulturis, lib.1, XXVIII).

La Communication des Catholiques avec les Schismatiques, Rev. Ignatius J. Szal, p 91 : « Le 15 mai 1709, le Saint-Office interdit aux catholiques d’entendre la confession des schismatiques ou de s’y confesserEn aucune circonstance, même dans le cas de nécessité, selon une réponse de la Sacrée Congrégation pour la Propagation de la Foi le 17 février 1761, « il n’était permis à un catholique de confesser ses péchés à un prêtre schismatique afin d’obtenir l’absolution de lui… » Dans une question présentée à la même Congrégation en 1839, la réponse suivante fut faite : « Les convertis éthiopiens ne devaient pas recevoir le sacrement de pénitence d’un prêtre hérétique ». Quand on demanda à la Congrégation si une telle pratique pouvait être tolérée, « La réponse à la question est apparue si évidente que le fait de même soulever la question a marqué l’action du questionneur comme imprudente», résume Szal. Szal note : « Il est gravement illicite de demander ou de recevoir le sacrement de pénitence d’un ministre schismatique … La nécessité ordinaire qu’une personne ressent lorsqu’elle est dans l’état de péché mortel ne suffit pas pour lui permettre de se confesser à un prêtre schismatique et de recevoir l’absolutionUne telle personne serait obligée de faire un Acte de Contrition parfaite, du mieux qu’elle pourrait … »

Or, cette exception du baptême, même des mains d’un ministre hérétique, est vraiment nécessaire, puisque nul ne peut jamais être sauvé (ou par tout autre moyen entrer dans le sein et l’unité de l’Église catholique) sans le sacrement du baptême. Ceci, bien sûr, est une autre preuve de la nécessité explicite que tout le monde soit baptisé pour être sauvé.

Pape Paul III, Concile de Trente , Can. 5 sur le Sacrement du Baptême, ex cathedra : « Si quelqu’un dit que le baptême [le sacrement] est facultatif, c’est-à-dire pas nécessaire pour le salut (Jn 3, 5) : qu’il soit anathème ».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, « Exultate Deo« , 22 novembre 1439, ex cathedra : « Le saint baptême, qui est la porte d’entrée à la vie spirituelle, tient la première place parmi tous les sacrements ; à travers lui, nous sommes devenus membres du Christ et du corps de l’Église. Et puisque la mort est entrée dans l’univers par le premier homme, «à moins de renaître de l’eau et de l’Esprit, nous ne pouvons pas, comme le dit la Vérité, « entrer dans le royaume des cieux » [Jean 3, 5]. La matière de ce sacrement est l’eau vraie et naturelle ».

Le point étant fait, on ne trouvera cependant aucune exception concernant l’un des autres sacrements en ce qui concerne les ministres hérétiques ou schismatiques.

Par conséquent, sans aucun doute, vous ne pouvez non plus approcher aucun des prêtres «catholiques» traditionnellement ordonnés dans le monde pour les sacrements, s’ils refusent obstinément ou rejettent même un seul dogme catholique ou tiennent une seule hérésie, comme le pape Léon XIII, la Sainte Bible, et le deuxième Concile de Constantinople le rendent parfaitement clair :

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9) : « Celui qui ne croit pas en tout ne peut se dire catholique ou se considérer comme tel. Car il peut y avoir ou surgir d’autres hérésies, qui ne sont pas énoncées dans ce travail de nous, et, si quelqu’un tient à une seule hérésie, il n’est pas catholique ».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 : « La pratique de l’Église a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient coutume de tenir en dehors de la communion catholique, et étranger à l’Église, celui qui s’éloignerait le moins du monde de tout point de doctrine proposé par son magistère faisant autorité ».

Tite 3, 10 : « Un homme qui est hérétique, après un premier et deuxième avertissement, évite-le ».

2 Jean 1, 9-10 : « Quiconque se révolte et ne persévère pas dans la doctrine de Christ, n’a pas Dieu. Celui qui persévère dans la doctrine a le père et comme aussi le fils. Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison et ne lui dites pas : Dieu vous bénisse. Car celui qui lui dit : Que Dieu vous bénisse, communique avec ses mauvaises œuvres ».

Pape Vigile, second Concile de Constantinople, 553 : « L’hérétique, bien qu’il n’ait été formellement condamné par personne, s’anéantit en réalité, s’étant coupé lui-même du chemin de la vérité par son hérésie. Quelle réponse ces gens peuvent-ils donner à l’Apôtre quand il écrit : Quant à quelqu’un qui est factieux, après l’avoir réprimandé une ou deux fois, n’ait plus rien à faire avec lui, sachant qu’un tel homme est perverti et pécheur, il est auto-condamné ».

Dieu veut l’obéissance, plutôt que le sacrifice. En d’autres termes, si vous acceptez les hérétiques ou rejetez ses dogmes, toutes vos œuvres spirituelles seront sans valeur à ses yeux.

1 Rois 15, 22-23 : « Et Samuel dit : Le Seigneur désire-t-il les holocaustes et les victimes, plutôt que d’obéir à la voix du Seigneur  ? Car l’obéissance vaut mieux que les sacrifices : et écouter plutôt que d’offrir la graisse des béliers. Parce que c’est comme le péché de sorcellerie de se rebeller ; et comme le crime d’idolâtrie de refuser d’obéir. Parce que tu as rejeté la parole du Seigneur, le Seigneur t’a aussi rejeté pour être roi ».

Si une personne rejette la vérité de Dieu, elle ne peut pas lui plaire. Prétendre que l’on peut recevoir licitement les sacrements des hérétiques, à la lumière de tous ces faits, c’est simplement nier Dieu.

Pape Pie VIII, Traditi Humilitati (n° 4), 24 mai 1829 : « En effet cette idée mortelle concernant le manque de différence entre les religions est réfutée même à la lumière de la raison naturelle. Nous sommes assurés de cela parce que les diverses religions ne s’entendent pas souvent entre elles. Si l’une est vraie, l’autre doit être fausse ; il ne peut y avoir de société des ténèbres avec la lumière. Contre ces sophistes expérimentés, il faut enseigner aux gens que la profession de la foi catholique est unique, comme l’apôtre le proclame : un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême ».

Ils prient en communion avec les hérétiques

A suivre