Ngo Dinh Thuc Exposé : Archevêque Thuc, Évêques et Consécrations Faits, Histoire et Conséquences

Auteurs : Frère Peter Dimond et Frère Michael Dimond du Monastère de la Très Sainte Famille (Most Holy Family Monastery)

Traduction propre en français 2018 sur la version américaine

Page en cours

Faits pertinents

Mgr Peter Martin Ngo Dinh Thuc est né le 6 octobre 1897 et décédé le 13 décembre 1984. En 1938, à l’âge de 41 ans, le Père Thuc a été choisi par Rome pour diriger le Vicariat Apostolique à Vinhlong au Vietnam. Il fut sacré évêque le 4 mai 1938, étant le troisième prêtre vietnamien élevé au rang d’évêque. Le 24 novembre 1960, Jean XXIII nomme Mgr Thuc « Archevêque » de Hué. Il a assisté au Concile Vatican II de scélérats (1964) et a signé ses documents.

La validité des consécrations Thuc

Archevêque Thuc, évêques et consécrations. Malgré les revendications de certains «traditionalistes», en particulier les partisans de la SSPV, le fait est que la validité de la lignée Thuc ne peut être remise en question. Si cela peut être remis en question, alors n’importe quelle consécration épiscopale ou ordination effectuée dans le rite traditionnel peut être remise en question. Nous n’avons certainement pas de parti pris en la matière, puisque nous n’avons aucune affiliation avec la lignée Thuc. Les faits sont les faits. Les Ordinations et Consécrations effectuées dans le Rite Traditionnel par « l’Archevêque » Thuc et ceux qu’il a consacrés doivent être considérées comme valides, car lorsque le Rite Traditionnel est observé, l’intention est présumée valide, comme le dit le Pape Léon XIII dans Apostolicae Curae.

Pour ceux qui ne le savent pas, la «lignée de Thuc» fait référence aux prêtres et aux évêques «traditionalistes» dont leurs ordres dérivent de l’ évêque Ngo Dinh Thuc (1897-1984), «l’archevêque» de Hué, au Vietnam avant Vatican II. Après Vatican II, Mgr Thuc prend la position sédévacantiste et ordonne des prêtres et évêques consacrés dans les rites traditionnels pour la préservation de la messe latine traditionnelle et pour la résistance à la secte post-Vatican II. La plupart des prêtres du monde qui offrent la messe latine traditionnelle reçoivent leurs ordres de l’évêque Thuc ou de l’archevêque Lefebvre. Nous considérons que les lignées Thuc et Lefèbvre sont valides. Cela ne veut évidemment pas dire que nous approuvons toutes les positions des prêtres qui ont été ordonnés par ces lignées.

Certains ont remis en question la validité de la lignée de Thuc basée sur l’accusation que l’archevêque Thuc n’était pas en possession de ses facultés mentales quand il a accompli certaines de ses consécrations épiscopales. Nous rejetons cette fausse position. Il n’y a aucune preuve que Mgr Thuc ne possédait pas ses facultés mentales au moment de ces consécrations. La Société Saint Pie V, un groupe hérétique dirigé par Mgr Kelly, qui croit aussi au salut des non-catholiques (comme tant d’autres groupes), est tellement inflexible sur le fait que la lignée de Thuc ne peut pas être considérée valide, que ses prêtres refusent les sacrements à tous ceux qui vont aux prêtres de la lignée de Thuc.

Les Thucites

Les Thucites sont les évêques et les prêtres qui retracent leur lignée jusqu’à l’évêque Thuc et les laïcs qui sont en communion religieuse avec eux, comme ceux qui appartiennent à leurs sectes ou assistent à leurs messes.

Dans les années 1980, un évêque vietnamien à la retraite, le dernier, Pierre-Martin Ngo-dinh-Thuc, consacra un certain nombre d’évêques «traditionalistes» – Guérard des Lauriers (7 mai 1981), Moises Carmona et Adolfo Zamora (17 octobre 1981) fut le plus important – dont beaucoup à leur tour en ont consacré d’autres. Ces consécrations sont toutes illicites et schismatiques. Les facteurs menant à cette conclusion incluent les suivants, dont quelques-uns se rapportent seulement à certaines de ces consécrations et certains à toutes :

A suivre