Livre – Padre Pio : Un prêtre catholique qui faisait des miracles et portait les plaies de Jésus-Christ sur son corps

Padre Pio : Un prêtre catholique qui accomplissait des miracles et portait les plaies de Jésus-Christ sur son corps

Padre Pio : Un prêtre catholique qui faisait des miracles et portait les plaies de Jésus-Christ sur son corps

vaticancatholique.com

Par

Frère Michael Dimond, O.S.B.

 

Padre Pio était prêtre capucin franciscain ; il porta sur son corps, pendant plus de cinquante ans, les cinq plaies de Jésus-Christ de manière visible. Padre Pio fut également visionnaire, voyant, prophète, thaumaturge, confesseur, mystique, ascète et missionnaire dans le monde entier. [1]

Des centaines de livres et d’articles ont été écrits sur Padre Pio; de très nombreux articles sur sa personne ont paru dans de nombreux magazines, dont NewsweekTime, et The New York Times Magazine[2]

Par obéissance, Padre Pio montre ses stigmates en 1918
Par obéissance, Padre Pio montre ses stigmates en 1918
Une image de la main droite stigmatisée de Padre Pio prise durant la Messe
Une image de la main droite stigmatisée de Padre Pio prise durant la Messe
Chaussettes de Padre Pio tachées de sang
Chaussettes de Padre Pio tachées de sang
Chemise de Padre Pio tachée de sang
Chemise de Padre Pio tachée de sang
Aussitôt que les stigmates de Padre Pio ont été connues, de nombreuses personnes sont venues au monastère
Aussitôt que les stigmates de Padre Pio ont été connues, de nombreuses personnes sont venues au monastère
Photo du Couvent de Notre-Dame de la Grâce à peu près lorsque Padre Pio y vint en 1916
Photo du Couvent de Notre-Dame de la Grâce à peu près lorsque Padre Pio y vint en 1916

 

Padre Pio au confessionnal
Padre Pio au confessionnal
Padre Pio
Padre Pio
Padre Pio
Padre Pio

 

Padre Pio
Le corps de Padre Pio dans son cercueil, décédé le 23 septembre 1968. Son corps attend la Résurrection générale au jour du Jugement Dernier, à la fin du monde

 

Une photo de Gemma Di Gorgi, totalement aveugle jusqu'à l'âge de sept ans, du fait de l'absence de pupilles. Des ophtalmologues ont examinés ses yeux et ont déclaré qu'il est impossible qu'elle puisse voir sans pupille. Mais elle peux voir, grâce à la miraculeuse intercession de Padre Pio.
Une photo de Gemma Di Giorgi, totalement aveugle jusqu’à l’âge de sept ans, du fait de l’absence de pupilles. Des ophtalmologues ont examinés ses yeux et ont déclaré qu’il est impossible qu’elle puisse voir sans pupille. Mais elle peux voir, grâce à la miraculeuse intercession de Padre Pio.

L’événement des stigmates

 

Avoir les stigmates, c’est porter sur son corps les « marques ressemblant aux plaies du corps crucifié de Jésus-Christ ». [3] Dans l’histoire de l’Église catholique, seulement une soixantaine de cas de stigmates ont été reconnus. [4]

Padre Pio fut le premier prêtre de l’histoire de l’Église catholique à recevoir des stigmates visibles. Il porta ces stigmates apparents pendant plus de cinquante ans, et il perdit tellement de sang tout au long de ces années que, d’après la science médicale, il n’aurait normalement pas pu survivre aussi longtemps – et certainement pas cinquante ans. [5]

En réalité, Padre Pio portait déjà des stigmates invisibles depuis le 14 août 1910. [6] Il avait prié pour que ses stigmates restassent cachés aux yeux des hommes. [7] Pourtant, le 20 septembre 1918, alors qu’il rendait ses actions de grâces après la Messe, il reçut les stigmates visibles. Son Directeur spirituel lui donna l’ordre de décrire tout ce qui s’était passé ce jour-là. Voici ce qu’écrivit Padre Pio :

« … je vis apparaître devant moi un personnage mystérieux… du sang coulait de ses mains, de ces pieds et de son côté. Sa vue me terrifia… La vision du personnage disparaît et je m’aperçois que du sang coule de mes mains, de mes pieds et de mon côté. Imaginez le martyre que j’ai subi et que je continue de vivre presque chaque jour. [8] Du sang continue à couler de la plaie du cœur sans arrêt, notamment du jeudi soir jusqu’à samedi. Mon père, je meurs de douleur à cause de ce supplice et de la confusion qui règne dans mon âme… Je crierai fort devant lui et je ne cesserai de le supplier : dans sa miséricorde, qu’il éloigne de moi non le supplice ni la douleur ─ car j’en vois l’impossibilité et je veux m’enivrer de douleur ─ mais les marques externes qui sont pour moi source d’une humiliation insoutenable et indicible. » [9]

Ses stigmates consistaient en de très profondes blessures au centre de ses mains et de ses pieds, ainsi que sur le côté gauche de son corps. Ses mains et ses pieds étaient percés tout le long ; vous pouviez même voir la lumière à travers la membrane qui couvrait ses blessures. Il portait des mitaines aux mains (sauf pendant la Messe), et des bas autour des pieds. [10] Au fil des années, des milliers de personnes purent voir les blessures de Padre Pio exposées lors de ses Messes. [11] Le bandage situé sur sa blessure au côté s’imbibait de sang au cours de la nuit, et devait être changé le lendemain matin. Ses stigmates furent examinés à plusieurs reprises par des médecins. Ceux-ci étaient parvenus à la conclusion impartiale que ses blessures étaient inexplicables. Sans l’autorisation directe de ses supérieurs, personne n’avait le droit de voir les blessures. [12]

Le Dr. Bignami examina les blessures peu après que Padre Pio les eût reçues. Il déclara: « … Je ne comprends pas comment ces blessures ont persisté pendant près d’un an sans guérir ou empirer. » [13]

Ce qui corrobora la conclusion des médecins, à savoir que la présence des stigmates était inexplicable et miraculeuse, fut que Padre Pio avait subi des interventions pour une hernie et un kyste. Il avait guéri normalement après ces opérations, mais ses stigmates ne guérirent pas normalement. [14]Curieusement, même si les blessures aux mains de Padre Pio restaient souvent exposées à l’air libre, elles ne s’infectèrent pourtant jamais. Il perdait de sa plaie au côté l’équivalent d’une tasse de sang chaque jour, laquelle était toujours recouverte par un linge en lin. [15]

Un autre médecin, le Dr. Sanguinetti, déclara à un ami: « Si vous ou moi-même avions à supporter un dixième de la douleur dont souffre Padre Pio à cause de ses blessures, nous mourrions. » [16]

On demanda à Padre Pio pourquoi sa plaie au côté était placée à un endroit légèrement différent de celui où se trouvait la Plaie de Notre-Seigneur. Il répondit : « Ça serait trop pénible si elle était exactement comme celle du Seigneur. » [17] En plus des stigmates, Padre Pio endurait le couronnement d’épines et la flagellation presque une fois par semaine. [18]

Parfois, le sang autour des stigmates de Padre Pio dégageait un agréable parfum, « comme un mélange de violettes et des roses. » Un médecin ajouta : « Chacun devrait prendre en compte que, de toutes les parties de l’organisme humain, le sang est celle qui se décompose le plus rapidement. En tout cas, le sang ne dégage jamais une odeur agréable. » [19]

Ce parfum agréable et miraculeux se retrouvait également sur des objets qui appartenaient à Padre Pio, et sur certaines choses qu’il touchait. Certains fidèles de Padre Pio devinaient une senteur agréable de roses, de fleurs sauvages ou une odeur de fumée de cigare. Ils pensaient que les senteurs indiquaient sa présence, un avertissement ou un message quelconque.

Dans les archives du Couvent Notre-Dame de la Grâce, on trouve des quantités de témoignages de plus d’un millier de personnes différentes, qui avaient été déclarées malades sans espoir de guérison, mais qui furent guéries de maladies incurables et des effets de blessures invalidantes par l’intercession de Padre Pio. [20]

Padre Pio fut également à l’origine de très nombreuses conversions d’infidèles, d’athées et d’agnostiques ─ et de personnes qui prétendaient être catholiques, mais qui s’étaient toutefois grandement relâchées dans la pratique de la foi. [21]

L’enfance de Padre Pio

La mère de Padre Pio donna naissance à huit enfants, dont trois moururent à un très jeune âge. [22] Padre Pio naquit le 25 mai 1887, sous le nom de Francesco Forgione, et fut baptisé le jour suivant. [23] À l’âge de cinq ans, Francesco était extrêmement sensible aux sujets en rapport avec Dieu. À cette époque, il commençait à avoir des visions ─ des visions de choses saintes ainsi que des visions de choses hautement diaboliques. Ces horribles visions maléfiques l’effrayaient et le faisaient pleurer. [24] Francesco (Padre Pio) n’aimait pas sortir jouer avec les enfants de son âge, parce que, comme il le disait lui-même, « Ils ne sont pas honnêtes ; ils emploient un langage grossier et ils jurent. » [25]

Francesco était un enfant pensif et docile. À l’âge de cinq ans, il disait avoir déjà promis fidélité à saint François d’Assise ; à moins de neuf ans, sa mère découvrit qu’il avait essayé de dormir par terre sur le plancher dur et froid, avec une pierre pour oreiller. [26] Bien que n’étant qu’un enfant, c’était devenu une seconde nature pour Francesco, quand il était en présence de filles, de contrôler son regard avec pudeur, de garder la tête légèrement inclinée, d’agir de manière très réservée, et d’éviter toute familiarité avec elles. [27] Chaque nuit, la famille de Padre Pio récitait ensemble le Rosaire. Le Rosaire occupait une place spéciale dans leur maison. D’autres choses pouvaient être sacrifiées dans leur maison, mais pas le Rosaire. [28]

Une fois, toujours enfant, il vit une jeune fille qu’il connaissait en train de peiner à des travaux d’aiguille, pour coudre une bande sur une robe. Il lui dit : « Andrianella, aujourd’hui nous ne travaillons pas. C’est dimanche. » Montrant son agacement, la jeune fille lui répondit : « Petit garçon, tu es trop jeune pour parler comme ça. » Francesco la laissa un moment, puis revint avec une paire de ciseaux. Il saisit la bande travaillée et la découpa en morceaux. [29]

Lorsque Francesco Forgione (Padre Pio) eut quatorze ans (en 1901), on l’envoya faire ses études secondaires sous la direction d’Angelo Caccavo. En 1902, Caccavo assigna à Francesco la tâche d’écrire une dissertation intitulée « Si j’étais Roi. » Voici ce qu’écrivit Francesco Forgione à l’âge de 15 ans sur le thème de « Si j’étais Roi : »

« [Si j’étais Roi] je me battrais d’abord contre le divorce, que désirent tant d’hommes mauvais, et j’imposerais aux gens, autant que possible, le respect du sacrement du mariage. Qu’est-il arrivé à Julien l’Apostat, lui qui était brave, maître de lui-même et studieux, mais qui fit la grosse erreur de renier le Christianisme, dans lequel il avait été éduqué, simplement parce qu’il avait décidé de faire revivre le paganisme ? Sa vie fut gâchée parce qu’il n’obtint rien d’autre que l’ignoble nom d’apostat. » [30]

Le 6 janvier 1903, Padre Pio entra dans la vie religieuse en tant que moine capucin. [31] Sa santé était si mauvaise que son professeur de théologie lui dit : « Votre santé n’est pas bonne, donc vous ne pourrez jamais devenir prédicateur. Mes espoirs vous concernant sont que vous deveniez un grand et consciencieux confesseur. » [32] Cette déclaration fut prophétique, car elle allait être accomplie de manière incroyable. Padre Pio fut ordonné prêtre de l’Église catholique le 10 août 1910. [33]

Télécharger le livre 

  1. Confessions avec Padre Pio
  2. Padre Pio sur les modes modernes
  3. Padre Pio sur les péchés d’impureté
  4. L’influence de Padre Pio auprès des gens
  5. Padre Pio rend la vue aux aveugles
  6. Une fille sans pupilles voit !
  7. Une certaine Mme Dryden raconta comment Padre Pio fut impliqué dans la guérison de sa fille
  8. Les histoires personnelles au sujet de Padre Pio
  9. Bilocation de Padre Pio
  10. Padre Pio et ses relations avec les anges
  11. Padre Pio sur le Diable et les incroyables tortures que les démons lui infligaient
  12. Les souffrances de Padre Pio
  13. Padre Pio voulait être missionnaire ; la nourriture et le sommeil ; la prière et Padre Pio
  14. Padre Pio à propos de la Sainte Vierge et le Rosaire
  15. D’autres visions données à Padre Pio
  16. Padre Pio sur le purgatoire et le Ciel
  17. Padre Pio ne savait pas tout
  18. Padre Pio sur l’Église, son ordre, la justice de Dieu, le monde et les âmes qui sont condamnées à l’Enfer
  19. Padre Pio parle de la nécessité de la foi catholique, de la nécessité d’oeuvrer avec la foi, et d’autres religions et sectes
  20. Padre Pio sur la lecture spirituelle et ce qu’il a dit sur ceux qui recherchent l’extraordinaire
  21. Padre Pio sur le moyen d’aller au Ciel et les rares qui sont sauvés
  22. Padre Pio sur la foi ; Padre Pio dit qu’on ne doit plaire qu’à Dieu
  23. Padre Pio sur le monde et l’orgueil
  24. Padre Pio sur la messe et la réception de la Communion
  25. Dévotions particulières de Padre Pio
  26. Padre Pio sur le mariage
  27. Fin de vie de Padre Pio

Les Mythes sur Padre Pio (40 minutes)

PDF foicatholique.me :