Fraternité Saint Pie X (FSSPX) et Mgr Marcel Lefebvre exposés

   logo_fsspx

Sommaire

  • Les positions de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X (FSSPX)
  • L’antipape Benoît XVI dit personnellement que la FSSPX doit accepter Vatican II
  • Points importants concernant la revendication des partisans de la FSSPX – et ceux qui occupent des postes similaires – qu’ils vivent juste une vie catholique, assistent à la Fraternité Saint Pie X (ou une autre chapelle indépendante) et ne s’impliquent pas avec ces questions, comme le sédevacantisme
  • Réflexions rapides sur une possible réunion complète de la FSSPX avec la nouvelle église
  • FSSPX (Fraternité Saint Pie X) et Mgr Marcel Lefebvre exposés

  • Brève contre la Fraternité Saint Pie X
  • Donnez-nous la messe ; oublions la Foi
  • Ouvrir la communion avec l’Église de Vatican II
  • Marcel Lefebvre au bord de la position sédévacantiste
  • Tactiques malhonnêtes de la FSSPX
  • Sites schismatiques et hérétiques associés aux positions ou soutenant la FSSPX
    • .cathinfo.com
    • .traditio.com
    • .traditioninaction.org
  • Mgr Fellay
  • Mgr Williamson
  • Personnes soutenant les positions de la FSSPX : Pierre Hillard, Philippe Ploncard d’Assac, Arnaud de Lassus, Louis-Hubert Rémi (Amis du Christ Roi de France ACRF), etc.

 


La vérité sur la FSSPX, la FSSPX-CM, et des groupes similaires MP3 :

La FSSPX reconnait comme des papes valides les antipapes hérétiques et apostats de vatican 2 et se retrouve dans une position hérétique schismatique.

Voir Résistance traditionnelle – Ceux qui commencent à comprendre que Vatican 2 doit être rejeté.

 

Les positions de la Fraternité Saint-Pie X (FSSPX)

 » Nous sommes confrontés à un sérieux dilemme qui, je crois, n’a jamais existé dans l’Église : celui qui est assis sur la chaire de Pierre participe à l’adoration de faux dieux. Quelles conclusions nous aurons à tirer, peut-être dans le temps de quelques mois, face à ces actes répétés de prendre part à l’adoration de fausses religions, je ne sais pas. Mais je me le demande. Il est possible que nous soyons obligés de croire que le pape n’est pas le pape ». [1] (Mgr Lefebvre, sermon, Pâques, 1986)

[Note : Ce qui est dit dans ce chapitre ne s’applique pas seulement à la Fraternité Saint-Pie X, mais à de nombreux autres groupes à vocation similaire, indépendants « traditionalistes » qui résistent à l’apostasie Vatican II et la nouvelle messe en occupant des positions similaires à la FSSPX.]

La Fraternité Saint Pie X est une fraternité «traditionaliste» de prêtres fondée par le regretté Mgr Marcel Lefebvre. Lefebvre était un archevêque en France qui a résisté à beaucoup de choses sur la religion post-Vatican II, les reconnaissant comme des départs du catholicisme traditionnel. Il a reconnu que la nouvelle messe est protestante et opposée à la Tradition. Il s’est également opposé aux hérésies de «l’œcuménisme» et la liberté religieuse, qui ont été enseignées par Vatican II. Il a commencé des séminaires pour la formation des prêtres qui offriraient exclusivement la messe traditionnelle, et il les a ordonnés dans le rite traditionnel de l’ordination. Pour ce faire, il devait rester indépendant des antipapes de Vatican II, même s’il a continué à maintenir la position selon laquelle ils étaient des papes légitimes qui ont tenu la fonction de la papauté. Il était aussi indépendant de la communion de travail des «évêques» avaient suivi avec la nouvelle religion. Le 30 Juin 1988, Lefebvre a décidé (indépendamment des antipapes de Vatican II) de consacrer quatre évêques dans le rite traditionnel de la consécration épiscopale, de sorte que ces évêques pourraient continuer à ordonner des prêtres pour les rites traditionnels. Il a été « excommunié » par Jean-Paul II dans les 72 heures, même si (comme nous l’avons déjà discuté) aucun politicien pro-avortement de premier plan n’a encore été excommunié par l’un des antipapes de Vatican II.

La Fraternité Saint Pie X a de nombreux lieux de messe traditionnelle à travers le monde, et est un acteur majeur influençant et fournissant les sacrements pour ceux qui professent être des catholiques traditionalistes d’esprit. Nous tenons à souligner que la FSSPX a fait beaucoup de bonnes choses, elle a été un moyen par lequel beaucoup ont été mis en place pour revenir à la foi catholique traditionnelle. Cependant, dans divers domaines les positions de la FSSPX sont malheureusement hérétiques et contraires à la foi catholique. Tout d’abord, la FSSPX tient et enseigne que les âmes peuvent être sauvées dans les religions non-catholiques, ce qui est hérétique.

Père Schmidberger, Time Bombs du Concile Vatican II, Angelus Appuyez sur [FSSPX], p. 10 : «Mesdames et messieurs, il est clair que les adeptes d’autres religions peuvent être enregistrés dans certaines conditions, c’est-à-dire, si elles sont dans l’erreur invincible.  »

Mgr Marcel Lefebvre, Contre les hérésies, Angelus Appuyez sur [FSSPX], p.216 : «Évidemment, certaines distinctions doivent être faites. Les âmes peuvent être sauvées dans une religion autre que la religion catholique (le protestantisme, l’islam, le bouddhisme, etc.), mais pas par cette religion.  »

Ces déclarations constituent une hérésie flagrante contre le dogme Hors de l’Église point de salut; mais elles sont imprimées dans les meilleurs supports vendus de la FSSPX. En fait, presque tous les prêtres qui célèbrent encore la messe traditionnelle tiennent cette même hérésie.

Pape Grégoire XVI, Summo Iugiter studio (n° 2), 27 mai 1832 :  » Enfin, certains de ces gens égarés tentent de se persuader eux-mêmes et d’autres que les hommes ne sont pas uniquement sauvés dans la religion catholique, mais convaincre même que les hérétiques peuvent atteindre la vie éternelle. » [2]

Aussi, tout en résistant à l’apostasie Vatican II, la FSSPX maintient obstinément une allégeance aux «évêques» manifestement hérétiques de l’Eglise Novus Ordo / Vatican II, tel que mentionné ci-dessus. Dans le même temps, cependant, la FSSPX ne fonctionne pas en communion avec ce qu’elle appelle «la Nouvelle Église» – l’église Novus Ordo – l’église des « évêques » et des « papes » de Vatican II (qui sont en fait des antipapes). Leur position est une contradiction. C’est un affront à l’enseignement catholique sur trois chefs d’accusation :

1) Ils reconnaissent des hérétiques manifestes (les évêques Novus Ordo et les antipapes de Vatican II) en tant que catholiques qui possèdent l’autorité dans l’Église, ce qui est hérétique. Ils doivent reconnaître que ces évêques hérétiques sont hors de l’Église et n’ont aucune autorité du tout.

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 : «La pratique de l’Église a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient coutume de tenir à l’extérieur de la communion catholique, ET ÉTRANGER à l’Église, celui qui veut s’éloigner le moins du monde de n’importe quel point de la doctrine PROPOSÉE PAR L’AUTORITÉ DE SON MAGISTÈRE « .

Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, lib. II, cap. 30 :  » Enfin, les saints Pères enseignent à l’unanimité non seulement que les hérétiques sont hors de l’Église, mais aussi qu’ils sont » ipso facto privés de toute compétence et dignité ecclésiastique. »

Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, II, 30 : «Un pape qui est automatiquement un hérétique manifeste (en soi) cesse d’être pape et la tête, comme il cesse automatiquement d’être un chrétien et un membre de l’Église. C’est pourquoi, il peut être jugé et puni par l’Église. C’est l’enseignement de tous les anciens Pères qui enseignent que les hérétiques manifestes perdent immédiatement toute juridiction ».

 

2) La FSSPX opère obstinément en dehors de la communion avec la hiérarchie Novus Ordo, même si elle reconnaît qu’elle est la hiérarchie catholique. Il s’agit en fait de position schismatique. En fait, la FSSPX refuse courageusement la communion avec l’Eglise Novus Ordo (voir ci-dessous), même si elle reconnaît la hiérarchie Novus Ordo comme le véritable hiérarchie catholique !

Mgr Marcel Lefebvre, Déclaration d’août 1976 :  » Tous ceux qui entrent dans le schisme coopèrent à cette prise de conscience de ce bouleversement et adhérent à cette nouvelle Église conciliaire, comme Son Excellence Mgr Benelli l’a désigné, dans la lettre qu’il m’a adressée, au Saint-Père de nommer le 25 juin dernier. » (Cité dans Sacerdotium )

Père Franz Schmidberger, ancien Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X : « Nous n’avons jamais voulu appartenir à ce système qui s’appelle l’Eglise conciliaire, et s’identifie avec le Novus Ordo Missae … Les fidèles ont en effet un droit strict à savoir que les prêtres qui les servent ne sont pas en communion avec l’église de la contrefaçon « .(Cité dans Sacerdotium)

L’Angélus, la publication officielle de la Fraternité Saint-Pie X (FSSPX), mai 2000 : «Ce courant de renouvellement a donné naissance à une nouvelle église dans le sein de l’Église catholique, ce qui Mgr. Benelli a appelé lui-même « l’église conciliaire», dont les limites et les chemins sont très difficiles à définir … C’est dans cette église conciliaire qu’est notre résistance. Nous ne refusons pas notre adhésion au Pape en tant que telle, mais à cette église conciliaire, car ses idées sont étrangères à celles de l’Église catholique ». [3]

Refuser la communion avec l’Église Novus Ordo et non avec le chef de l’Ordo Eglise Novus, c’est comme dire que l’on refuse la communion avec le Parti communiste, mais pas avec la tête du Parti communiste ! C’est une contradiction.

En outre, par sa reconnaissance des « papes » et «évêques» de Vatican II comme étant la hiérarchie catholique, la FSSPX est en communion avec cette « Église de contrefaçon ». Dans le même temps, la FSSPX est en schisme avec cette « Église de contrefaçon» parce qu’elle refuse ouvertement la communion avec les membres de l’Église, comme nous le voyons ci-dessus. (Si cela semble contradictoire, c’est parce ça l’est.) Cette position est schismatique.

Code de droit canonique 1917, Canon 1325, 2,  : «Celui qui après le baptême … rejette l’autorité du Souverain Pontife ou refuse la communion avec les membres de l’Église qui sont soumis à lui, est un schismatique. « 

Saint Ignace d’Antioche, Lettre aux Tralliens, (110) : «Celui qui est dans le sanctuaire est pur, mais celui qui est à l’extérieur du sanctuaire n’est pas pur. En d’autres termes, toute personne qui agit sans l’évêque et le presbytère et les diacres n’a pas la conscience tranquille « . [4]

Depuis des décennies, la FSSPX a travaillé obstinément en dehors de la communion avec les « évêques » et les « papes » qu’elle estime constituer la hiérarchie catholique. La position est schismatique.

Saint-Jérôme, Commentaires sur l’épître à Tite, (386) : «Entre l’hérésie et le schisme, il y a une distinction, l’hérésie implique une doctrine perverse, tout schisme sépare de l’Église en raison de désaccord avec l’évêque. » [5]

 

3) La Fraternité estime que l’Eglise catholique est devenue une «nouvelle église», une secte moderniste – une secte non-catholique, qui est en proie à l’hérésie et l’apostasie – ce qui est impossible. L’Église est l’Épouse immaculée du Christ, qui ne peut pas enseigner officiellement l’erreur.

Pape Pie XI, Mortalium Animos (n° 10), 6 janvier 1928 : «Pendant les siècles, l’Épouse mystique du Christ n’a jamais été contaminée, ni peut-elle jamais à l’avenir être contaminée, comme Cyprien témoigne :« L’Epouse du Christ ne peut pas être faire défaut de son époux : elle est intact et modeste. Elle … garde le caractère sacré de la chambre nuptiale chastement et modestement ». [6]

Le pape Pie XI, Quas Primas (n° 22), 11 décembre 1925 : «Pas moins parmi les bénédictions qui ont résulté de l’honneur public et légitime payé à la Sainte Vierge et des saints est l’immunité parfaite et perpétuelle de l’Eglise de l’erreur et l’hérésie ». [7]

Le pape Pie IX, Concile Vatican I, Session 4, chap. 4, ex-cathedra : «… en sachant très bien que le Siège de Saint-Pierre reste toujours intact de toute erreur, selon la promesse divine de notre Seigneur le Sauveur faite au chef de ses disciples : «J’ai prié pour toi [Pierre], afin que ta foi ne défaille pas, et toi, étant une fois converti, affermis tes frères » (Lc 22,32).  » [8]

Par exemple, la FSSPX rejette même les canonisations solennelles des « papes » de Vatican II. Cette position est terriblement schismatique, car elle affirme qu’un vrai pape et l’Église catholique ont officiellement commis une erreur en canonisant des saints.

Saint Alphonse de Liguori, le grand moyen de salut et de la perfection, 1759, p. 23 : « Supposer que l’Église peut se tromper en canonisation, est un péché, ou est l’hérésie, selon saint Bonaventure, Bellarmin, et d’autres, ou du moins à côté de l’hérésie, selon Suarez, Azorius, Gotti, etc , parce que le Souverain Pontife, selon saint Thomas, est guidé par l’influence infaillible du Saint-Esprit d’une manière particulière dans la canonisation des saints »[9].

Le pape Benoît XIV : « Si quelqu’un a osé affirmer que le Pontife avait commis une erreur dans telle ou telle canonisation, nous dirons qu’il est, sinon un hérétique, au moins téméraire, un donneur de scandale pour l’Église tout entièreun insulteur des saints, un favori de ces hérétiques qui nient l’autorité de l’Église dans la canonisation des saints, un savourant d’hérésie en donnant aux incroyants une occasion de se moquer des fidèles, l’asserteur d’une opinion erronée et un responsable des sanctions très graves « . [10]

Puisque beaucoup ont une grande estime pour la FSSPX, ils ont été amenés dans la même position schismatique. Toutes ces fausses positions sur la situation post-Vatican II sont le résultat de la réticence de la FSSPX à voir la vérité selon laquelle la secte Vatican II est une église de contrefaçon de haut en bas, et que les « papes » post-Vatican II sont en fait des antipapes invalides .

 

Certaines déclarations très intéressantes de Mgr Lefebvre exprimant son point de vue selon lequel les « papes » de Vatican II pourraient ne pas être des papes valides

Peu importe combien est intenable leur position actuelle – ni comment elle efface les preuves en faveur de la position sédévacantiste – la FSSPX continue (même à ce stade avancé l’apostasie de Vatican II) de publier des livres et des tracts qui attaquent la position sédévacantiste. Ils ne réalisent pas que le fondateur de leur société, Mgr Lefebvre, a fait de nombreuses déclarations qui ont démontré qu’il était sur le point de prendre la position sédévacantiste dans les années 1970 et 1980. Ces citations devraient être connues par les membres de la Fraternité Saint-Pie X.

Mgr Lefebvre, le 4 août, 1976 : «Le Concile [Vatican II] a tourné le dos à la tradition et a rompu avec l’Église du passé. C’est un concile schismatique … Si nous sommes certains que la foi enseignée par l’Eglise depuis vingt siècles ne peut contenir aucune erreur, nous sommes beaucoup moins certain que le pape est vraiment pape. L’hérésie, le schisme, l’excommunication ipso facto, ou l’élection invalide sont tous des causes qui peuvent éventuellement signifier que le pape n’a jamais été pape, ou n’est plus pape … Parce que finalement, depuis le début du pontificat de Paul VI, la conscience et la foi de tous les catholiques ont été confrontées à un grave problème. Comment est-ce que le pape, le vrai successeur de Pierre, qui est assuré de l’aide du Saint-Esprit, peut officier à la destruction de l’Eglise – la plus radicale, rapide et généralisée de son histoire – quelque chose qu’aucun hérésiarque n’a jamais réussi à atteindre ?  » [11]

Mgr Lefebvre, Sermon, le 29 août, 1976 : « Le nouveau rite de la Messe est un rite illégitime, les sacrements sont des sacrements illégitimes, les prêtres qui viennent des séminaires sont des prêtres illégitimes …  » [12]

Mgr Lefebvre, Rencontre avec Paul VI, le 11 sept., 1976 : « [Le document de Vatican II sur la liberté religieuse] contient des passages qui sont mot pour mot, contraires à ce qui a été enseigné par Grégoire XVI, et Pie IX.  » [13]

Mgr Lefebvre, Sermon, 22 février 1979 : «Dans la mesure où il est opposé à la Tradition, nous rejetons le Concile [Vatican II]. » [14]

Mgr Lefebvre, sermon, Pâques, 1986 : «C’est la situation dans laquelle nous nous trouvons. Je ne l’ai pas créé. Je voudrais mourir pour la faire disparaître ! Nous sommes confrontés à un sérieux dilemme qui, je crois, n’a jamais existé dans l’Église : celui qui était assis sur la chaire de Pierre prend part à l’adoration de faux dieux. Quelles conclusions nous aurons à tirer, peut-être dans le temps de quelques mois, face à ces actes répétés de prendre part à l’adoration de fausses religions, je ne sais pas. Mais je me le demande. Il est possible que nous soyons obligés de croire que le pape n’est pas le pape. Parce qu’il me semble d’abord – je ne veux pas encore le dire solennellement et publiquement – qu’il est impossible pour un pape d’être publiquement et formellement hérétique. « [15]

Mgr Lefebvre, Sermon, le 27 août 1986 :  » Celui qui siège maintenant sur le trône de Pierre se moque publiquement du premier article du Credo et du premier commandement du Décalogue [Les Dix Commandements]. Le scandale donné aux catholiques ne peut pas être mesuré. L’Eglise est ébranlée dans ses fondements ». [16]

Mgr Lefebvre, Sermon 28 octobre, 1986 : « Jean-Paul II a encouragé les fausses religions à prier leur dieu faux : il s’agit d’une humiliation sans précédent et intolérable à ceux qui restent catholique …  » [17]

Mgr Lefebvre, Rencontre avec le « Cardinal » Ratzinger, le 14 Juillet 1987 : «S’il y a un schisme, c’est à cause de ce que le Vatican a fait d’Assise … être excommunié par l’Église libérale, œcuménique, et révolutionnaire nous est indifférent ». [18]

Mgr Lefebvre, Réunion avec le « Cardinal » Ratzinger, le 14 Juillet 1987 : « Rome a perdu la foi. Rome est dans l’apostasie « . [19]

Mgr Lefebvre, le 29 août 1987 : « Le Siège de Pierre et les postes d’autorité dans Rome sont occupés par les anti-christs, la destruction du Royaume de notre Seigneur est en cours de mise en œuvre rapidement … C’est ce qui a attiré sur notre têtes la persécution par la Rome des antéchrists». [20]

Mgr Lefebvre, Déclaration remise à la presse avant les consécrations épiscopales, 1988 : « L’Église tient toute communion avec les fausses religions et l’hérésie … dans l’horreur … Pour sauvegarder le sacerdoce catholique qui perpétue l’Église et non une Église adultère, il doit y avoir des évêques catholiques ». [21]

Mgr Lefebvre, parlant des dirigeants de la secte Vatican II : « Nous ne pouvons pas travailler avec ces ennemis du règne de notre Seigneur. « [22]

Mgr Lefebvre, parlant des dirigeants de la secte Vatican II : « Nous ne pouvons pas suivre ces personnes. Ils sont dans l’apostasie, ils ne croient pas en la divinité de notre Seigneur Jésus-Christ qui doit régner. A quoi sert d’attendre ? Faisons la consécration ! « [23]

 

Certains points les plus importants concernant les positions de la FSSPX résumés brièvement

Mgr Fellay de la FSSPX rejette le dogme catholique par l’enseignement selon lequel les hindous peuvent être sauvés.

Mgr Bernard Fellay, Conférence à DenverCo. 18 février 2006 : «… Et l’Eglise a toujours enseigné que vous avez des gens qui seront dans les cieux, qui sont en état de grâce, qui ont été sauvés sans connaître l’Église catholique. Nous le savons. Et pourtant, comment est-ce possible si vous ne pouvez être sauvés en dehors de l’Église ? Il est absolument vrai qu’ils seront sauvés par l’Eglise catholique, car ils seront unis au Christ, au Corps mystique du Christ, qui est l’Eglise catholique. Ce sera, toutefois, restant invisibles, car ce lien visible est impossible pour eux. Considérons un hindou au Tibet qui n’a aucune connaissance de l’Eglise catholique. Il vit selon sa conscience et les lois que Dieu a mis dans son cœur. Il peut être en état de grâce, et s’il meurt dans cet état de grâce, il ira au ciel.  » (L’Angélus, « Une conférence entendu autour du monde », Avril 2006, p. 5.)

 

La FSSPX rejette « la canonisation » par Jean-Paul II de Josémaria Escriva, révélant ainsi son schisme.

Père Peter Scott, le 1er nov. 2002 du séminaire de Holy Cross de la FSSPX en Australie :  » Un exemple typique en est la canonisation honteuse et très discutable de Mgr Josémaria Escriva de Balaguer le 6 Octobre dernier … Après avoir souligné que le processus était non canonique et malhonnête, ils avaient ceci à dire : « Elle (la canonisation) offensera DieuElle va tacher l’Église pour toujours. Il faudra être à l’écart des saints de leur sainteté spéciale. Elle met en cause la crédibilité de tous les canonisations faites pendant votre papauté. Elle sapera à l’avenir l’autorité de la papauté »… Leur lettre s’avérera certainement prophétique, pour le temps, ils seront reconnus pour être juste dans leur évaluation concernant Escriva … Pour toutes les raisons qu’ils donnent, nous pouvons peut-être examiner cette «canonisation» comme une déclaration papale infaillible valide. Nous espérons qu’il est dans les cieux, mais nous ne pouvons pas éventuellement considérer comme un saint ce héraut de Vatican II …  » (SUD SENTINEL – N ° 3 – Novembre 2002)

Comme ils reconnaissent que Jean-Paul II était un vrai pape, mais rejetent sa « canonisation » solennelle, c’est clairement schismatique.

 

Mgr Richard Williamson de la FSSPX dit que Jean-Paul II était un «homme bon» et dit que la religion de la FSSPX n’est pas la même que celle des « papes » de Vatican II, il le reconnaît !

« R. Mgr Williamson : J’ai été un peu surpris, d’abord, parce que certaines personnes avaient dit qu’il n’était pas vraiment dans la course. Après cela, pour vous dire la vérité honnête, je ne m’attends pas à une grande partie de Rome telle qu’elle est. Ils sont allés trop loin dans la « nouvelle religion », et la « nouvelle religion » est trop radicalement différente et éloignée de la vraie religion. Rome est Rome, cependant, et je crois qu’ils sont les papes, et il y a les cardinaux, et c’est là que la structure officielle de l’Eglise se trouve. Mais, je le crains, pour la défense de la foi, que  vous devrez attendre un événement grave pour secouer Rome et / ou conduire les cardinaux  fidèles ailleurs de Rome pour recommencer. J’ai peur que Rome soit trop profondément dans les mains des ennemis de Dieu ». [24]

Mgr Williamson de la FSSPX déclare hardiment qu’il n’a pas la même religion que le «pape» et les «évêques», mais  il reconnaît que c’est la hiérarchie catholique ! Voilà, Mesdames et Messieurs, résumée la position de la FSSPX complètement ridicule, qui est (par manque d’une meilleure description) si obstinément incompatible avec ce dont elle est correctement étiquetée, schismatique THÉOLOGIQUEMENT À VOMIR.

Le pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 22) : «Ainsi donc, comme dans la vraie communauté chrétienne, il y a un seul corps, un seul Esprit, un seul Seigneur, et un seul baptême, donc il ne peut y avoir qu’une seule foi . Et par conséquent, si un homme refuse d’entendre l’Église qu’il soit considéré – comme le Seigneur commande – comme un païen et un publicain. Il s’ensuit que ceux qui sont divisés dans la foi ou le gouvernement ne peuvent pas vivre dans l’unité d’un tel corps, ni ne peuvent vivre la vie de son seul Esprit Divin ». [25]

 

Mgr Tissier de Mallerais de la FSSPX rejette le concept de communion ecclésiale et dit que Benoît XVI a enseigné des hérésies.

« R. Mgr Tissier de Mallerais : «Tout d’abord, je ne suis pas familier avec ce texte. Je ne sais pas. Il n’est pas intéressant pour moi que je suive de telles nouvelles. Ce n’est pas le problème ici. Le problème est que ce n’est pas l’idée stupide de «communion» avec ces évêques depuis Vatican II. Il n’y a pas un problème de la communion, il y a un problème de profession de foi. La «communion» n’est rien, c’est une invention du Concile Vatican II. L’essentiel est que ces gens (les évêques) n’ont pas la foi catholique. La «communion» ne signifie rien pour moi – c’est un slogan de la nouvelle église. La définition de la nouvelle Église est «communion», mais elle n’a jamais été la définition de l’Église catholique. Je ne peux vous donner la définition de l’Église comme elle a été entendu traditionnellement « .

« R. Mgr Tissier de Mallerais : C’était quand il était prêtre. Quand il était un théologien, il professait des hérésies, il a publié un livre plein d’hérésies … Oui, bien sûr. Il a un livre intitulé Introduction au christianisme, c’était en 1968. C’est un livre plein d’hérésies. Surtout la négation du dogme de la Rédemption « . [26]

Le pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 10), 29 juin 1896 : « Pour cette raison, comme l’unité de la foi est la nécessité de l’unité de l’Eglise, dans la mesure où c’est le corps des fidèles, de même aussi pour cette même unité, dans la mesure où l’Eglise est une société divinement constituée, l’unité de gouvernement, dont les effets et implique l’unité de la communion, est nécessaire jure divino (par la loi divine). » [27]

Il est logique que la FSSPX (ou, au moins Mgr Tissier de Mallerais) ne veuille pas croire à la notion d’être en communion avec tous dans l’Église. « La Communion ne signifie rien pour moi», dit Mgr Tissier de Mallerais. Oui, nous pouvons tous voir que c’est très bien. Ainsi il ne croit pas en elle, refusant la communion avec la hiérarchie et les membres de ce qu’il estime être l’Eglise catholique, mais ce n’est évidemment pas une conscience des problèmes.

 

La Société des livres de saint Pie X des questions les plus posées sur la Fraternité Saint-Pie X dit que les « papes » de Vatican II ne peuvent pas enseigner infailliblement

Plus aux questions sur la Fraternité Saint-Pie X, Question 7 : Mais ne devrions-nous pas suivre Jean-Paul II, pp 38-40 :  » Le Pape est infaillible principalement en matière de foi et de morale, et secondairement en matière de discipline (lois pour l’Église universelle, canonisations, etc) dans la mesure où celles-ci impliquent la foi et la morale (cf. Principe 4), puis seulement en imposant un enseignement définitif de tous les temps.

 » Maintenant « infaillible » signifie immuable et irréformable (principe 6), mais, la marque des papes conciliaires, comme les modernistes, c’est un esprit d’évolution. Dans quelle mesure ces esprits peuvent vouloir irreformablement définir ou imposer absolument ? Ils ne le font pas et, en fait, ils ne peuvent pas … » (Mgr Lefebvre, Écône, le 12 Juin 1984.) Cf. Question 15, n. 3. (Angelus Press, 1997)

La Fraternité Saint-Pie X ne rappeler pas simplement ici que Jean-Paul II ne remplissait pas les exigences de parler infailliblement; la FSSPX (écrit sous le règne de Jean-Paul II) a déclaré qu’il (l’homme qu’ils considéraient comme le vrai pape ) ne peut pas parler infailliblement.

Pour ceux qui ont une raison quelconque ne pas saisir l’impact de cette déclaration par la FSSPX, nous nous permettentons de le résumer : la FSSPX souligne à juste titre que l’enseignement infaillible par un pape sur la foi ou la morale est irréformable, comme je l’a déclaré Vatican I. Mais selon la FSSPX, les « papes » de Vatican II sont ces modernistes qui croient en l’évolution de la doctrine, ils ne croient pas que tout est irréformable. Ainsi, selon la FSSPX, même s’ils sont des papes valides, les « papes » post-conciliaires NE PEUVENT PAS enseigner infailliblement ! Il s’agit d’un rejet du dogme de l’infaillibilité papale.

Le pape Pie IX, Concile Vatican I, 1870, Session 4, chap. 4 : «… le Pontife romain, lorsqu’il parle ex cathedra [de la Chaire de Pierre], c’est à dire lorsque dans l’exercice du devoir de pasteur et docteur de tous les chrétiens en accord avec son autorité apostolique suprême, il explique une doctrine de la foi ou de la morale àqui doit être tenue par l’Église universelle … fonctionne avec cette infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que son Eglise soit chargée dans la définition de la doctrine de la foi et de la morale … Mais si quelqu’un prétend contredire cette définition qui est la nôtre, qui peut interdire Dieu : qu’il soit anathème. » [28]

Par définition, un pape est l’évêque de Rome qui possède juridiction suprême dans l’Église et qui peut enseigner infailliblement, s’il remplit les conditions requises. S’il est incapable de parler infailliblement, il n’est donc pas un pape valide !

Toutes ces positions schismatiques et hérétiques (par exemple, le rejet par la FSSPX des «canonisations» proclamées par leur «pape») et les perversions de l’Office du Pape, sont le résultat de l’échec de la FSSPX à voir la vérité de la position sédévacantiste (c’est à dire, que les « papes » de Vatican II ne sont pas papes du tout, mais des antipapes).

 

L’antipape Benoît XVI dit personnellement que la FSSPX doit accepter Vatican II

Dans sa conférence à Denver en 2006 (réalisé dans un article de L’Angélus ), Mgr Fellay de la FSSPX a mentionné un point très important. Il a admis que, lors de sa rencontre personnelle avec l’antipape Benoît XVI, il est très clair pour lui que la FSSPX doit accepter Vatican II.

Mgr Bernard Fellay, Conférence à Denver 18 février 2006 : «Puis il [Benoît XVI] est allé au deuxième niveau. Et il a dit que le deuxième niveau est l’acceptation du Concile … Le Pape a clairement indiqué dans les mots qu’il a utilisés lors de l’audience, que pour lui, il est impossible d’accepter quelqu’un dans l’Église, au moins, disons, dans sa façon moderne de voir l’Église, qui n’accepterait pas le Concile. Il a été très clair. Quand j’ai entendu ces mots là-bas, et en particulier un mot après, pour moi, le grand combat que nous aurons sous ce pontificat sera le combat sur le Concile « . [29]

Combien de fois cela sera t-il à prouver ? Les faux traditionalistes doivent abandonner leur position impossible, selon laquelle il est acceptable de rejeter Vatican II et d’accepter les « papes » de Vatican II comme légitime. Ils doivent rejeter Vatican II et les antipapes non-catholiques qui sont défaillants.

 

Points importants concernant la revendication des partisans de la FSSPX – et ceux qui occupent des postes similaires – qu’ils vivent juste une vie catholique, assistent à la Fraternité Saint Pie X (ou une autre chapelle indépendante) et ne s’impliquent pas avec ces questions, comme le sédévacantisme

Nous entendons souvent des personnes, notamment les partisans de la FSSPX, qui ne sont que des laïcs qui ne peuvent pas s’impliquer dans ces questions théologiques, comme la question sédévacantiste. Ils vont juste à la messe de la Fraternité Saint Pie X, les soutenir et essayer d’être bons, des gens spirituels qui vivent la foi. C’est la réponse de nombreux partisans de la FSSPX lorsqu’ils sont confrontés à des arguments sédévacantistes.

Bon, si c’est le cas – si vous n’avez pas le pouvoir de vous impliquer dans ces questions et que vous êtes juste un « simple profane qui va à la messe » et qui essaie de vivre la foi catholique – alors vous n’avez pas le droit d’assister aux CHAPELLES FSSPX OU D’AUTRES INDÉPENDANTES.

SI VOUS ÊTES trop simple pour « vous FIGURER ce genre de choses » ET QUE VOUS NE POUVEZ PAS PARTICIPER à ces questions – si c’est votre POSITION (à Dieu ne plaise) – alors, logiquement, vous auriez simplement à accepter VOTRE ÉGLISE LOCALE du Novus Ordo, PASSER À LA NOUVELLE MESSE ET ACCEPTER VATICAN II, qui est la religion APPROUVÉE PAR « L’ÉVÊQUE » LOCAL du Novus Ordo. Mais «non», le soi-disant « simple » laïque qui «va juste à la FSSPX et essaie de vivre une bonne vie» et ne veut pas s’impliquer dans ces questions tout d’un coup s’implique dans les questions et devient un «théologien». Il « sait » qu’il ne peut pas accepter la nouvelle messe et sa religion du Novus Ordo locales. Il se condamne ainsi de sa propre bouche, réfute son propre argument et montre son hypocrisie comme de « s’impliquer » où il veut s’impliquer.

La ligne de fond est que si l’on peut accepter la religion nouvelle et la messe Vatican II et sauver son âme, alors il n’y a aucune justification d’aller à une chapelle indépendante ou de la FSSPX. Ce n’est q’une question de préférence, dans ce cas. Mais si l’on tient que la foi oblige à rejeter la nouvelle messe et la religion de Vatican II comme quelque chose qui va causer la perte de son salut (ce qui est la vérité), alors l’église locale et la nouvelle messe (et les autorités qui les ont imposé) ne peuvent pas représenter l’Église catholique. Cela conduit inéluctablement à la position sédévacantiste, car la Sainte Église Catholique ne nous conduit pas à l’enfer.

Tout cela nous montre, espérons, encore que la seule position catholique est, bien sûr, la position sédévacantiste, et que toutes les autres positions de faux traditionalistes sont incompatibles avec la doctrine catholique. Ainsi la FSSPX favorise des positions hérétiques qui sont incompatibles avec la doctrine catholique, et aucun catholique ne peut assister à leurs Églises, recevoir d’eux les sacrements ou les soutenir financièrement, sous peine de péché mortel.

Le pape Innocent III, Concile de Latran IV, 1215 : « En outre, nous déterminons à soumettre à l’excommunication les croyants qui reçoivent, défendent, ou soutiennent les hérétiques ». [30]

 

Réflexions rapides sur une possible réunion complète de la FSSPX avec la nouvelle église

Au moment où ce livre est en cours de finalisation (2007), il y a une question concernant la FSSPX qui entrerait en pleine communion avec la secte Vatican II, en échange de l’autorisation plus large de l’antipape Benoît XVI pour la messe en latin et une possible levée des excommunications contre leur société. Si cela se produit, cela représentera une vente complète de la FSSPX à la contre-Église. Benoît XVI, en étant guidé par le diable, est bien conscient qu’à ce stade, l’apostasie de la secte Vatican II est si bien en place, et que presque tous les prêtres ne sont pas valides car ils ont été ordonnés dans le Nouveau Rite de Paul VI, qu’il peut se permettre de faire des concessions à des groupes traditionalistes d’esprit afin de les attirer de nouveau dans la contre-Église dans laquelle ils nieront complètement le Christ par la pleine acceptation de la nouvelle religion et de choses comme une « canonisation » de l’apostat Jean-Paul II.

Si Benoît XVI fait une affaire de ce type avec la FSSPX, ne vous y trompez pas, ce sera un mouvement tactique du diable pour tenter de tromper les traditionalistes à ce stade tardif de la grande apostasie. Si cela se produit, nous pensons qu’il entraînerait la rupture de la FSSPX en factions pro et factions contre la réunion complète avec la contre-Église.

__________________

Notes :

[1] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 536.

[2] Les encycliques papales , par Claudia Carlen, Raleigh: Le Pierian Press, 1990, vol.1 (1740-1878), p. 229.

[3] L’Angélus , Angelus Press, mai 2000, p. 21.

[4] Jurgens, La Foi des premiers Pères , Collegeville, MN: Le liturgique Press, 1970, vol. 01:50.

[5] Jurgens , La Foi des premiers Pères, Vol. Un 2:1371.

[6] Les encycliques papales , vol. 3 (1903-1939), p. 317.

[7] Les encycliques papales , vol. 3 (1903-1939), p. 275.

[8] Denzinger, Les Sources du dogme catholique , B. Herder livre. Co., trentième édition, 1957, 1836.

[9] Saint Alphonse de Liguori, le grand moyen de salut et de la perfection , 1759, p.23.

[10] Cité par Tanquerey,  » Synopsis Theologiae Dogmaticae Fundamentalis « (Paris, Tournai, Rome: Desclée, 1937), nouvelle édition ed. par JB Bord, Vol. I, p. 624, note 2.

[11] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 487.

[12] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 489.

[13] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 492.

[14] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 501.

[15] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 536.

[16] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , pp 537, 623.

[17] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 537

[18] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 547.

[19] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 548.

[20] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , pp 549, 625.

[21] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 561.

[22] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 548.

[23] Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre , p. 549.

[24] Entretien avec Le Reste question, le 15 mai 2005.

[25] Les encycliques papales, vol. 4 (1939-1958), p. 41.

[26] Interview imprimé dans The Remnant, Lake Forest, MN.

[27] Les encycliques papales, vol. 2 (1878-1903), p. 396.

[28] Denzinger 1839.

[29] L’Angélus , « Une conférence entendu autour du monde », Avril 2006, p. 15.

[30] Les décrets des conciles œcuméniques, Sheed & Ward et Georgetown University Press, 1990, Vol. 1, p. 234.

 

FSSPX (Fraternité Saint Pie X) et Mgr Marcel Lefebvre exposés

La Fraternité Saint-Pie X (communément connue sous le nom de FSSPX) est une société dite sacerdotale auto-proclamée catholique traditionnelle, fondée en 1970 par « l’archevêque » Marcel Lefebvre en France. Le but de la société est de fournir des prêtres qui, selon eux, respectent le catholicisme traditionnel et «orthodoxe», libre de toute association avec les doctrines hérétiques, néo-modernistes qui, par des influences extérieures, sont devenues proéminentes à la suite du Concile Vatican II.

Beaucoup de sédévacantistes considèrent la FSSPX comme étant dans le schisme de la secte Vatican II en reconnaissant sa hiérarchie comme catholiquement valide. La FSSPX considère aussi les antipapes du Concile Vatican II  comme « vrais » papes dans ses déclarations publiques, même si elle considère que de nombreux dirigeants de Vatican II sont, en tant qu’individus, dans l’erreur. Donc, la FSSPX opère obstinément en dehors de la communion avec la hiérarchie Novus Ordo, même si elle la reconnaît comme une hiérarchie véritable et catholique. Il s’agit en fait de schisme.

Mgr Marcel Lefebvre, Déclaration d’août 1976 : « Tous ceux-là entrent dans le schisme qui coopèrent dans cette réalisation de ce bouleversement et adhèrent à cette nouvelle Église Conciliaire, comme Son Excellence Mgr Benelli l’a désigné dans la lettre qu’il m’a adressée au nom du Saint-Père le 25 juin « . (Cité dans Sacerdotium)

Père Franz Schmidberger, ancien Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X : « Nous n’avons jamais voulu appartenir à ce système qui s’appelle l’Eglise conciliaire, et s’identifie avec le Novus Ordo Missae … Les fidèles ont en effet un droit strict de savoir que les prêtres qui les servent ne sont pas en communion avec l’église de contrefaçon « . (Cité dans Sacerdotium)

L’Angélus, la publication officielle de la Fraternité Saint-Pie X (FSSPX), mai 2000 : «Ce courant de renouvellement a donné naissance à une nouvelle église dans le sein de l’Eglise catholique, dans ce que Mgr Benelli a appelé lui-même « l’église conciliaire, dont les limites et les chemins sont très difficiles à définir …» C’est en cette église conciliaire qu’est notre résistance. Nous ne refusons pas notre adhésion au Pape en tant que telle, mais à cette église conciliaire, pour ses idées qui sont étrangères à celles de l’Église catholique.  » (L’Angélus, Angelus Press, mai 2000, p. 21)

Après la consécration controversée par Marcel Lefebvre de quatre évêques en 1988, la Congrégation de Vatican II lui a soi-disant déclaré les évêques « excommuniés automatiquement », une déclaration confirmée par Jean-Paul II, qui avait tenté en vain de parvenir à une réconciliation alors avec l’aide du Cardinal Joseph Ratzinger .

En 1988, Mgr Lefebvre et Mgr Antonio de Castro Meyer ont consacré quatre évêques à Ecône, en Suisse, en 1988 (les évêques Bernard Fellay, Bernard Tissier de Mallerais, Richard Williamson et Alfonso de Galarreta) en opposition à la secte Vatican II ; en réponse, l’Eglise Vatican II a fait semblant de les excommunier (cependant les hérétiques ne peuvent pas excommunier quiconque et des hérétiques sont déjà excommuniés automatiquement de l’Église), qui, selon eux plus tard sera annulée sous Joseph Ratzinger.

Existant dans une soixantaine de pays à ce jour, la FSSPX se réclame de la doctrine catholique authentique et célèbre la messe traditionnelle en latin selon le missel promulgué par Angelo Roncalli (Jean XXIII) en 1962.

Bien qu’ils n’aient pas la première société telle, la FSSPX et la personnalité de Mgr Lefebvre sont devenues, aux yeux du plus grand nombre, les porte-drapeaux de la «tradition catholique», de la résistance aux innovations diaboliques et maléfiques du Concile Vatican II et en est l’esprit dans la période d’après.

C’est en grande partie à cause de la FSSPX (et d’autres sociétés traditionalistes) que la secte Vatican II a répondu en créant ses propres sociétés traditionnelles pour débaucher les membres et pour les placer sous son contrôle, telles que la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre et la Fraternité Saint-Vincent Ferrier. Il y a eu des ruptures de la FSSPX au fil des ans comme la Société Saint-Pie V (ou SSPV).

Marcel Lefebvre

Marcel François Marie Joseph Lefebvre (29 novembre 1905-mars 1991) était un français «catholique»  romain traditionnel et soi-disant archevêque qui a résisté à beaucoup de choses sur la religion post-Vatican II, les reconnaissant comme des éloignements du catholicisme traditionnel. Il a reconnu la nouvelle messe être protestante et opposée à la Tradition. Il s’est également opposé aux hérésies du faux œcuménisme et de la liberté religieuse, qui ont été enseignée à Vatican II. Il a commencé des séminaires pour la formation des prêtres qui offriraient exclusivement la messe traditionnelle, et il les a ordonnés dans le rite traditionnel de l’ordination. Pour ce faire, il devait rester indépendant des antipapes de Vatican II, même s’il a continué à garder la position selon laquelle ils étaient des papes légitimes qui tenaient la fonction de la papauté. Il était également indépendant de la communion de travail avec des soi-disants évêques qui ont suivi la nouvelle religion. En 1970, Lefebvre a fondé la Fraternité Saint-Pie X (FSSPX). Le 30 Juin 1988, Lefebvre a décidé (indépendamment des antipapes de Vatican II) de consacrer quatre évêques dans le rite traditionnel de la consécration épiscopale, de sorte que ces évêques pourraient continuer à ordonner des prêtres pour les rites traditionnels. Il a été « excommunié » par Jean-Paul II dans les 72 heures, même si aucun homme politique pro-avortement de premier plan n’a encore été excommunié par l’un des antipapes de Vatican II.

 

Brève contre la Fraternité Saint-Pie X

Mgr Marcel Lefebvre, qui était malheureusement un hérétique et schismatique, a fondé la Fraternité Saint-Pie X (FSSPX), qui, comme son fondateur, est aussi hérétique et schismatique.

1) La Fraternité Saint Pie X est coupable des crimes notoires des antipapes apostats de l’Église de Vatican II et du Concile apostat Vatican II qu’elle ne condamne pas correctement. Elle ne condamne pas du tout ces crimes ou diminue leur vraie nature. Elle ne condamne pas l’hérésie comme une hérésie, l’idolâtrie comme de l’idolâtrie, le blasphème comme un blasphème et l’apostasie comme une apostasie. Au lieu de cela, elle utilise des mots qui diminuent la gravité des crimes, des mots comme «erreurs», «déviations de la foi» et «activités scandaleuses». Ces crimes sont beaucoup plus que cela.

1 a) Par conséquent, elle est également coupable de ne pas dénoncer les antipapes apostats comme des hérétiques notoires, des idolâtres, des blasphémateurs, et des apostats.

1 b) Et parce qu’elle connaît la loi de l’Église selon laquelle un hérétique notoire ne peut pas être le pape, elle est coupable de référence aux antipapes apostats comme « papes » au lieu de les dénoncer comme antipapes apostats.

 

2) Elle nie le dogme du salut. Elle croit que certains hommes qui meurent dans l’adoration de faux dieux et qui pratiquent les fausses religions peuvent être sauvés par un soi-disant baptême de désir. Elle a reçu cette hérésie de son fondateur hérétique, Mgr Lefebvre :

Mgr Lefebvre, Conférence 1973 : « Dieu connait toutes les âmes et, pour cette raison, il sait que dans confessions protestantes, dans les confessions musulmanes, dans les confessions bouddhistes , dans toute l’humanité, il y a des âmes de bonne volonté. Et par le fait même qu’ils cherchent à faire sa sainte volonté, ils ont le baptême de désir implicite ». (Extrait d’une conférence donnée à Paris au mois de mai)

Mgr Lefebvre, Conférence 1974 : « Les âmes, qu’elle soient protestantes, bouddhistes ou musulmanes, qui ont implicitement ce désir sincère de faire la volonté de Dieu, peuvent avoir le désir de baptême et ainsi recevoir la grâce surnaturelle, la grâce de la vie éternelle …» (Extrait d’une conférence à Tourcoing le 30 janvier)

Mgr Lefebvre, Sermon, 1976 : «Nous sommes catholiques ; nous affirmons notre foi en la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ ; nous affirmons notre foi en la divinité de la sainte Eglise catholique ; nous pensons que Jésus-Christ est le seul chemin, la seule vérité, la seule vie, et que l’on ne peut être sauvé en dehors de Notre Seigneur Jésus-Christ, et par conséquent en dehors de son Epouse mystique, la Sainte Eglise Catholique. Pas de doute, les grâces de Dieu sont distribuées en dehors de l’Église catholique, mais ceux qui sont sauvés, même en dehors de l’Eglise catholique, sont sauvés par l’Eglise catholique, par Notre-Seigneur Jésus-Christ, même s’ils ne le savent pas, même s’ils ne sont pas conscients de cela …» (De son sermon à la première messe d’un de ses prêtres nouvellement ordonné à Genève)

Voici Lefebvre refusant de nouveau le dogme du salut mot pour mot :

Mgr Lefebvre, Lettre ouverte aux catholiques perplexes, 1986 : « Hors de l’Eglise catholique, il n’y a pas de salut … Est-ce que cela veut dire qu’aucun protestant, aucun musulman, bouddhiste ou animiste ne seront sauvés ? Non, ce serait une deuxième erreur de le penser. La … doctrine de l’Église reconnaît aussi implicitement le baptême de désir. Cela consiste à faire la volonté de Dieu. Dieu connait tous les hommes et Il sait que parmi les protestants, les musulmans, les bouddhistes et dans l’ensemble de l’humanité, il y a des hommes de bonne volonté. Ils reçoivent la grâce du baptême sans le savoir, mais d’une manière efficace. De cette façon, ils deviennent partie intégrante de l’Eglise». (De son livre Lettre ouverte aux catholiques perplexes , 1986, chapitre X, l’œcuménisme, p. 73-4.)

Ceux qui refusent de croire au dogme Hors de l’Eglise point de salut, jusqu’à ce qu’ils comprennent comment est la justice en cela, sont simplement retenus à la source de leur foi dans la révélation du Christ. Ceux qui ont la vraie foi dans le Christ (et de son Église) acceptent son enseignement d’abord et comprennent la vérité en lui (c’est-à-dire, pourquoi il est vrai) en second. Un catholique ne retient pas sa croyance en la révélation de Christ jusqu’à ce qu’il puisse le comprendre. C’est la mentalité d’un hérétique infidèle qui possède une fierté insupportable. Saint Anselme résume la véritable perspective catholique sur ce point.

Saint Anselme, docteur de l’Eglise, Prosologion, Chap. 1 : « Car je ne cherche pas à comprendre ce que je crois, mais je crois pour comprendre. Pour cela aussi, je crois, que si je ne croyais pas, je ne comprendrais pas».

Nous tenons à souligner que la FSSPX et Lefebvre a fait beaucoup de bonnes choses ; elle a été un moyen par lequel beaucoup a été mis en place, et de revenir à la foi catholique traditionnelle. Cependant, dans divers domaines les positions de la FSSPX sont malheureusement hérétiques et contraires à la foi catholique. Tout d’abord, la FSSPX ainsi que leur fondateur, comme nous l’avons vu, tient et enseigne que les âmes peuvent être sauvées dans les religions non-catholiques, ce qui est hérétique.

Mgr Marcel Lefebvre, Contre les hérésies, p. 216 : «Évidemment, certaines distinctions doivent être faites. Les âmes peuvent être sauvées dans une religion autre que la religion catholique (le protestantisme, l’islam, le bouddhisme, etc), mais pas par cette religion. Il peut y avoir des âmes qui, ne connaissant pas Notre-Seigneur, ont par la grâce du bon Dieu, de bonnes dispositions intérieures, qui se soumettent à Dieu … Mais certaines de ces personnes font un acte d’amour qui est implicitement équivalent au baptême de désir. C’est uniquement parce que cela signifie qu’ils sont capables d’être sauvés».

Remarquez le « etc » Le mot « etc » : « et le reste, et ainsi de suite » ! Mgr Lefebvre dit qu’il y a beaucoup d’autres religions dans lesquelles les gens peuvent être sauvés. C’est une hérésie. « L’archevêque » Lefebvre croit que les hommes peuvent être sauvés tout en adorant les faux dieux et beaucoup de dieux (bouddhisme, hindouisme).

Mgr Marcel Lefebvre, Contre les hérésies, p. 217 : « On ne peut pas dire, alors, que personne n’est sauvé dans ces religions …»

Mgr Marcel Lefebvre, Contre les hérésies, Pages 217-218 : «C’est alors ce qu’a dit Pie IX et ce qu’il a condamné. Il est nécessaire de comprendre la formulation qui a été si souvent utilisée par les Pères de l’Église : « Hors de l’Église point de salut ». Quand nous disons qu’il est mauvais de croire que nous pensons que tous les protestants, tous les musulmans, tous les bouddhistes, tous ceux qui n’appartiennent pas au public de l’Eglise catholique vont en enfer. Maintenant, je le répète, il est possible que quelqu’un soit sauvé dans ces religions, mais ils sont sauvés par l’Église, et si la formulation est vraie : Extra Ecclesiam nulla Salus. Cela doit être prêché».

Ce que nous voyons ici du fondateur de la Fraternité Saint-Pie X est une hérésie flagrante. Il contredit directement le dogme solennellement défini qu’en dehors de l’Église catholique, point de salut. Certains partisans de la Fraternité Saint-Pie X ont essayé de défendre ces mots hérétiques de Mgr Lefebvre en soulignant que, même s’il a dit que les hommes peuvent être sauvés dans d’autres religions, il a souligné que c’est par l’Église catholique.

Cette réponse est une tentative pathétique de défendre l’indéfendable. En fait, ceux qui tentent de défendre Lefebvre de cette manière se moquent de Dieu en fait. Je pourrais dire que tous les hommes vont au ciel (salut universel), mais tous les hommes vont au ciel « par l’Église catholique. » Est-ce que cela change l’hérésie ? Non, bien sûr que non. Ainsi, cela n’a pas d’importance que Lefebvre ait tenté d’expliquer ou de justifier son hérésie ; il enseignait encore que les âmes peuvent être sauvées dans les religions non-catholiques, ce qui est une hérésie !

Le dogme de l’Église catholique ne se contente pas d’affirmer que «nul n’est sauvé que par l’Église catholique» ; il déclare que personne n’est sauvé en dehors de l’Église catholique et que nul n’est sauvé sans la foi catholique. Cela signifie que personne ne peut être sauvé à l’intérieur de religions non-catholiques. Les défenseurs de la FSSPX doivent se mettre ça dans la tête. Le dogme de l’Église catholique exclut l’idée que n’importe qui soit sauvé dans une autre religion.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441, ex cathedra : « La sainte Église romaine croit fermement, professe et prêche que tous ceux qui sont en dehors de l’Église catholique, non seulement les païens, mais aussi juifs ou hérétiques et schismatiques, ne peuvent pas partager la vie éternelle et iront dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges, sauf s’ils sont joints à l’Église avant la fin de leur vie ; que l’unité de ce corps ecclésiastique est d’une telle importance que seulement pour ceux qui demeurent en lui les sacrements de l’Église contribuent au salut et le jeûne, l’aumône et d’autres œuvres de piété et les pratiques de la milice chrétienne produisent des récompenses éternelles ; et que personne ne peut être sauvé, peu importe combien il a cédé à l’aumône et « même s’il a versé le sang au nom du Christ », à moins qu’il ait persévéré dans le sein et l’unité de l’Église catholique».

Toutes les personnes qui meurent dans des cultures qui n’ont jamais été pénétrées par l’Évangile vont en enfer pour les péchés contre la loi naturelle et les autres péchés graves qu’ils commettent – la mauvaise volonté et l’incapacité à coopérer avec la grâce de Dieu est la raison pour laquelle Il ne leur révèle pas l’Évangile. Le Concile Vatican I a défini infailliblement, sur la base de Romains 1, que le seul vrai Dieu peut être connu avec certitude par les choses qui ont été faites, et par la lumière naturelle de la raison humaine.

Saint Paul, Romains 1, 18-20 : «Car la colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui tiennent la vérité de Dieu dans l’injustice : Parce que ce qui est connu de Dieu est manifeste pour eux. Car Dieu le leur a manifesté car les perfections invisibles de Dieu, de la création du monde, sont clairement visibles, étant entendu par les choses qui sont faites ; son éternelle puissance et divinité : de sorte qu’ils sont inexcusables».

Tout le monde peut savoir avec certitude qu’il existe un être spirituel suprême, qui est le Seul Vrai Dieu et le Créateur du monde et tout ce qu’il contient. Tout le monde sait que Dieu n’est pas quelque chose qui est sculpté en bois ou en jade ou de pierre. Tous savent que Dieu n’est pas l’arbre qu’ils adorent ou la rivière, qu’ils adorent ou la roche ou le serpent ou la grenouille ou l’arbre sacré. Tous savent que ces choses ne sont pas le Créateur de l’univers. Chaque personne sait qu’elle adore une créature au lieu du Créateur. Ils sont, comme le dit saint Paul dans le verset 20, sans excuse. Saint Augustin l’explique ainsi en référence à des personnes qui sont mortes ignorantes de la foi et sans baptême.

Saint Augustin (428) : «… Dieu savait d’avance que s’ils avaient vécu et que l’Évangile leur avait été prêché, ils auraient entendu sans croyance».

Saint Thomas d’Aquin, De Veritate, 14, A. 11, ad 1 : « Objection : Il est possible que quelqu’un puisse être mis dans la forêt, ou au milieu des loups ; un tel homme ne peut rien savoir explicitement de la foi ; saint Thomas répond :  » C’est la caractéristique de la Divine Providence de fournir à chaque homme ce qui est nécessaire pour le salut … à condition que de sa part il ne soit pas un obstacle. Dans le cas d’un homme qui cherche le bien et évite le mal, par la direction de la raison naturelle, Dieu soit lui révélerait par l’inspiration interne ce qui devrait être cru, ou lui enverrait un prédicateur de la foi … « 

Saint Thomas d’Aquin, II, 28, Q. 1, A. 4, ad 4 : « Si un homme né parmi les nations barbares, fait ce qu’il peut, Dieu lui-même lui montrera ce qui est nécessaire pour le salut, soit par l’inspiration ou l’envoi d’un enseignant pour lui. « 

Saint Thomas d’Aquin, III, 25, Q. 2, A. 2, solut. 2 :  » Si un homme ne devait avoir personne pour l’instruire, Dieu lui montrerait, à moins qu’il ne souhaite rester coupable où il est. « 

Les positions de la FSSPX sont malheureusement hérétiques et contraires à la foi catholique.

Père Schmidberger, Time Bombs du Concile Vatican II, Angelus, Appuyez sur [FSSPX], p. 10 : «Mesdames et messieurs, il est clair que les adeptes d’autres religions peuvent être sauvés dans certaines conditions, c’est-à-dire, s’ils sont dans l’erreur invincible».

Mgr Marcel Lefebvre, Contre les hérésies, Angelus, Appuyez sur [FSSPX], p.216 : «Évidemment, certaines distinctions doivent être faites. Les âmes peuvent être sauvées dans une religion autre que la religion catholique (le protestantisme, l’islam, le bouddhisme, etc), mais pas par cette religion».

Ces déclarations constituent une hérésie flagrante contre le dogme Hors de l’Église point de salut ; et elles sont imprimées dans les meilleurs supports de vente de la FSSPX. En fait, presque tous les prêtres qui célèbrent encore la messe traditionnelle tiennent cette même hérésie.

Mais cela illustre simplement que tous ceux qui croient que le salut est possible pour les membres de religions non-chrétiennes sans les principaux mystères de la foi catholique (la Trinité et l’Incarnation) admettent que l’âme peut être sauvée dans toute religion : l’islam, le bouddhisme, etc. Cela montre comment ceux qui rejettent le vrai sens de Hors de l’Église point de salut et de la nécessité du baptême d’eau, la foi dans le Christ et la Trinité, rejettent toute foi et en fait n’ont pas la foi.

Pape Grégoire XVI, Summo Iugiter studio (n ° 2), 27 mai 1832 : « Enfin, certains de ces gens égarés tentent de se persuader et d’autres que les hommes ne sont pas uniquement sauvés dans la religion catholique, mais que même les hérétiques peuvent atteindre la vie éternelle. « 

Comme il a enseigné que les gens peuvent être sauvés dans une autre religion, l’accent mis par Lefebvre selon lequel tout le monde est sauvé par l’Eglise catholique n’a pas de pertinence. Les paroles précitées du Pape Grégoire XVI dans Summo Iugiter studio auraient été adressée spécifiquement à Mgr Lefebvre et la Fraternité Saint-Pie X.

Mgr Lefebvre, Discours à Rennes, France :  » Si les hommes sont sauvés dans le protestantisme, le bouddhisme ou l’islam, ils sont sauvés par l’Eglise catholique, par la grâce de Notre-Seigneur, par les prières de ceux dans l’Église, par le sang de Notre Seigneur en tant que personnes, peut-être grâce à la pratique de leur religion, peut-être de ce qu’ils entendent dans leur religion, mais pas par leur religion …  »

Notez encore une fois, en effet, comment Mgr Lefebvre a déclaré que les hommes peuvent être sauvés par la pratique des fausses religions.

Pape Pie IX, Qui Pluribus (n° 15), 9 novembre 1846 : « Aussi perverse est la théorie choquante que cela ne fait aucune différence à quelle religion on appartient, une théorie fortement en contradiction même avec la raison. Par le biais de cette théorie, les hommes rusés suppriment toute distinction entre la vertu et le vice, la vérité et l’erreur, l’honorable et l’action vile. Ils prétendent que les hommes peuvent obtenir le salut éternel par la pratique de toute religion, comme s’il ne pourrait jamais y avoir de différence entre la justice et l’iniquité, toute collaboration entre la lumière et les ténèbres, ou tout accord entre le Christ et Bélial».

Dans la citation suivante, nous trouvons plus d’hérésie contre le dogme Hors de l’Église catholique, point de salut et le refus du dogme sur la nécessité absolue du baptême d’eau pour le salut.

Mgr Marcel Lefebvre, Lettre ouverte aux catholiques perplexes, Pages 73-74 : « Est-ce que cela signifie qu’aucun protestant, aucun musulman, bouddhiste ou animiste ne seront sauvés ? Non, ce serait une deuxième erreur de le penser. Ceux qui crient à l’intolérance dans l’interprétation de la formule de saint Cyprien Hors de l’Église point de salut, rejettent aussi le Credo, «j’accepte un seul baptême pour la rémission des péchés», et ne sont pas suffisamment instruits sur ce qu’est le baptême. Il y a trois façons de le recevoir : le baptême d’eau ; le baptême de sang (celui de martyrs qui ont avoué leur foi tout en étant catéchumènes) ; et le baptême de désir. Le baptême peut être explicite. Plusieurs fois, en Afrique, j’ai entendu un de nos catéchumènes me dire : « Père, baptise-moi tout de suite parce que si je meurs avant de venir à nouveau, je vais aller en enfer. » Je lui ai dit : « Non, si vous n’avez pas de péché mortel sur la conscience et si vous désirez le baptême, alors vous avez déjà la grâce en vous … »

Cette déclaration de Lefebvre promeut le soi-disant baptême de désir et le baptême de sang en dehors de la réception faite du baptême d’eau.

Pape Innocent III, quatrième Concile de Latran, Constitution 1, 1215, ex cathedra : « Mais le sacrement du baptême est consacré dans l’eau à l’invocation de la Trinité indivise – à savoir, Père, Fils et Saint-Esprit – et apporte le salut aux enfants et aux adultes quand il est correctement effectué par n’importe qui dans la forme prévue par l’Eglise».

Pape Paul III, Concile de Trente, sess. 7, Can. 5 sur le sacrement du Baptêmeex cathedra : « Si quelqu’un dit que le baptême [le sacrement du baptême d’eau] est facultatif, c’est-à-dire pas nécessaire pour le salut (cf. Jn 3, 5) : qu’il soit anathème

Par conséquent, quiconque nie obstinément la nécessité absolue de recevoir le baptême d’eau pour le salut après avoir été au courant de cette information, est anathème selon le Concile de Trente.

 

3) Il enseigne que la pratique de la contraception par la planification familiale naturelle, aussi connue comme la méthode de rythme, n’est pas la contraception, ce qui est une hérésie pour nier un dogme infaillible de la morale. (Voir la planification familiale naturelle est la contraception)

 

4) Mgr Lefebvre a signé les documents hérétiques de Vatican II ; donc, en consentant à ces documents hérétiques, il est devenu coupable de leurs hérésies. S’il n’a pas déjà été excommunié pour hérésie automatiquement avant l’apostat Concile Vatican II, ce seul fait l’a excommunié et lui a fait perdre automatiquement sa fonction, automatiquement. Il n’y a aucune trace qu’il ait abjuré sa signature des documents de Vatican II.

 

5) En 1986, Mgr Lefebvre a commis le crime de schisme en consacrant des évêques contrairement à la volonté exprimée par un homme qu’il croyait être le pape, Jean-Paul II. Un évêque n’a pas toujours besoin d’un mandat pontifical pour faire des évêques, mais il ne peut jamais faire des évêques contrairement à la volonté exprimée par le pape, ce qui est un acte de schisme en tout temps et en tous lieux. À la suite de ce crime, en principe, lui, les évêques qu’il a consacrés, et les membres de la Fraternité Saint Pie X ont été « excommuniés » par la secte Vatican II :

L’excommunication de la Fraternité Saint-Pie X, Siège de la Congrégation pour les évêques, 1er juillet 1988 : «Monseigneur Marcel Lefebvre, archevêque-évêque émérite de Tulle, malgré l’avertissement canonique formel du 17 juin dernier et les appels répétés de cesser son intention, a accompli un acte schismatique par la consécration épiscopale de quatre prêtres, sans mandat pontifical et contre la volonté du Souverain Pontife, et a donc encouru la peine prévue par le canon 1364 et 1382 du Code de droit canonique de 1983. Après avoir pris en compte tous les effets juridiques, je déclare que les ci-dessus mentionnés Mgr Marcel LefebvreBernard FellayBernard Tissier de MalleraisRichard Williamson et Alfonso de Galarreta ont encouru ipso facto l’excommunication latae sententiae réservée au Siège Apostolique … Les prêtres et fidèles sont avertis de ne pas soutenir le schisme de Mgr Lefebvre, sinon ils encourent ipso facto la très grave peine de l’excommunication ». (Du Bureau de la Congrégation pour les évêques, 1er juillet 1988. Bernardin Cardinal Gantin, préfet de la Congrégation pour les évêques)

5 a) Après ses consécrations illicites (les hérétiques ordonnent illicitement), Mgr Lefebvre a mis en place une hiérarchie parallèle d’évêques à l’encontre de Jean-Paul II et ses évêques qu’il croyait être la hiérarchie légitime, ce qui est un autre crime de schisme en tout temps et tous lieux. Cet acte l’a complètement séparé, lui et sa FSSPX, de la discipline et du gouvernement de ce qu’il croyait être la hiérarchie catholique et pour avoir mis en place un autre gouvernement dirigé par ses évêques. Depuis la mort de Lefebvre, la FSSPX perpétue ce crime. Le Concile Vatican I de 1870 condamne infailliblement Mgr Lefebvre et sa FSSPX comme schismatiques :

Pape Pie IX, premier Concile du Vatican, Session 4, chapitre 3, la puissance et la primauté de la papauté, 1870 :  » 2. C’est pourquoi nous enseignons et déclarons que, par ordonnance divine, l’Eglise romaine possède une prééminence du pouvoir ordinaire sur toutes les autres églises, et que ce pouvoir juridictionnel du pontife romain est à la fois épiscopal et immédiat. Le clergé et les fidèles, de quelque rite et dignité, à la fois individuellement et collectivement, sont tenus de se soumettre à ce pouvoir par le devoir de subordination hiérarchique et une vraie obéissance, et ce non seulement en matière concernant la foi et la morale, mais aussi dans celles qui concernent la discipline et le gouvernement de l’Église dans le monde « .

Tout en professant l’allégeance à la papauté et à un homme qu’il croit être le pape et ses évêques, il ne rend pas l’obéissance où l’obéissance est due :

Pape Pie IX, Quae in Patriarchatu, 1er septembre 1876, au clergé et aux fidèles de rite chaldéen : «À quoi bon proclamer le dogme de la suprématie de saint Pierre et de ses successeurs ? A quoi bon répéter encore et encore les déclarations de la foi dans l’Église catholique et de l’obéissance au Siège Apostolique lorsque des actions démentent ces belles paroles ? D’ailleurs, il n’est pas de rébellion rendue d’autant plus inexcusable par le fait que l’obéissance est considérée comme un devoir ? Encore une fois, l’autorité du Saint-Siège ne s’étend pas, à titre de sanction, aux mesures que nous avons été obligés de prendre, ou est-ce suffisant pour être en communion de foi sans ajouter la présentation de l’obéissance, – une chose qui ne peut être maintenue sans endommager la foi catholique ? En fait, Vénérables Frères et Fils bien-aimés, il est question de reconnaître la puissance (de ce Siège), même sur vos églises, non seulement en ce qui appartient à la foi, mais aussi en ce qui concerne les préoccupations de discipline. Celui qui veut le nier, c’est un hérétique, celui qui reconnaît et refuse obstinément d’obéir est digne d’anathème».

Dans certains cas, la désobéissance à un pape et ses évêques (ce qui est mal, mais pas hérétique) est juste et nécessaire. Mais cela ne s’applique pas aux crimes schismatiques [à des gens qu’ils croient être papes, mais ne le sont pas car hérétiques] ci-dessus de Lefebvre et de sa Fraternité. Des Saints ont désobéi à des papes et évêques, mais ils n’ont jamais consacré d’évêques contrairement à la volonté exprimée par le pape et mis en place une hiérarchie parallèle d’évêques en opposition au pape et ses évêques.

 

6) Mgr Lefebvre n’avait rien de saint Athanase. Même si le pape Libère a excommunié saint Athanase (pour mémoire, il est très douteux qu’il l’ait fait), saint Athanase n’a pas fait d’évêques contrairement à la volonté exprimée par le pape Libère, et il n’a pas mis en place une hiérarchie parallèle en opposition au pape Libère et sa hiérarchie d’évêques. Et saint Athanase n’était pas un hérétique. Il ne nie pas tout dogme et il n’a pas consenti à des documents hérétiques en les signant. Mgr Lefebvre a fait les deux et donc était un hérétique. Il a nié le dogme du salut, il a consentit aux documents de Vatican II hérétiques en les signant, il n’a pas bien condamné les crimes et les criminels, et il croyait à l’hérésie de la planification familiale naturelle (méthode de rythme).

 

7) On peut se demander, «Comme Jean-Paul II était un antipape non-catholique, comment la Fraternité Saint-Pie X pourrait être schismatique pour avoir désobéi à un homme qui n’était pas le pape ?» La Fraternité Saint Pie X est dans le schisme, même si Jean-Paul II n’était pas le pape, parce qu’elle croyait qu’il était le pape. Bien que croyant qu’il était le pape, elle lui a désobéi là où l’obéissance serait due à un pape.

Mgr Lefebvre et ceux qu’il consacra ont violé la loi parce que, dans leur cœur, ils croyaient que Jean-Paul II était un pape, et parce qu’ils professaient publiquement qu’il était le pape, donc ils pratiquent de manière objective et enseignent aux autres qu’un évêque catholique peut consacrer des évêques contrairement à la volonté exprimée du pape et mettre en place une hiérarchie parallèle en opposition à un pape et sa hiérarchie légitime. C’est ce qu’ils croient dans leur cœur et aussi enseignent objectivement et pratiquent.

 

8) Même si elle pense qu’il est catholique, la FSSPX n’est pas catholique. C’est une secte schismatique et hérétique :

Pape Pie IX, Quartus Supra, 6 janvier 1873 :  » 4. Nous avons en effet laissé aucun cas prévenus afin de vous libérer de ce grand mal. Nos souhaits … [ont] été entravés par ces hommes qui se disent catholiques, mais sont les ennemis de la croix du Christ … 6. La tromperie en chef utilisée pour cacher le nouveau schisme est le nom de « catholique ». Les initiateurs et partisans de ce schisme ont la présomption de prétendre à ce nom en dépit de leur condamnation par Notre autorité et jugement. Cela a toujours été la coutume des hérétiques et des schismatiques de se dire catholiques et de proclamer leurs nombreuses excellences pour conduire les peuples et les princes dans l’erreur. Saint Jérôme, prêtre, dit de ces hommes, parmi d’autres, quand il a dit : «Les hérétiques sont habitués à dire à leur roi ou Pharaon :« Nous sommes les fils des hommes sages qui ont transmis jusqu’à nous depuis le début l’enseignement apostolique ; nous sommes les fils de rois anciens qui sont appelés rois des philosophes ; et nous possédons la connaissance des Écritures, en plus de la sagesse du monde « .

 

Donnez-nous la messe ; oublions la Foi

La Fraternité Saint-Pie X prouve que sa priorité est la masse et non la foi, qu’ils ne possèdent pas de toute façon, car  ils nient le Dogme du salut, ils croient que certains hommes décédés peuvent être sauvés et adorer de faux dieux et pratiquer des fausses religions ; ils croient à l’hérésie de la planification familiale naturelle ; et, ils sont schismatiques pour avoir consacrer des évêques contrairement à la volonté exprimée par un homme qu’ils croient être le vrai pape. L’accompagnement de la perte de la foi est la perte de la raison, la perte de priorités appropriées.

Le Supérieur général de la secte non-catholique hérétique et schismatique, la Fraternité Saint-Pie X, Mgr Bernard Fellay, avait rencontré l’antipape apostat Jean-Paul II, qu’il croit être catholique et pape. Ce rendez-vous incontournable est plus la preuve que la Fraternité Saint-Pie X est un parti d’opposition mis en place par Satan pour garder les «catholiques» du dimanche – ceux qui ont mis la messe avant la foi – dans l’Église conciliaire et donc sous la puissance de Satan. Cette réunion fatidique ne fait que confirmer ce qui est déjà connu des motifs de la FSSPX (Fraternité Saint-Pie X). Je vais citer la déclaration officielle de Mgr Fellay du 22/01/2001 qui décrit sa rencontre avec Jean-Paul II.

Mgr Bernard Fellay, Menzingen, 22 Janvier 2001 :  » 4. Le 30 décembre pendant quelques instants, le Supérieur Général visite le Pape dans sa chambre privée (aucun mots d’importance ne sont échangés) « .

Mgr Fellay n’a pas parlé de l’apostasie, de l’hérésie, et de l’idolâtrie quand il a rencontré Jean-Paul II, si, comme il le dit,  » aucun mots d’importance ne sont échangés  » ? S’il ne parlait pas des hérésies quand il rencontrait Jean-Paul II, ou, s’il il ne parlait des hérésies quand il rencontrait Jean-Paul II, mais les a appelé « aucun mots d’importance » – pourquoi a t-il fait cela ? Parce que Mgr Fellay et sa secte sont coupables des mêmes crimes par omission de manière certaine et par commission.

La Fraternité Saint Pie X ne reconnaît pas les hérésies claires dans les documents de Vatican II. Ils ne se réfèrent pas à l’hérésie comme une hérésie, mais seulement comme des erreurs ou des écarts, et donc ils ne condamnent pas comme hérétiques ceux qui les enseignent. Ils croient aussi et embrassent eux-mêmes plusieurs hérésies, tels que le salut hors de l’Église et la planification familiale naturelle. Pas une seule fois ils ont dénoncé Jean-Paul II ou tout autre des antipapes apostats comme non-catholiques apostats, hérétiques, des idolâtres, et des blasphémateurs ; (Les quelques fidèles de la FSSPX qui appellent toutefois une partie de leur actions blasphème, idolâtrie ou hérésie, néanmoins excusent les hommes qui perpétuent ces crimes de la charge formelle d’hérésie, ou encore les considèrent comme des papes de toute façon) ; ainsi, ils se sont rendus coupables de crimes et de péchés d’omissions car ils ne dénoncent pas les hérésies claires qui sévissent dans la hiérarchie de Vatican II.

Si quelqu’un dans la FSSPX avait dénoncé les crimes claires de la secte Vatican II comme une hérésie ou apostasie formelle, ils auraient alors à rompre avec la communion et l’adhésion de la Fraternité Saint Pie X, puisque leurs croyances ne seraient pas partagées par la position officielle de la FSSPX. S’ils ne cassaient pas la communion avec la Fraternité Saint Pie X, même s’ils ne partagent pas leurs croyances, ils seraient à l’extérieur pour professer la communion et l’adhésion à une secte non-catholique hérétique et donc tomberaient hors de l’Église catholique par approbation tacite de l’hérésie et des hérétiques.

Que pourrait-on tirer d’assister à la messe si on n’a pas la foi catholique ? Ceci ne ferait que des réceptions sacrilèges de la Sainte Eucharistie. Cela seul prouve que la messe est maltraitée par les catholiques dits traditionnels, tout comme ça l’était avant le Concile Vatican II, en ce que ces « catholiques » du dimanche n’ont pas pour véritable sujet (amour) la foi catholique. En vérité, «Sans la foi il est impossible de plaire à Dieu», (Hébreux 11, 6), peu importe à combien de messes hérétiques ou schismatiques on assiste.

Mgr Fellay montre clairement où se situent ses priorités.

Mgr Bernard Fellay, Menzingen, 22 Janvier 2001 : « 6. Le 16 janvier, une nouvelle réunion avec le cardinal Castrillon, au cours de laquelle le Supérieur Général expose la nécessité de garanties de la part de Rome, avant d’aller plus loin dans la discussion possible ou un accord : + Que la messe tridentine soit accordée à tous les prêtres du monde entier. + Que les censures qui frappent les évêques seront annulées « .

Mgr Fellay a mis la messe avant la foi, et pour être exact, la messe en oubliant ou en ignorant la foi. Si la foi n’est pas mise avant la messe, la messe ne servira qu’à condamner ceux qui la reçoivent indignement à une fosse profonde dans l’enfer. En vérité ce que Mgr Fellay a dit, en substance, est la chose suivante :

– Ignorons et oublions la foi catholique, oublions que Jean-Paul II enseigne que les musulmans adorent le seul vrai Dieu, et qu’il a embrassé le Coran ;

– Oublions qu’il enseigne et pratique l’hérésie de la liberté religieuse ;

– Oublions qu’il enseigne que les Juifs apostats adorent le vrai Dieu et qu’ils sont encore en possession du Pacte et sont les «frères aînés dans la foi» des catholiques ;

– Oublions que Jean-Paul II enseigne que les protestants et les schismatiques [« orthodoxes »] sont joints à l’Église catholique et que certains sont morts en martyrs pour la foi ;

– Oublions qu’il enseigne que les catholiques sont maintenant autorisés à prier en communion avec les non-catholiques ;

– Oublions qu’il enseigne que les religions non-catholiques sont un moyen de salut ;

– Oui, oublions et ignorons tout cela pour le moment, donnez-nous la messe. Ne nous inquiétons pas vraiment ou ne jugeons pas si important, digne de mention, si le prêtre pratique la foi catholique ou que son enseignement au troupeau conduit les âmes en enfer ; cela, nous n’y penserons pas ou nous mettrons d’accord dessus maintenant, donnez-nous la messe.

Cher lecteur, ne pouvez-vous pas voir la vérité sur cette question et, en fait, combien cela est mauvais ? Où est la priorité de Mgr Fellay et sa secte, la FSSPX ? Si vous ne pouvez pas voir la vérité (la foi catholique) contre ce qui est faux (pas la foi catholique), c’est parce que vous «ne le verrez pas», et donc Dieu vous a envoyé une opération d’erreur que vous pourrez croire la fausseté et donc être condamnés à l’enfer éternel feu le jour de votre jugement comme vous le méritez pour votre mauvaise volonté et obstination (2 Thess. 2, 9-11). Dieu permet en effet aux infidèles, les gens impies qui le rejettent, et qui aime le plaisir plus qu’ils L’aiment, de recevoir les fruits de leurs péchés et de leurs propres mauvaises voies (Proverbes 1, 31 ; Proverbes 14, 14), tout comme ils ont désiré (2 Timothée 3, 1-5) et en fait méritent une récompense pour leurs crimes pervers (Proverbes 1, 25).

 

Ouvrir la communion avec l’Église de Vatican II

La FSSPX est en train de conduire son troupeau égaré de nouveau dans la communion ouverte avec l’Église de Vatican II, à laquelle ils prétendent appartenir. Mgr Fellay, le supérieur général de la Fraternité Saint Pie X, est en train de négocier la réconciliation avec l’Église de Vatican II. Les deux points dont il a besoin pour la réconciliation sont l’utilisation sans entrave de la messe tridentine (Pie V) et la levée de leurs excommunications. Il ne mentionne même pas les questions de foi, les multiples crimes d’idolâtrie, e blasphème, l’apostasie et l’hérésie de l’Église de Vatican II et de ses antipapes apostats. Mgr Fellay, en effet, dit : donnez-nous la messe de Pie V, mais oubliez la Foi !

Le rapport catholique mondial, Juin 2003 «World Watch», p. 8-9 : « Un mouvement vers les traditionalistes ? – Le chef des lefebvristes voit des raisons d’être optimiste  Un rapport sensationnel qui est paru dans un journal italien à la fin d’avril, alléguant que le Vatican était proche d’une réconciliation définitive avec la Société schismatique Saint-Pie X … Les nouvelles négociations entre Rome et la Fraternité de Saint-Pie X (FSSPX) qui ont débuté en 2000, se seraient ouvertes avec une lettre dans laquelle le cardinal Castrillón Hoyos a assuré aux traditionalistes que le Vatican permettra leur utilisation continue de la messe de Pie V … La FSSPX, Mgr Bernard Fellay, a conduit une délégation aux pourparlers avec Rome, au cours de laquelle les représentants de la FSSPX ont regretté que deux préoccupations traditionalistes clés n’avaient pas encore été résoluesLe groupe a demandé l’assurance du Saint-Siège que tous les prêtres seraient assurés du droit d’utiliser la liturgie tridentine, et que toutes les mesures disciplinaires infligées contre les traditionalistes après la pause de 1988 seraient levéesLes traditionalistes ont dit qu’ils n’avaient pas gagné d’assurances sur l’un des points… Mgr Fellay, d’autre part, a déclaré que son groupe poursuivait ses discussions avec la Congrégation pour le Clergé. « Les négociations se poursuivent », a t-il dit. « Elles ne sont pas mortes. Mais elles avancent avec prudence des deux côtés « … Cependant, il a réaffirmé que les traditionalistes insistent sur deux conditions : chaque prêtre doit avoir le droit d’utiliser la liturgie pré-conciliaire, et les excommunications qui ont été imposées sur les dirigeants traditionalistes en 1988 doivent être levées».

En substance, Mgr Fellay a dit ceci : « Nous ne nous soucions pas des blasphèmes et des crimes contre Dieu tant que nous avons la messe ! Donnez-nous juste la messe de Pie V et levez les excommunications et alors nous pourrons être en communion pleine et entière avec vous. Restaurez notre réputation, mais oubliez le bon nom de Dieu qui est blasphémé. Laissez-nous négocier la messe et nos excommunications, mais ces autres choses (les hérésies et apostasies), nous pouvons les oublier, car nous souhaitons de tout cœur être en pleine communion avec vous, si seulement nous pouvons obtenir la messe ! » Cher lecteur, ne pouvez-vous pas voir combien cela est mauvais ? Vous ne voyez pas comment la messe de Pie V ne sauvera pas ces infidèles ?

 

Marcel Lefebvre au bord de la position sédévacantiste

Mgr Lefebvre a fait de nombreuses déclarations qui ont démontré qu’il était sur le point d’être de position sédévacantiste (c’est la position qui rejette complètement la secte Vatican II, sa hiérarchie et ses papes comme antipapes) dans les années 1970 et 1980. Ces citations peuvent être connus par de nombreux membres de la Fraternité Saint-Pie X.

Mgr Lefebvre, le 4 août, 1976 : «Le Concile [Vatican II] a tourné le dos à la tradition et a rompu avec l’Église du passé. C’est un concile schismatique … Si nous sommes certains que la foi enseignée par l’Église depuis vingt siècles ne peut contenir aucune erreur, nous sommes beaucoup moins certain que le pape est vraiment pape. L’hérésie, le schisme, l’excommunication ipso facto, ou l’élection invalide sont tous des causes qui peuvent éventuellement signifier que le pape n’a jamais été pape, ou n’est plus pape … Parce que finalement, depuis le début du pontificat de Paul VI, la conscience et la foi de tous les catholiques ont été confrontées à un grave problème. Comment est-ce que le pape, le vrai successeur de Pierre, qui est assuré de l’aide du Saint-Esprit, peut officier à la destruction de l’Eglise – la plus radicale, rapide et généralisée de son histoire – quelque chose qu’aucun hérésiarque n’a jamais réussi à atteindre ?  » (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 487)

Mgr Lefebvre, Sermon, le 29 août, 1976 : « Le nouveau rite de la Messe est un rite illégitime, les sacrements sont des sacrements illégitimes, les prêtres qui viennent des séminaires sont des prêtres illégitimes …  » (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 489)

Mgr Lefebvre, Rencontre avec Paul VI, le 11 sept., 1976 : « [Le document de Vatican II sur la liberté religieuse] contient des passages qui sont mot pour mot, contraires à ce qui a été enseigné par Grégoire XVI, et Pie IX.  » (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 492)

Mgr Lefebvre, Sermon, 22 février 1979 : «Dans la mesure où il est opposé à la Tradition, nous rejetons le Concile [Vatican II]. » (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 501)

Mgr Lefebvre, sermon, Pâques, 1986 : «C’est la situation dans laquelle nous nous trouvons. Je ne l’ai pas créé. Je voudrais mourir pour la faire disparaître ! Nous sommes confrontés à un sérieux dilemme qui, je crois, n’a jamais existé dans l’Église : celui qui était assis sur la chaire de Pierre prend part à l’adoration de faux dieux. Quelles conclusions nous aurons à tirer, peut-être dans le temps de quelques mois, face à ces actes répétés de prendre part à l’adoration de fausses religions, je ne sais pas. Mais je me le demande. Il est possible que nous soyons obligés de croire que le pape n’est pas le pape. Parce qu’il me semble d’abord – je ne veux pas encore le dire solennellement et publiquement – qu’il est impossible pour un pape d’être publiquement et formellement hérétique.  » (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 536)

Mgr Lefebvre, Sermon, le 27 août 1986 :  » Celui qui siège maintenant sur le trône de Pierre se moque publiquement du premier article du Credo et du premier commandement du Décalogue [Les Dix Commandements]. Le scandale donné aux catholiques ne peut pas être mesuré. L’Eglise est ébranlée dans ses fondements ». (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p 537, 623)

Mgr Lefebvre, Sermon 28 octobre, 1986 : « Jean-Paul II a encouragé les fausses religions à prier leur dieu faux : il s’agit d’une humiliation sans précédent et intolérable à ceux qui restent catholique …  »  (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 537)

Mgr Lefebvre, Rencontre avec le « Cardinal » Ratzinger, le 14 Juillet 1987 : «S’il y a un schisme, c’est à cause de ce que le Vatican a fait d’Assise … être excommunié par l’Église libérale, œcuménique, et révolutionnaire nous est indifférent ». (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 547)

Mgr Lefebvre, Réunion avec le « Cardinal » Ratzinger, le 14 Juillet 1987 : « Rome a perdu la foi. Rome est dans l’apostasie « . (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 548)

Mgr Lefebvre, le 29 août 1987 : « Le Siège de Pierre et les postes d’autorité dans Rome sont occupés par les anti-christs, la destruction du Royaume de notre Seigneur est en cours de mise en œuvre rapidement … C’est ce qui a attiré sur notre têtes la persécution par la Rome des antéchrists». (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p 549, 625)

Mgr Lefebvre, Déclaration remise à la presse avant les consécrations épiscopales, 1988 : « L’Eglise tient toute communion avec les fausses religions et l’hérésie … dans l’horreur … Pour sauvegarder le sacerdoce catholique qui perpétue l’Eglise et non une Eglise adultère, il doit y avoir des évêques catholiques ». (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 561)

Mgr Lefebvre, parlant des dirigeants de la secte Vatican II : « Nous ne pouvons pas travailler avec ces ennemis du règne de notre Seigneur.  » (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 548)

Mgr Lefebvre, parlant des dirigeants de la secte Vatican II : « Nous ne pouvons pas suivre ces personnes. Ils sont dans l’apostasie, ils ne croient pas en la divinité de notre Seigneur Jésus-Christ qui doit régner. A quoi sert d’attendre ? Faisons la consécration !  » (Mgr Tissier de Mallerais, La Biographie de Marcel Lefebvre, p. 549)

 

Tactiques malhonnêtes de la FSSPX

1) Omet l’enseignement de l’Église selon lequel les hérétiques manifestes ne peuvent pas occuper une fonction.

2) Dénature la position sédévacantiste.

3) Met la famille avant Dieu.

4) Trompe par de fausses analogies.

5) Evasive en changeant de sujet.

La FSSPX attaque la position sedevacante (le fait que le Saint-Siège est vacant) assez souvent et à plusieurs reprises avec plus de véhémence qu’ils attaquent l’Église conciliaire et les antipapes apostats. Cela indique une de leurs principales raisons d’existence, c’est-à-dire garder confus les catholiques tombés pour les emporter sur le chemin de la perdition en les gardant dans le camp ennemi et à croire en leurs hérésies (Planification familiale naturelle ; salut hors de l’Eglise, baptême de sang et de désir), les empêchant de faire une rupture totale nécessaire avec l’Église conciliaire non-catholique et les antipapes. Le serpent (Satan), par les hérésies (ils les croient), et les apostasies (ils les excusent), accorde à toute personne qui assiste obstinément à ces chapelles, et attire la pierre angulaire de leurs âmes, tout en leur injectant de fausses consolations et des sentiments de fausse piété et de tradition. Tout cela provient de la secte et se connecte à Vatican II, et tient rapidement, tous ceux qui lui sont obstinément associés en tout cas. Il apaise l’homme en réprimant sa capacité, non seulement de juger et de condamner à juste titre, mais de tout juger et condamner. Vous les entendrez utiliser le terme « Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés » hors contexte pour ne pas juger du tout, et pour que les catholiques ne puissent pas condamner quelqu’un ou quelque chose, et alors faire appel à une fausse charité quand un catholique juge et condamne, en disant qu’il n’est pas charitable.

Les pseudo-intelligences sont remplies d’une théologie moderne qui, littéralement, absout tout à fait soit le criminel le plus manifeste d’un crime, soit il est impossible pour quiconque d’accuser, de condamner, et d’éviter ainsi les criminels manifestes. Oui, cette théologie moderne qui était présente autour de la fin des 19ème et 20ème siècles, est le poison du serpent qu’il injecte dans les pseudo-intelligences. Leurs arguments alambiqués et tordus sont simples à voir pour tout homme de bonne volonté. Leur théologie moderne est un tissu sans fin de contradictions, de confusion et de chaos. Les pires de ces pseudo-intelligences savourent cela, en pensant que plus  leur théologie est compliquée à comprendre, plus profonde elle est, quand à ceux qui ont les yeux de la foi, ou ceux qui ont du bon sens, ils les voient pour ce qu’ils sont, des idiots qui babillent sans fin, en profitant du tissu de confusion qu’ils ont construit, qui aiment retourner l’esprit de leurs lecteurs, et que c’est Satan à l’état pur.

D’abord ils deviennent obsédés et possédés par des démons, en fonction de la durée de leur séjour et des hérésies qu’ils embrassent librement. Les brebis perdues, qui sont de bonne volonté, sont constamment en lutte contre ce serpent, par son rejet pendant la semaine, en essayant de le retirer de leur ventre, et donc pour avoir des moments où ils sont suffisamment libres pour voir la vérité, mais hélas, ils reviennent la semaine suivante à la messe dans une église non catholique, et le serpent se rattache. Le mouton aveugle doit alors commencer à bidouiller de nouveau, juste pour revenir là où il était la semaine précédente. Le mouton aveugle deviendra soit fatigué et finalement arrêtera et s’en remettra totalement au serpent, ou il finira par se libérer après une bataille pénible, un long et dur combat. Rester à la maison, rester loin de ces églises est l’option qui doit finalement être prise pour avoir jamais un espoir de voir clairement la vérité. Le serpent peut alors être rejeté loin, sans revenir obscurcir son esprit et son cœur et le couvrir de nouveau avec un voile d’obscurité qui apporte avec lui la cécité et l’oubli total ; la cécité totale, notre Seigneur la mentionne quand il dit, ils ont des yeux et ne voient pas, des oreilles et n’entendent pas (Marc 8, 18). Oui, l’oubli, quand ils voient François célèbrer les fêtes juives, Jean-Paul II embrasser le Coran, et l’entendre enseigner que les musulmans adorent le seul vrai Dieu, ou quand deux d’entre eux enseignent que l’Ancienne Alliance est toujours valide, ils savent que c’est mauvais, et peuvent même dire que c’est mauvais, mais ensuite, ils vont à la messe dans une église non catholique, en communion avec l’antipape (ou tout autre église qui croit ou adhère à une certaine hérésie) et le serpent, car ils ne veulent pas rompre entièrement avec lui, se rattache à eux, et ils oublient ou ignorent ce qu’ils venaient de voir et d’entendre.

 » Une juste nécessité les entraînait à cette fin, et leur faisait oublier ce qui venait de leur arriver. «  (Sg 19, 4)

Finalement, dans les dernières étapes, ils sont enveloppés de ténèbres, et ils ne voient plus le mal réel fait quand François Ier dit que Dieu n’est pas un Dieu catholique, ou que l’alliance juive n’a jamais été révoquée, ou lorsque Jean-Paul II embrasse le Coran, ou enseigne que les musulmans adorent le vrai Dieu ! Ils partent immédiatement défendre François Ier ou Jean-Paul II et font que le crime semble comme s’il n’est pas un crime du tout, ou, au pire, une erreur personnelle, mais pas une hérésie ou apostasie. Ceux qui atteignent obstinément ce stade de ténèbres sont dans le domaine du péché contre le Saint-Esprit. Combien de fois Dieu leur permet de nier complètement ses vérités éternelles, avant qu’ils détache plus de sa grâce ces âmes pour toujours ? Le serpent, qui tient la FSSPX, se manifeste de plusieurs façons et montre sa tête hideuse. Rappelez-vous, le serpent, Satan, est un menteur, séducteur, et trompeur, tous les crimes de la FSSPX sont coupables.

Les prêtres de la Fraternité sont des criminels et des hérétiques notoires parce que leur secte nie le dogme du salut ; donc tous les prêtres de la Fraternité doivent être présumés nier le dogme. En effet, chaque prêtre de la FSSPX dont j’ai parlé nie le dogme du salut. S’ils ne nient pas ce dogme, ils seraient expulsés de la FSSPX. S’ils ne nient pas le dogme mais ont gardé leur croyance secrète de façon à rester dans la FSSPX, alors ce serait aussi se rendre coupable d’hérésie, car les catholiques doivent non seulement croire un dogme dans leur cœur, mais aussi le professer quand la situation l’exige. C’est pourquoi les premiers chrétiens qui ont nié la foi quand ils étaient torturés ne relevaient pas de l’Eglise catholique. Bien qu’ils croyaient dans le Christ dans leur cœur, ils l’ont renié extérieurement sous la torture, devenant ainsi coupables d’apostasie avec les péchés mortels supplémentaires d’hypocrisie et de scandale. Ces apostats étaient connus sous le nom de chrétiens non pratiquants (Lapsi) et ont dû abjurer pour réintégrer l’Église catholique.

Il est vrai qu’il pourrait y avoir un prêtre qui est un hérétique matériel quelque part dans ces églises qui soit méconnu et pas pleinement conscient des scandales et des hérésies qui sévissent dans la secte Vatican II et la FSSPX, mais il est également vrai que les églises protestantes pourraient même avoir des gens qui sont hérétiques matériels (tant qu’ils ne rejettent pas les mystères essentiels ou la loi naturelle qu’on ne peut ignorer), mais ces scénarios sont très peu probables. Cependant, nous devons juger sur ce que nous voyons, pas sur autre chose.

Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, lib. IV, c. 9, n° 15 :  » Car les hommes ne sont pas tenus, ou capables de lire dans les cœurs ; mais quand ils voient que quelqu’un est un hérétique PAR SES ŒUVRES externes, ils le jugent pour être un hérétique PURE ET SIMPLE, ET le condamnent comme hérétique. « 

S’il vous plaît consultez les parties suivantes pour en savoir plus sur les choses qu’on peut et ne peut pas ignorer quand il s’agit de la foi catholique, ses enseignements et ses dogmes, et quant à savoir si une telle personne décrite ci-dessus doit être considérée comme un catholique, un incroyant ou un hérétique :

b) La secte FSSPX ne condamne pas les hérésies manifestes et d’autres crimes de l’Eglise de Vatican II et ne dénonce pas correctement ses antipapes hérétiquesnotoires, ses évêques et ses prêtres. La FSSPX n’a aucune excuse pour ne pas remplir ces obligations catholiques parce que les crimes de l’Eglise de Vatican 2 et de ses membres sont manifestes à tous en ces derniers jours de la grande apostasie. Par conséquent, sont en péchés d’omission et d’association, tous les membres de la FSSPX qui acceptent leurs hérésies et tous ceux qui connaissent les hérésies de la FSSPX et assistent volontairement à la messe, et ont part à la culpabilité des crimes de la secte FSSPX et donc à la culpabilité des crimes de l’Eglise de Vatican 2 et de de ses antipapes et ses évêques.

En outre, toute personne qui envisage d’assister à la messe dans une église de la FSSPX a évidemment accès au prêtre de la FSSPX. Par conséquent avant d’assister à la messe, tout ce qu’on a à faire est de demander au prêtre ce qu’il croit en ce qui concerne les deux points ci-dessus. Sa réponse confirmera qu’il est un hérétique notoire. Ainsi, la déclaration suivante selon laquelle certains hérétiques traditionnels ferment les yeux pour assister à des messes de la FSSPX est illogique et hérétique : «Comme il est bon d’assister à la FSSPX [messe] pour obtenir les sacrements tant que le prêtre n’est pas un hérétique notoire … » C’est illogique car la personne qui a posé la question a un accès facile au prêtre et peut donc facilement trouver ce que croit le prêtre. Tout ce qu’il a à faire est d’ouvrir la bouche que Dieu lui a donné et demander au prêtre ce qu’il croit, point par point. De la réponse du prêtre, il recevra la confirmation que le prêtre est un hérétique notoire qui doit être évité. La déclaration est aussi hérétique car en ne demandant pas au prêtre ce qu’il croit, cette personne pèche par omission en omettant d’accomplir les actes de miséricorde spirituelle d’instruire les pécheurs ignorants et d’admonester, et en omettant l’obligation catholique de professer la foi quand la nécessité l’exige (ce qui est un déni implicite de la foi catholique) :

Code de droit canonique 1917 : – 1325 § 1 Obligation de professer la foi :  » Les fidèles sont tenus de professer leur foi ouvertement chaque fois que les circonstances, la fraude, ou que leur manière d’agir contraire constituerait implicitement un déni de la foi, ou impliquerait le mépris de la religion, une offense à Dieu, ou le scandale du prochain « .

Pape saint Félix III (483-492) :  » Ne pas s’opposer à l’erreur, c’est l’approuver, et même la négligence à confondre les méchants, quand nous pouvons le faire, n’en est pas moins un péché que de les encourager. « 

Catéchisme question : « De combien de manières peut-on soit être la cause ou avoir part à la culpabilité du péché d’un autre ? » Réponse :  » Nous pouvons soit être la cause ou partager la culpabilité du péché d’un autre de neuf façons : … 6. Par la dissimulation ; 7. En étant partenaire dans le péché ; 8. Par le silence « .

Entrer en connaissance de cause dans une maison religieuse de culte qui est hérétique ou schismatique c’est bien sûr professer l’unité religieuse extérieure d’une manière qui est totalement inacceptable. Le scandale que cela provoque aux yeux des fidèles catholiques est facile à comprendre. Chaque personne qui vous voit entrer dans une «église» pour le culte où le prêtre est un hérétique ou schismatique, va supposer que vous êtes d’accord avec son hérésie ou son schisme. L’unité de la foi qui doit exister entre les personnes qui se disent catholiques et qui adorent Dieu est une constante qui ne peut jamais être modifiée, selon l’enseignement catholique. C’est ce qu’on appelle la loi divine. Sans l’unité de la foi, il n’y a que ténèbres et feu éternel de l’enfer, que le pape Léon XIII et les citations suivantes indiquent clairement :

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n ° 10), 29 juin 1896 : « Pour cette raison, comme l’unité de la foi est nécessairement requise pour l’unité de l’Eglise, dans la mesure où elle est le corps des fidèles, de même pour cette même unité, dans la mesure où l’Eglise est une société divinement constituée, l’unité de gouvernement, dont les effets impliquent l’unité de la communion, est nécessaire jure divino (par la loi divine) « .

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n ° 22) : «Ainsi donc, comme dans la vraie communauté chrétienne, il y a un seul corps, un seul Esprit, un seul Seigneur, et un seul baptême, donc il ne peut y avoir qu’une seule foi. Et par conséquent, si un homme refuse d’entendre l’Église qu’il soit considéré – de sorte que le Seigneur commande – comme un païen et un publicain. Il s’ensuit que ceux qui sont divisés dans la foi ou le gouvernement ne peuvent être vivants dans l’unité d’un tel corps, ni ne peuvent vivre de la vie de son seul Esprit Divin « .

Pape saint Clément Ier, 1er siècle :  » Si quelqu’un doit être amical à ceux avec qui le Pontife romain n’est pas en communion, il est en complicité avec ceux qui veulent détruire l’Église de Dieu ; et, bien qu’il puisse sembler être avec nous dans le corps, il est contre nous dans l’esprit, et est un ennemi bien plus dangereux que ceux qui sont à l’extérieur et sont nos ennemis déclarés. « 

IIIème Concile de Constantinople, 680-681 : « Si n’importe quel profane ou ecclésiastique doit aller dans la synagogue des Juifs, et les lieux de réunion des hérétiques pour se joindre à la prière avec eux, qu’ils soient destitués et privés de la communion. Si un évêque ou un prêtre ou le diacre doit prier avec des hérétiques, qu’il soit suspendu de la communion « .

 

1) Omet l’enseignement de l’Église selon lequel les hérétiques manifestes ne peuvent pas occuper une fonction

Tout en attaquant la position sedevacante, la FSSPX omet délibérément les enseignements de l’Église catholique selon lesquels un hérétique manifeste ne peut pas être pape. Ils en donnent souvent la preuve qui le prouve. Par cette évasion, ils ont contesté la vérité, et, si cela est fait à dessein pour tromper, ils ont péché mortellement par omission. Ils évitent de citer les pères, les docteurs, les saints, les théologiens, le Droit Canon 188,4 sur « la démission tacite de fonction » et le commentaire des canonistes sur celui-ci, et la plupart omettent gravement de se référer à la Bulle infaillible Cum ex Apostolatus Officio du pape Paul IV, en 1559, qui enseigne qu’un hérétique manifeste ne peut être élu validement à la papauté, ou à n’importe quel fonction dans l’Église.

2) Dénature la position sédévacantiste

L’organe de presse officiel de la FSSPX aux États-Unis, «L’Angélus», dans un article paru dans le numéro de novembre 1998 a attaqué la position sedevacante, tout en essayant de défendre leur propre position schismatique et hérétique. Comme toujours, ils ont recours à des mensonges, des demi-vérités et des arguments fondés sur des purs sentiments, sans le moindre souci de justifier leur position par des arguments théologiques ou dogmatiques solides basés sur les dogmes et les lois canoniques de l’Église. Cela indique un manque total de respect et la désobéissance aux dogmes de l’Église et aux lois ecclésiastiques, tout comme les protestants et les grecs schismatiques.

Dans l’article, « L’Angélus » a utilisé la tromperie en dénaturant la vraie position sedevacante selon laquelle l’Eglise conciliaire n’est pas l’Eglise catholique et que Jean-Paul 2 est un antipape apostat ; que Jean-Paul II ne peut pas être le pape de toute façon. Dans l’article ils mettent en avant la position ridicule et hérétique formaliter / materialiter, aussi connue comme la thèse Cassiacum formulée par l’évêque thucite Michel-Louis Guérard des Lauriers. Cette position n’est pas la position sedevacante, telle que ceux qui la tiennent l’admettent aisément. Ils croient que Jean-Paul 2 est le pape, et il n’est pas le pape. Ils croient qu’il n’est formellement pas le pape, ce qui signifie qu’il n’a pas le pouvoir ou la compétence, mais tout en même temps, qu’il est matériellement le pape, ce qui signifie qu’il occupe physiquement la Chaire de Pierre ; qu’il est physiquement le pape, mais pas spirituellement. Ils ont donc un corps sans âme au pouvoir de l’Église, un cadavre au pouvoir de l’Église. C’est pourquoi c’est une position ridicule, parce que c’est une insulte au bon sens. C’est également hérétique parce qu’il nie les enseignements infaillibles du Concile Vatican de 1870 selon lesquels un pape a la primauté, le pouvoir suprême, et la juridiction sur l’Eglise universelle.

Premier concile du Vatican, 1870 : «C’est le Siège apostolique et le Pontife romain qui détiennent la primauté sur le monde entier … le plein pouvoir de nourrir, régler, et guider l’Eglise universelle … Si quelqu’un parle ainsi, que le Pontife Romain a seulement la fonction d’inspection ou de la direction, mais pas le pouvoir plénier et suprême de juridiction sur l’Église universelle, non seulement dans les choses qui concernent la foi et la morale, mais aussi dans celles qui ont trait à la discipline et au gouvernement … qu’il soit anathème ».

Ainsi, dire qu’il peut y avoir une telle chose comme un pape sans la primauté, le pouvoir suprême, et la compétence est une hérésie et ceux qui l’enseignent obstinément tout en étant conscients de ces informations sont hérétiques. C’est cette position, la thèse Cassiacum, que « L’Angélus » a mis en avant comme position sedevacante et c’est un mensonge pur et simple. Ils l’ont fait pour discréditer la véritable position sédévacantiste avec un seul faux et évidemment stupide argument. C’est une tactique typique des séducteurs, de représenter quelque chose pour ce qu’il n’est pas, et ainsi discréditer la position ou la personne. Les trompeurs ont recours à de telles tactiques, car ils savent qu’ils ne peuvent pas s’opposer à la vérité.

3) Met la famille avant Dieu

Est-ce que la famille vient devant Dieu et ses vérités éternelles ? Est-ce que c’est ce que pensaient les martyrs ? Beaucoup placent l’amour de leur famille au-dessus de l’amour de Dieu, ou, pour le bien de la paix temporelle dans leur maison, ils ne reprennent pas, n’avertissent pas, ni n’évitent, le cas échéant, les membres de la famille. Dans le même article de « l’Angelus » de Novembre 1998, l’un des arguments de la FSSPX contre la position sedevacante est qu’elle divise les familles et crée le chaos dans les foyers. Eh bien, je suppose, qu’en fonction déformée de leur vision du monde, notre Seigneur Jésus-Christ avait tort quand il a enseigné :

« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, la belle-fille contre sa belle-mère.

Les ennemis d’un homme seront ceux de sa propre maison. Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi » (Mt 10, 34-37).

« Il y en aura dorénavant cinq dans une maison qui seront divisés : trois contre deux, et deux contre trois. Le père sera divisé contre le fils et le fils contre le père … » (Luc 12, 51-53)

Commentaire catholique sur ce verset :  « Je suis venu mettre un homme à la variance, etc .. Non pas que c’était la fin ou la conception de la venue de notre Sauveur, mais que sa venue et sa doctrine aurait cet effet, en raison de la résistance opiniâtre que beaucoup ferontet de leur persécution tout comme ils devraient adhérer à lui.  »

La Fraternité Saint Pie X a mis la famille au-dessus de Dieu. Et même en cela ils sont hypocrites, parce que leur propre position hérétique et schismatique a provoqué des scissions et des divisions dans les familles (la SSPV par exemple, est une division de la FSSPX), dont beaucoup sont répartis dans leur allégeance aux églises conciliaires qui offrent la messse Novus Ordo et les églises conciliaires qui offrent l’indult du rite romain de la messe, tel que codifié par le pape Pie V offert par la Fraternité Saint-Pierre et les autres, par opposition à ceux qui, dans les mêmes familles, fréquentent les chapelles de la FSSPX. Les divisions dans les familles sont causées par la position de la FSSPX en opposition à ceux qui fréquentent les églises conciliaires. Si, comme la FSSPX l’enseigne, tout ce qui cause les divisions dans les familles est un signe sûr du mal, alors ils se condamnent.

La vérité, comme l’enseigne notre Seigneur, est qu’il y aura des divisions et une division sans fin parmi les hérétiques et les schismatiques, comme le prouvent les nombreuses églises protestantes et schismatiques. Les hérétiques et schismatiques ne se divisent jamais et se fractionnement dun ‘autre, car il n’y a pas d’honneur parmi les voleurs, et la discorde et la division règne toujours où est le péché et l’iniquité. Sur toutes ces divisions il ne peut y avoir qu’un seul groupe qui soit catholique et donc séparé de tout le reste. Notre Seigneur qui porte  lui-même ses propres brebis, dit que doivent être divisés obstinément des membres de famille et des amis non-catholiques.

«car il faut qu’il y ait parmi vous même des sectes [hérésies], afin que les frères d’une vertu éprouvée soient manifestés parmi vous » (1 Corinthiens 11, 19)

Commentaire catholique sur ce verset : « Ver. 19. Il doit y avoir aussi des sectes : En raison de la fierté et de la perversité du cœur de l’homme ; pas par la volonté de Dieu ou sa désignation ; qui tire néanmoins le bien de ce mal, manifestan, par cette occasion, qui sont les bons et les fermes chrétiens [et qui ne le sont pas], et rendre leur foi plus remarquable. (Challoner) — La providence de Dieu tire le bien du mal, mais malheur à l’homme, dit l’Écriture, par qui vient le scandale, comme les sectes et les hérésies. Ainsi saint Augustin, chap. VIII de vera relig. dit : «Servons-nous des hérétiques non pour approuver leurs erreurs, mais pour nous rendre plus prudents et vigilants, et plus intenses dans la défense de la doctrine catholique contre leurs tromperies».

La priorité est donc la foi, même si l’on doit abandonner sa famille en raison de son obstination dans le péché contre la foi ou l’immoralité qu’ils essaient d’imposer à d’autres membres de la famille (1 Corinthiens 5, 11).

Ne laissez pas votre désir de compagnie avec des membres de la famille et des amis remplacer votre amour de Dieu et votre premier devoir en tant que catholique baptisé pour répandre la foi, réveiller des catholiques tombés et essayer de convertir d’autres non-catholiques l’emporter.

« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ». (Mt 10, 37) «Et il leur dit : Allez dans le monde entier, proclamez l’Evangile à toute créature » (Marc 16, 15)

Si les vérités éternelles de Dieu provoquent des conflits au sein de votre famille, alors c’est la famille qui doit être coupée en deux, pas Dieu et ses vérités éternelles.

Jésus dit à ses disciples qui le suivent :  » Suivez-moi. Et il dit : Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. Et Jésus lui dit : Laisse les morts ensevelir leurs morts, mais toi, va et prêche le royaume de Dieu. Un autre dit : Je te suivrai, Seigneur; mais permettez-moi d’abord de prendre congé de ceux qui sont à ma maison. Jésus lui dit :Tout homme qui met sa main à la charrue et regarde en arrière est impropre au Royaume de Dieu ». (Luc 9, 58-62)

Que l’exemple des saints suivants, qui ont presque perdu leur foi en raison d’une affection démesurée pour les membres de la famille, soit un exemple pour vous.

Marc et Marcellianus, 18 Juin du calendrier romain : « … Selon l’Actade Saint-Sébastien …, Marc et Marcellianus, après avoir courageusement avoué la foi chrétienne au milieu des tourments, étaient sur le point de la nier, vaincus par les larmes de leurs parents qui étaient venus leur rendre visite en prison. Ainsi, nous voyons à quel point c’est un danger pour les âmes des religieux de se trouver dans l’affection effrénée de la famille, comme saint Philippe Neri l’observe ainsi notamment en référence à ces deux martyrs.  » (Père Lasance, Le Nouveau Missel romain, 1945, p. 1701)

Si un catholique a pris la bonne position et a accompli la volonté de Dieu, Dieu prendra soin des membres de sa famille qui sont de bonne volonté. La position d’un catholique contre les membres obstinés de sa famille est un de leur seul espoir de salut. Les membres de la famille qui ne se convertissent pas seront damnés en enfer. Si l’Eglise catholique n’avait pas suffisamment prévenu les membres de la famille qu’ils sont dans la damnation et qu’il ne se sépare d’eux si nécessaire, alors il irait en enfer avec eux pour ne pas les avoir mis en garde, et pour les péchés mortels d’omission et par voie d’association ; s’il est associé avec eux et leurs mauvaises voies (Ezechiel 3, 17-19).

Beaucoup ont peur de perdre leurs biens temporels, leurs vacances, leurs voitures de luxe, leurs emplois, ou d’autres sources de revenus, etc, et / ou ont peur de la persécution physique, afin qu’ils abandonnent la foi. Mais avec cette attitude, ils seront encore plus persécutés, et non pour la gloire de Dieu, mais comme un juste châtiment, comme des traîtres à la foi. Les hommes ne peuvent pas échapper à Dieu, et il n’y a pas de véritable paix sans obéissance d’abord et avant tout à Dieu.

 » Il n’y a pas de paix pour les méchants, dit le Seigneur «  (Ésaïe 57, 21)

Même si tout peut sembler paisible et prospère, ne soyez pas dupes,  votre temps viendra où Dieu tout-puissant vous jugera.

 » Car si, pour le moment, je devais être délivré des peines des hommes, je ne devrais pas échapper à la main du Tout-Puissant ni vivant ni mort. «  (2 Mach. 6, 26)

Ensuite, vous verrez qu’il n’est vraiment pas de paix pour les méchants.

Ceux qui aiment leur famille plus que Dieu seront punis par leurs propres familles comme un acte de la justice de Dieu, et ils en viendront à réaliser, beaucoup trop tard, que le compromis n’apporte pas la paix dans les familles, mais la discorde et des abus les plus méchants auxquels ils ne seront pas en mesure d’échapper à moins qu’ils ne se repentent parce qu’ils ont mis leur confiance dans la famille et / ou dans le monde entier plus qu’en de Dieu. Tout l’ordre des familles est renversé. Les enfants doivent se prononcer sur les parents et les femmes doivent se prononcer sur hommes, tout comme une punition de Dieu.

« Et le peuple se ruera homme contre homme, chacun contre son voisin; ils se précipiteront, le jeune homme contre le vieillard, et l’homme de rien contre le plus illustre.. … Mon peuple est opprimé par des enfants, et des femmes le gouvernent [le féminisme et les pathétiques hommes faibles ne régissant pas correctement à leur propre ménage].  » (Isaïe 3, 5, 12)

 » Et le frère trahira son frère jusqu’à la mort, et le père son fils ; les enfants se soulèveront contre leurs parents et doivent travailler à leur mort.  » (Marc 13, 12)

C’est déjà le cas, et cela a réussi de façon importante dans les années 1960, avec le début de la grande apostasie, avec les hippies et les rébellions féministes, des émeutes raciales, et la rébellion Vatican 2. Les hommes rebelles sont déjà punis par la discorde dans leur vie. Ceux qui ne se repentent pas et se convertissent, Dieu les détruira et les punira certainement, et quand, en dernier recours, ils feront finalement appel à l’aide de Dieu, il ne les entendra pas parce qu’ils ont mis leur foi dans le monde, la famille et les amis au lieu de Lui, en les choisissant eux au lieu de Lui.

« Alors ils crieront à Yahweh, et il ne les exaucera point ; il leur cachera sa face en ce temps-là, selon la malice qu’ils ont mise en leurs actions ». (Michée 3, 4)

« Cherchez l’Eternel pendant qu’il se trouve ». (Isaïe 4, 6)

« Vous me chercherez, et vous ne me trouverez pas : et là où je suis, là vous ne pouvez pas venir » (Jean 7, 34)

« Vous avez méprisé tous mes conseils, et vous avez négligé mes réprimandes. Je vais aussi rire dans votre destruction, et me moquerai quand vous viendra ce que vous craigniez. Lorsque la calamité soudaine tombera sur vous, et la destruction, comme une tempête, sera à portée de main : quand la tribulation et l’angoisse viendront sur vous : Alors ils m’appelleront, et je ne veux pas entendre : qu’ils se lèvent le matin, et ne doivent pas me trouver : Parce qu’ils ont haï l’instruction, et n’ont pas pas la crainte du Seigneur, ni consenti à mes conseils, mais ont dédaigné toutes mes réprimandes. Par conséquent, ils doivent manger du fruit de leur voie, et seront rassasiés de leurs propres conseils». (Proverbes 1, 25-31)

Quand Dieu permettra qu’ils soient détruits, à la veille de leur destruction, ils connaitront l’inutilité totale de mettre leur foi dans leurs familles et dans le monde entier plus qu’en Dieu, lorsque leurs familles seront détruites devant leur visage, tout comme Dieu avait permis à Babylone de détruire l’Egypte en laquelle les Israélites infidèles avaient mis leur confiance à la place de Dieu. Dieu a détruit l’Egypte et les Israélites infidèles. Dieu ne change pas. Il reste éternellement le même. Sa justice ainsi que sa miséricorde sont parfaites et il ne se moque pas ! Beaucoup ne peuvent pas voir sa justice sur la terre, parce qu’ils sont aveugles et sans foi, mais ils verront sûrement au jour de leur jugement, car c’est une chose terrible que de tomber entre les mains de Dieu, qui tue ou sauve, à la fois corps et âme éternellement.

« C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant».  (Hébreux 10, 31)

Les membres de votre famille ne vous jugeront pas au jour du jugement. C’est Dieu Tout-Puissant, Jésus-Christ la Deuxième Personne de la Divine, Sainte, et éternelle Trinité qui vous jugera, quand votre âme se retrouvera nue devant Lui. Les membres de votre famille et vos amis ne seront pas en mesure de vous consoler en enfer.

Sainte Catherine de Sienne : «La volonté du Saint est tellement unie à Dieu que le père ou la mère qui voient leur fils, ou un fils qui voit son père ou sa mère en enfer, ne s’en préoccupent pas, et ils sont même contents de les voir punis comme leurs ennemis». (Dialogue, Westminster, MD. Newman Press, 1950, p. 112)

Saint Jean Eudes : «Pensez combien de saints il y a dans le ciel qui voient leurs pères, mères, frères, ou d’autres parents dans la damnation de l’enfer, et, malgré cela, ils adorent, ils aiment, ils bénissent de joie et de bonheur comme plus juste la Volonté de Dieu, parce qu’ils voient que tel est le décret de la justice divine sur ces parents … Pour les saints du Ciel, l’accomplissement de la Volonté de Dieu est si complètement suffisante pour leur donner le bonheur et la félicité céleste que beaucoup d’entre eux , même voyant leurs proches chers punis en enfer, doivent se réjouir de la manifestation de la justice éternelle de Dieu». (Lettres et des travaux plus courts, saint Jean Eudes, trans Ruth Hauser, NY. Kennedy & Sons, 1948, p. 6. ; La vie de Jésus dans les âmes chrétiennes, …. saint Jean Eudes, publ. Mgr Wm Doheny, SCC, 1945, p 64)

Sainte Thérèse d’Avila : «C’est une grande folie d’être prêt à violer l’amitié de Dieu plutôt que la loi de l’amitié humaine». (Marie-Auxiliatrice, le père Bonaventure Hammer, OFM, NY. Benzinger Bros, 1909, p. 356)

4) Trompe par de fausses analogies

Un pape est un père spirituel, pas un père biologique.

La FSSPX trompe en utilisant une fausse analogie entre un pape et un père biologique. Ils disent que si un fils a attrapé son père en train de voler dans un magasin, et que le père dit à son fils de voler, que le fils désobéit à son père et ne vole pas, son père est toujours son père. Ils disent ensuite qu’un pape est le père des catholiques et que, s’il commettait des péchés contre la foi, les catholiques n’auraient pas à lui obéir en s’engageant dans ses péchés, mais qu’il est encore le pape. Un pape ne peut pas être comparé à un père biologique. Le pape est le père spirituel des catholiques, et s’il décède, démissionne ou perd sa fonction par démission tacite, il ne serait plus le père spirituel des catholiques. Le pape qui le remplace deviendrait alors le père spirituel des catholiques. Par exemple, le pape saint Célestin V avait volontairement démissionné de sa fonction et le pape Boniface VIII a été élu prochain pape.

L’Encyclopédie Catholique, 1913 : « le pape saint Célestin V (Pietro di Murrone), né en 1215, dans la province de Naples de Moline ; élu à Pérouse le 5 juillet 1294, consacré et couronné à Aquila, le 29 Août ; a abdiqué à Naples, le 13 décembre 1294 ; mourut dans le château de Fumone, le 19 mai 1296 …. la résolution de Célestin fut fixée définitivement ; convoquant les cardinaux cette journée, il a lu la constitution mentionnée par Boniface dans le « Liber Sextus », a annoncé sa démission, et a proclamé les cardinaux libres de procéder à une nouvelle élection. Au bout de ces neuf journées enjointes par la législation de Grégoire X, les cardinaux sont entrés dans le conclave, et le lendemain, Benedetto Gaetani fut proclamé pape Boniface VIII « .

Le Pape Boniface était alors le père spirituel des catholiques, tandis que Pietro di Murrone, le précédent pape Célestin, qui était encore en vie, n’était plus pape, et donc plus le père spirituel des catholiques. Même si les deux hommes étaient vivants au moment de l’élection du pape Boniface à papauté, les catholiques n’avaient pas deux pères spirituels, mais un seul. Considérons qu’un père biologique est un père biologique pour la vie, pour l’éternité, peu importe le nombre ou le type des péchés qu’il commet. Un pape qui commet des péchés mortels d’immoralité est encore catholique, il est encore le pape, et est donc toujours le père spirituel des catholiques. Un pape qui tombe dans les péchés contre la foi, par l’hérésie ou l’apostasie, n’est plus catholique, est en dehors de l’Église catholique, et perd automatiquement sa fonction, et n’est donc plus le pape et le père spirituel des catholiques. Un père biologique est un père biologique pour la vie, un père ou frère spirituel peut cesser d’être un père ou frère spirituel s’il tombe loin de la foi catholique et n’est donc plus catholique.

« Qui sont ma mère et mes frères ? … Car, quiconque fait la volonté de Dieu, est mon frère, et ma soeur, et ma mère». (Marc 3, 33, 35)

Les catholiques sont liés les uns aux autres par la foi catholique et non par la semence physique.

« Ce ne sont pas ceux qui sont les enfants de la chair qui sont les enfants de Dieu : mais ceux qui sont les enfants de la promesse sont comptés comme la semence ». (Rom. 9, 8)

Ce n’est pas notre race ou la lignée de la famille qui fait de nous les enfants d’Abraham et les enfants de Dieu, c’est la foi catholique qui le fait.

« Ne savez-vous donc pas que ceux qui sont de la foi, sont les mêmes enfants d’Abraham … Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi, en Jésus-Christ». (Galates 3, 26)

Si un catholique perd la foi catholique, il n’est plus un membre de la famille spirituelle de Dieu, il n’est plus un père spirituel ou frère de catholiques. Cher lecteur, pouvez-vous voir maintenant clairement comment la FSSPX a essayé de vous tromper par cette fausse analogie ?

5) Evasive en changeant de sujet

Où est le pape et l’Eglise ?

Une tactique d’un séducteur est de changer de sujet quand il ne peut pas se défendre. La FSSPX fait cela très souvent. Lorsque nous montrons à la FSSPX la preuve que Jean-Paul II, Benoît XVI, ou François Ier etc enseignent et pratiquent l’idolâtrie, l’apostasie, l’hérésie et, par conséquent, sont des idolâtres, apostats, hérétiques, et ne sont donc pas papes, car un hérétique manifeste ne peut pas être pape, ils changent de sujet et disent : «Alors, où est le pape ?» Lorsque nous leur prouvons que les documents conciliaires et la hiérarchie sont coupables des mêmes crimes, ils changent de sujet et disent : «Où est l’Église ? » Une chose qui n’a rien à voir avec l’autre.

En changeant de sujet, ils espèrent que vous allez répondre à leurs questions sans rapport et ainsi éviter d’avoir à répondre à vos premières accusations. Epinglez-les sur les hérésies dans les documents de Vatican 2, de Jean-Paul 2, de Benoît 16, François 1er, etc, et les instruments d’enseignement de l’Église conciliaire et ne les laissez pas changer de sujet. S’ils changent de sujet et donc ne répondent pas à vos accusations, ils sont coupables par omission et évasion. S’ils ne répondent pas à vos accusations en essayant d’expliquer les crimes et les criminels, alors ils se sont rendus coupables de péchés de commission, pour essayer de défendre directement l’hérésie manifeste et les hérétiques inexcusables. Si un homme qui se dit lui-même un prêtre catholique ne peut pas détecter et signaler une hérésie manifeste et accuser les auteurs d’être des hérétiques, alors quel genre de berger est-ce ? Est-ce que le prêtre est ignorant de la foi catholique, des antipapes et des hérésies claires manifestes de la secte Vatican 2, pensez-vous ? Alors l’instruire. S’il reste encore obstiné, évitez-le. C’est alors un loup non-catholique en vêtements de brebis, qui défend et patronne d’autres loups.

 

Le jeu des chiffres : Nous sommes plus que vous

Quand la vérité leur est présentée, que l’Eglise conciliaire ne peut pas être l’Eglise catholique et que Jean-Paul II, Benoît XVI, ou François Ier, etc ne sont pas catholiques et ne peuvent pas être papes, au lieu d’aborder les éléments de preuve, les enseignements et les actes d’idolâtrie, d’apostasie, et l’hérésie, et les enseignements du dépôt, ils changent de sujet et demandent : «Eh bien, si c’est vrai, où est l’Église catholique, ou bien, comment allons-nous faire le prochain pape, etc ?» C’est comme un homme qui refuse de croire que sa maison est en feu, parce qu’il n’a pas d’autre maison où aller, et donc il reste dans la maison et meurt des brûlures. Quelqu’un peut vouloir manger un steak, mais tout ce qu’il a est du foie haché, et ne sait pas pouvoir avoir un steak. Aucune somme d’imagination fera du foie haché un steak. S’il veut un steak, ils doit le chercher.

Peu importe combien on imagine l’Église conciliaire être l’Église catholique, elle ne peut jamais être l’Eglise catholique. Un homme ne sera certainement pas en mesure de trouver l’Église catholique jusqu’à ce qu’il apprenne d’abord la foi catholique. Vous pouvez avoir la messe, tous les sacrements et des sacramentaux, le chant grégorien, des monastères, tous les beaux cantiques, des livres de prières, des chapelets et des processions, mais sans la foi catholique, vous n’avez pas l’Eglise catholique, ni la vie surnaturelle en vous. Les schismatiques grecs semblent être très saints et pieux, et avoir la sainte Eucharistie, mais en réalité ils sont des hérétiques et des rebelles pourris et corrompus dirigés malheureusement pour l’enfer.

Comme je l’ai dit à un prêtre hérétique, je ne peux pas être en mesure de vous dire où il y a un évêque ou un prêtre catholique, et donc une église où vous pouvez aller, mais je vous garantis que l’Église où vous vous trouvez est dans le feu, elle est pas l’Église catholique, elle n’enseigne pas, ni ne pratique la foi catholique. C’est un fait incontestable. Le prêtre a éludé ce fait incontestable en changeant de sujet. Il a joué le jeu des chiffres. Il a dit d’un ton sarcastique, je suppose que vous êtes quelques-uns de l’Église catholique. Je lui ai dit, l’Église catholique est l’endroit où est la foi, même s’il n’y avait qu’une seule poignée catholique dans le monde.

«En ces jours, la foi va tomber très bas, et elle sera conservée que dans certains endroits, en quelques chalets et dans quelques familles que Dieu a protégés contre les catastrophes et les guerres». (Anne Catherine Emmerich)

«Le saint homme a disparu de la terre, et il n’y a aucun juste parmi les hommes». (Michée 7, 2-4)

«Tous les chefs des prêtres et le peuple multiplièrent aussi les transgressions» (2 Par. 36, 14)

«Car pendant de nombreux jours les enfants d’Israël demeureront sans roi et sans chef, sans sacrifice et sans stèle, sans éphod et sans théraphim.». (Osée 3, 4)

«Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera t-il, pensez-vous, la foi sur la terre ? » (Luc 18, 8)

Dans 2 Thessaloniciens 2, saint Paul parle des derniers jours comme étant caractérisés par une grande apostasie qui sera la pire jamais vue – encore pire que ce qui était connu dans la crise arienne au 4ème siècle, dans laquelle un prêtre authentiquement catholique ne pouvait guère être trouvé.

Père William Jurgens : «À un moment donné dans l’histoire de l’Église, quelques années seulement avant que Gregoire [Naziance] présente sa prédication (380), peut-être que le nombre d’évêques catholiques en possession de la foi, par opposition aux évêques ariens en possession de Sées, n’a été pas plus que quelque chose entre 1% à 3% de la totalité. La doctrine avait été déterminée par popularité, aujourd’hui, nous devrions tous être des négateurs du Christ et des adversaires de l’Esprit « .

Père William Jurgens : « Au temps de l’empereur Valens (4ème siècle), Basile était pratiquement le seul évêque orthodoxe dans tout l’Orient qui ait réussi à conserver la charge de son siège … Si cela n’a pas d’autre importance pour l’homme moderne, la connaissance de l’histoire de l’arianisme doit démontrer au moins que l’Eglise catholique ne tient pas compte de la popularité et des chiffres dans l’élaboration et le maintien de la doctrine : dans le monde, nous devrions depuis longtemps avoir dû abandonner Basile et Hilaire, Athanase, Libère et Ossius et nous appeler d’après Arius».

Saint Grégoire de Naziance, contre les ariens (380) : «Où sont ceux qui nous insultent de notre pauvreté et se glorifient dans leurs richesses ? Ceux qui définissent l’Eglise par le nombre et ont le mépris du petit troupeau ? »

Si la crise arienne – juste un prélude à la grande apostasie – était si vaste, que sera l’ampleur de la grande apostasie prédite par Notre Seigneur et Saint Paul ?

Prophétie de Saint Nicolas de Flüe (1417-1487) : «L’Église sera punie parce que la majorité de ses membres, hauts et bas, deviendra tellement pervertie. L’Eglise va sombrer plus profondément jusqu’à ce qu’enfin elle semblera être éteinte, et la succession de Pierre et des autres Apôtres avoir expiré. Mais, après cela, elle sera victorieusement élevée aux yeux de tous les sceptiques».

L’Encyclopédie catholique, l’article sur « Antichrist » indique que saint Bernard estimait que l’Antéchrist serait un antipape : «… Saint Bernard parle dans le passage de l’antipape [comme la Bête de l’Apocalypse]».

Bl. Joachim (1202) : « Vers la fin du monde, l’antichrist renversera le pape et usurpera son siège».

Mais si l’on croit que l’Antéchrist sera un antipape, il a certainement été prophétisé que les forces de l’Antéchrist dépasseront Rome dans les derniers jours. Le 19 septembre 1846, Notre-Dame de La Salette a prédit que Rome perdrait la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist dans un jour d’apostasie finale de la seule vraie foi catholique.

Notre-Dame de La Salette, le 19 septembre 1846 : « Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist … l’Eglise sera éclipsée». 

Cardinal Henry Edward Manning, La crise actuelle du Saint-Siège, 1861, p. 88-90 : « L’apostasie de la ville de Rome, du vicaire du Christ et sa destruction par l’Antéchrist peut être pensée très nouvelle pour beaucoup de catholiques, comme je pensais bien à réciter le texte de théologiens de grande renommée. Malvenda, qui écrit expressément sur le sujet, indique que l’avis de Ribera, Gaspar Melus, Biegas, Suarrez, Bellarmin et Bosius selon lequel Rome doit apostasier de la foi, chasser le Vicaire du Christ et retourner à son ancien paganisme . … Alors l’Église sera dispersée, enfoncée dans le désert, et sera pour un temps, comme il était au commencement, invisible ; cachée dans les catacombes, dans les cavernes, dans les montagnes, dans des endroits qui se cachent ; pendant un certain temps, elle doit être balayée, pour ainsi dire, de la surface de la terre. Tel est le témoignage universel des Pères de l’Eglise primitive».

Anne Catherine Emmerich, 4 Octobre 1820 : « Même si il ne restait plus un catholique, l’église serait reconquise parce qu’elle ne repose pas sur les conseils et l’intelligence humaines».

Avec Dieu, ce n’est pas un jeu de nombres. Notre Seigneur nous enseigne que les chiffres, la grande majorité, ne sont jamais avec lui, et que seuls quelques-uns seront sauvés. À l’époque de Noé seulement huit dans le monde entier sont restés fidèles. Jésus-Christ a dit que les derniers jours seraient comme les jours de Noé (Matthieu 24, 37-39). La Fraternité Saint Pie X a des chapelles à travers le monde et est une assez grande structure visible, indiquant une des raisons pour beaucoup de catholiques tombés qui sont influencés de travers, d’être emportés : par la force de cisaillement de chiffres, le principe démocratique, « La majorité l’emporte, » afin qu’ils se jettent leur sort. Cela montre qu’ils n’aiment pas Dieu par-dessus tout, la foi n’étant pas leur intérêt principal.

Eh bien, si ils ont raison, juste parce qu’ils ont beaucoup de chapelles et d’adeptes dans le monde, et que de ce fait ils sont une entité catholique légitime, alors je suppose que l’Église schismatique grecque doit être meilleure que la Fraternité Saint Pie X, parce qu’ils ont été, depuis près de 1000 ans, des millions d’adeptes dans le monde. Pourquoi ne pas aller à leurs églises ? Ils ont des évêques valides, des prêtres et l’Eucharistie, et semblent très saints et pieusx et ils enseignent même beaucoup de vérités la plupart des dimanches. Cependant, tout comme il est interdit et illégal de se joindre aux églises schismatiques grecques, alors même il est illégal et interdit de s’associer avec d’autres hérétiques ou schismatiques impies, et de s’unir à leur communion.

Saint Cyrille d’Alexandrie, Le Lévitique 17, 3 : « C’est donc illégal, une profanation, et un acte dont la répression est la mort à l’amour de s’associer avec les hérétiques impies, et de s’unir à leur communion».

Pape saint Grégoire le Grand, Dialogues (c. 593) : « Plutôt tous devoir se soumettre à la mort, que de recevoir le sacrement de la communion de la main d’un hérétique». (Cité par Gratien, Decretum, 42 XXIV. q. 1)

Pape saint Léon le Grand, Sermon 129 : «C’est pourquoi, depuis l’extérieur de l’Église catholique, il n’est rien de parfait, rien sans tache, l’Apôtre déclarant que  » tout ce qui n’est pas de la foi est péché  » (Romains 14, 23), nous ne sommes en rien comparés avec ceux qui sont divisés de l’unité du Corps du Christ ; nous ne nous sommes réunis en aucune communion».

Saint Jean Damascène : « Avec toutes nos forces, donc nous ne recevons jamais de communion ou l’accordons aux hérétiques ; « Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, dit le Seigneur, ne jetez pas vos perles devant les pourceaux » (Matthieu 7, 6) ; de peur que nous devenions participants de leur déshonneur et de leur condamnation». (Patrologie graeca, vol 94, col 1149, 1152, 1153 ;  Aussi De Fide Orthodoxa, Exposition de la foi orthodoxe, livre IV, chapitre XIII)

Nous avons maintenant montré comment la FSSPX trompe par omission, commission et évasion. L’effet de cette tactique sert à détourner vers d’autres sujets sans rapport avec la FSSPX, pour ne pas être épinglés sur le sujet initial de l’idolâtrie, de l’apostasie, de l’hérésie, et des enseignements selon lesquels un hérétique manifeste ne peut pas être un pape, et ne pas être épinglés leur rébellion étant écrasée contre ce qu’ils croient être l’autorité ecclésiastique légitime.

Sites schismatiques et hérétiques associés aux positions ou soutenant la FSSPX

.cathinfo.com

Cathinfo est un forum de soutien à la FSSPX et Mgr Richard Williamson géré par un modérateur hérétique nommé Matthieu, farouche ennemi de la pureté sexuelle (dont il supprime les postes de son site Web, en l’appelant fausse doctrine), en plus d’un promoteur obstiné de mauvaises et sensuelles publicités sur son site Web.

  • Cathinfo et Modérateur Matthew Exposé (www.cathinfo.com)

.traditio.com

Traditio prétend être un «Réseau traditionnel catholique» non-sédévacantiste auto-proclamé «La voix indépendante du catholicisme traditionnel depuis 1994 – l’encyclopédie virtuelle du catholicisme traditionnel – le premier site sur Internet pour les catholiques romains traditionnels – plus de lecteurs qu’un autre site catholique romain traditionnel». Le modérateur de ce site qui s’auto-décrit «un prêtre catholique traditionnel indépendant», le « père » Morrison de Hayward, en Californie, après enquête publique, a refusé de révéler son pédigrée ecclésiastique : selon les rapports, la validité de son ordination est douteuse.

  • Traditio.com Exposé : Croyances, Hérésies et Pratiques

.traditioninaction.org

Tradition in Action.org prétendant être un site web traditionnel «engagé à défendre le Magistère pérenne de la Sainte Mère Église et les traditions catholiques» contre l’Église conciliaire de Vatican 2, c’est une organisation non-sédévacantiste auto-proclamée, ce qui signifie qu’ils croient que les chefs de Vatican 2 sont des papes valides. Ils croient également que le sedevacantisme (et les sédévacantistes) est une « erreur fondamentale », et affirment croire qu’ «un pape ne peut mal faire».

  • Tradition In Action.org Exposé : Croyances, Hérésies et Pratiques

Mgr Fellay

Mgr Williamson

Personnes soutenant les positions de la FSSPX

Les gens qui suivent les positions hérétiques et schismatiques de la FSSPX suivent aussi les hérésies de la FSSPX et l’apostasie de vatican 2. Certains pourraient n’être qu’hérétiques matériels parce qu’ils ne connaissent pas le dogme, d’autre seulement soupçonnés d’hérésie en soutenant la secte FSSPX, et les autres hérétiques. Quoi qu’il en soit, outre sa position schismatique avec la secte vatican 2, la FSSPX tient, entre autres, les hérésies de « baptême de désir » et « baptême de sang », et du salut de l' »ignorant invincible ».

On peut prendre comme exemple Pierre Hillard, mais il existe de nombreux autres exemples similaires de faux traditionalistes non-catholiques comme par exemple : Philippe Ploncard d’Assac, Arnaud de Lassus, Louis-Hubert Rémi (« Amis du Christ Roi de France »-ACRF), Laurent Glauzy, etc., qui suivent les mêmes genres de positions hérétiques.

Pierre Hillard est un universitaire, docteur en sciences politique, professeur-enseignant, essayiste, conférencier, spécialiste du mondialisme, l’idéologie mystique maçonnique derrière la planification d’un nouvel ordre mondial par un gouvernement mondial supportant l’avènement de l’antéchrist.

Il se dit « catholique de l’Église d’avant vatican 2 » publiquement mais malheureusement il trompe ses nombreux auditeurs à ce sujet.

Dans une interview du 7 juin 2014 en vidéo sur youtube, il reconnait publiquement ne pas être sédévacantiste, et reconnait comme de vrais papes les chefs apostats et hérésiarques de la secte vatican 2 :

pierre Hillard papes v 2

« des mauvais papes … qui déconnent complètement » « …les papes depuis vatican 2 jouent un rôle qui détruit l’Eglise catholique classique » « …vatican 2 est absolument contraire aux principes de l’Eglise classique d’avant » « Benoit 16 a joué un rôle pour détruire l’Eglise » « avec le pape François … on a affaire à un laïc… déguisé en pape »

Il affirme donc publiquement que la secte vatican 2 détruit et est contraire à l’Eglise catholique et est l’Eglise catholique. Il avoue son hérésie en disant que l’Eglise est maculée, entachée d’erreur.

Pape Pie IX, Concile Vatican I, Session 4, chap. 4, ex-cathedra : «… en sachant très bien que le Siège de Saint-Pierre reste toujours intact de toute erreur, selon la promesse divine de notre Seigneur le Sauveur faite au chef de ses disciples : «J’ai prié pour toi [Pierre], afin que ta foi ne défaille pas, et toi, étant une fois converti, affermis tes frères » (Lc 22, 32)».

Pape Pie XI, Quas Primas (n° 22), 11 décembre 1925 : «Pas moins parmi les bénédictions qui ont résulté de l’honneur public et légitime payé à la Sainte Vierge et des saints est l’immunité parfaite et perpétuelle de l’Église de l’erreur et l’hérésie ».

Pape Pie XI, Mortalium Animos (n° 10), 6 janvier 1928 : «Pendant les siècles, l’Épouse mystique du Christ n’a jamais été contaminée, ni peut-elle jamais à l’avenir être contaminée, comme Cyprien témoigne : « L’Épouse du Christ ne peut pas faire défaut de son époux : elle est intacte et modeste. Elle … garde le caractère sacré de la chambre nuptiale chastement et modestement ».

Pour biaiser son affirmation hérétique, il ajoute «je n’ai pas assez de connaissance théologique pour être en mesure d’avoir un avis qui est celui des sédévacantistes».

Cette histoire de « connaissance théologique » est fausse : bien sûr, il pourrait être dans l’hérésie matérielle par ignorance, mais ce n’est pas le cas : Il n’est pas ignorant du tout, il connait les actes publics d’apostasie de la foi de Jean-Paul 2 ; il dit que « Benoit 16 a joué un rôle pour détruire l’Église » affirmant ici l’hérésie qu’un « pape » détruirait l’Église ; « avec le pape François … on a affaire à un laïc… déguisé en pape ». Il affirme ici, qu’un homme « déguisé en pape » serait un pape.

Tout le monde peut voir tout simplement avec la vraie foi que Jean 23, l’initiateur de l’apostasie vatican 2, Paul 6, le ratificateur de l’apostasie vatican 2, Jean-Paul 1er, l’humaniste moderniste, Jean-Paul 2 avec sa réunion d’Assise avec les fausses religions païennes entres autres choses, Benoit 16 à la mosquée entres autres choses et François, avec toutes ses actes publics d’hérésies, sont des hérétiques et des apostats publics qui ne sont pas catholiques du tout.

UN HÉRÉTIQUE NE PEUT PAS ÊTRE PAPE :

C’est un dogme infaillible irréformable de l’Église (loi divine) obligatoire à tenir sous peine d’hérésie.

L’Église catholique enseigne qu’un hérétique cesse d’être pape, et qu’un hérétique ne peut pas être élu validement pape.

L’Encyclopédie catholique, «hérésie», 1914, Vol. 7, p. 261 : « Le pape lui-même, s’il était notoirement [manifestement] coupable d’hérésie, cesserait d’être pape parce qu’il cesserait d’être membre de l’Église ».

L’hérésie est la négation le doute obstiné, par une personne baptisée, d’un article de foi divine et catholique. En d’autres termes, une personne baptisée qui refuse délibérément une autorité doctrinale de l’Église catholique est un hérétique.

luther

Martin Luther, peut-être l’hérétique le plus célèbre dans l’histoire de l’Église, a enseigné l’hérésie de la justification par la foi seule, parmi beaucoup d’autres.

Outre les antipapes régnants à Rome en raison d’élections non canoniques, l’Eglise catholique enseigne que si un pape devenait un hérétique, il perdrait automatiquement sa fonction et cesserait d’être le pape. Tel est l’enseignement de tous les pères et docteurs de l’Eglise qui ont abordé la question :

Saint Robert Bellarmin, cardinal et docteur de l’Église, De Romano Pontifice, II, 30 : « Un pape qui est un hérétique manifeste cesse automatiquement (en soi) d’être pape et la tête, tout comme il cesse automatiquement d’être un chrétien et un membre de l’Eglise. C’est pourquoi, il peut être jugé et puni par l’Eglise. C’est l’enseignement de tous les anciens Pères qui enseignent que les hérétiques manifestes perdent immédiatement toute juridiction ».Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, II, 30 : « Ce principe est le plus certain qu’un non-chrétien ne peut en aucune façon être pape, comme Cajetan l’admet lui-même (ib. c 26.). La raison de cela est qu’il.. ne peut pas être responsable de ce dont il n’est pas membre ; celui qui n’est pas chrétien n’est pas un membre de l’Église, et un hérétique manifeste n’est pas un chrétien, comme cela est clairement enseigné par saint Cyprien (lib. 4, Epist. .. 2), Saint Athanase (Scr. 2 contre les Ariens), saint Augustin (lib. De grand Christ Cap 20), Saint-Jérôme (contra Lucifer) et d’autres ;…. donc l’hérétique manifeste ne peut pas être pape ».

Saint François de Sales (17e siècle), Docteur de l’Eglise, La Controverse catholique, pp 305-306 : « Maintenant, quand il [le Pape] est explicitement un hérétique, il perd ipso facto sa dignité et est à l’extérieur de l’Eglise …  »

Saint Antonin (1459) : « Dans le cas où le pape deviendrait un hérétique, il se trouverait, de ce seul fait et sans autre peine, séparé de l’Église. Une tête séparée du corps ne peut pas, aussi longtemps qu’elle reste séparée, être chef d’un même corps dont elle a été coupée. Un pape qui serait séparé de l’Eglise par l’hérésie, donc, cesserait par le fait même lui-même d’être chef de l’Eglise. Il ne peut pas être un hérétique et rester pape, parce que, depuis qu’il est à l’extérieur de l’Eglise, il ne peut pas posséder les clefs de l’Eglise.  » (Somme Théologique, cité dans Actes de Vatican I. V. Fronde pub.)

Qu’un hérétique ne peut pas être un pape est enraciné dans le dogme selon lequel les hérétiques ne sont pas membres de l’Église catholique

Il convient de noter que l’enseignement des saints et des docteurs de l’Église cité ci-dessus – qu’un pape qui est devenu un hérétique cesse automatiquement d’être pape – est enraciné dans le dogme infaillible qu’un hérétique n’est pas membre de l’ Église catholique.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441, ex cathedra : «La sainte Église romaine croit fermement, professe et prêche que tous ceux qui sont en dehors de l’Église catholique, et non seulement les païens, mais aussi juifs ou hérétiques et schismatiques, ne peuvent pas partager dans la vie éternelle et iront dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges, sauf s’ils sont unis à l’Église avant la fin de leur vie … «

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 23), 29 juin 1943 : «Ce n’est pas tout péché, si grave soit-il, qui, comme de sa propre nature, amène un homme à rompre du corps de l’Eglise, comme le fait le schisme, l’hérésie ou l’apostasie « .

Nous pouvons voir que c’est l’enseignement de l’Eglise catholique que l’homme est séparé de l’Église par l’hérésie, le schisme ou l’apostasie.

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 : «La pratique de l’Eglise a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient coutume de tenir le plus à l’extérieur de la communion catholique, et étranger à l’Église, celui qui voudra s’éloigner le moins du monde de n’importe quel point de la doctrine proposée par l’autorité de son Magistère. « 

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9) : «Ce n’est pas celui qui ne croit pas seulement en toutes ces hérésies qui peut pour cette raison se considérer ou même être appelé catholique. Car il peut y avoir ou se poser d’autres hérésies, qui ne sont pas énoncées dans ce travail qui est le nôtre, et, le cas échéant s’il tient une seule d’entre elles, il n’est pas catholique» .

Pape Innocent III, eius exemplo, 18 décembre 1208 : «Par le cœur, nous croyons et nous confessons de bouche non pas une église des hérétiques, mais l’Église Sainte, romaine, catholique et apostolique en dehors de laquelle nous croyons qu’aucun n’est sauvé».

Ainsi, ce n’est pas seulement l’opinion de certains saints et docteurs de l’Église qu’un hérétique cesserait d’être pape, c’est un fait inextricablement lié à un enseignement dogmatique. C’est la vérité inextricablement liée à un dogme qu’on appelle un fait dogmatique. C’est donc un fait dogmatique qu’un hérétique ne peut pas être le pape. Un hérétique ne peut pas être le pape, car celui qui est à l’extérieur ne peut pas diriger ce dont il n’est pas un membre.

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 15), 29 juin 1896 : «Personne, donc, sauf en communion avec Pierre peut partager son autorité, car il est absurde d’imaginer que celui qui est à l’extérieur peut commander dans l’Église. «

Le pape Paul IV a émis une bulle papale déclarant solennellement que l’élection d’un hérétique en tant que pape est nulle et non avenue

En 1559, le pape Paul IV a publié toute une bulle papale traitant du sujet et la possibilité d’un hérétique d’être élu pape.

pape paul IV

Le pape Paul IV

Au moment où Paul IV a publié la Bulle (cité ci-dessous), il y avait des rumeurs selon lesquelles l’un des cardinaux était un protestant secret. Afin d’empêcher l’élection d’un tel hérétique à la papauté, le Pape Paul IV a solennellement déclaré que l’hérétique ne peut être validement élu pape. Voici les parties pertinentes de la Bulle Pour l’ensemble de la Bulle Cum Ex Apostolatus de Paul IV :

Pape Paul IV, Bulle Cum ex Apostolatus Officio, 15 février 1559 ex cathedra : «1 … Et, puisque là où le danger s’étend, là aussi il devient plus profond, il faut y veiller avec plus de diligence de telle sorte que des pseudo-prophètes ou des hommes revêtus d’une juridiction séculière ne puissent prendre misérablement dans leurs actes les âmes des gens simples, entraîner avec eux à la perdition et à la damnation éternelle des peuples innombrables soumis à leur soin et à leur autorité, soit spirituelle, soit temporelle. Et, pour que nous puissions ne jamais voir dans le lieu-Saint l’abomination de la désolation prédite par le Prophète Daniel, nous voulons autant que nous le pourrons avec l’aide de Dieu et selon notre charge pastorale, capturer les renards occupés à saccager la vigne du Seigneur et écarter les loups des bergeries, afin de ne pas sembler être comme les chiens muets, impuissants à aboyer, pour ne pas nous perdre avec les mauvais serviteurs et ne pas être assimilé à un mercenaire …

«6. De plus, [par Notre présente Constitution, qui doit rester valide à perpétuité Nous adoptons, déterminons par un décret et définissons que] si jamais un jour il apparaissait qu’un évêque, faisant même fonction d’archevêque, de patriarche ou de primat ; qu’un cardinal de l’Église Romaine, même légat ; qu’un SOUVERAIN PONTIFE LUI-MÊME, avant sa promotion et élévation au cardinalat ou au souverain pontificat, déviant de la foi catholique, est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l’assentiment unanime de tous les cardinaux, est NULLE , SANS VALEUR, NON AVENUE. Son entrée en charge, consécration, gouvernement, administration, tout devra être tenu pour ILLEGITIME.

«S’il s’agit du souverain Pontife, on ne pourra prétendre que son intronisation, adoration (agenouillement devant lui), l’obéissance à lui jurée, le cours d’une durée quelle qu’elle soit (de son règne), que tout cela a convalidé ou peut convalidé son pontificat ; celui-ci ne peut être tenu pour légitime JAMAIS ET EN AUCUN DE SES ACTES.

«De tels hommes, promus évêques, archevêques, patriarches, primats, cardinaux ou SOUVERAIN PONTIFE, ne peuvent être censés avoir reçu ou pouvoir recevoir AUCUN DROIT d’administration, ni dans le domaine spirituel, ni dans le domaine temporel. Tous leurs dits, faits, et gestes, leur administration et tous ses effets, tout est dénué de valeur et ne confère, par conséquent, aucune autorité, aucun droit à personne. Ces hommes ainsi promus seront donc, sans besoin d’aucune déclaration ultérieure, privés de toute dignité, place, honneur, titre, autorité, fonction et pouvoir, même si tous et chacun de ces hommes n’a dévié de la foi catholique, tombant dans le schisme ou l’hérésie, qu’après son élection, soit en suscitant soit en embrassant ces erreurs.

«7. Quand aux personnes assujetties au Pontife, aussi bien clercs séculiers et réguliers que laïcs, cardinaux y compris, qui auraient participé à l’élection du Pontife Romain déjà hors de la foi catholique, par hérésie ou schisme, ou qui y consentiraient de quelque autre manière, qui lui auraient promis obéissance, qui se seraient agenouillées devant lui…etc. de même quiconque se lierait à de telles personnes par hommage, serment ou caution, au lieu de renoncer en tout temps à leur obéir, les servir impunément, de les éviter comme des MAGICIENS, des PAÏENS et des PUBLICAINS et HÉRÉSIARQUES, toutes ses personnes assujetties, si elles prétendent néanmoins rester attachées fidèles et obéissantes… toutes ces personnes seront soumises au châtiment des censures et des peines qui frappent les gens qui déchirent la tunique du Seigneur…

«Donné à Rome, près de Saint Pierre en l’an de l’Incarnation du Seigneur 1559, 15 Février dans la quatrième année de notre pontificat.

«+ Moi, Paul, évêque de l’Eglise catholique …»

Avec la plénitude de son autorité pontificale [Par Notre présente Constitution, qui doit rester valide à perpétuité Nous adoptons, déterminons par un décret et définissons…], le pape Paul IV a déclaré que l’élection d’un hérétique n’est pas valide, même si elle a lieu avec le consentement unanime des cardinaux et est acceptée par tous.

Le pape Paul IV a également déclaré qu’il faisait cette déclaration dans le but de lutter contre l’arrivée de l’abomination de la désolation, dont a parlé Daniel, dans le lieu saintC’est étonnant, et il semble indiquer que le Magistère lui-même se connecte avec l’éventuelle arrivée de l’abomination de la désolation dans le lieu saint (Matthieu 24, 15) avec un hérétique se posant comme le pape – peut-être parce que l’hérétique se posant comme le pape nous donnera l’abomination de la désolation dans le lieu saint (la nouvelle messe), comme nous croyons que c’est le cas, ou parce que l’antipape hérétique va constituer l’abomination de la désolation dans le lieu saint.

L’Encyclopédie catholique répète cette vérité déclarée par le pape Paul IV en affirmant que l’élection d’un hérétique en tant que pape serait, bien entendu, complètement nulle et non avenue.

L’Encyclopédie catholique, « élections papales», 1914, Vol. 11, p. 456 : « Bien sûr, l’élection d’un hérétique, schismatique, ou femme [en tant que Pape] serait nulle et non avenue ».

Le pape Saint Pie V ordonna que les prescriptions de Paul IV soient observées inviolablement :
Pape Saint Pie V, motu proprio Inter multiplices curas, 21 décembre 1566, § 1 : « De notre propre mouvement et de science certaine, et dans la plénitude de notre puissance apostolique […], concernant la constitution de Paul IV, […] donnée en date du 15 février 1559, nous en renouvelons la teneur présentement, et encore nous la confirmons. Et nous voulons et commandons qu’elle soit observée inviolablement et avec le plus grand soin, selon son déroulement et sa teneur ».

Saint Robert Bellarmin, cardinal et docteur de l’Église explique cela clairement :

Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, lib. IV, c. 9, n° 15 :  » Car les hommes ne sont pas tenus, ou capables de lire dans les cœurs ; mais quand ils voient que quelqu’un est un hérétique PAR SES ŒUVRES externes, ils le jugent pour être un hérétique PURE ET SIMPLE, ET le condamnent comme hérétique « .

Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice , II, 30 : «Car, en premier lieu, il est prouvé avec arguments d’autorité et de la raison que l’hérétique manifeste est «ipso facto» [par là même] déchu de l’autorité, l’argument se fonde sur Saint-Paul (Tite 3, 10), qui ordonne que l’hérétique soitt évité après deux avertissements, s’il est, après lui avoir montré, manifestement obstiné – ce qui signifie avant toute excommunication ou sentence judiciaire. Et c’est ce que Saint Jérôme écrit, ajoutant que les autres pécheurs sont exclus de l’Église par sentence d’excommunication, mais les hérétiques se séparent eux-mêmes de leur propre fait du corps de Christ « 

St Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, II – 30 : « Un pape manifestement hérétique cesse automatiquement (per se [de lui-même] ) d’être le pape et la tête, de la même façon qu’il cesse automatiquement d’être un chrétien et un membre de l’Église. De ce fait, il peut être jugé et puni par l’Église. C’est l’enseignement de tous les anciens Pères, qui enseignent que les hérétiques manifestes perdent immédiatement toute juridiction».

St Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, II – 30 : « Ce principe est le plus sûr. Le non-chrétien ne peut en aucun cas être pape, comme Cajetan l’admet lui-même (ib. c. 26). La raison en est qu’il ne peut pas être la tête de ce dont il n’est pas membre ; celui qui n’est pas chrétien n’est pas membre de l’Église, et un hérétique manifeste n’est pas un chrétien, comme l’enseignent clairement saint Cyprien (lib. 4, Epist. 2), saint Athanase (Scr. 2 cont. Arian.), saint Augustin (Lib. De Grat. Christ. cap. 20), saint Jérôme (contra Lucifer) et d’autres ; l’hérétique manifeste ne peut donc pas être pape. »

Hérésie de Pierre Hillard sur youtube, 16 juin 2015 :

pierre hillard hérésie dogme Hors de l'Eglise pas de salut

Question : « Pouvez-vous confirmer les dires d’un de mes collègues catholiques qui affirme qu’il n’y a point de salut en dehors de l’Église catholique, tous les autres chrétiens ne seront point sauvés ? »

Réponse de Pierre Hillard : «L’Église c’est la seule vérité créée et lancée par le Christ ; Il y a les autres personnes, là c’est Dieu qui voit, qui sonde les reins et les cœurs et qui pourra dire si telle personne même si elle ne fait pas partie de l’Église catholique a eu un comportement digne et honorable, parce que évidement il y a tous les cas de figure, mais là en tant que catholique le seul phare de la vérité c’est l’Eglise éternelle interrompue de manière vraiment temporaire avec l’éclipse de vatican 2, mais  une éclipse est temporaire par définition, et donc le renouveau ; ça va faire cinquante ans vatican 2, vatican 2 s’est terminé en décembre 1965, on est en juin 2015, une éclipse par définition qui dure cinquante ans c’est long, m’enfin le renouveau est pour très bientôt».

Eh bien non, là ce n’est pas «Dieu qui voit si telle personne même si elle ne fait pas partie de l’Église catholique a eu un comportement digne et honorable, parce que évidement il y a tous les cas de figure», là c’est l’hérésie niant le dogme Hors de l’Église pas de salut.

Comme la FSSPX et les hérésies du baptême de désir/sang/salut de l’ignorant invincible, Pierre Hillard nie le dogme de l’Église « Hors de l’Église il n’y a absolument aucun salut« . Pierre Hillard, comme tous les faux « traditionalistes » Philippe Ploncard d’Assac, Arnaud de Lassus, Louis-Hubert Rémi et ses « Amis du Christ Roi de France » (ACRF), etc., trompe les gens sur la foi catholique au lieu de s’occuper des hérésies, et de la vraie foi en obéissant aux dogmes INFAILLIBLES révélés de Dieu. Ces gens croient en l’homme, aux théologiens faillibles, aux révélations privées et rejettent l’enseignement infaillible du Magistère en se faisant leur propre théologie humaine. Rejeter un dogme c’est rejeter toute la foi et le Christ. C’est cela la grande apostasie actuelle de la fin des temps.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Le symbole d’Athanase, Sess. 8, 22 novembre 1439, ex cathedra(déclaration de la chaire de Pierre infaillible et obligatoire à tenir sous peine d’hérésie et d’excommunication automatique) : « Celui qui veut être sauvé, doit avant tout tenir la foi catholique, à moins que chacun la conserve intègre et inviolée, il périra sans aucun doute pour l’éternité». 

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9) : «Ce n’est pas celui qui ne croit pas seulement en toutes ces hérésies qui peut pour cette raison se considérer ou même être appelé catholique. Car il peut y avoir ou se poser d’autres hérésies, qui ne sont pas énoncées dans ce travail qui est le nôtre, et, le cas échéant s’il tient une seule [hérésie] d’entre elles, il n’est pas catholique».

 

Un autre exemple est Laurent Glauzy qui montre, à raison, le complot mondial satanique, incluant l’avènement du nouvel ordre mondial luciférien et de l’antéchrist. Malheureusement, il est suspect d’hérésie et trompe les gens sur la vraie foi catholique qui seule peut sauver.

Laurent Glauzy – Les 13 lignées sataniques (.youtube.com/watch?v=1cd–hxDJHE) :

1 : 11 : 30 : « « La vraie mission de saint Jehanne d’Arc », livre de Louis-Hubert Rémi, livre essentiel »

L’essentiel est de revenir à la vraie foi traditionnelle et non le combat temporel et nationaliste qui détourne du salut.

Laurent Glauzy – Satanisme Pédo criminalité et Vatican – Meta TV 2/3 (.youtube.com/watch?v=KQQfhhXmfNY) ; 3/3 (.youtube.com/watch?v=FgkeLGpIzRA)  :

23 : 54 : « Les catholiques attaquent l’Islam en permanence. L’Islam n’est pas une religion satanique. C’est une idiotie de dire une chose pareille. [56 : 45 : «] comme quoi il ne faut pas voir que des mauvaises choses dans le Coran. [1 : 00 : 36 : «] ces histoires de montagne taillée dont fait référence cette sœur musulmane [à la personne posant une question par tchat] est toute à fait pertinente par rapport au Coran aussi».

Dire qu’une personne musulmane est une sœur est une hérésie, un déni du dogme Hors de l’Église pas de salut et une apostasie, en plus de ne pas confesser la foi catholique.

Code droit canon 1917, Can. 1325 : § 1 «Les fidèles du Christ sont tenus de professer ouvertement leur foi dans toutes les circonstances où leur silence, leurs hésitations ou leur attitude signifierait une négation implicite [déni] de la foi, un mépris de la religion, une injure à Dieu ou un scandale pour le prochain».

L’Église catholique enseigne magistériellement que l’Islam est une fausse religion et que les musulmans doivent entrer dans l’Église pour leur salut. Voir :

 

Laurent Glauzy : Les preuves de la dictature à venir avec penserlibrement.fr (.youtube.com/watch?v=HeHvTWfpzWY) :

4 : 46 : « Je constate à saint Nicolas du Chardonnet, dans la FSSPX, que les prêtres sont des gens de qualité, très grande qualité … ce sont vraiment des gens parfaits, d’une grande connaissance … [5 : 20 – 5 : 34 : «] …quelque soit vos péchés, ne vous occupez pas de çà, allez dans l’Église, remplissez les Églises … il ne faut pas s’intéresser à la conversion des gens… [6 : 10 : «] …les prêtres de la FSSPX qui sont des gens que je trouve excellents [10 : 38 : «] …ne vous occupez pas de la conversion des gens, çà c’est le bon Dieu qui décide… »

Conclusion

Pierre Hillard, comme la secte FSSPX et ses adeptes, fait passer la forme avant le fond, c’est-à-dire la messe avant la vraie foi sans laquelle le salut n’est pas possible. Même si elle pense être catholique, la FSSPX n’est pas catholique. C’est une secte schismatique et hérétique, Mgr Lefebvre était hérétique et schismatique (Voir plus haut).

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441, ex cathedra(déclaration de la chaire de Pierre infaillible et obligatoire à tenir sous peine d’hérésie et d’excommunication automatique) : «… aucun de ceux qui se trouvent en dehors de l’Église catholique, non seulement païens, mais encore juifs ou hérétiques et schismatiques ne peuvent devenir participants à la vie éternelle, mais iront  « dans le feu éternel qui est préparé par le diable et ses anges »  …  personne ne peut être sauvé, si grandes que soient ses aumônes, même s’il verse son sang pour le nom du Christ, s’il n’est pas demeuré dans le sein et dans l’unité de l’Église catholique».

Puisque beaucoup ont une grande estime pour la FSSPX, ils ont été amenés dans la même position schismatique. Toutes ces fausses positions sur la situation post-Vatican 2 sont le résultat de la réticence de la FSSPX à voir la vérité : la secte Vatican 2 est une église de contrefaçon de haut en bas, et les « papes » post-Vatican 2 sont en fait des antipapes invalides.