Frère Michael Dimond et frère Peter Dimond de Most Holy Family Monastery – Croyances et pratiques exposées

Sommaire

  • Michael Dimond du Monastère de la très Sainte Famille – Contradictions flagrantes, pratiques hérétiques et hérésies scandaleuses exposées
    • Ils assistent à la messe à des lieux de réunion d’hérétiques
    • Excommunication automatique pour tous les hérétiques, schismatiques et apostats sans exception
    • Les frères Dimond jouent des deux côtés de la clôture
    • Les hérétiques peuvent-ils avoir l’autorité dans l’Église ?
  • Peter Dimond du Monastère de la très Sainte Famille – Contradictions flagrantes, pratiques hérétiques et hérésies scandaleuses exposées
    • Ils prient en communion avec les hérétiques notoires et reçoivent les sacrements d’eux
    • Est-ce un article de foi divine et catholique qui interdit de prier en communion avec les hérétiques et recevoir d’eux les sacrements ?
    • Les hérétiques et les schismatiques sont séparés de la communion avec l’Église
    • Qu’est-ce qui rend une église non catholique et un lieu de réunion d’hérétiques ?
    • Les frères Dimond aiment avoir leur gâteau et en plus le manger
    • Plus sur les enseignements illogiques et hérétiques de Peter Dimond sur les hérétiques notoires de fait
    • L’hérésie de Peter, « la dissimulation » et « l’excuse en droit », réduite à son principe absurde
    • Les frères Dimond concluent à la Communion avec les portes de l’enfer !

Cette page a pour auteur .catholic-saints.net/

Traduction française personnelle

Michael Dimond du Monastère de la très Sainte Famille – Contradictions flagrantes, pratiques hérétiques et hérésies scandaleuses exposées

Frère Michael Dimond (également connu sous le nom de Frederick  Dimond) est un catholique traditionnel auto-professé, moine bénédictin, frère de Peter (Robert) Dimond, et supérieur du Monastère de la Très Sainte Famille. Élevé dans une famille sans religion, Frederick Dimond se converti dans ce qu’il prétend être le catholicisme à l’âge de 15 ans , et, à l’âge de 19 ans, il entra au monastère de la Très Sainte famille en 1992, peu de temps après avoir été diplômé de l’école secondaire. Frédéric a changé maintenant de nom pour Frère Michael Dimond, a été élu supérieur du monastère Très Sainte Famille fin 1995, après que le Frère Joseph Natale, le fondateur et premier supérieur du monastère de la Très Sainte Famille, soit mort. Michael affirme également qu’il a pris ses vœux perpétuels devant un prêtre validement ordonné. (Info sur notre Communauté bénédictine – Fr. Michael Dimond OSB)

Ils assistent à la messe à des lieux de réunion d’hérétiques

Comme on le sait, les frères Dimond assistent sciemment à la messe de «lieux de réunion (églises) des hérétiques» et donc prient sciemment en communion avec les hérétiques notoires. Ils assistent à la messe dans une église de rite oriental qui est sous l’antipape apostat de l’église Vatican II. Ils admettent aussi que les prêtres et la plupart des gens dans l’église où ils assistent à la messe (et dans d’autres églises où ils disent à leurs partisans d’assister à la messe) sont des hérétiques notoires, connus :

Peter Dimond, conversations par e-mail avec RJMI [Richard Joseph Michael Ibranyi] (29/12/2001) :  « Le prêtre où nous allons à la messe sait ce que nous croyons, et les gens qui y vont ont eu l’information mise à leur disposition ».

Peter Dimond, Hors de l’Église catholique il n’y a absolument pas de Salut : « Dieu a permis aux bâtiments catholiques, séminaires et écoles d’être enlevés et confisqués par une secte non-catholique de contrefaçon (la secte Novus Ordo / Vatican II), avec des prêtres apostats, pervers, une fausse « Messe » (la nouvelle messe) et un antipape apostat … »

Peter Dimond, « Sacrements d’hérétiques non déclarés » Débat – Les Citations importantes : «… s’il est légitime de recevoir les sacrements de certains HÉRÉTIQUES NON-DÉCLARÉS au cours de cette crise et de l’apostasie … Il convient également de souligner que, bien que nous signalons que les CATHOLIQUES peuvent recevoir les SACREMENTS DE CERTAINS PRÊTRES QUI SONT HÉRÉTIQUES NON DÉCLARÉS en ce moment …»

Peter et Michael Dimond, Une voix crie dans le désert, numéro 5, Observations finales, p. 65 : «La triste réalité de cette situation, que [la secte Vatican II et l’] l’antipape … et ses cohortes ont créé, signifie que ceux qui l’acceptent, le suivent ou le défende, tout en ignorant les faits présentés dans ce magazine et autres éléments de preuve disponibles qui l’expose comme antipape … perdront leur âme et seront torturés en enfer pour l’éternité ».

Michael Dimond, Les catholiques aller n’importe où pour recevoir les sacrements aujourd’hui ? : « Ma position actuelle sur cette question serait que les catholiques peuvent aller recevoir les sacrements d’un prêtre [hérétique] validement ordonné [de la secte hérétique et apostate] qui accepte Benoît XVI comme pape dans les conditions expliquées ci-dessous. Ma position personnelle sur cette question, à ce stade de l’apostasie, est que vous n’y allez pas pour la messeVous allez simplement à l’église pour recevoir la communion et la confessionJ’ai conseillé aux gens d’arriver délibérément à la messe tardivement parce que vous n’êtes là que pour recevoir les sacrements et pour rien d’autre. En ce qui concerne la prière avec les [hérétiques] les gens [qui sont membres de la secte hérétique], j’ai dit aux gens qu’ils doivent prier par eux-mêmes jusqu’à ce que la communion soit donnée. Quand vous voyez que le prêtre est sur le point de donner la communion, vous pourriez ensuite aller dans la partie principale de l’église pour recevoir la communion ».

Peter Dimond, parlant au nom de Michael Dimond et MHFM : « Que l’on sache, toutefois, que nous ne prions pas en commun avec les hérétiques. Je ne joins pas ma prière avec des hérétiques, et je ne recommande à personne de le faire, mais seuls les vrais catholiques. … Je répète que je ne prie pas ou chante des psaumes avec les hérétiques. … De plus, comme je l’ai déjà dit, je ne vais pas dans les maisons de réunion des hérétiques, et je ne recommande à personne de le faire ». (Conversations e-mail avec RJMI (29/12/2001))

Quand et où l’Église a-t-elle jamais approuvé cet étrange comportement contradictoire que les Dimond préconisent ici ? Nulle part !

Concile de Laodicée, Canon 9 (364) : « Les membres de l’Église ne sont pas autorisés à rencontrer … l’un des hérétiques, pour la prière ou du service ; mais il doivent, s’ils sont communiants, être excommuniés pour un temps ; mais s’ils se repentent et confessent qu’ils ont péché, ils doivent être reçus ».

Code de droit canonique de 1917, Canon 1258 : « Il est interdit à tous les fidèles d’aider de quelque manière active ou d’avoir un rôle dans le culte des non-catholiques ».

Code de Droit Canon 1917, Canon 823 : « La Messe ne peut pas être dite dans les églises des hérétiques ou schismatiques, même si elles étaient dans le passé correctement consacrées ou bénies ».

Le pape Pie VI, Charitas Quae, 13 avril 1791 : « 31 … Tenez-vous à l’écart de tous les intrus, s’ils sont appelés archevêques, évêques ou curés ; ne tenez pas la communion avec eux en particulier dans le culte divin ».

Le pape Pie XI, Mortalium Animos, (01/06/1928) : « Alors, Vénérables Frères, il est clair que ce Siège apostolique n’a jamais permis à ses sujets de prendre part aux assemblées des non-catholiques ».

Cependant, s’il est vrai qu’ils ont présenté la vérité au prêtre et aux gens avec qui ils assistent à la messe, de leur propre aveu alors, ils prient sciemment en communion avec les non-catholiques et participent au crime de réceptions sacrilèges de la Sainte Communion avec des non-catholiques. Ailleurs Peter et Michael Dimond admettent explicitement :

Peter et Michael Dimond, La Société Hérétique de Pie V (2003) : « Voilà pourquoi nous avons pris soin de souligner énergiquement à ceux qui assistent aux messes de la SSPV (ou la CMRI, Fraternité Saint Pie X, églises byzantines, et presque tous les  prêtres indépendants «traditionnels», etc. qui croient de la même manière) qu’ils ne peuvent pas leur donner un soutien financier sous peine de péché mortelcar ce serait effectivement constituer un déni de la foi en faisant un don à une organisation hérétique ».

Constitutions apostoliques, Livre II, Section 7, 62 (v. 380) : « Prenez donc garde de ne pas adhérer vous-mêmes dans votre culte avec ceux qui périssent … Car il n’y a pas de communion entre Dieu et le diable ;  celui qui se réunit avec ceux qui favorisent les choses du diable, sera estimé l’ un d’entre eux, et héritera d’ un malheur. … Alors qu’il est du devoir d’un croyant d’éviter les assemblées des méchants … et du reste des hérétiques, de peur que nous unir à eux, nous apporte des pièges sur nos propres âmes ; comme nous ne pouvons pas nous joindre à leurs fêtes, qui sont célébrées en l’honneur des démons, nous participerions avec eux à leur impiété ».

Parce qu’aucun d’entre eux n’a jamais été ordonné, et qu’ils croient que la nouvelle messe est invalide et un faux culte, ils reçoivent les sacrements d’un rite byzantin d’une Église catholique qui est en communion avec Vatican II et ses antipapes, à Rochester, New York, en vêtements simples au lieu de leurs habituels bénédictins pour cette occasion. Peter Dimond a écrit : « En recevant les sacrements de certains prêtres byzantins ces dix dernières années – à savoir des prêtres qui ne sont pas notoires ou imposant leurs hérésies – j’ai reçu ce que je considère être des grâces spirituelles énormes ». (La question de savoir si on peut recevoir des sacrements en ces temps difficiles)

L’Église catholique, cependant, enseigne ce qui suit au sujet de «recevoir les sacrements» des ministres hérétiques et schismatiques :

Pape Pie VIII, Traditi Humilitati (n° 4), 24 mai 1829 : « Jérôme disait ainsi : celui qui mange l’agneau en dehors de cette maison [lieux de réunions des hérétiques] périra tout comme ceux lors de l’inondation qui n’étaient pas avec Noé dans l’arche ».

Pape Grégoire XVI, Commissum Divinitus (n° 11), 17 mai 1835 : «… quiconque ose s’écarter de l’unité de Pierre pourrait comprendre qu’il ne partage plus le mystère divin … Celui qui mange l’agneau à l’extérieur de cette maison [lieux de réunion des hérétiques] est impie ».

Un ancien membre du Monastère de la Sainte Famille, Richard Ibranyi, a déclaré ce qui suit au sujet des pratiques religieuses et des activités de son ancien supérieur, Michael Dimond, au moment de son association avec lui :

RJMI, conversations par e-mail avec Peter Dimond (29/12/2001) : « Michael Dimond interdit strictement à quiconque de parler au peuple ou au prêtre, tellement pas même un bonjour. Il interdit également à ses de distribuer ou laisser n’importe quelle littérature dans, ou devant l’église. Je sais. Je faisais partie de ses sbires. Je lui ai donné une fausse obéissance à cet égard, et commis des péchés mortels contre le premier commandement par omission pour garder le silence, et par association pour prier en connaissance de cause en communion avec les non-catholiques. J’ai été sévèrement punis par Dieu pour ce crime propre. J’ai coupablement obéi à Michael et me suis ainsi soustrait à mon devoir de professer la foi. Je voulais, mais je donnais à Michael une fausse obéissance et suis resté silencieux pendant une longue période de temps. Je choisis les hommes au lieu de Dieu. C’est encore pire que quand j’y étais. Quand j’assistais à la messe avec Michael nous avons porté l’habit religieux. J’ai entendu de Will Norris qu’il ne ferait plus ça. Vous et Michael, comme des lâches essayant de cacher votre crime, assistez à la Messe dans les vêtements de laïcs. Cela prouve seulement ce qui était vrai quand j’y étais. Michael, son ordre religieux, et vous êtes des fraudes non-catholiques. Je l’ai dit à Michael quand j’étais au Monastère. « Je lui ai dit : Soit nous professons le plein dépôt de la foi et vivons à travers lui ou soit nous ne sommes rien de plus que des fraudes non-catholiques. Enlevons ces costumes maintenant et cessons de faire semblant et de mentir aux gens ».

En ce qui concerne son expulsion du Monastère de la Sainte Famille par son supérieur – Michael Dimond – Richard Ibranyi dit ce qui suit :

«Pourquoi j’ai quitté le Monastère de la Très Sainte Famille – Beaucoup ont demandé pourquoi je suis parti du monastère de la Très Sainte Famille, dans lequel Fr. Michael était mon supérieur. J’avais tenu la position sede vacante  un an avant que je sois sorti du monastère et ai été réduit au silence par Michael d’enseigner cette vérité. Il a fait valoir obstinément qu’il ne pouvait pas faire une déclaration selon laquelle Jean-Paul II est un antipape. Par conséquent, je l’ai condamné constamment lui et sa croyance avec les paroles claires de la Bulle Cum Ex Apostolatus Officio qui décrète qu’un hérétique ne peut pas être élu à la papauté, même si tous les cardinaux devaient l’élire en tant que pape, et avec le droit canon qui décrète qu’un pape qui devient un hérétique notoire perd automatiquement sa fonction de pape par la loi de l’ Église et donc sans la nécessité d’une déclaration, comme indiqué dans Canon 188, 4 sur la Démission Tacite de fonction … J’ai vigoureusement résisté à Michael en lui disant que je ne consentirait pas à son hérésie de nier ces enseignements infaillibles. Je lui ai aussi résisté vigoureusement quand il m’a ordonné de ne pas donner ces enseignements catholiques à d’autres ; et donc je l’ai dénoncé pour contester la vérité, comme l’apostat Jean Paul II conteste la vérité. Par conséquent, je suis finalement sorti du monastère à cause de ce conflit intense ; mais Michael n’a jamais admis que c’est la raison pour laquelle il m’a laissé partir du monastère. Le 29 août 1997, Michael m’a expulsé du monastère. Il a essayé de me libérer sans mentionner la vraie raison. Il m’a dit qu’il croyait que Dieu m’appelait à un ministère de prédication plus public, alors que le monastère est plus contemplatif. Je ne tolère pas son excuse. Je lui ai dit, « C’est un mensonge ! D’une part , nous ne sommes pas un monastère totalement contemplatif. Nous avons produit des informations controversées au public qui nous oblige à défendre nos enseignements publiquement et d’essayer de convertir les âmes. La vraie raison pour laquelle vous m’expulsez est parce que je tiens la position sede vacante et pas vous ». Michael a alors frappé du poing sur la table et dit : « Oui, c’est la raison ! Personne ne peut juger le pape. Personne ne peut faire une déclaration contre un pape ». C’est quand j’ai dis : « Nul ne doit juger un pape qui devient un hérétique notoire parce que l’Église elle-même, par l’exploitation de ses lois, excommunie automatiquement un pape hérétique et le destitue automatiquement.  Je vais le dire mille fois si je dois : le canon 188, 4 enseigne qu’  »aucune déclaration n’est nécessaire »,  »aucune déclaration n’est nécessaire »,  »aucune déclaration n’est nécessaire »,  »aucune déclaration n’est nécessaire » pour un hérétique notoire pour déchoir de la fonction de pape. Telle est la vérité que vous ATTAQUEZ, et je n’obéirai pas à vos ordres pécheurs comme vous n’obéissez pas à Jean-Paul II, un homme que vous croyez être le pape, dans ses commandements de péché ». … Un an ou plus après mon départ, Michael a changé sa croyance et a tenu la position sede vacante ; mais il n’a jamais admis qu’il m’avait expulsé pour la vraie raison mentionnée dans cette lettre ».

Will Norris, qui a également été associé à Peter et Michael Dimond et est resté à leur monastère à Fillmore, New York, pour une période de temps (et qui plus tard a admis avoir été induit en erreur par certains de leurs enseignements en pensant que les catholiques peuvent prier en communion avec les hérétiques et schismatiques notoires en assistant à leurs messes), a déclaré ce qui suit au sujet de leurs pratiques religieuses au moment de leur association :

Will Norris, Truth or Consequences [Vérité ou Conséquences], Nouveau Mexique, 10/01/2002 : « Je suis allé à la messe avec Michael et Peter environ trois fois. Ils ne portent pas l’habit religieux. Ils s’habillent comme des laïcs de sorte que le prêtre et les gens ne pensent pas qu’ils sont frères. Nous y sommes allés en retard tout le temps. Nous sommes arrivés à la lecture de l’Évangile. Après la messe, nous sommes allés à la confession, puis sommes partis rapidement sans parler à personne ou laisser de littérature dans l’église ou sur les voitures devant. Il a fait cela chaque fois que j’ai assisté à la messe avec lui. J’ai demandé à Michael de donner l’information au prêtre à l’église. Michael a dit qu’il envisageait de lui envoyer sans mettre son nom sur l’enveloppe. Mais il se méfiait de le faire parce qu’il avait peur de se voir refuser les sacrementsJe demandai à Michael, la messe n’est-elle pas la plus haute forme de prière et ne sommes-nous pas en train de prier en communion avec le prêtre et le peuple ? Michael a dit que le prêtre est celui qui est offre le sacrifice et non pas nous. Nous ne sommes pas coupables de ses péchés contre la foi ».

Contrairement aux divagations hérétiques de Michael Dimond, l’Église catholique enseigne ce qui suit sur l’association religieuse avec les hérétiques et les schismatiques connus (et oui, comme nous l’avons déjà vu, Peter et Michael Dimond croient que les églises leur offrant la messe et les prêtres leur donnant les sacrements sont des prêtres hérétiques et des églises hérétiques) :

« Comment pèche-t-on contre la foi catholique ? Un catholique pèche contre la foi par l’apostasie, l’hérésie, l’indifférentisme et en prenant part au culte non catholique ». (Catéchisme du Concile de Trente, Catéchisme [attribué au] pape saint Pie X, et Catéchisme de Baltimore)

Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique, Supplément, Q. 23, Art. 3, réponse au 2 : « Le commandement de l’Église considère des matières spirituelles directement et des actions légitimes en conséquence : d’où en tenant la communion dans le culte divin [comme avec un hérétique], on agit contre le commandement, et on engage un péché mortel ».

Constitutions apostoliques, Canon 45 : « Un évêque, un prêtre ou un diacre [ou un laïc], qui a seulement prié avec les hérétiques, qu’il soit excommunié : mais s’il leur a permis d’accomplir toute fonction cléricale, qu’il soit déposé » .

Constitutions apostoliques, Canon 65 : « Si quelqu’un, que ce soit du clergé ou laïc, entre dans une synagogue des Juifs ou des hérétiques pour prier, qu’il soit privé et suspendu [ou excommunié] ».

Concile de Carthage : « On ne doit ni prier, ni chanter des psaumes avec les hérétiques, et celui qui communique avec ceux qui sont coupés de la communion de l’Église, que ce soit du clergé ou laïc : qu’il soit excommunié » .

Par conséquent, puisqu’il est interdit d’être en communion religieuse avec les hérétiques, prier avec eux, ou recevoir d’eux les sacrements, c’est un péché mortel de recevoir les sacrements d’Eucharistie et de Pénitence des ministres hérétiques ou d’entrer dans leurs églises. Ailleurs Peter Dimond, parlant au nom de Michael Dimond et MHFM, admet explicitement ceci :

Peter Dimond, « Sacrements d’hérétiques non déclarés », Débat – Les citations importantes : « Le péché est causé en communiquant avec eux en dépit de (contre) l’interdiction de l’Église … »

Ce que Michael Dimond doit faire au lieu de chercher des excuses pour aller chez les hérétiques est de dénoncer ces meurtriers des âmes (hérétiques et schismatiques) qu’on est obligé de le faire devant d’autres personnes dans de telles situations, et ce qu’il ne doit pas faire est de professer la communion religieuse avec eux. C’est assez facile vraiment si on est juste honnête avec soi-même. Sans s’opposer aux hérétiques et schismatiques et à l’erreur manifeste quand on peut le faire, on peut être condamné au feu de l’enfer éternel et partager leur péché comme les citations suivantes le rendent parfaitement clair :

Le pape saint Félix III (5e siècle) : « Ne pas s’opposer à l’erreur est l’approuver, et ne pas défendre la vérité est la supprimer, en effet, la négligence pour confondre les méchants – quand nous pouvons le faire – n’est pas moins un péché que de les encourager ».

Jacques 4, 17 : «Pour celui qui connait le bien à faire, et ne le fait pas, pour lui c’est le péché».

Code de Droit Canonique 1917, Canon 1325, 1 : « Obligation de professer la foi – Les fidèles sont tenus de professer leur foi ouvertement chaque fois que les circonstances, le silence, la fraude, ou leur manière d’agir autrement constituerait implicitement un déni de la foi, ou impliquerait le mépris de la religion, une offense à Dieu, ou le scandale de leur prochain ».

Le Pape Léon XIII, Inimica vis, 8 déc. 1892 : «Grave et très grave est le jugement qu’à porté à ce sujet Félix III, Notre prédécesseur : C’est approuver l’erreur que de ne pas y résister ; c’est étouffer la vérité que de ne pas la défendre… Quiconque cesse de s’opposer à un forfait manifeste peut en être regardé comme le complice secret».

Ainsi, les Dimond sont également hérétiques parce qu’ils nient implicitement la foi catholique en se soustrayant à leur obligation de professer correctement la foi catholique à ceux avec lesquels ils prient en communion. Ils sont aussi hérétiques eux-mêmes pour devenir associés dans leur péché.

Les frères Dimond nient ainsi la foi catholique, rendent offense à Dieu et donnent scandale à leur prochain en entrant dans les maisons des hérétiques et schismatiques, professant ainsi publiquement à tous les présents qu’ils partagent la même foi qu’eux. Le scandale que cela provoque aux  yeux des vrais catholiques est facile à comprendre. Car chaque personne qui les voit entrer dans une église où le prêtre est un hérétique ou schismatique, assumera qu’ls sont d’ accord avec son hérésie ou de schisme. S’ils se levaient et dénonçaient ceux qui adhèrent à la fausse « Église » vatican II, comme tout catholique est tenu de le faire, ils y seraient immédiatement jetés dehors. Les Dimond se moquent de l’unité de la foi !

EXCOMMUNICATION AUTOMATIQUE POUR TOUS les hérétiques, schismatiques et apostats SANS EXCEPTION

La phrase déclarative qui fait suite à une excommunication automatique est simplement une reconnaissance juridique de quelque chose qui existe déjà. Si cela était faux, l’excommunication automatique serait dénuée de sens. Le canon 2314 du Code de droit canonique de 1917, mais non-infaillible, est parfaitement en ligne avec l’enseignement catholique : « Tous les apostats de la foi chrétienne et chaque hérétique ou schismatique : 1) encourent ipso facto [par ce fait même] l’excommunication … »

Le pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 23), 29 juin 1943 : «Ce n’est pas tout péché, si grave soit-il, qui soit tel que de sa propre nature fait rompre un homme du Corps de l’Église, comme le fait le schisme, l’hérésie ou l’apostasie ».

Le pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 : « La pratique de l’Eglise a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient l’habitude de tenir À L’EXTÉRIEUR DE LA COMMUNION CATHOLIQUE  ET ÉTRANGER À L’ÉGLISE, QUICONQUE se retirait le moins du monde de tout point de DOCTRINE PROPOSÉ PAR L’AUTORITÉ DE SON MAGISTÈRE ».

Le pape Pie VI, Auctorem fidei, 28 août 1794 : « 47. De même, la proposition qui enseigne qu’il est nécessaire, selon les lois naturelles et divines, soit pour l’excommunication ou pour la suspension, qu’un examen personnel doit précéder, et que, par conséquent, les peines appelées «ipso facto» n’ont aucune autre force que celle d’une menace grave sans aucun effet réel – Fausse, téméraire, pernicieuse, injurieuse à la puissance de l’Église, erronée ».

La personne hérétique est déjà séparée de l’Église. La plupart des hérétiques sont connus pour être des hérétiques sans procès ou sentence déclaratoire, et doivent être dénoncés comme tels. Comme on le voit ici, l’Église catholique enseigne que les processus et les jugements formels ne sont pas nécessaires pour que les excommunications ipso facto (par le fait même) prennent effet. Elles sont très souvent, comme dans le cas de l’hérétique Martin Luther, des reconnaissances formelles de l’excommunication ipso facto qui a déjà eu lieu. Cela devrait être évident pour un catholique.

Le pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 22) : «Ainsi donc , comme dans la vraie communauté chrétienne il n’y a qu’un seul corps, un seul Esprit, un seul Seigneur, et un seul baptême, il peut donc  y avoir qu’une seule foiEt par conséquent, si un homme refuse d’écouter l’Église, qu’il soit considéré – comme le Seigneur le commande – comme un païen et un publicain. Il en résulte que ceux qui sont divisés dans la foi ou le gouvernement ne peut pas vivrent dans l’unité d’un tel corps, ni ne peuvent-ils vivrent de la vie de son seul Esprit Divin ».

Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, II, 30 : «… car les hommes ne sont pas tenus, ou capables de lire dans les cœurs ; MAIS quand ils voient que QUELQU’UN EST UN HÉRÉTIQUE PAR SES ŒUVRES EXTÉRIEURES, ILS LE jugent hérétique PURE ET SIMPLE, ET LE DÉNONCENT comme hérétique. Car, en premier lieu, il est prouvé par des arguments d’autorité et de la raison que l’hérétique manifeste est ipso facto déchu. L’argument d’autorité est basé sur St Paul (Tite 3, 10), qui ordonne que l’hérétique soit évité après deux avertissements, c’est-à-dire après s’être montré manifestement obstiné, ce qui signifie avant toute excommunication ou sentence judiciaire. Et voici ce que saint Jérôme écrit, en ajoutant que les autres pécheurs sont exclus de l’Église par sentence d’excommunication, mais les hérétiques s’excluent eux-mêmes et se séparent par leur propre acte du corps du Christ ».

Comme nous l’avons déjà montré, c’est un dogme que 1) les hérétiques ne sont pas membres de l’Église ; et 2) qu’un hérétique est automatiquement excommunié (ipso facto) sans autre déclaration. C’est un fait dogmatique, donc, qu’un hérétique ne peut pas faire partie ou gouverner l’Église, car il ne fait pas partie de celle-ci. Dire que les catholiques devraient rester en communion avec un hérétique manifeste car aucun procédé contre lui n’avait été achevé, est contraire à l’enseignement catholique, la tradition catholique et le sens catholique.

LES FRÈRES DIMOND JOUENT DES DEUX CÔTÉS DE LA CLÔTURE

Observez comment les frères jouent des deux côtés de la clôture. Combien de fois avons-nous tous entendu des gens Novus Ordo et d’autres hérétiques que nous n’avons pas le droit de juger qui est un hérétique ? Cet hérétique a été officiellement déclaré par l’Église ? Bien sûr, nous savons tous que ce n’est pas vrai et il semble que les frères Dimond seraient d’accord avec cela. Eh bien, parfois c’est ce qui est. Vous voyez, ils aiment malheureusement avoir leur gâteau et aussi le manger. Vous voyez que d’ un côté ils disent que les catholiques ont le devoir de juger et de dénoncer les hérétiques, et que les hérétiques perdent l’autorité dans l’Église SANS DÉCLARATION :

MHFM : « Les hérétiques perdent toute l’adhésion [plus membres de l’Église] et l’autorité dans l’Église catholique automatiquement ».

MHFM : « Les catholiques ont l’obligation de juger et de dénoncer les hérétiques quand ils manifestent leur rejet de la vérité catholique par leurs paroles et leurs actions ».

Puis de l’autre côté de leur double langage ils disent qu’il est permis de recevoir les sacrements d’un hérétique aussi longtemps qu’il est un hérétique « non déclaré »,  ce qui signifie qu’il n’a pas été officiellement déclaré hérétique par l’Église. Tout le monde peut maintenant s’il vous plaît me dire comment ils seront officiellement déclarés hérétiques lorsque le siège de saint Pierre est vacant ?

Peter Dimond, « Sacrements d’hérétiques non déclarés » Débat – Les Citations importantes : « Les CATHOLIQUES peuvent recevoir les SACREMENTS DE CERTAINS PRÊTRES QUI SONT HÉRÉTIQUES NON DÉCLARÉS en ce moment … »

Peter Dimond, Sacrements d’hérétiques – Débat : « Et ce que nous avons indiqué sur notre site Web, nous n’avons pas dit qu’à moins que si quelqu’un impose, il ne peut pas être considéré comme un hérétique. Non, ce que nous avons dit est que, sans une déclaration pour qu’il y ait une obligation absolue positive d’éviter un hérétique non déclaréil doit être un hérétique imposant, vous imposer ses vues fausses, ou être si notoire qu’il ne peut pas être caché ou excusé de toute façon dans la loi ».

Par ailleurs, si jamais vous vous  demandez d’où les Dimond ont obtenu leur argument « imposer », sachez qu’ils l’ont tout simplement fait pour eux-mêmes. Pour autant que nous sachions, pas un saint, un théologien ou même un hérétique n’a jamais émit un tel argument idiot avant Peter et Michael Dimond. Les Dimond ont simplement émis cet argument comme par magie pour renforcer leur hérésie de recevoir les sacrements d’hérétiques.

MHFM, Où aller à la messe ou la Confession aujourd’hui ? Options traditionnelles pour les Sacrements : « S’il ne s’y oppose pas, mais est en faveur de l’œcuménisme Vatican II, alors il est un hérétique notoire et vous ne devriez pas recevoir la communion de lui. Une autre question à lui poser est de savoir s’il croit que les non-catholiques, tels que les «orthodoxes», doivent être convertis à la foi catholique. S’il ne dit pas «oui», alors il est un hérétique notoire ».

Mais même si les Dimond ont admis ci-dessus que le prêtre est un hérétique notoire après l’admission de son hérésie, ainsi, dans une autre tournure hypocrite, ils enseignent néanmoins que certains hérétiques que nous connaissons HÉRÉTIQUES après leur avoir parlé et qu’ils ont admis leurs hérésies, on peut néanmoins communier avec eux tant qu’ils sont PAS NOTOIRES sur leurs hérésies.

Peter et Michael Dimond, Où aller à la messe ou la Confession aujourd’hui ? Options traditionnelles pour les Sacrements : «… vous devez appeler le … [hérétique(s)] prêtre et lui poser certaines questions avant de recevoir la communion de lui … tous ces prêtres soutiennent que les âmes peuvent être sauvées sans la foi catholique par le «baptême de désir» et «l’ ignorance invincible». … Vous verrez par ses réponses qu’il estime que les âmes peuvent être sauvées sans la foi catholique et le sacrement du baptême, ce qui est contraire à l’enseignement catholique.  Mais  vous pouvez aller vers eux pour la confession et la communion s’ils sont validement ordonnés et NON NOTOIRES ou n’imposent pas leurs fausses positions et si on ne les soutient pas ».

Les Dimond se contredisent-ils ? Bien sûr, ils le font. Selon les Dimond, un prêtre peut être à la fois un hérétique notoire et un hérétique non notoire en même temps !

C’est comme si les Dimond semblent réellement croire que leur liste auto-faite de ce qui constitue une hérésie notoire est applicable au reste de l’humanité ! Leur point de vue a l’audace de prétendre que certaines hérésies peuvent être tolérées ou excusées (comme la négation de la nécessité de Jésus-Christ ou la foi catholique pour le salut) tandis que d’autres ne le peuvent pas (comme l’hérésie de favoriser l’œcuménisme Vatican II ou les « orthodoxes » ne doivent pas être convertis). L’Église catholique condamne cependant toutes les hérésies et les hérétiques et fuit la communion avec eux. Comment MHFM décide quelles hérésies peuvent être tolérées ou excusées ou non, c’est bien sûr impossible de le comprendre. Comme tous les honnêtes gens peuvent le voir, c’est juste l’imagination des revendications propres constituées par les Dimond sans aucune preuve dogmatique que ce soit pour sauvegarder leurs mots.

Pape Vigile, deuxième concile de Constantinople, 553, ex cathedra : « L’hérétique, même s’il n’a pas été condamné formellement par toute personne, apporte en réalité l’anathème sur lui-même, après s’être coupé du chemin de la vérité par son hérésie. Quelle réponse ces personnes peuvent apporter à l’Apôtre quand il écrit : Pour quelqu’un qui est factieux [un homme qui est hérétique], après l’avoir admonester une ou deux fois, n’ayez plus rien à faire avec lui, sachant que cet homme est perverti et pécheur ; il est auto-condamné ».

[Décrétales 110 : Pape Vigile, deuxième concile de Constantinople, 553, ex cathedra (déclaration solennelle infaillible) : «Même si un impie n’avait pas reçu l’anathème d’un autre sous forme verbale, il le porte cependant de fait contre lui en se séparant lui-même de la vraie vie par son impiété. Que répondent-ils à l’Apôtre qui répète encore : Pour ce qui est de l’hérétique, après un ou deux avertissements, romps avec lui, sachant qu’un tel homme est dévoyé, qu’il pèche et se condamne lui-même (Tite 3, 10)».]

Pas même un seul saint ou docteur de l’Église ne peut jamais être cité pour avoir reçu un sacrement (sauf peut-être le baptême) d’un hérétique connu, même si de nombreuses personnes ont été dans des situations où les sacrements n’étaient pas disponibles, pour partie face à la volonté satanique des Dimond.

Concile de Constantinople III, 680-681 ex cathedra : « Si un ecclésiastique ou un laïc doit aller dans la synagogue des Juifs , ou aux lieux de réunion des hérétiques pour se joindre à la prière avec eux, qu’ils soit destitué et privé de communion [excommunié]. Si un évêque ou un prêtre ou un diacre se joint dans la prière avec les hérétiques, qu’il soit suspendu de la communion ».

LES HÉRÉTIQUES PEUVENT-ILS AVOIR L’AUTORITÉ DANS L’ÉGLISE ?

Quelles sont les exigences pour une réception licite des sacrements ? Ceci est une question très importante à comprendre car beaucoup affirment qu’on peut recevoir les sacrements licitement non seulement d’hérétiques, mais aussi de prêtres apostats.

L’Encyclopédie Catholique, Vol. 13, « Sacrements » (1912) : « Conditions pour la réception licite – (b) Pour la réception licite, il est également nécessaire d’observer tout ce qui est prescrit par la loi divine ou ecclésiastique, par exemple dans le temps, le lieu, le ministre, etc. Comme l’Église seule a le soin des sacrements et généralement seuls ses agents dûment désignés ont le droit de les administrer, sauf le baptême, dans certains cas, c’est une loi générale que cette application pour les sacrements devrait être faite aux ministres dignes et dûment nommés ».

Malheureusement, nous sommes arrivés à un tournant dans l’histoire de l’Église où même les hérétiques sont considérés par certains consacrer l’Eucharistie licitement dans l’Église ; ce qui signifie, en quelque sorte, que l’autorité est donnée aux  hérétiques dans l’Église. Mais cela est bien sûr impossible. Donner ou recevoir les sacrements licitement signifie les donner ou recevoir par l’autorité et la permission de l’Église. Est-ce que les hérétiques ont cette autorité dans l’Église catholique (sauf pour le sacrement du baptême) ? Non. Les hérétiques confèrent-ils le sacrement de la Confession validement et l’Eucharistie licitement ? Bien sûr que non ! Et font-ils ces actes avec la permission et l’autorité de l’Église catholique ? Bien sûr que non ! Ils ne disposent pas de cette autorité, soit de consacrer l’Eucharistie licitement ou d’absoudre des péchés validement ou licitement, comme nous l’avons montré ! S’il vous plaît regardez les dogmes suivants de l’Église attentivement, et voyez comment les hérétiques sont hors de l’Église du Christ.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441, ex cathedra : «La sainte Église romaine croit fermement, professe et prêche quaucun de ceux qui sont en dehors de l’Église catholique, non seulement païens, mais aussi juifs ou hérétiques et schismatiques, ne peut pas partager la vie éternelle et iront dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges, sauf s’ils sont agrégés à l’Église avant la fin de leur vie …»

Ici, nous pouvons voir que tous les catholiques sont tenus sous peine de péché mortel de croire qu’un hérétique est en dehors de l’Église catholique. Voici quelques autres témoignages du Magistère qui affirment ce fait.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, «Cantate Domino», 1441 ex cathedra : « Par conséquent, la sainte Église romaine condamne, réprouve, anathématise et déclare être en dehors du Corps du Christ, qui est l’Église, celui qui tient des opinions opposées ou contraires ».

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 23), 29 juin 1943 [Magistère] : « Ce n’est pas tout péché, si grave soit-il, qui est tel que de sa propre nature fait rompre un homme du Corps de l’Église, comme le fait le schisme, l’hérésie ou l’apostasie ».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 [Magistère] : «La pratique de l’Église a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient l’habitude de tenir en dehors de la communion catholique et étranger à l’Église, celui qui s’éloignerait le moins du monde d’un point quelconque de la doctrine proposée par l’autorité de son magistère».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9) [Magistère] : «Celui qui ne croit pas seulement en tout ne peut pour cette raison se considérer ou s’appeler catholique. Car il peut se poser d’autres hérésies, qui ne figurent pas dans ce travail qui est le nôtre, et, si quelqu’un tient à une seule hérésie, il est pas catholique».

Pape Innocent III, Eius exemplo, 18 décembre 1208 ex cathedra : «Nous croyons de cœur et nous confessons de bouche l’unique Églisepas des hérétiques, mais la Sainte, romaine, catholique et apostolique en dehors de laquelle nous croyons qu’aucun n’est sauvé».

Cette dernière profession de foi solennelle du pape Innocent III dans Eius exemplo, montre combien étrangère à la foi catholique – c’est-à-dire, combien hérétique – est l’idée qu’un hérétique puisse être à l’ intérieur de l’Église. Néanmoins, c’est exactement l’idée proposée par des personnes qui affirment que les hérétiques – en quelque sorte – ont le pouvoir d’administrer licitement les sacrements. Et comme c’est un dogme qu’un hérétique ne peut pas être à l’intérieur de l’Église, c’est un fait dogmatique (un fait qui, s’il n’était pas vrai rendrait un dogme faux) qu’un hérétique ne peut avoir aucune autorité dans l’Église.

Le pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 15), 29 juin 1896 [Magistère] : «il est absurde d’imaginer que celui qui est en dehors peut commander dans l’Église».

Par conséquent, il est certain qu’un hérétique ne peut pas consacrer l’Eucharistie licitement ou administrer le sacrement de la confession validement ou licitement, parce que, comme nous venons de le voir, il est absurde d’imaginer que celui qui est à l’extérieur peut commander dans l’Église.

Le pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 22), 29 juin 1943 [Magistère] : «En fait, seuls doivent être inclus en tant que membres de l’Église ceux qui ont été baptisés et professent la vraie foi, et qui n’ont pas été assez malheureux pour se séparer eux-mêmes de l’unité du corps, ou ont été exclus par l’autorité légitime pour les fautes graves commises».

 

Peter Dimond du Monastère de la très Sainte Famille – Contradictions flagrantes, pratiques hérétiques et hérésies scandaleuses exposées

Frère Peter Dimond (également connu sous le nom Robert Dimond) est un catholique traditionnel auto-professé, moine bénédictin, et membre du Monastère de la Très Sainte Famille.

Ils prient en communion avec les hérétiques notoires et reçoivent les sacrements d’eux

Comme c’est un fait bien connu, Peter Dimond et son frère Michael Dimond, assiste sciemment la messe de « lieux de réunion (églises) des hérétiques» et donc prie sciemment en communion avec eux et reçoit les sacrements des mêmes hérétiques notoires qu’il condamne. Il assiste à la messe dans une église de rite oriental qui est sous l’antipape apostat de l’église Vatican II. Il admet – même aussi s’il tente de le nier, que les prêtres et la plupart des gens dans l’église où il assiste à la messe (et dans d’ autres églises où il enseigne à ses partisans d’assister à la messe) sont des hérétiques notoires, connus, comme nous le verrons.

Peter Dimond, La question de savoir si l’ on peut recevoir des Sacrements en ces temps difficiles : «Bien sûr, nous voulons souligner, une fois encore, qu’aucun de ces points ne sont destinés à suggérer qu’on peut assister à la messe, ou recevoir la communion de chaque hérétique non déclaré. Comme nous le soulignons, cela dépend de l’hérétique non-déclaré. Il doit répondre à certaines conditions : il faut qu’il soit validement ordonné, en utilisant un rite traditionnel, il ne peut pas être imposant, notoire, etc.».

Peter Dimond, La question de savoir si l’ on peut recevoir des Sacrements en ces temps difficiles : « En recevant les sacrements de certains prêtres byzantins ces dix dernières années – à savoir des prêtres qui ne sont pas notoires ou imposant leurs hérésies – j’ai reçu ce que je considère comme des grâces spirituelles énormes ».

Les hérétiques se contredisent très souvent et nient ce qu’ils confirment aussi dans d’autres endroits, et Peter Dimond ne fait pas exception à cette règle. Peter enseigne qu’une personne qu’il connaît avoir une mauvaise volonté, un hérétique obstiné (et qui est donc notoire, un hérétique connu) n’est également pas un hérétique notoire en  même temps ! C’est-à-dire, à moins qu’il ne respecte les propres normes composées par le Dimond pour déterminer quand une personne doit être considérée notoire.

Presque n’importe quel hérétique aujourd’hui peut facilement devenir connu comme un hérétique notoire et connu, public. En fait, il est si facile aujourd’hui de savoir si un prêtre est hérétique ou pas que tout ce qu’on a à faire est simplement de demander au prêtre ce qu’il croit.

Précisément parce qu’il est si facile aujourd’hui de savoir si un prêtre est hérétique ou non, les Dimond disent à leurs lecteurs d’appeler les prêtres et de leur poser certaines questions avant de recevoir les sacrements d’eux.

MHFM, Où aller à la messe ou la Confession aujourd’hui ? Options traditionnelles pour les Sacrements : «Par exemple, en ce qui concerne un prêtre dans le rite oriental qui accepte l’antipape Benoît XVI comme pape, voici quelques lignes directrices : vous devez appeler le prêtre de rite oriental et lui poser certaines questions avant de recevoir la communion de lui. Vous devez confirmer qu’il a été ordonné dans le rite oriental et lui demander ce qu’il pense de prier avec les membres d’autres religions, «l’œcuménisme», etc. S’il ne s’y oppose pas, mais est en faveur de l’œcuménisme Vatican II, alors il est un hérétique notoire et vous ne devriez pas recevoir la communion de luiUne autre question à lui poser est de savoir s’il croit que les non-catholiques, tels que les «orthodoxes», doivent être convertis à la foi catholique. S’il ne dit pas «oui», il est alors un hérétique notoireMais s’il répond d’une façon plus conservatrice, alors vous pourriez aller à lui pour la communion sans le soutenir. Mais quand vous allez à une telle messe, afin de recevoir la communion, nous vous recommandons de simplement prier par vous-même …»

Même si Peter était en désaccord avec nous dans le débat lorsque nous avons dit que le prêtre est un hérétique public et notoire tout simplement pour nous rendre son hérésie obstinée connue, il est néanmoins d’accord avec nous sur son propre site Web lorsqu’il traite d’autres questions, comme quand il ne serait pas permis de recevoir les sacrements de certains prêtres hérétiques connus, comme nous venons de le voir ci-dessus. Donc, cher lecteur, Peter et Michael Dimond sont d’accord avec nous … mais seulement quand cela convient à leurs propres fins.

On peut se demander alors, si (comme on dit) le prêtre devient un hérétique notoire pour simplement admettre son hérésie, cela ne signifie-t-il pas que chaque fois que nous avons découvert ses hérésies et s’il est obstiné en elles, qu’il doit être évité pour la communion, même selon le propre standard des Dimond ? Bien sûr, cela le signifie.

MHFM : «S’il ne s’y oppose pas, mais est en faveur de l’œcuménisme Vatican II, alors il est un hérétique notoire et vous ne devriez pas recevoir la communion de lui».

Peter Dimond, Hors de l’Église catholique il n’y a absolument pas de Salut : «Dieu a permis aux bâtiments catholiques, séminaires et écoles d’être enlevés et confisqués par une secte non-catholique de contrefaçon (la secte Novus Ordo / Vatican II), avec des prêtres apostats, pervers, une fausse « Messe » (la nouvelle messe) et un antipape apostat …»

Par conséquent, de l’aveu même de Peter, il prie sciemment en communion avec les hérétiques notoires et reçoit les sacrements d’eux et dit aux autres qu’ils peuvent faire la même chose – une pratique que l’Église a toujours condamné :

Le pape Pie IX, 16 septembre 1864, lettre à l’épiscopat anglais (CH 254) : « Que les chrétiens et les ecclésiastiques prient … sous la direction des hérétiques et, ce qui est pire, selon une intention qui est radicalement imprégnée et viciée d’hérésie [comme une messe hérétique présidée par un prêtre hérétique qui prie en communion avec l’antipape apostat et sa secte Vatican II], est absolument impossible à tolérer ! »

Concile de Carthage : « On ne doit ni prier, ni chanter des psaumes avec les hérétiques, et celui qui communique avec ceux qui sont coupés de la communion de l’Église, que ce soit du clergé ou laïc : qu’il soit excommunié ».

Même si les Dimond ont admis ci-dessus que le prêtre est un hérétique notoire après l’admission de son hérésie, ainsi, dans une autre tournure hypocrite, ils enseignent néanmoins que certains hérétiques que nous connaissons HÉRÉTIQUES après leur avoir parlé et qu’ils ont admis leurs hérésies, on peut néanmoins communier avec eux tant qu’ils sont PAS NOTOIRES sur leurs hérésies.

Peter Dimond, Où aller à la messe ou la Confession aujourd’hui ? Options traditionnelles pour les Sacrements : « Mais avec quelques autres « prêtres traditionalistes », vous pouvez aller à eux pour la confession et la communion si elles sont validement ordonnés et non notoires ou n’imposent pas leurs fausses [hérétiques] positions et si on ne les soutient pas ».

Les Dimond se contredisent-ils ? Bien sûr, ils le font. Selon les Dimond, un prêtre peut être à la fois un hérétique notoire et un hérétique non notoire en même temps !

Par ailleurs, si vous vous êtes demandé d’où les Dimond ont obtenu leur argument « imposer », sachez qu’ils l’ont tout simplement fait pour eux-mêmes. Pour autant que nous sachions, pas un saint, un théologien ou même un hérétique n’a jamais émit un tel argument idiot avant Peter et Michael Dimond. Les Dimond ont simplement émis cet argument comme par magie pour renforcer leur hérésie de recevoir les sacrements d’hérétiques.

Mais qu’est-ce que fait Peter pour contourner le dogme selon lequel il est interdit aux catholiques d’assister aux messes, de prier en communion et recevoir les sacrements des hérétiques ou schismatiques notoires, tout en ne semblant pas le nier ? Il nie la définition de l’Église d’un hérétique notoire en fait. Peter croit qu’un prêtre qui est un hérétique non déclaré ne peut pas être aussi un hérétique notoire à moins que le prêtre enseigne publiquement son hérésie à ses paroissiens et impose également ses croyances hérétiques sur eux comme une condition pour assister à ses messes ou pour recevoir les sacrements de lui. Le soulignement est Peter :

Peter Dimond, La Société hérétique de Pie V, version 2003 : « Quand les prêtres font des annonces publiques qui sont hérétiques, qui imposent la croyance hérétique sur les personnes présentes à la messe, un catholique ne doit pas assister à la messe ou recevoir la Sainte Communion d’un tel prêtre. Ce n’est pas le cas avec un prêtre hérétique indépendant, CMRI ou FSSPX, qui n’a pas fait une annonce comme celle-ci ; en fait, la plupart des prêtres CMRI, independants, SSPX et Byzantins (qui tiennent la même hérésie que la SSPV) sont silencieux sur leurs hérésies (et par conséquent, ils ne sont pas hérétiques notoires), et ils ne les imposent pas à quiconque, de telle sorte que la communion d’eux  aussi longtemps qu’on ne les soutient pas ou sommes d’accord avec eux) n’est pas un déni ou un compromis de la foi. Mais la SSPV s’est elle-même placée dans une autre catégorie – la catégorie des hérétiques notoires qui imposent leur hérésie sur le peuple assistant à leurs Messes – qui met leurs messes et leurs sacrements hors limites».

Vous ne trouverez pas de bon ou mauvais théologien qui enseigne qu’un hérétique non déclaré doit aussi imposer son hérésie sur les autres pour devenir un hérétique notoire.

De plus, la notoriété n’est pas déterminée par le fait que le prêtre impose ses hérésies sur quiconque, ni par combien de personnes sont réellement conscientes du prêtre comme étant un hérétique ou schismatique ou par le fait, s’il prêche ses hérésies de la chaire ; mais cela est plutôt déterminé par le fait de ce que vous pouvez savoir ou comprendre au sujet de la personne hérétique en question. Ceci est également l’exact enseignement du Code 1917 lui-même, que Peter Dimond prétend citer pour accréditer son hérésie [Voir partie : Les Dimond sur les hérétiques notoires] :

Code de Droit Canon 1917, Canon 2197, § 3 : « Une infraction est notoire par la notoriété de fait, SI ELLE EST publiquement connue et engagée dans de telles circonstances qu’elle ne peut pas être dissimulée par un subterfuge, ni excusée par aucune excuse admise en droit (c’est-à- dire, à la fois le fait de l’infraction et l’imputabilité ou la responsabilité pénale doivent être connus du public [ou on doit être certain que s’il y avait procès, l’hérétique serait condamné])».

Selon le Canon qui précède : l’hérésie ou le crime d’un prêtre devient notoire et public au moment où il a été fait connaître à d’autres.

Mais comment peut-on être excusé ? Demandons à saint Thomas d’Aquin :

Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique, Supplément, Q. 60, Art. 1, Réponse à l’objection 3: «Maintenant, si le mari frappe un clerc qu’il a trouvé avec sa femme, il n’est pas excommunié [mais est dispensé de l’excommunication en raison des circonstances] … Cela ne prouve pas que c’est licite simplement, mais que c’est permis en ce qui concerne l’immunité d’un type particulier de peine, car l’excommunication est aussi une sorte de punition».

Ainsi, le Code de droit canonique de 1917 fait référence à une défense juridique LÉGITIME, pas un faux argument comme «Je ne peux pas juger le pape», ou «Vatican I exige des successeurs perpétuels» que Pierre habituellement mentionne comme excuses [Voir L’hérésie des Dimond «dissimulation» et «excuse en droit» réduite à son principe absurde]. Ces deux sont de faux arguments et ne constituent pas des dissimulations ou des excuses dans la loi, mais les hérétiques comme Peter les rejette de toute façon, comme si l’Église accordait la licence pour communier avec les criminels qui pervertissent les lois et la doctrine de l’Église.

L’hérésie notoire ou publique n’a donc rien à voir avec combien de personnes sont au courant du prêtre étant un hérétique ou s’il impose ses hérésies sur les autres pendant la messe. Ainsi, la loi canonique de l’Église enseigne clairement qu’une hérésie d’un hérétique devient publique et notoire du moment où elle a été fait connaître à d’autres. Ce fait est bien sûr également soutenu par les saints et les papes de l’Église catholique :

Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, lib. IV, c. 9, n. 15 : «… car les hommes ne sont pas tenus, ou capable de lire dans les cœurs ; MAIS quand ils voient que QUELQU’UN EST UN HÉRÉTIQUE PAR SES ŒUVRES EXTÉRIEURES, ILS LE juge hérétique PUR ET SIMPLE, ET LE CONDAMNENT COMME HÉRÉTIQUE».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 [Magistère] : «La pratique de l’Église a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, QUI AVAIENT L’HABITUDE DE TENIR EN DEHORS DE LA COMMUNION CATHOLIQUE ET ÉTRANGER À L’ÉGLISE, QUICONQUE s’éloignerait le moins du monde de tout POINT DE DOCTRINE PROPOSÉ PAR SON L’AUTORITÉ DE SON MAGISTÈRE ».

D’où l’Église catholique condamne les Dimond et quiconque enseigne qu’un hérétique non déclaré devient un hérétique notoire que s’il impose son hérésie sur les autres pendant la messe. En prétendant que les prêtres qui sont hérétiques notoires non déclarés ne sont pas des hérétiques ou des schismatiques notoires, mais seulement des hérétiques non déclarés dont l’hérésie ou le schisme est moins notoire, les Dimond trompent leurs lecteurs qui sont enclins à mettre la messe avant la foi en recevant les sacrements d’eux – directement en contraire aux décrets de l’Église. De cette façon, les Dimond, parlant pour le diable, ont trompé leurs lecteurs en participant sciemment aux messes, priant en communion et recevant les sacrements des pires sortes d’hérétiques notoires qui peuvent jamais avoir vécu ! Ainsi, les Dimond aident le Diable dans l’exploitation rapide et le meurtre des âmes de ces gens (ceux qui sont pleinement conscients de ce qu’ils font) pour infliger sur eux péché mortel sur péché mortel : « Malheur à vous, fils apostats, dit le Seigneur, de ce que vous formez des desseins non par moi, et que vous ourdissez une trame, et non par mon esprit, afin d’ajouter péché à péché … » (Esaïe 30, 1)

En réalité, tous les hérétiques sont séparés de l’Église, qu’ils soient «imposants» au sujet de leurs hérésies ou non. Par conséquent, ils sont tous à éviter comme des hérétiques odieux qui sapent la foi catholique (Pape Léon X, cinquième concile de Latran, Session 8, ex cathedra).

Nous ne sommes pas autorisés à choisir les hérétiques que nous pouvons aborder, mais les Dimond le font, comme si certains hérétiques doivent être tolérés alors que d’autres pas. Ceci est totalement non-scripturaire, et contredit de nombreux enseignements catholiques, comme nous le verrons.

Est-ce un article de foi divine et catholique qui interdit de prier en communion avec les hérétiques et recevoir d’eux les sacrements ?

Peter Dimond, conversations par e-mail avec Richard Ibranyi (RJMI) (29/12/2001) : «Concile de Laodicée, 365 : « Nul ne peut prier en commun avec les hérétiques ». Le Concile de Laodicée est un concile régional, pas un œcuménique ; ainsi il ne représente même pas la discipline ecclésiastique solennellement promulguée par un pape, et encore moins une « vérité de la foi divine et catholique » (dogme) … Le Concile de Carthage, indiquant essentiellement la même chose que le Concile de Laodicée … Carthage, comme celui de Laodicée, ne sont pas « un article de foi divine et catholique ». C’est un décret disciplinaire … Concile de Constantinople III : « Si un ecclésiastique ou un laïc doit aller dans la synagogue des Juifs ou aux lieux de réunion des hérétiques pour se joindre à la prière avec eux, qu’ils soient destitués et privés de la communion. Si un évêque ou un prêtre ou un diacre se joint dans la prière avec les hérétiques, qu’il soit suspendu de la communion » (Sacrorum Conciliorium, XI, 635). Ceci n’est également pas un article de foi divine et catholique, mais un autre décret disciplinaire, comme Laodicée et Carthage. … Donc … je [ne] nie pas une vérité de foi divine et catholique … Je ne joins pas ma prière avec des hérétiques, et je ne recommande à personne de le faire, mais seulement avec des vrais catholiques … Je répète que je ne prie pas ou chante des psaumes avec les hérétiques … »

Peter Dimond ne pouvait pas avoir plus tort quand il dit : « C’est un décret disciplinaire … pas un article de foi divine et catholique» d’éviter les hérétiques dans les sacrements, car c’est un fait dogmatique et certain (et de foi divine et catholique) – et non pas seulement un droit disciplinaire – que les catholiques ne peuvent être en communion religieuse qu’avec seulement d’autres catholiques et qu’ils ne peuvent jamais adorer avec ou recevoir les sacrements de personnes qui sont hérétiques, schismatiques, ou infidèles (comme nous le verrons). Ainsi c’est la loi divine et dogmatique qui interdit aux catholiques la communion religieuse avec les hérétiques et les schismatiques connus ou d’entrer dans leurs églises.

Pape Pie XI, Mortalium Animos, (06/01/1928) [Magistère] : « Alors, Vénérables Frères, il est clair que ce Siège apostolique n’a jamais permis à ses sujets de prendre part aux assemblées des non-catholiques ».

Entrer en connaissance de cause dans une maison religieuse qui est hérétique ou schismatique est bien sûr professer l’unité religieuse à l’extérieur d’une manière qui est totalement inacceptable. Le scandale que cela provoque aux yeux des vrais catholiques est facile à comprendre. Chaque personne qui vous voit entrer dans une «église» hérétique où le prêtre est un hérétique ou schismatique, supposera que vous êtes d’accord avec son hérésie ou son schisme. L’unité de la foi qui doit exister entre les gens qui se disent catholiques et qui adorent Dieu est une constante qui ne peut jamais être modifiée en fonction de l’enseignement catholique. On appelle cela la loi divine. Sans l’unité de la foi, il n’y a que l’obscurité et le feu éternel, comme le pape Léon XIII et les citations suivantes le disent clairement :

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 10), 29 juin 1896 [Magistère] : « …  C’est pourquoi, de même que l’Église pour être une en tant qu’elle est la réunion [le corps] des fidèles requiert nécessairement l’unité de foi [l’unité de la foi est nécessairement requise pour l’unité de l’Église dans la mesure où elle est le corps des fidèles], ainsi pour être une en tant qu’elle est une société divinement constituée, elle REQUIERT JURE DIVINO [par la loi divine] l’unité de gouvernement, laquelle produit et comprend L’UNITÉ DE COMMUNION ».

Ici, nous voyons le pape Léon XIII enseigner explicitement que «l’unité de la foi» et « L’UNITÉ DE COMMUNION, EST NÉCESSAIRE JURE DIVINO (PAR LA LOI DIVINE)» et «est nécessairement requise pour l’unité de l’Église, dans la mesure où elle est le corps des fidèles», prouvant ainsi à toute personne de bonne volonté que la communion religieuse dans les sacrements est non seulement un droit disciplinaire, mais de foi divine et catholique.

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 22), 29 juin 1943 [Magistère] : « Ainsi donc, comme dans la vraie communauté chrétienne il n’y a qu’un seul corps, un seul Esprit, un seul Seigneur, et un seul baptême, il ne peut donc y avoir qu’une seule foi. Et par conséquent, si un homme refuse d’écouter l’Église qu’il soit considéré – comme le Seigneur le commande – comme un païen et un publicain. Il en résulte que ceux qui sont divisés dans la foi ou le gouvernement ne peuvent pas vivrent dans l’unité d’un tel corps, ni ne peuvent vivrent de la vie de son seul Esprit Divin ».

Pape Pie VI, Charitas Quae, 13 avril 1791 : 31 «… Tenez-vous à l’écart de tous les intrus, appelés archevêques, évêques ou curés ; ne tenez pas la communion avec eux en particulier dans le culte divin».

Pape saint Grégoire le Grand, Dialogues (v. 593) : « Tous devraient plutôt se soumettre à la mort, que de recevoir le sacrement de communion de la main d’un hérétique». (Cité par Gratien, Decretum, 42, XXIV, q. 1)

Pape saint Léon le Grand, Sermon 129 : «C’est pourquoi, comme hors de l’Église catholique il n’y a rien de parfait, rien qui ne soit souillé, l’Apôtre déclare que « tout ce qui est pas de bonne foi est péché » (Romains 14, 23), nous ne nous sommes en aucun moyen comparés avec ceux qui sont divisés de l’unité du corps du Christ ; nous ne nous sommes réunis en aucune communion ».

Pape saint Clément Ier, 1er siècle : « Si quelqu’un est ami avec ceux avec lesquels le Pontife Romain n’est pas en communion, il est en complicité avec ceux qui veulent détruire l’Église de Dieu ; et, bien qu’il puisse sembler être avec nous dans le corps, il est contre nous en mémoire et esprit et est un ennemi beaucoup plus dangereux que ceux qui sont à l’extérieur et sont nos adversaires avérés».

Concile de Constantinople III, 680-681 ex cathedra : « Si un ecclésiastique ou un laïc doit aller dans la synagogue des Juifs, ou aux lieux de réunion des hérétiques pour se joindre à la prière avec eux, qu’ils soit destitué et privé de communion [excommunié]. Si un évêque ou un prêtre ou un diacre se joint dans la prière avec les hérétiques, qu’il soit suspendu de la communion [excommunié] ».

Cependant, Peter a également admis la communion religieuse de foi divine et catholique dans un débat avec un Novus Ordo (un défenseur de Vatican II). Ils discutaient de savoir si les non-catholiques pouvaient recevoir l’Eucharistie légalement (sans péché) dans une Église catholique.

Peter Dimond, Réponse à Bob Sungenis – l’hérétique se présentant comme « Apologiste catholique«  : «Et ce ne serait même pas d’importance si Vatican II ne mentionne « danger de mort », comme le canon 844, 4 du Nouveau Code (mais pas le canon 844, 3, Nouveau Catéchisme # 1401 ou le décret de Vatican II), puisque les gens qui rejettent la foi catholique ne peuvent jamais recevoir la sainte communion licitement en danger de mort. Les gens qui rejettent la foi catholique (ou tout dogme) sont dans une position de rejet de Dieu (l’auteur des dogmes), et ne peuvent donc pas recevoir le sacrement de l’Eucharistie dignement. L’Église ne peut pas changer la loi divine selon laquelle les hérétiques ne peuvent pas recevoir la communion même en danger de mort, ce que Vatican II a tenté de changer».

Alors Peter ne suit pas les citations et déclarations ci-dessus (que cela est de foi divine et catholique), mais seulement dans la mesure où cela convient à son propre but, car il prétend que c’est seulement de loi divine lorsque les hérétiques reçoivent les sacrements de catholiques, mais pas aussi de loi divine lorsque les catholiques – ou prétendus catholiques – reçoivent les sacrements d’hérétiques.

Cependant, il y a deux exceptions à cette doctrine de recevoir les sacrements d’hérétiques, et qui sont le baptême et le mariage (avec l’approbation directe de l’Église). Ce canon spécifique du Concile de Florence traite du sacrement du baptême. L’Église catholique, la loi naturelle ou la Tradition sont toujours claires quand il y a une exception à un dogme.

Pape Eugène IV, Concile de Florence, « Exultate Deo« , 1439 : «En cas de nécessité, cependant, non seulement un prêtre ou un diacre, mais même un profane ou une femme, oui, même un païen et un hérétique peut baptiser, aussi longtemps qu’il conserve la forme de l’Église et a l’intention de faire ce que fait l’Église ». (Denz. 696)

Cette déclaration spécifique de Peter traite du sacrement du mariage :

Peter Dimond, « Sacrements d’hérétiques non déclarés » Débat – Les Citations importantes : «Dans le débat avec Eli, j’ai soulevé le fait que l’Église a permis les mariages mixtes. Alors que l’Église ne recommande pas les mariages mixtes – elle les décourage activement – il est un fait que les mariages entre catholiques et hérétiques ont été approuvés par les papes à certaines occasions. … Dans le débat, Eli a placé le sujet et a fait valoir que l’Église n’a jamais approuvé d’aller à un ministre hérétique pour le mariage. C’est bien sûr vrai, mais complètement hors de propos. Cela n’a rien à voir avec le point. Nous sommes d’accord que l’Église n’a pas approuvé d’entrer dans une église non-catholique ou chercher un ministre non-catholique pour assister au mariage. Le point est que dans le mariage les deux personnes échangent le sacrement entre elles, et donc, dans un mariage mixte, le catholique échange le sacrement avec un hérétique ».

Dans le Mariage, comme Peter l’a également souligné, les parties contractantes sont les ministres du sacrement, et le prêtre agit seulement comme témoin du sacrement qui a lieu entre les parties contractantes.

L’Encyclopédie Catholique, Vol. 13, « Sacrements » (1912) : «Il est maintenant tenu pour certain que dans  le Mariage, les parties contractantes sont les ministres du sacrement, parce qu’ils font le contrat et le sacrement est un contrat élevé par le Christ à la dignité de sacrement (cf. Léon XIII, Encyclique « Arcanum », 10 févr. 1880)».

Maintenant, si jamais il existait un tel enseignement qui permettrait aux catholiques de recevoir tout autre sacrement que le sacrement du baptême – en cas de nécessité – d’un ministre hérétique ou schismatique, soyez assurés qu’il aurait été dogmatiquement défini par l’Église ou utilisé par Peter Dimond dans ses débats et articles. Toutefois, cela n’a pas été défini par l’Église et aucune telle citation n’a jamais été mise en avant par Peter Dimond sur son site, car il n’a jamais été et ne sera jamais autorisé aux catholiques d’approcher sciemment un ministre  hérétique ou schismatique pour entendre sa messe ou recevoir ses sacrements invalidement et illicitement consacrés, sauf pour le sacrement du baptême en cas de nécessité. (Rappelez-vous, le mariage n’est pas reçu d’un ministre, mais est échangé entre les parties contractantes elles-mêmes).

Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique, Troisième partie, Q. 82, Art. 7, réponse au 2 : « Le baptême seul est autorisé à être conféré par les hérétiques et les schismatiques, car ils peuvent licitement baptiser en cas de nécessité ; mais en aucun cas ne peuvent-ils licitement [sans péché] consacrer l’Eucharistie, ou conférer les autres sacrements ».

Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique, Troisième partie, Q. 82, Art. 9 : «Je réponds que, comme il a été dit ci-dessus, les hérétiques, schismatiques, excommuniés, ou même des prêtres coupables, bien qu’ils aient le pouvoir de consacrer l’Eucharistie, ne font pas un bon usage de celui-ci ; au contraire, ils pèchent en l’utilisantMais celui qui communique avec un autre qui est dans le péché, devient un partageur dans son péché ».

Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique, Supplément, Q. 23, Art. 3, réponse au 2 : « Le commandement de l’Église considère des matières spirituelles directement et des actions légitimes en conséquence : d’où en tenant la communion dans le culte divin [avec celui qui est excommunié, comme les hérétiques ou schismatiques], on agit contre le commandement, et on commet un péché mortel ».

Pape Pie XI, Mortalium Animos (06/01/1928) : « Alors, Vénérables Frères, il est clair que ce Siège apostolique n’a jamais permis à ses sujets de prendre part aux assemblées des non-catholiques ».

Le pape Léon XIII souligne également qu’une sorte de sacrement du mariage (mais pas le sacrement complet chrétien du mariage entre individus baptisés) existait depuis le commencement du monde, à la fois parmi les fidèles et même parmi les non-croyants.

Pape Léon XIII, Arcanum, n° 19, 10 février 1880 : « Le mariage a Dieu pour auteur, et a été dès le début une sorte de préfiguration de l’Incarnation de son Fils ; et donc il demeure une chose sainte et religieuse ; pas étrangère, mais innée ; ne provenant pas des hommes, mais implanté par la nature. Innocent III, donc, et Honorius III, nos prédécesseurs, ont affirmé ni faussement ni témérairement que le sacrement du mariage existait toujours parmi les fidèles et les infidèles ».

Toutes les personnes, même les hérétiques et les incrédules depuis le début des temps ont échangé une sorte de sacrement du mariage entre eux validement et licitement, parce que, comme le pape Léon XIII le souligne, « Le mariage a Dieu pour auteur», et, évidemment, cela ne peut jamais être un péché de faire ce que Dieu a approuvé avoir lieu, à moins bien sûr que quelqu’un agisse sciemment en opposition directe avec les lois de l’Église. Même Peter est d’accord avec cela, car il admet sur son site que le «péché est causé en communiquant avec eux en dépit (contre) l’interdiction de l’Église …» (« Sacrements d’hérétiques non déclarés » Débat – Les citations importantes)

L’Encyclopédie Catholique, Vol. 9, « Mariage mixte » (1910) : « Quant à un mariage mixte contracté devant un ministre non-catholique, le pape Pie IX a publié une instruction, le 17 février 1864. Il a déclaré que dans les endroits où le prédicateur hérétique occupait la position d’une fonction de magistrat et où les lois des mariages du pays sont requises pour être conclu devant lui, afin que certains effets juridiques puissent suivre, il est permis pour la partie catholique de comparaître devant lui, soit avant ou après le mariage ait eu lieu en présence du prêtre [catholique] de paroisse. Si, toutefois, le ministre hérétique est tenu pour acquitter un devoir  religieux [comme la confection de l’Eucharistie] dans un tel témoignage du mariage, il est illicite pour un catholique de renouveler le consentement devant lui, ce serait une communion dans les choses sacrées et implicitement céder à l’hérésie ».

En outre, un catholique n’est autorisé à se marier avec un hérétique que dans la plus stricte des circonstances, et seulement avec l’approbation de l’Église. Les parties contractantes doivent également avoir convenu d’élever et d’éduquer les enfants dans la religion catholique. Alors Peter a tout à fait raison quand il dit que le péché de la communication dans les sacrements avec les hérétiques se déclenche lorsque vous le faites malgré l’interdiction de l’Église. L’Église interdit de recevoir les autres sacrements des ministres hérétiques, par conséquent, c’est un péché mortel de présumer recevoir d’eux ces sacrements.

Pape Pie VIII, Traditi Humilitati (n° 4), 24 mai 1829 : « Jérôme disait ainsi : celui qui mange l’agneau en dehors de cette maison [aux lieux de réunions des hérétiques] périra tout comme ceux lors de l’inondation qui n’étaient pas avec Noé dans l’arche ».

Pape Grégoire XVI, Commissum Divinitus (n° 11), 17 mai 1835 : «… quiconque ose se séparer de l’unité de Pierre pourrait comprendre qu’il ne partage plus le mystère divin … Celui qui mange l’agneau à l’extérieur de cette maison [aux lieux de réunion des hérétiques] est impie [c’-à-d. celui qui mange l’agneau dans les maisons des hérétiques est impie]».

Ainsi l’Église condamne clairement quelqu’un qui défend obstinément la position de manger l’Agneau «à l’extérieur de cette maison» (l’Église catholique) aux lieux de réunion des hérétiques, car «Il est impossible pour nous [catholiques] pour maintenir la communion après leur mort avec ceux [hérétiques] qui n’ont pas été en communion avec nous au cours de leur vie» (Pape Innocent III, chapitre XII, De sepulturis, lib. III, tit. XXVIII).

La communication des catholiques avec les schismatiques, Révérend Ignatius J. Szal, p. 91 : «Le 15 mai 1709, le Saint Office interdit aux catholiques d’entendre la confession de schismatiques ou de se confesser à eux … En aucun cas, pas même en cas de nécessité, selon une réponse de la sacrée Congrégation pour la Propagation de la foi le 17 février 1761, il n’était permis à un catholique de confesser ses péchés à un prêtre schismatique afin d’obtenir de lui l’absolution … «dans une question présentée à la même Congrégation en 1839, la réponse suivante fut faite : « Les convertis éthiopiens ne devaient pas recevoir le sacrement de la Pénitence d’un prêtre hérétique ». Quand on a demandé à la Congrégation pour savoir si une telle pratique pourrait être tolérée dans un cas de nécessité, la Congrégation fournit la réponse ironique sinon indignée, « Nihil esse respondendum». Commentaires du Rev. Szal : »la réponse à la question paraissait si évidente que soulever toute la question marque l’action de l’intervenant comme étant téméraire, et par conséquent comme ne méritant pas de réponse ». Szal note que, « Il est gravement illicite de demander ou de recevoir le sacrement de la Pénitence d’un ministre schismatique … la nécessité ordinaire qu’une personne ressent quand elle est dans l’état de péché mortel ne suffit pas pour lui permettre de se confesser à un prêtre schismatique et recevoir l’ absolution … une telle personne serait obligée de faire une contrition parfaite comme elle pourrait … »

Maintenant, cette exception sur le baptême, même des mains d’un ministre hérétique, est vraiment nécessaire, car l’homme ne peut jamais être sauvé (ou ne peut par tout autre moyen entrer dans le sein et l’unité de l’Église catholique) sans le sacrement du baptême. Ceci, bien sûr, est une autre preuve de la nécessité explicite pour tous d’être baptisé pour être sauvé.

Pape Paul III, Concile de Trente, Can. 5 sur le Sacrement du Baptême, ex cathedra : «Si quelqu’un dit que le baptême [le sacrement] est facultatif, c’est-à-dire, pas nécessaire pour le salut (cf. Jn 3, 5) : Qu’il soit anathème».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, « Exultate Deo« , 22 novembre 1439, ex cathedra : « le saint baptême, qui est la porte de la vie spirituelle, occupe la première place parmi tous les sacrements ; par lui nous sommes faits membres du Christ et du corps de l’Église. Et puisque la mort est entrée dans l’univers par le premier homme, à moins que nous soyons nés de nouveau de l’eau et de l’Esprit, nous ne pouvons pas, comme dit la vérité, «entrer dans le royaume des cieux» [Jean 3, 5]. La matière de ce sacrement est l’eau vraie et naturelle ».

Le point étant fait, on ne trouvera pas cependant d’exceptions en ce qui concerne toute autre sacrement en ce qui regarde les ministres hérétiques ou schismatiques.

Les hérétiques et les schismatiques sont séparés de la communion avec l’Église

Pape Pie IX, Etsi Multa, n° 26, 21 novembre 1873 : « Par conséquent, par l’autorité de Dieu Tout-Puissant, nous excommunions et maintenons comme anathème Joseph Humbert lui-même et tous ceux qui ont tenté de le choisir, et qui ont aidé dans sa sacrilège consécration. De plus, nous excommunions celui qui a adhéré à eux et d’appartenance à leur parti a fourni de l’aide, faveur, aide, ou consentement. Nous déclarons, proclamons, et commandons qu’ils sont séparés de la communion de l’Église. Ils doivent être considérés parmi ceux avec lesquels tous les fidèles chrétiens sont interdits par l’Apôtre [2 Jean 10-11] de s’associer et avoir échange social à tel point que, comme il le dit clairement, ils ne peuvent pas même être accueillis » .

La citation ci-dessus est très importante pour notre situation actuelle en ce que de nombreux prêtres et adeptes de ces prêtres seront soumis à cette même condamnation. D’abord nous allons apprendre un peu d’histoire au sujet de la condamnation ci-dessus de Joseph Humbert et de tous ses partisans : «Un nombre étonnamment élevé de prêtres et de laïcs allemands avaient rejeté l’enseignement solennel du Concile du Vatican  sur la papauté. En Septembre 1870, près de 1400 Allemands qui s’appelaient eux-mêmes « vieux-catholiques » ont signé une déclaration qui renoncait à l’enseignement conciliaire (vatican I). En Septembre 1871, les 300 délégués se sont réunis à Munich pour organiser une nouvelle église. Dans l’impossibilité de trouver un évêque catholique qui aurait renoncé au dogme catholique et se joigne à eux, les vieux-catholiques se sont tournés vers l’évêque janséniste Heykamp de Devetner aux Pays-Bas de la petite église schismatique d’Utrecht. Il a ordonné le Père Joseph Reinkens Humbert évêque en Août 1873» .

Pape Pie IX, Graves AC diuturnae (# 1-4 s.), 23 mars 1875 : « … les nouveaux hérétiques qui s’appellent eux-mêmes «vieux-catholiques» … ces schismatiques et hérétiquesleur secte méchanteces fils des ténèbresleur faction méchantecette secte déplorable … Cette secte renverse les fondements de la religion catholique, rejette sans vergogne les définitions dogmatiques du Concile œcuménique du Vatican, et se consacre à la ruine des âmes de tant de façons. Nous avons décrété et déclaré dans notre lettre du 21 Novembre 1873 que ces malheureux hommes qui appartiennent, adhèrent et soutiennent cette secte doivent être considérés comme schismatiques et séparés de la communion avec l’Église » .

Ici, le pape Pie IX donne une confirmation explicite que les gens doivent considérer les hérétiques ou schismatiques à l’extérieur de l’Église et de la communion et qu’il n’y a pas besoin d’une nouvelle déclaration de décider cela. Mais qui peut nier le fait que Vatican II est aussi une «nouvelle église», et que tous les  évêques et les prêtres validement ordonnés sont partis dans cette « nouvelle église » seraient tombés également sous la même condamnation que Joseph Humbert et ses disciples ? Par conséquent, sans aucun doute, vous ne pouvez pas approcher l’un des prêtres validement ordonnés Novus Ordo pour les sacrements de la confession ou l’Eucharistie du tout, comme Peter Dimond et le reste des hérétiques et schismatiques l’enseignent.

Un autre fait marquant est que presque tous les prêtres validement ordonnés restant dans le monde entier ( les deux : prêtres traditionnels «catholiques» et prêtres Novus Ordo de même), rejettent également Vatican I et l’infaillibilité pontificale, en refusant obstinément divers dogmes catholiques infaillibles. Les anciens «catholiques» a été excommuniés pour cette raison, et on n’était même pas autorisés à les saluer, et tous ceux qui adhéraient à eux (par exemple, recevoir d’eux les sacrements) devaient être excommuniés comme eux.

«Nous avons décrété et déclaré dans notre lettre du 21 novembre 1873 que ces malheureux qui appartiennent, adhèrent et soutiennent cette secte doivent être considérés comme schismatiques et séparés de la communion avec l’Église» (Pape Pie IX, Graves ac diuturnae (# 1-4, s.), 23 mars 1875).

Par conséquent, sans aucun doute, vous ne pouvez aborder l’un des prêtres traditionnels « catholiques » validement ordonné restant au monde pour les sacrements, s’ils refusent obstinément ou rejetent un seul dogme catholique ou tiennent même une seule hérésie, comme le pape Léon XIII, la Sainte Bible, et le deuxième concile de Constantinople le rendent parfaitement clair :

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9) : «Ce n’est pas seulement celui qui ne croit pas dans toutes les hérésies qui peut pour cette raison se considérer comme un catholique ou même s’appeler catholique, car il peut y avoir ou se poser d’autres hérésies, qui ne sont pas définies dans le présent travail qui est le nôtre, et, le cas échéant s’il tient à une seule hérésie, il n’est pas catholique».

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 [Magistère] :  «La pratique de l’Église a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient coutume de tenir en dehors de la communion catholique, et étranger à l’Église, celui qui s’écarterait le moins du monde de n’importe quel point de la doctrine proposée par l’autorité de son Magistère».

Tite 3, 10 : « Un homme qui est hérétique, après un premier et un second avertissement, évite-le ».

2 Jean 1, 9-10 : « Quiconque va au-delà et ne persévère pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu. Celui qui persévère dans la doctrine a le Père et le Fils. Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison et ne lui dites pas : Salut ! Car celui qui lui dit : Salut ! communique avec ses mauvaises œuvres».

Pape Vigile, deuxième concile de Constantinople, 553 ex cathedra : « L’hérétique, même si il n’a pas été condamné formellement par toute personne, apporte en réalité l’anathème sur lui-même, après s’être coupé du chemin de la vérité par son hérésie. Quelle réponse ces personnes peuvent apporter à l’Apôtre quand il écrit : Pour quelqu’un qui est factieux, après l’avoir admonester une ou deux fois, n’ait plus rien à faire avec lui, sachant que cette personne est perverti et pécheur; il est auto-condamné ».

Dieu veut l’obéissance, plutôt que le sacrifice. En d’autres termes, si vous acceptez les hérétiques ou rejetez ses dogmes, toutes vos œuvres spirituelles seront sans valeur à ses yeux.

1 Rois 15, 22-23 : « Et Samuel dit : Est-ce que le Seigneur veut des holocaustes et des victimes, et non pas plutôt qu’on obéisse à la voix du Seigneur ? Car l’obéissance est meilleure que des victimes, et écouter vaut mieux qu’offrir de la graisse des béliers. Car c’est comme un péché de magie que de résister, et comme un crime d’idolâtrie, de refuser d’obéirParce que donc vous avez rejeté la parole du Seigneur, le Seigneur vous a rejeté afin que vous ne soyez plus roi ».

Si une personne rejette la vérité de Dieu, elle ne peut pas lui plaire. Considérer que l’on peut recevoir licitement les sacrements des hérétiques, à la lumière de tous ces faits, est tout simplement nier Dieu.

Pape Pie VIII, Traditi Humilitati (n° 4), 24 mai 1829 :« En effet, cette idée mortelle concernant l’absence de différence entre les religions est réfutée même par la lumière de la raison naturelle. Nous sommes assurés de cela parce que les différentes religions ne souvent pas d’accord entre elles. Si l’une est vraie, l’autre doit être fausse ; il ne peut y avoir de société entre l’obscurité et la lumière. Contre ces sophistes expérimentés, les gens doivent apprendre que la profession de la foi catholique est l’unique vraie, comme le proclame l’apôtre : un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême ».

Qu’est-ce qui rend une église non catholique et un lieu de réunion d’hérétiques ?

Peter Dimond « Sacrements d’hérétiques non déclarés » Débat – Les citations importantes : «Quand les conciles se réfèrent à éviter les «lieux de réunion des hérétiques» et les «Églises non-catholiques», ils se référent, comme ce canon, à des groupes, des bâtiments et des sectes qui sont notoires en droit (déclarées) ou notoires en fait (ouvertement non-catholiques au for externe). Cela devrait être évident, pour le sens catholique même de toute personne qui estime cette question ; car il y a une différence évidente entre un « orthodoxe » oriental [ouvertement non-catholique] … et un « traditionaliste » hérétique [se faisant appeler ouvertement «catholique»] sous Benoît XVI … Les décrets concernant l’obligation pour quelqu’un d’éviter les « lieux de réunion des hérétiques » , etc. ne sont pas en référence à des prêtres ou des groupes qui célèbrent un rite catholique traditionnel et professent de tenir tous les enseignements catholiques, mais sont en fait hérétiques».

Peter prétend qu’une église hérétique qui se prétend «catholique» et qui célèbre la liturgie traditionnelle est quelque peu différente d’un lieu notoire de réunion d’hérétiques comme les «orthodoxes» orientaux.

Cette déclaration de Peter est totalement fausse mais néanmoins vrais dans un autre sens. Permettez-moi d’ expliquer : Cela est vrai dans le sens où une église qui se prétend «catholique» au moins à extérieur ne semble (peut-être) pas être hérétique de la même manière que le serait une église protestante ou une « orthodoxe ». Par exemple, nous saurions immédiatement après avoir entendu que si telle ou telle église était protestante ou «orthodoxe» que ce n’est pas catholique et qu’elle doit être présumée être hérétique. Les même normes ne sont pas applicables aux églises qui se professent «catholiques», bien sûr. Car, quand une église se professe elle-même «catholique», il est naturel de supposer que c’est une église catholique avant que l’on voit la preuve d’hérésie ou de schisme. Je dis normalement parce qu’aujourd’hui nous devons supposer que toute «Église» qui se prétend «catholique» est hérétique puisque chacune d’entre elles (pour autant que nous sommes conscients) nie soit la nécessité de croire en Jésus-Christ pour le salut ou rejette plusieurs de ses dogmes.

Maintenant, le problème avec Peter n’est pas qu’il n’est pas au courant du fait que les traditionalistes qu’il approche et dit aux autres d’aborder sont obstinés et connus comme hérétiques ou non, mais qu’il est en fait pleinement conscient de cela, et pourtant il les rend en quelque sorte « moins » hérétique que les Églises orientales « orthodoxes ». Il est totalement faux de faire cette comparaison, car c’est juste un fait que les Églises orientales « orthodoxes » sont moins hérétiques que l’église Novus Ordo ou même la plupart des églises traditionnelles «catholiques». Donc , si les «orthodoxes» orientaux se sont ensuite appelés catholiques (ce qu’ils font aussi), alors selon la vue déformée et hérétique de Dimond, tant qu’ils sont non déclarés, ils seraient la meilleure option pour nous pour entendre la messe et recevoir les sacrements. Mais aller à ces schismatiques « orthodoxes » serait évidemment illicite et un péché mortel. Mais là encore, il en va de même pour tous les autres hérétiques et qui sont peut-être des hérétiques pire que les «orthodoxes» orientaux qui sont ou qui ont déjà été. En réalité, il n’y a pas de types d’hérétiques qui soient acceptables pour l’Église ou qui peuvent être excusés ou acceptés dans Sa communion [de l’Église catholique], comme nous l’avons vu. Cependant, comme nous l’ avons vu ci-dessus, Peter pense étrangement que cela est décidé – que nous devions éviter quelqu’un – sur la base de ce qu’ils appellent eux-mêmes et qu’ils prétendent professer comme une « foi saine».

Rappelons les déclarations de saint Basile le Grand, du Pape Léon XIII, et de la Sainte Bible à nouveau qui réfutent clairement Peter :

Saint Basile le Grand, archevêque de Césarée en Cappadoce : «Quant à tous ceux qui prétendent confesser une Foi paraîssant orthodoxe [comme les« traditionalistes » que Peter a mentionné ci-dessus], mais qu’ils sont en communion avec les personnes qui tiennent une opinion différente [mais qui sont en communion avec les fidèles de Vatican II et les hérétiques manifestes], s’ils sont prévenus et restent toujours têtus [si nous les avons averti une ou deux fois, mais qu’ils restent obstinés dans leur hérésie], vous devez non seulement ne pas être en communion avec eux, mais vous ne devez pas même les appeler frères [alors nous ne devons pas être en communion avec eux, même s’ils se disent «catholiques» ou «traditionalistes»] ». (Patrologia Orientalis, Vol. 17, p. 303)

Pape Léon XIII, Satis Cognitum, 29 juin 1896 [Magistère] : «Saint Augustin note que « d’autres hérésies peuvent surgir, et si à une seule, quelqu’un donne son assentiment, il est par le fait même coupé de l’unité catholique … si quelqu’un en tient une seule [de ces hérésies] il n’est pas catholique » (S. Augustin, De Hæresibus, n. 88)».

Tite 3, 10 : « Évite [Romps avec] un homme hérétique, après une première et un seconde admonition, sachant qu’un tel homme est perverti et qu’il pèche, puisqu’il est condamné par son propre jugement ».

Ici, nous pouvons voir que la Tradition nous apprend à juger les autres (comme hérétiques) sur la base de LA FOI QU’ILS CROIENT ET PROFESSENT, et NON pas sur ce qu’ils prétendent «confesser», comme le préconise l’hérésiarque Peter.

Ceux qui tiennent la position hérétique de Peter doivent également comprendre que les églises qu’ils appellent obstinément «églises catholiques non déclarées» ne sont en fait pas des églises catholiques du tout. Nous sommes allés trop loin dans la Grande Apostasie pour tenir obstinément à cette position erronée plus longtemps.

Aujourd’hui, une église traditionnelle «catholique» ou l’ église Novus Ordo où la plupart, sinon tous les prêtres et les laïcs sont hérétiques ou schismatiques obstinés connus, qui rejettent même la nécessité de croire en Jésus-Christ pour le salut ou refusent plusieurs de ses dogmes, ne peut en aucune façon être assimilée à une Église catholique d’avant la révolution Vatican II, quand l’apostasie n’était pas encore visible et que de nombreux prêtres et laïcs étaient encore entièrement catholiques. Car rejeter un seul dogme de la foi est en fait rejeter toute la foi catholique, comme c’est expliqué par le pape Léon XIII :

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 [Magistère] : «…peut-il être permis à qui que ce soit de repousser quelqu’une de ces vérités, sans se précipiter ouvertement dans l’hérésie, sans se séparer de l’Église et sans répudier en bloc toute la doctrine chrétienne ? Car telle est la nature de la foi que rien n’est plus impossible que de croire ceci et de rejeter cela. …  …celui qui, même sur un seul point, refuse son assentiment aux vérités divinement révélées, très réellement abdique tout à fait la foi, puisqu’il refuse de se soumettre à Dieu en tant qu’il est la souveraine vérité et le motif propre [formel] de foi».

Donc, si elles ne tiennent même pas la foi catholique on ne peut pas s’y référer obstinément  comme des «églises catholiques» ou leur messe comme une «messe catholique» ou leurs sacrements comme des «sacrements catholiques» ! Leurs églises sont des églises hérétiques et leurs sacrements sont des sacrements mortellement pécheurs et / ou invalides et leur messe est une messe illicite et mortellement pécheresse, comme cela devrait être tout à fait évident pour toute personne honnête de bonne volonté la lecture de ce document.

Encore une fois, Dieu veut l’obéissance, plutôt que le sacrifice. En d’autres termes, si vous acceptez les hérétiques ou rejetez ses dogmes, toutes vos œuvres spirituelles seront sans valeur à ses yeux.

1 Rois 15, 22-23 : « Et Samuel dit : Est-ce que le Seigneur veut des holocaustes et des victimes, et non pas plutôt qu’on obéisse à la voix du Seigneur ? Car l’obéissance est meilleure que des victimes, et écouter vaut mieux qu’offrir de la graisse des béliers. Car c’est comme un péché de magie que de résister, et comme un crime d’idolâtrie, de refuser d’obéirParce que donc vous avez rejeté la parole du Seigneur, le Seigneur vous a rejeté afin que vous ne soyez plus roi ».

Les frères Dimond aiment avoir leur gâteau et en plus le manger

Observez comment les frères jouent des deux côtés de la clôture. Combien de fois avons-nous tous entendu des gens Novus Ordo et d’autres hérétiques que nous n’avons pas le droit de juger qui est un hérétique ? Cet hérétique a été officiellement déclaré par l’Église ? Bien sûr, nous savons tous que ce n’est pas vrai et il semble que les frères Dimond seraient d’accord avec cela. Eh bien, parfois c’est ce qui est. Vous voyez, ils aiment malheureusement avoir leur gâteau et aussi le manger. Vous voyez que d’un côté ils disent que les catholiques ont le devoir de juger et de dénoncer les hérétiques, et que les hérétiques perdent l’autorité dans l’Église sans déclaration.

MHFM échanges électroniques sur diverses questions : « Les hérétiques perdent toute l’adhésion et l’autorité dans l’Église catholique automatiquement ».

MHFM échanges électroniques sur diverses questions : « Les catholiques ont l’obligation de juger et de dénoncer les hérétiques quand ils manifestent leur rejet de la vérité catholique par leurs paroles et leurs actions ». (Archives 1)

Puis de l’autre côté de leur double langage ils disent qu’il est permis de recevoir les sacrements d’un hérétique aussi longtemps qu’il est un hérétique « non déclaré », ce qui signifie qu’il n’a pas été officiellement déclaré hérétique par l’Église. Quelqu’un peut maintenant s’il vous plaît me dire comment ils vont être officiellement déclarés hérétiques lorsque le siège de saint Pierre est vacant ?

Peter Dimond, « Sacrements d’hérétiques non déclarés » Débat – Les Citations importantes : « Les CATHOLIQUES peuvent recevoir les SACREMENTS DE CERTAINS PRÊTRES QUI SONT HÉRÉTIQUES NON DÉCLARÉS en ce moment … »

Peter Dimond, Sacrements d’hérétiques – Débat : « Et ce que nous avons indiqué sur notre site Web, nous n’avons pas dit qu’à moins que quelqu’un ne soit imposant, il ne peut pas être considéré comme un hérétique. Non, ce que nous avons dit est que, sans une déclaration pour qu’il y ait une obligation absolue positive d’éviter un hérétique non déclaréil doit être un hérétique imposant, vous imposer ses vues fausses, ou être si notoire qu’il ne peut pas être caché ou excusé de toute façon dans la loi ».

Comme on l’a déjà noté au début : Par ailleurs, si jamais vous vous demandez d’où les Dimond ont obtenu leur argument « imposer », sachez qu’ils l’ont tout simplement fait pour eux-mêmes. Pour autant que nous sachions, pas un saint, un théologien ou même un hérétique n’a jamais émit un tel argument idiot avant Peter et Michael Dimond. Les Dimond ont simplement émis cet argument comme par magie pour renforcer leur hérésie de recevoir les sacrements d’hérétiques.

MHFM, Où aller à la messe ou la Confession aujourd’hui ? Options traditionnelles pour les Sacrements : «S’il ne s’y oppose pas, mais est en faveur de l’œcuménisme Vatican II, alors il est un hérétique notoire et vous ne devriez pas recevoir la communion de lui ».

Mais même si les Dimond ont admis ci-dessus que le prêtre est un hérétique notoire après l’admission de son hérésie, ainsi, dans une autre tournure hypocrite, ils enseignent néanmoins que certains hérétiques que nous connaissons HÉRÉTIQUES après leur avoir parlé et qu’ils ont admis leurs hérésies, on peut néanmoins communier avec eux tant qu’ils sont PAS NOTOIRES sur leurs hérésies.

Mais pour prouver que Peter et Michael Dimond sont des hérétiques et des menteurs avec leurs propres paroles, nous allons examiner trois citations de leur site web.

Première citation :

Peter et Michael Dimond, Où aller à la messe ou se confesser aujourd’hui ? Options traditionnelles aux sacrements : «Mais pour les autres prêtres «traditionalistes» [hérétiques], vous pouvez aller à eux pour la confession et la communion s’ils sont validement ordonnés et ne sont PAS NOTOIRES ou imposent leurs fausses positions et si on ne les soutient pas ».

Note : Leur position dans la première citation, c’est que nous pouvons recevoir les sacrements des prêtres hérétiques, tant qu’ils ne sont pas notoires.

Deuxième citation :

MHFM, Où aller à la messe ou se confesser aujourd’hui ? Options traditionnelles aux sacrements : « Le problème, c’est que même presque tous les « prêtres traditionalistes » qui offrent les formes (correctes) de la messe traditionnelle tiennent aussi des positions hérétiques. Presque tous les prêtres qui offrent des formes traditionnelles de la messe soit … soutiennent que certaines personnes peuvent être sauvées en dehors de la foi catholique (par « le baptême de désir » / « l’ignorance invincible »). Ceci s’applique malheureusement à presque chaque « prêtre traditionaliste » aujourd’hui …. , MAIS PEUT-ON S’ADRESSER A UN TEL PRÊTRE POUR LA COMMUNION, POURVU QUE LE PRÊTRE SOIT VALIDEMENT ORDONNÉ DANS LE RITE TRADITIONNEL D’ORDINATION ET SI ON NE LE SOUTIENT PAS ? OUI, ON PEUT ALLER CERTAINS DE CES PRÊTRES « TRADITIONALISTES » S’ILS REMPLISSENT CERTAINES CONDITIONS ».

Note : Leur position dans la deuxième citation, c’est que nous pouvons aller à un prêtre notoirement hérétique qui a admis ou fait connaître son hérésie de nier la nécessité de croire en Jésus-Christ pour le salut tant qu’on ne le soutient pas. (Les Dimond soutiennent en fait que ce prêtre n’est pas un hérétique notoire, même s’il a admis son hérésie et qu’il est obstiné dedans !)

Troisième citation :

Michael Dimond, Les catholiques peuvent-ils aller n’importe où pour recevoir les sacrements aujourd’hui : «Alors que nous dirions que le prêtre notoirement hérétique ne peut pas être abordé à la Sainte Communionnous croyons que les prêtres qui sont notoirement hérétiques parce qu’ils aiment l’œcuménisme et prient avec et respectent les autres religions peuvent être approchés dans la confession, si vous ne trouvez pas de meilleures options pour la confession à une distance raisonnable. Si c’est un prêtre notoirement hérétique qui ne pense pas que vous êtes catholique à cause de ce que vous croyez, NOUS DIRIONS QUE VOUS POUVEZ ALLER À LUI POUR LA CONFESSION EN DANGER DE MORT».

Note : Leur position dans la troisième citation est que nous pouvons aller à eux, même si ils sont notoirement hérétiques. (En passant, les Dimond affirment que seulement les prêtres qu’ils jugent notoires sont notoires ! Toute autre prêtre, comme le prêtre mentionné ci-dessus qui a refusé la nécessité de croire en Jésus-Christ pour le salut, selon eux, n’est pas notoire).

Ainsi, selon les Dimond, on peut aller vers eux pour les sacrements s’ils ne sont pas notoires et on peut aller vers eux pour les sacrements s’ils sont notoires et ont admis leurs hérésies. Auxquels, selon les Dimond, pouvons-nous ou ne pouvons-nous pas aller s’ils sont notoires, des hérétiques connus ?

Alors qu’ils se plaisent à dire (ou plutôt apparaissent seulement extérieurement conformes à leur opinion) que l’on ne peut pas du tout s’approcher d’un prêtre notoirement hérétique pour les sacrements, pourtant, comme nous avons pu le voir ci-dessus, ils ne croient pas vraiment que c’est vrai – du moins pas en ce qui concerne la confession ou d’autres hérésies qu’ils excluent de la catégorie notoire – et, ce faisant, ils se réfutent, se montrant être des menteurs complets par leurs propres mots.

Mais on peut se demander alors, pourquoi est-ce que Peter affirme même que l’on doit éviter « tous les hérétiques notoires absolument », quand il ne croit même pas que cela soit vrai ?

Peter Dimond, «sacrements des hérétiques non déclarés» Débat – Les citations importantes : «Les hérétiques» clairement non-catholiques et « lieux de réunion des hérétiques », QUI DOIVENT ÊTRE ÉVITÉS ABSOLUMENT, sont les suivants : 1) ceux qui ont été déclarés ou 2) CEUX QUI REJETTENT NOTOIREMENT L’ÉGLISE CATHOLIQUE [OU LA FOI] SANS « DISSIMULATION » – NOTOIRES EN DROIT OU NOTOIRES EN FAIT».

Est-ce qu’ils se contredisent ? Bien sûr, ils le font. Tous les hérétiques se contredisent et sont confus, et les Dimond ne font pas exception.

C’est comme si les Dimond semblent réellement croire que leur liste auto-faite de ce qui constitue une hérésie notoire est applicable au reste de l’humanité ! Leur point de vue en fait a l’audace de prétendre que certaines hérésies peuvent être tolérées ou excusées tandis que d’autres ne le peuvent pas. L’Église catholique condamne cependant toutes les hérésies et les hérétiques et fuit la communion avec eux. Comment MHFM décide quelles hérésies peuvent être tolérées ou excusées ou non est bien sûr impossible de comprendre. Comme tous les honnêtes gens peuvent le voir, c’est juste l’imagination des revendications propres constituées par les Dimond sans aucune preuve dogmatique que ce soit pour sauvegarder leurs paroles.

Pape Léon XIII, Satis Cognitum [Magistère] : «L’Église a toujours considéré comme rebelles et expulsé des rangs de ses enfants tous ceux qui tenaient des croyances sur un point quelconque de la doctrine différente de la sienne. … Saint Augustin note que  » d’autres hérésies peuvent surgir, et si à une seule, quelqu’un donne son assentiment, il est par le fait même coupé de l’ unité catholique … SI QUELQU’UN EN TIENT UNE SEULE [DE CES [ HÉRÉSIES] IL EST PAS CATHOLIQUE «  (S. Augustinus, De Haeresibus, n. 88).

Pas même un seul saint ou docteur de l’Église ne peut jamais être cité pour avoir reçu un sacrement (sauf peut-être le baptême) d’un hérétique connu, même si de nombreuses personnes ont été dans des situations où les sacrements n’étaient pas disponibles, pour partie face à la volonté satanique des Dimond.

Plus sur les enseignements illogiques et hérétiques de Peter Dimond sur les hérétiques notoires de fait

Ce qui suit est plus de preuves sur l’enseignement illogique et hérétique des Dimond quant à savoir qui est un hérétique notoire de fait. Ils présentent des preuves qui montrent que l’évêque Mark Pivarunus et les prêtres de sa secte hérétique CMRI [Congrégation Marie Reine Immaculée] sont des hérétiques non déclarés obstinés pour nier le Dogme du salut ; pourtant, Peter enseigne que les catholiques sont autorisés à assister à la messe dans des églises CMRI et prier en communion et recevoir les sacrements des prêtres CMRI.

Peter Dimond, La CMRI hérétique : «Les prêtres de la CMRI sont l’une des seules sociétés sacerdotales sédévacantistes au monde, et leurs messes constituent la seule option légitime pour les sacrements valides pour certaines personnes aujourd’hui … Cependant, nous avons souligné dans nos bulletins d’information et les magazines d’information du fait malheureux encore indéniable que les prêtres de la CMRI sont hérétiques (comme on le verra ci-dessous). Les prêtres de la CMRI sont hérétiques d’abord et avant tout pour leur refus obstiné du dogme solennellement défini selon lequel la foi catholique est nécessaire pour le salut. La CMRI a  publié deux fois dans son magazine trimestriel un article intitulé « Le salut de ceux horsde l’Église ». L’article indique que ceux qui meurent comme non-catholiques peuvent être sauvés, ce qui est un rejet flagrant de l’enseignement catholique. En fait, le titre de l’article « Le salut de ceux hors de l’Église » est  une négation mot pour mot du dogme catholique « Hors de l’Église il n’y a pas de salut ». C’est équivalent à la publication d’un article [qui serait] intitulé : « Le péché originel de Marie ».

Chaque prêtre de la CMRI auquel Peter a parlé refuse le Dogme du salut :

Peter Dimond, La CMRI hérétique : « Cette hérésie était si flagrante que j’ai appelé le siège de la CMRI à Washington et ai parlé à un des prêtres au sujet de l’article. Il m’a dit qu’il n’avait «aucun problème avec ». Un prêtre du séminaire de la CMRI dans le Nebraska et une religieuse du couvent de la CMRI à Washington m’ont dit (quand je les ai interrogé au téléphone) que les non-catholiques qui meurent dans leurs fausses religions peuvent être sauvés sans la foi catholique. Cela a été la réponse de chaque prêtre de la CMRI que j’ai interrogé sur cette question ».

Notez que Peter dénonce clairement les prêtres CMRI aussi comme des hérétiques obstinés (sens formel), mais enseigne néanmoins que « leurs messes constituent la seule option légitime pour les sacrements valides pour certaines personnes aujourd’hui ». Par conséquent, alors que Peter croit que les prêtres CMRI sont des hérétiques obstinés non déclarés, il croit également qu’ils ne sont pas  hérétiques non déclarés notoires parce que s’ils l’étaient il ne dirait pas catholiques sont autorisés à assister à leurs messes parce qu’il croit à raison qu’il est interdit aux catholiques sont d’assister aux messes et de prier en communion avec les hérétiques notoires. Ainsi Peter nie la définition même d’un hérétique notoire non déclaré. Un hérétique obstiné non déclaré dont l’hérésie est dans le domaine public est un hérétique notoire, par la définition même d’un hérétique notoire de fait.

Selon les Dimond, peu importe combien et comment certaine est la preuve publique contre la CMRI de l’enseignement de l’hérésie, ces prêtres ne peuvent pas être hérétiques notoires à moins qu’ils imposent aussi leur hérésie aux autres. Voilà pourquoi les Dimond enseignent que les catholiques sont autorisés à assister aux messes des prêtres CMRI en dépit du fait que les Dimond les ont dénoncé comme hérétiques obstinés. Peter dit que «Les prêtres de la CMRI sont une des seules sociétés sacerdotales sédévacantistes au monde, et leurs messes constituent la seule option légitime pour les sacrements valides pour certaines personnes aujourd’hui … Mais … les prêtres de la CMRI sont hérétiques d’abord et avant tout pour leur refus obstiné du dogme solennellement défini selon lequel la foi catholique est nécessaire pour le salut ». Encore une fois, bien que Peter enseigne que ces prêtres sont des hérétiques obstinés, il ne croit pas qu’ils sont des hérétiques notoires.

Peter Dimond, La Société hérétique de Pie V, 2003 : « Quand les prêtres font des annonces publiques qui sont hérétiques, qu’ils imposent leur croyance hérétique sur les personnes présentes à la messe, un catholique ne doit pas assister à la messe ou recevoir la Sainte Communion d’un tel prêtre . … Ce n’est pas le cas avec un hérétique indépendant, CMRI, ou un prêtre FSSPX qui n’a pas fait une annonce comme celle-ci ; en fait, la plupart de la CMRI, des indépendant, de la FSSPX et prêtres byzantins (qui tiennent la même hérésie que la SSPV) sont silencieux sur leurs hérésies (et donc ils ne sont pas hérétiques notoires), et ils ne les imposent pas à quiconque, de telle sorte que la communion d’eux (aussi longtemps qu’on ne les soutient pas ou qu’on est d’accord avec eux) n’est pas un déni ou un compromis de la foi ».

Peter dit que les prêtres CMRI gardent le silence sur leurs hérésies ! Si oui, alors comment sait-il qu’ils enseignent l’hérésie afin qu’il puisse les dénoncer comme hérétiques obstinés ? S’ils étaient vraiment silencieux sur leurs hérésies, alors ils seraient des hérétiques occultes ; et donc pas un seul homme sur terre, et ce qui comprend Peter, ne connaîtrait leurs hérésies.

Mais pourquoi Peter dit que nous pouvons approcher certains prêtres que nous savons être hérétiques quand il dit à propos d’autres prêtres qui acceptent l’œcuménisme, ou qui imposent leur croyance hérétique aux personnes présentes à la messe », que nous ne pouvons pas les approcher ?

La malhonnêteté de Peter ici est qu’il excuse les crimes des hérétiques de l’hérésie (que sont les meurtres des âmes des gens) en prétendant qu’ils ne sont pas connus au sujet de leurs hérésies. Il affirme cela même s’il sait et même s’il admet que les prêtres qu’il approche (et dit aux autres d’approcher) sont notoires, des hérétiques obstinés connus. Peter fait cette altération en appliquant et interprétant mal l’hérétique Code de Droit canon de 1917.

Peter Dimond, « Sacrements d’hérétiques non déclarés » Débat – Les Citations importantes : « Le Code de droit canonique contient les distinctions entre public, notoires de droit, et notoires de fait …

Pour résumer les définitions :

Public = communément connu ou peut être communément connu

Notoire de droit = déclaré

Notoire de fait = public et si notoire qu’il ne peut pas être caché ou excusé

«Comme le sens de notoire de droit (déclaré) est évident, nous devons continuer à mettre l’accent sur notoire de fait. Comme on le voit ci-dessus, l’absence de «dissimulation» ou de «fraude» est la clé pour rendre quelque chose notoire de fait. Le crime de la personne qui est notoire, en fait, ne peut pas être caché. Bien qu’il existe de nombreux exemples que nous pourrions envisager, le rejet de Vatican I par les « orthodoxes » orientaux est excellent. Il n’y a pas de dissimulation : ils n’acceptent pas la Papauté. Ils la rejettent ouvertement et sans fraude. Ils sont donc notoires de fait. Un tel prêtre est ouvertement non-catholique et doit être évité».

Son commentaire ci-dessus est sur ce canon suivant :

Canon 2197, 1-4, Code de droit canonique 1917 :

« Un crime est public : (1) s’il est déjà communément connu ou que les circonstances sont de nature à conduire à la conclusion qu’il peut et va facilement le devenir ;

(2) Notoire par la notoriété du droit, [si il l’est] après une condamnation par un juge compétent qui rend la question une chose jugée, ou après une confession  faite en cour par le délinquant en accord avec le Canon 1750 ;

(3) Notoire par la notoriété de faits’il est publiquement connu et a été engagé dans de telles circonstances que nulle fraude intelligente n’est possible et ni excuse légale ne pourrait excuser ;

(4) Occulte, si ce n’est pas public ; matériellement occulte, si le délit est caché ; formellement occulte, si l’imputabilité [on ne sait pas] …  »

Notez soigneusement les parties en gras et soulignées ci-dessus. Le n° 1 et 3 du Canon de la loi indique clairement qu’un crime est public si « il peut et va facilement le devenir« , et notoire, « s’il est publiquement connu« .

Canon 2197, 1-4 du  Code de droit canonique 1917 :  » Un crime est public : (1) s’il est déjà communément connu ou que les circonstances sont de nature à conduire à la conclusion qu’il peut et va facilement le devenir ; (3) Notoire par la notoriété de fait, s’il est publiquement connu … « 

Ainsi, même l’EXACT MÊME CANON DE LOI que Pierre utilise pour «prouver» sa doctrine hérétique, condamne effectivement sa propre position ! Quelle ironie.

Mais pour prouver encore plus, considérez ce qui suit. Est-ce que les écrits hérétiques des différentes sociétés traditionnelles ne sont pas accessibles au public et facilement accessibles pour toute personne à tout moment aujourd’hui ? Bien sûr, ils le sont. Donc, leurs hérésies sont publiques, et dans le domaine public, et sont communément connues, ou pourront facilement le devenir à toute personne qui regarde juste dedans.

Ici suit une certaine littérature hérétique publique communément connue de deux sociétés « sacerdotales » dont Peter et Michael Dimond enseignent qu’on peut recevoir les sacrements sous certaines conditions :

Peter Dimond, La CMRI hérétique : « La CMRI a publié deux fois dans leur magazine trimestriel un article intitulé « Le salut de ceux hors de l’Église« . L’article indique que ceux qui meurent comme non-catholiques peuvent être sauvés, ce qui est un rejet flagrant de l’enseignement catholique».

La SSPV, The Roman Catholic, Fenton article, automne 2003, p. 7 : «Avec l’interprétation littérale stricte de cette doctrine [sur Hors de l’Église pas de salut], cependant, je dois prendre la question, car si je lis et comprend correctement les interprètes stricts, nul part l’allocation n’est faite pour l’ignorance invincible, conscience, ou bonne foi de la part de ceux qui ne sont pas membres réels ou officiels de l’Église au moment de la mort. Il est inconcevable pour moi que, sur tous les milliards de non-catholiques qui sont morts au cours des dernières années et demi siècles, aucun d’entre eux n’étaient de bonne foi dans cette affaire et, s’ils l’étaient, je refuse tout simplement de croire que l’enfer est leur destinée éternelle».

Notez que l’écrivain de la SSPV «refuse tout simplement de croire» le dogme de l’Église selon lequel tous ceux qui meurent comme non-catholiques sont perdus. Ceci est l’enseignement public de la SSPV (et l’ensemble de ces sociétés sacerdotales hérétiques enseignent leurs hérésies publiquement, comme tout le monde peut facilement le voir par soi-même en consultant les propres articles de MHFM sur le sujet !). Pourtant, Peter continue à enseigner que les catholiques sont autorisés à assister aux messes, de prier en communion et de recevoir les sacrements de ces hérétiques obstinés.

Peter Dimond, Mise à jour importante sur la société hérétique Pie V : «… Voilà pourquoi nous avons pris soin de souligner énergiquement à ceux qui assistent aux messes de la SSPV (ou la CMRI, Fraternité Saint-Pie X, églises byzantines, et presque tous les prêtres indépendants «traditionnels», etc. qui croient de la même manière) qu’ils ne peuvent pas leur donner un soutien financier sous peine de péché mortel, car ce serait effectivement constituer un déni de la foi en faisant un don à une organisation hérétique».

Mais qu’est-ce que le Code de 1917 signifie avec «excusé» que Pierre a mentionné ?

Peter Dimond, Sacrements d’hérétiques – Débat : « Et ce que nous avons indiqué sur notre site Web, nous n’avons pas dit qu’à moins que quelqu’un ne soit imposant, il ne peut pas être considéré comme un hérétique. Non, ce que nous avons dit est que, sans une déclaration pour qu’il y ait une obligation absolue positive d’éviter un hérétique non déclaréil doit être un hérétique imposant, vous imposer ses vues fausses, ou être si notoire qu’il ne peut pas être caché ou excusé DE TOUTE FAÇON DANS LA LOI ».

Peter Dimond, « Sacrements d’hérétiques non déclarés » Débat – Les Citations importantes : «Notoire de fait = public et si notoire qu’il ne peut pas être dissimulé ou excusé … COMME NOUS LE VOYONS CI-DESSUS, LE MANQUE DE « DISSIMULATION » OU « D’ÉVASION » EST LA CLÉ POUR RENDRE QUELQUE CHOSE NOTOIRE DE FAIT. LE CRIME DE LA PERSONNE QUI EST NOTOIRE DE FAIT NE PEUT PAS ÊTRE CACHÉ [OU EXCUSÉ]Bien qu’il existe de nombreux exemples que nous pourrions envisager, le rejet de Vatican I par les « orthodoxes » orientaux est excellent. Il n’y a pas de dissimulation : ils n’acceptent pas la Papauté. Ils la rejettent ouvertement et sans fraude. Ils sont donc notoires en fait. Un tel prêtre est ouvertement non-catholique et doit être évité».

Demandons à saint Thomas d’Aquin :

Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique, Suppl., Q. 60, Art. 1, réponse au 3 : «Maintenant, si le mari frappe un clerc qu’il a trouvé avec sa femme, il n’est pas excommunié [mais est dispensé de l’excommunication en raison des circonstances] . … Cela ne prouve pas que ce soit simplement licite, mais que c’est permis en ce qui concerne l’immunité d’un type particulier de peine, car l’excommunication est aussi une sorte de punition».

Ainsi, le Code de droit canonique de 1917 fait référence à une défense juridique LÉGITIME, pas un faux argument comme «Je ne peux pas juger le pape», ou «Vatican I exige des successeurs perpétuels» que Peter mentionne habituellement comme «excuses» (comme nous le montrerons ci-dessous plus en détail). Ces deux arguments sont des faux ne constituant pas des dissimulations ou des excuses dans la loi, mais les hérétiques comme Peter les rejette de toute façon, comme si l’Église accordait la licence pour communier avec les criminels qui pervertissent les lois et la doctrine de l’Église.

L’hérésie notoire ou publique n’a donc rien à voir avec combien d’autres personnes sont en fait conscients du prêtre comme étant un hérétique ou si le prêtre « impose » ses hérésies sur les autres pendant la messe. Ainsi, la loi canonique de l’Église enseigne clairement qu’une hérésie d’un hérétique devient publique et notoire du moment où cela a été fait connaître à d’autres, ou peut et va facilement devenir ainsi connu. Ce fait est bien sûr également soutenu par les saints et les papes de l’Église catholique :

Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, II, 30 : «… car les hommes ne sont pas tenus ou capable de lire dans les cœurs ; MAIS quand ils voient que QUELQU’UN EST UN HÉRÉTIQUE PAR SES ŒUVRES EXTÉRIEURES, ILS LE JUGENT HÉRÉTIQUE PURE ET SIMPLE, ET LE CONDAMNENT COMME HÉRÉTIQUE».p

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n ° 9), 29 juin 1896 : «La pratique de l’Église a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient l’habitude DE TENIR EN DEHORS DE LA COMMUNION CATHOLIQUE  ET ÉTRANGER À L’ÉGLISE, QUICONQUE s’écarterait le moins du monde de tout point de DOCTRINE PROPOSÉ PAR SON L’AUTORITÉ DE SON MAGISTÈRE».

D’où l’Église catholique condamne les Dimond et quiconque enseigne qu’un hérétique non déclaré devient un hérétique notoire que s’il impose son hérésie sur les autres pendant la messe. En prétendant que les prêtres qui sont hérétiques non déclarés notoires ne sont pas des hérétiques ou des schismatiques notoires, mais seulement des hérétiques non déclarés dont l’hérésie ou le schisme est moins notoire, les Dimond trompent leurs lecteurs qui sont enclins à mettre la messe avant la foi en recevant les sacrements d’eux – directement en contraire des décrets de l’Église. De cette façon, le Dimond, parlant pour le diable, ont trompé leurs lecteurs pour participer sciemment aux messes et prier en communion et recevoir les sacrements des pires sortes d’hérétiques notoires qui peuvent jamais avoir vécu ! Ainsi, les Dimond aident le Diable dans l’exploitation rapide et le meurtre de ces âmes (qui sont pleinement conscients de ce qu’ils font) pour infliger sur eux péché mortel sur  péché mortel : « Malheur à vous, fils apostats, dit le Seigneur, de ce que vous formez des desseins non par moi, et que vous ourdissez une trame, et non par mon esprit, afin d’ajouter péché à péché … » (Esaïe 30, 1)

« LA DISSIMULATION » ET « EXCUSÉ » DE PETER DE L’HÉRÉSIE EN DROIT RÉDUITE À SON PRINCIPE ABSURDE

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi Peter dit nous pouvons nous approcher de quelques prêtres que nous connaissons hérétiques quand il dit d’autres prêtres qui acceptent l’œcuménisme, etc., que nous ne pouvons pas nous approcher d’eux ?

Les frères Dimond ne pourraient-ils pas avoir déformé le principe de Droit canon excusé et dissimulé dans la loi pour excuser de même l’hérésie Vatican II de l’œcuménisme, si nous suivons les propres normes des Dimond ? Bien sûr, cela pourrait. Aussi longtemps que l’hérétique pourrait détourner l’attention ailleurs et dire quelque chose comme : «Regardez, l’œcuménisme Vatican II est seulement d’amener les fausses religions du monde de nouveau dans le sein et l’unité de l’Église, et, le Christ veut que tous soient sauvés ! Par conséquent, puisque l’Église est son corps et que la hiérarchie de l’Église l’approuve de ce fait, je dois l’accepter, même si je ne suis pas d’accord avec elle ou ne comprend. Et, nous devons être soumis au Pontife romain, et lui obéir est un dogme et donc nous ne pouvons pas le nier ; par conséquent, nous devons l’accepter. Nous ne pouvons pas juger le Pape, ou l’Église, et, le Christ a promis que les portes de l’enfer ne pourront jamais rien contre elle ! Et, il doit y avoir des successeurs perpétuels à Saint Pierre et ainsi de suite, et ainsi de suite ; et ainsi comme l’Église ne peut pas se tromper sur ce point , etc. »

Toutes ces excuses mentionnées ci-dessus pourraient-elles constituer une dissimulation en droit ou une excuse en droit même selon la propre norme démoniaque et hérétique de Peter Dimond ? Bien sûr, cela pourrait. Mais Peter ne suit ses propres principes quand cela lui convient !

Peter Dimond, « Sacrements d’hérétiques on déclarés » Débat – Les citations importantes : «Par exemple, un prêtre qui offre une liturgie traditionnelle sous Benoît XVI, qui a vu la preuve que Benoît XVI ne peut pas être le pape, ne peut pas « excuser » son adhésion à lui. Il est coupable d’hérésie pour opiniâtrement adhérer à lui. MAIS IL POURRAIT ÊTRE CAPABLE DE « DISSIMULER » SON CRIME ET LE REJET DE L’ ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE SOUS UNE FIDÉLITÉ ALLÉGUÉE À VATICAN I, UNE PRÉTENDUE  FIDÉLITÉ COMME « PERSONNE NE PEUT JUGER LE SAINT-SIÈGE« , ETC. TANDIS QUE CETTE « DISSIMULATION » NE L’EXCUSE PAS – IL EST TOUJOURS COUPABLE – CELA POURRAIT LE RENDRE NON NOTOIRE EN FAIT [CE QUI SIGNIFIE ALORS, SELON PETER, QU’ON PEUT COMMUNIER AVEC LUI !]».

Bien que Peter prétende ci-dessus qu’il ne croit pas que le prêtre peut être « excusé » pour ses hérésies etc, le fait est – l’admettra-t-il jamais ou pas – qu’il exempte en fait leurs hérésies en les dissimulant pour eux ! Cependant, un crime ou l’hérésie obstinée qui est connue pour une personne ne peut pas être cachée, car elle est connue. Par conséquent, Peter n’a aucune excuse pour « cacher » l’hérésie d’un prêtre obstiné connu parce que Peter sait certainement que le prêtre est coupable ! Peter est vraiment l’avocat du diable qui, au lieu de plaider coupables des peines les criminels qui crachent sur et rejettent les lois de Dieu, il est à la recherche des moyens de les acquitter d’une sentence de culpabilité ! Un criminel pourrait bien sûr essayer de cacher sa culpabilité devant un tribunal de droit et ainsi être acquitté des accusations si on ne savait pas qu’il était coupable ou si la preuve faisait défaut. Mais pour Peter, « dissimuler » les crimes d’un hérétique connu quand il sait même qu’il est coupable, est si incroyablement stupide et mauvais qu’on peut seulement s’émerveiller de sa méchanceté.

Note propre – [La certitude de culpabilité ou d’imputabilité de la peine pour hérésie publique, c’-à-d. certitude de l’obstination publique, c’est la notoriété en fait] – Fin.

Ils peuvent excuser un prêtre qui rejette notre Seigneur Jésus-Christ et la nécessité de croire en Lui, mais semblent ne pas excuser des gens qui croient que l’œcuménisme Vatican II est acceptable ? Comment cela fait-il sens ? Quelle est l’hérésie la plus mauvaise : 1) de rejeter  qu’il est nécessaire de croire en notre Seigneur Jésus-Christ pour le salut, avec obstination et sans dissimulation ; ou 2) d’accepter l’oecuménisme opiniâtrement et sans dissimulation ? Évidemment le n° 1 est un crime commis bien plus coupable car rejeter le Christ est rejeter la foi chrétienne entière.

Si MHFM n’excusait pas certaines des principales croyances hérétiques que croient les prêtres hérétiques validement ordonnés, alors, il n’y aurait pratiquement pas de prêtres restant au monde entier auxquels eux ou leurs partisans pourraient aller à la messe et pour les sacrements. Voilà à quel point la situation en est arrivée aujourd’hui, car même les Dimond sont forcés de l’admettre.

Peter Dimond, Lettre sans réponse ? Notre «débat» de la lettre avec Mgr McKenna sur le baptême du désir : « Ils soutiennent que les membres de fausses religions peuvent être sauvés sans la foi catholique, et sont des hérétiques complets. C’est un fait démontrable, facilement déterminé, en demandant juste à un de leurs prêtres, que les prêtres de la CMRI adhèrent au Protocole hérétique 122/49 et croient que l’ignorance invincible peut sauver les membres des fausses religions non-catholiques et les personnes qui ne croient pas en Jésus-Christ. Cette hérésie est tenue par presque tous les prêtres d’aujourd’hui ».

MHFM, Où aller à la messe ou la Confession aujourd’hui ? Options traditionnelles pour les Sacrements : « Le problème est que presque tout les « prêtres traditionalistes » qui offrent les formes (correctes) de messe traditionnelle tiennent aussi des positions hérétiques. Presque tous les prêtres qui offrent des formes traditionnelles de la messe soit … tiennent que certaines personnes peuvent être sauvées en dehors de la foi catholique (par « le baptême de désir » / « l’ignorance invincible »). Cela vaut malheureusement pour presque chaque prêtres «traditionalistes» aujourd’hui. Aucun prêtre qui … croit que les âmes peuvent être sauvées sans le baptême ou la foi catholique (par « le baptême de désir» ou «l’ignorance invincible») ne peut être soutenu … Cela signifie que presque chaque prêtres  «traditionalistes» aujourd’hui ne peuvent pas être soutenus, car il tiennent une position en contradiction avec l’enseignement catholique».

MHFM, un avertissement sur certains Prêtres et Chapelles hérétiques « traditionalistes » : «Le problème, cependant, est que presque tous les prêtres célébrant ces messes traditionnelles et valides tiennent une ou plusieurs hérésies. La quasi-totalité d’entre eux, soit … nie le dogme Hors de l’Église point de salut dans son vrai sens – à savoir que tous ceux qui meurent comme non-catholiques sont perdus. Beaucoup d’entre eux tiennent aussi d’autres hérésies».

Si MHFM était conforme à leur propre enseignement, ils devraient autant excuser le prêtre qui accepte l’œcuménisme Vatican II. Ils excuseraient non seulement le prêtre qui rejette tous les autres dogmes ou même la nécessité de croire en Jésus-Christ pour le salut, mais devraient encore excuser l’œcuménisme Vatican II ou l’hérésie selon laquelle les « Orthodoxes » Orientaux ne doivent pas être convertis.

LES FRÈRES DIMOND CONCLUENT À LA COMMUNION AVEC LES PORTES DE L’ENFER !

Pape Vigile, deuxième concile de Constantinople, 553 : «… nous gardons à l’esprit ce qui a été promis au sujet de la sainte Église, et celui qui dit que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle (par celles-ci nous comprenons les langues mortifères des hérétiques)».

Recevoir sciemment un sacrement d’une personne hérétique malgré l’interdiction de l’Église, signifie être en communion religieuse avec cette personne, et celui qui le fait de façon coupable a, en réalité (à moins que l’ignorance l’excuse), rompu sa communion avec l’Église en s’unissant à ceux qui sont en dehors, avec ceux qui sont les portes de l’enfer !

Saint Thomas d’Aquin,Somme Théologique, Partie Suppl., Q. 23, Art 2 : « Un excommunié est banni de la communion. Par conséquent, celui qui communique avec lui laisse la communion de l’Église [commet un schisme] ; et, par conséquent, il semble être excommunié ».

Comme Peter et Michael Dimond (qui prétendent être catholiques) entrent effectivement en communion avec des hérétiques, des schismatiques et des apostats connus, entrant ainsi en communion avec les PORTES DE L’ENFER, est tout à fait révélateur, et cela prouve à quel point l’indéfectibilité de l’Église n’est pas remplie par les hérétiques obstinés comme Peter et Michael Dimond, car ils ne sont pas catholiques. Donc, leur position hérétique n’affecte en aucun cas les vrais catholiques fidèles ou la véritable Église du Christ car aucun vrai catholique n’est en communion avec les apostats de la foi.

Saint Cyrille d’Alexandrie : «Il est donc illicite, une profanation, et un acte dont la répression est la mort, d’aimer à vous associer avec des hérétiques impies, et de vous unir à leur communion » (Le Lévitique 17, 3).

Saint Jean Damascène : «De toutes nos forces, par conséquent, ne recevons ou naccordons jamais la communion à des hérétiques ; «Ne donnez pas ce qui est saint aux chiens, dit le Seigneur, ne jetez pas vos perles aux pourceaux» (Matthieu 7, 6) ; de peur que nous devenions participants dans leur déshonneur et condamnation».

Cette preuve devrait être suffisante pour toute personne qui ne souffre pas de la maladie mortelle de mauvaise volonté et de fierté. Si vous avez craqué pour cette hérésie, nous prions avec des larmes que Dieu vous fasse sortir de cette position atroce et scandaleuse qui vous a forcé de professer la communion externe avec les prêtres et laïcs apostats, hérétiques ou schismatiques les plus abominables, qui puissent jamais avoir vécu !