Adventisme

Sommaire

  • Les catholiques consacrent le dimanche à Dieu
  • Les apôtres et l’Église primitive ont célébré le dimanche
  • Dieu a donné à l’Église, le pouvoir de transférer le sabbat au dimanche à cause de Sa Résurrection
  • Le Christ est le nouvel Adam qui restaure le nouvel Éden qui est son humanité
  • L’Église condamne infailliblement ceux qui observent le sabbat de l’Ancien Testament
  • Hérésie adventiste sur l’enfer

L’adventisme est une secte hérétique protestante qui ré-interprète les Ecritures en dehors de la Tradition et du Magistère de l’Eglise catholique (comme font tous les hérétiques protestants) et qui, en plus, nie le dimanche.

Comme tous les protestants, il tiennent les hérésies qui nient les dogmes révélés : ils refusent le Pape, ils refusent la foi catholique sans laquelle nul ne peut être sauvé, ils refusent l’Eglise en dehors de laquelle il n’y a pas de salut, c’est-à-dire qu’ils refusent Dieu le Christ.

Comme tous les hérétiques, ils sont hors de l’Eglise et du salut, et ils sont coupables de péché de scandale, ils assassinent les âmes.

 

Les catholiques consacrent le dimanche à Dieu

Le sabbat 

Exode 20, 8-11 : «Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage, mais le septième jour est un sabbat de l’Éternel, ton Dieu,. Dans ce que vous ne ferez aucun travail , vous ou votre fils ou votre fille, votre homme ou votre servante ni ton bétail ou votre étranger qui reste avec vous. Car en six jours l’Éternel a fait les cieux et la terre, la mer et tout ce qui est en eux, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié ».

Exode 20 = commandement de sanctifier le jour du sabbat, le septième jour de la semaine juive : le samedi. Les adventistes croient être toujours liés par le commandement de consacrer le samedi à part pour Dieu. Ils disent que les catholiques brisent ce commandement en reconnaissant, (conformément à la Tradition de l’Église et l’enseignement du Nouveau Testament), que les préceptes du Sabbat ont été transférés au dimanche dans le Nouveau Testament.

Mais ils sont dans l’égarement. C’est Dieu Lui-même qui a transféré les préceptes du Sabbat au dimanche en l’honneur du jour où Jésus est ressuscité : c’est la nouvelle création par la Rédemption et l’Église qui inclut toute la création et non pas la création qui in clut la Rédemption : car Dieu a tout fait dans le but de la Rédemption.

Le Fils de l’Homme est maître du sabbat

Matthieu 12, 8 : «En effet, le Fils de l’Homme est maître du sabbat».

Sanctifier le jour du sabbat a commencé après l’Exode. Cela fait partie du cérémonial, non pas de la loi naturelle.  Comme il s’agit d’un commandement de la loi cérémonielle, et non pas de la loi naturelle, Dieu peut changer le jour où il doit être spécialement honoré. Ces protestants soutiennent que la loi du sabbat, le samedi, reste en vigueur, mais ils ne suivent pas les autres aspects de la loi cérémonielle de l’Ancien Testament.

La circoncision, les sacrifices rituels, et les autres parties de la loi cérémonielle ont cessés avec la venue du Christ : l’obligation cérémonielle du samedi a été remplacé par Dieu et Son Église avec l’obligation de sanctifier le dimanche.

 

Les apôtres et l’Église primitive ont célébré le dimanche

Les apôtres ont honoré le dimanche, non pas le samedi. Ils se réunissaient pour l’Eucharistie et la fraction du pain le premier jour de la semaine, le dimanche, jour de la résurrection du Seigneur.

Actes 20, 7 : «Et le premier jour de la semaine, quand les disciples se sont réunis pour rompre le pain, Paul leur a prêché, prêt à partir le lendemain, et il prolongea son discours jusqu’à minuit».

1 Corinthiens 16, 1-2 : «Quant à la collecte en faveur des saints, suivez, vous aussi, les prescriptions que j’ai données aux Églises de la Galatie. Le premier jour de la semaine, que chacun de vous mette à part chez lui, et amasse ce qu’il peut épargner, afin qu’on n’attende pas mon arrivée pour faire les collectes».

Colossiens 2, 16-17 : «Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, ou de nouvelle lune, ou des sabbats : c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ».

 Saint Paul enseigne clairement au sujet de l’observance du sabbat.

 

Dieu a donné à l’Église, le pouvoir de transférer le sabbat au dimanche à cause de Sa Résurrection

Matthieu 16, 18-19 : «Et je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux».

Matthieu 18, 17-18 : «Et s’il ne daigne pas écouter, dis-le à l’église ; mais s’il refuse aussi d’écouter l’Église, qu’il soit pour toi comme un païen et un publicain. En vérité, je vous le dis, Tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans les cieux».

Les premiers chrétiens se sont réunis le dimanche – le jour du Seigneur – pour célébrer l’Eucharistie.

Saint Ignace d’Antioche, Lettre aux Magnésiens, n. 9, (110 ap. J.-C) : «Si donc ceux qui marchaient dans les anciennes coutumes, venus à un nouvel espoir, ne vivent plus pour le sabbat, mais pour le Jour du Seigneur, sur lequel aussi notre vie surgit à travers lui et sa mort – même si certains le nient – et par ce mystère, nous avons reçu la foi, et c’est pour cette raison aussi que nous souffrons …»

Les adventistes et les Baptistes du Septième Jour sont l’œuvre d’une perversion de l’Écriture par l’homme : cette histoire du samedi était étrangère aux apôtres, aux pères et aux  chrétiens les plus anciens.

 

LE JOUR DE REPOS DE DIEU EST APRÈS QUE SON ŒUVRE DE LA CRÉATION SOIT FINIE – 

LA RÉSURRECTION EST LA FIN DE LA NOUVELLE CRÉATION ET MARQUE SON NOUVEAU JOUR DE REPOS

Genèse 2, 1-2 : «Alors les cieux et la terre furent achevés, et tout le mobilier d’entre eux. Et le septième jour Dieu acheva son œuvre, qu’il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre qu’il avait faite».

Dieu acheva son œuvre, et s’est reposé le septième jour.

Mais toute la création a été rompue par le péché d’Adam. C’est pourquoi Romains 8 nous enseigne que toute la création attend dans l’attente de la rédemption du Christ dont le rachat serait de réparer la création qui a été rompue.

Romains 8, 22-23 : «Pour nous, nous savons que la création tout entière gémit et souffre les douleurs, jusqu’à ce jour. Et non seulement elle, mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, attendant l’adoption, à savoir, la rédemption de notre corps».

La Rédemption du Christ est une nouvelle création.

2 Corinthiens 5, 17 : «C’est pourquoi , si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées, voici, toutes choses sont devenues nouvelles».

Hébreux 9, 11-12 : «Mais le Christ, étant venu comme souverain sacrificateur des biens à venir, par un plus grand et plus parfait tabernacle non fait de main d’homme, c’est-à-dire pas de cette création, non avec le sang des boucs, ou des veaux, mais avec son propre sang, est entré une fois pour toutes dans le saint des saints, ayant obtenu une rédemption éternelle».

 

Le Christ est le nouvel Adam qui restaure le nouvel Éden qui est son humanité

Jean 20, 15  : «Jésus lui dit : Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? Elle, pensant que c’était le jardinier, lui dit : Seigneur, si tu l’as pris, dis-moi où tu l’as mis, et je le prendrai».

Genèse 2, 8 : «Et l’Éternel Dieu planta un jardin en Eden vers l’est, et il y mit l’homme qu’il avait formé».

1 Corinthiens 15, 45 : «Et il est écrit : le premier homme, Adam, devint une âme vivante; le dernier Adam [le Christ] est devenu un esprit vivifiant».

Romains 5, 14 : «Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché à la ressemblance de la transgression d’Adam, lequel est la figure [Type] de celui qui devait venir [Jésus]».

Romains 5, 19 : «Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes».

Le Jour du Seigneur marque la fin de l’œuvre de Dieu : la nouvelle création.

L’Ancien Testament est la Révélation progressive dont l’accomplissement est réalisé dans la personne de Jésus-Christ.

 

L’Église condamne infailliblement ceux qui observent le sabbat de l’Ancien Testament

Pape Eugène IV, Cantate Domino, Concile de Florence, 4 février 1442, ex cathedra [déclaration infaillible obligatoire] : «Elle [La sainte Église] croit fermement, professe et enseigne que les prescriptions légales de l’Ancien Testament qui se divisent en cérémonies, saints sacrifices, sacrements, parce qu’ils avaient été institués pour signifier quelque chose de futur, bien qu’en ce temps-là, ils aient été adaptés au culte divin, une fois venu notre Seigneur Jésus Christ qui était signifié par eux, ont pris fin et qu’ont commencé les sacrements du Nouveau Testament.

«Quiconque encore après la Passion met son espoir dans les prescriptions légales et se soumet à elles en les croyant nécessaires au salut, comme si la foi dans le Christ ne pouvait sauver sans elles, a péché mortellement.

«Quiconque encore après la Passion met son espoir dans les prescriptions légales…après la promulgation de l’Evangile, l’Eglise affirme qu’elles ne peuvent être respectées sans l’anéantissement du salut éternel.

«Quiconque encore après la Passion met son espoir dans les prescriptions légales. Donc elle dénonce comme étrangers à la foi du Christ tous ceux qui depuis ce temps-là observent la circoncision, le sabbat et les autres prescriptions légales, et affirme qu’ils ne peuvent pas du tout avoir part au salut éternel, sauf si un jour ils reviennent de ces erreurs».

 

Hérésie adventiste sur l’enfer

Les adventistes du septième jour croient que les méchants seront punis dans l’étang de feu, avant d’être finalement détruits. Leur lecture des textes bibliques qui sont utilisés à l’appui de la doctrine traditionnelle de l’enfer est que ces textes peuvent être harmonisés avec cette compréhension annihilationiste particulière de l’enfer. Le point de vue adventiste du septième jour est que ces textes bibliques se réfèrent aux forces destructrices qui sont utilisées et au résultat de cette punition comme étant éternel, mais pas que les méchants vivent spécifiquement un tourment conscient pendant toute l’éternité.

Cecil Perry, président des adventistes du septième jour en Angleterre, a émis un avertissement disant que l’enfer ne doit pas être prêché. Il répondait à un rapport publié en Avril 2000 par l’Alliance évangélique du Royaume-Uni qui décrit l’enfer comme un lieu physique occupé par les pécheurs impénitents. Perry a contesté, en disant : «Le message de l’enfer est en contraste frappant avec le message d’espoir et d’amour et tend à engendrer la peur» (British Seventh-day Adventists Warn Against ‘Stoking’ Hell Fires, Religious News Service, April 2000 – Prévenir les adventistes du septième jour britanniques contre ‘l’alimentation’ des feux de l’enfer, Service des Nouvelles religieuses, avril 2000).

Ellen G. White (fondatrice de l’adventisme) avait rejeté l’enfer éternel et le concept de l’âme immortelle comme on peut le voir dans son livre.

Ellen White, La tragédie des siècles (La grande controverse) : «Combien contraire à toutes les émotions de l’amour et de la miséricorde, et même à notre sens de la justice, est la doctrine selon laquelle les morts méchants sont tourmentés dans le feu et le soufre, un enfer éternellement ardent et combien… est tout à fait révoltant la conviction que dès que le souffle quitte le corps l’âme de l’impénitent est consignée par les flammes de l’enfer ! … la doctrine de l’immortalité naturelle première empruntée à la philosophie païenne, et dans l’obscurité de la grande apostasie incorporée dans la foi chrétienne, a supplanté la vérité… La théorie de tourment éternel est l’une des fausses doctrines qui constituent le vin de l’abomination de Babylone…. Mais ceux qui ne l’ont pas, par la repentance et la foi, le pardon fixé, doivent recevoir la sanction de la transgression … couverts d’infamie, ils sombrent dans le désespoir, l’éternel oubli. … Il n’y aura alors aucune âme en peine pour injurier Dieu se tordant dans le supplice jamais – finissant ; aucun être misérable dans l’enfer ne mélangera ses cris perçants avec les cantiques des sauvés». (The Great Controversy, p. 469, 470, 477, 478, 483)

Peu importe si cela frotte inconfortablement contre la raison humaine, la Bible enseigne que les non-croyants doivent endurer le tourment éternel conscient. La preuve de cela se trouve dans Matthieu 25, 46, où la vie éternelle est comparée au châtiment éternel en durée et en état :

«Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle».

La secte adventiste est une secte protestante.